VOTE | 101 fans

#107 : Le Prix de la Trahison

Toute la bande se réjouit de l'arrivée parmi eux de Tom, le frère d'Allan qu'il n'a pas vu depuis bien longtemps. Tom est accompagné par deux amis et c'est un excellent pickpocket. Il montre rapidement qu'il crée plus de problèmes qu'il n'aide à en résoudre notamment en tentant de cambrioler la demeure de Sir Edward et en finissant par se faire prendre par le Shérif. De son côté, Marian est en danger face aux soupçons de Gisborne et va devoir lui prouver rapidement qu'elle n'est pas avec les hors-la-loi mais avec lui. Robin va tenter de les sauver tous les deux avant qu'il ne soit trop tard.

Popularité


4.67 - 3 votes

Titre VO
Brothers In Arms

Titre VF
Le Prix de la Trahison

Première diffusion
18.11.2006

Première diffusion en France
07.12.2007

Vidéos

Guy raconte au Shérif la trahison de Marian (VO)

Guy raconte au Shérif la trahison de Marian (VO)

  

Le Shérif a devancé Robin (VO)

Le Shérif a devancé Robin (VO)

  

Photos promo

George 'La Chance' passe de village en village (Charles Dale)

George 'La Chance' passe de village en village (Charles Dale)

Se laisseront-ils convaincre par George 'La Chance' (Charles Dale) ?

Se laisseront-ils convaincre par George 'La Chance' (Charles Dale) ?

Much (Sam Troughton) entouré par Allan (Joe Armstrong) et Djaq (Anjali Jay)

Much (Sam Troughton) entouré par Allan (Joe Armstrong) et Djaq (Anjali Jay)

Robin fait irruption sur le chemin emprunté par Marian

Robin fait irruption sur le chemin emprunté par Marian

Gisborne (Richard Armitage) attache le collier au cou de Marian (Lucy Griffiths)

Gisborne (Richard Armitage) attache le collier au cou de Marian (Lucy Griffiths)

Much, Petit Jean et Robin (Sam Troughton, Gordon Kennedy et Jonas Armstrong)

Much, Petit Jean et Robin (Sam Troughton, Gordon Kennedy et Jonas Armstrong)

Triste journée à Nottingham pour Allan, suivi par Djaq et Much

Triste journée à Nottingham pour Allan, suivi par Djaq et Much

Marian (Lucy Griffiths) dans la forêt de Sherwood

Marian (Lucy Griffiths) dans la forêt de Sherwood

Lady Marian (Lucy Griffiths)

Lady Marian (Lucy Griffiths)

Triste spectacle sous les yeux (bleus) d'Allan

Triste spectacle sous les yeux (bleus) d'Allan

Marian remet à Robin le collier d'Eleri

Marian remet à Robin le collier d'Eleri

Rencontre à Sherwood entre Robin et Marian (Lucy Griffiths)

Rencontre à Sherwood entre Robin et Marian (Lucy Griffiths)

Marian (Lucy Griffiths), profondément choquée par ce qu'elle voit

Marian (Lucy Griffiths), profondément choquée par ce qu'elle voit

Plus de détails

Réalisateur : Declan O'Dwyer
Scénariste : Joe Turner

Cast secondaire
Charles Dale ... George 'la chance'
Daniel Albeson ... Tom A Dale
Caroline O'Neill ... Megan
Rachael Cairns ... Eleri
Andras Toth ... Harri

Dissimulés derrière une des maisons de Locksley, Will observe George la Chance, un marchand ambulant qui est prêt à acheter aux villageois n'importe quel objet contre quelques pièces. Un peu plus tard, les hors-la-loi lui tendent une embuscade à Sherwood. Robin lui fait comprendre qu'il doit cesser son petit commerce sans délai et la bande lui confisque son chariot et tout ce qu'il contient. 

Arrivés au cœur de la forêt, les hors-la-loi découvrent un groupe de villageois en colère sur le point de fouetter un homme. Robin s'approche et demande des explications à Megan, l'une des femmes prêtes à lyncher le prisonnier. Elle lui explique que l'homme et ses deux complices se sont faits passer pour des couvreurs afin de mieux la voler. Il lui ont dérobé un précieux collier en argent, cadeau que lui avait fait sa mère le jour de ses noces. Le voleur, qui n'a pas sa langue dans sa poche, se défend en prétendant faire partie de la bande de Robin des Bois. Le hors-la-loi échange alors un sourire amusé avec Much tandis qu'Allan, qui était resté dans la roulotte jusqu'alors, s'approche, intrigué.

Il s'exclame en reconnaissant son frère Tom puis, à la surprise de ses compagnons, il commence à le malmener l'accusant d'avoir volé jadis son épée, sa bourse et son cheval avant de donner raison aux villageois pour vouloir le fouetter ! Présenté à Robin, Tom ne perd rien de son assurance, il clame son admiration et demande au hors-la-loi la permission de rejoindre la bande. Pour preuve de son habileté, il lui tend son poignard qu'il vient subrepticement de dérober à son nez et à sa barbe ! Allan confirme que son frère est certes un bonimenteur mais il n'en reste pas moins un rusé voleur. Robin accepte de donner à Tom une chance de se joindre à la bande, après que lui et ses deux amis aient réparé le toit de Megan comme ils s'étaient engagés à le faire. 

Eleri, la fille de Megan, se présente au château de Nottingham accompagné de son fiancé. Elle vient solliciter la permission de l'actuel Seigneur de Locksley – Gisborne – afin de se marier. Le regard de Guy tombe sur le collier d'argent que la jeune femme porte autour du cou, bijou de famille que vient de lui offrir sa mère pour ses noces prochaines. Le bras-droit du Shérif s'en empare en guise de paiement puis entre dans le château, abandonnant les deux fiancés dépités.

Il retrouve le Shérif dans la salle du Conseil des Nobles, déserte à l'exception de la présence de George la Chance venu se plaindre de l'intervention des hors-la-loi. Contre l'avis de Gisborne, Vaisey promet à l'homme un nouveau chariot et une douzaine de gardes pour assurer sa sécurité. Le commerce du marchand ambulant lui convient, George la Chance fait des bénéfices et lui touche ses taxes, ils sont tous les deux gagnants. 

Les hors-la-loi ont restitué aux villageois rencontrés dans la forêt les objets qui leur appartenaient. Will vient de finir de dresser l'inventaire du butin restant et Robin s'étonne de ne pas y trouver de pièces. George la Chance doit pourtant avoir de l'argent pour exercer son commerce... Pendant ce temps, Allan se chamaille avec Tom avant de faire la paix avec lui. Les deux frères décident de repartir sur de bonnes bases. 

Au château de Nottingham, Gisborne s'entretient avec Marian. Toujours prévenant, il vient de lui faire un nouveau cadeau : le collier d'argent qu'il vient de voler à Eleri ! Ignorant la provenance du bijou, et sous la pression de Guy, Marian accepte le présent. Un garde interrompt leur conversation. Il vient prendre ses ordres auprès du bras-droit du Shérif qui lui ordonne de supprimer l'escorte d'un convoi d'argent à destination de Roderham. Le sergent est surpris mais Gisborne confirme son ordre en expliquant qu'un convoi non gardé attire bien moins l'attention. Un peu à l'écart, Marian n'a rien perdu de leur conversation. 

George la Chance est de retour à Locksley. Alors que Djaq s'étonne que les villageois se pressent pour lui vendre leurs biens, Will lui explique qu'ils comptent que Robin le leur rende, comme il l'a déjà fait.

Robin, quant à lui, vient de bondir dans un chemin creux juste devant le cheval de Marian. Effrayé, l'animal s'est cabré jetant sa cavalière à terre. La jeune femme a atterri agilement sur ses deux pieds et lance un regard noir au hors-la-loi qui lui répond par un sourire charmeur, ravi de son espièglerie. Il remarque alors le collier en argent qui orne son cou et son visage se ferme soudain en le reconnaissant. Quand il tend la main vers le bijou, la jeune femme le repousse brusquement en déclarant qu'il s'agit d'un cadeau. Robin comprend immédiatement que c'est là un nouveau présent de Gisborne et ça ne fait qu'amplifier la colère qui montait déjà en lui. Il lui rapporte alors froidement l'origine du collier.

Embarrassée, Marian enlève le bijou et le lui remet en lui demandant de le rendre à sa légitime propriétaire. Robin se rend brusquement compte de la position délicate dans laquelle elle se retrouve, devant justifier à Gisborne la disparition du collier. Il veut le lui redonner mais Marian refuse, déclarant qu'elle se charge de Guy. La jeune femme remonte en selle et s'éloigne, laissant le hors-la-loi pensif. 

De retour au campement, à la nuit tombée, Robin s'entretient avec Eleri. Il est surpris qu'elle soit allée voir Gisborne. Elle lui explique qu'elle avait besoin de la permission du Seigneur de Locksley pour se marier. Robin sourit en lui rappelant que c'est lui qui, légitimement, possède ce titre et il lui propose de procéder au mariage, sans se faire payer bien entendu ! Radieuse, la jeune femme accepte et repart avec le collier d'argent qu'il lui a rendu.

Allan s'approche de Robin et l'informe qu'il a perdu son frère de vue. Tom et ses deux acolytes ont été aperçu en train de se diriger vers l'est. Robin n'est pas tranquille, Knighton se trouve justement à l'est, il ordonne à Allan d'aller chercher les chevaux. 

Tom et ses deux comparses se trouvent effectivement dans la demeure de Sir Edward qui vient de les jeter dehors en vociférant. Déguisée en Veilleur de Nuit, Marian scellait son cheval quand elle a entendu les cris de son père. S'emparant de son épée, elle se rue hors de l'écurie et engage le combat avec les trois hommes. Elle se bat remarquablement bien et Sir Edward, qui vient de recevoir un coup de poing d'un des voleurs, ne peut s'empêcher de la regarder avec fierté.

Au moment où Marian a mis à terre Tom et s'apprête à le rosser avec un bâton, Robin arrive avec le reste de la bande. Hors-de-lui, il se précipite vers le frère d'Allan et le somme de s'expliquer. Tom avoue qu'il cambriolait la demeure avec ses deux complices et déclare qu'il voulait lui montrer ce dont il est capable. Furieux et terriblement gêné, Allan apprend à son frère que Sir Edward est un de leurs amis. Robin se tourne vers l'ancien Shérif, soucieux, mais celui-ci le rassure, seul son amour propre est véritablement blessé. Le hors-la-loi exige que Tom présente ses excuses au vieil homme puis demande à Allan de l'emmener hors de sa vue.

Marian s'approche de Robin et lui fait signe de la suivre dans l'écurie. A l'abri des regards, elle enlève son masque et lui révèle qu'une cargaison d'argent doit être livrée par la route du nord et que le convoi n'a pas d'escorte. Elle comptait l'intercepter elle-même mais, au vu des récents évènements, elle préfère rester pour veiller sur son père.

Robin la remercie avant de partir au galop avec Much pour s'emparer de l'argent. Malheureusement, quand ils arrivent sur place, le coffre ne contient que de lourdes pierres. On s'est joué d'eux !

Au château, le Shérif est satisfait. La démonstration est faite : il y a un traitre dans leurs murs qui a informé Robin des Bois. Ses soupçons se portent sur le sergent de Gisborne, seul homme à avoir été informé de l'absence d'escorte pour ce convoi. Furieux d'avoir été trahi, Guy entend bien faire parler le soldat et lui faire avouer sa déloyauté. 

De retour au campement, Allan vient plaider la cause de son frère auprès de Robin. Il l'implore de lui accorder une autre chance. Le hors-la-loi hésite mais se laisse fléchir, Tom a droit à une dernière chance. Le frère d'Allan n'aura pas mis longtemps pour décevoir une fois encore la bande. Au réveil, Robin et ses compagnons découvrent que les trois voleurs se sont emparés de leur argent, de leurs vêtements et de leurs chevaux ! Allan est déçu et éprouve la même colère que ses amis. Ils partent sans délai à leur recherche. Mais Tom n'est pas allé bien loin avec son butin. Sa route a croisé celle de George la Chance qu'il a tenté de détrousser avant d'être arrêté avec ses deux complices par les soldats de l'escorte fournie gracieusement par le Shérif. 

Will a découvert l'incarcération de Tom et de ses amis dans les geôles de Nottingham. Il informe la bande que les trois hommes ont été condamnés à être pendus et que le Shérif triomphe, persuadé d'avoir capturé des hommes de Robin des Bois puisqu'en plus de leurs affaires, le trio a dérobé des insignes. Quand Much et Petit Jean clament qu'ils ont mérité leur sort, Allan acquiesce tristement, admettant que son frère a déjà eu plus de chance qui ne le méritait. Robin est quant à lui pensif, les erreurs répétées de Tom justifient-elles la peine de mort ? 

Le chef de hors-la-loi rend alors visite à la seule personne dont il pense qu'elle peut le conseiller, celle qui a toujours su lire dans son cœur, Marian. Au prix d'un numéro d'acrobatie, il se hisse jusqu'à la fenêtre de sa chambre et lui fait part de son dilemme. Sensible à sa peine et comprenant ses hésitations à risquer les vies de toute la bande pour sauver trois hommes qui ne lui ont apporté que des ennuis, la jeune femme s'engage à se renseigner au château.

Quand Robin se penche vers elle pour l'embrasser, elle le repousse doucement, lui disant que ça ne l'aidera pas à prendre sa décision. Elle effleure cependant sa joue dans un geste tendre, lui assurant qu'il est quelqu'un de bien, quelle que soit la décision qu'il prendra. Le hors-la-loi repart, et la jeune femme le regarde s'éloigner le sourire aux lèvres. 

Respectant sa promesse à Robin, Marian erre dans le château en quête de renseignements. Gisborne la surprend près des geôles d'où s'élèvent d'horribles cris et l'éloigne rapidement. Interrogé sur l'origine de ces hurlements, il lui fait part de la séance de torture que subit son sergent pour l'avoir trahi. Marian blêmit en comprenant que l'homme est en train de payer pour les renseignements qu'elle-même a fourni aux hors-la-loi. 

Aux abords de Nottingham, Robin informe ses compagnons de sa décision. Même s'il s'agit d'un piège, ils vont tenter de sauver Tom et ses amis de la pendaison car la famille est sacrée. Ému et reconnaissant, Allan remercie Robin.

A Locksley, Gisborne est en pleine conversation avec George la Chance quand il aperçoit Eleri. Il fait quérir la jeune femme par deux soldats et découvre le collier d'argent à son cou. Sous la menace, elle avoue que c'est Robin qui le lui a rendu. Guy blêmit en comprenant que Marian l'a trahi.

Sans perdre le nord, George récupère le bijou alors que le bras-droit du Shérif affiche un visage fermé. Il retrouve le Shérif dans les geôles et lui fait part de sa découverte. Vaisey n'est pas surpris et rappelle à Gisborne qu'il lui a maintes fois répété que les femmes étaient la lèpre. Guy parti, le Shérif demande à George la Chance d'identifier l'homme qui a voulu le détrousser. Le marchand ambulant identifie Tom qui l'empoigne à travers les barreaux en implorant sa pitié. Il le repousse avec mépris sans se rendre compte que le frère d'Allan vient de dérober le collier d'argent dans la poche de sa veste. 

Eleri a couru jusqu'à Nottingham pour avertir les hors-la-loi que Gisborne a récupéré le collier après lui avoir fait avouer que Robin lui avait rendu. Le jeune archer mesure immédiatement les conséquences désastreuses sur Marian mais il doit s'occuper de sauver Tom et ses amis en priorité. Déguisé en soldat, il s'introduit dans le château avec Much et tous deux gagnent le haut d'une des tours. Le Shérif fait une entrée théâtrale au son des trompettes dans la cour. Il s'adresse au peuple et jubile en expliquant que Robin des Bois arrivera trop tard car il a fait avancer l'heure de l'exécution. Debout au milieu de la foule, Allan découvre désespéré le corps sans vie de son frère se balancer en haut des remparts tandis Vaisey poursuit son discours, provocateur et triomphant.

Robin est lui aussi anéanti. Sous l'impulsion de Much il se ressaisit et se met à la recherche de Marian qui est en grand danger. Il entraine la jeune femme dans un corridor désert et l'informe de la découverte de Gisborne. Sous le choc, Marian est accablée avant de réaliser que Guy doit être face à son père à Knighton. Paniquée, elle veut s'y précipiter sans délai sans écouter les conseils de Robin. Incapable de la retenir, le hors-la-loi la laisse partir en s'engageant à lui ramener le collier. 

En arrivant chez elle, Marian se retrouve face à un Gisborne animé d'une froide colère. Méprisant et haineux, il lui ordonne de lui montrer le bijou qu'il lui a offert. Marian tente tant bien que mal de gagner du temps mais Guy n'est pas d'humeur à patienter. 

Pendant ce temps, à Nottingham, Djaq a fait chercher les affaires de Tom. Elle compatit sincèrement au chagrin d'Allan et essaie de lui apporter un peu de réconfort. En examinant les affaires de son frère, Allan découvre le collier d'Eleri. Robin est lui, en pleine conversation avec George la Chance. Il a déjà découvert l'argent que l'homme utilise pour son commerce, les pièces sont rassemblées en un grand collier qu'il porte sous sa chemise.

Persuadé que le marchand ambulant détient l'objet qui peut innocenter Marian, le hors-la-loi se fâche. Fou d'inquiétude pour la jeune femme, il menace de tuer l'homme qui, paniqué, fouille dans ses poches en vain. Allan et Djaq arrivent sur les lieux et remettent à Robin leur découverte. Le hors-la-loi se rue aussitôt à Knighton. 

Marian renverse les meubles dans sa chambre pour faire croire à un cambriolage mais Gisborne, arrivé subrepticement dans son dos, n'est pas dupe. La colère a fait place à l'abattement. Il est désormais persuadé de sa trahison et veut comprendre ses raisons. La gorge nouée, la jeune femme commence à parler, dénonçant la souffrance insupportable du peuple. Alors qu'elle se trouve près de la fenêtre, elle s'interrompt. Robin s'est une nouvelle fois hissé jusqu'à la soupente et lui remet le collier d'argent.

La jeune femme le brandit sous les yeux de Gisborne, ébahi, qui accepte alors de croire en son innocence. Guy lui avoue ensuite avoir informé le Shérif de sa trahison et lui explique que Vaisey ne trouvera pas sa preuve recevable. Pour la protéger et prouver sa loyauté, il demande sa main! Marian est une fois de plus sous le choc, mais pour sauver sa vie et celle de son père, elle accepte tout en ayant le cœur brisé. Dans un ultime sursaut, elle ajoute qu'elle épousera Gisborne au retour du Roi Richard.

Dans la soupente, Robin a tout entendu et il est anéanti. Prostré, les yeux chargés de tristesse, il croise le regard rempli de larmes de Marian qui lui demande pardon à voix basse tout en refermant sa fenêtre. 

De retour à Sherwood, Robin tient parole et célèbre l'union d'Eleri et de son fiancé. Les hors-la-loi remettent aux jeunes époux le collier de pièces de George la Chance en cadeau de mariage.

Alors que la fête bat son plein autour de lui, Robin, songeur, pense tristement à un autre mariage qui désormais est planifié...

LOCKSLEY:
Un marchand ambulant se trouve au village. Attroupés autour de sa roulotte, les habitants écoutent le discours de cet enjoué personnage. En retrait, Will observe la scène.
Georges La Chance: Maintenant, préparez-vous bonnes gens de Locksley! J'ai une mauvaise nouvelle mais rassurez-vous, j'en ai aussi une bonne! D'abord la mauvaise, c'est que le collecteur d'impôts du Shérif est à Clun. C'est tout près et il sera ici bientôt. Mais la bonne nouvelle, c'est que moi Georges La Chance, je suis parmi vous aujourd'hui à Locksley! J'offre des espèces sonnantes et trébuchantes contre n'importe quel colifichet, bijou, objet de valeur! J'échange tout contre de l'argent! Cet argent qui paiera vos impôts et vous évitera de connaître les prisons du Shérif! Alors aidez-moi à vous aider vous! Pour avoir de la chance, venez voir Georges La Chance!

FORET DE SHERWOOD:
Deux soldats à cheval escortent la roulotte de Georges La Chance qui somnole à l'intérieur.
Un soldat: On aurait dû faire le tour, j'aime pas cette forêt.
Soudain, Allan surgit sur le chemin devant le petit convoi qui est alors obligé de s'arrêter.
Allan (avec un grand sourire): Mes amis, ceci est une embuscade!
Il est rejoint par le reste de la bande. Les hors-la-loi se débarrassent facilement des soldats tandis que Petit Jean assomme le conducteur de la roulotte. Robin arrive à son tour, il grimpe sur les épaules de Petit Jean puis saute à travers la bâche de la roulotte pour atterrir face à Georges La Chance qui le menace aussitôt de son épée. Robin met ses mains en l'air.
Georges: Veux-tu échanger quelque objet de valeur contre de l'argent? Georges La Chance adore le commerce.
Robin: Le commerce avec le Shérif?
Georges (faussement offusqué): Oh, comment peux-tu dire cela?
Robin: Je suis navré Georges mais ta chance a tourné. Je vais fermer ton petit commerce.
Georges (en ricanant): Avec ta gorge à la pointe de mon épée, je ne crois pas non! Allez, appelle tes hommes.
Robin: Oh non, ça je ne crois pas non. Tu es encerclé.
Robin commence à abaisser ses mains.
Georges: Ah, garde tes mains en l'air je te prie!
Robin: Bon, puisque tu me le demandes!
Sous les yeux ébahis de Georges La Chance, Robin s'extrait brusquement de la roulotte tiré par Petit Jean qui le hisse sans peine sur le toit.
Georges: Reviens ici!
Robin effectue une pirouette arrière et retombe sur ses pieds à côté de la roulotte. Georges La Chance sort son épée à la main et se précipite sur lui. Robin évite les coups grâce à son agilité. Soudain, l'épée du marchand ambulant se fiche dans le bois de la roulotte, Robin qui se trouvait dans la trajectoire de l'arme s'affaisse dans un grand cri. Les hors-la-loi accourent aussitôt: c'est la consternation!
Georges (ennuyé): Vous savez les gars...
Robin semble rendre son dernier souffle. Georges La Chance se penche en avant pour dégager son épée mais, alors qu'il s'approche de Robin, celui se redresse et, en souriant, il lui envoie son poing en pleine figure. Le marchand s'effondre, inanimé.
Robin: Je t'ai bien eu, hein!
Les hors-la-loi éclatent de rire excepté Much qui constate avec stupeur que Robin n'est aucunement blessé et que toute cette mise en scène n'était qu'une ruse de sa part.
Robin: On va voir s'il est assez chanceux pour rentrer chez lui tout seul! Prenez tout! On va obliger cette vermine à fermer boutique.
La bande commence à inspecter la roulotte tandis que Robin soupire: il a tout de même eu chaud!

*** Générique ***

Les hors-la-loi ont saisi la roulotte de Georges La Chance. Ils roulent tranquillement dans la forêt de Sherwood lorsqu'ils voient un groupe de villageois sur le point de fouetter un homme. Aussitôt Robin se précipite.
Robin: Hé! Arrêtez! Megan, qu'est-ce que vous faites!
Megan lui désigne trois hommes maintenus par des villageois.
Megan: On va donner une bonne correction à ces vauriens!
Robin: Pourquoi?
Megan: Ils m'ont dit qu'ils étaient couvreurs, qu'ils allaient réparer le trou dans mon toit et ensuite voici ce qu'ils m'ont volé!... (elle tend à Robin un très beau collier formé d'un assemblement d'anneaux en argent)...Ma mère me l'avait offert pour mes noces, c'est le seul objet de valeur que je possède encore. Georges La Chance voulait m'en donner trois sous mais je peux pas le vendre.
L'un des voleurs prend la parole.
Le voleur: Si vous nous touchez, vous aurez les pires ennuis, on est de la bande à Robin des Bois!
Suite à cette surprenante déclaration, Megan, Robin et Much le dévisagent. Pendant ce temps, dans la roulotte, Allan et Djaq discutent joyeusement assis au milieu des trésors de Georges La Chance. Ils s'amusent à enfiler des colliers ou autres bijoux au fur et à mesure qu'ils les découvrent.
Allan: Peut-être que si tu essayais de mettre une robe...
Djaq: Je veux bien si tu en mets une aussi!
A l'extérieur, le voleur poursuit.
Le voleur: Robin des Bois peut surgir de ces arbres à n'importe quel moment pour vous défoncer le crâne!
Djaq (à Allan): Ah moins, que tu aies peur d'être trop joli!
Allan ne relève pas la remarque, il tend l'oreille pour écouter ce qui ce passe dehors.
Allan (intrigué): Je reconnais cette voix!
Amusé par l'aplomb du voleur, Much décide d'entrer dans son jeu ce qui divertit beaucoup Robin.
Much (moqueur): Robin des Bois ne pourrait pas tout de même tous nous attaquer!
Le voleur: C'est pas vous qui feriez peur à Robin! Vous êtes des fillettes à côté de lui et de ses hommes!
Allan sort de la roulotte et rejoint le petit groupe, Djaq sur ses talons.
Allan (reconnaissant le voleur): Tom!
Tom (surpris): Allan?
Much (à Allan): Comment ça, tu le connais?
Allan: Ah! C'est mon frère!
Tom: Grâce au ciel, tu es là!
Allan lui sourit et... lui envoie son poing en pleine figure sous les regards stupéfaits de Robin et de Much! Robin grimace par compassion envers Tom car Allan n'a pas retenu son coup!
Allan (en l'empoignant): Ah, ah! Où est mon épée, hein? Et ma bourse? Et mon cheval?
Tom: Attends que je t'explique!... (puis, se tenant le nez) Mon nez! Comment on peut faire ça à son propre frère!... (il interroge les villageois) Il est cassé?
Visiblement en très colère, Allan se retourne vers Megan.
Allan (fâché): À votre place, moi je le fouetterais jusqu'à ce qu'il en crève!
Tom (s'emportant après Allan): Tu lèves encore la main une fois sur moi et Robin des Bois va te pendre! Au plus haut chêne de la forêt de Sherwood!
En entendant ces paroles, Megan sourit et se tourne vers Robin qui a du mal à garder son sérieux de même que Much. Affligé, Allan pousse son frère devant Robin en le frappant derrière la tête.
Allan: Il est là ton Robin des bois, bougre d'âne!
Tom (exagérément respectueux): Pardonne-moi! Nous implorons ton pardon Robin de Locksley! Nous sommes de modestes couvreurs mais les temps sont durs, on a été obligé de voler pour ne pas mourir de faim. Et tu vois mes compagnons là? Il faut bien que je veille sur eux!
Robin est dubitatif et se tourne vers Allan.
Allan: N'en crois pas un mot!
Tom (à Robin): Par pitié! Tu as bon cœur. Aide-nous à nous en sortir, on va travailler. On pourrait se joindre à votre bande de braves hors-la-loi!
Robin sourit devant la ferveur du discours de Tom puis il se tourne vers ses deux complices.
Robin: Qu'est-ce que vous en dites vous deux?
Tom: Ils peuvent pas parler, ils ont eu la langue tranchée.
Robin (stupéfait): Pourquoi?
Tom: Ils chantaient tes louanges, ils ont été surpris.
Robin doute que cette explication soit la vérité mais visiblement Tom l'amuse.
Robin (en soupirant): Oh, laissez-les partir...
Tom est satisfait. Quant à Allan, il sourit et semble tout de même soulagé.
Robin (à Megan): Voilà ton collier, nous ne sommes pas le Shérif. Nous, nous ne fouettons pas les voleurs... (il revient vers Tom) Comme ça, vous êtes couvreurs?
Tom: Pour sûr, ouais, les meilleurs de toute l'Angleterre!
Robin (à Megan): Eh bien, tu vas avoir un toit tout neuf! Aux frais de la princesse!
Megan sourit, satisfaite, tandis que Tom déchante. Will et Djaq sortent un gros coffre de la roulotte et ils l'apportent vers les villageois.
Robin: Tiens au fait, j'ai trouvé de menus objets abandonnés dans la forêt. L'un de vous a-t-il perdu quelque objet de valeur ces jours-ci? Prenez ce qui vous appartient, avec les compliments de Georges La Chance!
Megan: Si j'avais su, je lui aurais vendu ce collier ce matin!
Robin rit tandis que les villageois examinent les objets du coffre à la recherche de leurs biens.
Tom (à Robin): Je pense qu'on pourrait vous être utile... Tiens ça!
Tom lui tend son propre poignard. Robin le reprend vivement et fronce les sourcils en direction d'Allan qui se rapproche.
Tom: Tu avais remarqué? Si j'arrive à voler au nez et à la barbe du grand Robin des Bois, imagine ce que je peux faire avec de simples mortels!...(il se tourne vers son frère) Allan?
Allan (en souriant): Il faut dire que c'est un excellent voleur de bourses! Il parle beaucoup, c'est certain, mais c'est pas un mauvais bougre.
Robin: Et c'est ton frère...
Allan: Si t'avais un frère et qu'il avait fait une bêtise, tu lui offrirais une chance de se racheter, non?
Robin sort lentement trois insignes de sa poche et les fait miroiter devant le nez de Tom.
Tom (ravi): Merci Robin! Tu n'auras pas à le regretter!
Robin: Ces insignes, il va falloir les gagner, il va falloir faire vos preuves! ... (Tom acquiesce) Pourquoi t'es encore planté là, toi!... (désignant Megan) Le toit de cette dame! Allez ouste!
Allan (en donnant une tape sur la tête de son frère alors qu'il s'éloigne): Au boulot!... (puis, à Robin) Je garde un œil sur lui.
Megan accroche son précieux collier autour du cou de sa fille, ravie.
Megan: Mon collier est à toi maintenant Eleri.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Gisborne monte quatre à quatre les marches de l'escalier de la cour du château. Un garde arrive accompagnant Eleri et son futur époux.
Le garde: Un couple demande à vous voir Monseigneur!
Gisborne: Je suis déjà en retard ...(au jeune couple) Que voulez-vous?
Eleri: Votre bénédiction et la permission de nous marier Seigneur.
Gisborne (avec un sourire narquois): Et qu'est-ce que tu es prête à payer pour avoir ma bénédiction? Approche un peu... (les deux jeunes gens font un pas en avant) Non! … (désignant Eleri) Seulement toi.
La jeune femme s'approche de Gisborne qui immédiatement remarque son collier.
Gisborne: Joli! (prenant le collier dans ses mains) Ceci.
Eleri: Je viens de le recevoir en cadeau de ma mère pour nos fiançailles. C'est le seul objet de valeur que nous ayons dans ma famille.
Gisborne (froidement): Ah, ça me conviendra. Allez, tourne-toi.
Il détache le collier du cou d'Eleri puis entre rapidement dans le château sous les regards affligés des deux jeunes gens.

Dans la salle du conseil, le Shérif reçoit Georges La Chance.
Le Shérif: C'est une honte, un honnête homme dépouillé! Et ce dans l'exercice même de son travail!
Georges: Il me faut plus de gardes.
Gisborne: C'est hors de question.
Le Shérif (ignorant Gisborne): Tu les auras.
Georges: Une demi-douzaine, ça ira. Ah, et euh... il me faut un nouveau chariot!
Agacé, Gisborne soupire.
Le Shérif: Bien sûr, vous voyez ça Gisborne?... (Georges quitte la pièce) Cet homme vaut son pesant d'or, hum. Il fait des bénéfices, on touche nos taxes. C'est bien! Un partenariat entre public et privé... Que s'est-il passé Gisborne? Robin des Bois devait savoir où se trouvait Georges La Chance. Il s'aventure une fois dans la forêt, une seule, et il se fait dévaliser! Coïncidence, hum? Réponse: non! Robin en sait plus sur nous que nous-mêmes. La question est de savoir... comment?
Gisborne (dépité): Je ne sais pas.
Le Shérif (froidement): La réponse... c'est qu'il y a un espion quelque part parmi nous. Et savez-vous ce qu'il faut faire pour confondre un espion?
Gisborne: Non.
Le Shérif: Moi j'use... d'un stratagème ou plutôt... vous usez d'un stratagème, vous lui tendez un piège...

FORET DE SHERWOOD:
Will a terminé l'inventaire des trésors de Georges La Chance.
Will: Et voilà, tout est là!
Robin (surpris): Georges n'avait pas de pièces? Où est son argent?
Djaq (en hochant négativement la tête): On a fouillé ses poches. Il y avait rien.
Robin: Mais sans argent, comment il peut exercer son métier?
Will: Il a tout dépensé.
Robin: Ça, ça m'étonnerait.
Allan discute avec son frère assis près du feu avec ses deux amis et Much.
Tom: Voilà toute l'histoire: quand je me suis réveillé, on s'était fait détrousser tous les deux. Alors plutôt que de te réveiller, je me suis lancé tout seul aux trousses de ces gougnafiers. Et la traque a duré des jours!
Allan (pas dupe, à Much): Il saurait pas dire la vérité même si ça vie en dépendait.
Much (ironique): C'est un trait de famille alors!
Allan (à Much): Ne nous pousse pas à nous liguer contre toi.
Tom: Il manque de respect à notre famille!
Much: Vous vous volez entre vous dans votre famille!... Ma gourde! Où est ma gourde? Je l'avais posée là, où est-elle?
Allan regarde son frère d'un air accusateur et Tom tend à Much sa gourde qu'il lui avait prise.
Tom: Désolé, les vieilles habitudes...
Much récupère sa gourde et part s'asseoir plus loin en boudant.
Tom (à Allan): On refait équipe comme avant?
Allan (désignant les amis de Tom): Comment ils ont perdu leurs langues? Et pas de mensonge!
Tom (en souriant): Ils ont craché sur des gardes!
Allan rigole tandis que son frère poursuit sur un ton sérieux:
Tom: Ça va changer cette fois. Je ne te laisserai pas tomber, je te le promets.
Les deux frères se serrent chaleureusement la main puis s'étreignent.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Gisborne passe autour du cou de Marian le collier qu'il a pris à la jeune Eleri.
Gisborne: Il vous plaît?
Marian: Oui, il est très beau mais...
Gisborne (l'interrompant): Il est tout simple, en argent. Vous n'avez nul besoin de bijoux en or beaucoup trop clinquant.
Marian: Mais à vrai dire, je ne peux pas l'accepter.
Gisborne: Pourquoi? Vous ai-je insultée?... Vous ne l'aimez pas! Il est trop... trop brut, trop simple, enlevez-le!
Marian (gênée): Ah non, je... j'aime ce collier. J'en prendrai le plus grand soin.
Gisborne: En gage de notre amitié...
Marian: Et je vous en suis très reconnaissante.
Depuis le fond de la pièce, Sir Edward jette un coup d'œil inquiet à sa fille. Un soldat arrive et se présente à Gisborne.
Le sergent: Vous vouliez me voir Monseigneur?
Gisborne s'entretient avec lui à quelques pas de Marian qui, discrètement, ne perd rien de la conversation.
Gisborne: Supprime l'escorte pour le convoi de Rotherham.
Le sergent (étonné): Aucune escorte?
Gisborne: Non, aucune escorte. Les gardes attirent l'attention. Et pourquoi attirer l'attention sur un coffre plein d'argent qui doit traverser la forêt de Sherwood?
Le sergent: Bien Messire.
Le soldat s'apprête à se retirer mais Gisborne le retient par le bras.
Gisborne: Et ne le dis à personne. A personne! Et surtout pas aux gardes qui devaient l'escorter!
Le sergent: À vos ordres.
Le soldat s'en va.

NETTLESTONE:
Will et Djaq sont stupéfaits de voir débarquer au village Georges La Chance avec un nouveau chariot et une petite escorte de soldats. Ils observent à distance les villageois qui se massent autour du marchand.
Djaq: Regarde-moi ça!
Georges: Bonjour, vous me connaissez! C'est moi La Chance! Georges La Chance! Je vais faire votre fortune! Venez me voir! J'achète tout contre espèces sonnantes et trébuchantes!
Djaq: Je croyais qu'il avait fermé boutique! Tu as vu ça!
Will: Où est-ce qu'il a retrouvé de l'argent?
Georges: Apportez vos objets de valeur! N'hésitez pas, remplissez votre bourse! Vous ne le regretterez pas!
Djaq: Ils vendent tout ce qu'ils ont! Pourquoi?
Will: Ils se sont passés le mot: Robin va leur rendre leurs biens comme la dernière fois!
Georges: Allez montrez-moi ça! Allez trois sous, avouez que c'est inespéré pour cette petite babiole sans valeur!

FORET DE SHERWOOD:
Marian arrive à cheval lorsque Robin surgit subitement de derrière un arbre et se plante au milieu du chemin. Effrayé le cheval se cabre.
Robin: Hé! Oh, oh doucement!
Mais l'animal se cabre une seconde fois et jette sa cavalière à terre. Elle se réceptionne adroitement.
Robin: Je ne vous ferai aucun mal... Par contre, je vais vous soulager de vos richesses!
Marian revient rapidement vers son cheval et s'empare des rênes.
Robin (content de lui): Désolé! Je croyais que tu étais une riche et noble dame désireuse d'offrir tes luxueux bijoux pour une bonne cause.
Marian (irritée): Tu savais bien que c'était moi.
Robin (en souriant): Dis, tu ne devrais pas te promener toute seule dans cette forêt!... (puis, à voix basse) Il y a des individus peu recommandables dans les parages... des hors-la-loi, tu vois...
Il remarque alors le collier que porte Marian et tend la main pour mieux l'examiner.
Robin (intrigué): Tiens, c'est quoi?
Marian (en frappant la main de Robin): Touche pas!
Robin: C'est un très beau collier. Je l'ai pas déjà vu avant?
Marian (avec agressivité): Non, il m'a été offert.
Robin: Offert par qui?
Marian: Pourquoi, c'est important? Il faut que je m'en aille.
Elle se retourne et s'apprête à remonter en selle.
Robin: Je me le demande... C'est important?
Marian (en se défendant): Non!
Robin comprend soudainement et affiche un air contrarié.
Robin: Gisborne...
Marian: C'est à dire?
Robin: Comme ça, une idée... C'est bien lui?
Marian (agacée): Oui, c'est bien lui.
Robin (en la fixant): C'est intéressant.
Marian: En quoi c'est intéressant?
Robin: Parce que, oui je l'avais vu avant, au cou d'une jeune demoiselle de Locksley. Il lui avait été offert par sa mère.
Marian (incrédule): Oui, et alors?
Robin: Et alors?... (il avance sa main vers le bijou mais Marian le repousse une nouvelle fois) Maintenant, il est à ton cou à toi.
Marian: Gisborne l'a volé à cette demoiselle?
Robin (sèchement): Je ne peux pas imaginer qu'elle le lui ait donné de plein gré. Mais ce n'est pas comme si tu l'avais volé à cette pauvre fille toi-même...(puis, avec dédain) Mais on sent bien que tu y es attachée! Et bien sûr, c'est un cadeau qui t'a été offert délicatement par un homme qui visiblement compte beaucoup pour toi!
Marian détache le collier de son cou et le tend à Robin.
Marian: Tiens, tu peux le lui rendre.
Robin (froidement): Avec joie... Qu'est-ce que tu vas dire à Gisborne?
Marian: Demande-lui de ne pas le mettre en public et il n'en saura rien.
Robin regarde pensivement le bijou.
Robin (doucement): Reprends ce collier, je lui en trouverai un autre.
Marian: Il lui a été offert par sa mère... Garde-le, je me charge de Gisborne.
Marian remonte en selle et s'éloigne tandis que Robin tournicote le bijou en soupirant.

C'est le crépuscule. Much affûte son épée tandis qu'un peu plus loin, Tom complote avec ses deux amis.
Tom: Il est l'heure de se mettre au travail les gars! Allez, en route.
Much les voit s'éloigner tous les trois. Il interpelle Allan à moitié endormi.
Much: Ohé!
Pendant ce temps, Robin s'entretient avec Eleri.
Robin: Pourquoi êtes-vous allés voir Gisborne?
Eleri: C'est notre maître maintenant.
Il lui montre le collier que Marian lui a rendu.
Robin: Qu'est-ce qui s'est passé avec ça?
Eleri: Il l'a pris en paiement pour notre mariage...(puis, intriguée) Comment avez...
Robin (l'interrompant): Aucune importance. Tu veux toujours te marier?
Eleri acquiesce avec un large sourire.
Robin: Eh bien, laisse-moi vous marier alors!
Eleri (dubitative): Ce sera valable?
Robin (en souriant): Bien sûr que oui! Et je prends moins cher que Gisborne!...(lui rendant son collier) Tiens, rentre chez toi.
Eleri: Merci Robin.
Reconnaissante, la jeune femme s'en va. Will s'approche alors de Robin.
Robin: Georges La Chance?
Will: Il est de retour avec plus de gardes et un nouvel attelage.
Robin: Donc il est de mèche avec le Shérif.
Will: Les villageois font des pieds et des mains pour lui vendre tout ce qu'ils ont. Ils cèdent tout à bas prix parce qu'ils sont sûrs que tu vas leur rendre.
Robin: Première chose: demain, on le retrouve et on lui reprend tous ses jouets, pour de bon!
Allan: Robin!... (Robin et Will rejoignent Allan et Much) J'ai perdu mon frère!
Robin: T'as vu la taille de la forêt!
Much: Ils ont pris vers l'est.
Allan (inquiet): Et il ne m'a pas dit où il allait en tout cas. J'ai un mauvais pressentiment.
Robin: Pfft...(à Much) Va chercher les chevaux...(puis, à Allan) Vers l'est, c'est Knighton.

MANOIR DE KNIGHTON:
Dans les écuries, Marian vêtue en Veilleur de Nuit ajuste son masque et s'apprête à partir. Tom et ses deux complices sont dissimulés dans des buissons aux abords du manoir.
Tom: Belle maison, ça veut dire bonne récolte. C'est le moment, on passe par derrière.
Ils se lèvent et contournent la demeure. Quelques instants plus tard, la porte d'entrée s'ouvre brusquement: les trois voleurs en sortent en courant poursuivi par Sir Edward, furieux.
Sir Edward (en criant): Vous vous figurez que vous allez piller cette maison! Fichez-moi le camp!
Dès qu'elle entend les cris de son père, Marian saisit son épée et s'élance hors des écuries. Sir Edward se bat en duel contre l'un des voleurs mais celui-ci lui décoche un violent coup de poing en pleine figure qui le déséquilibre et le fait tomber à la renverse. La jeune femme se jette sur les agresseurs de son père. Le Veilleur de Nuit se bat vaillamment, distribuant coups d'épée et coups de poing et affrontant deux adversaires simultanément sous les yeux ébahis de Sir Edward. Marian ne faiblit pas et continue de se battre contre les trois voleurs: elle parvient même à s'emparer du bâton de l'un d'eux et s'en sert pour les frapper. Un des voleurs tente de lui reprendre le gourdin mais elle le tient fermement et s'en sert d'appui pour passer de manière acrobatique par-dessus son agresseur. Sir Edward, toujours à terre, ne peut détacher ses yeux de sa fille et la regarde combattre: son visage reflète toute la fierté qu'il éprouve! Robin et ses hommes arrivent au galop au moment où le Veilleur de Nuit a réussi à mettre Tom à terre et s'apprête à le rosser avec son bâton.
Robin (en criant): Arrêtez!
Fou furieux, Robin met pied à terre et vient se planter devant Tom qui s'est relevé.
Robin: Je peux savoir ce qui se passe ici!
Tom (à Robin): Dieu merci, tu es là!...(puis, au Veilleur de Nuit) C'est Robin des Bois! Et ça va chauffer pour toi mon vieux!
Toujours masquée, Marian hausse les sourcils devant tant de stupidité et rejoint son père. Allan s'approche de son frère et le gifle, il est très en colère.
Allan (à Tom): Qu'est-ce que tu fais!.. (puis il se présente rapidement devant Sir Edward) Je suis vraiment navré...
Sir Edward: Ces coquins cambriolaient ma maison!
Tom (s'emportant): Oui, on cambriolait cette maison! C'est notre boulot! C'est ce qu'on fait! On essayait de montrer au patron ce qu'on est capable de faire!
Allan: Ces gens-là sont nos amis!
Tom (étonné): C'est maintenant que tu le dis! Je pensais...
Allan se plante face à son frère et vocifère après lui.
Allan (furieux): Tu penses rien du tout, toi! T'as rien dans le crâne!
Allan donne une nouvelle gifle à son frère.
Tom: Aïe!
Robin se retourne vers Sir Edward.
Robin (soucieux): Vous êtes blessé?
Sir Edward: Juste l'amour propre... Ce sont vos hommes ça?
Robin: Oui, mais plus pour longtemps, je vous le promets.
Robin se dirige vers Tom.
Robin (en colère): Va t'excuser! Va t'excuser pour tout ce tapage!...(puis, comme Tom ne bouge pas, Robin hurle) Allez!
Allan (furieux): Tu vas faire ce qu'on te dit!
Allan gifle une nouvelle fois son frère qui se dirige enfin vers Sir Edward.
Tom (doucement): Navré...
Robin (furieux): J'entends rien!
Tom (un peu plus fort): Je suis désolé...
Robin (à Sir Edward): Je ne savais pas ce qu'ils voulaient faire Ils seront châtiés, vous avez ma parole.
Allan (embarrassé): Robin, je suis vraiment désolé.
Robin (fâché): C'est bon! Fais-les disparaître!
Allan empoigne son frère et ils vont rejoindre le reste de la bande qui surveille les complices de Tom. Marian, toujours vêtue en Veilleur de Nuit, attrape le bras de Robin et lui fait signe de la suivre. Much les observent tandis qu'ils entrent dans l'écurie. Une fois à l'abri des regards indiscrets, Marian enlève son masque.
Marian: Une cargaison d'argent doit être livrée par la grande route du nord. Je m'apprêtais à aller l'intercepter.
Robin: Qui ça? Toi?
Marian: Oui, moi! Il n'y a pas d'escorte de manière à ne pas attirer l'attention. Une simple charrette...
Robin (contrarié): Et comment tu sais tout ça? Un nouveau cadeau de Gisborne?
Agacée, Marian soupire et lève les yeux au ciel.
Marian: Écoute, là je dois rester auprès de mon père. Si tu veux l'avoir, il faut que tu fasses vite!
Robin: Merci!...(il sort des écuries en courant) Much! La route du nord!
Robin et Much galopent à travers la forêt de Sherwood et rattrapent deux hommes qui tirent une charrette à bras. Robin décoche une flèche qui vient se ficher dans le coffre sur la charrette. Instantanément, les hommes s'arrêtent.
Robin: Veuillez nous excuser, nous avons fait le plus vite possible!
Il utilise son poignard pour casser la serrure puis ouvrir le coffre et il découvre avec stupeur qu'il est rempli de pierres.
Robin: Malheur... Qu'est-ce que le Shérif nous mijote?
Much: Bien, il semblerait qu'on ait tous fait le voyage pour rien.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Le Shérif joue avec les pièces d'or des taxes que Robin projetait de voler.
Le Shérif: Bien joué! Robin voulait l'argent et voilà ce qu'il a eu à la place...(il montre à Gisborne le coffre rempli de pierres)... Donc, vous l'avez dit à qui?
Gisborne: À mon sergent.
Le Shérif: À personne d'autre?
Gisborne: Non.
Le Shérif (soupçonneux): Vous êtes sûrs?
Gisborne: Seulement à mon sergent, ce ne peut être que lui.
Le Shérif: Faites-le souffrir.
Gisborne: Oh ça oui!

FORET DE SHERWOOD:
Il fait nuit, Robin s'explique calmement avec Allan. Tom et ses deux amis assis un peu plus loin attendent le verdict du hors-la-loi.
Robin: J'avais accepté que tu reprennes ton frère en main.
Allan: Oui.
Robin: Et j'ai changé d'avis.
Allan: Il a fait ça pour t'impressionner! Il ne savait pas qui il volait, il a vu une grosse maison c'est tout et il réfléchit pas! Tu n'as pas à leur faire confiance mais fais-moi confiance à moi. J'aurais dû le garder à l'œil.
Robin: Oui, t'aurais dû.
Allan: Écoute! Quand est-ce que je t'ai jamais demandé quelque chose...(il croise le regard de Robin) Oui bon, à part de me sauver la vie... Il a fait un paquet de bêtises, je le sais, j'ai tenté de l'aider. Avant j'étais comme lui, tu sais... à faire n'importe quoi... mais j'ai changé... grâce à toi et puis parce que je suis là. Si tu voulais lui donner une seconde chance...
Robin (l'interrompant): Mais il a eu sa seconde chance!
Allan: Tu vois, s'il était avec nous, avec des hommes bien, je suis sûr qu'il changerait.
La plaidoirie d'Allan touche Robin qui hésite.
Allan: Si je le reprends en main et que je m'occupe bien de lui, t'auras plus aucun souci avec Tom. S'il te plaît... petite chance?
Robin: Même toi, il t'a volé et tu le défends quand même...
Allan: Ben c'est mon frère.
Robin (en soupirant): Son ultime chance...
Allan (ravi et reconnaissant): Merci Robin!
Allan va annoncer la bonne nouvelle à son frère.
Allan: Dernière chance, tu m'as bien compris.
Tom: Oui.
Tom et ses complices semblent soulagés.

Le lendemain matin, Much donne un coup de pied à Allan, allongé sur le sol, pour le réveiller.
Much (fâché): Allez debout!
Comme Allan, encore à moitié endormi, grogne et ne se réveille pas, Much lui donne un nouveau coup de pied.
Much (en criant): Debout! Ils ont filé!
Allan (d'une voix endormie): Ils ont filé...
Will (fâché): Et ils ont tout emporté!
Allan: Quoi tout?
Robin (sèchement): Vêtements, argent, chevaux. Tout ce qu'on avait.
Allan: Je vais le tuer... oui, je vais le tuer, le jeter dans la tombe, le déterrer et le tuer encore !

Au détour d'un chemin, Tom et ses complices croisent la route de Georges La Chance qui somnole assis à l'entrée de sa roulotte. Tom dégaine son épée et s'approche de Georges.
Tom: Au nom de Robin des Bois, donne-nous ta bourse et on te fera aucun mal.
Georges (très calmement): Holà, doucement, ce n'est même pas la peine d'y songer. T'as une demi-douzaine de gardes en train de se soulager dans le bois derrière toi.
Tom: Et tu espères me faire avaler ça!
Georges : Et bien retourne-toi si tu veux, et ouvre un peu les yeux!
Tom: Tu crois peut-être que je suis né de la dernière pluie!
Comme Georges reprend tranquillement le cours de sa sieste, Tom, intrigué, se retourne et voit effectivement une demi-douzaine de soldats sortir de derrière les arbres et venir vers lui en dégainant leurs épées.

Aux abords de Nottingham, Will rejoint la bande. Il apporte de mauvaises nouvelles.
Will (embarrassé): Ils vont être pendus.
Much: Ils nous ont menti, ils nous ont dévalisés. Ils nous ont attiré que des ennuis.
Petit Jean (froidement): Qu'ils les pendent!
Much lui jette un regard réprobateur.
Allan (à voix basse): Je suis d'accord...
Much (stupéfait): Toi!
Allan: Mon frère a déjà eu plus de chance qu'il ne le mérite.
Robin: Mérite-t-il de mourir?
Allan (tristement): Et nous? Si on va à Nottingham, on va finir avec lui sur l'échafaud.
Will: Ils nous ont pris quelques insignes. Le Shérif fanfaronne, il croit qu'il tient des hommes de Robin des Bois...(Robin soupire et lève les yeux au ciel)... Donc, il nous met au défi de les sauver.
Allan (dissimulant son émotion): Mon frère n'a jamais fait partie de la bande, je crois. On leur a fait confiance et ils nous ont trahis, voilà tout. Faudrait être fou pour se jeter dans un piège pour eux. Vous n'êtes pas d'accord avec moi?
Personne ne répond, tous sont très ennuyés et attristés par cette situation délicate.

MANOIR DE KNIGHTON:
Robin arrive devant la demeure de Marian. Il siffle pour l'appeler. La jeune femme apparaît à la fenêtre de sa chambre et sourit en le voyant.
Marian: Qu'est-ce que tu veux?
Robin: Te parler!
Marian: Je t'écoute.
Il prend son élan, attrape une barre horizontale fixée entre deux poutres puis il pivote et se hisse jusqu'à atteindre la soupente attenante à la chambre de Marian. La jeune femme s'assoit sur le rebord de sa fenêtre et Robin s'approche.
Marian: Tu peux parler d'ici... (Robin la dévore des yeux)... Quoi?
Robin: J'ai rien dit!
Marian: Mais tu m'as regardé.
Robin (en lui souriant): C'est pas moi! C'est mes yeux qui se sont posés là... (puis sérieusement) Je suis désolé pour hier. Ça... Ça va ton père?
Marian: On dit que tes hommes vont être pendus.
Robin: Non, ce ne sont pas mes hommes.
Marian: Pourtant hier soir ils l'étaient.
Robin (en soupirant): Le Shérif les fait pendre en mettant mon nom en avant dans l'espoir que je vais me montrer pour les sauver. Mes hommes pensent que c'est une chausse-trappe... Est-ce que ton bon ami Guy de Gisborne t'aurait dit quelque chose?
Marian (en souriant): Je l'ai trouvé plutôt préoccupé mais je vais me rendre au château pour voir si je peux me renseigner.
Robin (accablé): Les gens vont croire que je ne peux pas protéger mes hommes si je ne les sauve pas... mais ça veut dire risquer la vie de toute la bande.
Marian (doucement): Tu es quelqu'un de bien Robin, et ce, quoiqu'il arrive.
Robin approche davantage son visage de celui de Marian pour l'embrasser, mais elle fait en sorte de rester hors de sa portée puis lui effleure la joue.
Marian (en riant): C'est pas ça qui va t'aider à prendre ta décision!
Déçu, Robin soupire en affichant une moue boudeuse.
Robin (dépité): Hé, ça pourrait!
Marian (avec bonne humeur): Oui, mais non!
Robin se laisse glisser jusqu'au sol puis s'en va non sans lui avoir jeté un dernier regard. Marian rentre dans sa chambre, le sourire aux lèvres.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Marian rencontre Gisborne qui sort des geôles d'où s'élèvent des cris de torture.
Gisborne (surpris): Marian?
Marian: Messire Guy.
Gisborne (la dévisageant): Donc, vous ne l'aimez pas finalement... (puis, devant l'air incrédule de Marian, il ajoute)... le collier!
Marian: Si! Je l'aime beaucoup, il est dans ma chambre.
Gisborne (déçu): Vous avez oublié de le mettre.
Marian: Il est très précieux à mes yeux, je ne voudrais pas le perdre.
D'horribles cris provenant des geôles bouleversent Marian.
Gisborne: Venez, ce n'est pas pour vos oreilles.
Il lui prend le bras pour l'inciter à s'éloigner.
Marian (angoissée): Qu'est-ce que c'est?
Gisborne: Quel est le plus grand crime qu'un homme puisse commettre?
Marian: Le meurtre.
Gisborne: Non, la trahison... Mon sergent m'a juré fidélité et il m'a poignardé dans le dos. Il n'a pas encore avoué mais ça va venir.
Marian: Avouer quoi?
Gisborne: Nous avons tendu un piège pour démasquer un traître: une charrette sans escorte. Robin a été prévenu.
Marian: Mais si ce n'était pas cet homme...
Gisborne: Mon sergent était le seul à être au courant. Je ne l'ai dit à personne d'autre.
Marian (ébranlée): Ne faites pas ça, je vous en conjure Messire...
Gisborne: Vous comprenez la loyauté?... L'importance de la loyauté?
Marian: Oui bien sûr mais...
Gisborne (l'interrompant): Donc il doit payer pour son crime.
Gisborne s'en va laissant Marian particulièrement bouleversée.

Aux abords du château, Will et Djaq ouvrent une cache dissimulée dans le sol.
Much (à Robin): Oui, mais est-ce que Marian a dit que c'était un piège?
Robin: Elle n'en savait rien.
Much (fermement): Alors, on ne peut pas y aller... (Robin soupire)... On ne va pas risquer nos propres vies pour trois vauriens de la pire espèce!
Robin (avec autorité): Nous allons à Nottingham... Je vous retrouve là-bas.
Petit Jean attrape l'uniforme que lui lance Will puis échange un regard avec Much: tous deux désapprouvent la décision de Robin.
Much (insistant): Maître, sincèrement, pourquoi?
Robin: Pour la famille! Pour le frère d'Allan! On ne peut pas laisser le Shérif pendre quelqu'un de la famille, aussi peu digne de confiance qu'il puisse être.
Allan, qui jusque-là avait assisté à la conversation sans intervenir, s'avance vers Robin avec reconnaissance.
Allan: Robin, Dieu te bénisse mon ami...
Robin: Il n'y a pas de quoi mon ami.

LOCKSLEY:
Gisborne est accompagné par Georges La Chance et quelques soldats. Il aperçoit Eleri et sa mère.
Gisborne: Amenez-moi la fille!...(les soldats obéissent et obligent Eleri à se présenter devant Gisborne)... Ah! La fiancée...
Eleri: Oui Monseigneur.
Gisborne: Ouvre ton col.
Eleri hésite puis obéit avec réticence à Gisborne. Il découvre le collier d'argent au cou de la jeune femme.
Gisborne: Où est-ce que tu as eu ça?
Eleri: C'est ma mère qui me l'a donné.
Gisborne: Oui, et moi je te l'ai pris. Comment l'as-tu récupéré?
Face au regard noir de Gisborne, Eleri prend peur et lui répond à voix basse.
Eleri: C'est Robin des Bois qui me l'a donné.
Furieux, Gisborne arrache le collier du cou de la jeune femme.
Georges: Faites voir?... J'en offre un sou, ça va?
Gisborne (froidement): Prends-le, il ne vaut rien pour moi.
Georges: Il a de la chance, George La Chance!
Les soldats relâchent Eleri, Gisborne soupire et semble très contrarié.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Tom écoute le Shérif et Gisborne qui discutent dans les geôles du château.
Gisborne: On m'a trahi...
Le Shérif: Encore! Cela devient une habitude dites-moi!
Gisborne: Non, pas encore. Je m'étais trompé. Mon sergent était innocent et il est mort.
Le Shérif: Ma fois, je suis sûr qu'il était coupable de quelque chose!
Gisborne: C'était Marian, j'en ai la preuve.
Le Shérif: Marian!... Bien, bien, bien. Si cela me surprend? Réponse: non. C'est toujours les filles, je vous l'ai dit, les femmes sont la lèpre, hein!...(puis, devant l'air dépité de Gisborne) Oh, ça fait vraiment mal? Vous sentez dans votre dos la brûlure de la lame qui se retourne dans la chair. Elle vous souriait tout le temps, oui, mais en vérité elle riait de vous, vous trahissait, vous méprisait... vous humiliait. Et vous, qu'avez-vous envie de lui faire maintenant?... Allez-y, donnez-vous en à cœur joie.
Gisborne s'en va sans lui répondre et George La Chance rejoint le Shérif devant le cachot de Tom qui n'a rien perdu de la conversation.
Le Shérif: Ah! Alors?
Georges (en regardant Tom et ses deux complices): Oui, c'est bien la bande qui a voulu me détrousser.
Tom se jette sur George qu'il attrape à travers les barreaux de sa cellule.
Georges: Arrête!
Tom: Ayez pitié de nous! Je vous en supplie!
Il en profite pour dérober discrètement de collier d'Eleri dans la poche de George La Chance.
Georges: Enlève tes sales pattes de là!... (Tom le lâche) Oh, ma veste était toute propre!
Le Shérif et George s'éloignent.
Tom: Robin va nous sauver! Il va venir!
Le Shérif: Oh non! Sûrement pas...

Eleri reconnaît Allan et Much à Nottingham et se hâte de les rejoindre.
Much: Qu'est-ce que tu fais?
Eleri (stressée): Écoute, je dois absolument parler à Robin!
Much: Pourquoi donc? Qu'est-ce que tu veux?
Eleri: Guy de Gisborne m'a repris mon collier, il m'a obligée à lui dire...
Elle s'interrompt car deux soldats se rapprochent dangereusement d'eux.
Eleri (à Much): Embrasse-moi!
Joignant le geste à la parole, elle se jette au cou de Much et l'embrasse. Quand les soldats les ont dépassés, elle relâche son étreinte et se retrouve face à Much, médusé.
Eleri (gênée): Excuse-moi...
Allan (en chuchotant): Much!
Much (encore perturbé par le baiser d'Eleri): Euh... Bon... Euh... Qu'est-ce qui s'est passé?

Much se hâte de retrouver Robin dissimulé un peu plus loin au pied du château.
Much: On a un problème!
Robin: On a plein de problèmes! Et la plupart sont sous forme de gardes. Allez, viens!
Robin se dirige droit vers deux gardes, Much sur ses talons.
Much: Vous vous rappelez, le collier? C'est Georges La Chance qui l'a. Et Gisborne sait que vous l'avez rendu à Eleri!
Robin (alarmé): Quoi! Mais comment?
Ils arrivent face aux gardes.
Much: Écoutez, elle avait une peur bleue...(Robin adresse un signe de tête à Much et, simultanément, ils assomment chacun un garde)... Ouille, ma main!
Robin: On libère Tom et ensuite, on voit pour Marian! Allez, prends les uniformes, vite!
Robin ouvre la grille qui était gardée par les deux soldats tandis que Much commence à les dévêtir.
Le Shérif fait son entrée au son des trompettes dans la cour du château où est dressée la potence. Il goûte visiblement son triomphe. Les habitants de Nottingham sont rassemblés pour l'exécution.
Le Shérif: Tous ces visages impatients!
Debout parmi les nobles, Marian l'écoute commencer son discours d'un ton enjoué.
Le Shérif: Vous attendez tous que Robin des Bois apparaisse, hum? Et nous fasse un petit tour avec son arc!... (il ricane) Et bien, l'heure n'est pas aux jeux de petits garçons, l'heure est à la Justice.
Dissimulés dans une tour du château, Much et Robin déguisés en soldats observent la scène et attendent le moment propice pour intervenir.
Le Shérif: Nous avons des lois! Robin des Bois, lui, n'a aucun respect pour nos lois. Robin des Bois se moque des lois! Il aimerait faire des criminels de chacun de nous, des meurtriers, des voleurs et pourtant, vous attendez là en espérant qu'il va venir sauver ses... ses comparses!
Robin encoche une flèche sur son arc et se tient prêt à tirer du haut de la tour entre deux créneaux.
Le Shérif: Oui, bien sûr que vous attendez et c'est pourquoi j'ai fait avancer l'heure de l'exécution pour qu'on les pende il y a une heure!...(puis en criant et en désignant le chemin de ronde) Regardez là-haut!
Toutes les têtes se tournent vers le chemin de ronde. Trois potences ont été dressées là-haut et trois corps enveloppés dans de grands draps se balancent au gré du vent. Sous les cris d'horreur de la foule, trois soldats découvrent les corps des trois voleurs exécutés. Caché parmi les habitants Allan est sous le choc de la pendaison de Tom, Marian est elle aussi bouleversée. Quant à Robin, il est désespéré par cette manœuvre du Shérif.
Le Shérif (en criant): Tu arrives trop tard Robin des Bois! Tes hommes sont déjà morts!
Allan, fou de douleur, veut se jeter sur le Shérif mais Djaq le retient. Robin s'affaisse par terre en haut de la tour, anéanti.
Le Shérif: Oh, j'aurais voulu que tu puisses voir l'expression de leurs visages juste avant qu'ils réalisent que tu n'allais pas venir à leur secours. Hum, c'était bouleversant...
Allan lance un regard haineux en direction du Shérif tandis que Marian, les larmes aux yeux, l'écoute poursuivre son discours de manière théâtrale.
Le Shérif: D'abord, il y a eu le … le désappointement, teinté de confusion qui a bientôt fait place à la colère suivi des larmes... jusqu'au moment où ils ont réalisé qu'il s'agissait de leurs dernières larmes. C'était très émouvant, très touchant!
Allan hoche tristement la tête devant tant d'hypocrisie. Depuis une fenêtre de la tour, Much est consterné et écoute Le Shérif poursuivre.
Le Shérif (en criant): Oui, j'aurais voulu que tu vois ça Robin des Bois!... (puis, ironique) Bon, merci infiniment! Au fait, l'un d'entre vous pourrait-il prévenir Robin s'il le voit? Merci.... Des visages impatients et souriants, bien...
Il regagne l'intérieur du château en sifflotant joyeusement.
Le Shérif: Et voilà une bonne journée de travail!... ah, ah, le Shérif passe!
Les portes se referment sur le Shérif. Much voit Marian partir, il interpelle Robin qui se trouve toujours dans la tour à l'étage supérieur.
Much: Robin! … Marian!
Robin ramasse ses affaires et court rejoindre Much.

Assis par terre dans une petite ruelle de Nottingham, Allan est prostré. Face à lui, Djaq donne ses instructions à un jeune homme.
Djaq: Tu viens pour prendre les effets personnels du pendu: Tom de Dale... tu es son cousin. Amène-les ici. Fais vite!
Le garçon part en courant. Allan fond en larmes et Djaq pose une main amicale sur son épaule.

Toujours déguisés en soldats, Much et Robin ont rejoint Marian et l'entraînent dans un couloir désert du château.
Robin: Gisborne sait que tu m'as remis le collier, il sait que tu l'as trahi. Tu cours un très grand danger.
Marian (choquée): Non...
Robin: Je vais te le rapporter. Il va partir pour Knighton Hall immédiatement.
Marian: Mais, mon père!
Robin: Attends-moi, je reviens.
Marian (inquiète): Je ne peux pas le laisser avec Gisborne!
Robin (alarmé): Marian! Tu ne peux pas rentrer chez toi maintenant, c'est trop dangereux!
Marian (affolée): Il est déjà fragile, il ne pourra pas se défendre si jamais...
Robin (l'interrompant): Marian! Regarde-moi.... (la prenant par les épaules) Regarde-moi! Laisse-moi un peu de temps, je vais te ramener le collier.
Marian fait demi-tour et s'en va rapidement. Much et Robin se précipitent vers l'accès par où ils étaient entrés. Ils y retrouvent Petit Jean et Will.
Robin: Will! Va chercher Allan et Djaq!...(il enlève son uniforme de soldat puis s'adresse à Petit Jean) Faut qu'on trouve George La Chance, il doit être ici!

MANOIR DE KNIGHTON:
Gisborne et Sir Edward sont assis à table face à face. Gisborne est très sombre et le père de Marian très inquiet.
Sir Edward: Que voulez-vous?
Gisborne: Peut-être un peu de sel.
Sir Edward: Où est Marian?
Gisborne: Bonne question!
Sir Edward: Si vous lui avez fait quoique ce soit, si vous lui avez fait du mal...
Gisborne (méprisant): Vous ferez quoi?
Marian ouvre brusquement la porte et entre, essoufflée.
Gisborne: Quand on parle du loup...
Marian (d'un air innocent): Messire Guy, c'est une surprise de vous voir ici!
Gisborne (froidement): Je sais...Pardonnez-moi, je passais juste pour une petite conversation... Et où étiez-vous?
Marian:
À la pendaison! Je peux vous offrir quelque chose à boire?
Gisborne (avec un regard particulièrement noir): Je ne crois pas, non.
Il se lève et vient se placer face à Marian.
Gisborne: Montrez-moi le collier.
Marian (d'une voix peu assurée): Mais quel collier?
Sir Edward se lève et s'approche de Gisborne.
Sir Edward: Permettez-moi de vous dire Messire...
Gisborne ne lui laisse pas le temps de finir sa phrase, il le gifle violemment devant Marian qui pousse un cri, terrifiée.
Gisborne (hargneux): Montrez-moi votre collier!

NOTTINGHAM:
Will retrouve Allan et Djaq toujours assis dans la petite ruelle.
Will: Robin vous cherche... (il s'accroupit auprès d'Allan) Je suis désolé...
Allan hoche la tête.
Djaq (à Will): Laisse-nous juste un instant.
Will acquiesce et s'éloigne de quelques pas.
Djaq (à Allan): J'avais un frère... un jumeau... Il a été tué dans vos croisades.... Je suis devenue lui, il s'appelait Djaq. Il est encore là, bien vivant à l'intérieur de moi, tout comme ton frère vit à travers toi.
Allan (avec un petit sourire): Et c'est bien ce qui m'inquiète!
Djaq lui tend le sac qui contient les affaires de Tom.
Djaq: Tu ne veux pas au moins regarder?
Allan: Regarder quoi? Un sac de haillons?... Voilà ce qui reste de toute une vie.
Allan plonge la main dans le sac et en ressort le collier en argent d'Eleri. Will et Djaq sont aussi surpris que lui.

MANOIR DE KNIGHTON:
Face à Gisborne, Marian tente de gagner du temps.
Marian: Vous voulez me faire prouver mon innocence?
Gisborne (froidement): Montrez-moi le collier.
Marian: Aurais-je commis un crime?
Gisborne (en élevant la voix): Montrez-moi le collier!
Marian (fermement): Je refuse et c'est la fin de notre amitié. Comment pourrais-je être amie avec quelqu'un qui me demande de prouver mon innocence sans dire quel est mon crime!
Gisborne: Vous m'avez trahi pour Robin. Vous lui avez donné le collier, vous lui avez révélé mon plan et maintenant vous allez me le payer.
Marian: Vous n'avez pas de preuve!
Gisborne: Et vous n'avez pas de collier.
Marian: Il est à l'étage.
Gisborne: Non, il n'y est pas.
Marian: Il est dans ma chambre, je vais aller vous le chercher!
Gisborne (hargneux): Ne me faites pas perdre mon temps!
Marian: Je vous en prie... laissez-moi prouver mon innocence.
Après un instant d'hésitation, Gisborne se déplace et laisse passer Marian qui se dirige lentement vers sa chambre sous le regard très inquiet de son père.

NOTTINGHAM:
La roulotte de Georges La Chance vient de franchir la porte de la ville. Petit Jean, planté les bras écartés en plein milieu du chemin l'oblige à stopper.
George: Cocher! Pourquoi est-ce qu'on s'arrête? Cocher!... Qu'est-ce qui se passe encore!...(il sort de sa roulotte et se retrouve face aux hors-la-loi) Holà, holà, doucement les amis!
Robin (en pointant son poignard sur Georges): Le collier que Gisborne t'a donné!
George: Quoi? En argent, style celtique?
Robin (l'interrompant avec impatience): Oui!
George: Ça ne me dit rien.
Robin échange un regard avec Much et Petit Jean.
Robin: Tu as une seule chance: tu nous donnes le collier ou bien on te tue et on va le chercher nous- même!...(Georges ne bronche pas et Robin reprend froidement) Je ne joue pas.
Comme Georges ne se décide toujours pas, Robin se jette sur lui et ouvre sa chemise avec violence. En fait, le marchand porte toute sa fortune sous forme de colliers de pièces autour de son cou!
George: D'accord. Ecoutez... C'est bon...Laissez-moi l'argent et je vous donne le collier.
Robin (fâché): D'abord donne-nous le collier!
Georges entreprend de fouiller les poches de sa veste.
Georges: Euh... Oui, bien... Euh... il a disparu!
Robin n'en croit pas un mot. En croisant son regard, Georges s'affole.
Georges: Non, non, non, non, non, juré, je l'avais mais il a disparu!
Robin comprend qu'il dit la vérité et soupire en mesurant les conséquences.
Much: Maître, si nous n'avons pas le collier...
Robin (l'interrompant, contrarié): Oui, je sais!
Much: Alors, qu'est-ce qu'on fait?
Will, Allan et Djaq arrivent en courant.
Will (à Robin): J'ai trouvé Allan et Djaq! Et eux ont trouvé...
Djaq (l'interrompant): Quelque chose qui pourrait t'intéresser!
Elle tend à Robin le collier d'Eleri qu'ils ont trouvé dans les affaires de Tom.
Robin: Il faut que je l'apporte à Marian! ...(puis, à Georges) Toi, t'as de la chance!...(aux hors-la-loi) Prenez tout! Et cette fois, j'ai bien dit tout!
Georges: Hé! Attendez!
Petit Jean le pousse dans sa roulotte ce qui met fin à ses jérémiades. Quant à Robin, il se précipite à Knighton.

MANOIR DE KNIGHTON:
Au manoir, Marian met sa chambre sans dessus dessous. Gisborne arrive silencieusement dans son dos et la fait sursauter.
Gisborne: Vous voulez me faire croire à un vol... (sarcastique) "Quel malheur! Robin des Bois s'est introduit ici et m'a volé mon collier"... Je croyais que nous étions amis.
Marian (à voix basse et les larmes aux yeux): C'est ce que je croyais....
Gisborne: La seule raison pour laquelle vous vous êtes intéressée à moi, c'est pour fournir des informations à mon ennemi.
Marian (bouleversée): Non, c'est faux.
Gisborne: Pourquoi mentez-vous encore?... (puis, glacial) Puisque vous êtes morte.
Marian se place devant la fenêtre de sa chambre en tournant le dos à Gisborne.
Gisborne: Est-ce que vous n'auriez toujours pas le courage de dire la vérité?
Il s'assoit, anéanti par la trahison de Marian et écoute les explications que lui donne la jeune femme, la gorge nouée et les larmes aux yeux.
Marian: La vérité? La vérité, c'est que ce pays se meurt parce qu'on l'étrangle. La vérité, c'est que les honnêtes gens sont contraints à mentir, à tricher, et à voler. Et si vous voulez vraiment savoir la vérité, alors il faut que vous sachiez...
Marian s'interrompt en découvrant devant elle la main de Robin qui lui présente le fameux collier. Il est arrivé à Knighton et s'est hissé une nouvelle fois jusqu'à la soupente attenante à la chambre de la jeune femme. Dissimulé à côté de la fenêtre, il lui apporte la preuve tant espérée.
Robin (en murmurant): Tiens...
Gisborne (ne comprenant pas la soudaine interruption de Marian): Quoi?
Marian prend le collier que lui tend Robin, pousse un soupir de soulagement puis elle se ressaisit pour affronter Gisborne.
Marian: J'ai quelque chose à vous montrer.
Elle se retourne et montre à Gisborne le collier qu'elle tient dans sa main. Sidéré, il se lève et s'approche.
Gisborne (incrédule): C'est impossible...
Marian met rageusement le collier dans la main de Gisborne.
Marian (froidement): Touchez! Il est bien réel!... Et vous me devez des excuses.
Gisborne (perturbé): Je suis désolé, je me suis trompé... (puis, accablé) Marian, j'ai dit au Shérif que vous nous aviez trahis!
Marian: Dites-lui que c'était une erreur.
Gisborne: Il s'attend à ce que je vous arrête.
Marian: Montrez-lui le collier!
Gisborne: Aucun collier ne persuadera le Shérif. Comment pourrait-il vous croire après cela? Je ne pourrai pas vous protéger.
Marian (ébranlée): Mais vous le devez! C'est une preuve!
Gisborne: Vous avez déjà défié le Shérif, souvenez-vous... Les soupçons vont peser sur vous et votre père! Vous devez prouver votre loyauté de manière à lever tous les doutes!
Marian (les larmes aux yeux): Comment?
Gisborne (la saisissant brusquement par les épaules): Épousez-moi!
Robin, toujours dissimulé à côté de la fenêtre, est sous le choc de cette demande.
Gisborne: C'est le seul moyen! En tant que Lady Gisborne je pourrai vous protéger! Qu'en dites-vous?
Marian (anéantie): Vous me laissez bien peu de temps... (les yeux humides) Il y a un instant, vous vouliez me voir pendue et maintenant vous voulez m'épouser!
Gisborne: Est-ce si difficile de prouver votre loyauté?
Marian: Je suis loyale mais...
Gisborne: Mais quoi?... Je sais que vous avez été promise à Robin.
Marian (au bord des larmes): J'étais bien jeune alors.
Gisborne: Hésiteriez-vous si c'était lui qui vous faisait sa demande?
Marian (lentement): Jamais je ne l'épouserais. Je méprise Robin des Bois.
Gisborne (agréablement surpris): C'est vrai!...Et pour ce qui est de moi?
Robin attend avec angoisse la réponse de Marian.
Gisborne (très lentement): Voulez-vous... m'épousez... moi?
Marian (à voix basse après un long silence): ….......Oui.
À l'extérieur, Robin ferme les yeux tant il souffre en entendant cette réponse.
Marian: Je vous épouserai... Je vous épouserai le jour où le Roi Richard reviendra sur ses terres.
Gisborne soupire, soulagé et heureux que Marian ait accepté sa demande en mariage. La jeune femme a, quant à elle, toutes les peines du monde à retenir ses larmes. Gisborne se penche vers elle avec l'intention de l'embrasser mais elle détourne la tête. Il n'insiste pas.
Marian: Voulez-vous que nous descendions annoncer la bonne nouvelle à mon père?
Gisborne: Oui, je dois présenter des excuses.
Gisborne se dirige vers la porte de la chambre. Marian se retourne vers la fenêtre et entreprend de fermer ses volets. Les yeux humides, elle croise le regard chargé de tristesse de Robin.
Marian (murmurant à Robin): Je te demande pardon...
Marian disparaît derrière les volets clos, laissant Robin désespéré dans la soupente.

*** Épilogue***

FORET DE SHERWOOD:
Robin vient de célébrer le mariage d'Eleri et de son fiancé.
Robin (en souriant): Je vous déclare "mari et femme"! Tu peux embrasser la mariée.
Radieux, les jeunes mariés s'exécutent sous les cris de joies et les applaudissements de leurs familles, de leurs amis et des hors-la-loi réunis. Robin pousse Petit Jean en avant.
Robin (à Petit Jean): Le cadeau!
Petit Jean s'avance en souriant vers Eleri.
Petit Jean: De la part de Georges La Chance.
Il lui tend la chemise de Georges La Chance à laquelle est encore accrochée toute sa fortune.
Eleri: Merci beaucoup. Merci pour tout!
Robin s'éloigne un peu alors que tout le monde félicite les jeunes mariés et danse au son joyeux des pipeaux. Much se goinfre au buffet dressé pour l'occasion.
Much (à Petit Jean): Hum! Ah j'adore les mariages... Et ça, c'est un des meilleurs gâteaux que j'ai mangé de toute ma vie!
Robin lève les yeux au ciel, le mot "mariage" a ravivé la douleur qu'il ressent concernant le mariage désormais programmé de Gisborne avec Marian.

 *** Fin de l'épisode ***

Ce script a été réalisé par Allthingsrobin sur le site Hood Winked.
This transcript was made by Allthingsrobin on
Hood Winked.

 

LOCKSLEY.
Lucky George flips a coin high into the air and catches it. He addresses the people of Locksley gathered around him
.
LUCKY GEORGE
: Now... good people of Locksley, I have bad news. Ah, but there is good news as well. OK, now the bad news is the Sheriff ’s tax man is in Clun. He’s not far and he’ll be here soon. But the good news is I, me, Lucky George, am here, with you, in Locksley.
The crowd cheer. Will peers around the corner of a cottage, out of sight.
Now, I will give you good hard cash for any jewellery, trinkets... Anything of value I will turn to pennies. Those pennies will pay the tax man and that will keep you out of the Sheriff ’s jail! So help me to help you. Be lucky. Come to Lucky George.

SHERWOOD FOREST. A ROAD THROUGH THE FOREST.
Two outriders and Lucky George’s carriage travel through the forest, presumably to another village.

DRIVER
: We should have gone round. I hate these woods.
Inside the carriage, Lucky George is dozing.
Outside, Allan jumps in front of the outriders and holds up his hand. The others come running over the hill
.
ALLAN
: This, my friends, is an ambush.
The others run downhill. Much and Will knock off the two outriders. Little John jumps up on the seat of the coach and knocks the driver off, and remains bent over so Robin can jump on his back onto the top of the carriage. Then Robin jumps inside through the canvas cover. Lucky George is
ready with a sword. Robin puts up his hands.
LUCKY GEORGE : Quietly Come to exchange some valuables for cash ? Lucky George loves a deal.
ROBIN : Hm. A deal with the Sheriff ?
LUCKY GEORGE : Ah... now why would you say that ?
ROBIN : I’m sorry, George, your luck’s run out. I’m closing down your business.
LUCKY GEORGE : Chuckles. With my sword at your throat ? I don’t think so. Call your men off.
ROBIN : No, I don’t think so. You’re surrounded. Starts to lower his arms.
LUCKY GEORGE : Ah! Keep your hands up!
Reaches up higher than before and Little John reaches down for them.
ROBIN : If that’s what you want...
Robin jumps up, with Little John’s help, back on top of the carriage.
LUCKY GEORGE : Oi ! Come back here !
Lucky George scrambles out the back as Robin does a backflip off the top onto the ground. Robin ducks George’s thrusts and swipes, dancing around. Then Robin has his back to the carriage door and Lucky George thrusts, appearing to catch Robin’s side and driving the point into the wood behind him. Robin sputters and doubles over, appearing to have been stabbed. The gang look around, shocked. Lucky George looks wildly at the gang, scared.
LUCKY GEORGE : Now look, lads...
Lucky George lets go of the sword stuck in the door, looks around at the gang gaping, then reaches back for the sword, but Robin clamps it between his arm and side and stands up.
ROBIN : Only joking.
Robin punches out Lucky George and starts laughing. Much is not amused.
Let’s see if he’s lucky enough to make his own way home. Takes a few steps back from the carriage and holds his arms out wide. Take everything.
Little John chuckles as he steps towards the carriage.
We are putting this parasite out of business.
Little John pats Much’s astonished cheek as Robin sighs heavily.

OPENING CREDITS

SHERWOOD FOREST, NEAR LOCKSLEY.
Allan and Djaq ride in the back of the carriage, sifting through the treasure. Little John drives the cart. They come across a group of peasants, one cracking a whip. Two other men hold Tom and lift up the back of his shirt. Robin strides up quickly.
ROBIN : Oi! Stop! Megan, what are you doing ?
MEGAN : We’re going to give these a good horsewhipping.
ROBIN : Why ?
MEGAN : Said they were thatchers. Said they’d fix the hole on me roof, then they stole this. She shows Robin a twisted wire necklace. Me mother gave it to me on me wedding day.
Robin takes the necklace and looks at it.
It’s the only thing of value I own. Lucky George offered me thruppence, but I’d never sell.
TOM : You touch us and you’ll be in big trouble. We are Robin Hood’s men!
Robin looks at Much, who is wide-eyed but silent.

IN THE CARRIAGE.
ALLAN : Maybe if you try wearing a dress.
DJAQ : I will if you will.
The both put long strands of pearls around their necks. From outside, they can hear Tom talking.
TOM : Outside Robin Hood could swing out of these trees at any time and bash your brains out.
Allan stops, listening.
DJAQ : Or are you afraid of looking too pretty ?
ALLAN : I know that voice. Stands.
Outside the carriage, Robin and Much stand with their arms crossed.
MUCH : Playing along Oh, surely Robin Hood couldn’t take on all of us ?
Robin smiles. Tom breaks free and stands up as Allan gets of the carriage, still wearing the pearls.
TOM : Robin Hood wouldn’t be scared of you. You’re girls compared to him and his men.
ALLAN : Walks forward towards Tom Tom ?
TOM : Allan !
MUCH : Wh-you know him ?
Allan walks to Tom between Robin and Much, his pearls swinging.
ALLAN : He’s my brother.
TOM : Thank heavens you’re here.
Allan chuckles and punches Tom in the nose. Robin mouths an “ooh.” Tom stands up and Allan grabs his arm.
ALLAN : My purse ? My sword ? My horse ?
TOM : I can explain. My nose ! What kind of thing is that to do to your brother ? Turns to his companions. Is this broken ?
ALLAN : Turns to Megan I say whip him to within a inch of his life.
TOM : If you touch me again, Robin Hood will string you up from the tallest oak in Sherwood Forest !
Robin looks at Megan, turning his head and scratching behind his ear to hide his smile, as Megan smiles back at him.
Much smiles, too
.
ALLAN : This is Robin Hood, you idiot!
Allan hits the back of Tom’s head making him stumble towards Robin.
TOM : Holding the back of this head. We beg your forgiveness, Robin of Locksley.
Robin nods, smiling, trying not to laugh.
We are humble thatchers.
Allan stands, hands on hips, staring. Tom puts his hand briefly on Robin’s shoulder.
Times are hard. We had to thieve or else face starvation.
Robin nods with lips pursed.
My friends here...
Robin looks at them as Tom takes Robin’s knife from his belt.
I have to look after them.
ALLAN : Don’t believe a word.
TOM : Please, have a heart. Help us out here. We’ll work for you. We could join your band of worthy outlaws.
ROBIN : Chuckles and looks at Tom’s companions What do you two have to say ?
TOM : They can’t speak, lord. They’ve had their tongues cut out.
ROBIN : Why ?
TOM : For praising your work. They were overheard.
ROBIN : Scoffs, then shakes his head Let them go. Steps to Megan You have your necklace. Gives it back to her. We are not the Sheriff. We do not horsewhip thieves.
Megan is visibly disappointed. Robin steps back to Tom.
Are you really thatchers ?
TOM : Nods Course. The finest in all England.
ROBIN : to Megan You shall have a new roof ! Megan smiles.
to Tom Free of charge.
to all By the way, I found some lost property in the forest.
Will and Djaq bring forward a large chest.
Anyone lost any valuables recently ? Take what is yours, courtesy of Lucky George.
MEGAN : If I’d known that I would’ve sold this necklace this morning.
Will and Djaq open the chest and the peasants look inside.
TOM : to Robin I think we could be useful to you. Holds up Robin’s knife. See ? Did you notice ?
Robin swipes at the knife, taking it, as Allan steps over. Robin is annoyed, Allan shocked.
If I can steal something from under the nose of the great Robin Hood, think what I can achieve of mere mortals, eh ? Allan ?
ALLAN : Shakes his head, astounded, then looks at Robin Look, he’s an excellent pickpocket. And he’s got a big mouth, I know, but his heart’s in the right place.
ROBIN : And he’s your brother.
ALLAN : Look, if you had a brother and he’d done something wrong, you’d give him a second chance to make it up, wouldn’t you ?
Tom and Allan look at each other, then at Robin. Robin digs in his pocket and holds up some tags, swinging them.
TOM : Thank you, Robin. You will not regret it.
ROBIN : You will earn these tags. Points at them with the hand holding the tags. You are on probation. Turns to the wagon.
Tom turns to Allan, who raises his eyebrows. Robin turns back to Tom.
Why are you still standing there? This woman’s roof ! Get to it!
ALLAN : Slaps the back of Tom’s head Go on!
Tom shuffles off, holding the back of his head. Robin scoffs.
to Robin I’ll keep an eye on him.
Megan steps over to Eleri.
MEGAN : Slipping the necklace over Eleri’s head My necklace is now yours, Eleri. Smiles at Eleri and Harri.

NOTTINGHAM CASTLE. COURTYARD.
Gisborne is going up the stairs when one of his men lead Eleri and Harri from the stables.
GUARD : These two wanted to see you, sir.
GISBORNE
: I’m late as it is. Stops at the top of the steps and turns around. What do you want ?
ELERI : We seek you blessing and permission to marry, my lord.
GISBORNE : Sniffs. Slowly stepping down the steps And what are you prepared to pay for my blessing and permission ?
Motions to Eleri with his finger. Come closer.
Eleri and Harri step forward.
Looking at Eleri Just... you.
The guard holds his arm in front of Harri. Eleri stops, looks up at Gisborne, then looks back at Harri and goes up the steps to face Gisborne.
Sees the necklace. Nice. Sniffs. Fingers the necklace. This?
ELERI : Shakes her head My mother gave it to us as a token on our engagement. It’s the only thing of value I have in my family.
GISBORNE : Oh, that’ll do nicely. Glares at Harri as he quietly speaks to Eleri. Turn around.
Gisborne pulls off a glove with his teeth as Eleri turns around. Harri tries to step forward but is stopped by the guard. Gisborne unties the necklace, takes it off and goes inside, leaving Eleri and Harri meekly standing.

NOTTINGHAM CASTLE. THE GREAT HALL.
The Sheriff is slumped in his chair. Gisborne stands at his right side. Lucky George stands before them.
SHERIFF : Slams the table with his fist. An outrage! An innocent man robbed whilst going about his legitimate business ?
LUCKY GEORGE : I need more guards.
GISBORNE : Out of the question.
SHERIFF : You shall have them.
Gisborne stares at the Sheriff.
LUCKY GEORGE : About half a dozen should do. Oh, uh, I need a new carriage and all.
Gisborne scoffs.
SHERIFF : Of course. See to it, Gisborne.
Gisborne turns his head in disbelief. Lucky George turns and leaves.
Chuckles
Man’s worth his weight in gold, hm ? He makes a profit, we get our taxes. It’s good. A public-private partnership. Gisborne paces in front of the Sheriff. What happened, Gisborne ?
Gisborne stops and stares at nothing. The Sheriff leans towards him on the table.
Robin Hood must have know George’s whereabouts. Only once, once, he risked the forest and immediately he’s robbed. Coincidence ? Hm ? Clue: no. Hood knows more about our business than we do. The question is... sits back down... how ?
GISBORNE : I don’t know.
SHERIFF : Well I do. We have a spy amongst us. And do you know what we have to do to catch a spy ?
GISBORNE : No.
SHERIFF : Almost inaudibly I do. I set a trap. Or rather, you set a trap.
Gisborne nods slightly and sighs.

SHERWOOD FOREST. OUTLAWS’ CAMP.
The gang have finished sorting out Lucky George’s treasure. Tom and his companions sit by the fire. Allan stands by Tom.
WILL : That’s it. That’s the lot.
ROBIN : Where is Lucky George’s money ? Where’s the coins ?
DJAQ : We searched his pockets. Nothing.
ROBIN : Well, how can he trade if he has no money ?
WILL : Maybe he spent it all.
ROBIN : That’s unlikely.
TOM : to Allan Thing is, I woke up and we’d both been robbed. And rather than wake you, I went off to catch the thieves myself. I chased them for days...
ALLAN : He couldn’t tell the truth if his life depended on it.
MUCH : Runs in the family, then.
ALLAN : Don’t make us gang up on you.
TOM : Is he disrespecting our family ?
MUCH : Frowning You rob each other in your family. Tom glares at Much.
My flask. Looks around at the ground. Where’s my flask ?
Allan looks questioningly at Tom.
I put it there. Where is it ?
TOM : Taking the flask out from behind him. Sorry. Old habits...
Much roughly swipes at it, taking it, frowning at Tom. He stands up and goes to find another place to sit away from Tom.
Stands to face Allan.
The old gang back together.
ALLAN : How did they lose their tongues ? No lies.
TOM : For spitting at some guards.
Tom chuckles, then Allan.
Seriously It’ll be different this time. I won’t let you down again, I promise.
Allan sideslaps and clasps Tom’s hand, then pulls him into a hug, which turns into a bit of a wrestling match.

NOTTINGHAM CASTLE. THE GREAT HALL.
Gisborne stands behind Marian and puts the necklace on her, then strokes her neck.
GISBORNE : Do you like it ?
MARIAN : Unemotionally, hesitantly Yes, I do, but...
GISBORNE : It’s simple silver.
Gisborne walks around to face her, Edward watching, then two of Gisborne’s men escort him away.
You have no need of gold or gaudy jewels.
MARIAN : But really, I cannot accept it.
GISBORNE : Why not ? Have I insulted you ?
Marian glances away.
Sighs
. You do not like it. It’s too plain, too simple. Take it off.
MARIAN : No! I-I like it. I will treasure it.
GISBORNE : It’s a gift of friendship.
MARIAN : And I am very grateful.
Edward is escorted up the stairs as Gisborne’s sergeant comes down.
SERGEANT : You wanted to see me, sir ?
Gisborne walks over to the sergeant while Marian appears not to be listening.
GISBORNE : Cancel the guard for the consignment from Rotherham.
SERGEANT : No guards ?
GISBORNE : No guards. Guards attract attention. Why would we want to attract attention to a chest full of silver travelling through Sherwood Forest ?
SERGEANT : Yes, sir.
GISBORNE : Grabs the sergeant’s arm And tell no-one. No-one. Not even the guards themselves.
SERGEANT : Yes, sir. Goes upstairs
Marian formulates a plan in her mind.

NETTLESTONE.
Lucky George drives his new carriage into the village. Will and Djaq are on the outskirts and see him
.
LUCKY GEORGE : Good morning, Nettlestone! (Hey, you know me! Come to Lucky George. I help you, you help me...)
DJAQ : Disgusted Look at that.
She walks around the back of a cottage to see better.
I thought we had put him out of business!
Will follows her.
Look at this.
WILL : Where does he get his money from ?
DJAQ : They sell everything. Why ?
WILL : Word’s got round. Robin will return their goods, just like he did before.
Will and Djaq return to the forest.

SHERWOOD FOREST. A ROAD.
Marian is riding her horse down the road when Robin jumps out at her, startling her horse, which rears.
ROBIN : Holds up his hands to the horse. Whoa! Whoa! I wish you no harm!
The horse rears again and Marian falls off the back.
But I will relieve you of your valuables.
Marian walks around to the horse’s head, glaring at Robin, grabs the bridle and calms the horse. Robin leans on his bow.
Smiling. Facetiously
: Sorry. I thought you were some rich noblewoman looking to donate your fancy jewels to a good cause.
MARIAN : Not amused You knew it was me.
ROBIN : Facetiously You shouldn’t be riding alone through the forest. There are some very unsavoury characters about. Outlaws, you know.
Marian ignores him, tending her horse. Robin notices the necklace. He picks up the dangling end.
What’s this ?
MARIAN : Slapping his hand away Don’t touch!
ROBIN : Looking at the necklace. It’s very pretty. Have I seen it before ?
MARIAN : No. It was a gift.
ROBIN : Shakes his head slightly. From whom ?
MARIAN : Does it matter ? I should be going. Turns to her horse.
ROBIN : I don’t know. Does it ?
MARIAN : Turns her head towards Robin and protests too much No.
ROBIN : Turns his head aside as he knows. Gisborne.
MARIAN : What ?
ROBIN : Just a guess. Am I right ?
MARIAN : As it happens.
ROBIN : Looks at necklace again. Interesting.
MARIAN : Why interesting ?
ROBIN : I have seen it before. Around the neck of a young girl from Locksley. It was given to her by her mother.
MARIAN : Yes, and ?
Robin reaches for the necklace, but Marian takes her hand off the bridle to knock his arm away. Robin tries again and lifts the end of the necklace.
ROBIN : And here it is around your neck. Drops it.
MARIAN : Stunned at the implication What ? Gisborne stole it from the girl ?
ROBIN : Well, I can’t imagine she gave it to him willingly. But it’s not like you stole it from the poor girl yourself.
Marian thinks a bit as Robin leans his chin on his bow.
His jealousy showing And you obviously like it.
Marian sighs in frustration and starts to remove the necklace.
And it is certainly a special and thoughtful gift from a man that clearly means a lot to you.
Marian takes the necklace off and hands it to Robin.
MARIAN : Take it back to the girl.
ROBIN : Gladly! Pauses. What will you say to Gisborne ?
MARIAN : Ask her not to wear it in public. He will never know.
ROBIN : Sighs. Keep the necklace. He hands it back. I can find her another.
MARIAN : It was a gift from her mother. Take it. I can handle Gisborne.
Marian mounts her horse and leaves. Robin glances back to watch her go, and then looks at the necklace in his hand.

SHERWOOD FOREST. OUTLAWS’ CAMP. TWILIGHT.
Much sharpens his sword. Tom and his companions are formulating a plan.
TOM : It’s time we got to work, boys. Stands. Let’s hit the road.
Much sees them leave. Allan is dozing near him.
MUCH : to Allan Oi! Sheathes his sword.
Allan stands up and looks after Tom.
Meanwhile, nearby at the camp, Robin is talking to Eleri
.
ROBIN : Why did you go to Gisborne ?
ELERI : He is our master now.
ROBIN : And what about this ? Holds up the necklace.
ELERI : He took it as his fee for our wedding. How did you—
ROBIN : Interrupts Doesn’t matter. Sighs. You still want to marry ?
Eleri smiles and nods.
Well, then let me marry you.
ELERI : Frowns at Robin Does that count ?
ROBIN : Course it does! And I am much cheaper than Gisborne. Here... hands back the necklace. You should be getting back.
ELERI : Thank you, Robin. Leaves.
Will and Djaq step up to Robin, who sees their concerned looks.
ROBIN : Lucky George ?
WILL : Nettlestone. More guards and a new carriage.
ROBIN : Hm. So he is engaged with the Sheriff.
WILL : The villagers are falling over themselves to give him their stuff. And they’re selling cheap because they think you’re going to give everything back.
ROBIN : First thing in the morning, we find him and take his toys away. For good.
ALLAN : Calling to Robin from the other side of camp Robin!
Robin jogs over to him.
I’ve lost my brother.
ROBIN : Facetiously It’s a big forest.
MUCH : They must have gone east.
ALLAN : He didn’t tell me where he was off to, though. I’ve got a bad feeling about this.
ROBIN : Sighs. Fetch the horses. East is towards Knighton.

KNIGHTON HALL. STABLE. INTERIOR.
Marian has a horse ready and puts on her Nightwatchman’s mask.

AT THE EDGE OF THE ESTATE.
Tom is crouched in the bushes with his companions.
TOM : Nice house means rich pickings. Hands a club to a companion. Come on. Pulls a scarf over his face. Round the back.
Inside the stable, Marian puts her hood over her head and is about to mount her horse when she hears Edward chasing the outlaws out of the house.
EDWARD :... and the gall to rob this house! Get away from here!
Marian grabs her sword off the horse and runs outside. Edward has his sword and is trying to fight them off but he is losing.
Marian comes running out and swiftly knocks all of them down as Edward looks on, impressed. She just about has control of things when Robin, Much and Allan ride up
.
ROBIN : Dismounts and runs forward. Stop! to Tom What is going on ?
TOM : to Robin Thank goodness you’re here. to Marian This is Robin Hood and you’re in big trouble, mate!
ALLAN : Hoarsely, angrily What are you doing ?
Allan slaps the back of Tom’s head, then he and Robin step over to Edward.
I’m so sorry.
EDWARD : These men were robbing my house.
TOM : Sheathes his sword. Yes, we’re robbing his house. That’s what we do! We’re trying to show the top man what we can do!
ALLAN : Steps to Tom. In Tom’s face These people are our friends!
TOM : Now you tell me. I thought they were—
ALLAN : Interrupts You don’t think! You can’t think! Slaps the back of Tom’s head.
ROBIN : to Edward Are you hurt ?
EDWARD : Only my pride. These are your men ?
ROBIN : Not for much longer, I promise. Steps to Tom. Apologise.
Apologise for the disturbance. Pause. NOW!!
ALLAN : to Tom Do as you’re told.
Tom steps forward and Allan steps back.
TOM : to Edward, quietly Sorry.
ROBIN : Louder.
TOM : Glances at Robin, at bit exasperated. Normal tone Sorry.
ROBIN : to Edward I knew nothing about this. They will be punished. You have my word.
ALLAN : Robin, I’m so sorry.
ROBIN : Just take them away!
Allan grabs Tom and turns away. Marian motions to Robin to follow. They step into the stable as Much watches.

STABLE. INTERIOR.
Marian takes off her mask.
MARIAN : There’s a consignment of silver coming down the Great North Road. I was on my way to intercept it.
ROBIN : With disbelief You ?
MARIAN : Yes, me. It is unguarded so as not to attract attention. A simple cart.
ROBIN : A bit jealous And how do you know this ? Another present from Gisborne ?
MARIAN : A bit flustered Look, I need to stay with my father. If you want it, you must hurry.
ROBIN : Nods Thank you.
Robin quickly steps outside to Much.
Much! The North Road.

SHERWOOD FOREST. THE GREAT NORTH ROAD.
Robin and Much gallop towards the road where two nondescript men are pulling a cart. Robin shoots an arrow into the cart. It stops.
ROBIN : Dismounts Sorry about that. We arrived as quickly as we could.
Robin walks over to the cart, pulls out his knife and bangs its handle against the latch. The latch breaks and Robin opens the chest. It’s full of rocks.
Sighs A decoy. What’s the Sheriff up to now ?
MUCH : Well... it looks like we’ve all had a wasted journey.
Robin, flustered, thinks.

NOTTINGHAM CASTLE. SHERIFF'S QUARTERS.
A chest of silver sits near the fireplace. The Sheriff picks up a handful of coins.
SHERIFF : Well done, Gisborne. Drops the coins back into the chest. Hood wanted silver... walks to another chest on the other side of the fireplace... instead he got this. Chuckles as he picks up some rocks and drops them back in, then pulls the arrow out of that chest. So, who did you tell ?
GISBORNE : My sergeant.
SHERIFF : Circling behind Gisborne. Anyone else ?
GISBORNE : Quietly No.
The sheriff playfully whips the back of Gisborne’s legs with the arrow.
SHERIFF : You’re sure ?
GISBORNE : Only my sergeant. It must be him.
SHERIFF : Turns to Gisborne and points at him with the arrow Make him suffer.
GISBORNE
: Oh, I will.

SHERWOOD FOREST. OUTLAWS’ CAMP.
ROBIN : to Allan You know I agreed you should make up with your brother.
ALLAN : Yeah ?
ROBIN : I’ve changed my mind.
ALLAN : He was trying to impress you. And he didn’t realise who he was robbing. It’s just a big house. He doesn’t think. Anyway, you don’t have to trust them, you have to trust me. I should’ve kept an eye on him.
ROBIN : Yes, you should have.
ALLAN : Look, when have I ever asked you for anything ?
Robin raises his eyebrows incredulously.
All right, apart from saving my life. He has made a lot of mistakes, I know, I tried to help him. Look, I was like him once. Out of control. But I’ve changed... because of you, because of being here. If you could give him a second chance—
ROBIN : Interrupts He’s had a second chance.
ALLAN : But if here was with us, with decent men, he could change.
Robin looks uncertain.
Now if I take control, properly, you won’t have to worry about him.
Robin stares at Allan.
Please ? One more chance ?
ROBIN : He stole from you and you still defend him.
ALLAN : Shrugs He’s my brother.
ROBIN : Reluctant to agree, sighs One more chance.
ALLAN : Smiles Thank you.
Allan walks over to Tom and his companions.
Last chance. Do you understand?
TOM : Nods All right.
Allan walks away and Tom looks at a companion, who smiles.

THE NEXT MORNING.
Much kicks Allan awake.
MUCH : Get up! Kicks Allan. Get up!
Allan sleepily turns his head.
They’ve gone.
ALLAN : Abruptly awake Gone ?
Will comes over.
WILL : And they’ve taken everything.
Robin comes over.
ALLAN : Everything ?
ROBIN : Clothes, money, horses. Everything!
ALLAN : Shakes his head I will kill him. I’m gonna kill him. Bury him, dig him up and kill him again! Grimaces

SHERWOOD FOREST. LUCKY GEORGE'S CARRIAGE.
Lucky George has stopped in the forest for a break. Tom leads his horse near the carriage, where Lucky George is dozing in the doorway, his hat over his face. Tom draws his sword.
TOM : In the name of Robin Hood, hand over the money and we won’t harm you.
LUCKY GEORGE : Sits up Whoa! Son! Don’t even think about it. There’s half a dozen guards relieving themselves in the forest behind you.
TOM : Do you expect me to believe that ?
LUCKY GEORGE : Well, turn around. See for yourself. Puts hat over face again and settles back.
TOM : Do I look like I was born yesterday ?
Lucky George sighs and Tom looks behind him to see six guards coming out of the trees. They surround him.

SHERWOOD FOREST. OUTLAWS’ CAMP.
Will returns to camp, solemn
.
WILL
: They’re to hang.
Everyone ponders this
.
MUCH : They have lied to us, stolen from us. They’re nothing but trouble.
LITTLE JOHN : Let them hang.
Everyone looks at Little John
.
ALLAN : I agree.
Everyone looks at Allan
.
MUCH : You do ?
ALLAN : My brother had more chances than he deserves.
ROBIN : Does he deserve to die ?
ALLAN : Do we? We go to Nottingham, we’ll end up joining him on the scaffolds.
WILL : They took some of our tags. Sheriff ’s crowing, thinks he’s got Robin Hood’s men. Now it’s like he’s daring us to rescue them.
ALLAN : My brother was never part of this gang, was he ? We trusted them and they let us down. That’s it. We’d be fools to walk into a trap for them.
All are silent as Robin thinks.
Does anyone disagree with me ?
Silence. Robin shrugs with his eyebrows.

KNIGHTON HALL. EXTERIOR.
Robin walks up, holds his fingers to his lips and whistles. Marian appears at her window.
MARIAN : Chuckles What do you want ?
ROBIN : Holds his hands out to the sides To talk!
MARIAN : So talk.
Robin jumps up and grabs a horizontal bar attached to a post below Marian’s window. He pulls his feet over his head and pushes himself up on the bar, then steps to the roof of a wing beside him and walks over to the window. Marian smiling slightly, watching his progress. Robin tries to enter window. Sits on the sill.
Playing hard to get
Ah, you can talk from there.
Robin smiles lovingly at her, staring into her eyes.
What ?
ROBIN : Nothing.
MARIAN : You were looking at me.
ROBIN : That’s just the way my eyes were pointing. Sighs. I’m sorry about yesterday. How’s your father ?
MARIAN : I hear your men are going to hang.
ROBIN : They’re not my men.
MARIAN : They were your men last night.
ROBIN : Sighs The Sheriff is hanging them in my name, hoping I’ll turn up to rescue them. But my men think it’s a trap. Has your good friend Guy of Gisborne said anything to you ?
MARIAN : I think he was a little preoccupied. But I will go to the castle to see what I can find out.
ROBIN : Shakes his head If I do not rescue them, people will think I cannot protect my men. Do I risk us all to save them ?
MARIAN : Looks Robin in the eye You are a good man, Robin. Nothing will change that.
Robin tries to kiss Marian. She puts her hand on the side of his neck to stop him.
Playfully: Nn-nn.
Robin is disappointed.
That won’t help you make your decision.
ROBIN : It might!
MARIAN : It won’t!
Robin grabs the bar to let himself down and leaves, Marian watching and smiling before going back inside.

NOTTINGHAM CASTLE. EXTERIOR. CORRIDOR BY THE DUNGEON DOOR.
Marian is waiting at the top of the stairs to the dungeons as Gisborne comes up. Screams of torture are heard in the background.
GISBORNE : Sees Marian and stops Marian.
MARIAN : Sir Guy.
GISBORNE : So you did not like it after all.
Marian is puzzled.
The necklace.
MARIAN : No, I do! It’s at home.
GISBORNE : You didn’t think to wear it ?
MARIAN : It is very precious to me. I would not want to lose it.
More screams from the dungeons. Marian looks down the stairs.
GISBORNE : Come away. This is not for your ears.
Gisborne leads Marian to the cloister.

CLOISTER.
MARIAN : What is it ?
GISBORNE : Do you know the worst crime a man can commit ?
MARIAN : Murder.
GISBORNE : Betrayal. My sergeant swore loyalty to me and then he stabbed me in the back. He hasn’t admitted it yet, but he will.
MARIAN : Admit what ?
GISBORNE : We set a trap to flush out a spy. An unguarded cart. Someone told Robin Hood.
MARIAN : Solemnly But what if it wasn’t him ?
GISBORNE : My sergeant was the only one that knew. He was the only one I told.
MARIAN : Please, Sir Guy. Do not do this.
GISBORNE : Facing her You understand loyalty ?
MARIAN : Y—
GISBORNE : Interrupts The importance of loyalty ?
MARIAN : Yes, I do, but—
GISBORNE : Interrupts So he must pay for his crime.
Gisborne walks away, leaving Marian worried because, after all, it was she who told Robin, not the sergeant.

SHERWOOD FOREST. A HIDDEN STORE IN THE GROUND.
The gang are getting more supplies from the store.
MUCH : Yes, but did Marian say it was a trap ?
ROBIN : She didn’t know.
MUCH : Well, then we cannot go. We cannot risk our own lives for three worthless rascals.
ROBIN : Firmly We’re going to Nottingham.
Will, in the hole, tosses a bundle to Little John.
Quietly
I’ll see you there.
MUCH : Master, surely... Why are we—
ROBIN : Interrupts For family! For Allan’s brother. Glances at Allan. We do not let the Sheriff hang our family... no matter how unreliable they may be.
ALLAN : Robin... God bless you, my friend.
ROBIN : Don’t mention it, my friend.

LOCKSLEY. EXTERIOR.
Gisborne walks out of the manor, Lucky George following. He sees Eleri and Megan walking and a glint of silver at Eleri’s neck.
GISBORNE : to his guard Bring the girl.
Two of Gisborne’s guards pull Eleri to Gisborne and make her kneel at his feet.
Oh, the bride.
ELERI : Yes, my lord.
GISBORNE : Lower your collar.
Eleri looks down, then reluctantly reaches up and pulls back her collar, revealing the necklace. Gisborne picks up the end in disbelief.
Quietly
Where did you get this ?
ELERI : My mother gave it to me.
Lucky George is watching.
GISBORNE : And I took it from you. How did you get it back ? Pulls on the necklace.
ELERI : Whispers hesitantly Robin Hood gave it to me.
Gisborne pulls and breaks the necklace off Eleri. Lucky George takes it.
LUCKY GEORGE : Let’s have a look. Examines it briefly. I’ll give you a ha’penny for it.
GISBORNE : Keep it. It means nothing to me.
Eleri looks at Guy incredulously. Gisborne nods at the guards and they take her away.
LUCKY GEORGE : Chuckles Lucky Lucky George.
Gisborne spins around slowly and then leans on the coach, trying to make sense of it all.

NOTTINGHAM CASTLE. DUNGEONS.
The Sheriff, Gisborne and Lucky George are visiting the latest prisoners.
GISBORNE : I’ve been betrayed.
SHERIFF : Again ? Hm, well, you’re making a habit of it, aren’t you ?
GISBORNE : Not again. I was wrong.
Tom is listening intently.
My sergeant died an innocent man.
SHERIFF : Well, I’m sure he was guilty of something.
GISBORNE : It was Marian. I have the proof.
SHERIFF : Feigned surprise Marian ? Well, well, well... Am I surprised ? Clue: almost inaudible no. It’s always the girl. I told you: women, lepers. Gisborne looks hurt. Ahh, you’re really hurt, hm ? Quietly Can you feel the hot metal of the knife twisting in your back ? Hm? All the time she was smiling at you, but really she was laughing at you, betraying you, despising you... humiliating you. Huh ? And what do you want to do to her now ? Go. And enjoy it.
Gisborne leaves.
to Lucky George
Ah. In there. Indicating Tom.
LUCKY GEORGE : Yeah, that’s the lot that tried to rob me.
Tom goes to the door and seizes Lucky George and also grabs the necklace from his pocket.
TOM : Have pity on us.
LUCKY GEORGE : Pushes Tom away Get off me! This was clean on!
The Sheriff and Lucky George leave.
TOM : Calling after them Robin will save us. He’ll be here!
SHERIFF : Without turning around Oh, no he won’t.

NOTTINGHAM TOWN.
The gang in cloaks make their way through the town, heading for the portcullis. Eleri catches Much up and pulls on his arm. Much turns around, startled.
MUCH : Whispers What are you doing ?
ELERI : Whispers I must speak to Robin.
MUCH : Why ? What’s happened ?
ELERI : Lord Gisborne took the necklace from me and made me tell— Sees two guards coming up behind Much. Kiss me.
Eleri grabs Much’s head and gives him a long kiss as the guards walk past. Much is surprised as Eleri looks back to see if they are gone. She turns back to Much and sees his face.
Sorry.
Robin finds Much.
ROBIN : Whispers Much!
MUCH : Bewildered Ah... tell me what happened.

ANOTHER PART OF TOWN.
Much catches up Robin.
MUCH : We have a problem.
ROBIN : We have many problems. Most of them guard-shaped. Come on.
Much follows Robin and speaks to him.
MUCH : Remember the necklace ? Lucky George has got it. And Gisborne knows you gave it to Eleri.
ROBIN : What ? How ?
They arrive at two guards stationed by a side castle entrance and stand in front of them.
MUCH : She was scared out of her wits.
Robin and Much glance at each other, then punch out the guards. Mush spins around, shaking his hand.
Ow!
ROBIN : We rescue Tom and then we warn Marian. Now get the uniforms. Come on.
Robin goes through the gate as Much gets the uniforms.

NOTTINGHAM CASTLE. COURTYARD.
The castle doors open to a fanfare. The Sheriff walks out, raising his arms to the sky.
SHERIFF : Ah! Walks down the steps. All those eager faces. Steps up on to the gallows and addresses the crowd. You’re all expecting Robin Hood to turn up, aren’t you ? Hm ?
Allan, Djaq, Will and Little John are amongst the crowd in their cloaks. Marian watches from the cloister.
Do a few tricks with his bow and arrow ? Chuckles.
Much appears in the upper window of the corner tower, Robin on top with his bow.
Well, this is no time for schoolboy tricks. This is justice. We have laws. Robin Hood has no respect for the law. Robin Hood flouts the law. He would have us all be criminals, murdering and stealing.
Robin sets an arrow in his bow and stands up, looking down over the wall at the Sheriff.
And yet still you wait here, expecting him to come and save one of his own. Yes, of course you do. Which is why... I have brought the hanging forward by one hour. Look up there!
On the battlements above, three bodies are uncovered, hanging with hoods over their heads. The crowd gasps. Robin is completely dismayed. Allan is silently furious.
You’re too late, Robin Hood!
Allan makes to charge the Sheriff but Djaq steps in front of him, holding him back.
Your men are already dead!
Robin turns around and sits against the wall. Djaq steps back to Allan’s side.
Oh, I wish you could have seen the look on their faces just before they realised that you weren’t coming to rescue them. Hm ? Chuckles.
Allan is shocked, as is Marian.
Oh, it was very moving. First there was... disappointment... tinged with confusion...
Much is sad.
Soon to be replaced by anger and then tears, just before they realised that it was the final, fatal drop. It was very moving, very touching.
Allan shakes his head, tears in his eyes.
Yes! Calling out to the crowd I wish you could have seen that, Hood!
Allan starts but Djaq puts her hand on his arm.
Well, thank you very much. Starts to step down, then adds as an afterthought. Oh, will one of you tell Robin Hood if you do see him? Thank you. to himself: Eager, smiling faces. Good. Steps down off the gallows and up the steps, whistling. All in a day’s work. Chuckles. At the door: Sheriff coming through!
The doors close. Marian leaves the cloister, down the exterior corridor. Much sees her leaving and calls up to Robin.
MUCH : Robin?! Marian!
Robin gathers his bow and quiver and he and Much head down.

NOTTINGHAM TOWN.
Allan and Djaq have found a secluded dark spot just off the street. Djaq is giving instructions to an older boy.
DJAQ : You have come for the belongings of the hanged man, Tom A Dale. You are his cousin. Bring them here quickly.
The boy runs off. Allan is trying hard not to cry. Djaq reaches for his arm. Long moment of silence.

CASTLE CORRIDOR. EXTERIOR.
Robin leads Marian by the hand to the corridor with the wooden railing, west of the side steps.
ROBIN : Gisborne knows you gave me the necklace. He knows you betrayed him. You are in grave danger.
MARIAN : Not wanting to believe it No...
ROBIN : I will get it back for you. He’ll be leaving for Knighton Hall, now.
MARIAN : Scared My father...
ROBIN : Wait for me.
MARIAN : I can’t leave him!
ROBIN : Marian, you cannot go home now. It is too dangerous.
MARIAN : He is weak already. He cannot defend himself if...
ROBIN : Marian, look at me. Look at me. Give me time. I will get you the necklace.
Marian turns and leaves. Robin and Much hurry off to the gate where Little John and Will are waiting for them. Robin and Much shed their guard uniforms.
ROBIN : Will, go and find Allan and Djaq.
Will runs off.
to Little John
: We need to find Lucky George. He has to be here.
Robin pulls his hood over his head and follows Much and Little John out into town.

KNIGHTON HALL. INTERIOR.
Gisborne faces Edward across the table, both seated.
EDWARD : What do you want ?
GISBORNE : Spits food out onto his plate Maybe some salt.
EDWARD : Where’s Marian ?
GISBORNE : Good question.
EDWARD : If you’ve hurt her... if you’ve done anything to her...
GISBORNE : Acidly You’ll what ?
Edward stares at him, then Marian bursts in the door and sees them.
Speak of the devil.
MARIAN : Breathlessly Sir Guy. We were not expecting you.
GISBORNE : I know! Sorry. I just popped in for a little chat.
Marian turns into the main room.
Where have you been ?
MARIAN : At the hanging. Steps back to Gisborne. Can we get you something to drink ?
GISBORNE : I don’t think so.
Marian stands, waiting, trying not to look scared. Gisborne stands and steps over to her, looks at her throat.
Show me your necklace.
MARIAN : What necklace ?
EDWARD : Stands and goes over to Gisborne. If I may say, Sir Guy—
Gisborne backslaps Edward. Marian is shocked.
GISBORNE : Show me your necklace!
Marian is fearful now.

NOTTINGHAM TOWN.
Will finds Allan and Djaq.
WILL : Robin is looking for you. Squats down to them and pulls back his hood. Looks at Allan. I’m sorry.
DJAQ : Give us a moment.
Will stands, puts his hood back on and steps away a few paces, and listens.
to Allan: I had a brother. A twin. He was killed in your Crusades.
Will looks back, astonished. Allan looks down, still listening, as a tear runs down his cheek.
I became him. His name was Djaq. He still lives here, inside me... like your brother lives inside you.
ALLAN : That’s what I worry about.
DJAQ : Picks up the bundle the boy has brought back to them. Don’t you want to take a look ?
ALLAN : Look at what ? A sack of rags. Reaches in. It’s not much to show for a life. Pulls out the necklace and holds it up to Djaq, then looks at Will.
Will looks back again and sees the necklace.

KNIGHTON HALL. INTERIOR. MAIN ROOM.
MARIAN : You would have me prove my innocence ?
GISBORNE : Show me the necklace.
MARIAN : Have I committed a crime ?
GISBORNE : Show me the necklace.
MARIAN : I will not. This is the end of our friendship. How can I be friends with someone who demands proof of my innocence without stating my crime ?
GISBORNE : You betrayed me to Robin Hood. You gave him the necklace. You told him of my plan. And now, you will pay the price.
MARIAN : You have no proof.
GISBORNE : And you have no necklace.
MARIAN : It is upstairs.
GISBORNE : No, it’s not.
MARIAN : It is in my bedchamber. I will fetch it for you.
GISBORNE : Through his teeth Don’t waste my time.
MARIAN : Gently Please. Let me prove myself to you.
Gisborne glares at her, but lets her pass. Marian steps slowly upstairs.

THE APPROACH TO NOTTINGHAM TOWN.
Lucky George’s carriage is slowly leaving the town. Little John stands in the road in front, blocking it.
LUCKY GEORGE : From inside Driver ? Why are we stopping ? Driver!
Lucky George jumps out of the back of the carriage.
What is it this time ?
He immediately runs into the sword points of Robin and Much.
Whoa-whoa-whoa-whoa, lads...
ROBIN : The necklace Gisborne gave you.
LUCKY GEORGE : What, er, silver ? Celtic design ?
ROBIN : Impatiently Yes!
LUCKY GEORGE : Never seen it.
Little John steps around to the back of the carriage.
ROBIN : One chance. Give us the necklace or we kill you and search your goods ourselves. Shakes his head. This is no game.
Lucky George does nothing. Robin opens his coat to reveal a plethora of trinkets hanging inside.
LUCKY GEORGE : Erm... er, look, just leave me the money and I’ll give you the necklace.
ROBIN : Give us the necklace first. Holds his sword back at Lucky George’s throat.
LUCKY GEORGE : Er, right, erm... Pats his pockets. It’s gone.
Robin scoffs.
No, no, no, I swear. I had it but it’s gone.
Robin doesn’t know what to think.
MUCH : Master, if we don’t have—
ROBIN : Interrupts Yes, I know!
MUCH : Well, what do we do ?
Will comes up behind them from town, Djaq and Allan following.
WILL : I found Allan and Djaq and they found...
DJAQ : Something you might be interested in. Hands Robin the necklace.
LUCKY GEORGE : How ?
ROBIN : I have to get this to Marian.
to Lucky George: You are lucky.
to gang: Take everything. And this time, I mean everything!
Robin runs off as Little John punches Lucky George, who falls back into the carriage.

KNIGHTON HALL. MARIAN'S BEDCHAMBER.
Marian is overturning furniture and making a mess when Gisborne appears in the doorway.
GISBORNE : Trying to make it look like a robbery ?
Marian whirls around, fearful.
Sarcastically
Oh, my. Robin Hood’s broken in and stolen [kicks something out of the way] the necklace!
Advancing on Marian: I thought we were friends.
MARIAN : So did I.
GISBORNE : The only reason you paid me any attention was to feed information to my enemy.
MARIAN : That’s not true.
GISBORNE : Why persist with lies ? You’re dead anyway.
Marian crosses to window, her back to Gisborne.
You still do not have the courage to tell me the truth ? Sits on a chair behind him.
MARIAN : Voice breaking throughout The truth ? The truth is this country is being choked to death. The truth is honest people are being forced to lie and cheat and steal. And if you really want to know the truth...
Outside, Robin edges towards the window, his back to the wall.
...then you should know that I—
Robin hands Marian the necklace.
GISBORNE : What ?
MARIAN : I have something to show you. Turns around to face Gisborne with necklace in hand.
GISBORNE : Stands and walks over to her It’s not possible.
MARIAN : Roughly shoving necklace into Gisborne’s hand Feel it! It is real! And you owe me an apology.
GISBORNE : Stares at the necklace in his hand. I’m sorry. I was wrong. Realising: Marian, I told the Sheriff that you betrayed us.
MARIAN : Tell him you were mistaken.
GISBORNE : He’s expecting news of your arrest.
Robin is still outside the window, listening to all, not wanting to believe what he hears.
MARIAN : Show him the necklace.
GISBORNE : No necklace will persuade the Sheriff. How could he trust you after this ? I... I cannot protect you.
MARIAN : You must! It is proof !
GISBORNE : You have already defied the Sheriff once. Suspicion will cling to you and your father. You must prove your loyalty beyond all doubt.
MARIAN : Very quietly How ?
GISBORNE : Grabs Marian by the shoulders Marry me.
Robin whirls his head towards the window, seriously worried.
It’s the only way. As Lady Gisborne, I could protect you. What do you say ?
MARIAN : You leave me no time to think.
Robin stares out in disbelief, then looks back at the window.
A moment ago you would have me hanged and now you want to marry me.
GISBORNE : Is it so difficult to prove your loyalty ?
MARIAN : I am loyal,... but...
GISBORNE : But what ? I know you were once betrothed to Robin Hood.
MARIAN : Scoffs I was a girl then. She knows she must not let Gisborne have any hint that she still loves Robin.
Robin hangs his head, thinking her words are true.
GISBORNE : Would you still hesitate if he were asking the question ?
MARIAN : Boldly but quietly I would never marry him.
Robin looks back up at the window, visibly hurt by her words.
I despise Robin Hood.
Robin grimaces and looks away.
GISBORNE : Really ? So what about me ?
Robin lifts his head, fearful of the answer.
Will you... marry... me ?
Marian’s mind is racing, but she knows there is no way out. There is a long pause as she decides and Robin stares at the window.
MARIAN : Defeated Yes.
Robin grimaces again and leans his head on the wall.
I will marry you. I will marry you the day King Richard returns to England.
Robin hangs his head. Gisborne, relieved, looks up at Marian and leans in for a kiss, but she turns aside.
Sh-Shall we go downstairs and tell my father the good news ?
GISBORNE : Yes. I have an apology to make.
Gisborne leaves the chamber. Marian sadly turns around to close the shutter. She sees Robin looking at her, devastated.
MARIAN : to Robin, honestly but despondent I’m sorry!
Marian closes the shutter. Robin lets his head fall back on the wall, utterly dismayed, then hangs his head.

SHERWOOD FOREST. ELERI AND HARRI’S WEDDING.
Robin is presiding over the ceremony. A tall pile of roll-sized cakes stands on a table between Eleri and Harri
.
ROBIN : I now pronounce you man and wife. You may kiss the bride.
Eleri and Harri lean over the table and give a brief kiss. The guests applaud. Robin unenthusiastically claps, too. The others throw rice over the couple, and Robin smiles a bit as
he, too, is part of the shower. Robin steps back to let Little John approach Eleri and Harri.
A gift!
Little John holds up Lucky George’s coat, complete with hanging trinkets.
LITTLE JOHN : From Lucky George.
ELERI : Takes the coat Thank you... for everything.
Will congratulates and hugs Harri as Robin steps away. Much has wasted no time digging into the pile of cakes.
MUCH : With mouth full Oh, I love a wedding. And this is one of the best cakes I have ever tasted.
Robin glances back, depressed, then looks up, wondering if he’ll ever get a wedding of his own.

END OF EPISODE SEVEN

Kikavu ?

Au total, 28 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Phoebe0102 
03.07.2019 vers 23h

ladyMorgan 
16.05.2019 vers 10h

schumi 
13.08.2018 vers 10h

stella 
18.06.2017 vers 23h

naadd 
18.04.2017 vers 16h

SonAltesse 
03.04.2017 vers 20h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Locksley  (15.08.2018 à 10:19)

L'un de mes épisodes préférés et peut-être même mon préféré :-)

Très dur pour Allan même s'il a le soutien de toute la bande. Et en effet, Keith Allen excelle dans cet épisode en particulier.

schumi  (13.08.2018 à 10:07)

Plein de belles choses dans cet épisode! J'ai adoré le côté chien fou du frère d'Allan et je pensais qu'il allait s'intégrer au groupe en fin de compte... Quelle horreur quand on découvre la vérité!!! Et la réaction d'Allan fait tellement vrai... même s'il n'était pas d'accord, il l'aimait.

Le shérif est vraiment un sacré tordu quand même mais l'acteur assure! On adore le détester en fait.

Mais c'est quoi ce final??? Marianne va épouser Gisborne? vraiment? Et Robin qui entend tout alors qu'il vient de la sauver... je pense qu'il va avoir du mal à s'en remettre. Déjà qu'il a tout juste réussi à ne pas hurler sa douleur devant cette nouvelle.

Bref beaucoup beaucoup d'émotions dans cet épisode.

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Découvre le hors-série de notre magazine HypnoMag, consacré à la série Roswell qui fête ses 20 ans !
HypnoMag | Hors-série 20 ans Roswell

Tentez de gagner une HypnoCard Collector Roswell grâce à notre jeu HypnoChance !
Tirage au sort le 15/10 | Collector Roswell !

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Saison 2 de Perdus dans l'Espace : votre cadeau de Noël !

Saison 2 de Perdus dans l'Espace : votre cadeau de Noël !
Vous guettiez l'annonce de la diffusion de la 2ème saison de Lost in Space / Perdus dans l'Espace ?...

The Bay rend ses conclusions ce soir

The Bay rend ses conclusions ce soir
Si vous suivez la série policière The Bay, diffusée sur France 2 depuis le 16 septembre, vous allez...

Nouveau sondage hoodesque !

Nouveau sondage hoodesque !
Il est plus que temps de baptiser la fille (fictive) de Robin et Marian. Dans notre dernier sondage,...

David Harewood fera sa rentrée aux côtés de Supergirl

David Harewood fera sa rentrée aux côtés de Supergirl
Le 6 octobre, David Harewood sera de retour avec la bondinette à jupette (qui l'a rangée dans son...

France 2 part à la découverte de The Bay le 16 septembre

France 2 part à la découverte de The Bay le 16 septembre
Parmi les programmes de rentrée de France 2, la série britannique The Bay est annoncée pour le lundi...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

quimper, Hier à 20:45

Les quartiers Sherlock et Rizzoli & Isles proposent de nouvelles PDM. N'hésitez pas à passer

pretty31, Hier à 21:26

Les jeux d'Halloween vous attendent sur HypnoClap, et quelques chapeaux de sorcières sont encore disponibles pour "Un bonbon ou une cards ?"

pretty31, Hier à 21:26

qui vous permettra peut être de gagner ... Une HypnoCard ^^

Locksley, Aujourd'hui à 11:26

Dernier jour pour vous inscrire au tirage au sort permettant de gagner une HypnoCard Collector Roswell Bonne chance !

serieserie, Aujourd'hui à 15:31

Sortez votre plus belle Plume! L'HypnoPlume vous attend

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site