VOTE | 101 fans

#206 : Pour l'Angleterre !

Un pacte contre le Roi Richard s'apprête à être signé par de nombreux Chevaliers Noirs. Pour les en empêcher, Robin demande de l'aide à l'un d'entre eux qui est un vieil ami du père de Marian. Celui-ci accepte en apparence mais il s'empresse d'aller voir le Shérif et tente d'exercer un chantage sur lui.
Allan est désormais exclu de la bande, il décide alors de se mettre au service de Gisborne. Mais suite à un accès de colère du Shérif, il est capturé ainsi que Robin. 
Robin parviendra-t-il à s'échapper ? Pourra-t-il à sauver Marian des mains du Chevalier Noir ?

Popularité


4.67 - 3 votes

Titre VO
For England !

Titre VF
Pour l'Angleterre !

Première diffusion
10.11.2007

Première diffusion en France
12.10.2008

Vidéos

L'ingéniosité de Will (VO)

L'ingéniosité de Will (VO)

  

Réunion des Chevaliers Noirs (VO)

Réunion des Chevaliers Noirs (VO)

  

Combat Allan/Robin (VO)

Combat Allan/Robin (VO)

  

Photos promo

Robin (Jonas Armstrong) affronte Allan (Joe Armstrong) dans un duel

Robin (Jonas Armstrong) affronte Allan (Joe Armstrong) dans un duel

Winchester négocie avec le Shérif

Winchester négocie avec le Shérif

Marian aura-t-elle le temps de se préparer ?

Marian aura-t-elle le temps de se préparer ?

Marian (Lucy Griffiths) est la prisonnière de Winchester (Denis Lawson)

Marian (Lucy Griffiths) est la prisonnière de Winchester (Denis Lawson)

Vaizey et Winchester en pleine négociation (Keith Allen et Denis Lawson)

Vaizey et Winchester en pleine négociation (Keith Allen et Denis Lawson)

Le Shérif de Winchester fait partie des Chevaliers Noirs (Denis Lawson)

Le Shérif de Winchester fait partie des Chevaliers Noirs (Denis Lawson)

Le feu se propage en direction de Gisborne (Richard Armitage)

Le feu se propage en direction de Gisborne (Richard Armitage)

Robin tire et enflamme le chaudron de poix (Jonas Armstrong)

Robin tire et enflamme le chaudron de poix (Jonas Armstrong)

Bâton de Petit Jean contre épée de Gisborne, qui va gagner ?

Bâton de Petit Jean contre épée de Gisborne, qui va gagner ?

Robin des Bois est sur le point de s'échapper

Robin des Bois est sur le point de s'échapper

Djaq, Much, Jean et Will sont déguisés en troubadours

Djaq, Much, Jean et Will sont déguisés en troubadours

Robin et Allan s'affrontent à coups de masse dans la cour du château de Nottingham

Robin et Allan s'affrontent à coups de masse dans la cour du château de Nottingham

Will (Harry Lloyd) est aux prises avec un soldat

Will (Harry Lloyd) est aux prises avec un soldat

Duel acharné entre Jean (Gordon Kennedy) et Gisborne (Richard Armitage)

Duel acharné entre Jean (Gordon Kennedy) et Gisborne (Richard Armitage)

Mauvais moment, mauvais endroit pour Allan (Joe Armstrong)

Mauvais moment, mauvais endroit pour Allan (Joe Armstrong)

Le Shérif de Nottingham (Keith Allen)

Le Shérif de Nottingham (Keith Allen)

Shérif de Winchester contre Shérif de Nottingham : qui aura le dernier mot ?

Shérif de Winchester contre Shérif de Nottingham : qui aura le dernier mot ?

Le Shérif Vaizey (Keith Allen)

Le Shérif Vaizey (Keith Allen)

Le Shérif et son bras-droit, Gisborne (Keith Allen et Richard Armitage)

Le Shérif et son bras-droit, Gisborne (Keith Allen et Richard Armitage)

Plus de détails

Réalisateur : James Erskine
Scénariste : Rob Heyland

Cast secondaire
Denis Lawson ... Lord Winchester
Mihaly Szabados ... domestique
Peter Geltz ... geôlier

Les Chevaliers Noirs du Shérif sont convoqués au château pour assister à une fête et pour prêter allégeance au Prince Jean, frère du Roi Richard, par la signature du Grand Pacte de Nottingham.

Pendant que les hors-la-loi se déguisent en troubadours, Robin réussit à infiltrer le château grâce à un homme: le Shérif de Winchester, un Chevalier Noir et vieil ami de Sir Edward. Le Comté de Winchester étant un territoire essentiel pour le Shérif, il souhaite absolument avoir la signature de Winchester sur le Pacte.

Malheureusement Winchester trahit Robin pour son propre compte: il souhaite avoir le domaine de Sussex… et Marian! Le Shérif lui promet qu'il obtiendra ce qu'il désire s'il signe le Pacte.

Au bord du désespoir, Robin écrit une lettre d’adieu à Marian et se prépare à faire son plus grand sacrifice pour sauver le Roi Richard et l’Angleterre:  il compte, à lui seul, tuer tous les Chevaliers Noirs et ainsi mettre fin à leur Ordre… Malheureusement, sa tentative audacieuse échoue et il est arrêté.

Capturé par les gardes du Shérif, il devient la principale attraction de la fête: il devra combattre Allan … en équilibre sur une planche posée au-dessus d’un immense chaudron rempli de poix en ébullition. C’est seulement avec l’aide de ses compagnons que Robin réussit à s’échapper.

Les hors-la-loi doivent encore sauver Marian des mains du Shérif corrompu, Winchester. Mais alors qu'ils sont sur le point d'intervenir, Winchester est tué par Gisborne qui souhaite lui aussi sauver Marian. Il agit en accord avec le Shérif qui n'a, quant à lui, aucune intention d'abandonner le territoire du Sussex.


Avis du Veilleur de Nuit : un épisode où les règlements de compte surgissent et où l'humanité de Gisborne est mise à profit ...

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM
Gisborne et le Shérif admirent la vue depuis le haut des remparts du château. Ils sont bientôt rejoints par un jeune scribe.
Le Shérif (satisfait): Ah, le Grand Pacte de Nottingham! Entièrement calligraphié, prêt à être signé, en sécurité dans ta chambre?... (le scribe acquiesce)... Parfait! Excellent! Et bien sûr, tu n'as parlé de ton travail à personne?
Gisborne
: Le scribe est muet, Monseigneur.
Le Shérif
: Ah, muet! En sommes-nous sûrs?
Ils échangent un regard de connivence avant que le Shérif ne pointe quelque chose au loin et déclare avec enthousiasme.

Le Shérif
(au scribe): Oh regarde! Regarde! Là en-bas, les Chevaliers Noirs en route pour le château où ils viennent signer le Pacte!
Crédule, le jeune scribe se penche entre deux créneaux pour mieux voir. Le Shérif le pousse alors et le jeune homme tombe du haut des remparts pour aller s'écraser dans la cour du château. Gisborne grimace tandis que le Shérif se retourne vers lui, visiblement satisfait.
Le Shérif: Comme ça, on est sûr.

FORÊT DE SHERWOOD
Piteusement vêtu, Allan erre dans la forêt. Il s'arrête au pied d'un arbre et commence à dégager les feuilles mortes entre les racines. Soudain, une voix bien connue le fait sursauter.
Robin: C'est ça que tu cherches?
Il lui montre une bourse bien remplie. À ses côtés, en surplomb, le reste de la bande dévisage Allan avec hostilité.
Will (froidement): Le salaire du sang.
Much: Trahir tes amis pour quelques misérables piécettes!
Petit Jean (furieux): Traître!
Allan: Écoutez, je regrette d'accord! Et je suis sincère. En vérité, je l'ai jamais voulu...
Des hennissements l'interrompent. Les hors-la-loi se jettent à terre pour se dissimuler tandis qu'Allan s'enfuit rapidement dans les bois. Une troupe de cavaliers, tout de noir vêtus, traversent la forêt au grand galop. Quand ils ont disparu, les hors-la-loi se relèvent.
Much (à Robin): C'est bien ceux auxquels je pense?
Robin: Les Chevaliers Noirs en route pour Nottingham... (puis, inquiet) Qu'est-ce qu'ils nous préparent? Je vais aller voir.
Il commence à s'éloigner lorsque Djaq l'interpelle.
Djaq: Qu'est-ce qu'on fait d'Allan?
Robin (fermement): Oubliez-le. Il est mort pour nous. Je vous retrouve au camp dans une heure.
Much (à Robin): Hé ho! Vous croyez qu'il suffit de le décider pour partir comme ça! … (Robin soupire, excédé) … Sans le moindre plan! Sans nous!
Robin: Et oui, regarde!
Il lui lance la bourse que cherchait Allan puis il se retourne pendant que Much attrape l'argent.
Much (protestant): Ce sont les Chevaliers Noirs!
Mais Robin ne l'écoute pas et s'éloigne en courant dans la forêt.
Much (se tournant vers les autres en soupirant): Qu'est-ce qu'il a à faire ça? Qu'est-ce qu'il veut? Pourquoi il faut toujours qu'il fasse ça?

***** Générique *****

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM
Dans ses appartements, Marian examine différentes robes disposées devant elle sous le regard attentif de Gisborne.
Marian: En quel honneur tout cela Sir Guy?
Gisborne (très aimable): Un peu de couleur, pour vous. Je me demandais si vous m'auriez accompagné pour la célébration d'aujourd'hui.
Marian: Qu'est-ce que nous célébrons?
Gisborne: L'anniversaire du Roi.
Marian (pas dupe): En vérité, qu'est-ce que nous célébrons?
Gisborne: Vous tenez à le savoir? … (Marian acquiesce)... La signature d'un document important.
Marian: Quelque chose me dit qu'il s'agit d'un document que je n'approuverais pas.
Gisborne: Vous devriez l'approuver Marian car ce document me rapproche du véritable pouvoir... (puis, charmeur)... Et du coup, vous-même en bénéficierez... ou vous pourriez en bénéficier le jour venu... Ça vous fait déjà une jolie robe en attendant!
Marian (froissée): Ah, serais-je si facile à prendre?
Gisborne: Vous devez être la femme la plus difficile à prendre d'Angleterre!
Marian (en souriant): Et bien, si telle est réellement ma réputation, je suppose que personne ne m'en tiendra rigueur si je n'assiste pas aux...
Gisborne (l'interrompant avec impatience): Choisissez une robe!
Il se dirige rapidement vers la porte.
Marian: Guy!
Mais Gisborne est déjà sorti et referme la porte derrière lui. Marian soupire puis sursaute quand Robin atterrit sur le plancher derrière elle après s'être laissé glisser d'une poutre du plafond. Elle l'accueille d'un grand sourire.
Marian: Qu'est-ce que tu fais là?
Robin
(malicieux): Je suis venu faire un petit saut! …(puis, sérieux) Donc les Chevaliers Noirs se réunissent.
Marian: Tu as entendu ce qu'à dit Gisborne? Ils doivent signer un document important.
Robin s'approche de la fenêtre et remarque des soldats en train d'emporter le corps du scribe tué par le Shérif.
Robin: Qui est-ce?
Marian: Le scribe du Shérif, une chute du haut des remparts.
Robin (en s'asseyant devant la fenêtre): Il avait fini d'être utile.
Marian (pas sûre de comprendre): C'est à dire?
Robin: Des scribes qui meurent, les Chevaliers Noirs... J'ai bien l'impression qu'il nous faut trouver ce document.

MANOIR DE LOCKSLEY
Gisborne arrive au manoir de Locksley. Il découvre ses gardes inanimés. Adossé contre un mur, Allan le regarde d'un air goguenard.
Allan: Je ne rigole pas là, mais vos gardes, on se demande à quoi ils servent.
Gisborne entre dans le manoir, Allan sur ses talons.
Allan: Il vous faudrait des gens plus malins autour de vous!
Gisborne: Comme toi tu veux dire?
Allan: Ben...
Gisborne (avec un sourire moqueur): Robin t'a percé à jour.
Allan: Ça se peut.
Gisborne (tout en changeant de tenue): Ne m'insulte pas.
Allan: Très bien. J'ai besoin de votre aide. J'ai tout perdu parce que je vous avais aidé, maintenant c'est à vous.
Gisborne (méprisant): Je ne te dois rien. Je t'ai payé, ça suffit.
Allan: Allez Guy, prenez-moi avec vous! Vous n'aurez pas à le regretter.
Gisborne (en soupirant): Va chercher un de mes serviteurs et dis-lui qu'il te donne à manger.
Allan lance un regard admiratif à la tenue de cuir noir qu'a enfilé Gisborne. Serviable, il lui tend son épée.
Allan: Ah, joli! Vous allez où comme ça?
Gisborne: Va te laver d'abord, et ensuite viens me rejoindre au château.
Gisborne sort.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM
Marian s'avance prudemment dans un des couloirs du château, Robin la suit en surveillant leurs arrières. Elle lui désigne une porte.
Marian: C'est celle-ci, la chambre du scribe.
Ils s'approchent tous deux de la chambre lorsqu'ils entendent des gardes approcher. Robin plaque Marian contre l'encadrement de la porte.
Robin (à voix basse): Chut...
Ils regardent passer les deux soldats en pleine conversation.
Un soldat (à l'autre): Tu as bien fermé toutes les portes?
L'autre soldat: Oui, viens on va faire un tour sur les remparts.
Les deux hommes poursuivent leur ronde sans voir les deux intrus. Robin observe la coiffure de Marian qui suit les soldats du regard. Le hors-la-loi esquisse un petit sourire et s'empare de l'épingle qui retenait le chignon de la jeune femme. Marian sent se cheveux tomber sur ses épaules, elle cherche à tâtons son épingle dans sa chevelure puis croise le regard malicieux de Robin.
Marian (en protestant): Robin, je ne crois pas que ce soit le moment!
Il affiche alors un large sourire puis il lui montre l'épingle qu'il lui a dérobée avant de l'introduire dans la serrure.
Marian (dubitative): Ça va marcher?
Robin: Fais-moi confiance, j'ai déjà fait ce genre de choses.
Marian (avec une pointe de jalousie): Avec l'épingle à cheveux de quelle fille?
Sans répondre, il lui adresse un sourire à la fois charmeur et mystérieux puis il finit de crocheter la serrure. Il pousse la jeune femme à l'intérieur de la chambre du scribe avant de tirer la porte derrière eux. Ils découvrent alors un parchemin orné de riches enluminures posé sur une écritoire au centre de la pièce.
Robin: Le Grand Pacte de Nottingham!
Alors que de nouveaux Chevaliers Noirs se présentent aux portes du château, Robin commence la lecture du document à haute voix.
Robin: "Nous soussignés, par l'apposition de nos sceaux portant charges et titres de noblesse, nous engageons par le présent acte, à détrôner le Roi Richard. Celui-ci a, par son absence prolongée, démontré le peu de cas qu'ils faisaient de ses sujets"... C'est indigne!
Marian (poursuivant la lecture): "De plus, nous nous engageons à remplacer le dit Richard par son frère, Jean sans Terre, Prince du Royaume."
Robin: Le Shérif fait signer un acte d'allégeance aux Chevaliers Noirs.
Marian: C'est une charte de traîtres.
Robin (désignant la liste de noms en bas du parchemin): On dirait que le Shérif s'est fait de nouveaux amis. Buckingham, Spencer...
Marian (l'interrompant, étonnée): Winchester! C'est une erreur, c'est un vieil ami de mon père!
Un claquement de porte les fait sursauter. Dans le couloir, le Shérif approche de la chambre du scribe, Gisborne sur ses talons.
Le Shérif: Une fois le Pacte signé, nos amis n'auront plus aucun moyen de se rétracter... (il ricane)... Et vous avez quoi? Il se pourrait bien que, pour la première fois de ma vie, j'apprécie une fête!
Le Shérif s'arrête net en découvrant la porte du scribe grande ouverte. Il regarde Gisborne et pose un doigt sur ses lèvres avant de s'avancer prudemment dans la chambre. Guy dégaine son épée et le suit.
Le Shérif: Personne!
Alors que Gisborne range son épée, le Shérif lui désigne le Pacte, toujours posé sur l'écritoire.
Le Shérif: Ah regardez-moi ça! Les couleurs, les détails, l'élégance du trait! Cet homme était un véritable artiste! Pour autant, est-ce que je regrette de l'avoir tué? Réponse: non!
Gisborne esquisse un sourire.
Le Shérif: La porte!
Son bras-droit se dirige à l'entrée de la chambre et referme la porte derrière laquelle étaient cachés Robin et Marian. Fort heureusement, il ne les découvre pas et la jeune femme soupire de soulagement.
Robin (à Marian, aussitôt la porte refermée): Vas-y, vite!
Marian s'élance et s'éloigne rapidement de la chambre du scribe suivie par Robin.

GEÔLES DU CHÂTEAU
Robin s'est déguisé en prêtre pour pouvoir approcher Sir Edward. Un crucifix à la main, il se tient à genoux devant Marian et son père, agenouillés eux aussi, les mains jointes.
Sir Edward: Je ne peux croire que Winchester ait décidé de s'engager sciemment dans cette révolte.
Robin: Winchester contrôle la côte sud. Le Shérif veut intercepter le Roi lorsqu'il accostera.
Sir Edward: Mais Winchester! Je le connais depuis l'enfance.
Marian: Le Shérif l'aura sans doute convaincu.
Robin: Bien.
Marian (surprise): C'est à dire?
Robin: Si le Shérif a pu le convaincre, alors moi aussi. Edward, je vais revenir. Et quand je reviendrai, ce sera pour vous sortir de cette prison.
Il s'éclaircit la gorge et se relève.
Marian: Que dois-je faire?
Robin (avec une voix grave): Soyez docile et obéissante mon enfant... (elle lui sourit et il ajoute à voix basse) … en attendant que j'en sache plus!
Il lui fait un clin d'œil puis il se présente face à la grille du cachot.
Robin: Geôlier! La confession est terminée.

ROUTE QUI MENE À NOTTINGHAM
Une carrosse s'avance à petite allure et s'arrête brusquement. Un homme grisonnant se penche par la fenêtre et s'adresse aux deux cavaliers de son escorte.
Winchester: Pourquoi nous arrêtons-nous?
Il aperçoit alors un tronc d'arbre tombé en travers de la route qui bloque le passage.
Winchester: Ah... dégagez-le!
Il se réinstalle dans son carrosse et a la surprise de trouver Robin, assis face à lui.
Robin (posément): Monseigneur Winchester, je suis un ami. Je sais que vous vous rendez à Nottingham pour signer le Pacte du Shérif.
Winchester (froidement): Je ne sais pas de quoi vous parlez.
Robin: Mon nom est Robin des Bois. Nous n'avons pas le temps de jouer.
Winchester (se radoucissant): Robin, je vois... Pardonnez-moi, je dois être prudent.
Robin: Nous avons un ami commun, Messire Edward, l'ancien Shérif de Nottingham.
Winchester: Edward! Comment va-t-il?
Robin: Il est dans les cachots du Shérif.
Winchester (outré): Grands dieux! Que pouvons-nous faire?
Robin: Tout d'abord, il faut couler ce Pacte. Spencer et Buckingham le signent aussi sous la contrainte. Donc si au moment de signer, vous, vous refusiez, les Chevaliers Noirs perdraient confiance et le Pacte irait aux oubliettes.
Winchester: Mais c'est dangereux! Si les hommes du Shérif me tombent dessus!
Robin: Je serai présent, il vous faut un appui.
Dehors, les deux hommes ont presque fini de dégager la route.
Winchester: Pardonnez-moi mais je... je suis un homme de paix. Tout ce que je veux c'est la stabilité, c'est ce que m'offrent le Shérif et ses Chevaliers.
Robin: Ce qu'ils ne savent pas, c'est que j'ai envoyé un messager au Roi, Roger de Stoke. À l'heure qu'il est, le Roi doit déjà être au courant de ce complot. Quand il rentrera en Angleterre, la première chose qu'il fera, sera d'écraser les Chevaliers Noirs.
Winchester semble réfléchir aux révélations de Robin.
Robin: Si c'est la paix que vous cherchez, vous êtes libre, mais ne signez surtout pas le Pacte!
Winchester: Ah... Comptez sur moi!

CAMPEMENT DES HORS-LA-LOI
Alors que Will est en train d'astiquer une petite harpe, Robin rentre précipitamment au camp.
Robin: Bien. Les amis, nous avons du travail, nous allons au château.
Petit Jean: Pourquoi?
Robin: Pourquoi? Pour sauver l'Angleterre, Marian et son père. Le Shérif reçoit pour fêter l'anniversaire du Roi sauf que, en réalité, ce qu'il fête c'est la signature du Pacte par les Chevaliers Noirs... Ah Will, il faut que tu trouves un moyen pour nous introduire dans la place.
Will: C'est déjà fait.
Robin (surpris): C'est à dire?
Will: Le château a annoncé cette fête il y a quelques semaines, pour faire venir des musiciens et des bateleurs. Et voilà, ça m'a donné une idée et je m'y suis mis... Voilà une harpe!
Il présente l'instrument devant Robin, actionne un petit mécanique et soudain, la harpe fait place à un arc.
Robin: Un arc! Courbé en plus!
Épaté par tant d'astuces, Robin saisit l'arc en riant.
Will: Djaq, tiens!
Il lui tend une grande flûte qui en réalité dissimule une épée. Djaq est sidérée.
Much (en prenant une petite flûte): Et celle-là, qu'est-ce qu'elle fait?
Will: Much! Non arrête!
L'avertissement de Will est arrivé trop tard, Much a soufflé dans la flûte déclenchant l'envoi d'un carreau d'arbalète qui vient se ficher dans une pièce de bois à quelques centimètres à peine de la tête de Petit Jean, qui lui jette un regard noir.
Much (penaud): Pardon...
Will (à Much): Tiens, ça c'est pour toi.
Il lui tend une très jolie cithare, mais en fait, la partie arrondie de l'instrument est constituée par le bouclier fétiche de Much et le manche abrite son épée.
Much (en admirant le travail remarquable de Will): Oh! Hé!
Robin (avec enthousiasme): Will, tu es un génie et un magicien!
Will esquisse un sourire gêné, touché par le compliment.
Djaq: C'est fabuleux!
Much: T'es un satané artisan, toi!
Petit Jean (boudeur): Et moi, j'ai quoi?
Will (en souriant): Attends! … Ça, c'est pour toi!
Il prend de petites clochettes nouées sur un ruban coloré et les lui lance. Petit Jean les attrape au vol et les examine, dubitatif.
Petit Jean: Des grelots? Et qu'est-ce qu'ils font d'autre?
Will (un peu embarrassé): Oh, ça c'est juste des grelots.
Petit Jean (vexé): Merci.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM
L'équipage de Winchester fait son entrée dans la cour du château. Le Shérif de Nottingham apparaît en haut des escaliers au son des trompettes, Gisborne sur ses talons.
Le Shérif: Ah! Je suis enchanté d'accueillir Harold de Winchester pour célébrer avec nous l'anniversaire du Roi!
Winchester sourit, appréciant visiblement l'accueil chaleureux de son hôte. Pendant ce temps, Gisborne s'approche de Marian, en retrait. Il note avec satisfaction qu'elle a choisi une robe bleue fleurie.
Gisborne: Merci Marian.
Les deux shérifs échangent une franche poignée de mains, l'air ravi.
Le Shérif: Nous signons dans une heure!
Winchester: C'est merveilleux!
Marian (à Gisborne): Je me suis montrée ingrate tout à l'heure, je regrette.
Gisborne (en soupirant): Et moi, trop autoritaire.
Le sourire de Winchester s'efface.
Winchester (au Shérif): Auparavant, pourrais-je vous dire un mot en particulier? J'aimerais voir votre prédécesseur, Edward, si vous le permettez.
Le Shérif: Oui, mais Messire Edward est... comment dirais-je... indisposé.
Winchester: Dans quel sens?
Le Shérif: Il est aux cachots.
Winchester: Non, c'est vrai?
Le Shérif: Il est fidèle au Roi.
Winchester: Ah!
Le Shérif: Sans compter qu'il est royalement pénible et enquiquinant.
Winchester: J'aimerais néanmoins lui parler si vous n'y voyez pas d'objection.
Le Shérif: Ma foi, ça devrait pouvoir s'arranger.
Les deux shérifs se donnent une accolade.
Le Shérif: Gisborne va vous conduire à vos appartements.
Il remonte les escaliers et glisse discrètement à Gisborne.
Le Shérif (à voix basse): Tenez-le à l'œil.
Le Shérif de Winchester aperçoit alors Marian, il détaille la jeune femme avec intérêt.
Gisborne (à Winchester): Par ici Monseigneur.
Mais Winchester a toujours les yeux rivés sur Marian, qui esquisse un petit sourire, embarrassée.
Gisborne (insistant): Monseigneur! C'est par ici.
Winchester: Oui, j'arrive.
Il emboîte le pas à Gisborne.

Pendant ce temps, les hors-la-loi se présentent à l'entrée du château grimés comme des troubadours. Ils portent leurs instruments, mais aussi des chapeaux de paille et autres rubans et plumes colorés.
Le garde: Motif de votre visite? Contrôle de sécurité. Ni couteaux, ni armes dans le château.
Robin a déjà passé le contrôle avec sa harpe et le garde est en train de rendre sa flûte à Djaq. Much s'avance avec Will et Petit Jean.
Much: Nous sommes les bateleurs, les ménestrels.
Le soldat commence à examiner sa cithare. Petit Jean se penche vers Will, il a repéré un cavalier bien connu qui s'approche.
Petit Jean (à voix basse): Will, c'est Allan!
Will (à voix basse): Much!
Les hors-la-loi baissent rapidement la tête pendant que leur ex-compagnon, tout vêtu de noir, se présente à la porte du château.
Allan: Je travaille pour Messire Guy. Je peux entrer?
Un garde: Allez-y!
Robin hoche la tête, contrarié en entendant ce dialogue.
Djaq: Qu'est-ce qu'il fabrique ici?
Robin (ironique): Il travaille dorénavant pour Messire Guy.
Much: Incroyable!
Will: Vous avez vu comment il est habillé!
Much: Incroyable!
Le garde tient la cithare fabriquée par Will dans ses mains, une pièce de bois s'est décrochée au niveau du manche.
Le garde: C'est à qui ça?
Les hors-la-loi commencent à transpirer en constatant que le métal de la lame de l'épée de Much est apparent.
Le garde: J'ai demandé à qui c'était!
Will fait un pas en avant.
Will: C'est à moi.
Le garde (gêné): Il s'est un peu abîmé, je suis désolé.
Will: Oh, c'est pas trop grave, le bois ça me connaît!
Il reprend l'instrument et se hâte d'entrer dans la cour du château avec les autres hors-la-loi. Petit Jean agite son bâton sur lequel sont fixés les grelots devant le garde.
Petit Jean: Moi, je fais 'Ding, Dong'!

Les hors-la-loi arrivent dans les cuisines où règne une certaine agitation. Cuisiniers, serviteurs... tous semblent très affairés. Un superbe gâteau représentant le continent anglais a été fabriqué. Much montre le manche cassé de son instrument à Will.
Much: J'ai l'impression qu'on s'est fait avoir!
Robin se débarrasse de son chapeau et de ses rubans.
Robin: Vous connaissez votre rôle, je vais voir Winchester. Ne bougez pas d'ici!
Il s'en va rapidement.
Will (désignant le gâteau à Much): Tu as vu?
Much (gourmand): Oh, hé, le gâteau!

Dans un couloir, Gisborne croise Allan, nonchalamment adossé à une colonne. Il commence à ricaner en détaillant sa nouvelle tenue.
Allan: Ben quoi! Il fallait bien que je m'habille, non?
Gisborne: Je suppose que tu veux que je te présente au Shérif, c'est ça?
Allan: Ouais.
Il lui désigne une tenture.
Gisborne: Attends-moi derrière.

Un homme se charge de conduire les faux-troubadours jusqu'à une petite pièce où ils pourront se préparer avant d'entrer en scène.
L'homme: Voilà, on y est. Entrez et préparez-vous.
Much: Parfait... On entre là-dedans et on se prépare.
Il soulève la tenture et aperçoit Allan qui attend pensivement Gisborne. Il referme hâtivement le rideau.
Much (à l'homme): Il n'est pas question de s'installer là! ...(puis, à voix basse à Petit Jean) Allan!
L'homme: Et pourquoi?
Petit Jean (discrètement à Djaq): Allan!
Djaq (discrètement à Will): Allan!
Much (à l'homme): Parce que, nous ne partageons jamais nos loges.
L'homme: Mais vous êtes déjà en costumes!
Much: Question de principe, nous sommes des artistes.
L'homme dévisage Petit Jean qui n'a pas vraiment l'air aimable.
Much: C'est le sonneur.

Dans ses appartements, le Shérif de Winchester sursaute en entendant la voix de Robin derrière lui.
Robin: Mes hommes sont en lieu sûr dans le château.
Winchester: On m'avait dit que vous passiez à travers les murs, impressionnant!
Robin: Notre assemblée se tiendra sans doute dans la Salle des Cartes. J'y serai.
Winchester: Seuls y seront admis les Chevaliers Noirs, sans aide ni escorte.
Robin: Je serai donc un Chevalier Noir!
Winchester: Vous êtes bien sûr de vous.
Robin (en riant): Hé, hé. Je suis déterminé surtout...(puis, gravement) Mes hommes attendront devant la porte. Dès que vous aurez dit ce que vous avez à dire, je vous couvrirai et vous filerez. Mes hommes vous aideront à fuir.
Winchester: Je vous remercie. Mais, et vous?
Robin (en souriant): Moi je passe à travers les murs, vous le savez bien. Bonne chance.
Winchester: Vous aussi.
Robin: Et merci!
Robin repart aussi silencieusement qu'il était arrivé.

Gisborne accompagne le Shérif de Winchester dans les geôles.
Winchester: Dites-moi Gisborne. Que savez-vous d'un messager que Robin des Bois aurait envoyé au Roi pour lui communiquer nos plans?
Gisborne: Roger de Stoke? Vous n'avez pas à vous en faire pour lui, il s'est perdu en route.
Winchester: Très bien... (Gisborne lui désigne un des cachots)... Si vous permettez, j'aimerais parler à Edward en privé.
Gisborne acquiesce et se retire. Le geôlier ouvre la grille du cachot et Winchester s'avance en ouvrant les bras.
Winchester: Edward!
Edward: Harold! Oh mon vieil ami!
Les deux hommes s'étreignent.
Winchester: Qu'est-ce qui t'es arrivé?... Assieds-toi. J'ai reçu la visite d'un ami à toi Edward.
Edward: Robin. Oui, très bien.
Winchester: Il m'a recommandé de ne pas miser sur le mauvais cheval... (Edward acquiesce) … Mais regarde où tu en es arrivé!
Edward (sidéré): Harold!
Winchester: Certes, je pourrais te soutenir Edward et finir dans une cellule couvert de vermines. Ou bien, je peux soutenir le Shérif et finir plus riche et plus puissant. Les rats ou la richesse, difficile de choisir!
Edward (outré): Harold! Tu ne vas pas signer le Pacte!
Winchester: Et comment je vais le signer ce Pacte!
Edward: Tu es malade si tu penses pouvoir faire confiance au Shérif.
Winchester: Confiance? Ah, non non non. Je n'ai confiance en personne. C'est toi qui m'as enseigné cela quand tu m'as volé la femme que j'aimais... Geôlier!
Edward: Kate! C'est elle qui m'a choisi Harold! Je ne l'ai pas volée!
Winchester se retourne dans l'encadrement de la porte que le geôlier vient d'ouvrir.
Winchester (mielleux): Je pensais à elle justement. J'ai cru la voir dehors à l'instant, une jeune femme, le portrait de Kate... (Edward blêmit)... Voyons, c'est ta fille! J'aurais dû y songer, c'est sa mère trait pour trait. Bravo Edward, heureusement qu'elle n'a pas hérité de ta pauvre figure!
Il recule et le geôlier referme la grille du cachot.
Winchester: Ah! Oh, oh, oh! Il vient de me venir une idée! Si je n'ai pas pu avoir la mère... Comment s'appelle-t-elle, ton cher petit trésor?
Edward (désespéré): Non!
Winchester: 'Non'? Ce n'est pas un nom, ça!
Edward (suppliant): Non Harold! Elle n'a rien à voir avec tout cela. Je t'en prie!
Winchester (ironique, au geôlier): Je crains qu'il ne m'aime plus beaucoup.
Il s'éloigne.
Edward: Je t'en prie Harold!

Gisborne introduit Winchester dans la Salle des Cartes où l'attend le Shérif.
Le Shérif: Harold! Vous souhaitiez me toucher un mot. Mais quel était-il ce mot?
Winchester: Sussex.
Le Shérif: Le Sussex.
Winchester: Le Sussex
Le Shérif: Le Sussex, hum.
Winchester: Je le veux.
Le Shérif: Le Sussex?
Winchester acquiesce.
Winchester: Je détiens la clé du succès de vos plans. J'ai cru comprendre que Spencer et Buckingham étaient hésitants.
Le Shérif: Ils feront ce qu'on leur dit.
Winchester: Pas si ils voient que je fais défaut. Pas si ils pensent que vous n'aurez pas accès à la côté sud où le Roi Richard a une chance de débarquer. C'est pour cela que j'ai décidé que le prix de ma contribution serait le Sussex. Ah, ah! Et une portion du Surrey.
Le Shérif dévisage son invité puis commence à rire, bientôt imité par Winchester. Gisborne, en retrait, esquisse un sourire.
Le Shérif: Harold! Excellent ! Oh excellent, vous avez failli m'avoir là!
Winchester (cessant de rire): Oh, mais je suis sérieux. Si vous voulez que ce pacte soit signé, ça vous coûtera le Sussex et une portion du Surrey.
Le Shérif (pensivement): Le Surrey...
Winchester: Et la fille.
Le Shérif: Quelle fille?
Winchester: Hum... Marian!
Gisborne (outré): Non!
Le Shérif (à Gisborne): La ferme!
Winchester: D'après mes calculs, vous y gagnez encore. Warwick, Lincoln et Cambridge et... et une portion du Surrey. Oh, et puis j'ai quelque chose pour vous, un joli petit cadeau, de quoi... (il embrasse le bout de ses doigts)... vous consolez! Seulement... si vous jouez le jeu bien sûr.
Le Shérif blêmit, n'appréciant pas du tout ce chantage. Il croise le regard noir de Gisborne qui a du mal à contenir sa colère suite à la demande de Winchester concernant Marian. Le Shérif s'approche de son allié en ricanant.
Le Shérif (froidement): Vous avez le Sussex... Je garde le Surrey.
Winchester: Ah, vous êtes dur en affaires... C'est entendu.
Gisborne (fermement): Marian reste.
Winchester: Ce n'est pas négociable, une affaire personnelle, je vous ferai grâce des détails.
Gisborne a beaucoup de mal à se contenir.
Le Shérif: Donc, la fille et le Sussex, et vous signez.
Winchester (satisfait): Ah, c'est un plaisir de traiter avec vous!
Gisborne (protestant): Monseigneur!
Le marché conclu, le Shérif de Winchester se dirige vers la porte.
Le Shérif: Harold, vous avez mentionné un cadeau, je crois?
Winchester: Plus tard... Vous allez adorer!
Il sort et referme la porte derrière lui.
Le Shérif (contrarié): Oh...
Gisborne (hors de lui): Vous ne pouvez pas donner Marian!
Le Shérif (en hurlant): Je lui ai laissé le Sussex! Le Sussex! Et tout ce que vous trouvez à faire, c'est pleurer sur une fille! … Je veux une pendaison d'urgence!
Gisborne: Pardon?
Le Shérif: Je veux voir quelqu'un se tortiller! Trouvez-moi quelqu'un à pendre.
Un soldat entrouvre la porte et introduit Allan dans la pièce.
Le soldat: Monseigneur, cet homme prétend que vous devez le recevoir.
Gisborne (en hurlant): Pas maintenant!
Le Shérif: Il fera l'affaire.
Allan (intéressé): Pourquoi?
Le Shérif: Qu'on le pende!
Allan (sidéré): Comment ça?
Gisborne: Cet homme travaille pour moi.
Le Shérif: Et alors?
Gisborne: C'était mon espion dans le camp de Robin.
Le Shérif: Donc "c'était".
Gisborne: Robin l'a démasqué.
Le Shérif: Donc il ne sert plus à rien.
Gisborne: Monseigneur, il peut encore nous être utile.
Le Shérif (hors de lui): Vous n'entendez pas ce que je vous dis Gisborne! Maintenant, vous allez me chercher cette jolie demoiselle et la conduire au charmant Sir de Winchester... (puis, désignant Allan) Ensuite, vous me ramènerez celui-ci avec une capuche sur la tête!
Allan (protestant): Attendez un peu, je suis des vôtres maintenant! Et je peux vous aider, sans rire. Guy!
Le Shérif (avec un regard noir pour Gisborne): Ah! … (puis narquois, au visage d'Allan) di-da-di-da...
Il sort, laissant Allan sidéré par ce qu'il vient d'entendre et Gisborne, complètement anéanti par le sort réservé à Marian.
Allan: Guy! … (puis, aux soldats qui l'empoignent) Hé, attendez, laissez-moi juste dire un truc! Guy, vous n'êtes pas sérieux?
Gisborne (perdant tout contrôle): Ça suffit, emmenez-le!
Les soldats commencent à entraîner Allan de force.
Allan: Qu'est-ce qu'il y a? Guy! Qu'est-ce que vous faites?

Déguisé en soldat, Robin arrive dans les geôles en portant un plateau-repas. Il s'approche du cachot de Sir Edward.
Robin: Pssst!
Sir Edward (sans le reconnaître): Je n'ai pas faim.
Robin abaisse le foulard qui dissimulait à moitié son visage.
Sir Edward: Robin! Dieu soit loué!
Robin: Chut! Je n'ai pas beaucoup de temps. Le Shérif va tenir son assemblée et, à un moment donné, Winchester va refuser de signer. Ça va semer la pagaille. Je vais profiter de la confusion pour venir vous sauver...
Sir Edward hoche négativement la tête et affiche un air abattu.
Robin: Qu'y-a-t-il?
Sir Edward: Winchester, il va signer, c'est un traître.
Robin: Un traître!
Sir Edward: Et il veut prendre Marian.
Robin (incrédule): Marian! Mais pourquoi?
Sir Edward: Pour se venger... de moi.
Robin: Pourquoi?
Sir Edward: Il dit que je lui ai volé sa femme donc lui, il va me voler ma fille. Il me l'a dit... (le visage de Robin se ferme) … Robin, aidez-moi.
Robin (pensant à voix haute): Alors je n'ai pas le choix.
Inquiet de voir le visage grave de Robin, Sir Edward le questionne.
Sir Edward: C'est à dire? Qu'est-ce que vous comptez faire?
Robin: Bonne chance Edward!
Robin se retire rapidement avant que Sir Edward ait pu obtenir une réponse.

Gisborne entre brusquement dans la chambre de Marian.
Marian (outrée): Guy! Faites-moi au moins la grâce de frapper!
Gisborne: Prenez ce que vous avez, vous partez!
Marian: C'est à dire?
Gisborne: Tout de suite!
Marian: Pourquoi?
Gisborne: Winchester a passé un marché avec le Shérif. Vous faites partie de la négociation.
Marian (choquée): Pardon?
Gisborne s'approche de Marian.
Gisborne: Winchester vous veut pour lui.
Marian: Alors dites-lui vous, qu'il ne peut pas m'avoir!
Gisborne: Le Shérif a donné son accord, je ne peux rien pour vous. Marian, écoutez-moi, vous devez fuir! Tout de suite!
Marian: Non! Et mon père?
Gisborne: Je m'occuperai de votre père
Marian: Je ne peux pas l'abandonner!
Gisborne (s'impatientant): Marian! Pourquoi faut-il toujours que vous me résistiez! J'essaie de vous aidez!
Marian: Bien sûr, je sais, et je vous en suis reconnaissante.
Il lui tend un sac de voyage.
Gisborne: Si le Shérif apprend ce que je fais, je risque ma vie.
Marian: Pourquoi travaillez-vous pour cet homme?
Gisborne (en soupirant): Je n'ai personne.
Gisborne tend des vêtements à Marian qui les empile rapidement dans le sac.
Marian: Mais vous l'avez choisi lui!
Gisborne: J'ai choisi le pouvoir et il est mon chemin vers la gloire, vers la reconnaissance.
Marian: C'est un malade voyons, vous le savez!
Gisborne: Non, il n'a qu'un seul but et il ne se laisse pas distraire du chemin qu'il s'est fixé.
Marian (s'emportant): Oh, se laisser distraire, c'est cela l'humanité!
Gisborne: L'humanité c'est de la faiblesse.
Elle le retient par le bras.
Marian: Vous ne pensez pas ce que vous dites.
Gisborne: Vous devez vous en allez d'ici... (il lui met une bourse dans la main)... Prenez cet argent, il assurera votre passage. La sentinelle de la porte ouest a pour instructions de vous laisser passer.
Marian le dévisage, décontenancée par la réelle inquiétude qu'elle lit sur son visage. Il effleure une de ses joues, dépose un tendre baiser sur l'autre puis se redresse.
Gisborne: Marian... Bonne chance...
Il se dirige vers la porte.
Gisborne (en soupirant): Allez-y! … (puis en franchissant le seuil) Allez!
La jeune femme s'active aussitôt pour les derniers préparatifs tandis qu'il referme la porte derrière lui. Alors qu'il commence à s'éloigner dans la couloir, une voix bien connue le fait sursauter.
Le Shérif: Excellent! … (puis, en articulant doucement) Conduire la dame auprès de son nouveau seigneur.
Gisborne: Monseigneur, j'ai...
Le Shérif (l'interrompant): Ah, ah... (puis, lentement) En tant que mon lieutenant, Gisborne, vous êtes assis à la droite du Père. Vous allez partager le fruit de notre labeur et vous serez un dieu parmi les hommes... tant que je pourrai avoir confiance en vous... Conduisez Lady Marian auprès de Winchester... (Gisborne acquiesce tandis que le Shérif flatte sa joue) Hum?

Dans les cuisines, les hors-la-loi attendent le retour de Robin. Much, tout sourire, est en grande conversation avec une servante.
Much (montrant son bouclier au dos de sa cithare): Ah, ça? Ça vient de Tunis à vrai dire. Et oui, on a tourné dans le monde entier! Londres, Lincoln... Hull.
Robin arrive précipitamment.
Robin (à Much): C'est bon, tu viens!
Much: Oh, on est en plein...
Robin (l'interrompant avec fermeté): Il faut qu'on aille mettre Marian en garde tout de suite!
Il repart rapidement suivi par les autres hors-la-loi.
Much: Marian...
Much adresse un sourire embarrassé à la servante puis emboite le pas à ses compagnons.

Marian finit de préparer ses affaires. Elle s'est changée, elle empile les derniers vêtements dans son sac, y ajoute un poignard puis elle plante l'un de ses stylets à lame recourbée dans le volume de son chignon. Elle ouvre la porte de sa chambre et se retrouve nez à nez avec Gisborne.
Marian (surprise): Guy!
Gisborne (embarrassé): Marian... Je suis désolé...
Il adresse un signe de tête à deux gardes dans le couloir qui s'avancent vers Marian et lui mettent des fers aux poignets.
Gisborne: Ordre du Shérif.
Marian (incrédule): Quoi? … Mais... Guy!... (elle commence à se débattre et à crier) Lâchez-moi! Ne me touchez pas! Guy!
Gisborne évite son regard tandis qu'elle est emmenée par les soldats qui frappent bientôt à la porte des appartements du Shérif de Winchester.
Winchester: Entrez! …(découvrant Marian entre les gardes) Ah la cerise sur mon gâteau! La petite fille à son papa!
Marian (avec hauteur): Je ne permettrai pas qu'on me traite ainsi.
Winchester: Ah oui, elle a raison. Ces menottes et ces fers, c'est vrai, ils pourraient être un peu plus serrés!
Marian (outrée): Comment osez-vous!
Winchester (à Gisborne): Et de grâce, bâillonnez-la! Elle est mignonne tant qu'elle se tait. Les affaires m'attendent. En route!
Marian lance un dernier regard à Gisborne avant que celui-ci emboîte le pas à Winchester et que les portes se referment sur elle.

Robin arrive en courant dans la chambre de Marian, les hors-la-loi sur ses talons.
Robin (anxieux): Marian! … (il fait rapidement le tour des appartements puis, dépité) Elle n'est pas là.
Much: Quel est le problème?
Robin: Je voulais lui parler avant de...
Il s'interrompt, soupire et assoit au bureau de Marian.
Much: Avant quoi? Contre quoi vouliez-vous la mettre en garde?
Sans répondre, Robin ouvre un petit coffret posé sur le bureau et, en soupirant, il en sort un morceau de parchemin.
Much (insistant): Maître!
Djaq: Much!
La jeune femme hoche négativement la tête pour faire comprendre à Much de ne pas insister. Robin prend une plume et commence à écrire. "Ma tendre Marian, J'ai peur que nous ne nous revoyons pas... dans cette vie. Pour les erreurs que j'ai commises, pour ce que je m'apprête à faire, et surtout pour la vie, pour l'amour que nous n'avons pas pu partager, je suis sincèrement désolé..." Alors qu'il poursuit, les Chevaliers Noirs se présentent un par un aux portes de la Salle des Cartes. Chacun d'eux est vêtu de noir et porte une longue cape avec une capuche. Robin a terminé sa lettre. Les yeux plein de larmes, il renifle puis enroule le petit parchemin avant de nouer un ruban tout autour et de le poser en évidence sur le bureau. Much le dévisage avec inquiétude, il voit très bien que quelque chose ne va pas et il aimerait comprendre.
Robin: Je voudrais que tu remettes ce mot à Marian.
Much (anxieux): Pourquoi?
Robin se relève brusquement.
Robin: Il y a un changement de programme. Je veux que vous l'attendiez ici.
Much: On n'était pas sensé couvrir votre fuite, à vous et à Winchester?
Will et Petit Jean hochent la tête en signe d'assentiment.
Robin: Je m'arrangerai avec Winchester. Vous profiterez de la diversion pour descendre chercher Messire Edward dans son cachot. Emmenez-le dans la forêt avec Marian, je vous y rejoindrai.
Djaq (en protestant): Avec Winchester, comment allez-vous vous échapper? Si les gardes vous tombent...
Robin (l'interrompant): Contentez-vous de faire ce que je vous ai dit.... (puis, la voix un peu tremblante) S'il vous plaît... J'ai besoin d'avoir votre parole...
Djaq acquiesce. Robin se tourne alors vers les autres hors-la-loi qui acquiescent à leur tour.
Robin: Bien.
Il se dirige vers la porte en ayant du mal à contenir son émotion, renifle puis se tourne vers ses compagnons, les yeux humides.
Robin (ému): Et merci mes amis...
Il sort alors rapidement laissant les autres hors-la-loi perplexes.

Dans un couloir proche de la Salle des Cartes, Robin se plante devant un Chevalier Noir en route pour la réunion secrète.
Robin: J'ai un message pour vous, de la part du Roi Richard.
Sans lui laisser le temps de répliquer, il l'étend d'un coup de poing. Il le tire ensuite par les pieds à l'abri des regards.

Dans la chambre de Marian, les hors-la-loi ne savent plus trop quoi penser. Much est très nerveux, il n'est pas tranquille depuis le départ de Robin.
Much: Ah! … Ah je n'aime pas ça! Mais alors, pas du tout! Ça n'a pas de sens. Si Marian est en danger, on devrait veiller sur elle! Robin nous mijote quelque chose.
Il s'empare prestement du rouleau de parchemin destiné à Marian.
Djaq (en protestant): Non! Ça ne se fait pas d'ouvrir la correspondance privée des autres!
Much soupire et se tourne vers Will pour chercher son soutien.
Much: Will?
Will hausse les épaules et se tourne alors vers Petit-Jean.
Will: Jean?
Petit Jean (sans hésiter): Lis-la.
Much lance un regard triomphant à Djaq puis entreprend de dérouler le parchemin. Il fixe la lettre un instant puis la tend à Djaq.
Much: Tu la lis pour moi?
La jeune femme saisit le parchemin puis commence la lecture à voix haute.
Djaq: "Ma tendre Marian, J'ai peur que nous ne nous revoyons pas dans... cette vie."
Much: Quoi!
Les hors-la-loi se rapprochent et entourent Djaq tandis qu'elle poursuit la lecture.
Djaq: "Nous sommes tous deux sur le point d'être trahi par Winchester."

Robin revêt la longue cape dérobée au Chevalier Noir qu'il a assommé. En dessous, il glisse une douzaine de couteaux de cuisine qu'il maintient par des bandes de tissus.
Robin (poursuivant la lecture en voix-off):"Je ne le permettrai pas. Tous les Chevaliers Noirs seront réunis: Winchester, Durham, Rotherham, et toute la bande de traîtres qui entourent le Shérif. Une telle occasion ne se représentera sans doute jamais, je ne peux pas laisser passer une telle chance. Je dois les tuer. J'espère seulement que tu garderas de moi un bon souvenir et que tu pardonneras la brutalité du geste que je vais commettre. Si l'Angleterre doit vivre, ils doivent mourir, et moi avec eux je le crains. Va dans les bois pour poursuivre le combat! Va avec mes hommes! Je te retrouverai au Paradis. Adieu mon amour."
Déguisé en Chevalier Noir, Robin s'avance à l'entrée de la Salle des Cartes, le visage à demi-dissimulé derrière un foulard noir. Il présente sa bague de reconnaissance à Gisborne qui le laisse entrer, puis il traverse la pièce circulaire et va s'installer dans l'un des sièges disposés tout autour. À quelques pas, le Shérif de Winchester a pris place lui aussi. Le Shérif de Nottingham s'avance et entame un discours.
Le Shérif: Que les portes se referment sur nous!
Les gardes referment les portes.
Le Shérif: Mes frères, nous formons une communauté d'acier! Et notre heure est venue. En signe de mon indéfectible attachement à la cause, moi, Vaizey, Shérif de ce Comté, j'ajoute mon nom sur le Grand Pacte de Nottingham et y appose mon sceau et ma marque.
Il appose son cachet de cire sur le parchemin puis la marque de sa bague de Chevalier Noir.
Le Shérif: Second à y mettre son nom, le Sir de Winchester.
Winchester se lève et s'approche.
Winchester: En signe de mon indéfectible attachement à la cause, moi, Harold, Sir de Winchester, ajoute mon nom sur le Grand Pacte de Nottingham et y appose mon sceau et ma marque.
Sous le regard satisfait du Shérif, Winchester dépose de la cire chaude sur le document et y appose la marque de sa bague de Chevalier Noir. Robin se lève brusquement de son siège et bondit sur la table circulaire qui se trouve au centre de la pièce.
Robin: Traîtres!
Le Shérif: Robin des Bois!
Robin se débarrasse sa cape et apparaît ceinturé de couteaux qu'il saisit très rapidement et lance dans la poitrine des Chevaliers Noirs assis tout autour de lui. Les hommes s'écroulent un par un sans avoir le temps de réagir.
Robin: Winchester! C'est à cause de vous si tous ces hommes sont morts!
Il lance un nouveau couteau qui atteint Winchester en pleine poitrine, le traitre pousse un grand cri avant de s'effondrer. Robin saisit rapidement deux autres couteaux, un dans chaque main.
Robin: Shérif, Gisborne, dites vos prières!
Une fois encore, ils lancent les couteaux qui atteignent leurs buts. Le Shérif regarde l'arme plantée dans son torse d'un air hagard.
Le Shérif (la voix rauque): Robin... pardonne-moi...
Il s'écroule sur le sol en même temps que Gisborne. Robin regarde les corps des Chevaliers Noirs, étendus par terre tout autour de lui. Il prend une profonde respiration, éprouvé par ce qu'il vient de faire, hoche la tête puis prend son visage entre ses mains avant de pousser un lourd soupir. Mais le Shérif se relève soudain, le sourire aux lèvres et se met à rire aux éclats. Robin regarde, incrédule, Gisborne se relever lui aussi, puis Winchester, puis chacun des Chevaliers Noirs.
Le Shérif (en hurlant): Gardes!
Aussitôt, une douzaine de garde entrent dans la salle et encerclent Robin en le menaçant de leurs hallebardes. Le hors-la-loi soupire, dévasté de voir tous ses efforts réduits à néant..
Le Shérif (en souriant): Merci Messire Winchester! … (il retire une planchette de bois protectrice de sous sa chemise) ... J'avoue que j'adore votre lot de consolation.
Winchester: Ce fut un plaisir.
Le Shérif: Gisborne, ne pendez pas votre protégé, j'ai une meilleure idée! Le gâteau sur la terrasse Messieurs.

Much arrive en courant dans le couloir menant à la salle où se tient la réunion secrète, le reste de la bande sur ses talons.
Much (en marmonnant): S'il meurt, je meurs. S'il meurt, je meurs.
Soudain deux soldats se plantent en face des hors-la-loi.
Un soldat: Halte! Nous vous cherchions!
Much (inquiet): Qui ça, nous? C'est à quel sujet?
Le soldat: Le Shérif réclame des musiciens dehors, on a capturé Robin des Bois.
Les hors-la-loi en restent bouche bée puis ils se dirigent vers la cour du château. Ils y entrent au bruit des roulements de tambours et découvrent une nouvelle forme de divertissement du Shérif. Un gigantesque chaudron rempli de poix brûlante a été installé dans la cour. En travers du chaudron, est posée une planche étroite sur laquelle se tiennent Robin et Allan. Postés à chaque extrémité, les deux anciens amis, en chemise, se dévisagent. Le Shérif fait une entrée triomphale au son des trompettes, Gisborne à ses côtés.
Le Shérif: Regardez-moi ces hors-la-loi! Le... L'invincible... (il ricane)... Le légendaire Robin des Bois et son ami Allan de Dale.
Alors qu'un feu est soigneusement entretenu sous le chaudron, Robin et Allan sont au centre de toutes les attentions, en particulier celle de Marian, menottée aux côtés d'un Shérif de Winchester très détendu qui profite du buffet et du spectacle.
Le Shérif: Quel heureux hasard que ces deux renégats, ces ennemis de la loi, et par conséquent ennemis de notre bon Roi Richard lui-même, nous offrent un petit divertissement en ce jour d'anniversaire du Roi. Merci au légendaire Robin des Bois!
Il s'esclaffe alors que Robin le dévisage froidement.
Le Shérif: Donc, les règles du jeu sont simples: "La baston ou le bouillon" … (il rit aussitôt imité par ses hôtes)... Et bien entendu, le vainqueur sera libéré... (puis, enjoué) Gâteau! Amusez-vous!
Robin et Allan saisissent chacun une grosse masse et se font face sur l'étroite planche. Alors que Robin rechigne à s'avancer vers son adversaire, un soldat l'y oblige en le menaçant de sa hallebarde.
Le Shérif (excité): Pousse-le! Pousse-le!
Robin retrouve Allan au milieu de la planche.
Robin: Rien ne t'oblige à le faire Allan, ne leur donne pas cette satisfaction. Même si tu me tues, ils ne te laisseront pas partir.
Le Shérif (impatient): Allons! Pousse-le!
Allan (amer): Tu vois si tu m'avais écouté, tu l'aurais compris! Tu aurais dû me donner une seconde chance Robin!
Le Shérif (s'énervant): Non!
Allan engage le combat et les deux hommes commencent à se frapper tour à tour avec leurs masses, tout en évitant de perdre l'équilibre. Marian garde les yeux rivés sur eux avec anxiété. Les deux adversaires marquent une pause.
Robin (furieux): Comment tu as pu tomber aussi bas!
Allan: Ça a toujours été ton problème Robin! Si grand, si noble! Tu fais tout tellement mieux que les autres!
Robin (froidement): Non, seulement mieux que toi.
Robin se rue sur Allan et le combat reprend de plus belle. Les coups pleuvent et chacun manque de perdre l'équilibre. Les hors-la-loi installés sur l'estrade avec leurs instruments sont tendus, les yeux rivés sur le chaudron.
Le Shérif (ironique): Soyez prudents!
Robin parvient à prendre le dessus, Allan est obligé de reculer. Alors que son adversaire lutte pour conserver son équilibre, Robin repère Marian debout aux côtés de Winchester qui la détaille d'un air triomphant. Son regard s'attarde sur les fers qui enserrent les poignets de sa bien-aimée avant de plonger ses yeux dans les siens. La jeune femme hausse soudain les sourcils pour l'avertir du danger: Allan revient à la charge, Robin sort brutalement de sa torpeur, parvient à éviter son adversaire mais sa masse lui échappe des mains et finit dans la poix en ébullition. Il est désarmé.
Le Shérif (satisfait): Ah, ah! Il semblerait que notre petit coquelet de Robin va finir en poulet rôti!
Il se met à rire. Robin se place en face d'Allan, prêt à parer un nouvel assaut. Un garde tente un nouvelle fois de l'obliger à avancer en le piquant avec sa hallebarde.
Le soldat: Allez! Avance!
Marian retient son souffle. Les hors-la-loi regardent anxieusement Robin quand le Shérif leur fait signe.
Le Shérif : Musique!
Much (déterminé): Je vais leur en donner moi de la musique!
Petit Jean: Vas-y.
Grâce à sa fausse flûte, Much envoie un carreau d'arbalète sur un soldat posté près du chaudron, puis aussitôt après un second sur un autre garde. Les deux hommes s'écroulent.
Le Shérif (en hurlant): Les hors-la-loi! Emparez-vous d'eux!
Much (en criant): À l'attaque!
Alors que les hors-la-loi se jettent à l'assaut des soldats, Robin profite de la confusion pour sauter de la planche et atterrir sur le pavé de la cour.
Will: Robin!
Will actionne rapidement le mécanisme de la cithare et lance son arc à Robin qui le rattrape au vol. Djaq a engagé un duel à l'épée avec l'un des soldats.
Le Shérif: Arrêtez-les!
De son côté, Petit Jean affronte un garde avec son bâton et réussit à le maîtriser.
Allan (reconnaissant): Jean, merci!
Petit Jean se retourne vers lui et, gagné par la colère, il l'étend d'un coup de poing.
Petit Jean (hors de lui): Traître!
Gisborne se rue sur Petit Jean, l'épée à la main mais le hors-la-loi pare ses coups avec son bâton. Will se retrouve quant à lui, face au soldat qui contrôlait les entrées du château.
Le soldat: Je t'ai laissé entrer, je ne te laisserai pas sortir!
Alors qu'il se précipite sur lui, Will l'assomme d'un coup de cithare.
Will: Je t'avais dit que le bois ça me connaît.
Pendant ce temps, Robin a encoché une flèche sur son arc. Il tire avec force et précision et la flèche vient se ficher dans le chaudron, le transperçant. La poix brûlante commence à couler par terre en petit filet.
Robin (à lui-même): Il est temps de s'éclipser.
Le Shérif (intrigué): Qu'est-ce qu'il fabrique?
Robin enflamme l'extrémité d'une nouvelle flèche dans une torche placée non loin de lui. Le Shérif devine soudain ses intentions.
Le Shérif: Oh non!
Pendant ce temps, Petit Jean agite les grelots fixés à l'une des extrémités de son bâton sous le nez de Gisborne avant de le frapper violemment sous la ceinture. Celui-ci s'effondre dans un grand cri. Robin tire alors sa flèche enflammée qui vient embraser la poix répandue au sol.
Robin (hurlant aux hors-la-loi): Par ici!
La bande le rejoint rapidement alors qu'un mur de flammes se dresse soudain entre eux et les soldats. Gisborne s'est relevé et vocifère.
Gisborne: Gardes!
Les soldats: Au feu! Au feu!
Les hors-la-loi sont hors d'atteinte de l'autre côté des flammes.
Robin: Allez, on y va! On y va!
Les hors-la-loi partent en courant tandis que Robin s'attarde, les yeux rivés sur Marian toujours prisonnière de Winchester. Après un dernier regard, il part à son tour en courant. La jeune femme le regarde disparaître derrière le rideau de flammes. Gisborne est hors-de-lui.
Gisborne: Gardes!

Alors que le Shérif est effondré dans son siège, anéanti par l'évasion de Robin, et que Gisborne s'appuie contre un mur en peinant pour reprendre son souffle, le Shérif de Winchester s'approche en souriant, un verre à la main.
Winchester (ironique): Bravo! Vous aviez dit que ce serait divertissant et vous ne vous êtes pas moqué de nous! Et encore une fois Messieurs, ce fut un plaisir de faire affaire avec vous! … (il s'éloigne, puis à ses hommes) Amenez la fille!
Gisborne: Marian! Marian! … (Furieux, il se retourne vers le Shérif) Je suis surpris que vous ayez cédé à ses instances.
Le Shérif: Il me fallait sa signature! … Mais maintenant, je l'ai sa signature.
Il affiche un petit rictus, satisfait, tandis que Gisborne commence à comprendre.
Gisborne: Je vais envoyer une escouade.
Le Shérif: Non. Non, on va agir sans faire de vagues... (il désigne Allan, debout dans la cour, se tenant la joue là où Petit Jean l'a frappé)... Faites venir votre larbin.
Gisborne adresse un signe de tête à Allan qui lui emboîte le pas.

Dans la cour du château, Winchester s'installe dans son carrosse aux côtés de Marian, toujours menottée.
Winchester (au cocher): À la maison!
L'équipage se met en route et franchit les portes du château.

La voiture de Winchester entre dans une clairière. Postés de l'autre côté en lisière de forêt, les hors-la-loi observent.
Robin: Ils arrivent!
À l'intérieur du carrosse, Winchester saisit Marian par le menton et l'oblige à le regarder.
Marian (avec mépris): Ôtez vos sales doigts! Ne me touchez pas!
Winchester: Oh, du tempérament! Tu tiens ça de ta mère.
Pendant ce temps, Robin donne ses ordres.
Robin: Will, tu prends les deux cavaliers. Much, Jean, Djaq, vous me couvrez pendant que je m'occupe de Marian.
Soudain, l'équipage stoppe dans la clairière.
Robin (surpris): Ils s'arrêtent!
Much: Qu'est-ce qu'ils font?
Le Shérif de Winchester se pose la même question. Il descend du carrosse.
Winchester: Pourquoi nous arrêtons-nous?
L'un des deux cavaliers qui l'escortait rabat sa capuche. Winchester est sidéré de découvrir le visage du Shérif de Nottingham.
Winchester: C'est vous!
Le Shérif: Et oui, c'est moi. Vous pensiez sérieusement que j'allais vous laisser prendre le Sussex avec le sourire?
Pendant ce temps, l'autre cavalier contourne le carrosse et arrive sans bruit dans le dos de Winchester.
Le Shérif: Réponse.... (il hoche négativement la tête)
Le deuxième cavalier a rabattu sa capuche: Gisborne... Ce dernier tape sur l'épaule de Winchester qui se retourne, surpris. Gisborne le poignarde dans le ventre avec sa dague fétiche à lame recourbée. Robin, qui observait la scène de loin, voit Winchester s'écrouler.
Robin (anxieux): Marian!
Il s'élance et court comme un fou à travers bois pour rejoindre l'autre côté de la clairière. Pendant ce temps, Winchester agonise en regardant le Shérif. Allan assiste à la scène, debout près des chevaux, son rôle de cocher est terminé.
Le Shérif (en souriant): Un gentil cadeau pour vous, votre lot de consolation.
Gisborne passe la tête par la portière du carrosse et aide Marian à en descendre. Il lui enlève ses fers.
Gisborne (prévenant): Vous ne craignez plus rien Marian.
Marian (reconnaissante): Merci.
Le Shérif ricane. Robin arrive en trombe à l'autre bout de la clairière. Il découvre Marian, installée derrière Gisborne sur son cheval. Le Shérif passe à côté du couple en souriant.
Le Shérif: C'est charmant... charmant.
Gisborne intime l'ordre à sa monture d'avancer. Robin, contrarié, croise le regard de sa bien-aimée qui s'éloigne avec son ennemi.

***** Épilogue *****

CAMPEMENT DES HORS-LA-LOI
Installés chacun dans un coin du campement, les hors-la-loi mangent dans un silence pesant. Much jette soudain rageusement la cuillère qu'il utilisait pour remuer le ragoût.
Petit Jean: Qu'est-ce qu'il y a?
Much: J'essaie de voir les bons côtés! Même dans les pires journées, il y a toujours du bon. C'est ce que ma mère me disait. Et aujourd'hui, Winchester nous a trahis, le Pacte a été signé, Allan est à la solde de Gisborne et Marian galope ailleurs... (il soupire puis s'énerve devant le silence de ses compagnons) Allez! Vous pourriez m'aider quand même, parce que là je sèche!
Djaq (excédée): Much, tais-toi un peu.
Much recommence à remuer son ragoût puis jette à nouveau la cuillère et vient s'installer près de Robin avec son assiette.
Much (soudain ravi): Robin n'est pas mort! Ça c'est bien, non? C'est même très bien, non? Parce que moi, pendant un moment...
Robin (l'interrompant en criant): Tais-toi Much!
Much: J'aimerais quand même bien vous dire...
Petit Jean (en hurlant): Much, tais-toi!
Much (protestant): On va quand même pas manger sans rien se dire!
Robin, Will et Djaq (en chœur): Tais-toi
Petit Jean: Tu vas te taire oui!
Les quatre hors-la-loi bombardent avec leurs morceaux de pain le pauvre Much qui tentait de briser la morosité ambiante.

***** Fin de l'épisode *****

Ce script a été réalisé par Allthingsrobin sur le site Hood Winked.
This transcript was made by Allthingsrobin on
Hood Winked.

 

NOTTINGHAM CASTLE. BATTLEMENTS ATOP THE KEEP.
The Sheriff stands at the edge looking out at the landscape. Gisborne arrives with the scribe.
SHERIFF: Ah. The Great Pact of Nottingham, hm? All drawn up and ready for signature? Safe in your quarters?
The scribe nods.

Good. Good. And you've told nobody about your work.
The scribe shakes his head.

GISBORNE: The scribe is mute, my lord.
SHERIFF: Mute? Are we sure? Smiles evilly at Gisborne and looks out towards the road. Oh look! Points. Look! It’s the Black Knights on their way to the castle to sign the pact!
The scribe looks out, leaning over the edge. The Sheriff pushes him over. There is silence as he falls to his death below.

Gisborne grimaces.

Now we’re sure.

SHERWOOD FOREST.
A cloaked Allan walks cautiously through the forest. He starts digging under a tree and finds his cache empty. Robin and the gang stand on a hill, watching him.
ROBIN: This what you’re looking for?
Allan steps out from under the tree and sees Robin, who lightly tosses the purse up and down in his hand.

WILL: Your blood money?
MUCH: Betraying your friends for a few measly pennies.
LITTLE JOHN: Traitor!
ALLAN: Look, I’m sorry, all right? I’m really sorry. Really, I never wanted—
A horse neighs. The gang duck out of sight and Allan flees as five horsemen gallop by, dressed in black. The gang stand up after they pass.

MUCH: Was that who I think it was?
ROBIN: That’s the Black Knights headed for Nottingham. What are they up to? Looks at Much. I’m going in. Starts to run off.
DJAQ: What about Allan?
ROBIN: Stops. Forget him. He’s dead to us. Meet back at the camp in one hour. Starts again.
MUCH: Well you can’t just decide to go like this and go!
Robin stops,
flustered.
Without planning? Without us?
ROBIN: Yes, I can.
Robin tosses Allan’s money bag to Much
.
MUCH: It’s the Black Knights!
Robin runs off.

Turns to the gang
. Why does he do this? Why does he always, always do this?

OPENING CREDITS

NOTTINGHAM CASTLE. MARIAN’S CHAMBER. 
There are several dresses laid out on the table. Marian is picking through them while Gisborne watches.

MARIAN: What are these in aid of, Sir Guy?
GISBORNE: A bit of colour, for you. I was wondering if you’d accompany me to the celebrations today.
MARIAN: What are we celebrating?
GISBORNE: The King’s birthday.
MARIAN: Turns around holding a dress limply in her hands and frowning. What are we really celebrating?
GISBORNE: Does it matter?
Marian raises her eyebrows and nods
.
It’s the signing of an important document.
MARIAN: Something tells me it is a document which I won’t approve of.
GISBORNE: Steps to her. Well, Marian, you should approve, because this document brings me closer to real power.
Gisborne walks close to Marian, who turns back to the bed, knowing Gisborne wants to be close
.
And that, in turn, benefits you.
Marian turns her head a bit towards Gisborne
.
Could benefit you.... in time. Turns and walks back to the middle of the room. Meanwhile, there’s a pretty dress in it for you. Sighs.
MARIAN: Scoffs. Am I so easily won?
GISBORNE: Turns back to Marian. You must be the least easily won woman in England.
MARIAN: Satisfied, picks up a dress with the intent to give it back to Gisborne. Well, if that’s my reputation, then perhaps nobody will mind if I do not attend the cel—
Gisborne interrupts her angrily as he walks past her to the door
.
GISBORNE: Choose a dress!
Opens the door, leaves and slams it behind him.
MARIAN: Guy.
Marian stares after him a bit, then fiddles with the dresses.
Robin drops from ceiling behind Marian, who gasps in surprise, then smiles
.
ROBIN: Ah.
MARIAN: What are you doing here?
ROBIN: Smiling Just dropping in on you.
Walks to window to see what’s happening outside.
Seriously
: So, the Black Knights are assembling.
MARIAN: Did you hear Gisborne? They’re signing an important document.
Below the window, three soldiers are loading a body onto a cart
.
ROBIN: Who died?
MARIAN: Oh, the Sheriff ’s scribe. Fell from the battlements.
ROBIN: Outlived his usefulness. Sits down under window.
MARIAN: What?
ROBIN: Dead scribes? Black Knights? Something tells me we have to find this document.
Looks seriously at Marian, silently asking for her help.

LOCKSLEY MANOR. COURTYARD.
Gisborne leads his horse through the tunnel to the small courtyard of the manor and finds two of his men lying on the ground. He kicks one, who doesn't move. Allan is waiting behind the wall.

ALLAN: I’m not being funny. Your guards—useless!

INTERIOR. MASTER’S CHAMBER.
Gisborne enters, Allan follows, taking advantage of the opportunity to gaze at the interior at his leisure.
ALLAN: You need smarter people on your team.
GISBORNE: Oh, and that’s you, is it? Takes off his jacket.
ALLAN: Feigns modesty. Well...
GISBORNE: Hood found you out?
Gisborne tosses his jacket on the bed, steps into the anteroom and takes off his shirt
.
ALLAN: Maybe.
Gisborne thrusts his arms into a clean shirt.

GISBORNE: Don’t insult me.
Steps out into the room and pulls the shirt over his head.

ALLAN: All right. I need your help. I've lost everything ’cause I helped you, so you owe me.
GISBORNE: I owe you nothing. I paid you. Grabs his jacket.
ALLAN: Take me on, Guy, come on.
Gisborne looks at his reflection in the glass
.
You won’t regret it.
GISBORNE: Straightens his jacket. Go and get one of my servants to give you some food.
Turns away from the glass.
ALLAN: Ah, nice. Yeah. Where you off to then?
Allan hands Gisborne his sword. Gisborne swipes the sword out of Allan’s grip.
GISBORNE: Get yourself cleaned up. Come and find me at the castle.
Allan nods as Gisborne leaves.
 

NOTTINGHAM CASTLE. INTERIOR CORRIDOR.
Robin and Marian sneak towards a door.

MARIAN: This is it. The scribe’s room.
Robin and Marian sneak to the door, he puts his bow down by it, then they hear soldiers coming in an adjacent hall. Robin quickly pushes Marian against the columns and presses himself into her as the soldiers walk past.

SOLDIER 1: Come on. Stupid guests. Better get a move on then.
SOLDIER 2: Yeah, down again at the front gate on guard.
SOLDIER 1: Yeah, he doesn't like to be kept waiting, does he?
Robin and Marian relax, then as Marian’s head is still turned following the soldiers’ voices, Robin notices her large hairpin holding up her hair and takes it out. Marian feels her hair fall, reaches back to secure the hairpin and notices it’s gone. She looks at Robin, who’s smiling
.
MARIAN: Robin, this isn't the time.
Robin chuckles, shows her the hairpin, then inserts it into the lock.

Will that work?
ROBIN: Trust me. I've done this before.
MARIAN: With which girl’s hairpin?
Robin chuckles smugly as the door unlocks. He opens the door, grabs his bow and they both enter.
 

SCRIBE’S CHAMBER.
Once inside, they see a podium holding a large sheet of parchment. They step over to it.

ROBIN: Reading: The Great Pact of Nottingham.
Robin and Marian look at each other, puzzled.

Overdub of Robin reading while showing the Black Knights arriving and showing their rings at the gate
. “We, the undersigned, by the affixing of our seals of office and nobility, hereby undertake to remove King Richard from the throne. By his lasting absence from these shores [speaks faster as his anger rises] he has demonstrated a scant regard for the welfare of his subjects—”
This is outrageous!
MARIAN: Continues reading: “We further undertake to replace the said Richard with his brother, John, prince of the realm.”
ROBIN: The Sheriff is making the Black Knights sign their allegiance.
MARIAN: This is a traitor’s charter.
ROBIN: Skimming further on Looks like the Sheriff has made some new friends. Points to names on the parchment. Buckingham, Spencer...
MARIAN: Also looking at the names Winchester? Surely not. He’s an old friend of my father.
Robin and Marian look at each other, pondering this, then hear a door slam.
 

INTERIOR CORRIDOR, OUTSIDE THE SCRIBE’S CHAMBER.
The Sheriff and Gisborne walk briskly down the corridor
.
SHERIFF: When the pact is signed, there can be no going back for our friends. Chuckles. You know something? I may change the habit of a lifetime and enjoy this party.
They are startled by the open door. The Sheriff puts his finger to his lips, looking at Gisborne, then quietly goes in as Gisborne draws his sword
.

SCRIBE’S CHAMBER.
The Sheriff turns around to Gisborne and holds out his hands
.
SHERIFF: Nobody here. Walks across to the podium, wondering, then sees the document. Look at this. The colour, the detail, the tone texture. This man was a true artist. Sorry I killed him now.
Gisborne looks puzzled
.
A clue... shakes head and mouths “no.” Sheriff chuckles as Gisborne smiles. Door.
Gisborne walks to the door and pulls it shut to reveal Robin and Marian safely in the hall.
 

CORRIDOR.
Marian breathes a sigh of relief before Robin urges her to leave
.
ROBIN: Go, go!

NOTTINGHAM CASTLE. DUNGEONS.
In Edward’s cell, Robin is dressed as a monk, kneeling in front of a likewise kneeling Edward, with hands clasped, and Marian, who grasps a cross around her neck.

All whispering
:
EDWARD: I cannot believe Winchester would willingly be involved in this revolt.
ROBIN: Winchester controls the south coast. The Sheriff wants to intercept the King’s landing.
EDWARD: But Winchester. I’ve know him since we were boys.
MARIAN: The Sheriff must have got to him.
ROBIN: Thinking for a moment. Good.
MARIAN: Puzzled Good?
ROBIN: If the Sheriff can get to him, then so can I.
Robin glances at Marian and Edward
.
Edward, I’ll be back, and when I get back, I will get you out of this place.
Robin clears his throat to signal the guards, then stands
.
MARIAN: What should I do?
ROBIN: As monk, normal volume but monotone: Be meek and obedient, my child. Whispers: Until I know

SHERWOOD FOREST. ROAD. 
A coach and and escort of horsemen travel down the road. The way is blocked by a fallen log and the coach stops. Winchester pokes his head out.

WINCHESTER: Why have we stopped? Sees the log. Ah. Move it!
The men dismount.
 

INSIDE THE COACH.
Winchester sits back in his coach. Robin is sitting opposite him.
ROBIN: My Lord Winchester. I am a friend. I know you’re coming to Nottingham to sign the Sheriff ’s pact.
WINCHESTER: I don’t know what you’re talking about.
ROBIN: Leans forward to let the sunlight illuminate his face. My name is Robin Hood. We haven’t got time for games.
WINCHESTER: Robin, forgive me. I... I have to be careful.
Winchester’s men start to move the log.

ROBIN: We have a mutual friend, Sir Edward, the former Sheriff of Nottingham?
WINCHESTER: Edward. How is he?
ROBIN: He’s in the Sheriff’s dungeons.
WINCHESTER: Good God! Well, what can we do?
ROBIN: First, we need to kill this pact. Spencer and Buckingham are signing under duress, too. Now if at the moment of signing you were to refuse, the Black Knights would lose faith, and the Sheriff’s pact would be history.
WINCHESTER: That’s dangerous. The Sheriff would turn his men on me.
ROBIN: That’s where I come in. You need support.
Winchester’s men slowly move the log out of the way
.
WINCHESTER: Forgive me. I’m-I’m-I’m a peace-loving man. I want only stability and the Sheriff and his knights are offering me that.
ROBIN: What they don’t know is that I've already sent a messenger to the King, Roger of Stoke. By now the King will already know about this plot. When he returns to England, the first thing he’ll do is crush the Black Knights. If you love peace, do anything, but do not sign the Sheriff ’s pact.
WINCHESTER: Thinks a moment. Uh-huh. Count me in.

SHERWOOD FOREST. OUTLAWS’ CAMP.
Will is polishing a harp-shaped piece of wood. Behind him, Much is napping on the bed. Robin arrives.

ROBIN: Right, lads. Steps up into camp. Work to do. Hands his bow to Djaq. We’re going to the castle.
WILL: Why?
ROBIN: Why? To save England, Marian and her father. The Sheriff is having a celebration for the King’s birthday except it’s really a celebration for the Black Knights signing the pact. Will, you need to find us a way of getting into this party.
WILL: I've already done it.
ROBIN: How?
WILL: Stands. The castle announced this party weeks ago...
ROBIN: Yeah?
WILL: ... put out a call for entertainers and players. And it gave me an idea and... I've been busy. Drops his rag. It’s a harp.
Robin nods and Will smacks off the crosspiece. Robin laughs and takes the remaining piece.

ROBIN: It’s a recurve bow.
Will smiles and hands Djaq a flute
.
WILL: Djaq, it’s a flute.
Djaq takes it, but Will holds its end and pulls out her short sword.

DJAQ: Smiles. Hah!
MUCH: What’s this do?
WILL: Much! Don’t tou—
Much blows into a smaller flute and a dart shoots out its end, just missing Little John’s head, who quickly ducks sideways. Much is wide-eyed. Little John glares at him.

MUCH: Sorry.
WILL: This is for you.
Will presents Much with a round lute and turns it around. Its back is Much’s shield. Will smiles. Much gives a high-pitched laugh.

ROBIN: Will, you’re a genius... and a magician.
DJAQ: You’re brilliant.
Will stands, smiling humbly
.
MUCH: Admiring the sword in the lute’s neck. You crafty craftsman.
Djaq pulls her sword in and out of the flute.

LITTLE JOHN: Feeling left out What about me?
WILL: Ah. Reaches back for some bells tied onto bits of colourful rags.
Smiling
: These are for you. Tosses them to Little John.
LITTLE JOHN: Catches them. Bells? What do they do?
WILL: Oh, they’re... they’re just bells.
LITTLE JOHN: Disappointed. Crosses his arms. Thanks.

NOTTINGHAM CASTLE. COURTYARD.
Winchester’s coach enters with a fanfare. The Sheriff enters the courtyard.

SHERIFF: Delighted to welcome Harold of Winchester...
Marian waits on the top step near the cloister in her new dress.

Gisborne joins her.

...to join our celebrations for the King’s birthday.
GISBORNE: Thank you, Marian.
The Sheriff chuckles as Winchester shakes his hand.

SHERIFF: Quietly to Winchester: We sign in one hour.
WINCHESTER: Marvellous.
MARIAN: I was ungrateful earlier. I’m sorry.
GISBORNE: I was overbearing.
WINCHESTER: Could I have a word in private with you first? And I’d like to talk to your predecessor, Sir Edward, if I may.
SHERIFF: Grinning Yes, well, Sir Edward is, how shall I put it, indisposed.
WINCHESTER: In what way?
SHERIFF: He’s in the dungeons.
WINCHESTER: Facetiously No, really?
SHERIFF: He’s loyal to the King. Chuckles. And also a right royal pain in the derriere.
WINCHESTER: I’d still like to talk to him if you have no objections.
SHERIFF: Yes, well, it can be arranged.
Winchester pats the Sheriff’s arm.

Gisborne will show you to your quarters. Turns to go inside.
to Gisborne as he passes:
Keep an eye on him.
Winchester spies Marian and stares
.
GISBORNE: This way, my lord.
Winchester stares at Marian, who smiles slightly, confused by his attention.

My lord... this way.
WINCHESTER: Ah, yes.
Gisborne and Winchester walk past Marian, who is still wondering what Winchester was staring at
.

NOTTINGHAM TOWN. OUTSIDE THE MAIN GATE.
The gang are wearing crazy hats and ribbons of colourful rags decorate their clothes. The soldiers are checking for weapons before letting anybody inside the gate
.
SOLDIER 1: Security check. No knives, no weapons in the castle.
The soldier hands the large flute back to Djaq.

MUCH: We’re the band, the minstrels.
Much hands his lute to the soldier. The soldier turns the lute over as Little John looks around and sees Allan coming on horseback.

LITTLE JOHN: Whispers Will, Allan.
The gang turn their backs to Allan as he rides by dressed in black.

ALLAN: to another soldier at the gate: I’m Sir Guy’s man. Can you let me pass?
SOLDIER 2: Steps aside. In you go.
Robin looks at Djaq
.
DJAQ: What’s he doing here?
ROBIN: He’s being Sir Guy’s man.
MUCH: Unbelievable.
WILL: Did you see what he was wearing?
MUCH: Unbelievable.
Soldier 1 has broken a piece off the handle of the lute, revealing
the sword.
SOLDIER 1: Demanding Whose is this?
The gang look up. Djaq gasps.

I said, whose is this?
WILL: It’s mine.
SOLDIER 1: Normally Oh, a bit’s come off. Sorry.
Soldier 1 hands the lute and the broken piece to Will.

WILL: Takes the lute. That’s all right. I’m good with wood. Smiles at the soldier, then makes a stern look at Much.
The gang pass through the gate. Little John taps his staff by the soldier.

LITTLE JOHN: Er, bells, mate.

NOTTINGHAM CASTLE. INTERIOR CORRIDOR. NEAR THE KITCHENS.
The gang walk down to the kitchen area, passing a large cake cut into the shape of Great Britain and Ireland. Robin takes off his ribbons.
ROBIN: You know what to do. I’m off to see Winchester. Wait here.
Will taps Much’s shoulder and jerks his head at the cake
.
MUCH: Oh. Ha. Chuckles and glances at Djaq. Cake.

INTERIOR CORRIDOR.
Gisborne walks down the corridor. Allan is waiting by a pillar.

Gisborne stops, turns and chuckles.

ALLAN: What?
Gisborne sighs.

I had to put something on, didn't I?
GISBORNE: I suppose you want me to introduce you to the Sheriff now, do you?
ALLAN: Yeah.
GISBORNE: Points. Wait through there.
Allan stares as Gisborne leaves, then looks down at his outfit
.

NEAR THE KITCHENS.
A castle servant leads the gang.
SERVANT: Go in there and get yourselves ready.
MUCH: Er, of course. We’ll, er... we’ll go in there and... tune up.
Opens the curtains and sees Allan in there, waiting. Drops the curtains.

Whispers to Little John
: We can’t possibly go in there... Allan.
SERVANT: Why not?
MUCH: We, er, never share dressing rooms.
SERVANT: You are already dressed.
MUCH: It’s a principle. We’re artists.
The servant doesn't react. Much nods at Little John.

He’s the drummer.
The servant turns to lead them to another place
.

NOTTINGHAM CASTLE. WINCHESTER’S CHAMBER.
ROBIN: My men are safely in the castle.
WINCHESTER: I heard you could walk through walls. I’m impressed.
ROBIN: Your meeting will no doubt take place in the war room. I’ll be there.
WINCHESTER: It’ll be strictly Black Knights only. No aides or entourage.
ROBIN: Then I shall be a Black Knight. Circles behind Winchester.
WINCHESTER: Confident.
ROBIN: Chuckles. Determined. My men will be waiting outside the war room. When you've said your piece, I’ll cover for you. You run. My men will secure your safe exit.
WINCHESTER: Thank you. But what about you?
ROBIN: Well, I can walk through walls, remember? Good luck.
WINCHESTER: You, too.
ROBIN: And thank you.
Winchester watches Robin leave the room
.

NOTTINGHAM CASTLE. DUNGEONS.
Gisborne is escorting Winchester to see Edward. Before they reach him, Winchester asks a question.

WINCHESTER: Tell me something, what do you know about a messenger sent by Robin Hood to the King telling him of our plans?
GISBORNE: Roger of Stoke? Oh, don’t worry about him. He got lost en route.
WINCHESTER: Well done.
Gisborne points to Edward.

If I might be allowed to speak to Sir Edward in private?
Gisborne nods as the cell is unlocked.

Feigned sympathy for Edward as he enters the cell
: Edward.
EDWARD: Harry! My old friend.
Edward stands and hugs Winchester.

WINCHESTER: What has happened to you? Sit down. I've, er, had a visit from a friend of yours?
EDWARD: Robin. Excellent.
WINCHESTER: He advised me not to back the wrong horse.
EDWARD: Mm-hm.
WINCHESTER: Sighs. But then I look where you've ended up.
EDWARD: Harry?
WINCHESTER: I could back you, Edward, and end up stuck in a cell with vermin. Or I could back the Sheriff and just get richer and more powerful. Rats or riches? Sucks in air through the corner of his mouth. Sarcastically: It’s a tough choice.
EDWARD: Harry, you cannot sign the pact.
WINCHESTER: Oh, I will sign the pact.
EDWARD: You are mad if you think you can trust the Sheriff.
WINCHESTER: Trust? No-no-no. I don’t trust anyone. You taught me that, when you stole the woman I loved. Motions to the Jailer. Jailer?
EDWARD: Frowns. Kate? She chose me, Harold. I didn't steal her.
The Jailer unlocks the cell.

WINCHESTER: You know, I was just thinking of her. I thought I saw her outside just now, a young woman, the very image of  Kate... Feigns a realisation: She’s your daughter! Of course. She’s her mother’s double. Well done, Edward. We wouldn't want her inheriting your looks now, would we?
Winchester steps out and the cell door closes behind him. He turns back to Edward
.
Oh, oh, oh, oh, oh. I've just had an idea. If I couldn't have the mother, hm? What’s her name, hm? Your little precious pea?
EDWARD: No.
WINCHESTER: No? Now that’s not her name now, is it? Backs away from the cell.
EDWARD: No. Harry, she’s got nothing to do with this. Please!
WINCHESTER: to the Jailer: I don’t think he likes me anymore.
EDWARD: Please!

NOTTINGHAM CASTLE. WAR ROOM.
The Sheriff is looking at the map with a pointer in hand. Bowls of fire sit spaced around the circumference of the table. The door opens and Winchester and Gisborne enter
.
SHERIFF: Harry. You wanted, erm... a word?
Winchester circles to face the Sheriff over the map.

What was the word?
WINCHESTER: Sussex.
SHERIFF: Sussex.
WINCHESTER: Sussex.
SHERIFF: Sussex. Hm.
WINCHESTER: I want it.
SHERIFF: Sussex?
WINCHESTER: Nods. I hold the key to the success of your plan. It’s come to my attention that Buckingham and Spencer are nervous.
SHERIFF: They’ll do as they’re told.
WINCHESTER: Circles the map. Not if they see me falter. Not if they think you don’t have access to the [points to the map] south coast where King Richard’s most likely to land. I have therefore decided my price for helping you  is Sussex.
Feigns remembering
: Oh, and some of Surrey. Faces the Sheriff.
SHERIFF: Thinks, then smiles. Ahhhhh... Harry. Laughs.
Winchester laughs. Gisborne smiles.

Very good, very good. Almost had me there.
WINCHESTER: Suddenly serious: No, I’m serious. If you want this pact signed today it will cost you Sussex... and some of Surrey.
SHERIFF: Surrey?
WINCHESTER: And the girl.
SHERIFF: What girl?
WINCHESTER: Ahhhhh, Marian.
GISBORNE: No!
SHERIFF: Shut up.
WINCHESTER: You still gain, by my calculations, Warwick, Lincoln and Cambridge. And, er, some of Surrey. Oh, and I have something to offer you. A little bonus, a little [kisses his fingertips] sweetener. Still, if you’re not playing...
Walks around the table and waits.

The Sheriff thinks as Gisborne glares at him. The Sheriff and Winchester stare at each other a long, quiet moment, then the Sheriff steps to Winchester. They both chuckle.

SHERIFF: You... get Sussex. Puts the pointer on Winchester’s shoulder. I keep Surrey.
WINCHESTER: Oh, you drive a hard bargain. Sighs. It’s a deal.
GISBORNE: Marian stays.
WINCHESTER: Not negotiable, sorry, it’s a personal thing. I won’t bore you with the details.
Gisborne shakes his head.

SHERIFF: The girl and Sussex and then you sign.
WINCHESTER: Pleasure doing business with you.
GISBORNE: My Lord?
SHERIFF: Harry?
WINCHESTER: Hm?
SHERIFF: What was the sweetener?
WINCHESTER: Later. You’ll like it. Leaves.
GISBORNE: You cannot give him Marian!
SHERIFF: At the top of his lungs: I have lost Sussex! Sussex! And all you can do is [throws the pointer on the table] bleat about a girl? I want a hanging!
GISBORNE: In disbelief: What?
SHERIFF: Find me somebody to hang. I want to see somebody twitch!
The door opens
.
SOLDIER: My lord, this man said you were going to see him.
Allan steps in and Gisborne roars at him.

GISBORNE: Not now!
SHERIFF: Points at Allan. He’ll do.
ALLAN: For what?
SHERIFF: Hang him.
ALLAN: What?
GISBORNE: No, this man works for me.
SHERIFF: So?
GISBORNE: So he was my spy in Hood’s camp.
SHERIFF: Was?
GISBORNE: Hood found him out.
SHERIFF: Well, he’s served his purpose, hasn't he? Goes to the door.
GISBORNE: My Lord, he might still prove useful.
SHERIFF: Turns back around into Gisborne’s face. You are not listening to me, Gisborne! Now you go and find that lady leper friend of yours and you take her to see the nice Lord Winchester. Then you bring him [points to Allan] before me with a hood over his head!
Gisborne turns away, distraught
.
ALLAN: to the Sheriff Hang on a minute. I’m on your team now.
And I can help, honest. Guy?
SHERIFF: to Gisborne La... turns to face Allan... di-da-di-da.
Glances at Gisborne and leaves
.
ALLAN: Guy?
The soldiers grab Allan
.
Hang on, just let me say something here, right? Gisborne, come on, you can’t be serious.
GISBORNE: Just take him away.
ALLAN: What? Guy, what are you doing?
The soldiers drag him away.
 

NOTTINGHAM CASTLE. DUNGEONS.
Robin, dressed as a soldier, comes downstairs with a tray of food for Edward.

ROBIN: Psst.
EDWARD: I’m not hungry.
Robin pulls off his face-mail. Edward stands.

Robin! Thank heavens.
ROBIN: Shh. I haven’t got much time. The Sheriff is about to have his meeting and Winchester is going to refuse to sign. Now there’ll be absolute chaos, and in that chaos I intend to come down and get you out.
Edward just stares at Robin. Robin glances behind him, thinking he’s being overheard
.
What?
EDWARD: Winchester is going to sign.
Robin is shocked.

He’s a traitor.
ROBIN: A traitor?
EDWARD: And he wants Marian.
ROBIN: Marian? What for?
EDWARD: Revenge... against me.
ROBIN: What?
EDWARD: He thinks I took his woman. So he’s going to take my daughter.
Robin sets his lips and stares at nothing, thinking.

Robin?
ROBIN: Then I have no choice.
EDWARD: What? What are you going to do?
ROBIN: Leans in and taps Edward’s hand on the bars. Godspeed, Edward. Leaves. 

NOTTINGHAM CASTLE. MARIAN’S CHAMBER.
Marian sits at the table. Gisborne opens the door
.
MARIAN: Guy? Hastily puts her note in the box. At least do me the courtesy of knocking—
GISBORNE: Interrupts: Get your possessions. You’re leaving.
MARIAN: What?
GISBORNE: Now. Enters and circles Marian.
MARIAN: Why?
GISBORNE: Winchester’s made a deal with the Sheriff. You've become part of a negotiation.
MARIAN: Pardon?
GISBORNE: Leans over her. Winchester wants you.
MARIAN: Turns in her chair to face him. Firmly: Tell him he can’t have me.
GISBORNE: The Sheriff has agreed. I cannot protect you. Goes to the door, then turns back. Marian, listen to me. You have to run, now.
MARIAN: Stands. I can’t. My father.
GISBORNE: I will take care of your father.
MARIAN: I cannot leave him.
GISBORNE: Marian, why do you always resist me? I’m attempting to help you!
MARIAN: I know. I can see that and I’m grateful.
Gisborne sets her portmanteau on the table.

GISBORNE: If the Sheriff knew I was doing this, my own life would be in danger. Grabs some of Marian’s clothes.
MARIAN: Why do you work for him?
GISBORNE: Pauses. I have nobody. Shoves the clothes into the bag.
MARIAN: So you choose him? Takes out the clothes.
GISBORNE: So I choose power. More clothes into the bag. He is my route to position, standing.
MARIAN: Takes out the clothes. He’s mad, you know that.
GISBORNE: He is single-minded. He does not allow distractions to divert him from his course.
MARIAN: Distractions? Like a little humanity?
GISBORNE: Humanity is weakness.
Gisborne turns to the armoire. Marian grabs his arm.

MARIAN: You don’t believe that.
GISBORNE: You must leave this place.
Marian shakes her head.

This money [puts a purse in her hand] will secure your passage and I've instructed a man on the west gate to let you out. Marian...
Gisborne caresses her hair, puts his hand on her cheek, then kisses her cheek
.
Good luck. Turns to the door. Go! Opens the door and backs into the doorway. Now!

INTERIOR CORRIDOR. OUTSIDE MARIAN’S DOOR.
Gisborne closes Marian’s door and the Sheriff is standing right behind him.

SHERIFF: Excellent.
Gisborne stops and slowly faces the Sheriff.

Steps slowly towards Gisborne
: Taking the lady to see her new lord.
GISBORNE: My Lord, I...
SHERIFF: As my lieutenant, Gisborne, you sit at the right hand of the father. You will share in the fruits of our labour.
The Sheriff puts his hand round the back of Gisborne’ neck.

You will be a god amongst men.
Slowly whispers: As long as I can trust you. Stares in Gisborne’s eyes. Take Lady Marian to Winchester.
GISBORNE: Voice cracking: Mm-hm.
SHERIFF: Mm-hm.
The Sheriff wipes a tear from Gisborne’s eye with his thumb.
 

NOTTINGHAM CASTLE. NEAR THE KITCHENS.
The gang are waiting impatiently for Robin to return. Djaq fingers her flute as she sits next to Will. Much is flirting with a maid. Little John stands watching Much, arms crossed.

MUCH: Er, this? Turns his lute around to the shield. Oh, well, er... Tunisian, actually. Yeah, we, er... we tour all over the place. Er, London, Lincoln, er... Hull.
Robin hurries in
.
ROBIN: Right. Come on.
Will picks up his lute from the floor.

MUCH: Er, I’m in the middle of something here.
ROBIN: Agitated We have to go warn Marian. Now come on.
Robin leaves and Little John, Djaq and Will follow him
.
MUCH: Marian? Looks at the maid and chuckles.

NOTTINGHAM CASTLE. MARIAN’S CHAMBER.
Marian is shoving things into her portmanteau: clothes, jewellery, dagger. She finds a curved, jewelled knife and puts it into her hair-knot. She opens the door with the bag over her shoulder and Gisborne intercepts her.

MARIAN: Guy.
Gisborne has a strange look of distress.

GISBORNE: Marian.
Marian looks at him expectantly.

I’m sorry.
Marian frowns, not understanding. Gisborne nods to his men. 
 
Sheriff ’s instructions.
The men grab Marian.

MARIAN: What? Get off.
Gisborne turns away.
 
Guy! Get off me! Get off me! Tries to pull away. Guy!

NOTTINGHAM CASTLE. WINCHESTER’S CHAMBER.
In his Black Knight’s cloak, Winchester looks in the mirror. There’s a knock on the door.
 
WINCHESTER: Enter!
The door opens and Marian is pushed inside in, shackles on her wrists and ankles
.
Ah, the icing on my cake. Daddy’s little girl.
MARIAN: I will not be treated like this. Holds up her shackled hands. 
WINCHESTER: You’re quite right. These handcuffs and leg irons, can they be made a little tighter?
MARIAN: How dare you!
WINCHESTER: Oh, gag her, for God’s sake. She’s pretty till she talks.
Leaves. to Gisborne
: To business. Come along!
Marian looks back, silently pleading to Gisborne. He turns helplessly away and closes the door. Marian tries to pull off the cuffs.
 

NOTTINGHAM CASTLE. MARIAN’S CHAMBER.
Robin runs to Marian’s chamber and bursts in.
ROBIN: Marian? Puts his bow on the bed and looks around. She’s not here.
MUCH: What’s the problem?
ROBIN: I wanted to talk to her before... Sits at the table.
MUCH: Before what? What do we have to warn her about?
Robin sits, staring, then opens the box on the table and pulls out a small piece of parchment.

Robin?!
DJAQ: Admonishingly: Much.
Much looks at her and she shakes her head. Robin starts to write on the parchment.
 
ROBIN: “My dearest Marian.
Overdub: I fear we may not meet again... in this life...
The Black Knights walk towards the war room
.
“... For the things I did wrong, for the things I am about to do... tears fall as he writes... but mostly for the life, the love we could not have, I am truly sorry.”
Robin sniffs and rolls up the parchment. Quietly, solemnly
: I want you to give this note to Marian.
MUCH: What for?
ROBIN: Stands, leaving the note on the table. There’s been a change of plan. I want you to wait here for her.
MUCH: Aren't we supposed to help you and Winchester escape?
WILL: Yeah, after the showdown?
ROBIN: I’ll deal with Winchester. Use the distraction to go down to the dungeons to release Sir Edward. Then take him and Marian to the forest. I’ll meet you there.
DJAQ: How are you and Winchester going to escape? If the castle guards find you—
ROBIN: Interrupts Just do as I say. Please. I want you to give me your word.
Djaq nods. Robin looks at Much and Little John, who both nod
.
Good.
Robin steps to the door, sniffling, then turns around
.
And thank you, my friends.
Looks at each one in turn, then leaves.

INTERIOR CORRIDOR.
The Black Knights make their way to the war room, one by one.

Robin steps in front of the last one.
 
ROBIN: I have a message for you... from King Richard.
Robin punches out the man and drags him away.
 

NOTTINGHAM CASTLE. MARIAN’S CHAMBER.
Little John sits on the seat under the windows. Will sits in the chair, back from the table, his feet up, and fiddles with a ribbon. Djaq leans on the table. Much paces
.
MUCH: Sighs. I don’t like this. I hate it. It doesn't make sense. If Marian’s in danger, we should be looking for her! Robin’s up to something.
Sighs, sees Robin’s note on the table and grabs it.
DJAQ: No! You cannot open people’s private letters.
MUCH: Sighs and looks at Will. Will?
WILL: Shrugs. John?
LITTLE JOHN: Read it.
Much looks at Djaq triumphantly and unfurls the note. He looks at it, then hands it to her.

MUCH: Read it for me?
Djaq hesitantly takes the message and reads
.
DJAQ: “My dearest Marian. I fear we may not meet... again... in this life... ”
Will looks up. Little John comes over.

MUCH: What?
DJAQ: “We are both to be betrayed by Winchester.”
Overdub by Robin continues:

ROBIN: “I cannot allow it. ”

KITCHENS.
Robin, dressed as a Black Knight, shoves knives into sheets tied around him under his cloak.

“All the Black Knights will be gathered together. Winchester, Durham, Rotherham, and the rest of the Sheriff ’s traitorous gang. ”
Robin looks up, sighs and frowns, unhappy with his “choice.”

“I may never have the chance again. ”
Robin puts up his hood and closes his cloak.

“And I cannot allow this opportunity to pass. ”
Robin steps out of the room with a mask over his mouth and walks down the corridor.

“I must kill them. ”

WAR ROOM.
Robin, at the door to the war room, raises his hand to show his ring.

“I only hope you remember me well and forgive the brutality of what I’m going to do. If England is to live... ”
Winchester sits in his place in the circle.

“... they must die. And so, I fear, must I. ”
Robin sits in his place in the circle
.
“Go to the woods to fight again. Go with my lads. I will see you in heaven.
SHERIFF: Let the walls enclose us.
The doors slam shut.

ROBIN: “Goodbye, my love.”
Robin eyes the Black Knights across the room from him, planning his strategy. Between them is a large round table, bowls of fire spaced around its perimeter, the pact waiting at the edge near the Sheriff.

SHERIFF: My friends, we are a brotherhood of steel. Outstretches his arms, fists clenched. And our time has come. As a sign of my unbending fastness to the cause, I, Vaizey, Sheriff of this shire, do add my name to the Great Pact of Nottingham. Picks up his seal. And I do make my mark. Places the seal on the parchment. Next to add his name, the Lord Winchester.
Winchester stands, Robin watching. Winchester pushes back his hood and steps to the Sheriff
.
WINCHESTER: As a sign of my unbending fastness to the cause, I, Harold, Lord of Winchester, do add my name to this Great Pact... pours wax... of Nottingham. Holds up his ringed hand. And I do make my mark. Presses the ring to the wax.Robin pulls off his mask and jumps onto the round table.
ROBIN: Traitors!
Gisborne draws his sword.

SHERIFF: Robin Hood!
Robin throws off his cloak, pulls out two knives and throws them simultaneously to his left and right, hitting two Black Knights squarely in their chests. He throws two more, one at a time, to his right as those Knights are drawing their swords, then one more to his left as he raises his sword.

Robin pulls out another knife and throws it at the Knight slightly to his right. Winchester appears stunned.

ROBIN: Winchester, the death of every man in this room is on your head.
Robin throws a knife into Winchester’s chest, then simultaneously flips out his last two knives, one in each
hand.
Sheriff, Gisborne, say your prayers.
Robin throws both knives at them. Gisborne falls back
.
SHERIFF: Gasps: Hood, forgive me.
The Sheriff falls to the floor. Both he and Gisborne appear to be dead. Robin stands on the table, breathing heavily, and looks around at all the bodies on the floor. He hangs his head, takes several breaths, then puts his hands over his face and sighs deeply.

The Sheriff, Gisborne and Winchester suddenly sit up, laughing.

Robin is stunned. The Sheriff indicates the knife protruding from his chest.

Guards!
Robin closes his eyes and hangs his head, utterly devastated that
his effort has been wasted and his mission has failed. The doors burst open and soldiers surround the table. The Sheriff pulls the knife out of his chest and looks at it, turning it over.
Thank you, my lord Winchester. Holds up the board that was under his clothes, protecting him. A very good little sweetener indeed.
WINCHESTER: My pleasure.
SHERIFF: Gisborne, don’t hang you boy. I've got a better idea. Cake on the terrace, gentlemen.
Robin looks around, still stunned
.

NOTTINGHAM CASTLE. INTERIOR CORRIDOR.
The gang are running through the corridors, Much first
.
MUCH: Muttering: If he dies, I die. If he dies, I die.
Two soldiers suddenly appear in front of them
.
SOLDIER: Halt! Been looking for you.
The gang stop, surprised
.
MUCH: What? How come?
SOLDIER: The Sheriff want musicians outside. They caught Robin Hood.
Much and Djaq exchange glances
.

NOTTINGHAM CASTLE. COURTYARD.
A drum rolls as the gang, with their instruments, step up on a stage set up in the archway near the portcullis. Much sees Robin and Allan standing on either end of a plank which has been stretched across an enormous black vat of black pitch in the middle of the courtyard. A fire crackles underneath it. Robin sees the gang, then looks angrily at Allan, who stares back.

A fanfare plays. The Sheriff and Gisborne step out from the main doors. The Black Knights are sitting on either side of the door and a chair is waiting for the Sheriff in the middle.

SHERIFF: Behold the outlaw, eh? The, er... invincible [chuckles as he weighs his hands] and legendary Robin Hood.
Marian, cuffed, is standing next to Winchester in the cloister, watching
.
And his friend, Allan A Dale.
Robin glares at Allan, who looks sadly back at him
.
How fitting then, that these two renegades, these enemies of the law, which make them enemies of good King Richard himself, should provide us with entertainment on this, the day of the King’s birthday, eh?
Chuckles, claps his hands and rubs them together
.
Thank you, legendary Robin Hood. Laughs.
Robin glares at the Sheriff.

Now the game is very simple. Fight, or fry! Sits down.
Hm? And of course the winner gets his freedom.
Quickly puts his hand to his mouth and says quietly
: Not.
Clears his throat
. Cake! Enjoy. Laughs.
Robin and Allan each pick up a heavily padded club from his end of the plank. The Sheriff picks off a piece of cake and puts it in his mouth
.
Mm.
A soldier pokes Robin with his halberd
.
Poke him! Poke him!
Robin is forced to shuffle towards Allan.

ROBIN: Quietly: You don’t have to do this, Allan. Don’t give them the satisfaction. Even if you do kill me, they won’t let you go.
SHERIFF: Come on, poke him!
ALLAN: You know, if you had listened, you might have understood. You should have given me a second chance, Robin.
Robin is poked by the halberd. He glances quickly at his feet and Allan swings his club at Robin’s head. Robin ducks, stepping back. Allan advances and brings down his club but Robin blocks it with his, one hand on each end of his club.

Marian watches, worried.

Robin tries to push back Allan’s club, but Allan butts him in the chest with it. Robin is forced to step backwards.

ROBIN: How did you get to be so low?
ALLAN: That was always your problem, Robin, so high and mighty, eh? So much better than everyone else.
ROBIN: No, just better than you.
Robin swings at Allan’s shoulder but Allan steps back to avoid it. Robin swings again and Allan ducks, losing his
balance.
Marian is still watching.

Robin looks like he will swing at Allan’s feet, but Allan swings at Robin’s instead and misses. Allan comes back for another swing, stepping towards Robin. Robin blocks it and butts Allan with his club. Allan jumps back, almost falling.

SHERIFF: Careful!
Allan swings, Robin blocks it low, then twists his club up and around to the other side, taking Allan’s club with it. Robin swings for Allan’s head and Allan steps back, losing his balance. Robin sets himself, ready to go on, then sees Marian watching, her wrists cuffed and standing next to Winchester, who is leaning into her, enjoying his cake and his power over her. Robin’s gaze lingers too long and Allan sees that he is distracted and swings hard. Robin sees Marian’s eyebrows go up in a silent warning and turns his attention back to Allan, pulling his club over his head to block, but Allan easily knocks it out of his grip at that odd
angle and Robin’s club falls into the pitch below. Robin is forced to catch his balance.
Ah! Well, it looks like our little Robin Redbreast is just about to become fried chicken! Laughs.
Robin gets set to fight Allan with both hands up. Allan feigns a jab and Robin steps backwards, but is poked forward again by the halberd.

Oo, I like this. Yes, very good.
The gang are watching, helpless to interfere. Marian looks on, worried. The Sheriff motions to the gang.

Music!
Much looks up at the Sheriff, pulls out the small flute and looks at Little John.

MUCH: I’ll give him music.
Little John nods. Much blows a dart at the neck of Robin’s poker, then Allan’s.

SHERIFF: Outlaws! Get them! Throws his cake at the guards.
The soldiers gather. Much and Djaq pull their swords from their instruments.

MUCH: Charge!
Robin looks back and sees his gang charging and his guard on the ground. Little John butts a soldier with his staff.
Robin jumps down from the plank.

ROBIN: Will!
WILL: Robin!
Will tosses the “harp” at Robin and the unnecessary pieces fly off when Robin catches it.

SHERIFF: Stop him!
Djaq ducks a sword and strikes back. Allan jumps off his end of the plank. Will pulls some arrows out and tosses them to Robin. Robin catches them and runs to the gate as Little John battles a soldier. Little John swings his staff, knocking down a guard, and comes face to face with Allan.

ALLAN: John, friends.
Little John punches Allan.

LITTLE JOHN: Traitor!
Gisborne comes down the steps towards Little John.

GISBORNE: Oi!
Little John blocks Gisborne’s sword with his staff.

A soldier approaches Will.

SOLDIER: I let you in but I’m not letting you out.
Little John disarms Gisborne with his staff.

Will raises his small lute. The soldier laughs and takes a swing at Will. Will ducks and smashes the lute over the soldier’s head.

WILL: I told you I was good with wood.
Robin aims an arrow at the vat.

ROBIN: Whispers: Time to disappear.
Robin shoots and the arrow pierces the vat. Hot pitch shoots out the crack.

SHERIFF: What’s he doing?
As Will battles another soldier, Robin lights another arrow from a torch on the wall and nocks it in his bow.

Oh, no.
Robin aims. Little John waves his bells in Gisborne’s face, distracting him, then butts him in the groin. Robin fires at the spilled pitch and it ignites.

ROBIN: This way!
The gang all run for the gate as Gisborne struggles to stand.

GISBORNE: Guards!
The gang gather at the gate as the soldiers try to get the to the portcullis but the fire spreads quickly across the courtyard and blocks their way.

SOLDIERS: Fire! Fire!
ROBIN: Let’s go! Let’s go!
The gang run out into the town, but Robin stares at Marian, who is smiling at him, before running away.

GISBORNE: Guards!
Gisborne leans in pain against the wall. The Sheriff is slumped over the arm of his chair, dismayed. Winchester walks over to the Sheriff.

WINCHESTER: Well, you said it’d be entertaining, but that was really something. And once again, gentlemen, it’s a pleasure doing business with you. Turns to Marian and his men.
Bring the girl.
GISBORNE: Marian!
Marian struggles with her chains as she is pulled away
.
Marian! Looks at the Sheriff. I’m surprised you gave in to his demands.
SHERIFF: Stands. I had to get his signature! Quietly: But now... I have his signature.
GISBORNE: I’ll send a squad of men.
SHERIFF: No. No, we do this one quietly.
The Sheriff points to Allan, who is rubbing his cheek.

Bring your boy. Steps away.
Gisborne jerks his head to Allan to follow. Allan does so slowly.

Winchester goes down the steps to his coach. Two cloaked men in black wait on horses and another by the coach door. The latter helps Winchester inside. Marian is already waiting in the coach. The footman folds up the steps.

WINCHESTER: Home!
The outriders start forward and the coach follows. Marian sits with her head hanging.

SHERWOOD FOREST. A ROAD IN A CLEARING.
The gang are waiting off the road to intercept the coach and rescue Marian
.
WILL: Here they come.

INSIDE THE COACH.
Winchester grips Marian’s chin.

MARIAN: Get your hands off me.
WINCHESTER: Spirit... just like your mother.
Marian pulls her head off his hand.

THE FOREST.
ROBIN: Will, you take out the two outriders. Much, John, Djaq, you cover me while I rescue Marian.
The coach stops.

MUCH: What are they doing? They’re stopping.
Robin frowns.

Winchester kicks down the steps.

WINCHESTER: Why have we stopped?
The outriders turn their horses around, one to either side of the coach. The Sheriff pulls back his hood and faces Winchester.

Surprised
: It’s you!
SHERIFF: Yes, me.
Gisborne, hooded, comes up behind Winchester
.
Did you really think I would just smile and let you have Sussex? Chuckles.
Gisborne removes his hood.

A clue:... Shakes his head. No.
Gisborne taps Winchester’s shoulder, curved dagger in hishand. Winchester turns around.

WINCHESTER: Hm?
Gisborne stabs Winchester as the Sheriff “ooh”s. Marian can see what’s happening from the coach.

Robin and the gang are still watching from the trees. After the surprise revelation of the visitors, Robin remembers his mission.

ROBIN: Marian!
Robin runs off through the trees around the back of the coach.

Gisborne lets Winchester fall as Allan, the footman, holds his horse.

SHERIFF: A little sweetener for you. A little bonus.
Gisborne helps Marian out and unlocks her shackles. Marian is staring at Winchester.

GISBORNE: You’re safe now, Marian.
MARIAN: Thank you. Looks at the Sheriff.
Robin has run around to the far side, bow in one hand, arrows in the other. As he arrives, Marian is sitting behind Gisborne on his horse and the Sheriff is turning his horse around behind them. The Sheriff looks at Gisborne and Marian as he passes them to take the lead.

SHERIFF: Sweet. Very sweet.
They ride off, Robin watching wide-eyed. Marian looks back and sees him, but can do nothing.

SHERWOOD FOREST. OUTLAWS’ CAMP.
A mud-like stew bubbles in a pot over the fire. Much sighs and bangs his spoon on the lip of the pot. A bit of the ribbon decoration still hangs from his temple. The rest of the gang poke at the food on their plates.

LITTLE JOHN: What?
MUCH: I’m trying to think of the good bit.
Little John sighs.

Even on a bad day there’s always something good. Pauses.
What my mother used to say.
Little John starts to take a bite, but Much continues and Little John stops, annoyed.

But today, Winchester’s betrayed us...
Much steps around and hands bread to Robin and Will.

... the pact’s been signed, Allan is “Gisborne’s man”,  Marian’s galloped off...
Much walks back to his kitchen as Djaq shakes her head at him, but he doesn't see her.

I mean, help me out here ’cause I’m struggling!
DJAQ: Much, shut up.
Much spoons himself a bowl and goes to sit on a large root near Robin’s feet.

MUCH: Robin’s alive. That’s a good thing. That’s a very good thing. Because for a minute there that was looking—
ROBIN: Interrupts Shut up, Much!
MUCH: Takes a spoonful. If I may say so—
LITTLE JOHN: Interrupts Much, shut up!
MUCH: Looks around at at them all. We can’t just eat in silence!
Everybody throws their crust of bread at Much.

ROBIN: Shut up, Much!

END OF EPISODE SIX.

Kikavu ?

Au total, 27 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Phoebe0102 
03.07.2019 vers 23h

ladyMorgan 
16.05.2019 vers 10h

schumi 
27.08.2018 vers 22h

stella 
06.07.2017 vers 21h

naadd 
18.04.2017 vers 16h

loveseries 
16.04.2017 vers 13h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Locksley  (28.08.2018 à 09:48)

C'est aussi un épisode que j'adore. Il donne une dimension plus grande à la série car on prend bien la mesure que Vaisey n'est pas le seul ennemi de l'Angleterre mais une pièce d'un puzzle bien plus grand. On voit aussi à quel point Robin est loyal.

schumi  (27.08.2018 à 22:30)
J'ai tout simplement adoré cet épisode... un winchester méchant ça me fait super bizarre en tant que fan de supernatural mais il faut reconnaître qu'il est particulièrement mauvais. Presque aussi retors que le shérif. Voir allan travailler pour gisborne me fait mal au coeur tout comme la bataille avec Robin. Robin est vraiment très touchant dans sa lettre de suicide... d'ailleurs on dirait bien que much ne sait pas lire ce qui est très crédible puisque c'est le serviteur de Robin à la base... Super sauvetage de gisborne que j'ai trouvé à la fois attendrissant et super agaçant... il n'arrive pas à choisir entre le coeur et la raison... Je ne comprends juste pas trop pourquoi Robin et sa bande n'essaient pas de la libérer alors qu'ils sont 5 contre 3 et que je reste persuadée qu'allan pourrait encore nous surprendre en bien cette fois. Et chapeau à much qui a apporté une touche comique à cet épisode assez sombre.

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Découvre le hors-série de notre magazine HypnoMag, consacré à la série Roswell qui fête ses 20 ans !
HypnoMag | Hors-série 20 ans Roswell

Tentez de gagner une HypnoCard Collector Roswell grâce à notre jeu HypnoChance !
Tirage au sort le 15/10 | Collector Roswell !

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Saison 2 de Perdus dans l'Espace : votre cadeau de Noël !

Saison 2 de Perdus dans l'Espace : votre cadeau de Noël !
Vous guettiez l'annonce de la diffusion de la 2ème saison de Lost in Space / Perdus dans l'Espace ?...

The Bay rend ses conclusions ce soir

The Bay rend ses conclusions ce soir
Si vous suivez la série policière The Bay, diffusée sur France 2 depuis le 16 septembre, vous allez...

Nouveau sondage hoodesque !

Nouveau sondage hoodesque !
Il est plus que temps de baptiser la fille (fictive) de Robin et Marian. Dans notre dernier sondage,...

David Harewood fera sa rentrée aux côtés de Supergirl

David Harewood fera sa rentrée aux côtés de Supergirl
Le 6 octobre, David Harewood sera de retour avec la bondinette à jupette (qui l'a rangée dans son...

France 2 part à la découverte de The Bay le 16 septembre

France 2 part à la découverte de The Bay le 16 septembre
Parmi les programmes de rentrée de France 2, la série britannique The Bay est annoncée pour le lundi...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

pretty31, Hier à 21:26

Les jeux d'Halloween vous attendent sur HypnoClap, et quelques chapeaux de sorcières sont encore disponibles pour "Un bonbon ou une cards ?"

pretty31, Hier à 21:26

qui vous permettra peut être de gagner ... Une HypnoCard ^^

Locksley, Aujourd'hui à 11:26

Dernier jour pour vous inscrire au tirage au sort permettant de gagner une HypnoCard Collector Roswell Bonne chance !

serieserie, Aujourd'hui à 15:31

Sortez votre plus belle Plume! L'HypnoPlume vous attend

pretty31, Aujourd'hui à 20:37

Plus que huit chapeaux disponibles pour Un bonbon ou une Cards sur HypnoClap

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site