VOTE | 100 fans

#307 : D'Amour et d'Eau Fraîche

Le Comté de Nottingham est victime d'une vague de chaleur sans précédent. Quand le Prince Jean bloque tous les puits, les hors-la-loi sont obligés de prendre de grands risques pour aider ceux qui sont dans le besoin.
Le Prince Jean découvre la relation entre Isabella et Robin et demande à Gisborne de s'occuper d'eux. Il lui promet la place de Shérif en cas de réussite. Isabella propose à Robin de partir vivre avec elle loin du Comté de Nottingham. Robin doit alors faire un choix difficile pour son avenir...

Popularité


5 - 1 vote

Titre VO
Too Hot To Handle

Titre VF
D'Amour et d'Eau Fraîche

Première diffusion
09.05.2009

Première diffusion en France
30.04.2010

Photos promo

Much (Sam Troughton) constate la détresse des villageois, terrassés par la sécheresse

Much (Sam Troughton) constate la détresse des villageois, terrassés par la sécheresse

Allan (Joe Armstrong) et Robin (Jonas Armstrong=

Allan (Joe Armstrong) et Robin (Jonas Armstrong=

Robin (Jonas Armtrong) est de retour et retrouve Allan (Joe Armstrong)

Robin (Jonas Armtrong) est de retour et retrouve Allan (Joe Armstrong)

Kate (Joanne Froggatt) dépose un baiser sur la joue de Robin (Jonas Armstrong) pour le remercier

Kate (Joanne Froggatt) dépose un baiser sur la joue de Robin (Jonas Armstrong) pour le remercier

Kate (Joanne Froggatt) fait preuve d'astuce pour attraper les clés

Kate (Joanne Froggatt) fait preuve d'astuce pour attraper les clés

Isabella (Lara Pulver) en fâcheuse posture

Isabella (Lara Pulver) en fâcheuse posture

Isabella (Lara Pulver) se raccroche à Robin (Jonas Armstrong)

Isabella (Lara Pulver) se raccroche à Robin (Jonas Armstrong)

Robin et Isabella sont coincés dans le réservoir (Jonas Armstrong et Lara Pulver)

Robin et Isabella sont coincés dans le réservoir (Jonas Armstrong et Lara Pulver)

Robin (Jonas Armstrong) porte Isabella sur ses épaules

Robin (Jonas Armstrong) porte Isabella sur ses épaules

Les hors-la-loi observent le Prince Jean

Les hors-la-loi observent le Prince Jean

'Do you love me ?'

'Do you love me ?'

Le Prince Jean (Toby Stephens) veut se montrer généreux avec les villageois

Le Prince Jean (Toby Stephens) veut se montrer généreux avec les villageois

Le Prince Jean (Toby Stephens) arrive, radieux, avec son escorte

Le Prince Jean (Toby Stephens) arrive, radieux, avec son escorte

Tuck (David Harewood) félicite Robin sous le regard de Jean

Tuck (David Harewood) félicite Robin sous le regard de Jean

Plus de détails

Réalisateur : John Greening
Scénariste : Chris Lang

Cast secondaire
Rebecca Callard ... Eleanor
Matt Devere ... Jack
Matt Haumann ... garde

La chaleur est devenue intolérable et la sécheresse fait de nombreuses victimes parmi les habitants de Locksley.

Au Manoir de Locksley, Isabella flirte ouvertement avec le Prince Jean. Gisborne, qui désapprouve, observe. Le Prince lui promet toujours une place de Shérif. Comme on pouvait s'y attendre, le Prince fait passer ses besoins avant ceux des autres et révèle ainsi son dernier plan machiavélique pour obtenir ce qu'il veut. Donnez-leur ce qu'ils veulent, fournissez-leur de l'eau, et ils vous aimeront! Mais avant, le Prince s'est assuré qu'il contrôle le «Graal» et il a détourné toutes les réserves locales.

Pendant ce temps, Isabella a retrouvé Robin dans la cour du manoir. Ce dernier, sous les yeux du Prince, lui offre des fraises. Le Prince commence à soupçonner Isabella d'être de mèche avec Robin et prévoit de la piéger. Au château de Nottingham, il lui révèle sciemment son plan. Il demande ensuite à Gisborne de découvrir si elle est vraiment complice avec les hors-la-loi. Si oui, elle doit être considérée comme traître, Gisborne devra alors montrer à qui il est loyal et la tuer.

Pendant ce temps, Kate fait une grande découverte: les réserves d'eau du Prince. Les hors-la-loi ne perdent pas du temps pour les récupérer et ensuite les redistribuer. A la vue d'un bébé prénommé Robin et de ses parents heureux, Robin est triste. Il fait part à Much de son regret de ne pouvoir avoir une famille à lui. Kate arrive pour lui transmettre un message d'Isabella. Elle veut le voir pour lui communiquer d'importantes informations. Robin décide de partir immédiatement non sans que cette décision ne provoque quelques désaccords au sein du groupe.

Ils se retrouvent dans un pré, sous les yeux de Gisborne caché dans la forêt. Isabella lui indique où se trouvent les réserves d'eau du château avant de l'embrasser ce qui attriste Gisborne.

A Locksley, le Prince Jean arrive pour proposer de l'eau mais s'interrompt quand il découvre l'un de ses tonneaux.

Dans la forêt, alors que Robin et Isabella marchent tranquillement en se tenant par la main, Gisborne surgit  et les menottent. Robin pense qu'Isabella l'a trompé, Isabella demande à son frère de la libérer. Ce dernier accepte à la condition qu'elle tue Robin. Les prisonniers combattent Gisborne et l'assomment. Isabella récupère une épée et veut achever son frère mais Robin l'en empêche en lui faisant comprendre que ce serait trop facile qu'il paie comme ça pour ce qu'il lui a fait.

Le Prince Jean ordonne des réquisitions d'eau pendant que Robin et Isabella, toujours attachés ensemble, se rendent au village Clun chez un forgeron pour se faire libérer. A Locksley, la situation empire. Tuck décide de prendre les choses en mains et de ne pas attendre Robin plus longtemps. Sur le chemin de Nottingham, Isabella demande des informations à Robin sur Marian. Ce dernier cache son émotion et ne peut lui répondre. Guy arrive à se libérer de ses liens et court regagner la ville.

Les hors-la-loi attaquent un chariot du Prince mais, à l'arrivée de renforts, ils sont obligés de se retirer dans la forêt. Kate manque à l'appel. Isabella et Robin entrent dans le château par l'un des conduits d'aération. Alors qu'ils libèrent l'une des sources fermées par le Prince, les accès de la salle sont bouchés par les gardes prévenus par Guy de leur présence. L'eau monte.

Kate est amenée au Prince Jean qui l'envoie au donjon. Lors du repas, Gisborne annonce au Prince la trahison de sa soeur et sa mort prochaine ainsi que celle de Robin. En échange, Guy reçoit les clés de la ville qui font de lui officiellement le nouveau Shérif.

Isabella et Robin commencent à avoir froid. Isabella confie à Robin qu'elle a rêvé d'eux: ils étaient mariés, vivaient dans une ferme avec deux garçons et deux filles, ils étaient heureux. Alors qu'il la serre dans ses bras, il trouve un moyen de les faire sortir: il suffit de fabriquer une corde, de la passer dans l'anneau sous la grille et de soulever ensuite cette dernière. Après plusieurs essais infructueux, Robin parvient à mettre en place la corde fabriquée à partir de la robe d'Isabella. Il monte le premier et remonte ensuite la jeune femme juste à temps: la corde de fortune se rompt.

Ils arrivent dans la prison du château où est enfermée Kate. Robin veut libérer la jeune femme alors qu'Isabella veut partit immédiatement. Robin lui explique qu'il ne peut pas tout quitter, il est un hors-la-loi et il ne peut rien y changer. Quant à ce dont ils ont parlé plus bas, cela restera un rêve pour lui, il a déjà essayé de concilier amour et devoir auparavant et cela a causé de la peine à tout le monde...

À ce moment là, le Prince Jean et Gisborne arrivent. Isabella monte le Prince contre son frère en lui disant que dans la forêt, il était prêt à la laisser partir. Un duel s'engage entre la jeune femme, qui se sent trahie, et Robin et un autre commence entre le Prince et son ex-nouveau Shérif de Nottingham. Puis Robin se retrouve à combattre le Prince et Isabella son frère. Guy laisse tomber ses clés que s'empresse de récupérer Kate. Isabella semble en mauvaise posture, elle a perdu son épée et saute dans la trappe pour s'échapper. Le Prince, menacé par Robin et Guy, la rejoint dans l'eau glacée.

Il ne reste plus que Robin et Gisborne. Kate aide Robin à faire fuir Gisborne puis elle le remercie de ne pas l'avoir abandonnée en l'embrassant sur la joue. Tous deux libèrent alors l'eau retenue par le Prince. Pendant ce temps, Tuck et les autres arrivent enfin à la rivière qu'ils cherchaient mais son lit est à sec quand soudain ...

Robin et Kate arrivent en même temps que l'eau à Locksley. Les hors-la-loi se retrouvent et, dans la joie ambiante, repartent pour la forêt.

LOCKLSEY

Le soleil brille ardemment dans le ciel. Les rayons de l’astre du jour assèchent la terre. La rivière est complètement à sec, montrant ainsi les cadavres des poissons, piégés par la sécheresse. Les villageois tentent de s’abriter des rayons ardents sous des toiles de tente, dressées dans le village. Mais ils souffrent terriblement de la chaleur. Much donne à boire à une femme sous le regard envieux d’une jeune femme aux lèves asséchées. Much se tourne alors vers Tuck qui arrive derrière lui.

Much : « C’est la dernière goutte. »

Tuck : « Que Dieu nous vienne en aide. »

Tuck regarde désespérément Much en secouant la tête.

 

MANOIR DE LOCKSLEY

Riant, Isabella verse de l’eau dans la coupe d’argent du Prince Jean.

Le Prince Jean à Isabella : « Vous savez ? Je me demande qui a le sang le plus chaud ? Vous ou moi ? »

Isabella se retourne et donne la coupe au prince.

Isabella, riant : « Voyons, c’est vous, Sire. Vous êtes [Elle passe derrière lui en lui épongeant le front] chaud… chaud… [Elle regarde Gisborne tout en se penchant à l’oreille du prince] très chaud. »

Le prince rit alors que Gisborne n’est pas du tout amusé par la comédie de sa sœur.

Gisborne : « Pourrions-nous revenir à l’affaire qui nous occupe, Sire ? »

Le Prince Jean : « Est-ce bien nécessaire ? »

Isabella sourit à son frère.

Isabella : « Je crois que je vais vous abandonner. »

 

DANS LA COUR DU MANOIR DE LOCKSLEY

Isabella sort dans la cour du manoir en soupirant. Elle soulève ses cheveux pour se rafraîchir le cou tout en regardant en direction du village. Elle s’apprête à rejoindre le manoir lorsqu’un homme se plante devant elle.

Robin : « Bonsoir. »

Isabella, surprise : « Oh mon dieu. Ne fais pas ça. »

Elle regarde derrière elle pour voir si personne ne les avait vus puis elle prend le bras de Robin et l’éloigne de la porte du manoir.

Robin : « Désolé. J’ai eu envie de passer te voir. »

Ils se dirigent à côté des écuries. Isabella regarde en direction du manoir pendant que Robin déplie un mouchoir entre ses mains.

Robin : « J’ai euh… j’ai pensé que cela te ferait plaisir d’y goûter. »

Il finit de déplier le mouchoir qui renfermait quelques fraises.

 

DANS LE MANOIR DE LOCKSLEY

Gisborne : « Il faut que je prenne mes dispositions. »

Le Prince Jean : « Allons ! Cessez de geindre, Gisborne. Je vous l’ai dit… [Il se lève avec sa coupe à la main] C’est comme si vous étiez shérif… [Se dirige vers la table pour y prendre du raisin] Il ne vous manque que le titre et le pouvoir… et le château. »

Gisborne le dévisage avec inquiétude.

Le Prince Jean : « Mais à la vérité, nous avons des questions plus pressantes à traiter. »

Gisborne, buvant : « Robin des bois ? »

Le Prince Jean : « Il doit être pendu. C’est désormais très clair. Le seul problème c’est que le peuple persiste à l’adorer envers et malgré tout. »

Gisborne : « Le peuple est stupide, Sire. »

Le Prince Jean : « Bien sûr qu’il est ! Mais nous aurons besoin qu’il coopère si mes projets concernant l’Angleterre doivent voir le jour. »

Le Prince Jean fait quelques pas se rapprochant de la fenêtre. Du milieu de la pièce, Gisborne va dans le même sens que le Prince.

Le Prince Jean : « Voilà pourquoi… Je dois le séduire. Faire en sorte qu’il m’aime. »

Gisborne : « Oui, Sire. Mais comment ? »

Le Prince Jean, près de la fenêtre et se tournant vers Gisborne : « En lui donnant ce qu’il veut, bien entendu… [Gisborne fronce les sourcils] et ce qu’il veut plus que tout, par cette sécheresse, c’est de l’eau. »

Le prince boit dans sa coupe puis regarde nonchalamment dehors où il aperçoit Isabella et Robin. Elle tente de séduire le hors-la-loi en mangeant une fraise. Le prince fronce les sourcils.

 

DANS LA COUR DU MANOIR DE LOCKSLEY

Isabella déguste lentement une fraise devant Robin qui ne semble pas indifférent au charme de la jeune femme.

Isabella : « Mmm… [Passant son doigt sur ses lèvres] juteuse. »

Soudain, ils entendent du bruit provenant du manoir.

Robin, murmurant : « Bonne nuit, Isabella. »

Robin referme le mouchoir sur le reste des fraises et s’en va à l’opposé du manoir.

Isabella, le regardant partir et souriant : « Bonne nuit, Robin des bois. »

 

DANS LE MANOIR DE LOCSKSLEY

Le dos à la fenêtre mais à côté de la porte d’entrée, le Prince Jean boit une gorgée. Isabella ouvre la porte et entre en souriant et s’essuyant les lèvres. Surprise de trouver le prince si près de la porte, son sourire s’efface. Elle regarde son frère puis le prince.

Le Prince Jean : « Vous allez me tenir compagnie. Je rentre au château. »

Il se retire. Isabella s’essuie une nouvelle fois les lèvres.

Le Prince Jean : « Nous allons visiter les cachots. »

 

***** Générique *****

 

LA NUIT DANS LES CACHOTS DU CHÂTEAU DE NOTTINGHAM

Un prisonnier hurle de douleur. Le Prince Jean et Isabella marchent en direction d’un trou dont la grille a été retirée et posée contre le mur. Le Prince Jean soupire. Il se tourne vers Isabella et pose ses doigts sous son menton, l’obligeant à tourner la tête vers lui.

Le Prince Jean : « Hein… Ne craignez rien, ma chère. Je veux juste vous montrer quelque chose. Nous sommes deux âmes sœurs, vous et moi. »

Ils approchent du trou. Le Prince Jean en fait le tour.

Le Prince Jean : « D’habitude, cette fosse est remplie d’eau jusqu’à mi-hauteur mais mes hommes sont en train de bloquer la source qui s’écoule au fond… »

Au fond du trou, trois hommes entassent des pierres sur l’un des côtés du mûr, éclairés par un quatrième homme qui tient une torche.

Le Prince Jean : «… et c’est cette même source qui alimente tous les cours d’eau souterrains de Nottingham. D’ici une heure, tous les puits seront à sec à quatre lieus à la ronde avec cette sécheresse. Et c’est alors que je vais arriver et leur donner de l’eau provenant de mes propres réserves personnelles. Et alors, Isabella… Alors ils vont se rendre compte que c’est moi qu’ils doivent adorer. Moi qu’ils doivent vénérer et respecter. Moi qui suis leur père doux et plein de miséricorde. »

Isabella : « Et s’ils ne comprennent pas ? »

Le Prince Jean : « Ces sales petits miséreux peuvent crever de soif. »

Le Prince Jean s’en va, laissant Isabella perplexe.

 

LOCKSLEY

Petit Jean tire de l’eau d’un puits en compagnie de Robin et d’un jeune couple avec un bébé.

Petit Jean, tirant le seau à lui : « Il est vide… [A la mère du bébé] Je suis désolé. »

Robin, lui donnant sa gourde : « Prends un peu de la mienne. »

La mère de l’enfant : « Mais il vous en faut, vous-aussi. »

Robin : « Non, vas-y. »

Il pose la gourde sur la margelle du puits. La jeune mère hésite.

Une voix féminine, derrière elle : « Accepte, Ellie !... [C’est Kate]… Pour mon filleul. »

Elle sourit puis se précipite dans les bras de la jeune mère. Petit Jean et Robin s’éloignent.

Kate, embrassant Eleanor : « C’est fou comme tu m’as manqué… [Prenant la main du bébé] Et ma petite canaille ? Comment elle va ? »

Eleanor : « Oh tu sais. Ça râle. Ça chouine. Ça souille ses couches. Mais assez parler de mon mari… [Tout le monde sourit puis plus sérieusement] On va se sortir de cette sécheresse, Kate… On va y arriver. »

Un peu plus loin, Tuck rejoint Robin.

Tuck : « Les choses vont changer. »

Robin : « Tu crois ça ? J’en suis à me demander si on peut vraiment changer quoi que ce soit. »

Tuck : « La mort du shérif, ça ne te suffit pas ? »

Petit Jean et Kate les rejoignent.

Robin : « À sa place, y’a le Prince Jean qui en fait rien alors que les puits sont à sec et que ses sujets meurent de soif. »

Much et Allan se joignent à eux.

Kate : « Vous pouvez me remercier alors ! »

Robin : « T’as repéré quelque chose ? »

Kate, acquiesçant et souriant : « Deux gardes, une porte et vingt barils d’eau bien fraîche appartenant au Prince Jean dissimulés dans une belle grange et qui ne demande qu’à être bu. »

 

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM

Le Prince Jean est assis sur son trône dans les quartiers du shérif. Il discute avec Gisborne.

Gisborne : « Je ne peux pas y croire. »

Le Prince Jean : « IL N’EST PAS QUESTION DE REVENIR LA-DESSUS !... [Il se relève] Je vous dis que je les ai vus. [Il s’approche de Gisborne] Collés l’un à l’autre. »

Gisborne : « Sire, ce pourrait-il que vous ayez mal interprété la situation ? »

Le Prince Jean : « C’est ce que nous allons voir. Qu’en dites-vous ?... Tombera-t-elle dans le piège que je lui ai préparé ? »

Gisborne, inquiet : « Un piège ? »

Le Prince Jean : « Je lui ai fait part de mon plan pour l’eau et si elle s’est liée avec ce hors-la-loi, je soupçonne qu’elle va chercher à le rejoindre pour tout lui révéler et quand elle le fera, vous serez là puisque vous l’aurez suivi. »

Gisborne : « Et ensuite ? »

Le Prince Jean : « Qu’est-ce que vous espérez ? Ce sont des traîtres. Exécutez-les, mon ami. »

Le Prince Jean passe derrière Gisborne.

Gisborne : « Tous les deux, Sire ? »

Le Prince Jean : « Gisborne… J’ai de grands desseins pour vous... [Il se place à côté de Gisborne] J’ose espérer que vous n’êtes pas sujet à ces grotesques et pitoyables accès de pitié familiale. »

Gisborne : « Non, Sire... Je vous suis loyalement et entièrement dévoué. Quoiqu’il arrive, je ferai le nécessaire pour régler cette affaire… [Il se tourne vers le Prince Jean]… et je vous promets… »

Le Prince Jean, le coupant : «Oui. Là, vous m’ennuyez ! »

Il se détourne de Gisborne.

Le Prince Jean : « Disposez. »

Il retourne s’assoir sur son trône alors que Gisborne quitte la pièce. 

 

DANS UNE GRANGE

À l’entrée, deux gardes discutent tranquillement tout en jouant. La porte de derrière est entrouverte. Kate puis Much passent la tête à travers pour les espionner.

Kate à Much : « Chut. »

Garde 1 : « Bien réfléchis… Je te prends. »

Garde 2 : « Ça t’aurais pas dû ! »

Portant un manteau à capuche, Allan s’approche lentement de la porte d’entrée.

Garde 1 : « Je t’avais prévenu. »

Garde 2 : « Tu ne perds rien pour attendre ! »

Allan, d’une voix faible : « Aidez-moi, je vous en prie… Aidez-moi. »

Garde 2 : « Disparais ! »

Much, muni d’une corde, et Robin pénètrent silencieusement dans la grange par la porte de derrière.

Allan : « J’ai tellement soif avec cette sécheresse. Donnez-moi de l’eau, s’il vous plait. »

Garde 2 : « Y’a pas d’eau pour toi, ici. »

Allan : « Je meurs de soif… Pitié. »

Garde 2 : « Va au diable ! »

Allan : « Juste une goutte pour m’humecter les lèvres. Elles sont plus sèches que les fesses d’un chameau en plein désert. »

Garde 2, se relevant : « Arrête ! Tu vas me faire pleurer. »

Les deux gardes rient et s’approchent d’Allan, l’un derrière l’autre.

Garde 2 : « Allez fous le camp, maintenant ! Y’a pas d’eau pour toi, ici. »

Derrière eux, Robin, accoudé à un baril : « Vous êtes sûrs ? »

Les deux gardes se retournent.

Garde 2 : « Quoi ?... Qu’est-ce que ? »

Robin, pointant du doigt le baril : « Alors qu’est-ce qu’y a là-dedans ? »

Un tonneau, suspendu par deux cordes, est lancé sur les gardes. Le premier garde se baisse et le tonneau percute le second. Kate et Much rattrapent le tonneau.

Robin : « Encore une fois ! »

Kate et Much lancent le tonneau sur le second garde qui s’est relevé. Il se retourne face au tonneau mais n’a pas le temps de se baisser. Il le percute de plein fouet sous les rires de Kate et Much.

Allan, rentrant dans la grange : « C’est vrai, quoi ! Ils exagèrent. Je leur demandais pas la mer à boire, non plus. »

Robin : « Venez ! On va apporter cette eau au village. »

 

LOCKSLEY

Allan verse de l’eau dans le pichet d’une vieille femme pendant qu’un homme fait la distribution à d’autres villageois, attendant en file indienne. Eleanor et son mari sont dans la file d’attente d’Allan.

Un homme : « Merci. »

Eleanor, calmant son bébé : « Chut. Chut. Attends. Ça va aller ! »

Robin arrive près d’eux.

Robin : « Alors comment il s’appelle ? »

Eleanor : « A vrai dire, il s’appelle Robin. »

Robin : « C’est vrai ? Oh ben je vous remercie beaucoup. Je suis très flatté. »

Eleanor : « C’est pas à cause de vous… [Allan ricane] On devait l’appeler Robert mais Robin ça sonne mieux. »

Robin, gêné : « Ah je vois... Ouais, c’est bien. Ouais. »

Allan est tout sourire.

Eleanor, souriant : « Non, je plaisante. C’est bien en votre honneur. »

Robin rit.

Jack, tout en se faisant remplir son pichet par Allan : « Depuis sa naissance, il a toujours été fragile ce gamin… Donc on lui a donné un prénom plein de force. »

Robin se penche sur l’enfant et lui caresse gentiment le menton. Puis les parents s’éloignent sous le regard triste de Robin.

Eleanor au bébé : « Tu as soif ? » 

Much arrive à côté de Robin mais ce dernier s’en va un peu plus loin. Much regarde en direction du jeune couple puis se dirige vers Robin.

Much : « Hé ! Qu’est-ce qui y a ? »

Robin : « Oh, rien !... Je les envie, Much. Tu vois, eux, ils n’ont rien. Et je les envie parce qu’ils sont pas seuls… Parce qu’ils sont ensemble... Tu vois ? »

Much : « Ouais… Nous deux, on est ensemble. »

Robin : « Oh c’est pas la même chose. »

Much : « Non, ce n’est pas la même chose. C’est sûr. »

Kate, les rejoignant : « Robin ? »

Robin, allant au-devant d’elle : « Qu’est-ce qui y a ? »

Kate : « Isabella m’a parlé quand j’étais devant le manoir. Elle aurait des renseignements importants à te communiquer. Elle veut te rencontrer dans la clairière. »

Robin, réfléchissant : « Très bien. J’y vais. »

La bande les rejoint pour voir ce qui se passe.

Robin : « Je vais devoir vous laisser un instant. J’ai eu un message d’Isabella. Elle sait peut-être d’où vient le problème du puit. »

Tuck : « Est-ce que c’est bien sage ? »

Robin : « Oh ça va, Tuck ! On en a assez discuté ! »

Tuck : « Mon instinct me dit qu’on ne peut pas lui faire confiance. »

Petit Jean : « Elle nous a déjà aidé, Tuck. »

Much : « Oh oui. Elle a déjà défié le Prince Jean en luttant contre le feu. Hein ! »

Tuck : « C’est la sœur de Gisborne. Vous vous figurerez vraiment qu’elle n’a pas d’arrières pensées ? À moins que tu penses qu’elle n’est là que pour tes beaux yeux. La vérité, c’est qu’on a besoin de Robin, ici. L’eau de ses tonneaux va permettre aux villageois de tenir un jour ou deux au mieux. Bientôt les tous petits et les vieux vont commencer à mourir. »

Robin : « C’est bien pour ça qu’il faut que je la voie. Si jamais elle a des renseignements sur les puits… »

Tuck, le coupant, aux hors-la-loi : « On dit qu’il y a encore de l’eau dans la Trent. »

Robin, d’un ton sec : « Moi, on m’a dit le contraire ! Et même si je me trompe, ça ne peut être qu’une solution provisoire. Or il nous en faut une durable et Isabella peut nous l’offrir. Je serai pas bien long. Attendez-moi, ici ! »

Robin s’en va.

Tuck : « Robin ! »

Robin prend son arc et sa veste.

Robin, se retournant vers la bande : « Attendez-moi, ici ! »

Puis il court en direction de la clairière.

 

LA CLAIRIERE

Isabella sort de la forêt et arrive dans la clairière. Elle semble attendre Robin. Sous le couvert des arbres, Gisborne la suit du regard. Isabella regarde devant elle. Robin se tient derrière elle, son bras gauche appuyé sur son arc debout sur le sol.

Robin : « Au moins, je suis ponctuel… »

Surprise, Isabella sursaute et se retourne.

Robin : «… c’est déjà une qualité. »

Isabelle, avec le sourire : « Il faut arrêter de me faire ça. »

Robin sourit. Isabella s’approche de lui.

Robin : « Alors ?… Qu’y a-t-il de si important pour que tu prennes le risque d’être vu en public avec moi ? »

Isabella pose ses mains sur celles de Robin sous le regard de Gisborne, choqué de voir sa sœur flirter avec le hors-la-loi.

Isabella : « Le Prince Jean a fait obstruer la source qui alimente en eau tous les villages. »

Robin : « Donc c’est à nous de trouver le moyen de la désobstruer ? »

Isabella, acquiesçant : « Il y a un autre accès à la source par l’écoulement qui sort à l’extérieur de la ville. C’est un des gardes qui m’en a parlé… »

Robin : « Ouais… »

Ils se mettent à marcher côte à côte.

Isabella : « Il débouche dans le réservoir qui se trouve sous les cachots du château. Si nous… [Robin sourit] passons par-là, ça nous permet d’éviter toute la ville. »

Robin : « Quand tu dis ‟nous″… »

Robin s’arrête et pose son bras sur son arc, posé debout sur le sol.

Robin : «… ça veut dire quoi ? »

Isabella : « Ça veut dire que je pourrais t’y conduire moi-même. »

Robin, acquiesçant : « Tu ferais ça ?... Et tu nous mènerais tout droit dans la gueule du loup. »

Isabella : « Qu’est-ce que je dois faire pour mériter ta confiance ? Je ne suis pas mon frère, Robin. Écoute, je n’ai aucun intérêt à être dans le camp des perdants. »

Robin, ricane : « Donc c’est un acte purement politique ? »

Isabella, flirtant : « Appelle ça comme tu voudras. Manœuvre politique… [Isabella croise ses doigts entre ceux de Robin]… Désir caché de saper mon infâme frère… [Gisborne observe la scène derrière un arbre et n’en croit pas ses yeux]… Tentative pure et simple… [Elle approche ses lèvres de celles de Robin] de t’amener à m’aimer plus. »

Robin se laisse embrasser. Caché derrière un arbre, Gisborne leur tourne le dos. Robin met fin au baiser.

Isabella : « Je te jure que tu peux me croire. »

Robin, souriant : « Bon… Eh ben… [Il rit, gêné, tout en regardant par terre puis il s’écarte d’elle] Il faut retourner prévenir les autres… parce qu’on va avoir grandement besoin d’aide... D’accord ? Et après on file droit à la source… »

Isabella acquiesce de la tête. Tout en discutant, Robin se rapproche d’elle puis l’embrasse. 

Robin : « Allez viens… [Isabella tente de l’embrasser mais Robin s’écarte] Il faut qu’on y aille. »

Isabella se rend en souriant et marche vers la forêt. Ils se tiennent tous les deux par la main.

 

LOCKSLEY

Petit Jean court à travers le village et rejoint Tuck.

Petit Jean : « DES CHEVAUX ! FUYEZ ! »

Tuck : « ALLEZ ! ALLEZ ! »

Les hors-la-loi courent se mettre à couvert pendant que le Prince Jean arrive au village sur son cheval blanc, précédant ses soldats qui escortent un convoi.

Prince Jean, souriant : « BONJOUR ! »

Il descend de son cheval et monte sur un talus face aux habitants de Locksley, toujours regroupés autour des tonneaux d’eau apportés par les hors-la-loi.

Le Prince Jean : « Bonjour à vous tous mes… mes enfants… »

Les soldats se placent derrière les villageois.

Le Prince Jean : « Je sais que vous souffrez. Et quand vous souffrez, je souffre et c’est pourquoi je suis là. Pour vous apporter des secours… »

Les soldats patrouillent parmi la foule. Les villageois ne sont pas très rassurés.

Le Prince Jean : «… Pour étancher votre soif et vous faire don de la vie elle-même à travers l’eau… »

Il tend le bras et montre les tonneaux qu’il a apportés.

Le Prince Jean : « De l’eau pour chacun de… »

Son regard s’arrête sur l’un des couvercles de tonneaux près des paysans. Il porte sa marque. Il perd son sourire. Il pointe du doigt le couvercle portant sa marque et s’adresse à un villageois.

Le Prince Jean, mécontent : « Où as-tu trouvé ça ? »

Il descend du talus.

Le Prince Jean : « Hein ? »

Il s’approche d’un villageois. Ce dernier, effrayé, recule.

Le Prince Jean, se radoucissant : « Euh… Non. Non. Non… [Il pause ses mains sur l’épaule du villageois puis lui sourit] Non. Tu n’as rien à craindre. Dès l’instant où tu me dis la vérité, vois-tu ?... [Il met la main sur le tonneau] Cette eau… est à moi… »

Les hors-la-loi observent la scène de loin.

Le Prince Jean : « Donc… Où l’as-tu trouvé ? »

Le villageois : « C’est Robin des bois. »

Le Prince Jean se fige un instant.

Le Prince Jean : « Bien sûr !... [Fermant les yeux] Le hors-la-loi.  »

Le Prince Jean se retourne et s’en va.

Le Prince Jean : « Messieurs ! Offrez à boire à cet homme. »

Les soldats se précipitent sur le villageois.

Le soldat : « Viens par ici, toi ! »

Ils le frappent au ventre et le noie dans le tonneau rempli d’eau. Jack s’avance pour secourir le villageois. Le Prince Jean dégaine son épée.

Le Prince Jean : « Si j’étais toi, j’éviterai. »

Jack recule.

Le Prince Jean : « Vous venez de voir ce qu’il en coûte de me trahir ! Vous aimez tellement mon eau que désormais il faudra payer pour l’avoir. Un penny, le gallon. »

Eleanor : « Mais Sire, nous n’avons pas assez d’argent pour vous payer. »

Le Prince Jean : « Alors vendez, je ne sais pas... Tiens une vache, du grain ou bien vos grands-parents peu m’importe. »

Il descend du talus à côté d’Eleanor.

Eleanor : « Mon enfant a besoin d’eau pour vivre, Sire. »

Le Prince Jean lui fait face et s’approche très près d’elle et de son bébé.

Le Prince Jean : « Oui. Là-dessus, nous sommes bien d’accord. »

Il retourne à son cheval sous le regard atterré des hors-la-loi.

Le Prince Jean, à cheval et retournant à Nottingham : « Si vous ne voulez pas m’aimer alors, par Dieu, vous allez me craindre. »

Il fait un signe de tête aux deux soldats qui ont noyé le villageois. Les deux hommes renversent le tonneau. Le contenu se répand sur le sol y compris le corps du villageois sous le regard consterné des villageois. Le Prince Jean prend la tête du convoi et retourne à Nottingham. Les hors-la-loi sortent alors de leur cachette. Much et Kate accourent près des villageois suivis par Allan.

Petit Jean, avant de les rejoindre, à Tuck : « Qu’est-ce qu’on a fait ? »

 

FORÊT DE SHERWOOD

Robin et Isabella marchent main dans la main.

Robin : « À ton avis, que dirait ton frère s’il nous surprenait ensemble ? »

Elle rit.

Isabella : « Guy mouillait encore son lit à l’âge de douze… [Robin rit] Il ne me fait pas peur. »

Robin : « Tiens. Tiens. Je ne manquerai pas de la lui rappeler celle-là, la prochaine fois que je le verrai. »

Isabella ricane alors que Gisborne s’approche par derrière avec des chaînes. Il attache Robin et Isabella par les poignets.

Isabella : « Qu’est-ce que… »

Robin : « Gisborne ! »

Gisborne prend l’épée de Robin et la pointe sur lui.

Gisborne : « Comment as-tu pu me faire ça, Isabella ? »

Robin à Isabella, furieux : « Ça ? C’est-à-dire ? »

Isabella : « Robin… »

Robin : « Tu m’as trompé ! »

Isabella : « Je ne t’ai pas trompé ! »

Gisborne : « Et avec lui ! »

Isabella : « Je ne savais pas. Je te jure. »

Robin : « Qui d’autre a pu lui dire que nous étions là ? »

Gisborne : « Tu es ma sœur ! »

Isabella : « Eh ben, il a dû me suivre, j’imagine ! »

Robin, pointant son doigt sur elle : « Mensonge ! »

Gisborne : « C’est un hors-la-loi ! Un criminel ! »

Isabella à Robin : « Il m’a enchaîné. Alors pourquoi il l’aurait fait si j’étais avec lui ? »

Gisborne : « Un félon ! Un traître ! »

Robin à Isabella : « Tu m’as embrassé. Tu m’as fait croire qu’un avenir était possible entre nous. »

Gisborne : « Tu m’avais juré de ne jamais le revoir. »

Isabella : « Guy, libère-moi !... Je suis ta sœur, tu dois me laisser partir… Je t’en prie, Guy. »

Gisborne réfléchit à la situation. Il observe Robin puis Isabella.

Gisborne : « D’accord… Je vais le faire. Je te laisse encore une chance Isabella. Nous commettons tous des erreurs, n’est-ce pas ? »

Robin : « Dommage que tu n’aies pas eu autant de compassion pour Marianne avant de la pourfendre. »

Gisborne à Robin : « LA FERME ! »

Isabella regarde Robin avec effroi puis elle se tourne vers son frère.

Gisborne : « Donc… Je vais te détacher… »

Isabella : « Merci. »

Gisborne : « Mais à une condition… »

Isabella : « Pourquoi faut-il qu’il y ait toujours une condition avec toi ? »

Gisborne : « Prouve-moi que tu as bien compris quelle erreur tu étais en train de commettre… [Il jette un coup d’œil du côté de Robin] Tue cet homme… devant moi. »

Gisborne dégaine sa propre épée.

Gisborne : « Avec ça. »

Il pointe la lame en direction d’Isabella.

Gisborne : « Et si tu le fais, je mentirai au Prince Jean. »

Isabella : « Pourquoi ? Que sait-il ? »

Gisborne : « Je vais lui dire qu’il a mal interprété ce qu’il a vu hier… »

Gisborne lui tend la garde de son épée.

Isabella : «… Ainsi ta vie sera épargnée. »

Gisborne attend le bras tendus qu’Isabella se décide. Mais elle hésite.

Robin, amer : « Allez ! Vas-y, fait-le !... Tu embrasses très mal de toute façon. Épargne-nous les faux-semblants et fait vite !... Offre-lui la gloire ! »

Isabella : « Très bien ! Je vais le faire !... [Elle se trouve vers Gisborne] C’est toi qui avais raison… [Regardant Robin]… Je me suis visiblement trompée. Je me suis fourvoyée avec ce perfide. »

Elle se tourne vers son frère en levant le bras.

Isabella : « Vas-y, détache-moi… Et je règle cette affaire. »

Gisborne hésite. Robin reste sur ses gardes. Gisborne laisse tomber au sol l’épée qui tenait Robin en respect. Il attrape les clés à sa ceinture. Robin profite de l’occasion pour attaquer Gisborne. Robin se penche pour ramasser l’épée à terre. Gisborne abat sa lame sur le hors-la-loi mais Isabella contrecarre le coup avec l’arc de Robin. Robin ramasse l’épée et, toujours attaché à Isabella, engage le combat avec Gisborne. Isabella l’aide de son mieux. Robin se sert d’elle comme d’un projectile mais Gisborne fait lâcher l’arc à la jeune femme. Les deux hommes continuent la lutte. Isabella tire Robin vers elle lorsque celui-ci manque de peu de se faire embrocher par Gisborne puis elle ramasse un bout de bois par terre et tente de frapper son frère mais elle n’y parvient pas. Cependant, Robin récupère le morceau de bois et, dans un dernier élan, assomme Gisborne. Tous les combattants tombent alors à terre. Robin et Isabella prennent quelques secondes pour s’en remettre.

Robin, relevant la tête : « Tu l’aurais fait ! »

Isabella, assise par terre : « Qu’est-ce que tu racontes ? Je l’endormais ? Je t’ai aidé à le combattre ! »

Robin, se redressant : « C’est ça que tu appelles aider ? »

Isabella : « Je t’ai passé le bout de bois, sombre idiot ! »

Robin, assis : «Comment ça ? C’est moi qui te l’ai pris ! »

Isabella : « Oh oui. C’est ça ! Bien sûr. Parce que toi, tu es parfait ! »

Robin : « Oh ça suffit ! Tais-toi ! »

Robin se remet debout forçant Isabella à faire de même. Elle ramasse l’épée par terre.

Robin, inquiet : « Tu vas faire quoi, là ? »

Isabella, regardant Gisborne couché sur le sol : « Ce qui me démange depuis dix-sept ans. L’envoyer en enfer. »

Robin, s’interposant : « Isabella, si tu fais ça, c’est la fin de l’histoire. Y’a plus rien à dire ni à faire. »

Isabella, regardant la lame : « Avec ça, j’aurai tout dit ! »

Isabella approche la lame près de la gorge de Gisborne, inconscient.

Robin, n’approuvant pas : « Wow wow wow. Lui, il a peut-être quelque chose à dire. »

Isabella : « Il y a une seule chose que j’aurais aimé l’entendre exprimer… [Elle s’agenouille près de son frère] Ce sont les excuses qu’il me doit. J’aurais voulu qu’il reconnaisse sa faute. Si je suis malheureuse, c’est lui le responsable. » 

Robin s’agenouille à côté d’elle.

Isabella : « Il a vendu sa propre sœur à un homme qui a fait de ma vie un calvaire. »

Robin, voulant prendre l’épée d’Isabella : « C’est justement pour ça qu’on ne peut pas le tuer si facilement… Allez !... Donne-moi ça. »

Isabella lâche l’épée et Robin s’en empare doucement.

Isabella, regardant Gisborne : « Tu vas le payer... Un jour ou l’autre, tu vas le payer. »

Elle verse une larme.

Isabella à Robin : « Prends la clé. »

Elle se relève. Robin ouvre la main de Gisborne pour lui prendre la clé mais il ne l’a pas.

Robin, fermant les yeux : « Formidable ! »

Isabella, levant les yeux au ciel : « Oh non ! »

Robin : « Écoute ! Tout va bien. On va se débrouiller. On va aller à Clun. C’est plus prêt que le camp et on trouvera un forgeron. »

Isabella : « Retire-le ! »

Robin, se remettant debout : « Retirer quoi ? »

Isabella : « Il parait que je ne sais pas embrasser. Retire ça ! »

Robin : « Voilà. Tu sais embrasser ! »

Isabella : « Pourquoi tu as dit ça alors ? »

Robin : « Pour te mettre en colère… [Parlant de Gisborne] Il faut l’attacher maintenant. »

Robin se penche sur Gisborne tandis qu’Isabella reste pensive.

 

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM

Dans les quartiers du shérif, le Prince Jean est assis sur son trône, sa jambe gauche par-dessus l’accoudoir. Il est entouré de trois gardes.

Le Prince Jean : « La frontière est ténue, non, entre l’amour et la haine ? »

Il joue avec une pièce de monnaie entre ses doigts.

Le Prince Jean : « Les deux faces d’une même pièce ni plus ni moins. Peut-être ont-ils besoin de vraiment me haïr pour comprendre comment m’aimer vraiment ? »

Il soupire en fermant les yeux.

Le Prince Jean, d’un ton sec : « Un penny, le gallon ! Et postez des gardes sur les chemins de la rivière. Toute l’eau ici est désormais réquisitionnée par moi… [Avec un petit sourire] Pour le bien de la nation ! »

 

FORÊT DE SHERWOOD

Toujours enchaînés l’un à l’autre, Robin et Isabella marchent dans la forêt en direction de Clun. Ils arrivent à un carrefour. Robin se dirige vers le chemin de droite tandis qu’Isabella part à gauche. Leur chaîne se tend et les ramène l’un vers l’autre. Robin soupire.

Isabella : « Clun, c’est par ici. »

Robin : « Non, c’est par là ! »

Isabella : « Oh je sais très bien où c’est ! »

Robin : « Isabella, je vis dans cette forêt. Je connais la route de Clun. C’est celle-là. »

Isabella : « D’accord. Tu crois encore que je vais te conduire dans un piège, c’est ça ?... [Robin baisse la tête en souriant] Bon... On prend le tien. »

Robin : « Bon si tu crois que ton chemin… »

Isabella, le coupant : « Non. Non. Non. Non. Non. »

Robin : « On n’a qu’à prendre le tien. »

Isabella : « Non ça va ! »

Robin : « Isabella… Je te laisse prendre ton chemin. Tu ne vas pas te fâcher contre moi parce que je te laisse prendre ton chemin quand même, non ? »

Isabella, avec un petit sourire : « Tu n’as pas fréquenté beaucoup de femme toi ? »

Robin : « Il y a des gens qui ont besoin de notre aide et cela devient urgent. Donc on va prendre le chemin que tu veux. Ça marche ? Mais il faut te décider. »

Isabella, d’un ton sec : « On y va. »

Isabella prend le chemin de droite. Frustré, Robin doit la suivre.

 

LOCKSLEY

Le soleil continue de briller intensément. Petit Jean discute avec un couple puis se relève en s’essuyant le front à cause de la chaleur. Pendant ce temps, Tuck discute avec Jack, Eleanor et son bébé.

Tuck : « Il est malade depuis longtemps ? »

Jack : « Depuis qu’il n’y a plus d’eau. »

Eleanor embrasse son bébé sur le front.

Eleanor : « C’est juste une fièvre. Ça devrait passer. »

Tuck, acquiesçant en souriant : « Oui, bien sûr. »

Tuck quitte le couple. Son sourire disparait. Il rejoint le reste de la bande.

Tuck : « Il faut faire quelque chose. »

Kate : « Robin nous a dit de l’attendre ici. »

Tuck : « Ce petit a quelques heures devant lui pas plus. Il est brûlant de fièvre. Tous les puits et les sources autour de Nottingham sont à sec. Il faut qu’on aille à la rivière. »

Petit Jean : « Et on pourrait y conduire les plus faibles. »

Tuck et Much : « Oui. »

Kate : « Et on fait quoi si y’a plus d’eau là-bas ?... Et si Robin résout le problème des puits ? Si on reste là et que l’eau revient, on est sortis d’affaires. »

Tuck : « Ça fait beaucoup de si. On doit prendre une décision en fonction de ce qu’on sait. Et ce qu’on sait, c’est que certains vont mourir. Sauf si nous réagissons très vite. »

 

CLUN

Robin et Isabella sont chez le forgeron. Celui-ci sectionne la chaîne qui les emprisonnait et libère le poignet d’Isabella sous le regard de Robin.

Robin : « Isabella, dis-moi où est l’entrée ? Je vais tenter d’atteindre la source et de la libérer tout seul… [Le forgeron libère le poignet de Robin] Toi, t’as encore une chance de te sauver. »

Isabella : « Me sauver ? Pour aller où ? Mon frère était mon protecteur… Sans lui, moi… Je n’ai plus rien. »

Robin : « Tu m’as moi. »

Reconnaissante, Isabella caresse la joue de Robin.

 

FORÊT DE SHERWOOD

Gisborne reprend peu à peu conscience. Allongé par terre, il est solidement attaché au pied d’un arbre par les poignets. Il tente de se relever mais il ne peut pas. Quand il tire sur sa main gauche, sa main droite est tirée par derrière l’arbre. Il entend alors le bruit de la corde glissée contre le tronc d’arbre.

 

FORÊT DE SHERWOOD

Libres de leur mouvement, Robin et Isabella marchent dans la forêt en direction de Nottingham.

Isabella : « Comment était-elle ? »

Robin soupire.

Robin : « De qui tu parles ? »

Isabella : « De la femme que mon frère a tué. »

Robin garde le silence puis soupire bruyamment.

Robin : « C’était Marianne. »

Isabella : « Oh… Ça dû être une femme plutôt extraordinaire pour avoir une telle emprise sur toi et sur mon frère. »

Robin s’arrête et se tourne vers Isabella.

Robin : « Elle n’a jamais donné à ton frère la moindre raison d’espérer. »

Isabella : « Et toi ? »

Robin, se remettant en marche : « Moi, tout ce que je veux, c’est oublier. »

Par respect, Isabella le regarde partir sans dire un mot. Très ému, Robin lève les yeux au ciel.

Isabella, courant vers lui : « Hé… Attend… [Elle arrive à ses côté]… On est presque arrivés. »

 

FORÊT DE SHERWOOD

Gisborne tire successivement sur son bras gauche puis sur son bras droit afin de provoquer un mouvement de balancier. Le frottement continu de la corde, qui l’emprisonne, sur le tronc d’arbre érode lentement la corde qui finit par céder.

Gisborne, grimaçant : « Ah ! »

Il se relève rapidement. Il regarde autour de lui, choisit une direction et se met à courir.

 

ROUTE VERS LA TRENT

Tuck conduit les hors-la-loi ainsi que les villageois à travers la forêt vers la rivière. Kate marche à ses côtés ainsi qu’Eleanor et son bébé.

Tuck : « Quand j’étais en Anatolie, et qu’on était vraiment désespéré, on trouvait un lézard et on le pressait jusqu’à ce que le continu de sa vessie se vide entièrement dans notre bouche. »

Eleanor : « Et vous pressiez quoi quand vous aviez faim ? »

Se tournant vers elle, Tuck lui sourit.

Petit Jean, regardant devant eux : « On devrait peut-être rebrousser chemin, Tuck. »

Ils s’arrêtent. Devant eux, trois soldats bloquent le chemin avec une charrette. Un soldat marche vers eux.

Eleanor : « Il n’est pas question de faire demi-tour. »

Tuck, mettant sa capuche : « Marchez tête basse et cachez vos armes… Jean ? »

Petit Jean acquiesce et part dans les fourrés sur le côté de la route. La troupe se remet en route.

Tuck : « Bonne journée, mon fils. »

Le soldat, levant la main : « On ne passe pas, aujourd’hui. L’eau de la Trent est réquisitionnée par la couronne. »

Eleanor : « Il nous faut de l’eau. C’est très urgent. »

Le soldat : « Y’en a tant que vous voulez au château. Un penny, le gallon... [Soupçonneux] A moins que vous ne soyez pas les bienvenus là-bas. »

Il soulève la capuche du moine.

Le soldat : « Salut, Tuck ! »

Tuck lui envoie son poing dans la figure. Les deux autres soldats dégainent leurs épées. Petit Jean, ayant fait le tour par la forêt, se présente derrière leur charrette. Armés de leurs épées, Allan et Kate arrivent aux côtés de Tuck. Petit Jean assomme l’un des deux soldats par derrière et bloque l’attaque du second. Puis il l’assomme à son tour. Petit Jean regarde Tuck en souriant. Much pose son épée sur son épaule en secouant la tête. Kate lui sourit. Soudain, ils entendent les sabots de chevaux. Petit Jean se retourne et voit arriver une troupe de soldats.

Petit Jean : « FUYEZ !!!!!!!... Sous les arbres ! »

Les hors-la-loi entrainent les villageois à se cacher dans les fourrés.

Petit Jean : « Vite ! »

La troupe court dans la forêt.

Allan : « Vite ! »

Tuck, aidant les villageois à courir : « Vite. Vite. Cachez-vous ! »

Les hors-la-loi restent en arrière pour couvrir leur fuite. Ils se cachent derrière un arbre et observent les soldats à cheval. Finalement, ces derniers décident de ne pas les poursuivre et s’en vont. La bande est soulagée.

Petit Jean : « On a eu chaud. »

Much acquiesce fortement de la tête. Il se tourne vers ses compagnons.

Much, essoufflé : « Où est Kate ? »

Ils regardent autour d’eux. Much regarde, une nouvelle fois, en direction de la route puis, très inquiet, il se tourne vers ses compagnons.

 

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM

Sous les remparts du château, construit sur un pic rocheux, débouche un conduit menant à une citerne, située sous les cachots, par où passe l’eau de la ville. La grille à l’entrée du conduit a été ouverte. Robin et Isabella sont à l’intérieur. Robin donne un coup de pied dans une grille et débouche dans la citerne totalement vide. Robin prend Isabella dans ses bras afin de l’aider à sortir du conduit.

Isabella, arrivant au centre et regardant en l’air : « C’est la trappe qui mène aux cachots… »

Elle regarde ensuite au sol où une trappe dans le mur est ouverte.

Isabella : «… Et c’est par là que transite l’eau qui alimente les puits… [Elle regarde une pile de roches entassées contre le mur opposé] La source est enfouie quelque part là-dessous. »

Robin : « Bon… [Il pose son arc et son carquois sur le sol puis enlève sa veste] Très bien. On n’a plus qu’à s’y atteler, alors ! »

Robin lui fait un clin d’œil. Isabella lui répond par un sourire.

 

COUR DU CHÂTEAU DE NOTTINGHAM

Les gardes ouvrent les portes en vitesse. Gisborne, à cheval, y pénètre.

Gisborne : « Il me faut quatre hommes à l’entrée du réservoir pour fermer la vanne d’accès. »

Il descend de cheval.

Gisborne à un soldat : « MAINTENANT ! »

Quatre soldats quittent la cour du château.

 

DANS LA CITERNE SOUS LE CHÂTEAU

Isabella et Robin déplacent les rochers qui bloquent la source. Robin attrape un rocher apparemment très lourd. Isabella lui donne un coup de main. Lorsqu’ils déplacent le rocher, l’eau commence à jaillir.

Isabella : « On y est presque. »

De l’autre côté du conduit d’entrée, les gardes bouchent l’accès sans que Robin et Isabella s’en aperçoivent. Robin prend de l’eau dans ses mains et l’offre à Isabella qui peut étancher sa soif. C’est alors que Robin entend le bruit de la pierre qui glisse dans le conduit qui leur a permis d’entrer dans la citerne. Robin se précipite vers le conduit.

Robin : « ATTENDEZ ! »

Mais c’est trop tard. La pierre condamne la sortie. Robin tente de la déplacer en la poussant avec son épaule. Isabella le rejoint.

Isabella : « Arrêtez ! »

Mais en vain.

Robin : « Ton frère a dû s’échapper. »

La voix de Gisborne : « On ne peut rien te cacher ! »

Isabella regarde vers la grille donnant sur les cachots. Gisborne les observe.

Isabella, se plaçant au centre de la citerne : « Guy, qu’est-ce que tu fais ? »

Gisborne : « Je fais mon devoir… envers le Prince Jean… En exécutant un traître…. [Robin arrive à côté d’Isabella] et sa complice. »

Isabella : « En nous exécutant ? »

Gisborne regarde un garde se trouvant face à lui. Le soldat tourne une roue en bois pivotant dans un mur. À l’intérieur de la citerne, la trappe au pied du mur par laquelle l’eau alimente les puits se ferme.

Gisborne : « Maintenant que toutes les issues sont bloquées, vous allez vous noyez tous les deux… Assez rapidement la fosse va se remplir. Et vous allez tenter de nager sur place. Vous pourrez tenir quelques heures voire peut-être une journée. Qui sait ? Mais finalement, vous arriverez à épuisement. »

Robin : « Je te promets que si jamais je réussis à m’en sortir vivant… [Pointant du doigt Gisborne] JE VAIS TE TUER ! »

Gisborne : « Promets ce que tu veux, Robin. Ça ne changera rien. La légende va s’éteindre ici… lentement et douloureusement, je le crains. »

Robin tente de déplacer la pierre bloquant leur sortie.

Gisborne : « Pendant ce temps [Avec le sourire], moi, je vais devenir shérif… La vie est bien faite, non ? »

Il s’en va. Robin revient près d’Isabella.

Robin : « Gisborne ?... GISBORNE ! »

Isabella : « Économise ta salive. Je le connais bien. Il ne reviendra pas. »

Les deux mains derrière le crâne, Robin, inquiet, regarde l’eau s’écouler à travers les roches tout en réfléchissant aux solutions qu’ils leur restent.

 

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM

Dans les quartiers du shérif, le Prince Jean est assis sur son trône. Kate est jetée au pied du prince.

Le Prince Jean : « Tu es une jolie petite chose, toi ? »

Kate se relève pour s’en prendre au prince mais les gardes l’en empêchent en la retenant fermement.

Kate, se débattant : « Et vous, un démon ! »

Le Prince Jean : « Et courageuse avec ça. Je suis sûr que Robin doit adorer les femmes de caractère, non ? »

Il se redresse et la regarde droit dans les yeux.

Le Prince Jean : « Je parierai qu’il aime Isabella. »

Kate, feignant l’ignorance : « Isabella ? »

Le Prince Jean : « Oh, c’est bon. Crache le morceau… [Il descend de son trône et rejoint Kate] L’as-tu vu arriver avec un message urgent ? »

Kate : « Robin déteste Isabella. Pourquoi est-ce qu’il fricoterait avec elle ? »

Le Prince Jean : « Oh là. Là. Là. C’est trop mignon. Elle est jalouse. »

Kate, folle de rage : « JE NE SUIS PAS JALOUSE D’ISABELLA ! »

Le Prince Jean, avec calme : « Pourquoi Robin aurait-il tout le plaisir ? [Il se rapproche très près d’elle] Que dirais-tu d’aller te détendre un peu dans mes geôles. Je ferais un saut tout à l’heure pour une conversation… [Lui susurrant] en tête à tête… comme il se doit. »

 

FORÊT DE SHERWOOD

Les hors-la-loi marchent en compagnie des villageois. Petit Jean mène la troupe en tenant un enfant par la main tandis qu’Allan aide une veille femme à marcher. Much marche à côté d’Eleanor.

Much : « Si je les avais vu l’emmener, j’y serais allé. [Regardant Eleanor] Vraiment ! »

Il soupire.

Much : « C’est que pour elle, je ferais n’importe quoi. »

Tuck rejoint le groupe.

Tuck, se dirigeant vers Eleanor : « Par ici... Par ici. »

Il presse un bâton. Un liquide s’en échappe qu’Eleanor récupère dans sa main libre.

Tuck : « Voilà. »

Eleanor le donne à son bébé.

Eleanor : « Merci. »

Tuck : « C’est amer mais c’est parfaitement sain. »

Eleanor : « Très bien. »

Petit Jean : « Tuck. »

Eleanor : « Tiens mon bébé. »

Tuck, donnant le bâton à un villageois : « Tiens. »

Eleanor : « Allez bois. »

Tuck : « C’est très bien mais il va pas tenir longtemps avec ça. On fait quoi maintenant ? »

Tuck soupire mais ne répond pas. Les hors-la-loi continuent de marcher derrière les villageois.

 

DANS LA GRANDE SALLE DU CHÂTEAU DE NOTTINGHAM

Les nobles sont entrain de festoyer à la table d’un Prince Jean, plutôt soucieux. Gisborne arrive à côté du trône.

Le Prince Jean : « Eh bien ? »

Gisborne : « Elle est ce que vous soupçonniez. »

Le Prince Jean : « Elle a suivi Robin ? »

Gisborne : « Elle l’a suivi. »

Le Prince Jean, impatient : « Et alors ? »

Gisborne, regardant autour de lui : « Alors j’ai résolu le problème, Sire. »

Le Prince Jean : « Allons, ne soyez pas aussi énigmatique avec moi, Gisborne. Sont-ils morts ? »

Gisborne : « Oui. »

Le Prince Jean, souriant : « Eh bien, prenez une coupe, voyons. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut se targuer d’avoir tué sa sœur ainsi qu’un héros national. »

Gisborne : « Non. Je n’ai pas le cœur à boire, Sire… [Il soupire légèrement] Je vous demande simplement de remplir votre part du contrat. »

Le Prince Jean : « Vous avez raison… [Il attrape un trousseau de clés posé sur la table] Vous avez bien mérité ça… [Il lui tend les clés] Tenez. Les clés de Nottingham. »

C’est avec le sourire que Gisborne les prend religieusement dans ses deux mains. Le Prince Jean se lève et s’adresse aux invités.

Le Prince Jean : « Mes seigneurs et gentes dames… Ne laissez jamais dire que je suis un homme à ne pas honorer ses promesses. Robin des bois… est mort… »

Les nobles applaudissent. Gisborne ne semble pas ravi de la situation.

Le Prince Jean : «… Exécuté par mon loyal compagnon ici présent. Messires et gentes dames, levons nos verres à ce cher Guy de Gisborne, le nouveau shérif de Nottingham. »

Les nobles se lèvent.

Les nobles, levant leur coupe : « Au nouveau shérif de Nottingham ! »

Gisborne se tourne vers eux avec le sourire et acquiesce de la tête. Le Prince Jean boit une gorgée. Les nobles applaudissent. Gisborne acquiesce à nouveau de la tête.

Le Prince Jean, se tournant vers Gisborne : « Alors ? Allez-y ! Racontez ! Est-ce qu’ils ont couiné ? »

Gisborne ricane.

 

DANS LA CITERNE SOUS LE CHÂTEAU

L’eau a rempli la citerne. Isabella nage afin de garder la tête hors de l’eau. Robin émerge soudainement à côté d’elle.

Robin : « J’ai essayé de faire glisser la pierre qui bloque l’entrée… Mais elle est trop lourde. »

Isabella : « Tu veux bien me prendre dans tes bras ? Je suis gelée. »

Robin, la prenant dans ses bras : « Viens. »

Isabella colle son dos contre la poitrine de Robin.

Isabella : « On doit être les deux seules personnes de toute l’Angleterre à être gelées et trempées à l’heure qu’il est. »

Isabella se retourne face à Robin et le serre dans ses bras.

Isabella : « Tu sais. J’ai fait un rêve avec toi et moi. »

Robin : « Ah bon ?... Qu’est-ce qu’il raconte ? »

Isabella : « J’ai rêvé que nous vivions ensemble, tous les deux… Nous avions une ferme et quelques animaux. Nous produisions tout ce que nous mangions. Et nous avions des enfants. »

Robin, souriant légèrement : « Combien ? »

Isabella : « Quatre en tout. Deux garçons et deux filles… avec des taches de rousseur sur leurs petits genoux. Les garçons avaient ta force et ta bravoure… »

Robin, la coupant : « Les filles avaient ton intelligence. »

Isabella : « Notre bonheur était parfait… [Robin garde le silence] Ça doit te sembler ridicule sans doute ? »

Robin : « Non. Non, ça me semble… comme une sorte d’idéal. »

Isabella soupire en se serrant contre lui. Robin garde le silence mais lève les yeux vers la trappe donnant sur les cachots. Il aperçoit un anneau planté dans le mur juste sous la grille.

Robin : « C’est quoi ça ? »

Isabella : « Quoi ? »

Isabella lâche Robin et se retourne.

Robin, pointant du doigt la grille : « Là-haut. Y’a un anneau dans le mur. Enlève tes vêtements. »

Isabella : « Quoi ? »

Robin, regardant Isabella : « Enlève tes vêtements. Je vais fabriquer une corde. Je vais envoyer une flèche sur l’anneau… On va pouvoir sortir de là, Isabella. »

Isabella : « Oui ! Comme ça a l’air simple. Tirer une minuscule flèche à travers ce tout petit anneau. »

Robin : « Tu oublies une chose. »

Isabella : « Laquelle ? »

Robin, souriant : « Je suis Robin des bois. »

 

FORÊT DE SHERWOOD

Tuck marche en tête du groupe avec une baguette de sourcier.

Petit Jean, portant un enfant sur ses épaules : « La Trent est encore loin, Tuck ? »

Tuck : « On y est presque. On est tout prêt. Je la sens. »

Eleanor, épuisée, trébuche mais se rattrape. Son bébé se met alors à pleurer. Allan se retourne.

Allan, retournant sur ses pas : « Hé ! [Voulant prendre le bébé] Laisse-moi le porter un peu. »

Eleanor, se dégageant : « Non ! »

Elle se remet en marche en berçant son bébé pour l’apaiser. Allan reste à ses côtés.

 

DANS LA CITERNE SOUS LE CHÂTEAU

Robin : « Tiens bon, Isabella. Où est l’arc ? »

Isabella : « Tiens. »

Isabella lui donne l’arc. Robin avait déjà attaché un morceau de la robe d’Isabella à une flèche. Il arme sa flèche.

Robin : « C’est bon ? »

Isabella : « Ouais. »

Robin : « On y est. Tiens-toi. »

Robin tire mais il rate sa cible. Robin récupère sa flèche.

Isabella : « J’ai froid. »

Robin tire une seconde fois mais il échoue à nouveau. Furieux, il frappe la surface de l’eau avant de reprendre sa flèche. Cette fois-ci, il prend bien son temps puis vise à nouveau l’anneau. Il tire. La flèche passe à travers l’anneau.

Isabella : « Oui ! »

Isabella embrasse Robin sur la joue. Robin attrape la corde de tissu et tire dessus.

Robin : « Je t’avais dit que j’y arriverais. »

Isabella embrasse Robin sur les lèvres.

Robin : « Je grimpe d’abord et je te hisserai de là-haut. »

Isabella : « Vas-y. »

Robin commence à grimper à la corde.

 

DANS UN COULOIR INTERIEUR DU CHÂTEAU

Le Prince Jean marche en compagnie de Gisborne.

Le Prince Jean : « J’ai un des larrons de sa bande en bas. Une fille, le croiriez-vous ? Elle vous plairait. Vous voulez jeter un coup d’œil ? »

Gisborne : « Une fin rêvée pour une journée de rêve. »

Le Prince Jean ricane.

 

DANS LES CACHOTS

Robin fait glisser la grille donnant sur les cachots sur le sol puis se hisse hors de la citerne. Isabella fait une boucle avec la corde et met son pied dedans puis Robin commence à la hisser hors de la citerne. Arrivé en haut, Robin tend la main à Isabella.

Isabella : « vite. »

La corde commence à se déchirer mais les doigts d’Isabella ne fait qu’effleurer ceux de Robin. Soudain, la corde lâche. Robin rattrape juste à temps la main d’Isabella.

Robin : « C’est bon, je te tiens !... Allez vas-y ! »

Robin l’aide à sortir de la citerne.

Isabella : « Merci. Merci, infiniment. Merci. »

Robin : « On n’est pas en sécurité ici. »

Du fond de sa cellule, Kate les aperçoit. Elle s’avance vers les barreaux pendant que Robin et Isabella vont dans la direction opposée.

Robin : « Doucement. Attention. »

Kate : « ROBIN ! »

Robin se retourne et aperçoit Kate.

Robin, surpris : « Kate ? »

Il délaisse Isabella et court vers Kate.

Robin : « Qu’est-ce qui s’est passé ? »

Kate : « On a tenté de rejoindre la rivière mais je me suis fait prendre. Tu ne dois pas lui faire confiance. »

Isabella : « Robin, il faut qu’on sorte d’ici... [Elle regarde derrière elle] Ce n’est qu’une question de temps avant que quelqu’un descende. »

Robin, contournant Isabella : « Je ne peux pas la laisser là, Isabella. »

Isabella : « Nous avons une chance de nous échapper… »

Kate : « Robin ! »

Isabella : «… d’échapper à nos anciennes vies. »

Elle court rejoindre Robin.

Isabella, courant après Robin : « Nous devons saisir cette chance... [Elle l’attrape par le bras et l’oblige à lui faire face] Écoute-moi. Ce dont nous avons parlé en bas, tout à l’heure… Ce rêve… Ce pourrait être notre rêve, Robin. Notre réalité… Mais pour ça, il faut partir tout de suite. »

Robin : « Isabella… Je t’aime beaucoup… C’est vrai, je suis sincère… Mais je crains fort que pour moi… ça reste un rêve à tout jamais… Que ça me plaise ou non, et tu peux me croire, parfois ça me fait horreur de l’être… mais je suis Robin des bois... Je suis un hors-la-loi… [Il pose sa main sur le côté droite du visage d’Isabella] Et je ne peux rien y faire. »

Isabella : « Mais si, Robin. Sûrement en temps voulu, on pourra recommencer, se refaire une nouvelle vie… [Robin secoue la tête] Devenir des personnes différentes, je t’en prie… »

Robin, la coupant : « Non. Non. Je suis l’homme que je suis… Une fois avant, j’ai essayé d’avoir tout ça… Mais ça a causé tellement de souffrance à tout le monde… »

Isabella, le coupant : « Non. Je ne suis pas elle ! »

Robin : « Crois-moi, je suis navré. Sincèrement. »

Il retourne auprès de Kate.

Isabella, furieuse : « NON ! »

Le Prince Jean, Gisborne et le geôlier arrivent dans les cachots derrière Isabella.

Gisborne : « Toi ? »

Elle se retourne. Gisborne pointe son épée en direction de sa sœur. Le Prince Jean s’empare de l’épée du geôlier.

Le Prince Jean au geôlier : « Vite ! Va chercher la garde ! »

Le geôlier s’en va.

Le Prince Jean à Gisborne : « Ils sont morts, disiez-vous ! L’affaire est réglée, disiez-vous ! »

Isabella, s’approchant d’eux : « Il a toujours menti, Sire. »

Gisborne : « Isabella ! »

Isabella : « En fait, il allait me laisser partir sans rien vous dire... »

Le Prince Jean regarde Gisborne avec suspicion.

Isabella, pointant du doigt Gisborne : «… Jusqu’à ce que je l’assomme et que je le laisse là. »

Gisborne : « Non, Sire. Ce n’est pas… »

Le Prince Jean : « Vous avez trahi votre camp, Guy. Vous vous êtes trahi vous-même. De fait, vous êtes une entrave. Gisborne… »

Gisborne : « Non. »

Le Prince Jean : « Vous êtes renvoyé. »

Gisborne : « Non ! Vous ne m’enverrez pas ! J’ai attendu toute ma vie pour être shérif… [Il se tourne vers le Prince Jean et pointe sa lame dans sa direction] JE NE ME LAISSERAIS PAS RENVOYER PAR VOUS ! »

Le Prince Jean est choqué par son geste. Isabella attrape une torche éteinte.

Le Prince Jean : « Comment… osez-vous ?... Comment osez-vous menacer un monarque ? »

Gisborne : « Quel monarque ? Vous n’êtes qu’un prétendant, une imitation, un imposteur ! »

Isabella : « Non. Le plus bel imposteur ici, c’est lui… [Elle se tourne vers Robin et le tient en joue avec sa torche] J’ai été bien folle, Sire. Une faible femme frivole qui s’est laissée berner par ses flatteries. Mais maintenant, je discerne la vérité et je vous en supplie, Sire, laissez-moi vous montrer combien je regrette. »

Robin : « Isabella, pose ça ! »

Isabella, le coupant : « Garde tes paroles mielleuses pour un cœur que ça peut toucher… fourbe ! »

Le Prince Jean : « A vous l’honneur. »

Le Prince Jean lance son épée vers Isabella puis dégaine la sienne et fait face à Gisborne. Isabella ramasse l’épée. Robin pointe sa lame dans sa direction. Isabella attaque Robin pendant que le Prince Jean et Gisborne s’affrontent. Soudain, Robin jette Isabella dans les bras de Gisborne au moment où le Prince Jean s’apprêtait à le pourfendre. Ce dernier arrête son geste et attaque alors Robin. Isabella frappe son frère afin de se dégager. Le frère et la sœur engagent le combat tandis que Robin lutte contre le Prince Jean sous l’œil inquiet de Kate, toujours prisonnière de sa cellule. Soudain, un coup d’épée d’Isabella fait tomber les clés des cellules que Gisborne portait à sa ceinture. Kate tente de s’en emparer. Mais elles sont trop loin. Gisborne parvient à coincer Isabella contre le mur proche de la cellule de Kate puis lui fait lâcher son épée. Pendant ce temps, Robin parvient à faire lâcher au Prince Jean son épée qui tombe dans la citerne. Avec l’aide de l’épée d’Isabella, Kate parvient à attraper les clés des cachots. Gisborne jette Isabella contre un pilier puis la tient au bout de son épée. Désarmée, elle recule vers la citerne.

Isabella, suppliant : « Guy. »

Gisborne : « Adieu, Isabella. »

Alors que Gisborne veut embrocher sa sœur, elle évite la lame et saute dans la citerne. Pendant ce temps, également désarmé, le Prince Jean parvient à éviter les attaques de Robin mais se retrouve, au bord de la citerne, pris entre les lames de Robin et de Gisborne.

Le Prince Jean, gémissant comme un enfant : « C’était pas prévu comme ça ! »

Il se tourne vers Gisborne.

Le Prince Jean : « Vos jours en tant qu’homme libre sont terminés, Gisborne. TERMINE ! »

Robin et Gisborne attaquent de concert le Prince Jean mais celui-ci saute dans la citerne.

Le Prince Jean : « GARDES ! »

Robin et Gisborne se retrouvent face à face et se mettent soudainement en garde. Méfiants, ils pointent leurs épées l’un sur l’autre.

Isabella : « GARDES ! Venez secourir le prince. Sauvez-nous ! »

Robin fait le tour de l’accès à la citerne en pointant son épée sur Gisborne et arborant un sourire vengeur.

Robin : « Tu es condamné à mort, Gisborne. »

Gisborne : « Toi, ça t’a jamais beaucoup affecté. »

Gisborne attaque Robin.

Kate : « Robin ! »

Le combat s’engage entre les deux hommes. Mais soudain, Gisborne fait lâcher à Robin son épée qui vole à travers la pièce. Alors que l’épée allait tomber dans la citerne, Kate la rattrape de justesse.

Kate : « Robin ! »

Elle la lui lance puis avec l’épée d’Isabella vient en aide à Robin. Gisborne se retrouve alors devant deux adversaires armés. Robin et Kate s’avancent vers lui. Gisborne regarde en arrière et aperçoit une porte de sortie.

Gisborne, reculant vers la sortie : « C’est pas fini, Robin. »

Il se retourne et court vers la sortie.

Robin, courant après lui et furieux : « Oh ça, tu peux compter sur moi ! »

Kate attrape Robin par le bras.

Kate, le tirant en arrière : « Robin, laisse-le. Laisse-le. Il faut qu’on se sauve nous. »

Robin s’arrête et regarde derrière eux.

Robin : « Par ici, viens. »

Kate le stoppe.

Kate : « Attends… [Elle l’embrasse sur la joue] Merci. »

Robin sourit et l’entraîne à sa suite.

Robin : « Viens. Faut qu’on ouvre la vanne. »

Il arrive à la roue pivotant dans le mur

Robin, donnant son épée à Kate : « Allez. »

Robin actionne la roue. Puis ils s’en vont.

Robin : « Viens. Dépêche-toi ! »

 

RIVIERE DE LA TRENT

Tuck conduit le groupe de villageois à la rivière.

Tuck, courant vers la rivière : « Nous y sommes ! »

Tout le monde s’y précipite mais la rivière est à sec. Tuck tombe à genoux.

Tuck : « Oh ! Pardonnez-moi ! »

En colère, Much jette sa gourde par terre.

Tuck, accablé : « Pardonnez-moi. »

Eleanor, incrédule : « Non… Pitié, seigneur. Non ! »

Much est debout dans le lit de la rivière et se tourne vers l’amont de la rivière.

Much : « Attendez. »

Il fait quelques pas et entend puis voit un mince filet d’eau couler doucement dans sa direction.

Un villageois : « Regardez ! Y’a de l’eau ! De l’eau ! De l’eau ! »

Tuck, levant les yeux au ciel : « Loué sois-tu, seigneur ! »

Petit Jean saute dans le lit de la rivière.

Much, avec le sourire : « Loué sois-tu, seigneur. »

Il enlève la gourde qu’il portait en bandoulière et se tourne vers Tuck.

Much : « Loué sois-tu, Robin ! »

Tuck lui répond par un sourire.

 

***** Épilogue *****

 

LOCKSLEY

Jack : « IL EST PLEIN ! [Levant un seau rempli d’eau devant lui] L’EAU EST REVENUE ! »

Un villageois : « Oh ! C’est formidable ! »

Robin et Kate entrent dans le village. Kate court vers Jack.

Kate : « Jack, c’est formidable ! »

Jack montre son seau aux autres villageois qui sont tous ravis de la bonne nouvelle. Une femme donne à boire à une vieille femme.

La villageoise : « Tiens. Bois. »

Robin regarde les villageois, heureux, allant se servir à boire.

Robin à lui-même : « C’est ça que tu fais. »

Tuck arrive derrière lui et met sa main sur son épaule.

Tuck : « Et que tu fais bien. »

Robin prend Tuck dans ses bras.

Robin : « Je te remercie. »

Eleanor, avec son bébé dans les bras, court dans les bras de Jack en riant. Celui-ci les fait virevolter dans les airs en riant.

Robin, lâchant Tuck : « Tuck. Que nous faisons bien. »

Les villageois se réjouissent du retour de l’eau pendant que Much prend Robin dans ses bras.

Much : « Bravo ! »

Robin, serrant la main d’Allan : « Merci, Allan. »

Allan : « Bien joué, Robin ! »

Robin : « Merci. »

Ils se congratulent puis prennent le chemin du retour.

Allan, souriant, à Robin : « Bon alors ?... Hein ? Qu’est-ce qui s’est passé avec Isabella ? »

Robin : « Isabella ? Eh ben… disons simplement qu’Isabella ne va pas nous rejoindre tout de suite… [Il fait un clin d’œil à Kate, marchant devant lui] Hein, Kate ? »

Kate lui sourit puis Robin se retourne vers les villageois et tout particulièrement sur Eleanor et son petit Robin.

Eleanor : « Ça, c’est un beau petit garçon. »

Jack, acquiesçant de la tête : « Oui. »

Il embrasse son fils sur la tête.

Eleanor : « Un amour de petit garçon. »

Robin est mélancolique puis regarde Kate qui lui sourit. Robin lui renvoie son sourire et rejoint le reste de la bande, quittant ainsi Locksley.

Tuck : « Il sourit, mes amis. »

Much à Petit Jean : « Allez… Hein… Qu’est-ce que t’en penses, Petit Jean ? »

Petit Jean : « C’est une belle journée. »

 

***** Fin de l’épisode *****

Ce script a été réalisé par Allthingsrobin sur le site Hood Winked.
This transcript was made by Allthingsrobin on Hood Winked.

 

LOCKSLEY. AFTERNOON.

The sun shines brightly over the parched earth. Flies buzz over a dry riverbed of sticks and stones. In Locksley, the villagers have set up awnings to shade them from the sun, but they are all suffering from the heat. Much gives an older woman, whose lips are cracked and dry, a drink from a water flask. He looks up as Tuck walks by.

MUCH : That’s the last drop.

TUCK : God help us.

Tuck looks behind him at the villagers, shakes his head, and walks out.

 

LOCKSLEY MANOR. MAIN ROOM. LATE AFTERNOON.

Isabella, giggling, pours water from a silver pitcher into a goblet. Her hair is dishevelled and damp where it sticks to her sweaty neck.

PRINCE JOHN to Isabella : Do you know, I don’t know who’s hotter, you or me.

Isabella hands the goblet to Prince John.

ISABELLA : Oh, it’s you, sire. [Walks around behind him, Sultrily] You... are hot... [dabs a cloth all around his head]... hot... [looks at Gisborne and leans in the Prince’s ear]... hot.

Prince John giggles. Gisborne is unamused.

GISBORNE : If we could get back to the business in hand, sire.

PRINCE JOHN : Do we have to ?

Isabella smiles at Gisborne.

ISABELLA : I think I’ll leave you to it.

 

COURTYARD.

Isabella pulls the front door closed behind her and sighs. She lifts up her hair with both hands to cool her neck. She looks out at Locksley, then turns around right into Robin.

ROBIN : Good evening.

ISABELLA,Startled : Oh, God ! Don’t do that.

Isabella looks around to see if anyone is watching, then takes Robin’s arm as he leads her around the back of the stables.

ROBIN : Sorry. Just thought I’d pop in on you. [They turn the corner] I, erm... thought you might like some of these. [Unwraps a few strawberries in a cloth.]

 

MAIN ROOM.

GISBORNE : I need to make arrangements.

PRINCE JOHN : Now, do stop whingeing, Gisborne. [Stands, goes to sideboard] I’ve told you, you’re as good as sheriff already. [Turns around holding a grape] The only thing you don’t have is the title or the power... or the castle.

Gisborne stares in disbelief.

PRINCE JOHN : But the truth is, right now, there are more pressing matters. [Eats the grape.]

GISBORNE : Robin Hood. [Drinks from his goblet.]

PRINCE JOHN : Now obviously, he has to hang. The only problem is the people do rather insist on adoring him still.

GISBORNE : Well, the people are fools, sire.

PRINCE JOHN, Lowers his goblet : Well, of course, they are. [Walks towards the rear window] But we need their co-operation if my plans for England are to come to fruition.

Gisborne shadows Prince John down the middle of the room.

PRINCE JOHN : So... I need to woo them. Make them love me.

GISBORNE : Yes, sire, but how ?

PRINCE JOHN, Turns from the shuttered window : By giving them what they want, of course. [Gisborne is puzzled] What they want more than anything else with this drought. Water.

Prince John drinks, then looks out a crack in the shutters and sees Isabella seductively eating a strawberry in front of Robin. He frowns.

 

COURTYARD.

ISABELLA : Mmm. [Licks her fingertip] Juicy.

PRINCE JOHN, From front door to groom : Prepare the horses ! [Isabella is startled] I wish to leave !

ROBIN, Whispers in Isabella’s ear : Good night, Isabella.

Robin takes the cloth and leaves around the back of the manor. Isabella, disoriented for a moment and still holding the hull of the berry, turns and watches him go.

ISABELLA, Smiles, a bit slyly : Good night, Robin Hood.

 

MAIN ROOM.

Prince John stands by the door, drinking. Isabella opens the door and comes in smiling and wipes her lip with a finger. Her face falls when she sees the Prince and Gisborne watching her.

PRINCE JOHN, Sternly to Isabella : You’ll accompany me on my trip back to the castle. [Walks away.]

Isabella wipes her lips again.

PRINCE JOHN : We’ll visit the dungeons.

 

OPENING CREDITS

 

NOTTINGHAM CASTLE. DUNGEONS. NIGHT.

A prisoner screams. Prince John and Isabella walk towards a square hole in the floor. A grate leans against the wall. Prince John sighs, looks at Isabella, and puts his finger under her chin.

PRINCE JOHN : Don’t be scared, my dear. I just want to show you something. Kindred spirits, you and I.

They reach the hole. Prince John circles it.

PRINCE JOHN : Now usually the water in here comes halfway to the top, but my men are blocking the spring that feeds it. [In the hole, guards are stacking stones against the wall] The same spring supplies all the underground water sources in Nottingham. Within the hour, every well within a ten-mile radius will be without water in this drought, which is when I shall start giving them water from my own personal supplies. And then, Isabella, then they shall realise it is me they should adore, me they should worship and obey, me who is their kind and merciful father.

ISABELLA : What if they don’t ?

PRINCE JOHN : Well, then the filthy little wretches can die of thirst.

Prince John turns away, leaving Isabella to stare at his back in disbelief.

 

LOCKSLEY.

A baby cries. Little John winds up a bucket from the well and pulls it towards him. It’s empty.

LITTLE JOHN, Looks at Eleanor with her baby : Nothing. I’m sorry.

Robin hands Eleanor his flask.

ROBIN : Here, have some of mine.

ELEANOR : But you need it, too.

ROBIN : Come on.

Kate comes over.

KATE : Take it, Ellie. [Eleanor looks at Kate] For my godson. [Kate laughs and goes to Eleanor to embrace her] I’ve missed you so much.

ELEANOR for baby : Hello.

KATE : How’s the little tyke doing ?

ELEANOR : Oh, you know, tears, tantrums, fouling his pants... but enough about my husband.

Kate giggles.

ELEANOR : We’ll get through this drought, Kate. I know we will.

Tuck talks to Robin.

TUCK : Change is coming, Robin.

ROBIN, Disheartened : Is it now ? [Tuck sighs] I’m beginning to wonder if we can ever really change anything.

TUCK, Sighs : The Sheriff is dead. Is that not change enough ?

Little John and Kate join them.

ROBIN : Well, in his place is the Prince who does nothing while his people’s wells run dry and they die of thirst.

Much joins them.

KATE : Thank goodness for me, then.

Robin puts his hands behind his head.

ROBIN : Your recce went well ?

Allan comes over.

KATE : Two guards, one door, and twenty barrels of Prince John’s cool fresh water hidden in a barn... [The gang sigh and/or giggle in relief] ... just begging to be sampled.

 

NOTTINGHAM CASTLE. SHERIFF’S QUARTERS.

Prince John sits on his throne.

GISBORNE : I don’t believe it.

PRINCE JOHN : There’s no point resisting it ! [Stands, advances on Gisborne] I saw them. They were all over each other.

GISBORNE : Sire, is it possible that you could have misread the situation ?

PRINCE JOHN : Well, we’ll see, won’t we ? Because I’ve set her a little trap.

GISBORNE : A trap ?

PRINCE JOHN : Mm. Told her all about my plan with the water. If she is in league with Hood, I suspect she’ll want to find him and tell him all about it and when she does, you’ll be there because you’ll be following them.

GISBORNE : And then ?

PRINCE JOHN, A bit flustered : What do you expect ? They’re traitors. Execute them. [Circles behind Gisborne.]

GISBORNE, Unsure : Both of them ?

PRINCE JOHN : Gisborne, I have great plans for you. I do hope you’re not suffering from any pathetic pangs of familial loyalty.

GISBORNE : None at all. My loyalty to you is absolute. Whatever the outcome, it shall be my hand that resolves it for you... [turns to Prince John]... and I promise you—

PRINCE JOHN, Interrupting : Yes, bored now. [Turns away] Leave, please.

Prince John sits. Gisborne leaves.

 

LOCKSLEY. BARN.

The two guards are talking quietly. The back door is ajar. Kate pokes her head in. Much follows, making the door creak.

KATE, Holding a finger to her lips : Shhhh.

The guards are playing a board game inside the front door. Allan slowly makes his way to the door, in a cloak and hood.

ALLAN, Huskily : Help me please ? [The guards turn their heads to look at him] Help me ?

GUARD : Naff off !

Behind the barrels, Much, with a rope, and Robin sneak in after Kate.

ALLAN : This drought’s made me so thirsty, that I—I need water, please.

GUARD : There’s no water here for you.

ALLAN : I’m parched, sir... Please.

GUARD : Get lost !

ALLAN : Just a little to wet my mouth then, eh ? It’s as dry as a camel’s bum in a sandstorm.

GUARD : You’re givin’ me the ’ump.

The first guards stands. The second guard laughs, then stands.

GUARD : Now push off !

The two guards step towards Allan, the second behind the first.

GUARD : There’s no water here for you.

Robin, behind them, leans his arm on a barrel.

ROBIN, Cheekily : Really ? [Points at at the barrel with his other hand] Well, what’s all this, then ?

Much releases a barrel on a rope swing. The second guard ducks it and it knocks out the first. Kate and Much catch it as it swings back.

ROBIN : And again !

The barrel swings forward again, knocking out the second guard. Kate and Much nod at each other, pleased with their teamwork. Robin smiles.

ALLAN, Comes in, stepping over the guards : I mean, really. It’s not like I asked for ice and a slice, was it ?

Kate laughs.

ROBIN : Come on.

KATE to Allan : Well done.

ROBIN : Let’s get this water to the villagers.

 

LOCKSLEY.

The villagers are calmly lined up at the barrel. Allan pours water into a pitcher for an old woman. Another villager doles out some to a man.

MAN : Thank you.

WOMAN : Thank you.

Eleanor bounces her baby, waiting in line.

ELEANOR : Sh, sh, sh. It’ll be fine.

Robin comes over.

ROBIN : So what’s his name then ?

ELEANOR : Actually, his name’s Robin.

ROBIN : Is it ? Oh, thank you very much. That’s very flattering.

ELEANOR : No, after the bird. [Allan chuckles] One landed on his crib the day he was born.

ROBIN, A bit embarrassed, nods : Of course it did. Right, good, good.

Allan slightly smiles.

ELEANOR, Pauses, then lets him off : Joke. It was after you.

Robin laughs.

JACK, With a water pitcher : He’s always been a poorly lad, so, er, we thought we’d give him a name of strength.

Robin gently tugs the baby’s chin.

ROBIN : Hey, hello.

Jack steers his family away from the line. Robin wistfully watches them go.

ELEANOR : Let’s have some water.

Robin turns away as Much comes over, but Robin walks away, slapping his wet cloth into his hand in despair. Much glances at what he saw Robin watching, sees the happy couple, then follows. Robin leans on a fence and puts the wet cloth on the back of his neck.

MUCH : Hey, what’s wrong ?

ROBIN : Oh... [shakes his head and looks around]... I envy them, Much. You know, they have nothing, and yet I envy them, their lives, because...

ELEANOR : (That’s better.) ...they have each other... you know?

MUCH, Trying unsuccessfully to sound cheerful : Well... we’ve got each other.

ROBIN : It’s not the same though, is it ?

MUCH : No, it’s not.

Kate comes walking over.

KATE : Robin.

ROBIN : What is it ? [Stands and goes to her.]

KATE : Isabella just spoke to me as I was passing the manor. She said she had important information for you. She wants to meet you in the meadow.

ROBIN, Scratches his cheek, thinking : Right, okay.

The gang are gathering to see what’s up.

ROBIN to Tuck : I’m going to have to leave you a while. [Much comes up to Robin] Just had a message from Isabella. I think she may have information about the problem with the well.

TUCK : You think that’s wise ?

ROBIN, Flustered : Oh, come on, Tuck. We’ve been through this.

TUCK : My gut still tells me there’s something not right about her.

LITTLE JOHN : She helped us before, Tuck.

MUCH : She defied Prince John when she helped us put out the fire, huh ?

TUCK : She’s Gisborne’s sister. You really think she doesn’t have ulterior motives ? Or maybe you think she just likes you for being you ? [Robin shows frustration with Tuck] The truth is Robin Hood is needed here. The water in these barrels will last each village a day or so at the most. Soon, the very old and the very young will start dying.

ROBIN, Quietly, keeping his temper : That’s exactly why I should go and meet her. If she has information about the wells, then I—

TUCK, Interrupting : I hear there’s water still in the Trent.

ROBIN, Angrily, frustrated : And I heard that there isn’t. And even if I’m wrong, it’s still only a temporary solution. We need something permanent and Isabella may offer us that. I’ll be back. Wait for me here. [Leaves.]

TUCK : Robin !

Robin grabs his bow and his jacket, then looks back at the gang.

ROBIN : Wait here.

Robin runs off towards the meadow.

 

MEADOW NEAR LOCKSLEY.

Isabella walks into the meadow from the forest. She looks around for Robin. Still in the trees, Gisborne watches her. Robin stands behind Isabella, his arm resting on his upright bow.

ROBIN : Well, I am punctual... [Isabella, startled, turns around] ... if nothing else.

Isabella quickly lets out her breath, smiling.

ISABELLA : You have to stop doing that.

Robin smiles.

ROBIN : So... what’s so important that you’d risk being seen with me in public ?

Isabella seductively puts her hands on Robin’s arm and Gisborne’s eyes widen.

ISABELLA : Prince John’s blocked the spring that provides the water supply to the villages.

ROBIN : We have to find a way of unblocking the spring then, don’t we ?

Isabella nods. Robin shifts his feet, listening.

ISABELLA : There’s another entrance to the chamber via an overflow outside the town. One of the guards told me about it. [They start walking] It eventually leads to the chamber underneath the castle dungeons. If we [Robin chuckles at “we”] go in that way, we can bypass the castle completely.

ROBIN : What do you mean, “we” ?

Robin stops and leans on the bow again.

ISABELLA : I mean, I can take you there myself.

ROBIN, Nods : Would you ? And lead me straight into the dragon’s lair.

ISABELLA : What do I have to do to make you trust me ? I’m not my brother, Robin. Look, I have no interest in being on the losing side.

ROBIN, Chuckles : So this is a politically motivated act.

ISABELLA, Flirting : Call it what you want. Political manoeuvring... [Isabella laces her fingers in Robin’s on the bow] ... undermining my louse of a brother... [Gisborne perks up] ... a naked attempt... to get you to like me more...

She leans up to him, Robin pauses a moment, then kisses her. Gisborne slowly rolls back behind a tree. Isabella pulls back.

ISABELLA : You can trust me, I swear.

ROBIN, Smiles : Right. Well... [looks down, chuckles and steps back]... we have to go back and get the others. [Isabella pouts. Robin puts a hand on her arm] Because we’re going to need all the help we can get. All right ? And then we’ll go straight to the entrance.

Isabella silently begs him for a kiss, and he gives her a quick one.

ROBIN : Now, come on. [Isabella tries to kiss Robin again, but he pulls back] Come on.

Isabella playfully gives in, putting her hands up. They walk into the trees and Isabella takes Robin’s hand.

 

LOCKSLEY.

Little John runs through the village past Tuck.

LITTLE JOHN : Horses ! Run !

TUCK : Go !

Tuck falls in behind Little John and the gang drop everything to run under an awning in the background. Prince John enters on a white horse with guards following. The people gather round him. A wagon rumbles in carrying two barrels with the royal crest painted on them.

PRINCE JOHN, Smiling : Good morning ! [Dismounts and goes to the centre of the village] Good morning to you all, my, er... my children. You know, I know you’ve been suffering, and when you hurt, I hurt, which is why I am here now... to dispense succour... quench your thirst... and to give you the gift of life itself through water. [Indicates the wagon] Water for every— [Sees another barrel lid with the royal crest in front of him. His face falls and he points at the stolen barrel] Where did you get that ?

The villagers are silent. Some glance at the rogue barrel.

PRINCE JOHN : Huh ?

Prince John approaches a man and the man shies away. Prince John holds his hand up.

PRINCE JOHN : Ah-ah-ah.

Prince John smiles, chuckles, puts a hand on the man’s shoulder.

PRINCE JOHN : There’s no need to be scared, as long as you tell the truth. You see, this water... is mine. So... where did you get it ?

VILLAGE MAN : Hood, sire.

Prince John freezes a moment.

PRINCE JOHN : Of course. [Closes his eyes, restrains his temper] Hood. [Turns to guards] Men, give this man a drink.

GUARD : Come here.

Two guards grab the man, one kicking him in the stomach, then they put his head in the barrel and hold it under water. Jack steps forward. Prince John draws his sword.

PRINCE JOHN : Ah-ah-ah-ah. I really wouldn’t. [Jack steps back] You’ve seen already how your treachery pays ! [Points around as he walks] You like my water so much, from now on you pay for it ! A penny a gallon.

ELEANOR : But sire, we don’t have that sort of money.

PRINCE JOHN : Well, sell something. Some grain, a cow, a grandparent, I don’t care. [Walks off.]

ELEANOR : My baby needs water to live, sire.

PRINCE JOHN, Goes to Eleanor : Yes. On that we both agree. [Leaves.]

Jack steps behind his wife and puts his hand on her shoulder. Prince John mounts his horse. The gang watch from their hiding place.

PRINCE JOHN : If you won’t love me, then by God you’ll fear me !

Prince John nods at the guards at the barrel. They dump it and the man falls out, dead. Prince John and the guards leave. Much and Kate run out ; Allan follows.

LITTLE JOHN to Tuck : What have we done ? [Runs after Allan.]

Tuck slowly follows Little John.

 

SHERWOOD FOREST.

Robin and Isabella walk, hand in hand, Robin on Isabella’s right side.

ROBIN : What do you think your brother would say if he knew we were together ?

ISABELLA, Laughs : Guy still wet the bed when he was twelve. He doesn’t scare me.

ROBIN : Yeah ? I’ll be sure to mention that to him the next time I see him.

Isabella laughs as Gisborne comes up behind them. He quickly puts a shackle on Isabella’s wrist, then catches Robin’s and does the same.

ISABELLA, Yelps at the cuff : What the... ?

Gisborne pulls Robin’s sword from its scabbard.

ROBIN : Gisborne !

Gisborne steps in front of them, pointing the sword at them with his left hand.

GISBORNE : How could you do this to me, Isabella ?

ROBIN to Isabella : What is this ?

ISABELLA, Pleadingly : Robin...

ROBIN : You tricked me !

ISABELLA : I didn’t trick you.

GISBORNE : With him ?

ISABELLA : I didn’t know, I swear.

ROBIN : How else would he know where we were ?!

GISBORNE : You’re my sister !

ISABELLA : Well, he must have followed me !

ROBIN : You’re a liar !

GISBORNE : He’s an outlaw ! A murderer !

ISABELLA : He shackled me ! Why would he shackle me if I’d known ?

ROBIN : You kissed me. You made me believe that we may have a future together !

GISBORNE : You swore to me that you would never see him again.

ISABELLA : Guy, let me go ! [Silence] You are my brother. You will let me go. Please, Guy.

Robin’s eyes bounce back and forth between Gisborne and Isabella. Gisborne looks at Robin.

GISBORNE : All right. I will. I’ll give you another chance, Isabella. I mean, we all make mistakes, don’t we ?

ROBIN, Earnestly : What a shame you didn’t show that same compassion to Marian before you ran her through.

GISBORNE, Angrily, but quietly, intensely : Shut it !

Isabella is surprised at the malice the men are showing each other.

GISBORNE to Isabella, gently : So... I will unshackle you.

ISABELLA : Thank you.

GISBORNE : On one condition.

ISABELLA, Through her teeth : Why is there always one condition with you ?

GISBORNE : Prove to me that you understand the terrible error you have made. [Glances at Robin] Kill him...

Isabella stares at Gisborne. Robin glares intensely at Gisborne, then looks at Isabella.

GISBORNE : ...in front of me... [Pulls out his sword from its scabbard and holds it up] ...with this. [Points the second sword at Isabella] If you do that, I will lie to Prince John.

ISABELLA, Warily : What does he know ?

GISBORNE : I will tell him that he misread what he saw last night... [Holds out the hilt to Isabella]... and your life will be spared.

Robin looks at Isabella. Isabella stares, deciding.

ROBIN, Disgustedly : Oh, just do it. [Looks away.]

Isabella is still. Robin looks at her again.

ROBIN : You’re a rubbish kisser anyway. Just save us all the pretence and do it quickly. [Isabella glares at Robin] It’ll make his day.

ISABELLA : Fine ! I will, then. [Scoffs, to Gisborne] You were right. It was obviously a mistake having anything to do with this weasel.

Robin warily glances at Isabella and Gisborne. Isabella looks at Gisborne.

ISABELLA : Unshackle me... and I’ll put things right.

Gisborne ponders ; Robin watches them carefully. Gisborne glances at Robin, then lowers the point of the sword in his left hand and lets it fall. He looks down as he reaches for the key entwined in the scabbard’s belt. Robin punches Gisborne in the stomach with his bow. Gisborne doubles over and drops the key. Isabella sees him raising the other sword over his head and pulls up Robin’s bow to block it as Robin reaches down for his fallen sword. Robin stabs at Gisborne, but Gisborne steps aside. Robin spins Isabella around and pulls her down to duck Gisborne’s swing. They stand ; Isabella spins round as Robin blocks, then she kicks their crossed swords away. Gisborne swings ; Robin blocks it with his left forearm (with the leather guard) and swings at Gisborne. Gisborne ducks. Robin twists around, throwing the chain over Isabella’s head, then grabs her from behind and throws her into Gisborne. Gisborne grabs her left arm with his left hand and slams the hilt of his sword into her forearm, forcing her to drop the bow. He pulls her past him, pulling Robin along with her, and raises his sword. Robin is ready to block, then he back punches Gisborne with his shackled left hand, spins under the chain and stabs with the sword in his right but Gisborne deftly blocks. Isabella pulls Robin back out of the way. Gisborne advances, swinging. Robin blocks with his arm, then brings his sword under and up to parry. Isabella sees a thick stick on the ground behind her and pulls on the chain, reaching for it and finally picks it up as Gisborne disarms Robin and holds him by the throat. Isabella swings the stick over both men’s heads. Gisborne lets go of Robin to block the stick with his arm. Robin ducks, grabbing the stick, as Isabella kicks Gisborne’s other arm off Robin, who follows with a kick to Gisborne’s groin. Gisborne falls back. Robin spins, pulling Isabella around him, and swings the stick into Gisborne’s jaw. Gisborne falls to the ground unconscious, rolling onto his back. Robin also falls from the momentum and Isabella with him. Isabella sits up, holding her arm where Gisborne hit it.

ROBIN : You were going to do it.

ISABELLA : What are you talking about ? I was tricking him. I helped you fight him.

ROBIN, Sits up : That was helping me ?

ISABELLA : I gave you the piece of wood, you fool.

ROBIN : What do you mean “gave it to me” ? I took it from you !

ISABELLA, Sarcastically : Oh, yeah, of course you did, ’cause you are so perfect.

ROBIN : Oh, shut up.

Robin stands, and incidentally Isabella must, too. Robin walks to Gisborne. Isabella picks up Robin’s sword and inspects it. Robin watches her, sensing her intent.

ROBIN : What are you doing ?

ISABELLA : What I’ve wanted to do for seventeen years. Consigning him to hell.

ROBIN, Holds up his hand to her : Isabella, once you do it, there’s no going back. There’s nothing more to be said or done.

ISABELLA : This will do all the talking I need. [Starts to step over Gisborne.]

ROBIN : Whoa, whoa, whoa, whoa. What about what he may have to say ?

ISABELLA : The only thing I ever wanted to hear from him... [kneels over Gisborne putting the sword at his throat]... was a plea for forgiveness... some admission of guilt that it was his fault that I was so unhappy. [Robin kneels beside her] He sold his own sister to a man who made my life a misery.

Robin reaches slowly for the cross-guard of the sword.

ROBIN, Whispers : That’s why you shouldn’t let him off so easily. [Gently grasps the guard] Come on. Give it to me.

Isabella lets go of the hilt and Robin gently takes it away.

ISABELLA, Quietly to Gisborne : You will pay. Someday you will pay. [A tear falls from her eye.]

Robin puts the sword down behind him.

ISABELLA : Get the key.

Isabella stands ; Robin nods and reaches into Gisborne’s clenched fist for the key. It’s not there. Robin rubs his eyes with thumb and forefinger.

ROBIN, Sarcastically : Great.

ISABELLA, Sighs : Oh, no.

ROBIN : Look, it’s all right. It’ll be fine. [Thinks] We’ll go to Clun. It’s nearer than the camp and there’ll be a blacksmith there.

ISABELLA, Looks down at him : Take it back.

ROBIN, Stands : Take what back ?

Robin walks past Isabella.

ISABELLA : The bit about being a rubbish kisser. Take it back.

ROBIN, Faces Isabella, Impatiently : Fine, you’re not a rubbish kisser.

ISABELLA : So why did you say it ?

ROBIN : To make you angry. [Isabella frowns at him] We need to tie him up.

Robin bends over Gisborne as Isabella ponders his motive.

 

NOTTINGHAM CASTLE. SHERIFF’S QUARTERS.

The Prince sits on his throne, thinking out loud.

PRINCE JOHN : It’s a fine line, isn’t it, between love and hate ? [Looks at the gold coin in his hand] Two sides of the same coin, really. Maybe they need to truly hate me before they can understand how to truly love me. [Thinks, sighs to a guard] A penny a gallon. Put guards on all the roads to the River Trent. Any water in there is now requisitioned by me... for the good of the nation.

 

SHERWOOD FOREST.

Isabella and Robin, who has retrieved his sword, walk and approach a fork in the path. Robin takes the right path, and Isabella the left, until the chain pulls taut and stops them.

ISABELLA : Clun’s this way.

ROBIN : It’s this way.

ISABELLA, Scoffs : I know which way it is.

ROBIN : Isabella, I live in the forest ; I know which way Clun is ; it’s this way.

ISABELLA : All right. You think I’m going to lead you into another trap, right ? [Robin hangs his head in frustration] Fine. [Robin raises his head] We’ll go your way.

ROBIN, Thinks : Well, if you think your way—

ISABELLA, Interrupts : No, no, no, no, no, no.

ROBIN : Then we can go your—

ISABELLA, Interrupts : No, really.

ROBIN, Firmly : Isabella... I am letting you have your own way. Now surely you can’t get angry with me for letting you have your own way, can you ?

ISABELLA : You’ve not been out with many women, have you ?

ROBIN, Trying to be patient : There are people who need our help and they need it fast. We can go whichever way you want, all right ? But just decide.

ISABELLA, Put off : Fine.

Isabella starts walking down the right path. Robin, flustered, has to follow.

 

LOCKSLEY.

The sun shines brightly. Little John finishes talking to a woman, pats her leg, stands, and walks to the well. Tuck is with Jack, Eleanor and the baby.

TUCK : How long’s he been this ill ?

JACK : Since the water ran out.

ELEANOR, Agreeing : Mm. [Kisses the baby] It’s just a fever. He’s going to be fine.

TUCK, Nods : Absolutely. [Smiles.]

Jack and Eleanor exchange reassuring smiles. Tuck stands and goes over to the well. Much is sitting against it, Kate standing next to it. Allan is leaning on a ladder nearby and Little John is standing between Much and Allan.

TUCK to Little John : We need to do something.

KATE : Robin told us to wait here.

TUCK : That baby has a few hours at the most. His temperature’s raging. All the wells and springs around Nottingham have dried up. We need to go to the river.

LITTLE JOHN : And maybe we take the weaker ones with us.

MUCH : Yes.

KATE : But what if there is no water there ? [Tuck hangs his head] What if Robin’s solving the problem with the wells ? If we stay here and the water returns…

TUCK, Interrupts : Kate.

KATE : …then everything’s sorted.

TUCK : Kate, that’s three “if ”s. We need to make a decision based on what we know. And we know people will die unless we take action now.

 

CLUN. BLACKSMITH’S SHOP.

The blacksmith breaks the chain near Isabella’s wrist, puts down his tools and opens the shackle. Isabella pulls her wrist out and rubs it.

ROBIN : Isabella, tell me where the entrance is.

Isabella looks at Robin as he puts his wrist down for the blacksmith.

ROBIN : I’ll try to get to the spring source and clear it on my own. You can still try and escape.

ISABELLA : Escape ? To where ? My brother was my protector. Without him, I have nothing.

ROBIN : You have me.

Isabella stares at him, then strokes Robin’s cheek.

 

SHERWOOD FOREST.

Gisborne slowly awakens, his back to an enormous tree trunk. He tries to sit up and realises his outstretched arms are tied round the back of the tree. He breathes heavily, pushes himself up twice to try to sit higher, looks at his left arm and pulls on the rope. He starts to pulls his arms back and forth to saw the rope on the tree.

 

SHERWOOD FOREST. BETWEEN CLUN AND NOTTINGHAM.

Isabella and Robin walk to Nottingham (not holding hands).

ISABELLA : What was she like ?

ROBIN : What was who like ?

ISABELLA : The woman that my brother killed.

ROBIN, Walks silently a while, exhales deeply : She was Marian.

ISABELLA, Chuckles : Well, she must have been a pretty special woman to have such a hold over you... and my brother.

ROBIN, Stops, solemnly looks at Isabella : She never gave your brother a reason to feel anything for her.

ISABELLA : And you ?

ROBIN : I just want to forget.

Robin walks on, looks at the sky and sighs. Isabella watches him a moment, the catches him up.

ISABELLA : Hey... [reaches him] Hey, come on. Nearly there.

 

SHERWOOD FOREST.

Gisborne, his arms tired, slowly saws the rope. He pulls on it and it finally breaks.

GISBORNE : Ah !

He quickly stands up, gets his bearings, picks a direction and runs.

 

SHERWOOD FOREST. A ROAD THAT LEADS TO THE TRENT.

Tuck leads the gang and some of the villagers down the road. Kate walks behind him with Eleanor and the baby.

TUCK : When I was in Anatolia, when we were really desperate, we’d find a lizard and squeeze it until the contents of its bladder emptied into our mouths.

ELEANOR : What did you squeeze if you were hungry ?

LITTLE JOHN, Seeing guards ahead : Perhaps we should turn back, Tuck.

Around the bend is a cart and three guards blocking the road.

KATE : There is no way we are turning back.

One guard approaches them. Tuck raises his hood.

TUCK : Keep your heads down and your weapons hidden. [Adjusts his hood] John ?

Little John nods and heads into the trees. Tuck leads the rest forward.

TUCK to guard : Good day to you, my son.

GUARD, Holds up his hand : No way through today. Trent’s water is requisitioned by the crown.

ELEANOR : We need water now.

GUARD : Plenty available at the castle, penny a gallon. [Peers into Tuck’s hood] Unless you’re not welcome there.

The guard pulls off Tuck’s hood.

GUARD : Hello, Tuck.

Tuck punches the guard. The two others draw their swords and advance towards him. Little John comes out from behind the cart. Kate and Much rush forward, ready to fight. Little John hits one on the back of the head, turns his staff down to block the second’s sword, then knocks him out with a blow to his jaw. Little John nods at Tuck. Much puts his sword on his shoulder, shaking his head at how easily they went down. Then they hear hoofbeats : another four mounted guards approach.

LITTLE JOHN : Run ! Get in the trees ! Move !

The gang help everyone into the trees first, then follow them in. The horses stop.

LITTLE JOHN to the villagers : Keep moving.

The gang turn to face the road but remain hidden behind the trees. The guards look around, then head back the way they came. The gang relax.

LITTLE JOHN : That was close.

Much looks back at them.

MUCH : Where’s Kate ?

They all look around. Much worriedly glances at the road again.

 

NEAR NOTTINGHAM. THE OVERFLOW FROM THE CISTERN.

A rock wall has a rectangular hole in it. Its grate lies to one side. Inside, Robin kicks out another grate with his foot. He climbs out of the narrow tunnel into the cistern.

ROBIN : Come on.

Robin lifts Isabella down, not unlike carrying a bride into a new home. Isabella and Robin smile at each other, then Robin sets her down on her feet. Isabella looks up.

ISABELLA : There’s the trap door to the dungeons. [Looks down to a rectangular hole in the wall just above the floor] And there’s where the water flows to the wells. [Looks at the rock pile] The spring is somewhere under there.

ROBIN : Right. [Puts down his bow and quiver, and takes off his jacket] Best get started then, eh ?

Robin winks at Isabella and smiles. Isabella smiles back.

 

NOTTINGHAM CASTLE. COURTYARD.

The guards quickly pull open the gates. Gisborne storms in on his horse.

GISBORNE : I need four men to go to the overflow entrance and block the chamber. [Dismounts] Now !

GUARD : You heard him ! Move ! Move !

Four guards run out the gate.

 

NOTTINGHAM CASTLE. CISTERN.

Isabella and Robin move rocks. Robin pulls at a large one, and Isabella helps.

ROBIN : Come on !

They finally pull it loose and water starts to cascade down the rocks.

ISABELLA : We’re nearly there.

Unbeknownst to them, the guards start to slide a large rectangular block into the overflow tunnel. Robin cups his hands under the water, nods at and offers it to Isabella. She drinks from his hands. The stone slides in, even with the wall. Robin hears it and dashes over.

ROBIN : Wait !

He puts his shoulder to the stone, but it doesn’t budge.

ISABELLA, Sees the stone and rushes over : Hey !

ROBIN : No !

They both push on the stone but it still doesn’t move. They both start looking for another way out.

ROBIN, Gives up, head down : Your brother must have escaped.

Gisborne stands above them.

GISBORNE : You guess right.

Robin and Isabella look up at Gisborne. Isabella goes to stand under the trap door.

ISABELLA : Guy, what are you doing ?

GISBORNE : My duty to Prince John. Executing a traitor... [Robin stands next to Isabella] ... and his accomplice.

ISABELLA, With disbelief : Executing us ?

Gisborne glances up at a guard, who turns a wheel on the wall. A partition slides down and closes the lower tunnel.

GISBORNE : Now that all the exits are blocked, you’re both going to drown. [Looks at the waterfall] The chamber will fill pretty quickly, and you’ll try to tread water. You might manage a few hours, maybe even a day, who knows ? But in the end, you’ll just run out of energy.

ROBIN : I swear, if I get out of here alive... [points up at Gisborne, Earnestly]… I will kill you !

GISBORNE : Swear all you like, Hood. It won’t make any difference. The legend dies here... slowly and painfully I would imagine. [Robin tries to move the stone again] Meanwhile, I get to be sheriff. [Chuckles] Life is sweet, isn’t it ? [Leaves.]

Robin stands by Isabella again.

ROBIN : Gisborne ! [Roars] Gisborne !

ISABELLA : Save your breath. I know him. He won’t be coming back.

Robin sighs, puts his hand on the back of his head, thinking, watching the waterfall.

 

NOTTINGHAM CASTLE. SHERIFF’S QUARTERS.

The guards throw Kate at the Prince’s feet, her hands tied.

PRINCE JOHN : You’re a pretty little thing, aren’t you ?

Kate gets up and the guards grab her.

KATE : And you’re the devil ! [Struggles to get loose.]

PRINCE JOHN : Mm, feisty, too. Hood certainly likes his ladies spirited, doesn’t he ? [Leans to Kate] I bet he loves Isabella.

KATE, Feigned innocence : Isabella ?

PRINCE JOHN : Oh, come on, spill the beans. [Steps towards Kate] Has she turned up yet with an urgent message ?

KATE : Robin can’t stand Isabella. Why on earth would he have anything to do with her ?

PRINCE JOHN : Oh, how sweet. You’re jealous.

KATE : I am not jealous of her !

PRINCE JOHN, Looks at Kate : Why should Hoody have all the fun ? [Stands directly in front of Kate] Why don’t you go down and relax in the dungeons ? I’ll pop down later for a little chat... [leans in closely]... “à deux” as it were.

 

SHERWOOD FOREST.

The gang and the villagers try another way. Little John leads a boy by the hand.

MUCH : If I’d just seen them take her, I would’ve gone back. [Looks at Eleanor] I would have. I just... I’d do anything for her.

Tuck runs up to Eleanor.

TUCK : Here, here ! [Tuck squeezes some liquid from a stick into Eleanor’s hand] There.

ELEANOR : Thank you.

TUCK : It’s bitter, but it’s perfectly safe.

ELEANOR : All right.

LITTLE JOHN : Tuck.

ELEANOR to baby : Here we go. [Tips the liquid in her hand into the baby’s mouth.]

LITTLE JOHN : This is good, but it won’t keep them going for long. What do we do now ?

Tuck says nothing, walking behind the villagers.

 

NOTTINGHAM CASTLE. THE GREAT HALL.

The nobles are gathered in the hall for dinner. Gisborne comes over to a sullen Prince John in his throne.

PRINCE JOHN : Well ?

GISBORNE : She was as you suspected.

PRINCE JOHN : She followed Hood ?

GISBORNE : She did.

PRINCE JOHN : And ?

GISBORNE, Looks around : And I solved the problem, sire.

PRINCE JOHN : Oh, please don’t go all enigmatic on me, Gisborne. Are they dead ?

GISBORNE : Yes.

PRINCE JOHN, Chuckles : Well, have a drink, man. It’s not every day you can celebrate killing a national treasure and one’s own sister.

GISBORNE, Brusquely : No, I don’t want a drink, sire. [With composure] I merely ask that you fufil your side of the bargain.

PRINCE JOHN : You’re right. [Grabs a ring of large keys from the table] You’re owed that much at least. [Prince John holds the keys up at Gisborne] There you are : keys to Nottingham.

Gisborne puts both his hands under the ring and the Prince lets them go. Gisborne genuinely smiles very briefly, then his face falls, feeling no different now as sheriff. Prince John stands.

PRINCE JOHN : My lords, ladies... never let it be said that I’m a man who does not deliver on his promises. Robin Hood is dead...

The nobles applaud. Gisborne is silent, wondering why he is not happy to have achieved his ambition.

PRINCE JOHN : ...executed by my loyal friend here. My lords and ladies, I give you Sir Guy of Gisborne, the new Sheriff of Nottingham.

The nobles all rise with their goblets.

NOBLES : Sheriff of Nottingham.

Gisborne politely nods at them as they drink to him. The nobles set down their goblets and applaud. Gisborne nods and sighs.

PRINCE JOHN, Quietly to Gisborne : So, go on, do tell. Did they squeal ?

Gisborne smiles and chuckles.

 

NOTTINGHAM CASTLE. CISTERN.

Isabella treads water. Robin comes up from the bottom, sputtering and gasping for air.

ROBIN : I tried to shift the stone blocking the overflow. It’s too heavy.

ISABELLA : Would you mind holding me ? I’m freezing.

Robin swims over and holds her from behind.

ROBIN : Here.

ISABELLA : We must be the only two people in the whole of England who are cold and wet right now. [Robin turns around to embrace her] You know... I had a dream about you and me.

ROBIN : Did you ? What was it ?

ISABELLA : I dreamt that we—we lived together...

Robin stares out, picturing a similar dream he once had about him and Marian.

ISABELLA : ...lived in a—a farmhouse... had a few animals, grew all our own food... and we had children.

ROBIN, Smiles slightly : How many ?

ISABELLA : Four. Two girls, two boys... freckles on their little knees. [Robin listens, wistful] The boys had your—strength and your courage—

ROBIN : And the girls your brains ?

ISABELLA : We were so happy. Hm. [Robin is silent as he ponders his own dream] You probably think it sounds ridiculous.

ROBIN : No. It sounds... sort of perfect.

Isabella hugs him tighter. Robin is quiet a moment. He looks up at the grate above, thinking of Marian, then spies something.

ROBIN : What’s that ?

He lets go of Isabella, who turns and looks up.

ISABELLA : What ?

ROBIN, Points up : There. That’s a ring. [Still looking up] Take your dress off.

ISABELLA : What ?

ROBIN, Looks at Isabella : Take your dress off. I can make a rope. I can get an arrow through that ring. We can get out of here, Isabella.

ISABELLA : Yeah, it sounds so simple. Getting a tiny little arrow through that tiny ring.

ROBIN : You’re forgetting one thing.

ISABELLA : What ?

ROBIN, Nodding and smiling : I’m Robin Hood.

 

SHERWOOD FOREST. NEAR THE TRENT.

Tuck walks forward with a divining rod. Little John carries the boy on his shoulders.

LITTLE JOHN : How much farther to the river, Tuck ?

TUCK : We’re nearly there. Very nearly. I can feel it.

Eleanor, half dazed, trips. She catches her balance and the baby cries.

ALLAN : Hey ! [Allan turns back to her] Look, let me carry him, eh ?

ELEANOR, Possessively holds the baby closer : No.

She bounces the baby and walks on, but Allan stays close.

 

NOTTINGHAM CASTLE. CISTERN.

ROBIN : Hold on, Isabella. Where’s the bow ?

Isabella pulls it up out of the water. Robin has tied the dressrope to the arrow and nocks it in his bow.

ROBIN : All right ? [Isabella says nothing] All right. Hold on.

Robin aims, shoots. The arrow hits the edge of the grate and falls. Robin retrieves the arrow, resolves himself, nocks it, aims, shoots. The arrow bounces off the wall just below the grate. Robin splashes the water in frustration.

ISABELLA, With encouragement : Come on.

Robin nocks the arrow again. He aims a bit longer, shoots, and the arrow goes through the ring, threading the dress through it.

ISABELLA : Yes !

Isabella kisses Robin’s cheek and chuckles with happiness. Robin tugs on the dress to see if it will hold.

ROBIN : Yeah. I told you I’d do it. [Isabella kisses Robin on the mouth] Right. I’ll climb up first and then I’ll pull you up, all right ?

ISABELLA : Yeah.

Robin starts to climb the rope.

 

NOTTINGHAM CASTLE. INTERIOR CORRIDOR.

Prince John and Gisborne walk down the corridor.

PRINCE JOHN : I’ve got one of Hood’s gang downstairs. A girl, would you believe. You’d like her. Fancy a gander ?

GISBORNE, Tilts his head, satisfied : The perfect end to a perfect day.

Prince John chuckles as he leads Gisborne towards the dungeons.

 

NOTTINGHAM CASTLE. DUNGEONS.

Robin’s fingers grab the grate, push it up and aside. He pulls himself out. Below, Isabella ties a loop in the rope, fits her foot in it, and Robin pulls her up. When she is close to the top, Robin bends down to take her hand, but he can’t quite reach her.

ROBIN : Reach !

The dress starts to tear. Robin and Isabella stretch their arms, but they still can’t reach each other. Robin bends down farther as the dress tears through, and Robin grabs her hand just in time.

ROBIN : I’ve got you. [Robin uses all his strength to pull up a struggling Isabella] Come on. Come on !

Isabella’s hand reaches over the edge.

ROBIN : Come on ! Come on ! [Robin helps her up and over to the floor.]

ISABELLA : Thank you. Thank you so much. Thank you.

ROBIN : Well, we’re not safe yet.

From her cell, Kate sees them. Robin leads Isabella in the opposite direction, ducking under a lit torch on the wall.

ROBIN : Careful. Watch out.

KATE : Robin !

Robin stops and turns around.

ROBIN : Kate ? [Runs to her] What happened ?

Isabella follows Robin to Kate.

KATE : Well, we tried to get to the river, but I got caught. [Quietly] You can’t trust her.

ISABELLA : Robin, we’ve got to get out of here. [Looks behind her] It’s only a matter of time before someone comes down.

ROBIN : I can’t just leave her, Isabella.

Robin walks past Isabella, looking for the keys.

ISABELLA : But we’ve got a chance to escape... [turns around to face Robin]

KATE : Robin !

ISABELLA : ... to escape our old lives. [Robin walks back to Kate] Come on, we’ve got to take this chance. Hey, listen.

Isabella pulls on Robin’s arm. Robin faces her and she puts her hand on his arm.

ISABELLA : What we talked about down there... the dream... it can be our dream, our reality... but we’d have to go now.

ROBIN : Isabella... I like you. I really do. But I’m afraid, for me, it’ll always be just a dream...

ISABELLA, With disbelief : What ?

ROBIN : ...whether I like it or not, and believe me, sometimes I hate it... but I am Robin Hood. I am an outlaw.

Kate stares at them. Robin puts his left hand on the side of Isabella’s head.

ROBIN : And I can’t change that.

ISABELLA : But surely, Robin, surely in time... we can—we could just start afresh, [Robin shakes his head] become someone new. Come on, please.

ROBIN, Interrupts : No, no. I am who I am. I tried to have it all once before, but it just caused so much pain for everyone.

ISABELLA, Fiercely : No, I’m not her !

ROBIN : I’m truly sorry. [Goes to Kate.]

ISABELLA : No !

Prince John, the Jailer and Gisborne, with his sword out, stand behind Isabella.

GISBORNE : You !

Isabella turns around. Kate watches. Prince John draws the Jailer’s sword.

PRINCE JOHN to Jailer : Quick ! Go and get the guards.

The Jailer leaves.

PRINCE JOHN  to Gisborne : “Dead” you said. “Taken care of ” you said.

Isabella steps forward.

ISABELLA : He’s always lied, sire.

GISBORNE : Isabella !

Isabella takes another step.

ISABELLA : In fact, he was going to let me go and not tell you about it.

Prince John looks at Gisborne.

GISBORNE : No.

ISABELLA, Points at Gisborne : Until I knocked him unconscious.

GISBORNE : No, sire.

PRINCE JOHN : You’ve let the team down, Guy. You let yourself down. In fact, you’re a liability.

GISBORNE : No.

PRINCE JOHN : Gisborne, [points at him] you’re fired.

GISBORNE : No, you will not fire me. I’ve waited all my life to be sheriff and I will not [turns his sword to Prince John] be fired by you !

Isabella picks up an unlit torch.

PRINCE JOHN : How dare you ? How dare you threaten the monarch ?!

GISBORNE : You’re not a monarch. You’re a pretender, a fake, a fraud !

ISABELLA : No, no, not as big a fraud as him. [Turns to Robin] I’ve been a fool, sire, a weak, vain woman blinded by his flattery. But now I see the truth. And I beg you, sire, let me show you how sorry I am.

ROBIN : Isabella, put it—

ISABELLA, Interrupts : Save your honeyed words for someone who cares... Hood.

PRINCE JOHN : Be my guest !

The Prince throws the jailer’s sword at Isabella’s feet and draws his own to face Gisborne. He and Gisborne raise their swords at each other. Robin silently draws his sword. Isabella picks up the sword with her left hand and faces Robin, who points his sword at her. Isabella and Prince John each strike first. Isabella swings both the torch and sword together outward at Robin, forcing him to take several steps back as Prince John and Gisborne block and circle each other. Isabella advances and spins, first swinging the torch. Robin ducks the torch, then holds his sword upright to block hers as it comes around. Isabella swings the torch overhead. Robin steps to the side, grabs her arm and pushes her away. Isabella stumbles, regains her footing, points her sword at Robin and swings the torch again. Robin blocks it. She swings the torch at his feet and he blocks it again, then twists it up and over with his sword. Robin attacks this time and Isabella blocks, holding both her weapons crossed over her head, then kicks Robin in the stomach. Meanwhile, Prince John blocks Gisborne’s attack with his sword held over his head with both hands while kicking his foe in the stomach. Isabella swings, then jabs at Robin with the torch as Prince John knocks the sword from Gisborne’s hand. Robin grabs Isabella’s arm and punches the inside of her elbow, forcing her to drop the torch, as Prince John swings his point across at Gisborne’s chest, forcing him back, then charges him and pushes him to the wall. Robin holds his arm around Isabella’s shoulders, then throws her into Gisborne just as Prince John is getting ready to run him through. Gisborne catches his sister around the waist and Prince John turns to Robin, who invites him to take him on. Prince John swipes at Robin. Isabella elbows Gisborne in the ribs with her right arm, then swings her left elbow into his face and breaks free from him. She swings her sword around at him as he bends down to retrieve his own. Isabella swings her sword over her head and brings it down, but Gisborne can only duck and spin away. Robin blocks the Prince. Their swords are crossed in front of them and Robin pushes Prince John’s hands to his chest, standing with their faces together a moment before Robin shoves him backwards and they continue their duel. Isabella swings her sword crosswise at Gisborne, who retreats. She swings again and her sword catches the keys in his belt. The keys sail across the room, landing near Kate’s cell. Kate stretches her arm out between the bars, but they are just out of her reach. She bangs her hand on the bar in frustration. Gisborne now has Isabella by the hair and he shoves her face first into a pillar. She turns and reaches out with her sword, hoping to defend herself, but Gisborne grabs her arm and knocks her sword out of her grip with his. It clatters to the floor in front of Kate, who picks it up. Prince John swings at Robin, who blocks and then twists his sword up and over. Robin grabs the Prince’s sword arm and bends it back into a defenceless position, exposing his chest. Robin kicks Prince John’s sword away and it falls through the square hole into the water. Robin pushes the Prince back towards Kate and swings at him mercilessly. Kate uses the sword to pull the keys towards her, then unlocks her cell door. In front of her, Gisborne pushes Isabella into another pillar and holds the point of his sword at her throat as she turns around. Isabella backs up towards the hole.

ISABELLA, Pleadingly : Guy.

GISBORNE : Goodbye, Isabella.

Gisborne pushes Isabella into the cistern with his foot, then circles around to stand behind Prince John, who is defenceless against Robin. Robin swings at the Prince, who ducks, turns, and backs towards the hole. Robin faces him, holding the point of his sword at him. Behind him, Gisborne also has his sword point at Prince John’s back. Robin has the Prince at his sword point at the edge of the trap door.

PRINCE JOHN, Petulantly : It’s—it’s not meant to be like this ! [Points at Gisborne] Your days as a free man are over, Gisborne. They’re over!

Both Robin and Gisborne lunge forward and Prince John jumps into the water below to escape them. Gisborne looks down into the water as Robin eyes him greedily, then jumps back, suddenly realising he’s within reach of his sworn enemy.

PRINCE JOHN : Guards !

ISABELLA : Guards !

Robin and Gisborne hold their swords ready.

ISABELLA : I’m down here with the Prince ! Come and help us !

Robin walks around the trap door with an evil grin on his face.

ROBIN : You’re a dead man walking, Gisborne.

GISBORNE : Never seemed to do you much harm.

Gisborne attacks first. Robin blocks him twice, then twists his sword up and around, then attacks.

ISABELLA : Come and help us !

Gisborne sidesteps him and punches his back with the hilt of his sword. Robin attacks again ; Gisborne blocks. They both take a step back, then Robin stabs at Gisborne, who sidesteps it. Robin attacks from overhead. Gisborne steps aside to block, then punches him in the jaw, then with a strong turn of his arm, twists Robin’s sword up. Robin loses his grip and the sword sails towards the hole. Robin takes several steps backwards as Kate catches the sword before it falls into the cistern.

KATE : Robin !

Kate tosses the sword to Robin, who catches it and faces Gisborne. Kate, with Isabella’s sword, also faces Gisborne. They both advance on him, Robin wearing an evil grin again. Gisborne realises he can’t fight them both.

GISBORNE : No. [Glances behind him to see if the guards have arrived yet] This isn’t over, Hood.

Gisborne turns and runs out of the dungeons. Robin runs after him.

ROBIN : You can count on it !

Kate pulls him back.

KATE : Robin, Robin, leave him ! We’ve got to save ourselves.

Robin stops and looks behind them.

ROBIN : This way, come on !

KATE : Wait ! [Robin stops and Kate gives him a peck on the cheek] Thanks.

Robin smiles and pulls her along.

ROBIN : Come on ! We need to open the hatch.

Robin goes to the wheel on the wall, hands his sword to Kate, and turns the wheel.

ROBIN : Come on, come on !

Robin and Kate run past the wheel.

 

SHERWOOD FOREST. RIVER TRENT.

Tuck runs towards the river.

TUCK : We’re here !

Everyone hurries to the river, but it is bone dry, filled with rocks and sticks. Tuck sinks to his knees.

TUCK : I’m sorry.

Much throws down a flask.

TUCK, Hangs his head : I’m so sorry.

ELEANOR : No. Please, God, no.

Much stands in the dry riverbed, then turns to face upstream.

MUCH : Wait.

Much holds his hand up to them, listening. He walks a few steps, hears the trickling of water, then sees a bit of water starting to flow down the dry riverbed.

VILLAGE MAN : Look, there’s water. Water, look !

TUCK : Thank the Lord !

Little John steps into the riverbed.

MUCH, Smiles : Thank the Lord ? [Looks at Tuck] Thank Robin. [Pulls another flask on a cord off from round his neck.]

 

LOCKSLEY. NEAR SUNSET.

JACK : It’s full again ! [Holds up an overflowing bucket] The water’s come back ! [Shakes the bucket, splashing water out.]

Robin and Kate enter the village. Kate runs to Jack.

KATE : Jack, that’s brilliant !

The villagers all come out to the well. A woman gives another old woman a cup.

VILLAGE WOMAN : Here. Drink this.

Robin watches them.

ROBIN to himself : This is what you do.

Tuck comes up behind Robin and puts his hand on his shoulder.

TUCK : And you do it well.

Robin hugs Tuck. Eleanor runs to Jack, laughing. Jack sweeps her up in his arms, baby and all. Robin releases Tuck.

ROBIN : No, we do it well.

The villagers celebrate the return of the water as Much hugs Robin. Allan shakes hands with Robin and pats him on the back. Kate joins them.

ALLAN : So, come on then. What happened with Isabella, eh ?

ROBIN : Isabella ? Well, let’s just say Isabella won’t be joining us just yet... [winks at Kate]... eh, Kate ?

Kate smiles. Robin looks back at Eleanor with Jack and baby Robin.

ELEANOR : He’s a beautiful boy. Yes, oh ! Such a good boy.

Robin watches Eleanor wistfully.

ELEANOR : (Yes you are.)

Robin looks at Kate, who smiles at him. Robin smiles back and joins the gang walking out of Locksley. Little John glares at Tuck.

TUCK : I’ve got a smile on my face ! [Arms outstretched] What a beautiful day !

 

END OF EPISODE SEVEN

Kikavu ?

Au total, 22 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

schumi 
16.09.2018 vers 23h

stella 
14.07.2017 vers 11h

naadd 
18.04.2017 vers 16h

Kiraven 
26.03.2017 vers 21h

clothilde 
27.10.2016 vers 15h

blady 
02.10.2016 vers 16h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Locksley  (17.09.2018 à 08:25)

Je suis d'accord pour Tuck, c'est quelqu'un de solide et de lucide. J'ai bien aimé la scène où Robin découvre qu'on a prénommé un enfant comme lui. Et toujours fan de notre Prince Jean ! La saison 3 a eu l'avantage d'apporter de nouveaux personnages vraiment bien écrits.

schumi  (16.09.2018 à 23:38)
Excellent épisode. Le prince jean est génial, il me fait un peu penser à lockart dans Harry potter. Belle scène entre much et Robin. Je ne suis pas très surprise par la trahison d'Isabelle : elle va dans le sens du vent pour survivre et avoir du pouvoir. Quelle ingratitude quand même. Et pour Robin elle n'était sûrement qu'un moyen d'oublier Marianne puisque c'est tout ce qu'il désire désormais. Mais ca fait du bien qu'il en parle car depuis le 301 c'est un peu comme si elle n'avait pas existé... Et j'apprécie toujours autant tuck qui représente un contre pouvoir pour éviter à Robin de tomber dans la dictature.

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Actualités
Au ciné - Hunter Killer avec Toby Stephens

Au ciné - Hunter Killer avec Toby Stephens
Sortie au cinéma aujourd'hui, mercredi 12 décembre, du film Hunter Killer, réalisé par Donovan Marsh...

Agenda - Robin des Bois (Disney) le 24 décembre

Agenda - Robin des Bois (Disney) le 24 décembre
A vos agendas ! Pour toutes celles et tous ceux qui ne résistent pas au charme du petit renard...

Concours wallpapers série historique

Concours wallpapers série historique
Le quartier The Tudors organise un concours de wallpapers pouvant regrouper n'importe quelle série...

Sondage ciné hoodesque

Sondage ciné hoodesque
Avant de vous dévoiler notre nouveau sondage, revenons sur le précédent qui vous invitait à jouer...

Ce soir sur 6ter : Robin des Bois, Prince des Voleurs

Ce soir sur 6ter : Robin des Bois, Prince des Voleurs
Ne vous trompez pas de cible, au programme de votre soirée, le film "Robin des Bois, Prince des...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Avez-vous prévu d'aller voir au cinéma le film Robin des Bois avec Taron Egerton ?

Afficher plus d'informations

Total : 21 votes
Tous les sondages

HypnoRooms

Xanaphia, Hier à 18:15

Les derniers de Seal Team sont dispo sur 6play ! Par contre Quantico pas encore....

choup37, Hier à 20:02

Nouveau sondage sur Merlin, Kaamelott, DW! Calendriers à commenter aussi, et même pdm ^^

Sydney, Hier à 20:11

nouveau sondage sur le quartier vampire diaires spécial fêtes de fin d'années ! venez voter !

choup37, Hier à 21:44

Plus que 4 votes pour valider la bannière de ma sorcière bien aimée

choup37, Hier à 21:45

Les votes du monde de joan ont aussi besoin d'être aidés

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site