VOTE | 101 fans

#204 : L'Ange de la Mort

Le Shérif fait encore des siennes ! Avec l'aide d'un jeune scientifique, il crée une arme bactériologique qu'il teste dans les rues de Nottingham. Pendant ce temps, le père de Will est de retour et souhaite voir son fils rentrer avec lui. Malheureusement, Dan Scarlett est tué après avoir accusé le Shérif d'empoisonner la ville. Robin et ses hommes devront trouver un moyen de sauver la population de ce dangereux poison et raisonner Will, parti avec l'intention de tuer le Shérif pour venger son père...

 

Popularité


5 - 2 votes

Titre VO
The Angel Of Death

Titre VF
L'Ange de la Mort

Première diffusion
27.10.2007

Première diffusion en France
05.10.2008

Vidéos

L'empoisonneur est découvert (VO)

L'empoisonneur est découvert (VO)

  

Photos promo

Joseph (Ralf Little) dans le bureau du Shérif

Joseph (Ralf Little) dans le bureau du Shérif

Joseph et le Shérif complotent (Ralf Little et Keith Allen)

Joseph et le Shérif complotent (Ralf Little et Keith Allen)

Robin des Bois a une explication avec le Shérif de Nottingham

Robin des Bois a une explication avec le Shérif de Nottingham

Robin (Jonas Armstrong) prend tout son temps

Robin (Jonas Armstrong) prend tout son temps

Robin assis tranquillement aux côtés du Shérif agonisant

Robin assis tranquillement aux côtés du Shérif agonisant

Le Shérif (Keith Allen) est en discussion avec Joseph (Ralf Little)

Le Shérif (Keith Allen) est en discussion avec Joseph (Ralf Little)

Joseph (Ralf Little) veut des réponses

Joseph (Ralf Little) veut des réponses

Joseph (Ralf Little)

Joseph (Ralf Little)

Joseph brandit son épée

Joseph brandit son épée

Joseph se sent-il mal ?

Joseph se sent-il mal ?

Robin (Jonas Armtrong) est accompagné par Joseph (Ralf Little)

Robin (Jonas Armtrong) est accompagné par Joseph (Ralf Little)

Robin prolongerait bien ce moment avec Marian

Robin prolongerait bien ce moment avec Marian

Marian est réceptionnée dans les bras de Robin (Jonas Armstrong et Lucy Griffiths)

Marian est réceptionnée dans les bras de Robin (Jonas Armstrong et Lucy Griffiths)

Arrivée de Lady Marian par les toits ! (Lucy Griffiths)

Arrivée de Lady Marian par les toits ! (Lucy Griffiths)

Qui Joseph (Ralf Little) menace-t-il ?

Qui Joseph (Ralf Little) menace-t-il ?

Jean (Gordon Kennedy), Robin et Much (Sam Troughton) prennent soin des malades

Jean (Gordon Kennedy), Robin et Much (Sam Troughton) prennent soin des malades

Plus de détails

Réalisateur : Matthew Evans
Scénariste : Julian Unthank

Cast secondaire
Sean Murray ... Dan Scarlett
Christian Cooke ... Luke Scarlett
Hannah Storey ... Sarah
Ralf Little ... Joseph

Dan Scarlett et son jeune fils Luke rendent visite à Will au campement. Dan souhaite qu'il vienne exercer le métier de menuisier à ses côtés, mais Will n’en a aucune envie. Il reproche à son père de ne pas vouloir reconnaître tout ce que lui apporte la vie de hors-la-loi. Le père et le fils se disputent pour savoir ce qu’il y a de mieux pour Will et demandent l'avis de Robin.

Celui-ci refuse de trancher entre les deux hommes et conseille à chacun d'écouter les arguments de l'autre. Il propose à Dan de les accompagner à Nottingham pour qu'il puisse mesurer par lui-même l'impact des interventions des hors-la-loi sur le bien-être de la population.

Le Shérif et Joseph, un scientifique attaché à son service, ont commencé à tester une arme chimique dans les rues de Nottingham et prétendent que la peste est responsable de l'épidémie. Dan Scarlett, présent sur les lieux lors de l'annonce officielle, connaît bien les symptômes de cette maladie, il crie haut et fort que l'épidémie n'a rien à voir avec la peste et pointe du doigt le Shérif en l'accusant d'être à l'origine du mal qui sévit parmi les habitants de Nottingham. Le Shérif le fait tuer par ses soldats pour le faire taire.

Tout un quartier de Nottingham est immédiatement placé en quarantaine. Les soldats du Shérif érigent des palissades pour y enfermer la population contaminée. Robin et les hors-la-loi restent sur place dans le quartier désormais isolé pour tenter de trouver l'origine de la maladie.

Will est anéanti par la mort de son père et décide bientôt de se venger coûte que coûte du Shérif. Il conduit son jeune frère Luke en sécurité hors de la ville puis il s'introduit dans le château où il croise Marian, surprise de le voir seul au détour d'un couloir.

Pendant ce temps, les autres hors-la-loi essayent de soulager comme ils peuvent les malades. Robin fait installer un "hôpital de campagne" comme il en existait pour les Croisés en Terre Sainte. Tous risquent d'être contaminés en restant sur place mais décident de prendre ce risque.

Joseph se fait passer pour un voyageur de Leicester et passe de malade en malade dans le quartier en quarantaine en prenant discrètement des notes pour ses recherches. De son côté, Marian apprend que la petite fille de sa servante est victime de la mystérieuse épidémie. N'écoutant que son coeur, elle s'introduit discrètement dans le quartier pourtant bien gardé par les soldats du Shérif. Elle veut prendre des nouvelles de la petite et apporter son aide. Sur place, elle retrouve Robin et tous deux prennent soin des malades.

Dès qu'elle le voit, Marian reconnaît Joseph. Elle informe Robin et ensemble, ils vont fouiller dans les affaires du scientifique, ils découvrent alors ses notes. Sous la menace de l'arc de Robin, Joseph avoue avec fierté avoir créé un dangereux poison incolore et inodore pour lequel il n'existe aucun remède! Il s'enfuit ensuite et parvient à gagner la palissade et la protection des soldats avant que les hors-la-loi ne puissent le rattraper.

La jeune protégée de Marian est au plus mal, Petit Jean a une "idée de la dernière chance": utiliser une plante de la forêt qui est un violent poison comme contre-poison! N'ayant plus rien à perdre, la mère de la petite fille accepte de tester le remède sur son enfant... l'organisme de la fillette réagit positivement! Les hors-la-loi vont pouvoir guérir les malades.

Robin apprend alors par Marian que Will se trouve au château. Il comprend immédiatement ses intentions meurtrières et décide de le retrouver avant qu'il ne commette l'irréparable: en effet, si Will tue le Shérif, le Comté entier de Nottingham sera détruit sur ordre du Prince Jean! Les hors-la-loi s'introduisent dans le château mais quand il retrouve Will, il est trop tard! Il a déjà empoisonné le Shérif et Joseph après avoir dérobé une fiole de poison dans le laboratoire du scientifique.

Robin rappelle à Will quels sont les enjeux. Le fils de Dan accepte alors de donner l'antidote au Shérif et à Joseph. Mais avant qu'il le fasse, Robin oblige le Shérif à s'adresser à la population depuis la fenêtre du château et à s'excuser publiquement pour ses agissements.

Joseph, pour sa part, est atteint dans son orgueil quand il comprend qu'un remède existe à son poison qu'il pensait incurable. Il se jette sur Robin puis tombe accidentellement par la fenêtre du château et se tue.

Robin et ses hommes quittent Nottingham sous les acclamations de toute la ville reconnaissante. Puis Will conçoit un très joli monument dans la forêt en hommage à son père.


Avis du Veilleur de Nuit : nn Will vengeur, une Marian resplendissante … Un bon épisode avec un Shérif toujours aussi cruel !

Avertissements !!!

Il est de notre devoir de mettre en garde nos lecteurs concernant deux éléments cités dans ce script. Merci de prendre le temps de lire ces avertissements avant de commencer votre lecture.
1) L'amanite vireuse, autrement appelée 'Ange de la Mort' est un champignon mortel de la famille des amanites. Un seul champignon de taille moyenne suffit à tuer un homme. Il est aussi toxique que l'amanite phalloïde ou 'Calice de la Mort' pour lequel il n'existe toujours aucun remède connu à ce jour!
2) La belladone est une plante très toxique. Elle peut atteindre 1m50 et présente des feuilles ovales et des baies noires luisantes de la taille d'une cerise. Elle contient des alcaloïdes proche de l'atropine. Dosée avec une extrême précision, elle peut servir de médicament mais il ne faut jamais oublier que c'est avant tout un poison!
Merci de votre attention et bonne lecture de votre script! Amicalement, Locksley.

********

FORÊT DE SHERWOOD
Deux personnes encapuchonnées avancent dans les bois. Robin, vêtu d'une cape recouverte de feuilles, est caché derrière un arbre et il les observe. L'une des personnes s'arrête quelques secondes, puis repart. On découvre l'un après l'autre, les hors-la-loi camouflés dans la forêt. Allan leur jette une pierre. Ils se retournent. Djaq camouflée sur les épaules de Petit Jean lui même camouflé, apparaissent devant eux et les effraient en poussant des cris les bras écartés. Les deux hommes se mettent à courir. Allan les poursuit. Un peu plus haut, Robin tend son arc et tous les hors-la-loi se mettent à poursuivre les deux hommes. Robin tire une flèche qui atteint un arbre et déclenche un piège, les deux hommes se retrouvent coincés dans un filet. Much arrive en riant :
Much : Vous êtes tombés dans une embuscade !
Robin (en criant du haut de la colline) : Écoutez-moi ! Un peu de la monnaie qui sonne dans vos poches serait beaucoup pour les pauvres de Nottingham !
Luke : C'est nous les pauvres !
Dan : Laisse-les prendre ce qu'ils veulent, Luke !
Will arrive.
Will : Père ? Père !
Dan : Will !
Will : C'est moi Will !
A travers le filet, il serre son père et son frère dans ses bras. Ils rient tous aux éclats (sauf les hors-la-loi).
Djaq : Will, tu connais ces pauvres gens ?
Will : Oui, je les connais : c'est mon père Dan Scarlett ! Et mon petit frère Luke !
Luke : Je suis pas petit !
Will : Mon grand petit frère, Luke !
Cette fois, tous rient.

 *** Générique ***

Toujours dans la forêt, ils marchent tous ensemble. Tandis que Dan et Robin discutent, Will et Luke se chamaillent.
Will : Petit frère !
Luke : Arrête !
Robin : Qu'est-ce qui vous amène à Nottingham ?
Dan : Nous sommes venus pour ramener Will à Scarborough !
Will : Quoi ? Eh tu... tu pourrais commencer par me demander ce que j'en pense !
Robin s'en va.
Dan : Nous sommes ta famille, ta tante Annie et nous.
Luke soupire.
Will : Je me suis fait une famille ici aussi, Père !
Luke : On pensait que tu viendrais nous retrouver, on t'a pas manqué ?
Will : Si, mais ... je suis avec Robin maintenant.
Il s'éloigne.
Dan : Comment ça, tu es avec Robin ? Fils ! Tu as toute la vie devant toi !
Il essaie de le rejoindre. Luke soupire avant de faire de même.


CAMPEMENT DES HORS-LA-LOI
Devant un feu, Robin chauffe la pointe d'une plume. Allan et Will se frottent les mains puis le premier va rejoindre Robin.
Allan : Qu'est-ce que tu fais ?
Robin : J'écris une lettre.
Allan : Oui, je vois, mais à qui ?
Robin : J'écris au roi.
Allan : A propos de quoi ?
Robin : Du Shérif et des Chevaliers Noirs.
Allan : Qui va lui transmettre ?
Robin : Un vieil ami (en riant un peu) Roger de Stoke.
Allan (en riant) : Ce vieux Roger !
Petit Jean passe entre eux deux.
Petit Jean : Pousse-toi !
Allan : Où a lieu le rendez-vous ?
Robin (pendant qu'Allan finit sa phrase) : Tu poses beaucoup de questions, Allan !
Allan : Ben, je suis curieux c'est tout !
Robin : Le rendez-vous est à Nottingham, après le dépôt d'argent.
Dan : C'est du très beau travail, Fils.
Will : Tu vois, je me suis fait une vie ici.
Dan : Ce que je vois, moi, c'est que tu gagnerais décemment ta vie à Scarborough.
Will (en s'énervant un peu) : Mais Père, je suis un hors-la-loi ! J'ai choisi de me battre pour mes idées !
Dan : Et moi non je suppose ...
Will (baisse la tête) : Peu importe...
Dan : Si ! C'est important, dis-moi ?
Will : T'as laissé le Shérif te couper la main !
Luke : C'était pour nous sauver la vie, à tous les deux !
Will (pose sa main sur l'épaule de son frère) : Je voulais pas dire ça ...
Dan : Si, c'est ce que tu voulais dire !
Il s'assoit. Will lâche Luke qui va rejoindre son père.
Will (à peine énervé) : Robin, tu peux dire à mon père que je suis adulte maintenant, et que je prends seul mes décisions ?
Robin : Un adulte écoute les conseils qu'on lui donne, Will.
Will fait oui de la tête puis se retourne et commence à s'en aller.
Dan : Merci Robin.
Robin : Mais Will s'est fait une vie ici.
Will s'arrête et se retourne.
Robin : Et vous devriez voir en quoi elle consiste avant de l'y arracher. Venez à Nottingham demain, on vous montrera ce qu'on fait.

VILLE DE NOTTINGHAM
La fenêtre d'une maison s'ouvre, un cheval traverse la rue, sur son dos, on voit le Veilleur de Nuit.
Sarah : Regarde, c'est lui ! Jess ! C'est le Veilleur de Nuit !
La porte de la maison s'ouvre. Une petite fille y est, le Veilleur de Nuit lui donne un sac.
Sarah : Montre ! Qu'est-ce qu'il a apporté ?
Jess : Regarde !
Sarah (en souriant) : Dieu te bénisse, Veilleur de Nuit !
Le Veilleur de Nuit donne un sac aux habitants de la maison juste à côté.
Homme : Merci.
Puis, il continue son chemin. A un moment, le cheval s'arrête, et le Veilleur de Nuit enlève sa capuche et son masque. On voit le visage d'un homme.
Joseph : Et cette nuit-là, l'ange du Seigneur partit et revînt.
Il repart.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM
Le Shérif enlève sa dent, puis il la fixe sur la mâchoire d'un crâne. La porte s'ouvre, il se retourne.
Shérif : Ah ! Voici le Veilleur de Nuit !
Joseph avance vers lui, Gisborne est juste derrière.
Shérif : Alors ? Cette soirée sous le signe de la générosité ?
Joseph : Elle fut très satisfaisante. Ils sont tous tombés dans le piège, comme des rats !
Shérif : C'est bien. Et ne devrais-tu pas faire des mesures ou ... c'est quoi déjà que ce que t'es sensé faire ?
Joseph : L'analyse scientifique.
Shérif : C'est ça.
Joseph : J'attends d'être capturé accidentellement et mis en quarantaine.
Le Shérif rit.
Shérif : Oui.
Il recolle sa dent.
Shérif : Les pauvres pestiférés de Pitt Street. Va t-en.
Joseph part. Gisborne le regarde partir puis regarde le Shérif.

Dans le cachot du château, Marian se voit refuser l'accès pour voir son père. On entend des hurlements derrière.
Marian : Aie pitié ! Je t'en prie, geôlier, laisse-moi voir mon père !
Geôlier : Impossible ! je vous l'ai déjà dit !
Assis dans sa cellule, Edward appelle sa fille :
Edward : Marian ! Je vais bien.
Marian : Je vais plaider votre cause auprès du Shérif.
Edward : Ne t'inquiètes pas pour moi !
Le Shérif et Gisborne apparaissent en haut de l'escalier.
Shérif : Exprimez-vous ma chère !
Marin se retourne.
Marian : Shérif ?
Elle monte les escaliers.
Marian : C'est mon père que cette punition fait souffrir, pas moi !
Shérif : Oh, je crois qu'elle vous fait souffrir tous les deux.
Ils partent dans la galerie en face de l'escalier, Marian les suit.
Shérif : Elle est donc efficace ! La prochaine fois, vous y réfléchirez à deux fois avant de saper mon autorité. Je dis ça croyez-moi, uniquement dans votre intérêt.
Marian : Je vous en prie ! S'il vous plait, Shérif ! Dîtes-moi ce que je dois faire pour adoucir son sort ! Guy !
Shérif : Inutile de lui faire les yeux doux, vous perdez votre temps, vous ne l'intéressez plus désormais ! Bon écoutez ... (il lui tend un rouleau de parchemin) lisez cet avis à ma place et je veillerai à ce que "papa" ait son dîner !
Il part avec le parchemin.
Marian : Vous voulez dire qu'il n'a pas encore mangé ?
Gisborne s'approche d'elle. Puis elle le regarde et il suit le Shérif.
Marian : Shérif !

VILLE DE NOTTINGHAM
Les gens circulent dans les rues.
Robin : Bien. Il est plus que temps de répandre un peu de ...
Much : De bonheur !
Robin : De bonheur. Oui c'est tout à fait ça ! Allons de ce pas répandre un peu de bonheur !
Les hors-la-loi suivent Robin avec Dan et Luke. Will donne de l'argent à quelques personnes.
Homme : Dieu vous bénisse !
Will : Tu vois, ces pauvres gens ont besoin de nous !
Dan : Nous aussi on a besoin de toi, on est ta famille !
Une femme, Sarah, crie en plein coeur de la ville.
Sarah : Aidez-moi ! S'il vous plait, quelqu'un. Aidez-moi ! Robin ! Robin à l'aide ! C'est Jess ! Elle est malade je crois que c'est la peste !
Elle porte sa fille dans ses bras. Elle donne Jess à Robin.
Robin : On va voir ! Will, appelle Djaq !
Dan et Luke se rapprochent. Dan pose sa main sur le front de la fillette.
Dan : Ce n'est pas enflé, ça fait longtemps qu'elle est comme ça ?
Sarah : Non, depuis ce matin.
Devant le château, le Shérif se présente, Marian et Gisborne à ses côtés.
Shérif (à voix basse) : Tututututu ...
Les trompettistes jouent un court air. Marian monte sur une estrade avec l'avis et elle lit :
Marian : Peuple de Nottingham ...
Shérif : Je n'entends rien ...
Marian (plus fort) : Peuple de Nottingham !
Shérif : Voilà ...
Marian : C'est au nom de votre Shérif que je fais l'annonce suivante.
La mère de Jess caresse le front de sa fille, Djaq arrive.
Sarah : Sauvez-la, je vous en prie !
Marian : La peste s'est abattue sur Nottingham !
Des murmures déchirent la foule, des "Quoi ?", "La peste ?" ...
Sarah : Oh mon Dieu ! Jess, c'est la peste, c'est ça ?
Marian : Inutile de paniquer, elle est confinée aux habitations de Pitt Street. Toute la rue sera donc mise en quarantaine. Personne ne devra passer sans autorisation. Personne ne devra passer de nourriture ou de médicaments.
Dan : Quoi ? Il y a des jeunes enfants qui souffrent, on peut pas les laisser crever sans rien faire !
Marian : Désobéir risque de propager la maladie et sera punie d'une mort certaine.
Elle se retourne et dévisage le Shérif qui sourit.
Sarah : Oh, mon Dieu ! Qu'est-ce qu'on va devenir, elle va mourir !
Dan : Non, elle ne mourra pas ! C'est pas la peste !
Robin : Sarah, ramène Jess à la maison. Djaq et moi t'y retrouveront. Fais attention.
Elle part avec Jess dans les bras.
Marian : Nous ne nous laisserons pas intimider par cette épidémie. Les affaires suivront leur cours comme d'habitude. Le personnel du château devra prendre son service à l'heure habituelle.
Pendant qu'elle finit sa phrase, Much et Robin parlent :
Much : Que fait Marian, elle se moque !
Robin : Elle n'a pas le choix, elle obéit aux ordres.
Marian descend de l'estrade, le Shérif monte à sa place.
Shérif : Alors, vous entendrez peut être des appels à l'aide ou bien à la pitié : "Des médicaments !", "Aidez-moi, aidez-moi, aidez-moi !". Un petit conseil ...
Il se bouche les oreilles en faisant "non" de la tête. Puis il rit ...
Shérif : Vaquez à vos affaires en paix ... Aimez et servez votre Shérif.
Will prend Robin par le bras pendant le dernière partie du discours..
Will : Robin ! Il faut faire quelque chose ! Il condamne tous ces pauvres gens à périr !
Le Shérif se retourne pour s'en aller.
Dan : Shérif ! Ce que vous dites n'est pas vrai !
Robin : Dan ! Dan !
Le Shérif se retourne.
Shérif : Plait-il ?
Dan : Je viens d'examiner une fillette malade et ce n'est pas la peste qu'elle a !
Shérif : Faites taire cet homme !
Dan : J'ai déjà vu la peste dans le passé, c'était à Scarborough !
Will se rapproche un peu de Petit Jean.
Dan : Il faut donner à tous ces pauvres gens de quoi se nourrir et à boire aussi, et des médicaments pour se soigner !
Shérif : Tais-toi manant ! Je t'ordonne de la fermer !
Dan (en avançant vers le Shérif) : J'ai déjà consenti à me taire sur votre ordre Shérif, et j'ai perdu ma femme, ma main et le respect de mon fils ! Alors je ne courberai plus l'échine devant vous ! (il s'arrête) Je ne sais pas pourquoi vous dites que c'est la peste qui ...
Le garde à côté de lui le poignarde avec son épée. Toute la foule hurle. Will tente de courir vers lui, mais Petit Jean le retient.
Will : Nooooon !
Luke essaie de faire la même chose mais Much et Robin l'en empêchent.
Much : Arrête !
Robin : Non Luke !
Dan tombe. Will se calme un peu, la bouche ouverte. Petit Jean se retourne tout en essayant de le maintenir.
Shérif : Voilà qui est mieux ! Hystérie, panique ... En temps de crise, tout ça ne résout rien. Et ce ne sera pas toléré !
Will s'énerve et essaie de se libérer de l'emprise de Petit Jean. Robin arrive.
Robin : Will ! Arrête ! Calme-toi !
Will : Je vais te tuer je le jure !
Gisborne se retourne vers les soldats.
Gisborne : Vous avez entendu le Shérif ? Installez les barricades !
Homme : Installez les barricades !
Robin : Ils sont trop nombreux Will ! Will !
Will : Lâchez-moi ça m'est égal !
Djaq : Will !
Il se calme et la regarde. Elle pose sa main sur sa poitrine et lui fait "non" de la tête. Les gardes installent les barricades.
Garde : Installez les barricades, exécution ! En avant marche ! Allez !
Deux hommes tirent le corps de Dan sur le sol. Luke regarde la scène de loin. Robin regarde de chaque côté. Tout le monde crie et les gardes donnent des ordres.
Robin : Il faut qu'on aille à Pitt Street !
Much : Pitt Street ? Pourquoi ?
Robin : Des gens là-bas ont besoin de nous ! De pauvres gens malades !
Will court vers son frère et le sert dans ses bras.
Robin : Ils ont besoin de notre aide ! Djaq ...
Djaq : Je viens avec toi !
Petit Jean : Robin ! La peste est là ...
Allan : Oui, je ne suis pas sûr non plus que ce soit une bonne idée !
Robin : Je crois que Dan avait raison : il n'y a pas de peste et c'est justement pour ça que le Shérif l'a fait abattre !
Will serre Luke, pleurant, contre lui.
Much : Vous croyez ?
Robin : On n'a pas le temps de débattre, regardez : ils installent les barricades et nous perdons du temps !
Derrière de grandes barrières en bois, on voit de nombreuses personnes qui appellent à l'aide.
Allan : Attend ! Si tu veux que je m'occupe de ... comment il s'appelle déjà ? Roger de Stoke !
Robin : C'est vrai, tu as raison ! Tiens ! Fonce ! 
Il lui donne la lettre.
Robin : Quant à vous autres, je ne peux pas vous demander de risquer votre vie. Mais si d'habitude vous le faites pour moi, aujourd'hui faites-le pour Dan. Alors, dépêchons !
Il se met à courir. Petit Jean va avertir Will.
Petit Jean : Will, Pitt Street par derrière ! Maintenant !
Will : Allons-y.
Il part avec Luke. Tout le monde court.
Joseph (aux gardes alors qu'il est dans Pitt Street) : Laissez-moi sortir ! Je ne vis pas dans cette ville ! Je ne faisais que passer pour affaires ! Je viens de Leicester !
Garde : Le Shérif a donné des ordres !
Il repousse Joseph vers l'intérieur de la rue sur Robin.
Joseph : S'il vous plait, tout cela ne me concerne pas !
Robin va voir Sarah.
Sarah (implorant) : Ne nous enfermez pas ! Ayez pitié ! Ma fille a besoin de voir un médecin !
Robin : Sarah !
Sarah : Robin ! Oh, non ! Non, ne restez pas ici, vous ne pourrez plus sortir !
Robin : Je t'avais dit que je te retrouverais ici !
Djaq : Emmène-nous voir ta fille !
Sarah : D'accord !
Robin : On va voir ce qu'on peut faire pour elle.
Luke est en pleurs avec Will à ses côtés. Pendant ce temps, devant l'auberge, Allan s'approche d'un pilier en bois et trace la lettre P. Chez Sarah, Djaq ausculte Jess.
Djaq : Il lui faut de l'eau, beaucoup d'eau.
Robin : Est-ce que d'autres gens ont été touchés ?
Sarah : Oui, la moitié des habitants de la rue !
Robin soupire et va voir en dehors de la maison, il parle à Much et Petit Jean, debout sur les côtés de la porte.
Robin : Bon ... Il me faut des couchages et aussi du linge propre.
Il enlève le tissu que Much a devant la bouche.
Robin : Le tout au même endroit ! Allez-y !
Ils partent.
Robin : Et toutes les herbes et médicaments que vous trouverez, vous les apportez à Djaq.
Luke en larmes est assis à côté de Will. Robin met sa main sur son épaule.
Robin : Eh, eh ! Luke ... Luke, ton père n'aurait pas voulu ça !
Luke (rejetant sa main) : Comment osez-vous parler en son nom ? Il faut abattre le Shérif !
Robin : Ce n'est pas aussi simple : si on tue le Shérif, le Prince Jean enverra une armée pour détruire Nottingham ! Ce serait pire que tout !
Will : Robin ! Je vais le ramener à la maison, à Scarborough, chez notre tante Annie. Sauf si t'as besoin de nous, bien sur !
Luke pleure en se tenant le tête.
Robin : Non, non ... Non, tu as raison. Quand tu reviendras, on rendra hommage à ton père.
Will : Merci.
Robin s'en va et Will serre son frère contre lui.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM
Marian est dans sa chambre. La porte s'ouvre, une servante entre. Elle referme la porte derrière elle.
Marian : Où est passée Sarah ?
Servante : Vous ne saviez pas ? Elle vit à Pitt Street.
Marian : Elle a été contaminée ?
Servante : Non, c'est sa fille, Jess.
Marian avance jusqu'à elle.
Marian : Écoute ! Elle a besoin de médicaments, et moi de tes vêtements.

VILLE DE NOTTINGHAM (PITT STREET)
Une fenêtre s'ouvre, Petit Jean arrache les barreaux de bois. Dans la rue, Robin et Will parlent :
Robin : Je suis navré, Will.
Will : Moi aussi, Robin.
Ils se prennent dans leurs bras.
Will : Je suis vraiment navré.
Il le lâche. De la fenêtre, Luke sort et passe sur le toit de la maison voisine. Much donne une carotte à Petit Jean qui la dévore. Will et Luke passent sur l'autre toit, tandis que Much donne à manger à Petit Jean. Les deux frères sautent de toit en toit et arrivent près de la sortie, ils passent une échelle jusqu'à la muraille. Pour les faire passer sans encombre, Petit Jean fait semblant de vomir vers les gardes.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM
Marian a revêtu les vêtements de la servante qui range le plus de médicaments possible dans un sac.
Marian : Il faut leur apporter des vivres aussi !
Servante : Inutile, Madame : ils ont mangé à leur faim, le Veilleur de Nuit est passé dans leur rue la nuit dernière.
Marian se détache les cheveux. Gisborne marche dans le couloir, il frappe à sa porte.
Marian : N'entrez pas !
Gisborne : Marian ?
Marian : Je vous interdis d'entrer !
Elle bloque la porte. Gisborne essaie d'ouvrir.
Gisborne : Je ne peux pas vous parler à travers cette porte close.
Marian : Eh bien ne me parlez pas du tout dans ce cas.
Elle fait signe à la servante de continuer.
Gisborne : Je voulais vous présenter mes excuses. Pour ce qui s'est passé aujourd'hui et la façon dont le Shérif vous a traitée.
Marian : Dois-je m'exhiber comme un singe savant alors que mon père meurt de faim dans le donjon ?
Gisborne : Non. Je veillerai à ce que votre père soit correctement nourrit.
Marian (avec une pointe de mépris dans la voix) : Vraiment ? Et que voulez-vous en échange ?
Gisborne (étonné) : Rien ! Vous avez ma parole.
Marian : Je vous remercie.
Gisborne : Marian ... Je vous en prie. Laissez-moi entrer.
Il essaie d'ouvrir la porte, mais Marian bloque la poignée, puis il lâche prise et s'en va. Marian fait un "oui" de la tête, puis la servante lui met une cape sur le dos.
Marian : Tu dis que le Veilleur de Nuit est passé à Pitt Street ?
Servante : Oui.

VILLE DE NOTTINGHAM (PITT STREET)
Robin frappe à une porte.
Robin : Il y a quelqu'un ? C'est Robin des Bois ! Est-ce que vous avez des médicaments ou des herbes à me donner ?
La porte s'ouvre. Apparait un vieil homme. Robin se penche pour l'écouter.
Homme : Robin, partez je vous en prie ! La peste est là, sauvez votre vie !
La porte se referme. Il se retourne et voit Joseph.
Joseph : Qu'est-ce que tu fais ?
Robin : Ils sont malades, je les aide.
Joseph (en s'énervant un peu) : Laisse-les tranquille ! (en se calmant) Je ... je veux dire : tu risques ta vie !
Robin : C'est un risque que je cours chaque jour que Dieu fait.
Il lui passe à côté, Joseph se retourne et dit :
Joseph : Non. Tu as raison, bien sûr, pardonnes-moi ! Tu ... Tu dois avoir besoin d'aide.
Robin : Quel est ton nom ?
Joseph : Joseph. Je suis là par erreur.
Robin : Oui, tu es de Leicester, je sais.
Joseph : Tu as vu, ces hommes m'ont traité comme un chien ! Ils n'ont aucune foi !
Robin : Oui, bienvenue à Nottingham !
Much et Petit Jean apparaissent, ils portent un lit.
Petit Jean : Hum ... Robin !
Il montre quelque chose du doigt. Robin va vers eux.
Robin : Ces hommes sont avec moi. Aide-les si tu peux !
A un autre endroit de la rue, Robin porte Jess et la pose dans un lit.
Djaq : Tous ces gens sont brûlants de fièvre !
Joseph : Écoutez, ce serait peut être plus charitable de ne pas intervenir, de ne pas prolonger leur agonie.
Robin le dévisage avec méfiance. Much arrive avec un coffret.
Much : J'ai trouvé un coffre de médecin ! Tous les remèdes connus de l'homme sont dedans ! Et certains inconnus ...
Il l'ouvre, Djaq approche. Heureuse, elle rit et l'embrasse sur la joue.
Much : Oh, ne fais pas ça !
Djaq : Pourquoi ?
Much : Je suis un homme et toi une femme, je tombe amoureux très facilement.
Djaq : Ne t'en fais pas, pas moi.
Elle part.
Much : Oh ... Euh ...

REMPARTS DE NOTTINGHAM
Debout sur les remparts, Will jette une corde dans le vide en accrochant l'autre bout à un support en bois.
Will : Je vais passer le premier, pour être sûr qu'il n'y a aucun risque. Je vais voir le danger mieux que toi.
Luke lui prend la corde des mains.
Luke : Pourquoi tu me traites toujours comme un enfant ?
Il s'accroche et commence à descendre. Alors qu'il est presque en bas, Will dit à voix basse :
Will : Je t'aimais Luke.
Sur le sol, Luke l'appelle.
Luke : Tu vois ? A toi maintenant !
Will saisit la corde et la remonte jusqu'en haut.
Luke (sans crier) : Will ?
Will (en criant) : Sauve-toi Luke ! Retourne à Scarborough ! (à voix basse) Cet endroit ne va pas tarder à devenir un enfer.
Luke (en criant) : Will ! Will ! Non ! Attends !

VILLE DE NOTTINGHAM (PITT STREET)
Sarah caresse les cheveux de Jess. Djaq lui apporte quelque chose dans un plat. Elle pose un tissu mouillé sur le front de la fillette.
Sarah : Elle ne va pas mourir ?
Djaq : Non, pas si je peux l'empêcher.
Plus loin, Joseph questionne un couple de personnes âgées.
Joseph : Vous vivez dans la 4e maison ? Et votre mari a mangé une tourte hier soir, et rien depuis ?
La femme : Oui, c'est ça.
Joseph : C'est bien ...
Il se relève et s'en va.
La femme : C'est bien ?
Joseph va voir Jess.
Joseph : La fièvre a monté : regardez ses joues et ses lèvres.
Djaq : Tu pratiques la médecine ?
Joseph : Moi ? Non. Je me contente ... De prier pour que cette pauvre enfant s'en sorte.
Plus loin, un homme meurt, sa femme le supplie de rester en vie.
La femme : Ne me laisse pas ! (elle crie puis elle pleure)
Petit Jean, Robin, Much et Djaq vont la voir. Joseph sourit et rentre dans la chaumière juste à côté.

REMPARTS DU CHÂTEAU
Will monte sur les remparts, un garde le surprend avec son arc.
Garde : Halte là ! Ou tu es mort !
Il tire. Will bouge à peine la tête et la flèche passe à côté de son cou. Il avance vers le garde qui n'a pas le temps de reprendre une flèche et lui donne un coup de poing. Il prend son arc et une flèche.

VILLE DE NOTTINGHAM (PITT STREET)

Joseph écrit dans un livre. Robin entre, Joseph ferme le livre et le cache. Robin soupire et fait les cent pas dans la chaumière.
Joseph : C'est honteux !
Robin : Honteux ?
Il prend un pot et le fracasse contre le mur.
Robin : C'est une ignominie ! Encore une vie perdue pour rien !
Joseph : Tu penses à un acte criminel ?
Robin : Ah Joseph ! Joseph ! Tu es à Nottingham : ici il n'y a que des actes criminels !

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM
Will est caché dans le château derrière un pilier de pierre. Il tend son arc et s'apprête à tirer sur la personne qui passe, c'est Marian. Terrorisée, elle recule en respirant à grandes bouffées et elle se plaque sur le pilier en face.
Marian : Will ... Tu m'as fais peur. Qu'est-ce que tu fais ici ? Tu as un message de Robin ? Will ...
Will détend son arc et court vers l'endroit d'où elle vient.
Marian : Will !

VILLE DE NOTTINGHAM (PITT STREET)

Robin fait le point.
Robin : Donc, vous appartenez à différentes familles et vous n'avez pas mangé ensemble.
Sarah : Mais on a tous mangé de la tourte, notre Jess a mangé la nôtre.
Joseph : Quelle quantité exactement ?
Robin : Quelle tourte ?
Sarah tourne brièvement la tête puis se repenche sur Jess.
Sarah : Celle du Veilleur de Nuit. Il les a déposées hier soir devant chaque habitation de la rue.
Robin s'approche et Joseph le croise puis part en disant :
Joseph : De la soupe ! Je vais nous faire un peu de soupe !

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM
Will est dans les souterrains, son arc à la main.
Gisborne : Ils tombent comme des mouches Monseigneur.
Shérif : Le poison est mortel. Il ne faudrait pas qu'il tombe entre de mauvaises mains, hum ?
Ils marchent sans voir Will caché derrière une grille.
Shérif : J'envisage de prendre un goûteur à mon service, Gisborne. Avec tout ce poison indécelable qui circule.
Will tend son arc et s'apprête à décocher une flèche pour tuer le Shérif. Ce dernier s'arrête et Gisborne se place entre lui et Will.
Shérif : Qu'en pensez-vous ?
Gisborne : C'est une bonne idée.
Le Shérif se remet à marcher et sort du champ du vision du hors-la-loi.
Shérif : Ou bien peut-être que je mangerai une demi-heure après vous.
Gisborne le suit, Will détend son arc et se colle à la grille.

VILLE DE NOTTINGHAM
Des cavaliers entrent dans la ville. Des femmes les suivent, parmi elles, Marian, une cape sur le dos et dans les habits de la servante. Elles se séparent, Marian rentre dans une ruelle.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM
Will pose une bougie sur le sol des souterrains. Il sort sa hachette et frappe quelque chose.

VILLE DE NOTTINGHAM
Gisborne s'approche de la lettre qu'Allan a tracé et il l'efface. Il entre dans l'auberge juste derrière puis rentre dans une pièce. Il y retrouve Allan.
Gisborne : Qu'est-ce que tu m'apportes ? Qu'est-ce que tu as ? Une conscience ?
Allan avance vers lui. Il lui montre la lettre que Robin a rédigée.
Allan : Combien pour ceci ?
Gisborne : Cela dépend de ce que c'est !
Allan : Ceci est une lettre pour le Roi Richard de la part de Robin. Relatant tous vos méfaits à vous, au Shérif et aux Chevaliers Noirs. Ça va mal tourner, Gisborne.
Gisborne : Donne-moi ça !
Allan : Impossible, j'ai dit à Robin que je la donnerais à Roger de Stoke qui la remettra à son tour au Roi.
Gisborne : Qu'est-ce que tu proposes ?
Allan : Je lui donne la lettre, comme ça je suis couvert, vous pouvez l'arrêter dés que j'aurai quitté la ville. Ainsi je ne serai pas soupçonné.
Gisborne : D'accord. Tu apprends vite, Allan.
Il part.

Plus loin, Marian monte sur le toit d'une maison pour atteindre Pitt Street. Elle saute sur le toit d'une autre maison, un garde la voit et avance vers la maison.
Garde : Hé ! Stop ! Et toi là, je t'ai vu !
Il monte sur quelque chose pour la faire descendre, elle lui donne un coup de pied en plein visage et il tombe.
Marian : Tu n'as rien vu !

A Pitt Street, Robin et Joseph posent un sac sur un chariot. Marian glisse sur le toit.
Joseph : Tu devrais manger pour reprendre des forces !
Robin : D'accord. Merci Joseph.
Joseph s'en va.
Marian (en murmurant) : Robin ! Robin !
Robin : Marian ? Qu'est-ce que tu fais ici ?
Marian : Je pense que quelqu'un se fait passer pour moi.
Robin : Je sais. Il a donné des tourtes empoisonnées aux gens.
Marian (indignée) : Quoi ? En mon nom à moi ?
Robin : C'est le Shérif le responsable ! Mais pourquoi ?
Marian (en descendant un petit peu jusqu'au bord du toit) : Aucune idée ! A moins qu'il ne veuille détruire la réputation du Veilleur de Nuit.
Robin : Mais dans ce cas, il le ferait accuser et il ne l'a pas fait.
Elle lui lance son sac, il le rattrape et le pose sur le sol. Puis, elle descend et il la porte dans ses bras tandis qu'elle s'accroche à son cou. Après un long moment à se regarder dans les yeux, elle dit :
Marian : Je suis venue voir comment allait la petite Jess !
Il la pose à terre.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM
Will casse une partie de la porte, sa main passe dans la pièce et il cherche le moyen de l'ouvrir. Puis il ouvre la porte, sa bougie en main. Il regarde chaque flacon posé sur les étagères de la pièce, puis se penche vers un d'entre eux le prend et éteint sa bougie.

VILLE DE NOTTINGHAM (PITT STREET)
Joseph ouvre son sac et en sort un flacon. Il s'apprête à l'ouvrir quand Much arrive derrière lui. Il le pose sur le côté, Much s'approche.
Much : Quelle bonne odeur ! T'es cuisinier ?
Joseph : Non, non je suis un scientifique.
Much : Un scientifique ?
Joseph ouvre la fiole et verse discrètement son contenu dans la marmite.
Much : Et quel genre de science tu étudies ?
Joseph : La science de l'élimination.
Much : Ça consiste en quoi ?
Joseph : A se débarrasser des parasites ! Je ne sais pas si tu as remarqué mais ils nous envahissent, il faut les exterminer. Heureusement, il y a des gens prêts à prendre des décisions douloureuses, des gens qui savent se passer d'être populaires.
Much : Tu devrais en parler au Shérif : lui, il se moque bien d'être populaire.
Joseph : Avec la bonne méthode, on pourrait nettoyer ce pays, créer une nouvelle Angleterre.
Il regarde Much dans les yeux qui, au bout d'un moment, bafouille :
Much : Euh ... Je crois que tu devrais vraiment aller te confier au Shérif.
Joseph lui tape sur l'épaule et retourne à sa marmite. Much va à la porte.
Much : A table !

Marian, Robin et Djaq sont auprès des malades, Petit Jean arrive.
Petit Jean : Venez manger !
Marian : Je prends la relève.
Djaq se lève et rejoint Petit Jean. Marian rejoint Robin auprès d'un malade.
Marian : C'est toi qui a organisé les soins ?
Robin : On avait des hôpitaux en Terre Sainte. Je pensais que c'était la dernière fois que j'en verrais ...
Marian : Comment savais-tu qu'il n'y avait pas de contagion ?
Robin : Je l'ignorais.
Marian : C'est brave.
Robin : Et toi qu'en savais-tu ?
Marian : Rien.
Joseph arrive derrière Robin.
Joseph : Robin ! Tu viens manger ?
Robin se retourne, Marian panique et recule jusqu'à aller se cacher derrière un poteau.
Robin : Bientôt, les autres n'ont qu'à commencer.
Joseph (s'énerve un peu) : Non ! J'ai besoin de toi !
Robin le dévisage.
Joseph : Je ... je ... je veux dire : tu as besoin de forces !
Robin : Je viens dans une minute.
Il s'en va. Marian se rapproche de Robin.
Marian : Robin ! Robin, je connais cet homme : je l'ai déjà croisé dans les couloirs du château ! C'est un des conseillers du Shérif !

Joseph donne un plat à Djaq.
Joseph : Et Jésus dit : "Prenez, mangez et faites cela en mémoire de moi !".
Much : Ben dis donc, on dirait le repas de la Cène.
Tous trois (Djaq, Petit Jean et Much) s'apprêtent à manger quand Robin tire trois flèches : l'une fait tomber le pain qu'allait manger Petit Jean, l'autre fait tomber le bol de Much et la dernière fait tomber la cuillère avec laquelle Djaq allait manger. Robin et Marian se tiennent à la porte, Robin tend bien son arc.
Petit Jean : Robin !
Robin : Il s'agissait bien du repas de la Cène, n'est-ce pas Joseph ?
Marian brandit un masque de Veilleur de Nuit.
Marian : Tu as empoisonné ces pauvres gens, et tu tiens un journal pour rendre compte de leur souffrance !
Much s'essuie la bouche avec fureur.
Much (furieux) : Quoi ? Mais c'est révoltant !
Joseph : Mon poison n'a aucun goût, il est incolore et inodore. C'est une magnifique création !
Djaq renifle son plat.
Robin : Quel est l'antidote à ce poison ?
Comme Joseph ne réagit pas, Robin s'énerve et décoche une flèche qui lui griffe la joue.
Robin (énervé) : Il y a des gens dehors qui sont à l'agonie, des enfants !
Joseph : Je l'ai fabriqué à partir d'un extrait de champignon d'amanite, "l'ange de la mort", "le chapeau du Diable". Il n'y a aucun antidote.
Il rit puis renverse la table et fuit.
Robin : Arrêtez-le !
Joseph : Ouvrez la porte !
Les hors-la-loi se lancent à sa poursuite.
Petit Jean : Attrapez-le ! Attrapez-le ! Arrêtez cet homme !
Robin tend son arc, Joseph arrive près des barricades.
Joseph : Ouvrez la porte c'est moi !
Les gardes ouvrent la porte à Joseph et le laisse fuir.
Petit Jean : Arrêtez-le ! Non !
Much arrive. Puis Djaq et Robin.
Joseph (au garde) : Merci.
Garde : De rien.
Petit Jean : Les gardes le connaissent !
Much : On s'est fait avoir !
Djaq : Il a été malin.
Much : Il a été malin ? Il a failli nous empoisonner ! Que vont devenir tous ces malades ?
Petit Jean : La belladone !
Much : Bella quoi ?
Petit Jean : La belladone, contre les champignons toxiques !
Djaq : La belladone est une plante vénéneuse, c'est un poison.
Petit Jean : Ça fonctionne. C'est le remède de la forêt !
Djaq : Un poison pour combattre un poison.
Elle part en courant. Puis, une fois qu'elle a trouvé la mallette de remèdes, elle fouille et en sort le remède. Sarah est toujours auprès de Jess et lui caresse les cheveux. Marian s'approche.
Sarah (paniquée) : Djaq ! Djaq ! Jess est en train de mourir !
Djaq arrive.
Sarah (en parlant de la belladone) : Qu'est-ce que c'est ?
Djaq : C'est une intuition. Mais ça pourrait aussi la tuer ...
Sarah : Qui a eu cette intuition ?
Petit Jean s'avance.
Petit Jean : Moi.
Elle le regarde.
Petit Jean : Ecoute...
Il s'assoit sur le lit de la petite.
Petit Jean :
Fais-moi confiance ! Laisse-moi faire !
Sarah penche sa tête vers sa fille en pleurant. Marian pose sa main sur son épaule.
Sarah (toujours en sanglotant) : Elle se meurt de toute façon alors vas-y, essaye !
Petit Jean met un tout petit peu de belladone sur son doigt et le passe sur la lèvre de Jess. La tête de la fillette bascule sur le côté, sa mère se met encore plus à pleurer.
Sarah : Jess ! Non ! (elle pleure) Non ! (se calmant) Jess ?
La fillette ouvre les yeux.
Sarah (folle de joie) : Ça marche ! Regarde ça marche !
Djaq : On dirait bien. Oui, ça marche.
Sarah serre Jess dans ses bras. Marian sourit.
Much : C'est un miracle ! (à Petit Jean) Comment tu savais ça ?
Petit Jean : Je sais certaines choses.
Robin : Maintenant, il faut arrêter Joseph avant qu'il continue son œuvre ! Il a dû se réfugier au château, il faut absolument trouver un moyen d'entrer !
Marian : Comment Will a-t-il fait ?
Much : Will ?
Marian : Oui, il est au château. Vous ne saviez pas ?
Tous ouvrent de grands yeux et la fixent. Petit Jean soupire.
Robin : Oh non !
Marian : Que se passe t-il ?
Djaq : Il a décidé de tuer le Shérif !
Marian : Il sait bien que le Prince Jean ferait détruire Nottingham !
Much : Oh oui, il le sait !
Robin : L'homme que le Shérif a fait tuer était son père.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM
Un homme qui porte deux verres et une cruche marche dans le couloir. Une main surgit du côté et attrape la cruche. Il tourne la tête et se prend le poing de Will en plein visage.

VILLE DE NOTTINGHAM

Allan marche dans la rue. Il s'approche d'un homme avec un cheval.
Allan : Roger !
Roger : Où est Robin ?
Allan : Il a été empêché et il m'a donné ceci pour vous.
Il lui donne la lettre, Roger rit.
Roger : Ah ! Dieu sauve le Roi !
Allan : Ouais. Et nous tous avec lui !
Roger part avec son cheval et la lettre. Allan part mais il croise Gisborne et ses hommes.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM
Le Shérif joue avec les oiseaux prisonniers dans ses cages. Joseph entre.
Shérif : Ah ! Du succès avec les pathétiques de Pitt Street ?
Joseph : Oh que oui ! Ceux qui ont à peine touché à la nourriture sont à l'agonie, et ceux qui avaient tout mangé ont commencé à mourir ! Comme je l'avais prédit.
Le Shérif prend sa nourriture dans ses mains et la regarde avant de la reposer.
Shérif : Fort bien ! Beau travail, merci et adieu !
Joseph : Pardon ?
Le Shérif s'assoit.
Shérif : Oui, à présent tu peux retourner d'où tu viens. Tu seras payé, n'aie crainte !
Joseph : Oui mais, mais ... Les applications de mon invention, nous devions les étudier ensemble. Débarrasser le pays des faibles, des indigents, des... des parasites !
Shérif : Mon cher garçon, ce sont justement ceux-là qui obéissent exactement à mes ordres et j'ai besoin d'eux. Non, non, non. Ton poison sera utilisé contre l'armée du Roi quand elle débarquera sur la côte sud.
Joseph : Mais ce n'est pas ce dont nous étions convenus.
Shérif : Oui ... Oui, je sais. Et la vie est habituellement tellement plus juste. (il rit)
Joseph : Mais ...
Shérif : Tss, tss, tss ... Viens voir papa !

VILLE DE NOTTINGHAM (PITT STREET)

Marian, une cape sur le dos et un tissu sur la bouche, se présente aux gardes, derrière les barricades.
Garde : On ne passe pas !
Marian : Maître Joseph nous a ordonné d'amener le corps au château.
Garde : Pour quoi faire ?
Marian : Il ne l'a pas dit.
Derrière elle, on distingue Robin et Petit Jean, un tissu sur la bouche eux aussi.
Petit Jean : Vous voulez vous en charger ?
Ils ouvrent. Marian passe devant suivie d'un brancard porté par Petit Jean et Robin et dans lequel se trouve Much, le visage déformé par la douleur et immobile. Djaq les suit, sa bouche couverte d'un tissu aussi.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM
Will, habillé comme l'homme de tout à l'heure, frappe à la porte du Shérif.
Shérif : Entrez !
Les gardes le font entrer. Joseph, penché sur le bureau vers le Shérif, semble vraiment en colère.
Joseph : Je ne vous laisserai pas utiliser mon poison !
Will avance jusqu'au bureau.
Shérif : Je suis surpris de t'entendre dire ça, hum... Un indice ?
Il fait signe à Will de poser le plateau sur son bureau. Il s'exécute et sert à boire dans les deux coupes.
Shérif : J'ai heureusement réussi à subtiliser ton méticuleux journal de bord (il le brandit puis le repose sur le bureau).
Joseph : Vous vous êtes servi de moi !
Shérif : Oui, je l'avoue (il ôte ses chaussures). N'en fais pas toute une histoire. Je t'aime bien. Si tel n'était pas le cas (il fait signe à Will de lui donner son verre), ma foi, je te ferais goûter à ta propre cuisine pour ainsi dire (il rit tandis que Will donne l'autre verre à Joseph). Donc ... Tchin tchin ! Hum ?
Will retourne vers la porte mais le Shérif l'interpelle. Il s'arrête.
Shérif : Euh... Toi ! Toi, là bas, attends ! Je te connais non ?
Will : Vous connaissiez mon père, Dan. Il est mort à présent.
Shérif : Oh, vraiment ? Ma foi, je lève ma coupe à ton pauvre petit papa trépassé, Dan ! (il rit et lève sa coupe, Will se retourne, le Shérif boit et Will s'en va) Allons jeune Joseph, bois ! (il s'exécute) Et ensuite bon vent, ou il se pourrait que je change d'avis (il boit et lève sa coupe). A Dan le décédé !
Will, en sortant, a les larmes aux yeux. Il respire vite et à grandes bouffées.

VILLE DE NOTTINGHAM

Les hors-la-loi se rendent au château.
Garde : Levez la herse ! Un corps pour maître Joseph !
Allan les rejoint.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM
Une fois entrés, ils enlèvent leurs capes et leurs masques.
Allan : Qu'est-ce qui se passe ?
Djaq : Will est ici !
Much : Et il veut tuer le Shérif.
Robin : Et le Shérif a engagé un empoisonneur. (à Allan) Tu as vu Roger de Stoke ?
Allan : Oui. Je lui ai donné ta lettre.
Robin : Bien. Beau travail... Jean ! Allan ! Vous prenez de ce côté !
Much : Que faire s'il refuse d'obtempérer ?
Robin : Obligez-le !
Much : Oui, mais s'il refuse ?
Robin : Tous les moyens sont bons, Much.
Much : Tous les moyens ?
Robin fait "oui" de la tête.
Robin : Tous les moyens.
Much : Mais ça veut dire, tuer un des nôtres !
Robin : J'espère qu'on aura le choix.
Ils partent chacun de leur côté.
Djaq : Allons-y !
Marian part et ferme la porte derrière elle.

Robin défonce la porte du Shérif. Il entre en faisant tomber les gardes. Le Shérif a la tête posée sur son bureau en tenant sa coupe dans sa main, Joseph se tord de douleur sur le sol.
Shérif (à l'agonie)  : A l'aide !
Robin (à lui même) : Will ...
Shérif (à l'agonie) : Robin ! Aide-moi : on nous a empoisonnés !
Robin se penche et s'appuie sur le bureau.
Robin : Voyons ... Si j'en crois votre ami qui est ici, il n'existe pas d'antidote. Donc, vous allez mourir.
Shérif (à l'agonie) : Non, non, non je ne vais pas mourir, je suis bien trop jeune ! J'ai encore tellement à faire !
Il tombe de sa chaise. Robin se penche vers lui.
Robin : Dan Scarlett aussi avait encore à faire quand vous l'avez fait tuer ce matin !
Shérif (à l'agonie) : Lui, Dan le décédé ? Le père ? Je vais mourir à cause d'un être sans intérêt !
Joseph (à l'agonie) : Et la vie est habituellement tellement plus juste !
Robin : Pourquoi, Shérif ?
Shérif (à l'agonie) : L'opération "Shat Mat" !
Robin : Ohhhh !
Shérif (à l'agonie) : L'armée du Roi ! Tu devrais approuver nous gagnerons sans verser une goutte de sang !
Robin : Sauf que, vous ne gagnez pas là, n'est-ce pas ?
Shérif (à l'agonie) : Non, non, non ...
Robin : Alors, si par le plus grand des hasards, je connaissais un antidote ? Accepteriez-vous de renoncer à "Shat Mat" ?
Le Shérif accepte.
Joseph (furieux et à l'agonie) : Non ! Il n'existe pas d'antidote !
Shérif (à l'agonie) : Toi, la ferme ! (à Robin) Oui, oui Robin !
Robin : Oui, oui. Eh bien dans ce cas, ne mourrez pas avant que je revienne !
Shérif (à l'agonie et à voix basse) : Non, non, non.
Robin : Non ? Bien.
Il part.

Will marche dans les couloirs, il croise Djaq.
Djaq : Will ! Dis-moi que tu n'as rien fait de stupide !
Will : De stupide ?
Djaq : Au Shérif !
Will : Je ne l'ai pas touché.
Djaq : Ce n'est pas la peste, c'est un poison ! Et nous avons l'antidote ! C'est Petit Jean qui y a pensé !
Elle commence à marcher, il la suit.
Will (visiblement peu enthousiaste) : Ah, c'est une bonne chose.
Djaq (s'arrêtant) : Tu n'as pas l'air content. Les malades sont en train de guérir !
Will ouvre la porte et pousse Djaq à l'intérieur.
Djaq (surprise) : Will ! Qu'est-ce que tu fais ?
Il referme la porte.
Will (en hurlant à la porte) : Mon père ne guérira pas, lui !
Djaq (derrière la porte) : Will, ne fais pas ça !
Il part en courant.

Much, armé de son épée, patrouille dans le couloir. Robin arrive derrière lui, il se retourne, paniqué, Robin l'arrête.
Robin : Oh, oh, oh ! Où est Djaq ?
Much : On s'est séparé !
Robin porte les mains à sa tête et émet une sorte de grognement. Arrivent Allan et Petit Jean.
Robin : Will a empoisonné le Shérif !
Petit Jean & Much : Quoi ?
Robin : Et c'est Djaq qui a l'antidote.
Will passe.
Robin : Will !
Il s'arrête.
Robin : Je sais ce que tu as fait.
Will : J'ai fait ce qu'il fallait, c'est tout. La justice dans un flacon (il brandit la fiole de poison).
Robin : Djaq a l'antidote.
Will : Je sais, elle me l'a dit.
Much : Où est-elle, Will ? Qu'est-ce que tu as fait d'elle ?
Will : J'ai stoppé le Shérif. C'est ce que nous aurions tous dû faire il y a longtemps.
Robin : Même si tout Nottingham doit y passer ?
Will : C'est pas ma faute.
Robin plaque Will contre un pilier et attrape la fiole qu'il renverse au-dessus de sa bouche.
Much : Non Maître ! Non !
Petit Jean : Robin !
Will : Robin !
Robin retire la fiole de sa bouche.
Robin : Tu veux voir des gens mourir ? Alors commence avec moi !
Will : Robin ! Je ne peux pas laisser vivre le Shérif !
Robin : Si tu peux le faire !
Will : Mon père, il a fait ça pour moi, il a tenu tête au Shérif pour me prouver qu'il était un homme !
Robin : Alors prouve-lui que toi aussi tu es un homme ! Montre-lui que nous sommes plus valeureux que le Shérif !
Il se plie de douleur.
Will : Robin !
Much : Maître !
Robin bascule vers Much.
Much (en grognant) : Will... Will, S'il te plait !
Will s'agenouille près de Robin.
Will : Robin ! Pourquoi ? Pourquoi t'as fait ça ?
Robin : Pour prouver que j'ai raison : Will Scarlett croit toujours en la justice.
Much : Will, je t'en prie.
Petit Jean : Will, fais-le !
Will : Je vous emmène auprès de Djaq !
Il court. Much et Petit Jean relèvent Robin.
Robin : Non, non ... Courez, courez jusqu'aux appartements du Shérif ! Je vous retrouve là-bas !
Much, Allan et Petit Jean suivent Will. Robin se relève complètement et reprend la fiole sur le sol. Il soupire et part.

Les hors-la-loi courent dans les couloirs. Allan s'arrête devant une ouverture, il voit Gisborne faire tomber Roger de Stoke de son cheval, il est mort.
Much : Qui est-ce ? Viens, arrête de lambiner !
Il le suit. Gisborne fouille le corps de Roger. Il lui prend la lettre.

Robin arrive aux appartements du Shérif. Il voit les deux hommes gisants à terre.
Robin : Ouh ! Rien de tel que de goûter à sa propre médecine, hein ?
Il s'approche d'une fenêtre et déchire le papier qui la recouvre avec un pilier de bois surmonté de trois crânes.
Robin : Quant à vous ... (il soulève le Shérif) Vous avez une annonce à faire !
Il le porte jusqu'à la fenêtre.
Shérif (à l'agonie en criant au peuple) : Peuple de Nottingham ! Il n'y a jamais eu d'épidémie de peste ! C'était un poison ! Une expérience ! Je suis réellement, réellement, réellement navré !
Robin : Shat Mat !
Shérif (à l'agonie) : Impossible, je n'ai plus de force.
Petit Jean, Will, Djaq, Much et Allan entrent.
Petit Jean : Robin !
Much : Djaq ! L'antidote vite !
Le Shérif tombe à terre. Djaq lance l'antidote à Robin.
Robin : Will à toi de jouer ! Prouve-moi que Will Scarlett est toujours capable de faire le Bien !
Will s'approche et lui prend la fiole.
Will : Tu n'as pas bu le poison, n'est-ce pas ?
Robin : Non, en effet. Mais je crois avoir prouvé ce que j'avançais. Donc ...
Will : Oui ... Oui c'est juste.
Il se penche vers le Shérif et il lui administre l'antidote.
Will : Je fais cela en mémoire de mon père si bon, Dan Scarlett, et pour les gens de Nottingham.
Le Shérif ne se réveille pas. Tous se regardent et soupirent.
Much : Il ne peut pas être mort ...
Robin secoue le Shérif.
Allan : C'est très curieux ce que je ressens : j'ai envie qu'il vive mais en même temps, je veux qu'il meurt !
Robin : Réveillez-vous !
En pleine forme, le Shérif se réveille.
Shérif : Je vous ai bien eu, hein ?
Robin : Finissez votre discours !
Shérif : Oh, je ne crois pas non ! Maintenant que j'ai eu l'antidote ... Gardes ! Gardes !
Robin : Courez ! Courez ! Sauvez-vous vite !
Tous fuient en courant. Le Shérif attrape le pied de Robin pour l'empêcher de partir.
Shérif : C'est Robin des Bois ! Tuez-le ! Abattez-le !
Il lâche prise, Joseph caché derrière la porte, surgit avec son épée.
Joseph : Alors il leva les yeux et vit l'ange de la mort qui se tenait debout entre le ciel et la terre.
Robin : Joseph ! Tu peux être sauvé ! Je peux te donner l'antidote !
Joseph : On se serait souvenu de moi pendant au moins mille ans ! Comme du créateur du poison parfait ! Il ne peut pas y avoir d'antidote !
Robin : Et pourtant, il y en a un ! Tous les gens de la forêt le connaissent !
Joseph (fou de rage) : Non !
Il se jette sur Robin, tous deux basculent par la fenêtre. Le Shérif s'y traine. Il voit Robin accroché au drapeau et Joseph accroché à son pied.
Robin : Donne-moi ... Donne-moi la main !
La chaussure de Robin glisse, Joseph tombe dans le vide. Des cris viennent du bas. Robin sort un poignard et le plante dans le drapeau, le poignard glisse en coupant le drapeau en deux jusqu'à ce que Robin soit en bas. Le Shérif se penche par la fenêtre pour l'attraper et manque de tomber si Gisborne ne le retenait pas.
Gisborne : Attrapez-le !
Enfin, Robin tombe à terre, le drapeau fendu tombe aussi. Robin prend sa chaussure, toujours sur le sol. Il rejoint sa bande.
Gisborne : Ne le laissez pas s'échapper !
Il se sauve en courant et en riant au milieu de la foule qui les acclame. Ils voient Sarah et Jess.
Sarah : Robin ! Merci Robin.
Toute la foule les salue.

*** Épilogue ***

FORÊT DE SHERWODD
Sur une colline, Will semble travailler une pierre. Les autres sont plus bas.
Robin : C'est bon de te revoir Luke !
Djaq : Vous êtes prêts vous autres ?
Allan : Mais qu'est-ce qu'il fabrique là haut ?
Much : Tu avais dit que Will allait construire quelque chose en mémoire de votre père.
Luke : C'est vrai.
Will descend et les rejoint.
Luke : Attendez la lumière !
Much : La lumière ? Il fait grand jour !
Tous regardent la pierre face à eux qui n'a rien d'extraordinaire. Et le soleil derrière eux ...
Luke : Dans une seconde ... Maintenant !
La lumière passe au travers de la pierre que Will a taillée. Elle envoie ses rayons sur la pierre à côté d'eux et forme le visage de Dan.
Petit Jean : Dan !
Much : Ça alors ! C'est ...
Djaq : ... Magnifique !
Will serre Luke contre lui.
Robin : C'était un homme bon.
Will : Oui... c'est vrai.

*** Fin de l'épisode ***

Ce script a été réalisé par Allthingsrobin sur le site Hood Winked.
This transcript was made by Allthingsrobin on
Hood Winked.

SHERWOOD FOREST.
Two men walk along a forest path. Much, Will and Allan wait to ambush them, camouflaged in leaves and their arms and faces painted like tree bark. Robin, hidden behind a tree in a cloak of leaves, watches their progress, turning himself around behind the tree. One of the men stops, sensing something wrong as a bird suddenly flutters. He hears and sees nothing, and continues on. Will stands by a tree, also in a cloak of leaves, his arm raised parallel to the trunk. He peeks out from behind his hand, watching. Much lies on the ground, hidden amongst the leaves. The two strangers start to climb a rise towards what looks like a dead tree trunk (but it is really Little John and Djaq in disguise) as Allan raises his head, smiles, picks up a rock and throws it behind them. The two men turn around as Little John stands up, holding Djaq on his shoulders with small tree branches on her head. Together they look like a tall furry monster and they roar and yell at the men as they turn forward again. The men turn and run, frightened, as Little John and Djaq laugh and Allan chases them. Robin, standing on a boulder, aims an arrow as Much stands and yells, diverting the men’s path towards Robin. Robin lets his arrow
fly, cutting a rope. A weighted basket falls, lifting a net into the path of the men. The two strangers run right into it. Much stops chasing them.
MUCH: This is an ambush!
ROBIN: Oi! A little of what you have could be a lot for the poor of Nottingham!
LUKE: We are the poor!
DAN: Let them take what they need, Lukey!
Will catches up the gang and stops, recognising the voice.

WILL: Dad? Will goes to hug the men through the net. Dad!
DAN: Will!
WILL: It’s me!
Will, Dan and Luke laugh at the strange but happy reunion. Much comes over to greet Dan. The gang all smile except for Djaq, who is confused.

DJAQ: Will, you know these people?
WILL: Still laughing. I’d like you to meet my father, Dan Scarlett, and my little brother, Lukey.
Luke steps forward and puts his hands on Will’s shoulders.

LUKE: I’m not little.
WILL: My big little brother, Lukey.
Robin, smiling, comes down to join them.

OPENING CREDITS

The gang walk back to camp with Dan and Luke. Will and Luke get into a light shoving match as Robin talks to Dan.
ROBIN: So what brings you back to Nottingham?
DAN: We’ve come to take Will back to Scarborough with us.
Will abandons his play and steps up to Dan.

WILL: What? Dan stops. What about asking me if I want to come?
Robin pauses, looking back, then walks on.

DAN: We’re your family! Your auntie Annie and us.
WILL:  Well, I’ve got a family here, too, Dad.
LUKE: We were sure you’d come and find us. Didn’t you miss us?
WILL: Yeah, but... I’m with Robin now. Follows Robin.
DAN: Mimics: “I’m with Robin now.” Son, you’ve got your whole life ahead of you! Follows Will.
Luke sighs and follows, too.

SHERWOOD FOREST. OUTLAWS’ CAMP.
Robin sits at the table writing. He dips his quill repeatedly into the ink, thinking, halfway through a message. He adds something as the gang cleans up from their disguises and adventures. Allan and Will pick out paint from under their fingernails, Allan debating whether or not to question Robin, then steps over to him.

ALLAN: What’s that?
ROBIN: Looks up. Facetiously: It’s a letter.
ALLAN: Yeah, but to who?
ROBIN: Seriously, without looking up: It’s to the King. Drops the quill into the inkwell.
ALLAN: What about?
ROBIN: The Sheriff and the Black Knights.
ALLAN: Who’s delivering it?
ROBIN: An old friend. Looks up, smiling, knowing Allan will make fun of the name. Roger of Stoke.
ALLAN: Poshly: Roger.
Robin laughs as Little John steps between them with the net.

LITTLE JOHN: Much.
ALLAN: Where are you meeting him?
ROBIN: Impatiently. How many questions have you got, Allan?
ALLAN: Yeah, all right, I’m just curious.
ROBIN: Bends back over his note. I’m meeting him in Nottingham after the money drop.
Djaq passes Allan and Much hands him a money bag. Dan stands looking at the structure.

DAN: This craftsmanship is good.
Allan passes between Luke and Will.

WILL: See, I’ve got a life here.
DAN: All that says to me is that you could earn a decent living in Scarborough.
WILL: Slams down his rag. Dad, I’m an outlaw! I stand up for what I believe in.
DAN: What? And I don’t?
WILL: Shakes his head. It doesn’t matter.
DAN: Yes, it does. Tell me.
WILL: You let the Sheriff cut off your hand!
LUKE: That was to save me and you!
WILL: Puts his hand on Luke’s shoulder. I know. I didn’t mean that.
DAN: Hurt: Yes, you did. Sits down, wrapping his cloak around him. Robin is watching the exchange, arms crossed. Luke walks out past Dan.
WILL: Robin, can you tell my dad I’m a grown man now. I make my own decisions.
ROBIN: Gently: Well, a real man listens to advice, Will.
Will nods and smiles in frustration, thinking he has no allies, and walks off. Robin watches him.

DAN: Thanks, Robin.
ROBIN: But Will does have a life here. Will stops and looks back. And you should see it before you take him away from it. Come to Nottingham tomorrow. Let us show you what we do.

NOTTINGHAM TOWN. NIGHT.
In the upstairs window of a house, Sarah looks out at the horseman walking through the street.

SARAH: : Look! It’s him! It is the Nightwatchman.
Below, Jess opens the door. The Nightwatchman leans down from his horse and hands her a bag. Sarah runs downstairs and helps Jess open the bag.

Let’s see. What did he bring?
Looks up at the Nightwatchman.

God bless you, Nightwatchman.
The Nightwatchman walks on to the next house and hands out a bag. At the end of the street, he stops, pushes back his hood and pulls off the mask.

JOSEPH : “And that night, the angel of the Lord went back and forth.” Nods and walks his horse forward.

NOTTINGHAM CASTLE. SHERIFF’S QUARTERS. THE NEXT MORNING.
The Sheriff looks in the mirror and pulls out his tooth.

SHERIFF: Hmm. The Sheriff turns aside and puts the tooth into the third skull of a row of three, and the door opens. Ah. Looks at the three skulls, deciding. The Nightwatchman.
So, how was your evening’s generosity?
The Sheriff pulls a tooth from the first skull, grins and turns into Joseph’s face.

JOSEPH: In the Sheriff ’s face. Satisfying. They all took the bait, like rats.
SHERIFF: Smiling. Good. Steps aside. Shouldn’t you be, er... measuring [turns into Joseph’s face again] or whatever it is that you do?
JOSEPH: Staying in the Sheriff ’s face. Scientific analysis.
SHERIFF: Quite, hm.
JOSEPH: Well, I’m waiting to be accidentally caught in the quarantine.
SHERIFF: Ah, yes. Chuckles and puts in his tooth. The er... pestilent poor of Pitt Street. Off you go.
Joseph leaves as Gisborne raises his eyebrows.

NOTTINGHAM CASTLE. DUNGEONS.
Marian reaches the foot of the stairs and is stopped by a guard with a halberd.

MARIAN: Please. Marian sees Edward in a cell with parchment and quill. Please, Jailer, let me see my father.
JAILER: Can’t be done. I’ve told you.
EDWARD: Marian, I am well.
MARIAN: I will speak to the Sheriff.
EDWARD: Do not worry.
The Sheriff appears in the doorway above.

SHERIFF: Speak away, my dear.
MARIAN: Turns, startled. Sheriff. Climbs the stairs to him. This punishment hurts my father, not me.
SHERIFF: Oh, I don’t know. I think it hurts you both.

EXTERIOR CORRIDOR.
Marian follows the Sheriff down the corridor.

SHERIFF: It is efficient, make you think before you undermine my authority again. Which... stops... trust me, is in your best interests. Walks on.
MARIAN: Please. Hurries after him. Please, Sheriff. There must be something I can do...
They all stop at the courtyard steps.
Looks at Gisborne.
Guy?
SHERIFF: It’s no good making those big eyes at him. He doesn’t want you anymore.
Marian tries to look elsewhere.

Tell you what, you read this announcement for me, and we’ll see if we can get Daddy some dinner. Steps down.
MARIAN: Calling after the Sheriff: You mean you haven’t fed him?
Gisborne steps to her. Marian looks at him and Gisborne follows the Sheriff down the steps.

Sheriff !
Follows them both.
 

NOTTINGHAM TOWN. A BLOCK SOUTH OF THE CASTLE GATE.
The gang, with Dan and Luke, get ready to make their handouts.

ROBIN: Right, time to spread a bit of...
MUCH: Happiness.
ROBIN: Happiness. That’s right. Time to spread a bit of happiness.
They walk towards the marketplace. Much and Will pass out coins.

VILLAGER: Bless you.
WILL: to Dan: See? These people need us.
DAN: We need you, too. Your family.
Sarah comes running down the street in front of the castle gate carrying Jess.

SARAH: Help me! Somebody please help me!
Robin comes running. Sarah sees him.

Robin! Robin, help! It’s Jess.
Robin scoops Jess into his arms.

She’s got something. I think it’s the pestilence.
ROBIN: Let me see.
Will, Dan and Luke come over.

ROBIN: Will, get Djaq.
Dan looks at Jess as Will runs off.

DAN: There’s no swellings. How long has she been like this?
SARAH: Just since this morning.
At the castle gate, the Sheriff, Gisborne, Marian and two trumpeters assemble.

SHERIFF: Leans to the trumpeters. Toot-toot-toot, toot.
A fanfare plays. The townsfolk gather round and the gang turns their attention to Marian as she steps up on a box, parchment in hand.

MARIAN: Quietly: People of Nottingham.
SHERIFF: Louder.
MARIAN: Loudly: People of Nottingham!
SHERIFF: Good.
MARIAN: On behalf of the Sheriff, I make the following announcement.
Will and Djaq come up to Robin.

SARAH: Oh, please, please.
MARIAN: The pestilence has come to Nottingham.
The crowd murmurs.

SARAH: Oh, my god, Jess. That’s what it is!
DAN: No, it’s not.
MARIAN: Do not be afraid. It is confined to the houses in Pitt Street. There will be a quarantine placed around the street. No-one is to pass through without permission. No-one is to pass food or medicine...
DAN: What? There are young ones suffering. Steps away from the gang and out into the street. They can’t be cut off with nothing!
MARIAN: To do so risks spreading the infection and will be punished by death.
Marian realizes what she just said and frowns back at the Sheriff, who looks back unperturbed.

SARAH: What are we going to do? She’s gonna die!
DAN: No, she isn’t. That’s not what she’s got.
ROBIN: Sarah, take Jess home. Robin hands Jess back to Sarah. Djaq and I will come soon. Be careful.
MARIAN: We will not be cowed by this infection. Business will continue as normal. All workers...
MUCH: Over Marian’s line: What’s Marian’s game?
MARIAN: ... are to report to the castle for duty...
ROBIN: She’s just doing what she’s told.
MARIAN: ... at their usual hour.
Finished, Marian steps down and the Sheriff takes her place. Robin and Much quietly step to the side of the street amongst the crowd.

SHERIFF: Now, you may hear cries for help, pleas for mercy, medicine. “Help me, help me, help me!” A word of advice...
The Sheriff looks around to make sure the folks are watching, then puts his fingers in his ears, looks like he can’t hear anything and chuckles. Dan shakes his head. Will goes over to Robin and Will.

WILL: Over the Sheriff’s line: Robin, we’ve got to do something. He’s condemning the whole street to death.
SHERIFF: Go forth, in peace, to love and to serve your sheriff.
The Sheriff, finished, turns to step down. Dan yells out to him.

DAN: Sheriff, this is not right!
ROBIN: Steps forward. Dan! Dan!
Robin knows he can’t do anything or he’ll be seen. Much pulls him back off the street.

SHERIFF: Turns back to the crowd. Quietly: What?
Robin and Much rush to the marketplace’s canopies.

DAN: I’ve just had a look at a young lass and it’s not a pestilence.
SHERIFF: Quietly to a soldier: Get that man to shut up.
DAN: Walking towards the Sheriff. I’ve seen the pestilence before in Scarborough.
Will makes his way through the marketplace, following Dan.

These people must have food and water...
Robin and Much hop over tables in the marketplace, also following Dan.

... and medicine!
SHERIFF: I said shut up!
Will slowly follows Robin and Much, his eyes on his father.

DAN: I’ve shut up for you once before, Sheriff. It cost me my wife, my hand, and the respect of my son.
Will reaches Little John, who is watching from the marketplace, too.

So I’m not shutting up any more. Now why are you saying this is a pestilence—
Dan is stabbed by a soldier. Little John immediately grabs Will as he tries to run to his father.

WILL: DAD!!!
Marian turns around at the commotion. Much grabs Luke as he tries to run to Dan and Robin turns around and holds his hands up to Luke. The soldier lets Dan fall to the ground as Will watches, wide-eyed and horrified. The crowd murmur.

SHERIFF: Well done! Hysteria... panic... in times of crisis, not very helpful. It will not be tolerated!
Will is outraged and claws at Little John to get free. Robin and Much run over to help.

ROBIN: Will! Will, you can’t go up there!
WILL: I’m going to kill him!
GISBORNE: to the soldiers: You heard the Sheriff! Set up those barricades!
MUCH: There’s too many of them, Will. It’s suicide!
WILL: I don’t care!
DJAQ: Will!
Djaq puts her hand on Will’s chest and he immediately calms down and looks at her. Robin releases him, watching the soldiers with the barricades. Two other soldiers drag off Dan’s body as Luke watches alone. The townsfolk scatter.

ROBIN: We need to go to Pitt Street.
MUCH: Pitt Street? What?
Will runs over to Luke behind him.

ROBIN: There are people in there, our people, and they need us.
Will hugs Luke
fiercely.
Turns to Djaq.
Djaq?
DJAQ: Of course.
Djaq passes in front of Robin, then and circles behind him to wait next to Will and Luke.

LITTLE JOHN: Unsure: Robin, pestilence.
ALLAN: Listen, I’m not sure either, to be honest.
ROBIN: I think Dan was right. There is no pestilence. That’s why... that’s why the Sheriff killed him.
MUCH: You think?!
People start yelling for help as their street is being blocked off.

ROBIN: We haven’t go time for this! They’re setting the barricades up right now! Now come on!
Allan stops Robin.

ALLAN: Listen, I’ll tell you what. I’ll do the letter for what’s his name, Roger of Stoke.
Robin digs out the letter and hands it to Allan.

ROBIN: Good thinking. Here. Go.
Allan leaves.

The rest of you, I can’t ask you to risk your lives, but if you do come with me, do it for Dan. Now come on.
Djaq runs and Robin follows. Little John goes to Will.

LITTLE JOHN: Will, Pitt Street, the back way, now.
Will helps Luke to his feet and they and Much run after Robin.

GISBORNE: to the soldiers: Go on! Move it!
More barricades are put up as the gang run up another way to Pitt Street.

Put your backs into it!
Little John just makes it in past a barrier. Gisborne glares at him, wondering if he recognises Little John.

PITT STREET.
At the barricades, Joseph is yelling at a soldier.

JOSEPH: Let me through! I don’t live here! I was just walking this way! I’m from Leicester!
SOLDIER: Sheriff’s orders!
The soldier pushes Joseph back into Robin behind him.

JOSEPH: This has got nothing to do with me! Runs off.
SARAH: to the soldiers: Don’t do this! Don’t do this! My Jess needs help!
ROBIN: Sarah!
SARAH: Relieved: Robin! Then realizes he’s trapped, too. Oh, no, no, you can’t be here. You’ll never get out!
Djaq catches them up.

ROBIN: I said I’d come and find you.
DJAQ: Take us to your daughter.
SARAH: OK.
ROBIN: Let’s see what we can do. Come on.
Meanwhile, Luke is trying hard not to cry. Will sits behind him with his arms around him.

TRIP TO JERUSALEM INN. EXTERIOR.
Allan marks his sign on the post.

NOTTINGHAM TOWN. PITT STREET. SARAH’S HOUSE. INTERIOR.
Djaq checks up on Jess. Sarah is naturally concerned and has eyes for no-one but Jess. Robin stands behind Djaq.

DJAQ: She needs water. Lots of water.
ROBIN: Are there any other people affected?
SARAH: Looks up. Half the houses in the street.

SARAH’S HOUSE. EXTERIOR.
Robin steps outside and sighs. Much and Little John are waiting, Much with a scarf over his nose and mouth. Robin steps between them and turns around to face them.

ROBIN: to Little John: Right. I want beds and clean linens all in... Robin looks at Much and pulls the scarf off. ... all in one place. Go. Turns to go back inside and remembers one more thing. Calls after them: And all the herbs and medicine from every house brought here to Djaq!
Robin sees Luke and goes to him. Luke is trembling and sobbing. Will, calmer but still distressed, sits behind him.

Hey, hey, hey. Puts a hand on Luke’s shoulder. Luke. Luke, your dad wouldn’t want this.
Luke throws off Robin’s hand.

LUKE: How do you know what he’d want? I should’ve killed the Sheriff.
ROBIN: You can’t just kill the Sheriff. Prince John would send an army to destroy Nottingham. It would create hell.
WILL: Stands. Robin, I want to take him home... to Scarborough... our auntie Annie.
Luke sobs uncontrollably.

If you need us here—
ROBIN: Interrupting: No, no. Puts his hand on the back of his head, thinking. No. Take him. And when you return we’ll honour your father. Puts his hand on Will’s shoulder.
WILL: Thank you.
Robin goes back inside. Will hugs Luke’s head.

NOTTINGHAM CASTLE. MARIAN’S CHAMBER.
Marian stands in her room, worrying about what is going on outside in the town. The door opens and closes. Marian turns around, expecting her regular servant. Another maid is there instead.

MARIAN: Where’s Sarah?
MAID: Don’t you know? She lives in Pitt Street.
MARIAN: Is she affected?
MAID: Little Jess.
MARIAN: Walks over to the maid. Right. We must get them medicine... and I need your clothes.

NOTTINGHAM TOWN. PITT STREET.
In an upstairs window, Little John throws open the shutters and pulls out the support bars.
In the street below, Robin says goodbye to Will and Luke.

ROBIN: I’m sorry, Will.
WILL: Me too, Robin.
Robin and Will embrace.
During embrace:
Really sorry.
Luke crawls out of the upstairs window onto a board bridge to the next roof.
Below, in the street, Much hands Little John a carrot, who eats it quickly.
Will and Luke jump to another roof and look down on a soldier, who didn’t notice them.
Much feeds Little John more food from a spoon.
Will and Luke jump down and across another roof, then extend a ladder across to yet another and see two soldiers on the battlements, watching, and two more below them at the barricades, and wait for the planned distraction.
Much nods to Little John as he looks sick and they head for the barricades. One of the battlement guards taps his companion and they both watch Little John, who vomits through the barricade onto a soldier beyond.
Will notices the distraction and quickly crawls across the ladder.
Luke follows. They leap onto another roof as more soldiers pass by, but they are unnoticed. Much leads Little John back to the house, looking subtly up at Will and Luke on a “safe” roof.

NOTTINGHAM CASTLE. MARIAN’S CHAMBER.
Marian is dressed in the maid’s clothes. The maid is in her underdress. Marian collects some jars and bottles and puts them in her shoulder bag.

MARIAN: We’ll need to take food as well. Reaches up to take her hairpins out.
MAID: Helping to pack. No need, miss. They’re all fed. The Nightwatchman visited last night. Pitt Street.
Marian frowns, confused, as the maid continues to pack the bag.

INTERIOR CORRIDOR OUTSIDE MARIAN’S CHAMBER.
Gisborne knocks on the door.

MARIAN’S CHAMBER.
MARIAN: Panicked at being caught and pulling out another hairpin: Don’t come in!
GISBORNE: From outside the door: Marian?
Marian rushes over to the door.

MARIAN: You can’t come in. Locks the door.

CORRIDOR.
Gisborne tries the handle.

GISBORNE: I cannot talk to you through the door.

MARIAN’S CHAMBER.
MARIAN: Well, then you cannot talk to me at all.
Marian nods at the open bag, and the maid closes it.

GISBORNE: From outside the door: I just wanted to apologise... for what happened today, the way the Sheriff treated you.
MARIAN: Am I to perform like a monkey whilst my father starves in the dungeon?
GISBORNE: No. I will see to it that your father is properly fed.
MARIAN: Scoffs. Really? And what do you want in return?
GISBORNE: Nothing. You have my word.
MARIAN: Then thank you.

CORRIDOR.
GISBORNE: Marian, please let me in. Tries the handle once more, then leaves.

MARIAN’S CHAMBER.
The maid puts her cloak around Marian’s shoulders.

MARIAN: The Nightwatchman went to Pitt Street?
MAID: Yes.

NOTTINGHAM TOWN. PITT STREET.
Robin knocks on the door of another house.

ROBIN: Hello? It’s Robin Hood. Do you have any medicine or herbs you could give me?
The door opens and a man sticks his head out.

MAN: Robin, please, go away. We have the pestilence here. Save yourself.
The man quickly closes the door. Robin walks away, disappointed, and sees Joseph staring at him.

JOSEPH: Annoyed: What are you doing?
ROBIN: Surprised at his attitude. I’m helping the sick.
JOSEPH: Leave them alone.
Robin frowns at him.
Trying to be normal:
I mean, you could die.
ROBIN: Well, that’s a risk I take every day. Walks past Joseph.
JOSEPH: Turns around. Know what? You’re right. Forgive me. Er, let me help.
ROBIN: What’s your name?
JOSEPH: Joseph. I’m here by mistake.
ROBIN: Yeah, you’re from Leicester, I heard.
JOSEPH: Did you see the way those men treated me? Shakes his head. Godless.
ROBIN: Well, welcome to Nottingham.
Behind Joseph, Little John and Much carry out a bed.

LITTLE JOHN: Er, Robin? Points to the other end of the bed.
ROBIN: These men are with me. Can you help them? Follows Much and Little John.
Robin helps Sarah carry Jess to the makeshift hospital around the side of her house. Djaq is with the person on the next bed.

DJAQ: to Robin. These people are burning up.
JOSEPH: You know, perhaps it would be a kindness just not to interfere, not prolong the pain.
Robin, sitting at Jess’ bedside, looks up sideways and glares at him.
Much comes running in by Djaq, holding a large box aloft.

MUCH: This is a medicine chest!
Djaq turns around to face Much and he opens it to show her.

Every medicine known to man and some unknown.
Joseph walks away as Djaq pulls out two bottles, squeals a bit and kisses Much on the cheek.

Oh, don’t do that.
DJAQ: Why not?
MUCH: I’m a man, you’re a woman. I fall in love very easily.
DJAQ: Sniffs the bottles. Don’t worry. I don’t. Quickly steps over to help a sick man just brought in.

NOTTINGHAM TOWN. ON TOP OF THE TOWN WALL.
Will has strung a rope through a ring on the gibbet. He lets the rope drop, then reaches for it, but can’t. Luke hops up on the wall on the other side.

WILL: Let me go down first, make sure it’s safe.
Will flips out his hatchet to hook the rope and pull it towards him, then pulls on the rope to be sure it will hold.

I know what to look for better than you do.
Luke grabs the rope from Will.

LUKE: Why do you always treat me like I’m a baby?
Luke climbs down the rope to the ground below as Will puts his hatchet away.

WILL: When Luke touches the ground, quietly: I loved you, Luke.
LUKE: See? Your turn! Will pulls the rope back up. Will?
WILL: Run away, Luke! Run back to Scarborough! Quietly: This place is about to turn into hell.
LUKE: Will! Cups his hands around his mouth. Will! Will!
Will turns away.

NOTTINGHAM TOWN. PITT STREET.
Djaq, sitting on one side of Jess, grinds something up for her while Sarah sits on the other side. Robin stands at the foot. Much comes over with a bowl of water, squeezes out a rag and hands it to Djaq.

SARAH: She’ll not die, will she?
DJAQ: Not if I can help it. Puts the rag on Jess’ forehead.
Meanwhile, Joseph is talking to an old lady sitting by her sick husband in the next bed.

JOSEPH: And you’re from the fourth house on the street? And your husband ate a large pie last night, and nothing since?
WOMAN: That’s right.
JOSEPH: Good. Stands.
WOMAN: Puzzled: Good?
Joseph walks over to Jess’ bed as Robin walks away.

JOSEPH: Looking at Jess. She’s hotter. Look at the cheeks and the lips.
DJAQ: Are you trained in medicine?
JOSEPH: Me? No, no. Just, er... just hoping this poor child recovers.
The man he was just sitting with starts gasping for breath.

WOMAN: Don’t go!
She starts crying as Djaq, Robin and Much hurry over and Joseph watches. The man breathes his last. Djaq looks up at Robin to confirm the death. Joseph leaves.

NOTTINGHAM CASTLE. OUTER WALL.
Will has thrown his hatchet, tied to a rope like a grappling hook, over the castle wall and he is scaling the wall, his dark cloak billowing in the breeze. As he climbs over the battlements, a soldier confronts him.

SOLDIER: Stand! Draws his bow. Or you’re dead.
Will jumps down to the floor, starts to grab his hatchet and then looks at the soldier, unconcerned and determined. He takes a step forward and the soldier shoots at Will’s head. Will tilts his head to avoid it, stepping steadily forward, then punches out the guard before he has a chance to reload and picks up the fallen bow and arrow.

NOTTINGHAM TOWN. PITT STREET. SARAH’S HOUSE. INTERIOR.
Joseph is listing the death, in code, in his journal. Robin enters and Joseph quickly hides his quill, closes the book and pushes the Nightwatchman’s mask back into his open bag.
Robin doesn’t notice—he’s pacing, angry, and sighs.

JOSEPH: A shame.
ROBIN: A shame?
Robin picks up an earthenware pot and throws it at the wall where it smashes.

It’s an outrage. That’s another life wasted.
Joseph pulls the flap of his bag closed.

JOSEPH: You suspect foul play?
ROBIN: Trying to keep his patience. Joseph, Joseph. This is Nottingham. There is no other kind of play.

NOTTINGHAM CASTLE. INTERIOR CORRIDOR.
Marian is sneaking towards the main doors. Will is waiting to ambush someone, not knowing who it is approaching. He turns to the other side of pillar and draws his bow. Marian gasps as she passes it, backing against the wall. She recognises Will.

MARIAN: Relieved. Will.
Will lowers his bow

Will, you scared me. What are you doing here? Do you have a message from Robin?
Will just stares at her, in a trance with determination.

Will?
Will runs off.
Whispers:
Will!
Marian frowns and goes on her way.

NOTTINGHAM TOWN. PITT STREET.
Robin paces, thinking.

ROBIN: So... you’re all from different families, and you haven’t eaten together.
SARAH: We’ve all eaten the pies, though. Our Jess ate ours.
Joseph arrives.

JOSEPH: How much did she have?
ROBIN: What pies?
SARAH: The Nightwatchman’s.
Robin goes over to her.

He brought them all last night. Every house in the street.
JOSEPH: Soup. I’ll make everybody some soup. Goes inside.
Robin leans on a post, thinking.

NOTTINGHAM CASTLE. INTERIOR CELLAR CORRIDOR.
Will finds the Sheriff and Gisborne leaving a storeroom and walking down the corridor.

GISBORNE: They’re dropping like flies, my lord.
SHERIFF: The poison’s lethal. Can’t let it fall into the wrong hands, huh?.
They walk towards Will. Will tries to get to them but a locked gate bars his way.

I’m thinking of getting a food taster, Gisborne...
Will aims the arrow through the gate.

All this tasteless poison about.
The Sheriff stops. Gisborne takes another step and stops, blocking Will’s shot.

What do you think?
GISBORNE: Good idea.
SHERIFF: Hm. Or maybe I’ll eat half an hour after you do.
They continue on and Will can’t get a shot off. Will grabs the gate, frustrated, as a door closes behind them.

NOTTINGHAM CASTLE. MAIN GATE.
The castle workers are going home for the day, Marian amongst them, her face hidden in the hood of the maid’s cloak. Once outside, the workers wave and separate to their homes. Marian heads for Pitt Street.

NOTTINGHAM CASTLE. INTERIOR CELLAR CORRIDOR.
Will sets a candle on a bench by the door the Sheriff just came out. He drops the bow with a clatter and flips out his hatchet. He lifts the blade off, revealing a chisel, checks the tip, sets it in the door, and starts hammering on it.

NOTTINGHAM TOWN. TRIP TO JERUSALEM INN. EXTERIOR.
Gisborne rubs Allan’s mark off the post and enters the inn.

INTERIOR. THE BACK ROOM.
GISBORNE: What have you got for me? What’s the matter? A conscience?
ALLAN: Looks at the door, steps to Gisborne. How much for this?
Holds up Robin’s letter, sealed with red wax.

GISBORNE: Depends what “this” is.
ALLAN: It’s a letter to King Richard from Robin, telling him all about you and the Sheriff and the Black Knights. Game would be up, eh, Gisborne?
GISBORNE: Give me that.
ALLAN: I can’t. I told Robin I’d give it to Roger of Stoke He’s coming to take it to the King.
GISBORNE: So what’s your proposal?
ALLAN: I’ll give it to him, then I’m clean. You can arrest him after I’ve gone, somewhere out of town. I don’t know anything about it.
GISBORNE: Good. You’re learning... Gisborne hands a money bag to Allan. ... Allan.

NOTTINGHAM TOWN. NEAR PITT STREET.
Marian crawls up on a roof and sees a soldier below. She jumps to another roof and is seen by the soldier.

SOLDIER: Hey! Stop! I’ve seen you!
Marian positions herself on the roof. The soldier climbs up and Marian kicks him off again.

MARIAN: No you haven’t.

NOTTINGHAM TOWN. PITT STREET.
Robin and Joseph put the dead man’s body on a cart as Marian climbs over the last roof.

JOSEPH: to Robin: You should come and eat, keep your strength up.
Returns to the house.

ROBIN: All right. Thanks, Joseph.
Robin takes a moment to rest as Marian calls to him from the roof.

MARIAN: Whispers: Robin. Robin!
ROBIN: Looks up at Marian, a bit out of breath from carrying the weight. Marian, what are you doing here?
MARIAN: Someone’s impersonating me.
ROBIN: I know. I think he’s given out poisoned pies.
MARIAN: Climbing down to the edge: What? In my name?
ROBIN: It’s the Sheriff’s doing. But... but why?
MARIAN: I’ve no idea, unless he wants to damage the Nightwatchman’s reputation.
ROBIN: But then he’d blame the Nightwatchman... Marian takes her shoulder bag off over her head. ... and he hasn’t.
Robin catches Marian’s bag as she drops to a table. Robin takes her into his arms. They smile at each other lovingly for a long moment.

MARIAN: I need to go and see if Jess is all right.
Robin turns his head aside lets her down, then watches her go.

NOTTINGHAM CASTLE. INTERIOR CELLAR CORRIDOR.
Will breaks through the door, reaches in and lifts the latch from the inside. The door opens and Will steps through with the candle. He looks around and sees a bottle with a clear liquid on a far shelf. He steps around to it, holds the bottle up to the light, then blows out the candle.

NOTTINGHAM TOWN. PITT STREET. SARAH’S HOUSE. INTERIOR.
Joseph opens his bag on the table and pulls out a bottle of clear liquid, revealing his Nightwatchman’s mask still in the bag. He steps over to his soup pot as Much enters with a round of bread. Joseph hides the bottle in his hand at his hip. Much steps over to Joseph.

MUCH: Mm. Smells good. Are you a cook?
Much goes over to the table, closes Joseph’s bag without looking inside it, and clears the table.

JOSEPH: No. I’m a man of science.
MUCH: Science? What, er, sort of science?
JOSEPH: Pours a generous amount of the liquid into the soup. The science of elimination.
MUCH: What’s that?
JOSEPH: Finding ways to get rid of dirt.
Much sets out bowls and plates as Joseph walks over to him.

Have you noticed there’s dirt everywhere? We have to get rid of it. And there are people who will make the necessary difficult decisions, who don’t need to be popular.
MUCH: Setting out spoons: Well, you can talk to the Sheriff. He doesn’t need to be popular.
Joseph grabs Much’s arm.

JOSEPH: With the right tool, we can clean this country, create a new England.
MUCH: Confused by Joseph’s meaning. Haltingly: Well, you should definitely talk to the Sheriff.
Joseph pats Much’s arm and walks back to the pot. Much goes outside.
to Little John:
Food!

SARAH’S HOUSE. EXTERIOR.
Robin, Djaq and Marian are attending to the sick. Little John pokes his head around the corner and announces:

LITTLE JOHN: Food.
MARIAN: to Djaq: I’ll take over.
Djaq relinquishes her spot to Marian.
to Robin:
You organised this?
ROBIN: We had hospitals in the Holy Land. I thought that’d be the last time I’d see them.
MARIAN: How did you know there wasn’t some kind of infectious disease?
ROBIN: Shakes his head. I didn’t.
MARIAN: That’s brave.
ROBIN: Scoffs quietly. How did you know?
MARIAN: I didn’t.
Joseph arrives.

JOSEPH: Robin, you eating?
Marian recognises Joseph and quietly slinks into the dark corner behind her.

ROBIN: In a moment. The others can start.
JOSEPH: Very impatiently: No, I need you.
Robin looks back at him, frowning.
Nicely:
I mean, you should eat.
ROBIN: I’ll be there in a moment.
Joseph leaves. Robin scoffs as Marian reappears from her corner.

MARIAN: Whispers: Robin. Robin, I know that man. I’ve seen him before in the castle.
Robin is very attentive.
He’s advising the Sheriff.
Robin’s mind is quickly putting all the pieces together.

SARAH’S HOUSE. INTERIOR.
Joseph is handing out plates of soup and bread to Djaq, Little John and Much.

JOSEPH: “And the Lord said, ‘Take, eat, do this in memory of me.’ ”
MUCH: You make it sound like the Last Supper.
Just as they are about to take a bite, three arrows in rapid succession knock the food from their lips.

LITTLE JOHN: Angrily: Robin!
Robin has a loaded bow pointed at Joseph.

ROBIN: This is the last supper... for you, Joseph.
MARIAN: Holds up a Nightwatchman-like mask. You poison people and then you keep a record of their suffering!
MUCH: Wipes his mouth with the back of his hand. What? That is revolting!
JOSEPH: Shakes his head. My poison has no taste, no colour, no odour. It’s a beautiful thing.
Djaq sniffs her bowl.

ROBIN: What’s the cure for the poison?
Joseph turns his head and looks silently at Robin. Robin fires an arrow which grazes Joseph’s cheek.
Impatiently, angrily:
There are people out there dying.
Joseph
fingers his wound.
Children!
JOSEPH: Smiling: It’s made from a extract of the Amanita mushroom. Joseph pauses, looking at their puzzled faces. The Angel of Death! Djaq inhales sharply. The Devil’s Cap!
Little John’s eyes widen. Marian looks at Robin, horrified.

There is no cure!
Joseph delights in the looks on everyone’s faces, then chuckles, kicks over a chair and dives his head
firrst out the window into the street before anybody can catch him.

PITT STREET. EXTERIOR.
LITTLE JOHN: Off-stage: Stop him!
Joseph runs towards the barricades. Little John and Much try to exit at the same time. Little John wins and Much follows him out.

JOSEPH: to the soldiers: Open the gate!
LITTLE JOHN: Stop that man! Stop him! Stop that man!
Robin aims an arrow, but can’t get a shot off at the fast moving target before Joseph disappears around the corner.

JOSEPH: to the soldiers: It’s me! Let me through! It’s me!
LITTLE JOHN: Stop him!
Joseph runs through the barricade and it is immediately closed behind him as Little John crashes into it. Joseph nods to the soldier as Much and Djaq arrive.

They knew him!
MUCH: He tricked us!
DJAQ: Clever.
MUCH: Clever? He nearly poisoned us. What about these people?
LITTLE JOHN: Thinks for a moment: Belladonna.
MUCH: Bella what?
LITTLE JOHN: Belladonna. For mushroom poisoning.
DJAQ: Belladonna is Deadly Nightshade. It is a poison.
LITTLE JOHN: Shakes his head: It works. Woodman’s remedy.
DJAQ: Amazed: Poison to fight poison.
Djaq smiles and runs between Robin and Marian, back to the medicine box Much found earlier.

SARAH’S HOUSE. EXTERIOR.
Marian is standing over Sarah’s shoulder at Jess’ bedside.

SARAH: Djaq? Djaq? It’s Jess. I thinks she’s going.
Djaq hurries over with a jar from the medicine box. Sarah sees the it.

What’s that?
DJAQ: It’s a hunch. But it could kill her.
SARAH: Whose hunch?
LITTLE JOHN: Mine.
Sarah stares at him. Little John steps forward and takes the jar from Djaq and sits at Jess’ side.

Here. Trust me. Let me do this.
Sarah cries for a moment, then recovers.

SARAH: She’s going anyway. Just try it. Just try it.
Little John smears a bit of belladonna on Jess’ tongue. Jess turns her head. Marian is standing behind Sarah, watching.

Jess! No! Sobs. No!
Robin glances at Marian. Marian puts her hand on Sarah’s shoulder. Jess tosses a bit, then opens her eyes.
Happily:
Jess! Oh, it’s working! It’s working!
DJAQ: I think it is. It is working.
Sarah hugs Jess as Marian smiles.

MUCH: Amazing! With the back of his hand, slaps Little John in the chest. How did you know that?
LITTLE JOHN: Slightly embarrassed and offended: I know some things.
ROBIN: We have to stop Joseph before he poisons anybody else. Now, he’ll have gone into the castle. We have to find a way to get in after him.
MARIAN: Well, how did Will get in?
MUCH: Confused: Will?
MARIAN: He’s in the castle.
Robin knows what Will is planning.

Didn’t you know?
ROBIN: Oh, no.
MARIAN: What’s going on?
DJAQ: He is going to kill the Sheriff.
MARIAN: Well, doesn’t he know that Prince John would destroy Nottingham?
MUCH: Oh, he knows, but—
ROBIN: Interrupting: The man the Sheriff killed... was Will’s father.

NOTTINGHAM CASTLE. INTERIOR CORRIDOR.
A young man is carrying a tray with a pitcher and two goblets towards the Sheriff ’s quarters. Will, standing between two pillars, grabs the pitcher off the tray. The young man stops and Will punches him out.

NOTTINGHAM TOWN. THE WELL.
Allan walks up to a man standing next to a horse at the well. A woman is doing her washing nearby.

ALLAN: Roger?
ROGER: Where’s Robin?
Allan motions to the woman to turn away.

ALLAN: He couldn’t make it. He gave me this for you.
Allan hands the letter to Roger and pats the horse.

ROGER: Oh! God save the King. Leads his horse away.
ALLAN: Yeah. And the rest of us.
Allan leaves to his left and walks right into Gisborne on his horse. Allan quickly turns around to let him pass. Gisborne gives Allan a sinister grin as he passes. Allan waits until he is gone, then continues on his way.

NOTTINGHAM CASTLE. SHERIFF’S QUARTERS.
The Sheriff is about to eat his supper as door opens and Joseph comes in.

SHERIFF: Ah. Success with the pitiful of Pitt Street?
JOSEPH: Oh, yes. Even those who hardly touched the food are in agony. And those who ate the full dose have begun to die, as I predicted.
SHERIFF: Picks up a chicken leg, thinks twice, and puts it back down. Sits down. Very good. Well done. Thank you. Goodbye.
JOSEPH: Pardon?
SHERIFF: Oh, you can go now, back to wherever it was that you came from. You’ll be paid, don’t worry.
JOSEPH: But the application of my invention. We were going to do that together. To rid the country of the weak and the dirty and the parasites.
SHERIFF: Stands and steps around the table to Joseph. My dear boy, those are the ones who do exactly what I tell them to. We need those. No, no, no. Your poison should be used on the King’s army when he lands on the south coast.
JOSEPH: But that’s not what we agreed.
SHERIFF: Yes... yes I know. Wiping his hands on Joseph’s cloak: And life is usually so much fairer. Ha. Walks to his birds, making kissing noises. Come to daddy.
Joseph is silently seething.

NOTTINGHAM TOWN. PITT STREET.
Marian and the gang arrive at the barricade with cloths over their faces. Robin and Little John carry a stretcher. Djaq, dressed as a monk, carries a earthenware jar of water.

SOLDIER: Nobody passes.
MARIAN: In a peasant accent: Master Joseph asked us to bring the body to t’ castle.
SOLDIER: What for?
MARIAN: He didn’t say.
LITTLE JOHN: Calling from the back: Or do you want to take it?
The soldier opens the gate and the gang goes through, with Much looking dead on a stretcher, a large wooden cross on his chest.

NOTTINGHAM CASTLE. SHERIFF’S QUARTERS.
A guard knocks on the Sheriff’s door. The Sheriff has his feet up on the table, one foot bare. Joseph leans on the table.

SHERIFF: Enter!
The guard opens the door and Will enters with the tray.

JOSEPH: I will not let you use my poison!
The Sheriff tosses his boot over his shoulder to the floor.

SHERIFF: Well, I’m surprised to hear you say that, hm? A clue... spells out “no” with his finger.
Will sets the tray down on the table and pours red wine into the goblets as the Sheriff picks up a book.

Luckily I managed to commandeer your meticulous records. Drops the book on the table.
JOSEPH: You used me.
SHERIFF: Shrugs. Yes. I used you. Takes off his other boot. You’ll just have to bite the bullet. I like you.
The Sheriff motions to Will for his drink.

If I didn’t, well...
Will offers him the tray and he takes a goblet.

I could make you drink from your own cup, so to speak.
Will offers the tray to Joseph, who takes the remaining goblet.

So, chin-chin, hm?
Will walks towards the door with the tray.

Erm, you, you, boy... don’t I know you?
WILL: Turns his head slightly, not looking at the Sheriff. You knew my dad, Dan. He’s dead now.
SHERIFF: Oh, really? Well, here’s to your dearly departed dead dad, Dan.
The Sheriff chuckles. Will looks back at the Sheriff, who drinks.

Mmm.
Will turns to the door and nervously steps out.

Come along, Joey, boy. Drink up!
Joseph drinks.

And then get lost, hm? Otherwise I might change my mind. Drinks. To dead Dan.
Will shudders and wheezes as the doors close behind him. He breathes heavily and closes his eyes, then looks back at the guards and quickly leaves.

NOTTINGHAM CASTLE. THE MAIN GATE.
The gang carries Much to the castle.

GUARD: Raise the gate! Body for Mr Joseph!
The gang approaches the gate. Allan, waiting nearby, sees them and puts up his hood. He goes over to Little John and takes one pole of the stretcher from him. Djaq sprinkles water along their path and makes the sign of the cross to the guard as they go through the gate.

INTERIOR CORRIDOR. THE DOOR TO MARIAN’S CHAMBER.
Marian leads them through the castle, first checking to be sure the way is clear.

ALLAN: What’s happening?
Robin and Little John put the down the stretcher as Djaq removes her mask.

DJAQ: Will’s in here.
MUCH: Getting off the stretcher, just fine: And he wants to kill the Sheriff.
Robin looks back down the corridor as Little John gets his staff from the stretcher, then Robin turns to face the gang.

ROBIN: And the Sheriff has hired a poisoner. Puts a hand on Allan’s shoulder. Did you see Roger of Stoke?
ALLAN: Yeah. Yeah, I gave him your letter.
ROBIN: Good. Good work.
Robin takes off his cape and puts on his knife belt. Allan, Djaq and Much put on their sword belts.

John, Allan, you go down that way.
MUCH: What do we do if he doesn’t come quietly?
ROBIN: Then you make him.
MUCH: But what if he won’t?
ROBIN: Solemnly, pausing, adjusting his belt: Whatever it takes, Much.
Djaq looks back at Robin.

MUCH: Whatever it takes?
ROBIN: Whatever it takes.
MUCH: We kill one of our own?
Allan and Djaq
finish buckling as Marian looks on quietly, eyes wide. Allan looks concerned, too.
ROBIN: Nods solemnly. Well, let’s hope we have a choice.
Allan stares. Much draws his sword and all split up, Marian going into her room and closing the door.

 

NOTTINGHAM CASTLE. SHERIFF’S QUARTERS.
Off-stage, Robin punches out the two guards and enters. The falcon mews. Robin sees the Sheriff slumped over the table.

SHERIFF: Help.
Joseph is writhing on the floor. Robin steps forward and looks around.

ROBIN: to himself: Will.
SHERIFF: Robin, help... ah... poison. Drops his goblet on the table.
Robin leans over the Sheriff, showing no sympathy, but rather having fun with the situation.

ROBIN: Well, according to your friend, here, there is no cure, so... you’re gonna... die.
SHERIFF: No, I cannot die. I’m too young. Groans. And I haven’t finished yet. Falls to the floor clutching his stomach.
ROBIN: Squats by him. Dan Scarlett hadn’t finished either when you killed him this morning.
SHERIFF: Him? Dead Dan? Oh... the father. I’m going to die because of a complete nonentity? Ow.
JOSEPH: With malice: And life is usually so much fairer.
The Sheriff tries to crawl to Joseph, but can’t.

ROBIN: Why, Sheriff ?
SHERIFF: Operation Shah Mat.
ROBIN: Understanding. Oh.
SHERIFF: The King’s army... You should approve. We win without any bloodshed.
ROBIN: Well, you’re not winning now... are you?
SHERIFF: Shakes his head and moans. No, no, no.
ROBIN: Now... if, by the slightest chance... I happened to have a cure...
Joseph looks up. Robin picks up a small bit from the floor and twirls it between the thumb and finger of both hands.

... would you give up Shah Mat?
The Sheriff nods.

JOSEPH: No! Points at Robin. There’s no cure!
SHERIFF: Shut up! Ah... yes, yes. Yes, Robin. Grabs Robin’s wrist.
ROBIN: Imitating: Yes, yes. Through his teeth: Well, don’t die before I get back.
SHERIFF: Shakes head. No.
ROBIN: No.
Robin gets up and leaves.

INTERIOR CORRIDOR.
Will is walking, dazed, through the castle. Djaq sees him.

DJAQ: Will! Runs to him. Tell me you haven’t done anything stupid.
WILL: Stupid?
DJAQ: To the Sheriff.
WILL: I haven’t touched him.
DJAQ: It’s not pestilence. It’s poison, and we have a cure. It’s Little John’s idea.
Djaq turns to run back to Robin. Will slowly walks after her.

WILL: Flatly: That’s—that’s good.
DJAQ: Stops and turns around. You’re not happy? The sick are getting better.
Will opens a door and pushes Djaq inside.

What are you doing?
Will slams the door shut shoves a stick through the ring.

WILL: My dad isn’t getting better!
DJAQ: From inside the door: Don’t do this!
Will runs away.

INTERIOR CORRIDOR. ANOTHER PART OF THE CASTLE.
Much with his sword is walking along slowly. Robin runs up to him.

ROBIN: At the sword raised: Whoa, whoa,whoa, whoa! Where’s Djaq?
MUCH: We split up.
Allan and Little John catch them up as Robin reacts, frustrated, clenching his fists by his face and spinning around.

ROBIN: Will’s poisoned the Sheriff.
MUCH & LITTLE JOHN: What?
ROBIN: And Djaq’s got the remedy.
Will walks by behind Much and Little John.

Will!
Will stops and turns like he’s in a trance.

I know what you’ve done.
WILL: I’ve done the right thing, that’s what I’ve done. Holds up the bottle. Justice in a bottle.
ROBIN: Djaq has the remedy.
WILL: Yeah, I know. She told me.
MUCH: Where is she, Will? What have you done with her?
WILL: I’ve stood up to the Sheriff. That’s what we all should have done a long time ago.
ROBIN: Even if all of Nottingham dies?
WILL: That’s not my fault.
Robin charges Will, putting his left hand on his neck and grabbing the bottle with his other. He holds the bottle to his lips and drinks as Will pulls at Robin’s hand at his neck.

MUCH: Whoa, Master, no!
LITTLE JOHN: Eyes wide: Robin!
WILL: Robin!
LITTLE JOHN: Robin!
Robin lowers the bottle and wipes his mouth with the back of his hand holding the bottle. His left hand is still at Will’s throat. Will breathes heavily.

ROBIN: You want to watch people die? Then you can start with me.
WILL: Robin, I can’t let the Sheriff live.
ROBIN: Yes, you can!
WILL: My dad, he did it for me. He stood up to the Sheriff to prove himself to me!!
ROBIN: Then prove yourself to him. Show them we are stronger men than the Sheriff.
Will stares at Robin with wide eyes, then Robin grunts and doubles over.

WILL: Robin!
Much grabs Robin and helps him sit on the floor.

MUCH: Will! Will, come on!
WILL: Robin, why did you have to do this?
ROBIN: To prove my point. Will Scarlett still believes in the right thing.
MUCH: Will, please!
Robin groans.

LITTLE JOHN: Will, do this.
WILL: I’ll take you to her.
Will runs off the way he came. Much and Little John help Robin to his feet.

ROBIN: Go. Go to the Sheriff’s quarters. Go. I’ll see you there.
Robin stands bent over until the others are out of sight, then stands up, straightens his hood, picks up the bottle and tosses it up and catches it, still corked. He takes a deep breath.

EXTERIOR CORRIDOR.
Much, Allan and Little John follow Will to get Djaq. Allan stops by an opening overlooking the courtyard and sees Gisborne bringing in Roger of Stoke on his horse. Gisborne pulls Roger off the horse and lets him fall to the ground, obviously dead. Allan sees this, closes his eyes and shakes his head. Much sees Allan stopped and looks out at the courtyard.

MUCH: Who’s that? Slaps Allan’s shoulder. What are you doing? Come on!
Gisborne takes the note from Roger’s belt.

SHERIFF’S QUARTERS.
Robin bursts into the room and sees the Sheriff and Joseph crawling on the floor in agony.

ROBIN: Sarcastically: Oooo. Nothing like the taste of your own medicine, is there?
Robin picks up the stand with the three skulls and uses it to smash the window open.
Chuckles.
And you... Robin grabs the Sheriff ... have got an announcement to make.
Robin carries the Sheriff to the window. The Sheriff moans.

SHERIFF: Out the window to the people below: People of Nottingham! There is no pestilence! Groans. It was poison! An experiment for which I’m... truly, truly sorry.
Robin pushes him.

ROBIN: Shah Mat!
SHERIFF: I can’t. Slumps to the floor. I’m so weak.
Little John bursts in with the gang behind him.

LITTLE JOHN: Robin!
MUCH: Djaq, the remedy. Quick!
Djaq tosses the jar to Robin.

ROBIN: Points at Will. Will, this is your call. Will steps forward.
Prove to me Will Scarlett believes in doing the right thing.
WILL: Looks at Robin. You didn’t drink the poison, did you?
ROBIN: No... but I think my point still stands, so... Indicates the Sheriff.
WILL: Yeah. Yeah, it does.
Will leans over the Sheriff’s head and puts a bit of belladonna on the Sheriff’s tongue.

This is to the memory of my good father, Dan Scarlett, and the people of Nottingham.
They all wait a moment, but the Sheriff doesn’t move. Robin looks up. Little John looks troubled. Will glances back at Much.

MUCH: He can’t be dead.
Robin looks worried.

ALLAN: This is just getting weird now. I want him to live; I don’t want him to live.
Robin shakes the Sheriff’s shoulder.

ROBIN: Come on!
SHERIFF: Lifts his head. Just joshing.
ROBIN: Finish the speech.
SHERIFF: Oh, I don’t think so, now that I’ve had the remedy, hm? Guards! Guards!
ROBIN: Go! Go! Go!
The gang runs out. Robin tries to follow, but the Sheriff grabs his leg.

SHERIFF: Robin Hood! Kill him!
Robin pulls his leg free and makes for the door, but Joseph comes out from behind the open door with his sword raised.

JOSEPH: “Then he looked and saw the angel of death standing between heaven and earth.” Points his sword at Robin.
ROBIN: Backing towards the window: Joseph, there’s a cure. I can give you the antidote.
JOSEPH: I was going to be remembered for a thousand years. The creator of the perfect poison. There cannot be an antidote.
ROBIN: There is an antidote and any woodsman would know it.
JOSEPH:  No!
Joseph charges at Robin.

ROBIN: No, Joseph!
Joseph barrels into Robin and they both go through the window. The Sheriff strains to pull himself up to the window and looks out to see Robin hanging by his right hand from the top of the long banner which reaches to the top of the main doors below. Joseph has a hold of Robin’s boot. Robin reaches down to him with his left hand.

SHERIFF: Quietly: Hood.
ROBIN: to Joseph: Give me—give me your hand.
The boot slips off Robin’s foot and Joseph falls to his death to the steps below.
With his left hand, Robin stabs his knife into the banner, then grabs it with both hands and slides down, the knife cutting the cloth, sparking against the stone wall and slowing his fall. The gang wait below at the portcullis, watching.
Gisborne, who has just joined the Sheriff, yells down.

GISBORNE: Get him!
Robin reaches the thick rope at the bottom of the banner and stops, then the banner tears away from the rope and Robin drops gently to the ground. He sits on the steps and puts on his fallen boot as Gisborne helps the Sheriff from the window. Robin runs to join his gang and looks back.

Stop him!
Robin laughs and the gang runs out through the gate and the street of cheering townsfolk, Sarah and Jess among them.

SHERWOOD FOREST. NEAR CAMP.
Will is up on a tall boulder, working on something. Luke is leading the gang to him.

ROBIN: It’s good to have you back, Lukey.
DJAQ: Are you both ready for this?
ALLAN: Look! What’s he doing up there?
MUCH: I thought you said Will was going to build something to remind you of your father.
LUKE: He is. Wait for the light.
MUCH: Light? Looks around. It is light.
Will runs down to Luke, excited.

LUKE: Any second... now.
The setting sun shines through Will’s contraption and lights up the face of another boulder. The gang follows the light and Dan’s face appears on the surface of the boulder. All are amazed. Robin smiles.

LITTLE JOHN: Dan.
MUCH: That is...
DJAQ: Awed: Beautiful.
Will puts his arm around Luke.

ROBIN: He was a good man.
WILL: Yeah. Yeah, he was.

END OF EPISODE FOUR.

Kikavu ?

Au total, 27 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Phoebe0102 
03.07.2019 vers 23h

ladyMorgan 
16.05.2019 vers 10h

schumi 
26.08.2018 vers 23h

stella 
06.07.2017 vers 21h

naadd 
18.04.2017 vers 16h

Kiraven 
26.03.2017 vers 20h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Locksley  (27.08.2018 à 20:14)

Le loup de Tex Avery dans ton autre commentaire, le chacal... on aura bientôt Bip-Bip pour compléter le tableau du désert texan ! Sacré portable, rien qu'en imaginant la scène, ça m'a bien fait rire laughing

schumi  (27.08.2018 à 20:11)
Mais c'est quoi ce charabia? Mon portable joue encore des tours et pourtant je relie... donc cheval blanc pas chacal ( mais d'où ça sort cette proposition? Mdr) Et à la place de festival c'était c'est si beau...
schumi  (27.08.2018 à 20:08)
Oh oui c'est vrai que cette scène romantique est superbe. C'est vraiment le stéréotype du prince charmant qui vient chercher sa belle sur son chacal.blanc sauf que c'est Marianne qui leur vient en aide en fait... Mais festival beau... ah la la il faut que je soigne mon côté fleur bleue.
Locksley  (27.08.2018 à 16:54)

Joseph est faux et détestable, c'est un ignoble individu nous sommes d'accord.

Effectivement, Robin prend de grands risques et il trouve aussi le bon moyen de ramener Will à la raison. Petit Jean est également mis en avant en tant qu'homme vivant dans la forêt, j'aime bien le réalisme d'utiliser ses connaissances, c'est bien vu.

Et on ne peut pas parler de cet épisode sans évoquer THE scène romantique où Robin reçoit Marian dans ses bras après sa petite balade sur les toits :-)

schumi  (26.08.2018 à 23:51)
Excellent épisode où Robin prend de sacrés risques: prendre à plein bras une enfant peut être porteuse de la peste quel courage. C'est un vrai héros tout comme les autres membres du groupe. Ce Joseph m'a beaucoup fait penser à josef mengele... des tests médicaux sur des humains une volonté de purification : un monstre doublé d'un dingue quoi. Et Will m'a fait beaucoup de peine il était si malheureux si désemparé... J'ai bien cru qu'il allait tuer le shérif mais heureusement Robin à su l'aider à retrouver ses esprits.

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Découvre le hors-série de notre magazine HypnoMag, consacré à la série Roswell qui fête ses 20 ans !
HypnoMag | Hors-série 20 ans Roswell

Tentez de gagner une HypnoCard Collector Roswell grâce à notre jeu HypnoChance !
Tirage au sort le 15/10 | Collector Roswell !

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Saison 2 de Perdus dans l'Espace : votre cadeau de Noël !

Saison 2 de Perdus dans l'Espace : votre cadeau de Noël !
Vous guettiez l'annonce de la diffusion de la 2ème saison de Lost in Space / Perdus dans l'Espace ?...

The Bay rend ses conclusions ce soir

The Bay rend ses conclusions ce soir
Si vous suivez la série policière The Bay, diffusée sur France 2 depuis le 16 septembre, vous allez...

Nouveau sondage hoodesque !

Nouveau sondage hoodesque !
Il est plus que temps de baptiser la fille (fictive) de Robin et Marian. Dans notre dernier sondage,...

David Harewood fera sa rentrée aux côtés de Supergirl

David Harewood fera sa rentrée aux côtés de Supergirl
Le 6 octobre, David Harewood sera de retour avec la bondinette à jupette (qui l'a rangée dans son...

France 2 part à la découverte de The Bay le 16 septembre

France 2 part à la découverte de The Bay le 16 septembre
Parmi les programmes de rentrée de France 2, la série britannique The Bay est annoncée pour le lundi...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

pretty31, Hier à 21:26

Les jeux d'Halloween vous attendent sur HypnoClap, et quelques chapeaux de sorcières sont encore disponibles pour "Un bonbon ou une cards ?"

pretty31, Hier à 21:26

qui vous permettra peut être de gagner ... Une HypnoCard ^^

Locksley, Aujourd'hui à 11:26

Dernier jour pour vous inscrire au tirage au sort permettant de gagner une HypnoCard Collector Roswell Bonne chance !

serieserie, Aujourd'hui à 15:31

Sortez votre plus belle Plume! L'HypnoPlume vous attend

pretty31, Aujourd'hui à 20:37

Plus que huit chapeaux disponibles pour Un bonbon ou une Cards sur HypnoClap

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site