VOTE | 101 fans

#203 : Jeux d'Enfants

Alors que des enfants jouent aux hors-la-loi dans la forêt de Sherwood, ils sont témoins d'une expérience sur une armure qui rend son propriétaire invincible. Découverts, les enfants sont pourchassés puis capturés. Robin et sa bande décident alors de les sauver et de voler par la même occasion, les fameuses pierres indispensables à la fabrication d'une telle armure. Malheureusement, les enfants n'ont pas tous réussi à s'échapper. Robin devra choisir : le jeune Daniel ou les pierres ?

Popularité


4.33 - 3 votes

Titre VO
Childhood

Titre VF
Jeux d'Enfants

Première diffusion
20.10.2007

Première diffusion en France
28.09.2008

Vidéos

Robin vs Gisborne (VO)

Robin vs Gisborne (VO)

  

Robin vs Gisborne 2 (VO)

Robin vs Gisborne 2 (VO)

  

Photos promo

Robin (Jonas Armstrong) va-t-il remettre les pierres noires au Shérif ?

Robin (Jonas Armstrong) va-t-il remettre les pierres noires au Shérif ?

Wil Scarlett (Harry Lloyd)

Wil Scarlett (Harry Lloyd)

Much (Sam Troughton)

Much (Sam Troughton)

Will et Much (Harry Lloyd et Sam Troughton)

Will et Much (Harry Lloyd et Sam Troughton)

Les hors-la-loi protègent leur chef

Les hors-la-loi protègent leur chef

Will (Harry Lloyd)

Will (Harry Lloyd)

Djaq (Anjali Jay)

Djaq (Anjali Jay)

La nouvelle arme secrète du Shérif

La nouvelle arme secrète du Shérif

Gisborne essaie l'armure

Gisborne essaie l'armure

Marian (Lucy Griffiths) suit avec attention le duel

Marian (Lucy Griffiths) suit avec attention le duel

Much (Sam Troughton) prêt à tirer, tout comme Jean et Will

Much (Sam Troughton) prêt à tirer, tout comme Jean et Will

Un combat équitable ? Pas sûr...

Un combat équitable ? Pas sûr...

Robin doit affronter Gisborne, vêtu d'une armure

Robin doit affronter Gisborne, vêtu d'une armure

Marian (Lucy Griffiths) vient demander une faveur au Shérif

Marian (Lucy Griffiths) vient demander une faveur au Shérif

Le Shérif de Nottingham (Keith Allen) en pleine réflexion

Le Shérif de Nottingham (Keith Allen) en pleine réflexion

Sous la protection des ses hommes, Robin des Bois s'avance vers le Shérif

Sous la protection des ses hommes, Robin des Bois s'avance vers le Shérif

Impressionnante armure !

Impressionnante armure !

Inquiète, Marian tente de protéger au mieux le jeune Daniel (J. Adam Brown)

Inquiète, Marian tente de protéger au mieux le jeune Daniel (J. Adam Brown)

Attention derrière toi Robin !

Attention derrière toi Robin !

Robin aura-t-il le dessus sur Gisborne en armure ?

Robin aura-t-il le dessus sur Gisborne en armure ?

Le combat fait rage entre Gisborne et Robin

Le combat fait rage entre Gisborne et Robin

Gisborne a-t-il vaincu Robin des Bois ?

Gisborne a-t-il vaincu Robin des Bois ?

Marian (Lucy Griffiths) s'inquiète pour Robin

Marian (Lucy Griffiths) s'inquiète pour Robin

Plus de détails

Réalisateur : Ciaran Donnelly
Scénariste : Jason Sutton

Cast secondaire
 J. Adam Brown ... Daniel
Geff Francis ... Smith

Quand des enfants découvrent par hasard dans une clairière Gisborne en train de tester de nouvelles armes, ils sont tous faits prisonniers... excepté Daniel qui s'échappe et avertit Robin.

Ce dernier est horrifié à l'idée que Gisborne puisse posséder, à présent, une armure qui le rendrait invincible. En effet, une armée équipée d'une telle armure pourrait réduire à néant les fidèles du Roi Richard. Robin doit à tout prix le stopper.


De retour à Locksley, Gisborne a enfermé les enfants dans une grange. Robin et sa bande arrivent et les sauvent. De plus, Robin réussit à voler les pierres noires indispensables pour la fabrication de cette fameuse armure. Tout semble aller pour le mieux... sauf que le petit Daniel est capturé lors de la fuite des hors-la-loi!

Le Shérif exige un échange:  les pierres contre Daniel... La priorité de Robin est la vie de l'enfant aussi le groupe accepte les conditions du Shérif. Les hors-la-loi décident cependant de détruire les pierres en les enflammant dès qu'ils auront récupéré Daniel.

De son côté, Marian a appris la capture de Daniel et met au point son propre plan pour le libérer.  Feignant d'avoir envie de parler avec Gisborne, Marian fait signer au Shérif un laisser-passer pour sortir du château. Le document permettra en fait à  Daniel d'être libéré sans encombre. Elle va ensuite voir Robin et lui révèle son plan. Pour l'appliquer, il faut qu'un des hors-la-loi se déguise en soldat pour aller récupérer Daniel: Allan se porte volontaire. C'est une opportunité pour lui de trahir Robin et de donner des informations à Gisborne.

Une fois Gisborne averti du plan de Robin, tout sauvetage devient impossible. L'échange se déroule, Robin ne peut brûler immédiatement les pierres comme il l'avait prévu. Gisborne apparaît alors entièrement revêtu de la nouvelle armure et engage le combat avec Robin. Le bras droit du Shérif semble devenu invincible...

Tout semble perdu quand Robin a une brillante idée! À la surprise générale, il lance de la poix sur l'armure de Gisborne et l'enflamme! Gisborne n'a pas d'autre choix que de se jeter dans l'eau. Robin menace alors de le noyer, à moins bien sûr, que le Shérif ne lui remette les pierres.

Le Shérif ne se sent pas du tout concerné par la vie de son bras droit et refuse. Marian prétend alors vouloir sauver Gisborne et menace de poignarder le seul homme capable de fabriquer ce genre d'armure si le Shérif n'accepte pas l'échange. Le Shérif est alors contraint de donner les pierres à Robin qui les confie à Much pour qu'il les détruise sans délai.

Pendant que les hors-la-loi célèbrent la destruction des pierres, le Shérif fait clairement comprendre à Marian que son père va payer pour son insolence...


Avis du Veilleur de Nuit : épisode bien écrit où Allan s'enfonce de plus en plus dans la trahison. 

FORÊT DE SHERWOOD:
Quatre jeunes enfants jouent dans la forêt de Sherwood.
Daniel: Robin des Bois!
Ensemble: Youhou!!!
Mark: Suivez-moi!
Les garçons s'élancent en courant derrière le plus jeune de la bande. Daniel repasse bientôt en tête du petit groupe.
Daniel: À l'attaque!
Ensemble (joyeusement): Ouais !!!
Les enfants se jettent à plat ventre dans les feuilles sur une petite butte en surplomb.
Mark (à Daniel): Robin, le Shérif est à portée de flèches, c'est la cible parfaite! Tire! Ce sera la fin du règne de la terreur.
Daniel arme son petit arc de fortune et s'apprête à tirer sur... un marcassin.
Daniel: Pour vos crimes contre les braves gens de Nottingham Shérif!
Il décoche sa flèche et manque sa cible. Le marcassin s'enfuit sain et sauf.
Mark: Tu vises mal Daniel, donne-moi l'arc, c'est mon tour!
Il tente d'arracher l'arc des mains de Daniel mais celui-ci se défend avec véhémence.
Daniel: C'est moi Robin!
Mark (grognon): C'est toujours toi Robin! Et moi j'ai ce stupide bout de bois!
Il pose son bâton par terre, s'empare des flèches de son compagnon de jeu et part en courant. Les trois autres garçons s'élancent derrière lui.
Daniel (en protestant): Hé!
Mark tombe. Quand ses amis le rattrapent, ils s'arrêtent, pétrifiés.
Daniel: Mark, lève-toi, vite!
En silence, les quatre jeunes amis se dissimulent derrière des rochers et commencent à observer la scène qui se déroule dans la forêt en contrebas. Un homme, avec un bustier en métal, fait face à Gisborne et aux quatre archers face à lui, prêts à tirer. Un autre homme, revêtu d'un tablier de forgeron se tient aux côtés de Gisborne. Pieds et mains enchaînés, le pauvre prisonnier tremble et sue à grosses gouttes. Anxieux, les enfants voit Gisborne donner l'ordre à ses hommes.
Gisborne: Maintenant!
Les quatre flèches sont décochées simultanément et rebondissent sur la plaque en métal du prisonnier stupéfait. Gisborne se précipite vers lui, le forgeron sur ses talons. Les enfants, sidérés, n'en ont pas perdu une miette.
Le forgeron: Vous voyez! Qu'est-ce que je vous avais dit! Rien ne peut transpercer cet alliage!
Gisborne (admiratif): Excellent! Bel ouvrage!
Le forgeron: Bien sûr! Ça vous étonne Messire?
Gisborne (en sortant sa dague): Malheureusement, ce secret ne doit pas quitter la forêt...
Il poignarde le malheureux prisonnier sous le regard ébahi du forgeron. Les enfants ne peuvent retenir un cri d'horreur ce qui les fait immédiatement repérer par Gisborne.
Gisborne (furieux, à ses hommes): Attrapez-les!
Les garçons s'enfuient en courant.

***** Générique *****

Les soldats enfourchent leurs chevaux et se lancent à la poursuite des enfants qui se jettent bientôt dans des fourrés pour leur échapper.
Un soldat: Faites le tour! Faites le tour!
Mark tombe et Daniel se penche vers lui.
Daniel: Mark! Lève-toi!
Il repart en courant tandis que ses deux amis aident le petit à se relever. En avance sur ses compagnons, Daniel arrive dans un petit ravin et se dissimule dans une petite cavité. Les trois autres garçons sont bientôt rattrapés par les soldats. Alors que ses hommes les encerclent, Gisborne continue de patrouiller alentours dans la brume. Il s'arrête non loin de l'endroit où est caché Daniel mais il ne le voit pas.
Gisborne: Allons, montre-toi! Fais-moi confiance, je suis le Seigneur de Locksley.
Seul le coassement de quelques grenouilles lui répond. Gisborne attend quelques instants puis renonce et repart à cheval. Daniel se relève doucement et encoche une flèche sur son arc qu'il pointe sur le dos de Gisborne quand une main s'empare de la sienne et détourne lentement son arme. Robin s'est approché silencieusement du jeune garçon et, agenouillé à côté de lui, il l'empêche de tirer.
Robin: Chut... chut... (puis, en soupirant en direction de Gisborne) Seigneur de Locksley! Pftt!
Surpris et contrarié, Daniel se tourne alors vers Robin et pointe son arc sur le hors-la-loi qui le tient toujours par la flèche.
Daniel: Laissez-moi tranquille!
Robin (en relâchant l'arc du garçon): Ça va, calme-toi!... (puis, le dévisageant) Attends, je te connais toi! Tu étais le garçon d'écurie de Marian à Knighton Hall!
Daniel (méfiant, son arc toujours pointé sur Robin): Comment vous le savez?
Sans lui répondre, Robin vérifie que Gisborne s'est bien éloigné puis il se retourne vers Daniel.
Robin: Qu'est-ce qui s'est passé? Je sais que Gisborne prépare un mauvais coup, ça fait un moment que je le suis.
Daniel (le dévisageant à son tour): J'ai pas confiance.
Robin: Je comprends... Comment tu t'appelles?
Daniel: Daniel.
Robin: Daniel...Tu sais qui je suis?
Daniel: Non.
Robin: Je suis Robin des Bois!
Stupéfait, le jeune garçon ouvre de grands yeux et abaisse immédiatement son arc.

Alors que des soldats emmènent la dépouille du prisonnier sacrifié, Gisborne s'approche des trois garçons assis par terre, ligotés.
Gisborne: Que faisiez-vous dans les bois?
Mark: Rien de mal, on jouait. On jouait à "Robin des Bois".
Gisborne: Vous jouiez au "Gibier de Potence".
Mark: On n'a rien vu.
Gisborne vient s'accroupir à côté de Mark.
Gisborne: Si vraiment tu n'as rien vu, pourquoi éprouves-tu le besoin de le dire?
Mark: On dira rien, juré Messire!
Gisborne: Ça, tu peux en être certain.
Les enfants le regardent, terrorisés, tandis qu'il arrache le morceau d'écorce qui était accroché au cou de Mark par une ficelle et le jette par terre. Mark contemple avec tristesse son insigne de hors-la-loi gisant dans les feuilles mortes. Alors que Gisborne s'éloigne, un soldat s'approche des jeunes prisonniers et dégaine son épée. Gisborne arrête son geste.
Gisborne: Attends!... (il jette un coup d'œil aux garçons)... Ils peuvent être utiles, envoie-les à la mine... (le soldat range son épée dans son fourreau)... Et fais porter un message au Shérif, c'est un succès... finalement!

Pendant ce temps, Daniel explique à Robin ce qui s'est passé.
Daniel (angoissé): Gisborne a mes amis! Il les a attrapés!
Robin tend la main vers lui dans un geste d'apaisement.
Robin: Je t'aiderai à libérer tes amis mais j'ai besoin que tu me dises ce que vous avez vu.
Daniel: Un prisonnier... Ils lui ont tiré dessus mais il est pas mort, les flèches rebondissaient sur lui... (Robin semble réfléchir en écoutant son récit)... Et puis Messire Guy s'est approché avec son couteau... (s'affolant soudain) Et maintenant, il va tuer mes amis!
Robin lève la main face au jeune garçon dans un geste destiné à le calmer.
Robin: Oh, oh. Oh oh... (il hoche négativement la tête lui faisant comprendre qu'il n'en sera rien) Les flèches rebondissaient sur quoi?
Daniel (oppressé): Une armure! Il portait une armure, une drôle d'armure!
Robin hoche la tête puis tapote l'épaule de Daniel d'un geste rassurant.
Robin: On va voir ce qu'on peut faire pour tes amis, d'accord?... (Daniel acquiesce) Allez, on y va!

CAMPEMENT DES HORS-LA-LOI:
Much vient de finir de préparer le repas. Il tend deux assiettes à Petit Jean et Allan.
Allan: Merci.
Petit Jean (en regardant le contenu de son assiette): Tu nous avais promis du poulet.
Much grogne et tend deux autres assiettes à Will et Djaq.
Allan: C'est un tout petit poulet ça Much!
Will: Encore!
Djaq (en souriant): Je sais pas si vous avez vu dans les arbres, il n'y a plus d'écureuils!
Much (embarrassé): Ce n'est pas de l'écureuil.
Djaq: Et puis, où sont passés les légumes d'abord? C'est toujours la même chose, du pain et de la viande. Alors que nous sommes entourés de baies comestibles et de feuilles aussi. Où sont les fruits et la salade?
Will: La salade!
Petit Jean: Tu as déjà vu des hommes manger des feuilles!
Allan: Les feuilles ne servent qu'à une seule chose dans cette forêt et j'éviterais de les manger après ça!
Djaq affiche un air navré tandis que Will, Much et Petit Jean éclatent de rire. Robin arrive au camp avec Daniel.
Robin: Debout! Nous devons partir! Voici Daniel, ses amis sont en danger et si je ne fais pas erreur, nous le sommes aussi!
Allan: Qu'est-ce qu'il se passe?
Robin: C'est Gisborne, il a fait créer une nouvelle armure. Il faut absolument qu'on s'empare de son nouveau jouet alors armez-vous!
Alors que les hors-la-loi se préparent, Daniel les regarde avec admiration.
Daniel: Petit Jean! Will! Allan de Dale! ...(il se tourne vers Djaq) Et toi, tu dois être Djaq, la Sarrasine, waouh! ...(il remarque alors Much) Ah, désolé mais t'es qui toi?
Robin (en se penchant vers Daniel): Lui, c'est Much!
Daniel: Ah oui, c'est votre valet!
Robin commence à rire, imité par les autres hors-la-loi à l'exception de Much.
Much (vexé): Ah, vraiment hilarant!
Daniel s'approche tout près de Petit Jean et le dévisage avec attention.
Petit Jean (bourru): Quoi?
Daniel: Non rien... C'est juste que je te croyais plus... plus grand!
Robin sourit amusé par l'air offusqué affiché par Petit Jean.
Petit Jean (grognon): Je suis déjà très grand!
Daniel: Non mais... comme un géant!
Djaq (en souriant): Les hommes ont tendance à mentir sur leur taille!
Robin: Vous êtes prêts? … (puis à Daniel) Donne-moi ton arc, tu n'en auras pas besoin.
Daniel remet son arc à Robin qui le dépose dans le campement avant de se tourner à nouveau vers les hors-la-loi.
Robin: Allons, dépêchez-vous!
Toute la bande quitte le campement et rejoint bientôt l'endroit où les enfants étaient attachés. Malheureusement, il n'y a plus personne.
Daniel (déçu et inquiet): Ils sont partis.
Tous commencent à examiner les lieux quand Daniel découvre l'insigne de Mark.
Daniel (le montrant à Robin): C'est à Mark, vous voyez le M?
Robin (examinant l'insigne): Joli travail!
Daniel : On joue aux hors-la-loi. Moi je suis Robin des Bois.
Robin (touché): J'espère que tu fais un meilleur Robin des Bois que moi!
Daniel (tristement): Non, j'ai lâché sa main tout à l'heure. Gisborne et ses hommes étaient à nos trousses alors j'ai pris la fuite.
Robin: Et bien, tu as fait ce qu'il fallait.
Daniel : Vous croyez?
Robin: Si tu ne t'étais pas enfui, ils t'auraient capturé aussi! Quel bien en serait sorti? Écoute, quelquefois dans le feu de la bataille le temps manque pour protéger ses compagnons.
Will s'approche de Robin et Daniel.
Will: Il y a des traces de chariot.
Robin (à Daniel): Ils sont allés à Locksley, tu vois. Allez, en route!

LOCKSLEY:
Alors que les trois jeunes enfants sont ligotés dans une grange, le forgeron s'affaire et travaille dans une atmosphère enfumée. Le Shérif le rejoint en toussant suivi par Gisborne.
Le Shérif: Je souhaite voir le métal magique.
L'homme s'interrompt à contrecœur et part chercher un plastron métallique qu'il tend au Shérif.
Le Shérif: C'est donc ça?
Le forgeron: Oui, c'est ça.
Le Shérif: C'est très fin.
Il remet le morceau d'armure à Gisborne.
Le forgeron: Sans doute, oui, mais c'est ce qui fait sa beauté! Avec ça sur le torse, un soldat peut danser dans la bataille.
Le Shérif: Oui... Comment fonctionne-t-il?
Le forgeron: C'est mon secret. Et je suis le seul homme à l'ouest de Jérusalem qui sache le travailler.
Le Shérif: Hou... Gna gna gnagna gna...
Il tente brusquement de planter son poignard dans l'armure mais celle-ci ne se déforme même pas et il ne peut retenir un cri dans douleur quand son arme s'arrête brusquement au contact du métal. Le forgeron le dévisage d'un air navré.
Le forgeron: Homme de peu de foi... Venez, je vais vous montrer un échantillon de mon art!
Le Shérif passe sa main sur la plaque et constate, intrigué, qu'elle est à peine éraflée. Il suit ensuite le forgeron dans la fumée ambiante suivi par Gisborne qui transporte un petit coffret en bois.
Le Shérif: Ça sent aussi mauvais que les choses d'un turc.
Le forgeron: Pour l'artiste, c'est une odeur délicieuse... (il ouvre le coffret tenu par Gisborne et saisit une petite pierre noire)... Voici mon ingrédient spécial. Ceci est à mes yeux bien plus précieux que les diamants!
Le Shérif: Je veux bien le croire, et beaucoup plus cher également.
Le forgeron: Regardez!
Il commence à piler la pierre pour la réduire en menus morceaux.

Les hors-la-loi arrivent à Locksley avec Daniel.

La préparation du forgeron commence à dégager une épaisse fumée. Le Shérif est pris d'une quinte de toux.
Le forgeron
: Ne toussez pas, respirez!... Inhalez et savourez!
Autant le forgeron semble dans son élément dans cette atmosphère enfumée, autant le Shérif se sent de plus en plus mal, ne parvenant pas à calmer sa toux. Robin observe la scène depuis une fenêtre de l'étage du manoir de Locksley dans lequel il s'est introduit.
Gisborne (à un soldat): Amenez de l'eau pour le Shérif!
Le forgeron: Croyez-moi, avec le temps, vous finirez par vous y faire.
Très mal en point, le Shérif articule avec difficulté.
Le Shérif: Non... (il tousse puis tamponne ses yeux plein de larmes) C'est toi qui devras t'y faire mon ami. Lance la production! Je veux que tu réalises cinq mille armures complètes.
Le forgeron (stupéfait): Monseigneur, c'est une tâche de grande envergure!
Le Shérif: Oui mais tu es fort bien rétribué!
Il est repris par une nouvelle quinte de toux.
Le forgeron: Le Roi de France m'en offrirait le double!
Gisborne ne peut retenir un sourire narquois tandis que le Shérif réfléchit.
Le Shérif: Ma foi, c'est vrai que tu es un artiste.
Le forgeron s'incline, satisfait. Le Shérif se hâte alors de sortir de la forge enfumée, Gisborne transportant le coffret sur ses talons.
Gisborne (sidéré): Le double!
Le Shérif: Oui, c'est ennuyeux. Mais songez au gain! Une armée de guerriers invincibles!
Gisborne tend le coffret à un serviteur. Robin observe toujours ce qui se passe depuis l'étage du manoir.
Gisborne: Mettez ceci dans mes appartements.
Le serviteur s'exécute aussitôt. Le Shérif s'apprête à partir lorsqu'il entend un enfant tousser. Interpelé, il fait demi-tour.
Le Shérif: Gisborne, auriez-vous fondé une famille sans m'en avoir averti?
Gisborne: Monseigneur!
Gisborne ne peut retenir le Shérif qui se dirige d'un pas décidé vers la grange. Il ouvre la porte et découvre les trois jeunes garçons assis par terre, prisonniers.
Le Shérif: Des enfants!
Gisborne: Je les ai capturés alors qu'ils fouinaient dans les bois, Monseigneur.
Le Shérif: Dites-moi qu'ils ne vous ont pas vu tester l'armure dans la forêt... (le soupir poussé par Gisborne suffit au Shérif pour deviner la réponse) Pourquoi ne pas les avoir tué Gisborne?
Gisborne: Monseigneur, j'ai décidé de les envoyer dans les mines, la main d'œuvre nous manque et...
Le Shérif (l'interrompant): Vous voyez Gisborne, juste quand j'envisageais de vous laisser déployer vos petites ailes, vous faites preuve de compassion! Quand certaines personnes sont au courant de nos petits secrets, ces personnes doivent mourir!
Le Shérif repart laissant Gisborne contrarié. Le bras droit du Shérif referme la porte de la grange où les enfants, qui ont suivi toute la conversation, sont terrifiés.

Robin noue un petit morceau de tissu blanc sur l'une de ses flèches, arme son arc, puis tire en direction de l'extrémité du village. La flèche vient se planter dans une barrière en bois sur laquelle était appuyé Much, à peine à quelques centimètres de ses doigts! Celui-ci sursaute puis soupire. Will se précipite sur la flèche, l'examine puis se tourne vers ses compagnons.
Will: On passe par derrière!
Petit Jean s'élance aussitôt.
Petit Jean: Allons, dépêchez-vous!
Much (grognon): A chaque fois c'est pareil!
Les hors-la-loi, accompagné par Daniel, se rapprochent du manoir en prenant garde à ne pas être repérés. Puis Petit Jean et Will contournent la grange où les enfants sont retenus prisonniers.
Petit Jean (apercevant les garçons par l'interstice entre deux planches de la grange): Ils sont là!
Will s'apprête à scier l'une des planches lorsque Petit Jean le retient.
Petit Jean: Attends!
Tous deux écoutent le forgeron marteler une pièce de métal. Le bruit de son travail devrait couvrir celui de Will.
Petit Jean: C'est bon...
Will commence à scier la planche. Les enfants remarquent aussitôt sa présence.
Mark (à l'un de ses amis): Tu vois quelque chose? Qui est-ce?

Les autres hors-la-loi sont restés en retrait avec Daniel.
Much (nerveux): Je n'aime pas attendre... particulièrement derrière une vache! Je suis sûr que ce n'est pas bon pour la santé!
Daniel: Much! Chut!
Allan et Djaq ne peuvent se retenir de sourire.

Le forgeron marque une pause dans son travail, Petit Jean pose aussitôt sa main sur l'épaule de Will.
Petit Jean: Attends! … (le forgeron reprend) ... Vas-y...
Will réussit à enlever un morceau d'une première planche. Il croise le regard plein d'espoir des jeunes garçons;
Will (en posant un doigt sur ses lèvres): Chut...

Pendant ce temps, dans sa chambre du manoir de Locksley, Robin s'empare du petit coffret contenant les précieuses pierres. Soudain, Gisborne entre et les deux hommes se retrouvent face à face.
Gisborne (surpris): Robin des Bois!
Robin: Seigneur de Locksley je te prie.
Gisborne referme la porte de la chambre et la barricade. Il dégaine ensuite son épée et s'approche du hors-la-loi.
Gisborne (énervé): Non, Locksley m'appartient à présent!
Il attaque alors Robin qui esquive les coups agilement.
Robin (en criant): Locksley ne sera jamais à toi!
Il frappe Gisborne avec le coffret puis il roule sur le lit pour retomber sur ses pieds de l'autre côté et ainsi, il se rapproche de la porte.

Will a réussi à découper une ouverture dans le mur arrière de la grange, il fait signe aux enfants.
Will: Approchez!
Les garçons, toujours ligotés ensemble, se trainent jusqu'à lui.
Will: Dépêchez-vous!

Dans la chambre, Gisborne est dans une colère noire, il tente rageusement d'atteindre Robin. Le hors-la-loi parvient à le repousser d'un coup de pied sans lâcher le coffret.
Gisborne: Même si ça te fait mal, regarde la vérité en face! Tu as perdu Locksley! Et j'ai gagné!
Il attrape Robin et le tire en arrière alors qu'il s'apprêtait à ouvrir la porte.

Petit Jean aide les deux premiers garçons à s'extraire de la grange après que Will ait coupé leurs liens. Malheureusement, le jeune Mark est enchainé à un piquet planté dans le sol et ne peut sortir. Petit Jean analyse rapidement la situation puis il se retourne vers Will.
Petit Jean: Will, j'ai besoin d'Allan et de Djaq tout de suite!
Sans perdre de temps, Will s'en va rejoindre les autres en emmenant les deux garçons qui ont pu être libérés.

Le combat continue rageusement entre Robin et Gisborne. Robin a lâché le coffret sur le lit et les deux hommes poursuivent leur querelle à mains nues.
Robin: Tu veux les cœurs et les esprits!
Gisborne le déséquilibre et lui envoie un coup de pied dans le ventre alors qu'il est à terre.
Robin (hors de lui): Ils ne seront jamais à toi!... (il se relève)... Peu importe le nombre de gens que tu assassines! … (il s'empare d'un broc métallique et en assène un violet coup à Gisborne en pleine face)... Peu importe le nombre d'enfants que tu terrifies! ...(il repousse Gisborne d'un violet coup de pied) … Peu importe l'épaisseur de ton armure!
Robin saute et s'accroche au dessus du lit à courtines puis il balance les pieds en avant et repousse une nouvelle fois son ennemi qui retombe de l'autre côté du lit. Gisborne se relève avec difficulté et tente de s'emparer du coffret posé sur le lit mais Robin est plus rapide.
Robin (provocateur): Ah!
Il se dirige vers la porte, l'ouvre et s'apprête à repartir avec son précieux butin.
Gisborne: Tu me surestimes Robin! Parfois le soir j'ordonne à l'une de tes servantes de me masser les pieds! Et je me moque qu'elle ait un esprit ou bien un cœur!
Robin se précipite dans le couloir, Gisborne sur ses talons.

Dans la grange, Mark est toujours prisonnier.
Petit Jean: Bon, éloigne-toi et cache-toi les yeux, je reviens.
Le jeune garçon obéit tandis que Petit Jean recule de quelques pas.
Petit Jean: T'es prêt?
Mark acquiesce, Petit Jean prend de l'élan puis défonce le mur de planches à l'arrière de la grange d'un coup d'épaule. Il arrive jusqu'au jeune garçon, se penche vers lui pour arracher le piquet auquel il est enchaîné. Le Shérif arrive à ce moment-là, suivi par deux gardes.
Le Shérif: Ah, secouru par des hors-la-loi! Quelle surprise!
Petit Jean est parvenu à libérer Mark. Il jette un coup d'œil à l'arrière de la grange. Un soldat se tient là où Will se trouvait quelques minutes auparavant. Petit Jean tend un morceau de planche à l'enfant.
Petit Jean: On va se battre, prend ça et défend-moi par le haut.
Il juche le garçonnet sur ses épaules et se prépare à l'affrontement.
Le Shérif (ironique): Voilà qui devrait être divertissant!
À peine a-t-il fini sa phrase que Mark lui assène un violent coup en plein visage avec sa planche. Le Shérif s'effondre, sonné.

Will et les deux jeunes garçons rejoignent en courant le reste de la bande.
Daniel (affolé): Où est Mark? Vous avez laissé Mark!
Will: Il va bien... (puis se tournant vers ses compagnons)… On a besoin de vous, maintenant!
Much dégaine son épée, aussitôt imité par Allan et Djaq.
Much: Les enfants, vous restez ici.
Djaq (leur désignant un tas de paniers entassés): Vite, allez vous cacher!
Les enfants s'exécutent tandis que les hors-la-loi se précipitent vers l'arrière de la grange.

Dans le couloir à l'étage du manoir, Robin tente toujours d'échapper à Gisborne et d'emporter le coffret.
Robin: Je crains de ne pouvoir te laisser garder ces diamants Gisborne!
Gisborne: Et moi, je ne peux te laisser les emporter! Les Chevaliers Noirs en seraient fort déçus, cruellement déçus!
Robin: Alors c'est une partie nulle! On règle ça à pile ou face?
Gisborne (avec un rictus au coin des lèvres): Non pas une partie nulle... Échec et mat!
Il sort de sa manche la dague à lame courbée qu'il a toujours sur lui et la lance en direction de Robin. L'arme vient se planter dans une poutre alors que le hors-la-loi a déjà gagné une fenêtre. Encore une fois, Robin ne peut se retenir de se moquer de son ennemi qui s'évertue à récupérer sa dague.
Robin: Ah! À un de ces jours!
Robin lance le coffret par la fenêtre, l'objet tombe sur le sol entre le manoir et la forge. Le bruit attire l'attention du forgeron qui reconnaît instantanément son coffret. Il se penche pour le ramasser mais Robin, qui vient de sauter de la fenêtre de l'étage, le frappe sans hésiter. Étourdi, le forgeron recule. Robin s'apprête à ramasser le coffret quand Gisborne apparaît à la fenêtre.
Gisborne (rageusement): Robin!
Robin lève la tête et voit Gisborne prêt à lancer une nouvelle fois sa dague sur lui. Mais Daniel arrive en courant, et vise le bras-droit du Shérif avec sa fronde. Le caillou atteint Gisborne en plein visage qui, sous la douleur, recule sans avoir le temps de lancer son arme sur Robin.
Daniel (content): Ouais!
Le jeune garçon se précipite vers Robin et l'aide à se relever.
Daniel: Dans le feu de la bataille, on a quand même le temps de protéger ses compagnons!
Robin (reconnaissant): Merci Daniel... Sauve-toi! Cours!
Ils se séparent et partent en courant chacun de leur côté tandis que Gisborne enrage.

Dans la grange, Petit Jean se bat avec hargne contre les soldats. Toujours perché sur ses épaules, Mark le seconde très efficacement en suivant ses instructions.
Petit Jean: À toi, vas-y cogne! Attention! À droite!
Ils viennent à peine de venir à bout de tous les soldats que les autres hors-la-loi débarquent en force dans la grange, leurs épées à la main. Robin apparaît à son tour devant la grange, il utilise le coffret pour assommer un soldat qui reprenait connaissance puis il se tourne vers ses compagnons.
Robin: Vite! Venez!
Tous se précipitent à sa suite. Will, qui fermait la marche, assène un violent coup de poing au Shérif qui se relevait péniblement.
Will: De la part des pauvres!
Djaq s'empare d'un petit morceau d'armure en passant en courant devant la forge. À l'intérieur, le forgeron, assis à même le sol, frotte sa joue douloureuse, là où Robin l'a frappé. Daniel arrive à son tour dans la forge et vise l'artisan avec sa fronde. Malheureusement, Gisborne arrive dans son dos et capture le jeune garçon.
Gisborne: J'te tiens!

Les hors-la-loi ont gagné la sortie de Locksley avec les enfants. Robin les encourage pour qu'ils se cachent.
Robin: Dépêchez-vous! Allez! … Tout le monde va bien?
À bout de souffle, Much hoche la tête mais Mark regarde autour de lui, inquiet.
Mark: Non, attendez, où est Daniel?

À Locksley, le Shérif est dans une colère noire. Il rejoint Gisborne tout en tenant sa mâchoire endolorie.
Le Shérif (furieux): Gisborne! Robin des Bois vient d'assommer un de mes hommes avec une boite en bois. Dites-moi que ce n'est pas justement la boite qui contient les diamants noirs!
Gisborne lève les yeux au ciel. Son aveu silencieux ne calme pas le Shérif, bien au contraire. Celui-ci s'empare de la fronde de Daniel et se sert de son élastique pour fouetter la joue de Gisborne qui encaisse la douleur et l'affront sans broncher.
Le Shérif (hors de lui): Cinq hommes et un mioche!
Gisborne (hurlant à son tour): On a un otage.

Encadré par le Shérif et Gisborne, Daniel est emmené au centre du village. Mark le repère aussitôt.
Mark: Daniel!
Daniel se tourne vers Gisborne.
Daniel: Robin des Bois ne me laissera pas! Il viendra me chercher!
Le Shérif (en lui donnant une tape derrière la tête): On l'espère bien!
Tout en maintenant fermement Daniel, Gisborne entame un discours. Robin et les hors-la-loi l'observent de loin.
Gisborne (en criant): Peuple de Locksley! Dites ceci à Robin des Bois! Nous voulons la boite et son contenu d'ici demain matin où son jeune ami sera puni!... (il place son épée contre la gorge de Daniel)... Son jeune ami mourra!
Mark jette un regard désespéré à Robin qui semble lui-même découragé.
Petit Jean: Robin, récupérons le p'tit, maintenant!
Robin: Non, prenons le temps de réfléchir Jean.
Petit Jean lui lance un regard noir.
Mark (implorant): Il faut lui donner ce qu'il demande!
Robin soupire, conscient des enjeux. Djaq s'approche et lui présente la pièce d'armure qu'elle a dérobée.
Djaq: Robin! Jette un coup d'œil à ce métal! C'est de l'acier de Damas ou une espèce d'alliage. Un homme recouvert de cette matière serait invincible!
Robin se mord les lèvres nerveusement en réfléchissant à la complexité de la situation.
Djaq: Les armes de l'Occident seraient inefficaces contre cet acier!
Will: On ne peut pas laisser le Shérif s'en emparer!
Robin: C'est justement pour ça que j'ai volé les pierres!
Djaq (fermement): Il ne doit pas les récupérer Robin.
Robin: Je suis d'accord... Mais on ne peut pas non plus sacrifier Daniel.
Will: On fait quoi alors?
Robin soupire une nouvelle fois. Pour l'instant, il n'a pas de plan.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM
Marian est au chevet de son père, souffrant, et tamponne son visage avec un linge humide.
Sir Edward (faiblement): Merci...
Soudain, le bruit d'une flèche qui vient se planter dans un chambranle en bois fait sursauter Marian. Elle se lève, s'approche et effleure en souriant l'empennage caractéristique de la flèche.

Marian arrive au marché de Nottingham, un garde sur ses talons. Elle lui remet une pièce et l'homme s'éloigne un peu. Elle se dirige ensuite droit vers une échoppe où elle commence à examiner tout naturellement des pièces de tissu. Robin est assis à proximité, le visage sombre et pensif.
Marian: Mon garde achète du pain, nous avons deux minutes. Je sais pour le garçon. Que veux-tu?
Elle continue à fouiller dans les tissus en évitant de regarder dans la direction de Robin.
Robin: Le Shérif et Gisborne fabriquent une nouvelle armure. Elle rendra les Chevaliers Noirs invincibles, il faut les stopper!
Marian: On ne peut pas sacrifier le petit.
Robin: Je sais! Mais si le Shérif écrase le Roi alors combien d'autres vies seront sacrifiées?
Marian (voyant son garde revenir): C'est mon garde... Je m'occupe du petit dès ce soir.
Robin (interloqué): Comment? Tu es assignée à résidence!
Marian: Je trouverai un moyen, c'est bien pour cela que je suis là!
Elle part rapidement et rejoint son garde. Tous deux s'éloignent. Robin se retourne alors vers la femme qui tient l'échoppe et lui remet une pièce.
Robin: Tiens, c'est pour toi.

CAMPEMENT DES HORS-LA-LOI
La nuit est tombée, toute la bande est réunie avec les trois jeunes garçons et discutent de la situation. Devant eux, disposées sur une table, de minuscules maisons en bois, reproductions du village de Locksley. Mark grignote de petits morceaux de viande tout en étant très attentif à la discussion.
Much: Donc, si Marian réussit, on n'aura pas à intervenir.
Robin: Si elle échoue, il nous faut un plan... Bien, nous devons échanger Daniel et les diamants noirs à découvert. C'est à dire ici... Quand le Shérif aura les diamants et que nous aurons mis Daniel en sécurité, nous pourrons frapper!
Allan: Et comment? On ne pourra pas les reprendre. L'endroit sera cerné par des gardes, autant y aller les mains en l'air et attendre qu'ils nous abattent!
Petit Jean: On pourrait détruire les diamants.
Robin: Oui, il le faudra.
Djaq: Il nous faut une matière qui brûle vite et bien.
Mark: La poix.
Mais personne ne prête attention à ce qu'il vient de dire.
[La poix est une matière  résineuse, gluante et noire, qui s’obtient par la distillation de bois de résineux tels que le pin ou le sapin.]
Allan: La paille peut-être?
Djaq grimace en hochant négativement la tête.
Robin: La paille brûle vite mais c'est pas assez chaud.
Mark: La poix.
Une fois de plus, personne ne l'écoute.
Petit Jean: Le bois?
Robin: Le bois est chaud, par contre il brûle pas assez vite.
Mark (insistant): La poix. La poix brûle vite et elle est très chaude.
Robin (en souriant au gamin): La poix! Tu as raison, bravo Mark!
Petit Jean ébouriffe affectueusement les cheveux de Mark en souriant à son tour.
Will: Je refais une autre boite à l'identique, avec un autre bois, un bois léger. Je la capitonne avec de la poix. On livre les diamants noirs dans cette boite et tu y mets le feu avec une flèche enflammée.
Djaq: Et les pierres exploseront.
Robin: Excellente idée Will! On la testera demain matin.
Mark continue de grignoter.
Mark: Much? C'est du rat?
Les autres hors-la-loi commencent à glousser tandis que Much semble outré.
Much: C'est du poulet.
Mark: Pourtant, je ne vois pas de plumes!
Will (se penchant vers l'enfant): Non, et on ne voit plus d'écureuils non plus!
Mark commence à pouffer de rire et Robin affiche un grand sourire.
Much (vexé): Bon, je suppose que personne ici ne s'en est aperçu mais non seulement je dois faire ce que vous faites mais je dois aussi approvisionner le garde-manger. Alors si l'un d'entre vous a envie de s'éreinter à ma place dans la forêt, en courant après un énorme gibier ou animal quelconque, je lui laisse ma place avec grand plaisir!
Mark éclate de rire bientôt imité par tous les autres.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM
Marian s'applique à assembler deux parchemins l'un sur l'autre, le second étant destiné à dissimuler le premier. Après les avoir soudé soigneusement avec de la cire, elle se rend dans les appartements du Shérif.
Marian: Monseigneur... Monseigneur, je viens solliciter une faveur. J'ai là un laisser-passer que j'aimerais que vous signiez. J'ai besoin de votre permission pour quitter le château.
Le Shérif: Pourquoi?
Marian (incrédule): C'est vous qui l'avez décrété!
Le Shérif: Non, non... Je veux dire, pourquoi avez-vous besoin de vous absenter?
Marian: Pour voir Guy.
Le Shérif (surpris): Gisborne? Et bien, il a eu une mauvaise journée, je vous le déconseille. Hum... (il prend son laisser-passer)... Il aurait dû faire tuer quelques jeunes garçons, au lieu de quoi il les a épargnés, faisant preuve de compassion ce qui a semé la pagaille.
Il observe avec curiosité les vêtements de Marian puis il s'approche pour respirer son parfum.
Marian: Justement, le moment semble bien choisi pour présenter mes humbles excuses.
Le Shérif s'installe à son bureau et pose le laisser-passer devant lui.
Le Shérif: À une heure aussi tardive? … Et revêtue de vos plus beaux atours?
Marian: J'espère faire la paix avec lui.
Il prend le laisser-passer et le regarde rapidement.
Marian (humblement): S'il vous plait...
Après un moment d'hésitation, il prend de la cire et commence à préparer un cachet pour son sceau.
Le Shérif: Et bien, jeune demoiselle, si j'étais à sa place, j'aurais plaisir à gifler un si capricieux visage... (il appose son sceau sur le laisser-passer)... Ange et démon.
Il lui tend le précieux document sans rien ajouter de plus. Marian pivote et sort du bureau, soulagée.

CAMPEMENT DES HORS-LA-LOI
Marian a rejoint les hors-la-loi au campement, elle leur montre le document qu'elle a réussi à faire signer au Shérif.
Marian: C'est un laisser-passer pour sortir du château mais dessous, il y a l'ordre de relâcher Daniel et de le renvoyer au château afin que le Shérif le questionne ce soir.
Robin (ravi): Gisborne ne nous remettra pas Daniel mais il le remettra aux bons soins d'un garde du château.
Il présente alors un casque de soldat aux hors-la-loi, première pièce d'un uniforme complet.
Allan: J'y vais.
Marian jette un regard à Robin qui acquiesce en direction d'Allan et lui remet le casque.
Marian: Tu es conscient du danger? Si Guy découvre que tu....
Allan (l'interrompant): Ne vous en faites pas! C'est un pantin entre mes mains.
Marian: Tu es un homme brave.
Allan esquisse un sourire gêné puis hausse modestement les épaules. Marian lui remet le document.

Marian: Je dois partir. J'ai fait croire au Shérif que j'allais voir Gisborne et je dois me montrer là-bas.
Robin approuve en hochant la tête.
Marian (en souriant à Allan): Bonne chance!

MANOIR DE LOKSLEY
Marian est introduite auprès de Gisborne. Celui-ci ne remarque pas tout de suite sa présence, occupé à revêtir la fameuse armure avec l'aide d'un serviteur. Marian marque un temps d'arrêt, un peu troublée par la vision de Gisborne torse nu, puis s'approche.
Marian: Pardonnez-moi.
Gisborne (surpris): Marian? Il est tard, qu'y a-t-il de si urgent?
Marian: Je souhaite m'entretenir avec vous d'une affaire personnelle.
Gisborne (renvoyant son domestique d'un signe de tête): Je t'enverrai quérir.
Le serviteur se retire tandis que Gisborne se rapproche de Marian.
Gisborne: Et bien, qu'y a-t-il?
Marian: Il y a du ressentiment entre nous.
Gisborne: Vous vous surestimez j'en ai peur. J'avais en effet des sentiments pour vous, je n'en ai jamais fait mystère mais aujourd'hui, je n'éprouve plus rien. J'ai d'autres plus grandes préoccupations, des ambitions.
Robin s'approche silencieusement de la fenêtre du manoir et observe la scène.
Marian: N'y a-t-il aucun espoir de réconciliation? Je vous sais capable de compassion. Je vous offre... je vous offre mon amitié.
Elle tend la main vers Guy qui, plus touché qu'il ne l'aurait voulu, la saisit. Robin grimace, contrarié, juste avant que Marian sursaute légèrement en remarquant sa présence. Elle tente de retirer sa main de celle de Guy mais il lui reprend la main fermement.
Gisborne: Qu'y-a-t-il?
Marian: Je ne sais pas, rien.
Gisborne: Marian, de quoi s'agit-il vraiment?
Marian: Je vous propose d'être amis, c'est tout.
Gisborne: Non, il ne s'agit absolument pas d'amitié... (il s'approche davantage et effleure sa joue)... Vous voulez regagner votre liberté, c'est de cela qu'il s'agit, et cela je ne peux vous le donner.
Marian retire sa main de celle de Gisborne tandis qu'il reprend beaucoup plus froidement.
Gisborne: Vous et votre père avez mérité votre sort.
Le serviteur de Gisborne fait son apparition sur le pas de la porte. Gisborne soupire en lui lançant un regard noir.
Le serviteur (en s'inclinant): Pardon Maître, un messager est là de la part du Shérif.
Marian: Je dois y aller.
Sans laisser le temps à Gisborne d'ajouter quoi que ce soit, elle tourne les talons et sort. Robin quitte son poste d'observation et la rejoint dans les écuries.
Robin (contrarié et jaloux): C'était très amical.
Marian (outrée): Comment oses-tu m'espionner!
Robin: Je ne t'espionnais pas, je voulais m'assurer que tout allait bien.
Marian (froidement): Tout allait très bien. Tu ferais mieux de t'assurer qu'Allan ne court aucun danger. J'ai rempli mon rôle maintenant.
Sans plus attendre, elle sort de l'écurie en tirant son cheval derrière elle, laissant un Robin tout décontenancé.
Robin: Marian!

À l'intérieur du manoir, Allan vient de remettre le laisser-passer à Gisborne qui l'examine avec attention tandis que le hors-la-loi se restaure.
Gisborne: C'est le sceau officiel du Shérif! Qui t'a donné ça?
Allan
: Écoutez-moi. Le seul fait que vous ayez cet ordre entre les mains est la preuve que j'ai stoppé Robin, pas vrai? Est-ce que je sais d'où ça viens moi! Arrêtez de poser autant de questions, vous allez griller votre couverture!
Gisborne
: Tu as bien fait de m'apporter ce papier.
Allan
: Ouais...(il vide son verre d'un coup)... Je sais, je vais reprendre un peu de vin!
Gisborne le dévisage puis remplit son verre.
Gisborne: Donc, maintenant que votre plan a échoué, que va faire Robin?
Allan
: En cas d'échec, il reste l'échange pur et simple: les diamants contre le petit. Mais Robin ne risquera jamais la vie du garçon.
Gisborne
(méprisant): Comme c'est noble de sa part! Mais il a forcément prévu quelque chose.
Allan
(soudainement intéressé): Qu'est-ce que ça vaut? … (Gisborne agite sous son nez une grosse bourse bien remplie et Allan reprend)... De la poix, dans une boite contenant les diamants. Une fois le garçon libéré, Robin mettra le feu avec une flèche enflammée et pchiiiittt! Terminé! Plus de diamants noirs!
Il reprend la dégustation de son poulet sous l'œil attentif de Gisborne.
Gisborne: Qu'est-ce que tu vas dire à Robin?
Allan
(en parlant la bouche pleine): Oh, c'est facile! Je dirai que j'ai été démasqué, vous m'avez reconnu, il y a eu une bagarre que bien évidemment j'ai gagné. Je vous ai laissé pour mort et j'ai fui le manoir en semant les gardes par la même occasion.
Gisborne
(avec un rictus au coin des lèvres): Excellente idée!
Il gifle violemment Allan qui le regarde ébahi.
Allan: Et pourquoi vous avez fait ça?
Gisborne
: Pour la vraisemblance!
Il gifle violemment une nouvelle fois.

Dans la forêt, un peu plus loin, Allan rencontre Robin qui l'attendait caché entre des rochers. Celui-ci l'interpelle.
Robin: Allan!
Allan
(affolé): Chut! Vite, il faut partir, Gisborne m'a démasqué!
Robin
: Comment tu as pu t'enfuir?
Allan
: On s'est un peu battu, je l'ai assommé. Une chance incroyable! Heureusement pour moi, ses gardes n'ont rien entendu. On ferait mieux de prendre le large avant qu'il se réveille!
Robin
: Oui, partons!
Allan
: Robin! ...(Robin se retourne vers lui) Je suis désolé.
Robin
(compréhensif): Hé, ce n'est pas ta faute, n'est-ce pas? ...(Allan hoche négativement la tête)... Allons prévenir les autres et Marian, il nous reste le plan de Mark! Viens!
Tous deux se hâtent en direction du campement.

CAMPEMENT DES HORS-LA-LOI
Dans la forêt, Will dépose un coffret identique à celui dérobé à Gisborne sur une souche à quelques pas devant Robin. Celui-ci enflamme la pointe d'une de ses flèches sur une torche que lui tend Much puis l'encoche sur son arc. Toute la bande et les trois jeunes garçons retiennent leurs souffles. Robin tire et la flèche vient se planter en plein milieu de la façade du coffret. Celui-ci s'embrase puis, après quelques secondes, il explose.
Robin (en hochant la tête): Parfait! …(Will le félicite d'une tape amicale sur l'épaule)... Allez, en route!

LOCKSLEY
Le Shérif et ses hommes se préparent pour l'échange. Le chef des soldats dispense ses ordres.
Chef des soldats
: Gardes! Mettez-vous en position! Par ici, en place, remuez-vous!
Alors que les soldats se déploient sur toute une moitié du village, le Shérif jubile. Installé sur une estrade au bord de l'étang de Locksley, et entouré de quelques nobles, il retient le jeune Daniel prisonnier 'en laisse' au bout d'une corde. Un gibet a été dressé en vue de l'exécution du garçon. Marian, debout au pied de l'estrade, scrute anxieusement les alentours. Le forgeron est également présent, debout à quelques pas de la jeune femme.
Le Shérif: Regarde petit, tu vois cette corde? Si Robin des Bois ne se montre pas tous ces braves gens te regarderont te balancer... Assis!
Il tire sur la longue corde, obligeant Daniel, les mains enchainées, à s'assoir sur le sol.

Le Shérif
: Ma foi, le soleil s'est levé et aucune trace de ton sauveur!
Daniel
(sans hésiter): Il va venir.
Marian sourit, attendrie par la confiance que Daniel a placée en Robin.

Le Shérif
: Ah oui, espérons-le, c'est dans ton intérêt...(il se lève et commence à hurler)... Robin!... Hou hou, Robin des Bois, où es-tu?
Le Shérif s'avance vers le centre de Locksley occupé par les villageois en trainant Daniel derrière lui. Robin s'avance alors, seul, sans arme, sa capuche rabattue sur la tête et le coffret sous le bras. Marian sourit, soulagée de le voir apparaître tandis que les archers du Shérif bandent leurs arcs en direction du hors-la-loi.
Le Shérif: Reste où tu es Robin! Mon forgeron va venir à ta rencontre et vérifier la marchandise. Si les diamants sont là, alors tu auras la clé pour libérer le garçon.
Robin
: Non Shérif. C'est vous qui procèderez à l'échange, sinon vos archers ici-présents me tueront. Si jamais ils me tirent dessus, mes hommes ne vous rateront pas.
Il a à peine fini de parler que la voix grave de Petit Jean retentit.

Petit Jean:
Dégagez tout le monde! Vite, vite!
Much
: Poussez-vous!
Les villageois se hâtent de quitter le centre du village. La bande de hors-la-loi apparaît alors derrière Robin, tous armés d'arcs pointés en direction du Shérif. Celui-ci sautille sur place nerveusement, contrarié par cette arrivée inopinée.
Le Shérif: Gna gna gna... Parfait! Finissons-en.
Il s'avance avec Daniel vers Robin qui approche à son tour. Petit Jean évalue la situation.
Petit Jean: Allan, Djaq, les archers sur la gauche... (puis, à Will et Much)... Vous deux, avec moi.
Aussitôt, les hors-la-loi se scindent en deux groupes et pointent leurs arcs sur les soldats qui leur font face. Un cri de Marian arrête net la progression du Shérif et de Robin.
Marian: Stop !!!
Elle rejoint précipitamment le Shérif.
Marian: Vous ne pouvez pas livrer un enfant à ce hors-la-loi!
Le Shérif soupire, excédé, tandis que Robin dévisage Marian, intrigué.
Le Shérif: Que quelqu'un me trouve une boite pour y enfermer cette donzelle!
Marian
(au Shérif): S'il vous plait, confiez-le-moi, je veillerai à ce qu'il rentre sain et sauf... (puis, se tournant vers Robin)... Locksley, ça ne fait aucune différence pour vous, vous avez ma parole!
Robin
(acquiesçant en haussant les épaules): J'accepte ses conditions.
Le Shérif
: Tant mieux pour vous!...(il lance la corde qui retient Daniel à Marian)...Tenez! Et maintenant, je veux voir les diamants.
Il montre ostensiblement la clé du cadenas qui ferme les chaînes de Daniel et la tient hors de portée de Marian quand elle veut la saisir.
Le Shérif: Non, attendez, laissez-moi d'abord le temps de vérifier la marchandise.
Robin, stoïque, dévisage le Shérif puis il remet le coffret au forgeron qui l'ouvre aussitôt. L'homme confirme l'authenticité des pierres en hochant la tête et le Shérif commence à ricaner, triomphant. Rageusement, Marian lui arrache des mains la clé du cadenas et entreprend de libérer Daniel.
Le Shérif: Oh, toutes mes excuses mais tu es après tout, ainsi que Lady Marian l'a souligné, un meurtrier et un hors-la-loi, hum?
Il sort de sa poche un petit sac en tissu et le forgeron y déverse les diamants. À quelques pas derrière Robin, les hors-la-loi sont ébahis.

Much
(sidéré): Le Shérif a deviné notre plan!
Allan:
Comment est-ce que c'est possible?
Le Shérif dévisage Robin en souriant. Il n'a pas manqué de noter l'air contrarié qu'il affichait.
Le Shérif: Ça ne va pas comme tu veux?
Il commence à rire puis il fait demi-tour et se dirige vers l'estrade. Robin enlève sa capuche et rebrousse chemin à son tour en soupirant. Pendant ce temps, Marian a fini de libérer Daniel, elle relève la tête, surprise, quand elle entend le Shérif appeler en riant.
Le Shérif: Gisborne! Il est à vous!
Les portes de la grange de Locksley s'ouvrent en grand et les hors-la-loi découvrent, estomaqués, Gisborne entièrement revêtu d'une armure flambant neuve.

Djaq
(affolée): Il porte l'armure!
Le Shérif
: Profitez!
Il s'installe sur l'estrade, un grand sourire aux lèvres, incitant ses nobles hôtes à profiter du spectacle. Dans un cliquetis métallique, Gisborne, l'épée à la main, marche droit sur Robin, désarmé. Much se précipite pour prendre l'épée de Robin, posée à terre derrière lui.
Much: Robin!
Robin
(aux hors-la-loi): N'approchez pas! Mon épée!
Much la lui lance aussitôt.
Much: La voilà Maître!
Robin la rattrape au vol et se retourne pour faire face à Gisborne. Les deux hommes commencent à s'affronter. Au départ, Robin parvient à éviter les coups mais Gisborne profite de la protection de son armure pour s'approcher très près du hors-la-loi et le désarme. Robin ne se décourage pas pour autant et plonge sur les jambes de Gisborne pour tenter de lui faire perdre l'équilibre... en vain. Gisborne lui envoie un bon coup de genoux recouvert de métal dans le ventre, Robin s'effondre et son ennemi en profite pour lui assener un coup sur la nuque. Alors que son adversaire est à terre, Gisborne lui envoie un coup de pied supplémentaire avant de tenter de le transpercer de son épée. Robin roule sur le côté et évite fort heureusement, le coup fatal. Gisborne prend clairement l'avantage sous le regard apeuré de Marian, crispée en serrant Daniel contre elle. Les hors-la-loi ne peuvent détacher leurs yeux du combat, terrifiés par la tournure qu'il prend. Quant au Shérif, il affiche un sourire triomphant. Robin s'empare d'une planche et en assène un violent coup sur le dos de Gisborne. Il se réfugie ensuite dans la grange la plus proche mais son ennemi ne semble pas décidé à le laisser en paix et entre à sa suite. Quelques secondes plus tard, les hors-la-loi ont la très mauvaise surprise de voir Robin se faire littéralement éjecté de la grange à travers une fenêtre en bois qu'il brise en passant. Robin atterrit lourdement sur le sol dans un grand cri pour la plus grande joie du Shérif qui se délecte du spectacle.
Le Shérif (enthousiaste): Oui!
Gisborne s'approche de Robin, toujours à terre.
Gisborne (triomphant): Et maintenant, Locksley?
Much
(à Robin): Fuyez!
Mais Robin n'a aucunement l'intention de fuir, il poursuit le combat qui semble perdu d'avance à mains nues. Gisborne l'empoigne et l'envoie s'écraser contre une barrière en bois qui s'effondre sous son poids, entrainant sa chute
. Alors que Robin se retrouve une nouvelle fois à terre, Gisborne récupère son épée et se retourne vers lui.
Much (affolé): Maître! Robin!
Les hors-la-loi veulent se porter à son secours mais Robin s'y refuse.

Robin
: Ne le touchez pas! Surveillez les archers!
Quand Petit Jean voit Gisborne sur le point de frapper Robin, il veut intervenir.
Much: Non Jean! Attends!
Robin est une nouvelle fois sauvé par son agilité car, même si son armure protège Gisborne, elle rend ses mouvements plus lents et maladroits. Marian tremble à chaque fois qu'elle voit Robin en danger. Le hors-la-loi continue à échapper à son poursuivant et l'entraine à sa suite. Gisborne ne tarde pas à se retrouver face à lui.
Gisborne: Locksley sera toujours à moi.
Robin ramasse alors un seau rempli de poix et en asperge Gisborne.
Le Shérif (surpris et inquiet): Que fait-il?
Gisborne
(narquois, à Robin): C'est le mieux que tu puisses faire?
Robin rassemble les deux branches d'un arc d'enfant, jouet abandonné au pied d'une meule de foin. Il enflamme une flèche dans un foyer qui crépite à proximité puis il l'encoche.

Gisborne
(ironique): Et maintenant, on joue au hors-la-loi avec les enfants? … (Gisborne rabat la visière de son casque du plat de son épée, prêt à asséner le coup de grâce à son ennemi)... Adieu Robin des Bois!
Le Shérif
(comprenant ce que mijote Robin): Oh non!
Robin
(un grand sourire aux lèvres): Oh que si!
Il décoche sa flèche enflammée qui vient mettre le feu à la poix répandue sur l'armure de Gisborne. Le feu se propage rapidement à l'ensemble de la protection métallique sous les cris de joies des hors-la-loi. Marian esquisse un sourire tandis que Daniel lève les bras au ciel en signe de triomphe. Le Shérif soupire, dépité, et lève les yeux au ciel en voyant Gisborne se débattre au milieu des flammes. Le bras-droit du Shérif ne trouve pas d'autre solution que de se jeter dans un grand baquet rempli d'eau, abandonné là par une villageoise qui n'a pas eu le temps de terminer sa lessive. Son plongeon déclenche l'hilarité des hors-la-loi. Robin se précipite à sa suite et saute rejoindre Gisborne dans le baquet. Il arrache le casque de son ennemi qui ne cesse de râler puis s'empare de son épée et la lui pointe sur la gorge.
Robin: Dites à vos hommes de se retirer Shérif! Je propose un autre échange! Les diamants noirs contre Gisborne et nous sommes quittes!
Contrarié, le Shérif fait néanmoins signe au forgeron puis il s'approche de Robin et de son otage.

Robin
(à Gisborne): J'espère pour toi que tu as du souffle!
Gisborne
: Monseigneur, s'il vous plait!
Robin empoigne Gisborne et lui plonge la tête sous l'eau.

Le Shérif
: Je crois que... je crois que tu surestimes l'importance qu'a Gisborne pour moi.
Alors qu'il continue de s'approcher, Marian se retourne vers un soldat et lui confie Daniel.
Marian (au soldat): Ramène-le vite en lieu sûr.
Robin ressort la tête de Gisborne de l'eau, le bras-droit du Shérif tousse, à bout de souffle.
Robin (au Shérif): Même vous, vous ne le laisseriez pas mourir!
Le Shérif
(désignant le forgeron qui tient toujours les pierres): Hum... je crois que j'ai tout ce que je voulais!
Comprenant que la situation est dans une impasse et que le Shérif n'entend pas céder, Marian décide d'intervenir. Elle s'approche silencieusement dans le dos du forgeron, s'empare de son poignard, puis empoignant l'artisan, elle menace de le poignarder.
Marian: Shérif!
Le Shérif
(lassé): Oh! Encore elle...
Robin replonge la tête de Gisborne sous l'eau.

Marian
: Laissez-le vivre!
Le Shérif
: Qui donc?
Marian
: Guy!
Il se retourne vers elle et découvre, sidéré, le poignard qu'elle pointe sur le forgeron.
Le Shérif: Marian, que faites-vous?
Marian
: Je vous demande de bien réfléchir.
Le Shérif
: Vous osez aider Robin des Bois!
Marian
: Bien au contraire! Je vous rappelle que Messire Guy est votre plus loyal serviteur.
Robin ressort une fois de plus la tête de son ennemi de l'eau.

Gisborne
(paniqué): Monseigneur, pitié!
Le Shérif
: Qu'il meure!
Robin replonge aussitôt Gisborne sous l'eau.

Marian
: Shérif, Gisborne est un homme bon! Il vous est plus précieux qu'un vulgaire sac de pierres!
Le Shérif
(arrachant le sac de pierres des mains du forgeron): Je tiens à avoir ces pierres!
Marian appuie un peu plus fort son poignard entre les côtes du forgeron qui, apeuré, gémit.

Marian
: Alors, je tuerai cet homme! Sans son aide, les pierres vous seront-elles utiles?
Le forgeron
: Non, non, en aucun cas. Je suis le seul homme à l'ouest de Jérusalem qui sait faire parler leur magie!
Le Shérif hésite. Pendant ce temps, Robin ressort Gisborne de l'eau.
Gisborne (implorant): Monseigneur!
Le Shérif
(hors de lui): Toi la ferme!
Robin replonge Gisborne sous l'eau tandis que le forgeron lance un regard implorant au Shérif.

Le forgeron
: Monseigneur, je vous aurai d'autres pierres!
Le Shérif lance rageusement le sac de pierres en direction de Robin. Le hors-la-loi ressort une dernière fois la tête de Gisborne de l'eau.
Le Shérif (glacial): Vous serez châtiée Marian, ça ne fait pas le moindre doute... sévèrement châtiée.
Il tourne les talons. Marian relâche alors le forgeron et Gisborne tente tant bien que mal de reprendre son souffle entre deux quintes de toux.
Robin (à Gisborne): Sors de là!
Gisborne s'extrait maladroitement du baquet. Trempé et épuisé, il s'éloigne en titubant. Robin sort à son tour, il ramasse le sac de pierres et le lance en direction de Much.
Robin (à Much): Brûle-les!
Much s'exécute aussitôt. Il jette le sac de pierres dans le foyer le plus proche. Quelques secondes plus tard, une explosion se produit suivie d'un grand dégagement de fumée. Les pierres sont détruites. Robin et Marian échangent un regard avant que la jeune femme ne se retourne et reparte rejoindre Gisborne. Elle le retrouve en train de se défaire des morceaux calcinés de son armure qu'il remet à des serviteurs.
Gisborne (aux serviteurs): Allez!
Les deux hommes s'éloignent rapidement et Gisborne se retourne vers Marian.
Gisborne (un peu embarrassé): Vous m'avez sauvé la vie, je vous en remercie.
Marian: Je ne pouvais pas vous regarder mourir sans rien faire.
Gisborne: Vous avez sauvé Robin aussi.
Marian: Oui, mais sans le vouloir.
Gisborne (soupçonneux): Vraiment? … Marian, j'ai supposé que depuis que Robin était devenu un hors-la-loi, vous n'aviez plus rien eu à faire avec lui. Ai-je eu tort?
Marian: Non!
Gisborne: Parce que, si vous étiez associée à un hors-la-loi, la punition serait bien pire qu'une assignation à résidence! ...(Marian est sidérée par ses propos)... La punition, ce serait la mort.
Marian (outrée): Vous auriez préféré que je vous laisse mourir!
Gisborne se détourne sans répondre. Excédée, Marian soupire et tourne les talons au moment où le Shérif arrive, furieux.
Le Shérif: Gisborne! ...(puis, à Marian qui partait) Vous, restez là!
Le forgeron passe à grands pas à côté d'eux, un baluchon sur l'épaule. Le Shérif court après lui.
Le Shérif: Hé, hé, attendez! Où allez-vous?
Le forgeron: Je ne peux pas travailler dans une telle atmosphère.
Le Shérif (mielleux): Mon cher ami, nous pourrions nous arranger, augmenter votre rétribution. Deux fois? Trois fois?
Le forgeron (avec emphase): En France, on sait comment traiter un artiste!
Il tourne les talons et s'en va. Le Shérif se mord les lèvres, furieux de voir disparaitre tous ses espoirs d'avoir une armée invulnérable à sa disposition. Il déchaîne alors sa fureur sur Marian en l'empoignant violemment.
Le Shérif (en hurlant): Qu'est-ce qui vous a pris?
Marian: Guy est votre plus fidèle serviteur. Je vous ai empêché de commettre une grave erreur!
Le Shérif (hors de lui): Vous n'avez pas à m'empêcher de commettre des erreurs! Vous allez payer pour ça!
Il fait volte face et s'éloigne d'un pas décidé.
Marian (fièrement): Je suis prête à accepter votre punition!
Aussitôt, il se retourne et revient vers elle, le visage fermé et glacial.
Le Shérif: Vous oui. Mais votre père l'est-il?
Marian: Laissez-le, mon père n'a rien à voir là-dedans!
Le Shérif (hautain et froid): Oh je vais le laisser, n'ayez crainte! Je vais le laisser pourrir dans un donjon jusqu'à ce que vous appreniez à rester à votre place!
Marian réalise soudain les conséquences de ses derniers actes.
Marian (désespérée, à voix basse): Non...
Elle se retourne vers Gisborne, mais celui-ci se contente de hocher silencieusement la tête puis s'éloigne.

***** Épilogue *****

CAMPEMENT DES HORS-LA-LOI
Les hors-la-loi sont de retour au campement accompagnés par les quatre jeunes garçons. L'ambiance est joyeuse après leur victoire contre le Shérif.
Much: Trinquons!
Robin: Une seconde!... (il confie son gobelet à Djaq) Djaq! .. (puis se retourne vers Will) … Will?
Will lui remet un petit sac en tissu. Robin commence à l'ouvrir, un grand sourire aux lèvres. Il se tourne vers les enfants.
Robin: Beau travail les garçons!
Il extrait du petit sac quatre véritables insignes de hors-la-loi confectionnés par Will et les présente aux garçons. Ceux-ci ouvrent de grands yeux, fous de joie.
Robin: Vous êtes désormais membres honoraires de notre bande! Vous êtes nos yeux et nos oreilles dans le village. Chaque fois que vous aurez besoin de nous, vous pourrez nous appeler.
Les jeunes garçons contemplent, ravis, leurs nouveaux insignes.
Daniel: Et chaque fois que vous aurez besoin de nous, appelez-nous!
Robin (acquiesçant en souriant): Marché conclu!
Petit Jean lève alors son gobelet et porte un toast.
Petit Jean: Nous sommes Robin des Bois!
Joyeusement, tous reprennent en chœur la désormais célèbre formule.

***** Fin de l'épisode *****

Ce script a été réalisé par Allthingsrobin sur le site Hood Winked.
This transcript was made by Allthingsrobin on
Hood Winked.

SHERWOOD FORREST. A CLEARING NEAR LOCKSLEY.
Four boys run through the woods, playing.
BOYS: Robin Hood! Woo hoo!
MARK: Windmills arm. This way!
The boys run through the woods.

DANIEL/MARK: Come on! Come on!
They climb up a small rise and spy a wild boar piglet.

Robin, the Sheriff ’s in range. It’s the perfect shot.
Daniel raises his toy bow and arrow and aims.

One arrow, it’s the end of his reign of terror.
DANIEL: For your crimes against the people of Nottingham, Sheriff.
Daniel shoots and the arrow
flies harmlessly over the piglet, which runs off.
MARK: You’re rubbish, Daniel! It’s my turn with the bow.
DANIEL: I’m Robin!
MARK: You’re always Robin! I get this boring piece of tree.
Mark waits a moment, the suddenly steals the bow from Daniel and runs off.

DANIEL: Hey!
The three boys chase Mark until he stumbles and falls. The boysreach him, hear something and freeze.
Quietly.
Mark, get up.
They all crawl up the rise and peer out from behind a largerock down at Gisborne below. A blacksmith stands next tohim. A young peasant man has the breastplate of a suit of armour on, trying to look brave but is very frightened, facing a row of four of Gisborne’s men with bows and arrows pointed at him. Nothing happens for several seconds.

GISBORNE: Now!
Arrows
fly and bounce off the armour. The peasant man looks down and pats the armour in disbelief.
MARK: Quietly. Whoa.
Gisborne runs over to the peasant man, the Smith behind him.

SMITH: You see? I told you I could do it. Gisborne inspects the armour. Nothing can penetrate it.
GISBORNE: Excellent work.
SMITH: What else did you expect? Crosses his arms.
GISBORNE: Pulls out his small curved dagger. Unfortunately, the secret cannot leave the forest.
Gisborne stabs the peasant man in the back. The boys cringe.

MARK: Oh!
Gisborne hears him and looks up to see the boys spying.

GISBORNE: to his men Get them!
The boys run away.

OPENING CREDITS

SHERWOOD FORREST.
The boys are chased by Gisborne’s men on horses through theforest. The boys run through a narrow part with thickbrush on either side where the horses can’t follow.
GISBORNE: Go around! Go around!
Mark falls.
DANIEL: Mark, come on! 
Daniel pulls on Mark’s arm, but Mark is not quite up yet and his hand slips away. The other two boys help him up as Daniel keeps running.
Daniel runs into a gully under a tree with exposed roots. The other boys run on, pursued by the horsemen. Then another man on horseback comes up the other way. The three boys are surrounded. Gisborne rides up and sees that there are only three and looks around for the fourth. He rides up a few paces from Daniel in the gully, stops, and looks out through the mist.

GISBORNE: Come on out!
Daniel presses himself against the edge of the gully.

You can trust me. I’m lord of Locksley.
Daniel stands still and closes his eyes. Gisborne waits, listening, then rides back to the other three boys. Daniel steps away from the edge, turns and aims his toy bow at Gisborne’s back. An adult’s hand closes over the bow and arrow.

ROBIN: Shh.
Daniel tries to pull away. Robin looks after Gisborne, shaking his head.
With contempt and quietly.
Lord of Locksley.
DANIEL: Why have you—
ROBIN: Lets go of the bow and holds up his hands  It’s all right. Hang on, I know you. You were Marian’s table boy at Knighton Hall.
DANIEL: Still has his bow drawn at Robin. How do you know that?
ROBIN: Glances back towards Gisborne. What happened? I knowGisborne’s up to something ’cause I’ve been trackinghim.
DANIEL: I don’t trust you.
ROBIN: All right. Tell me your name.
DANIEL: Daniel.
ROBIN: Daniel. Do you know who I am?
DANIEL: Shakes head. No.
ROBIN: Whispers. I’m Robin Hood.
Daniel looks at his hero in shock and lowers his bow.
 

SHERWOOD FORREST. A CLEARING NEAR LOCKSLEY.
The three boys are tied together as Gisborne’s men “clean up.” Gisborne dismounts, unable to have found Daniel, and goes over to the boys.
GISBORNE: So what were you doing up there?
MARK: Nothing... playing. At Robin Hood.
GISBORNE: What, playing a loser?
MARK: We didn’t see anything, sir.
GISBORNE: Leans down to Mark. If you didn’t see anything, why would you say you didn’t see anything?
MARK: We won’t say anything, sir.
GISBORNE: Picks up Mark’s tag. You can be sure of that. Pulls off the tag and tosses it on the ground.
One of his men draws his sword and walks towards the boys.
Gisborne grabs his arm.

Wait. We can use them. Send them to the mine.
The man sheathes his sword.

And send word to the Sheriff: success.
The Smith walks past Gisborne.
In the Smith’s face.
Finally!
The Smith stops, folds his arms and glares at Gisborne.

SHERWOOD FORREST. A GULLY.  
DANIEL: Panicked. Gisborne’s got my friends. He’s got my friends!
ROBIN: I can help you with your friends, but I need you to tell me what you saw.
DANIEL: Slower but still panicky: A man. They shot him, but he didn’t die. The arrows bounced off. And then Sir Guy killed him with a knife. Faster: And now he’s going to kill my friends.
ROBIN: Whoa... whoa-whoa-whoa. Shakes his head. The arrows bounced off what?
DANIEL: Armour. He was wearing armour. Funny armour.
ROBIN: Thinks for a moment. Let’s see about your friends, shall we? Daniel nods. Come on.

 

SHERWOOD FORREST. OUTLAW’S CAMP.
Much hands out plates to Little John and Allan, who are standing waiting by the “stove.”

MUCH: Here.
LITTLE JOHN: I thought you said chicken.
MUCH: Well...
Much hands plates to Djaq and Will, who step forward to get them.

ALLAN: That’s a pretty small chicken, Much.
WILL: Yeah, again.
Much steps back into his kitchen.

DJAQ: And have you seen in the trees? No squirrels lately.
Djaq sits down, Will beside her, and they each take a bite.

MUCH: It’s not squirrel.
DAJQ: And... what happened to the vegetables, huh?
Much walks around the stove past everybody to the back.

All you eat is bread and meat. We’re surrounded by edible berries and leaves. Where’s the fruit, the salad?
Looks back at Will.

WILL: Incredulously: Salad?
LITTLE JOHN: Men eating leaves?
Much walks back to in front of his kitchen.

ALLAN: There’s only one use for leaves around here, and you wouldn’t want to be eating them afterwards.
Much, Will and Little John laugh. Djaq laughs with them, scornfully. Robin arrives with Daniel.

ROBIN: Up. Djaq and Will stand. We need to go. This is Daniel. His friends are in danger and if I’m not much mistaken, so are we.
ALLAN: What’s up?
ROBIN: It’s Gisborne. He’s creating a new armour. We need to take his toys away, so... arm yourselves.
Much takes back all the plates and the gang get ready. Daniel looks at Little John.

DANIEL: Recognizing each in turn: Little John. Will. Allan A Dale. Allan waves. And you must be Djaq, the Saracen. Djaq smiles and nods. Wow. Looks at Much. Sorry, who are you?
ROBIN: That? Points at Much with his bow. That’s Much.
DANIEL: Oh, yes, the servant.
The gang, except Much, laugh.

MUCH: Steps out into the middle. Very funny.
Little John puts on his coat as Daniel stares at him, wondering.

LITTLE JOHN: Sees Daniel staring. What?
DANIEL: Nothing. Robin watches, curious, smiling. It’s just... I thought you’d be... taller.
LITTLE JOHN: I’m quite tall.
DANIEL: But, you know, like a giant.
Little John frowns.

DJAQ: Men tend to lie about their size.
The men all look at her, offended.

ROBIN: You ready? to Daniel: Give me that. Takes Daniel’s bow. You won’t be needing it. Come on, let’s go.

SHERWOOD FORREST. A CLEARING NEAR LOCKSLEY.
The gang arrive at Gisborne’s previous spot.
DANIEL: They’ve gone.
Daniel walks around, looking, as the gang look around for clues. Daniel
finds Mark’s tag and stoops to pick it up. Robin joins him.
It’s Mark’s. Robin takes the tag. See, the M?
ROBIN: Nods. That’s good.
DANIEL: We play outlaws. A bit shyly: I’m Robin Hood.
ROBIN: Well, I hope you’re better at playing Robin Hood than I am.
DANIEL: Looks down in shame. No. I let go of his hand. Robin leans in. Gisborne’s lot were coming and I just ran.
ROBIN: Well, then you did the right thing.
DANIEL: Really?
ROBIN: If you hadn’t run, you would’ve been caught, too, and what good is that? Gently: Listen, sometimes in the heat of battle... glances back at the gang... there isn’t time to watch your gang’s back.
Will comes up.

WILL: Wagon tracks. Nods behind him.
ROBIN: to Daniel: They’ve gone to Locksley, all right? to gang: Come on, let’s go.

LOCKSLEY MANOR. EXTERIOR. THE SMITH’S WORK AREA, ACROSS FROM THE FRONT DOOR.
The blacksmith’s hammer clangs repeatedly. The boys are tied up in a nearby shed.
The Sheriff coughs from the smoke as he approaches the Smith with Gisborne. The Smith stops hammering but doesn’t see them. He is about to start again when the Sheriff touches his arm. The Smith puts down the armour and hammer.

SHERIFF: Let’s see it then, the magic metal.
The Smith glares at the Sheriff, who removes his gloves. The Smith gets the breastplate as the Sheriff hands his gloves to Gisborne. The Smith holds up the armour and the Sheriff, takes it.
Taps the metal, unconvinced.
This it? Turns the breastplate over.
SMITH: Proudly. Indeed.
SHERIFF: Very thin. Hands it to Gisborne.
SMITH: Thin, yes, but that is its beauty. With this on, a soldier can dance in battle.
SHERIFF: Pulls out his dagger. Yes, how does it work?
SMITH: That is my secret. Sets his feet. And I am the only man west of Jerusalem who knows how to make it.
SHERIFF: Oh, la-di-da-di-da.
The Sheriff hits the breastplate with the dagger. It sparks as the Sheriff ’s ring strikes it and he recoils in pain. Gisborne smiles smugly.

SMITH: O ye of little faith. Come. I will show you a little of my art.
The Sheriff runs his fingers over the armour again before following the Smith to the
fire. Gisborne brings over a small wooden box.
SHERIFF: Stinks like a Turk’s trousers.
SMITH: To the artiste, it is a beautiful smell. Here, my special ingredient. Opens Gisborne’s box and takes out a piece of coal. This, to me, is more precious than diamonds.
SHERIFF: I hope so. More expensive than diamonds.
SMITH: Watch. Crushes the rock in a tall mortar with a wooden pestle.

THE OUTSKIRTS OF LOCKSLEY.
Much, Will, Little John, Allan, Daniel and Djaq run in and peek out between buildings.

THE SMITH’S WORK AREA.
The Smith tosses a bit of the crushed rock into the
fire. It smokes and the Sheriff coughs.
SMITH: Don’t cough. In breathe, inhale. Enjoy.
SHERIFF: Gasping for breath. Enjoy?
Robin opens a window from inside the manor. He can see the Smith’s work area below and the Sheriff sputtering through a hole in the roof. Gisborne turns to a servant.

GISBORNE: Water for the Sheriff.
SMITH: Believe me, in time you will grow used to it.
SHERIFF: Sputters. You will get used to it, my friend. Start production. I want 5000 suits of armour.
SMITH: My lord, that is a very great undertaking.
SHERIFF: Yes, your fee is very generous.
SMITH: The King of France would pay double.
Gisborne scoffs.

SHERIFF: Thinks seriously for a moment. Well, you are indeed an artist.
The Smith nods in acknowledgement as the Sheriff coughs and leaves. Gisborne follows him with the box.

GISBORNE: In disbelief: Double?
SHERIFF: An inconvenience, but think of the gain. Robin is still watching from the window. An army of indestructible warriors.
GISBORNE: to his servant: Put this safely in my room. Hands the box to him.
Gisborne and the Sheriff turn to leave but they hear the boys coughing in the shed from the smoke.

SHERIFF: Gisborne, have you started a family without telling me?
The Sheriff heads for the shed. Gisborne follows.

GISBORNE: My lord...
The Sheriff opens the top half of the door to the shed and sees the boys.

SHERIFF: Children.
GISBORNE: I caught them snooping around in the woods, my lord.
SHERIFF: Tell me they didn’t see you testing the armour in the forest.
Gisborne is quiet. The Smith starts hammering again.

Why didn’t you kill them, Gisborne?
GISBORNE: My lord, I decided we could use them in the mines. We need extra labourers.
SHERIFF: You see, just when I thought I could let you out by yourself to flap your little wings, you go and show compassion. Tut-tut. When there are people who know our little secret, those people have to die.
The Sheriff turns away from the shed as Robin ducks inside out of sight. Gisborne shuts the door and follows. Robin slips a short piece of rope with a knot onto an arrow and
fires it over the village.

 

THE OUTSKIRTS OF LOCKSLEY.
The arrow lands right by Much’s hand resting on a fence. Will pulls it out and takes off the knot as Much breathes heavily.

WILL: That’s the back door plan.
LITTLE JOHN: Come on. We move.
MUCH: Still a bit annoyed at the near miss. Whispers: Every time...
Much, Will, Djaq, Allan and Daniel follow Little John into the village and around the side of the manor, alternating leads. Will and Little John leave the rest of the gang there, and go to the boys’ shed. They peek around the corner and Little John starts peering through the cracks, looking for them. He
finds them.
LITTLE JOHN: to Will, quietly: They’re here.
Will sneaks over and puts a small saw into a knothole. He’s about to start sawing when the hammering stops.

Wait.
The hammering resumes and Little John taps Will’s shoulder.

OK.
Will starts sawing.

BESIDE THE MANOR.
Near a cow eating, Much, Djaq, Allan and Daniel wait, Much impatiently.

MUCH: I don’t like waiting. Especially behind a cow. The cow lows. It’s not good for my constitution.
DANIEL: Much! Shh!
Much stares at Daniel incredulously while Djaq and Allan look at each other and smile at how much Daniel is unknowingly like Robin.

BEHIND THE SHED.
The Smith is hammering. Will is sawing. The hammering stops. Little John taps Will’s shoulder and Will stops sawing. The hammering resumes. Little John taps Will’s shoulder again and Will resumes sawing. He breaks through the board, takes the piece out and holds a
finger to his lips for the boys to see, then starts sawing at the next board.

INTERIOR. MASTER’S CHAMBER.
Robin has found the box. He steps off the raised
floor of the alcove, ready to sneak out, when Gisborne enters.
GISBORNE: Surprised: Hood!
ROBIN: A bit angered. It’s Locksley to you.
Gisborne quickly steps in and bars the door closed. He draws his sword.

GISBORNE: No. Locksley’s mine now.
Gisborne attacks Robin with the sword but Robin twists himself through the curtains to avoid it. He ducks Gisborne’s punch.

ROBIN: Locksley will never be yours!
Robin blocks the sword with the box and rolls across the bed towards the door.

THE SHED.
Will
finishes taking out the last board and pokes his head in through the hole.
WILL: Come on.
The boys, tied together, inch towards him and Will reaches in to saw at their ropes.

MASTER’S CHAMBER.
GISBORNE: Bah!
Gisborne brings down his sword and Robin ducks. Gisborne swings. Robin ducks again and slams into Gisborne, then kicks him backward. Robin runs to the door.

Still sore? Face facts, Hood.
Gisborne pushes Robin’s back as Robin tries to lift the bar.

You lost. I won.

THE SHED.
Little John lifts the boys out of the hole in the shed and passes them to Will, but Mark’s foot is chained to an iron ring set in the ground. Little John pulls twice, then looks in to see what’s holding him up. Mark pulls on the chain.

LITTLE JOHN: Realising. Oh. He pulls his head out of the hole. Will, I need Allan and Djaq, now. Go!
Will runs off with two of the boys.

MASTER’S CHAMBER.
Gisborne pushes Robin into the wall by the door, then knocks the box from Robin’s hands onto the bed and throws Robin across the room. Robin slams into a shelf on the wall and
falls to the
floor, as does a metal pitcher.
ROBIN: You want hearts and minds but you’ll never have them.
Robin kicks out at Gisborne and picks up the pitcher.

No matter how many people you kill!
Robin slams the pitcher into Gisborne’ face. Gisborne rolls back across the bed and onto the floor.

No matter how many children you terrify!
Gisborne stands up and leans over the bed to grab the box but Robin grabs the crosspiece above, jumps up and kicks Gisborne backward with both feet.

No matter how much armour you put on!
Jumps down to the
floor and grabs the box before Gisborne can reach it.
Hah!
Gisborne stands.

GISBORNE: You overestimate me, Hood.
Robin opens the door.

You know, sometimes at night I get one of your servants to rub my feet.
Robin leaves.

I don’t care if she has a heart or a mind!
Gisborne follows Robin out.

THE SHED.
LITTLE JOHN: to Mark: Right. Step over there. Cover your eyes. I’ll be back.
Little Johns turns and takes several steps away from the shed.

OK?
Mark covers his eyes with his arm and Little John runs into the wall, smashing a larger hole. He pries open Mark’s shackle. The Sheriff opens the top door. Two soldiers standing guard look in, too.

SHERIFF: Ah, rescued by outlaws. Opens the lower door. “Quelle surprise.”
LITTLE JOHN: to Mark: We fight. Take this.
Little John hands Mark a board.

Defend me from above.
Little John lifts Mark onto his shoulders.

SHERIFF: Turns to the soldiers. Well, this should be fun.
The Sheriff turns back in time for Mark to hit him in the head with the board.

BESIDE THE MANOR.
Will, with the other two boys, runs to Much, Daniel, Allan and Djaq.

MUCH: to the boys: Come on!
DANIEL: Where’s Mark? You’ve left Mark!
WILL: to Daniel: He’s all right. to the others: We need you, now.
MUCH: Draws his sword. to the boys: You lot stay here.
Djaq taps Daniel’s shoulder and points behind the fence into a shelter.

DJAQ: In. Go in.
Djaq herds the boys into the shelter and runs after Allan.

UPSTAIRS BALCONY.
Robin runs out of the Master’s chamber down the balcony away from the stairs. He sees Gisborne come out of the chamber.

ROBIN: I’m afraid I can’t let you keep these diamonds, Gisborne.
GISBORNE: And I can’t let you take them. The Black Knights would be very disappointed.
ROBIN: Then it’s a stalemate. Shall we toss a coin for it?
GISBORNE: Not a stalemate. Shakes his curved dagger out of his sleeve. Checkmate. Gisborne throws the knife and Robin ducks out of the way. The knife lands in a post at the corner of the balcony. Gisborne groans and runs to pull it out.
ROBIN: Standing by a window. Ha-ha! I’ll see ya.

LOCKSLEY MANOR. EXTERIOR. COURTYARD.
Robin tosses the box out the window to the ground below, where the Smith sees it.

UPSTAIRS BALCONY.
Gisborne pulls out his dagger from the post and charges after Robin.

COURTYARD.
Robin drops to the ground and goes to pick up the box. The Smith reaches for the box, too, but Robin kicks him in the face.

SMITH: Grabbing his face. Ah! Son of a camel!
Daniel sees Robin lying on the ground and comes running. Gisborne looks down from the window and sees Robin sprawled on the ground with the box.

GISBORNE: Hood!
Robin looks up at Gisborne poised with the knife as Daniel aims his slingshot at Gisborne’s face. Gisborne is about to throw the knife when a rock hits his head. He falls back to the
floor as Daniel runs to Robin and helps him to his feet.
DANIEL: In the heat of battle, there is time to watch your gang’s back.
ROBIN: Thanks, Daniel. Go. Go!
Daniel runs back to the other boys and Robin scrambles to the shed where Mark is.

THE SHED.
Little John, with his staff, and Mark, with his board, beat off the soldiers. Little John lets Mark hit them when he can.

LITTLE JOHN: Hit him! Turns. Hit him! Turns. Hit him!
The soldiers are all knocked out just as the rest of the gang arrive, yelling and bursting through the new “back door.” They see all is quiet and stop as Robin takes out a soldier in the front by hitting him over the head with the box.

ROBIN: This way! Turns to run.
All but Will run after him.

WILL: to the Sheriff: This is for the poor.
Will punches the Sheriff ’s face and runs out the door.

COURTYARD.
Djaq grabs an armpiece as she runs past the Smith’s. The Smith is sitting, his back against the wall, feeling his wounded chin and wincing. Daniel sneaks over in an attempt to use his slingshot on the Smith but is grabbed by Gisborne.

GISBORNE: Gotcha!
The gang and the other boys weave their way back to their original position outside the village and stop there.

THE OUTSKIRTS OF LOCKSLEY.
ROBIN: Come on! Get in! Get in!
The gang and three boys arrive and stand behind Robin, breathless.

Is everyone all right?
Much nods.

MARK: Wait. Looks around. Where’s Daniel?

COURTYARD.
SHERIFF: Holding his chin where Will punched him. Gisborne! Robin Hood just knocked one of my men out with a wooden box! Now you tell me it was not the box with the black diamonds in it!
Gisborne throws his head back in frustration. The Sheriff picks up Daniel’s dropped slingshot and slaps Gisborne with it, who recoils.

Five men and a boy! Leaves.
GISBORNE: Calls after him. Hostage!

LOCKSLEY.
The Sheriff and Gisborne walk Daniel to the middle of the village. Mark sees him.

MARK: Daniel!
Daniel struggles to get away from Gisborne’s grip on his hood.

DANIEL: Robin Hood will be back. He’ll rescue me.
The Sheriff slaps the back of Daniel’s head.

SHERIFF: Counting on it.
GISBORNE: Yells out to the villagers. People of Locksley! Let Robin Hood know this! We want our box and its contents back by morning... Djaq is inspecting the armour  ... or his little friend will be punished! Holds his sword to Daniel’s neck. His little friend will die!
Mark looks anxiously at Robin. Robin’s face falls. Gisborne turns back to the manor, taking Daniel with him.

LITTLE JOHN: Robin, we get the boy now!
ROBIN: No. We stop and we think, John.
MARK: You’ve gotta give him what he wants.
Robin watches Daniel, worried.

DJAQ: Steps forward with the armpiece. Robin, take a look at this metal. It is Damascus steel or—or something like it. A man wearing this would be invincible.
Robin grits his teeth, concerned at the implication.

Western weapons would be useless against this.
WILL: We can’t let the Sheriff make this stuff.
ROBIN: That’s why I took the stones.
DJAQ: Slowly to emphasise: We cannot give them back, Robin.
ROBIN: I know! But we can’t let the boy die.
WILL: What do we do?
Robin shakes his head, empty of thoughts for the moment.

NOTTINGHAM CASTLE. EDWARD AND MARIAN’S QUARTERS.
Sir Edward is sick in bed and Marian is dabbing his face and neck with a wet cloth.

EDWARD: Weakly: Thank you.
An arrow swooshes through the air and lands with a thud into solid wood. Marian looks wildly behind her and spies the arrow in the bedpost. She stands up, ducks under the arrow and stares at it, then caresses it with her little
finger and smiles brightly.

NOTTINGHAM TOWN.
Marian enters the marketplace and hands her guard a coin. He nods and disappears. Marian continues on to a stall, obviously looking for something. She spies it, enters a stall and pulls down a piece of heavy cloth from a line. Robin, hood up, is sitting nearby.

MARIAN: Not looking at Robin: My guard has gone for bread. We have two minutes. I heard about the boy. What do you want?
ROBIN: The Sheriff and Gisborne are developing a new armour. It’ll make him and the Black Knights invincible. We have to stop them.
MARIAN: Drops the cloth. We can’t risk the boy.
ROBIN: I know, but if the Sheriff defeats the King, then how many more lives will be lost?
MARIAN: My guard. Pauses. I will get the boy out tonight.
ROBIN: How? You’re under house arrest.
MARIAN: Annoyed: I will find a way. That’s the whole point of me being here.
Marian puts down the cloth and walks away as Robin watches her go. Marian resolutely walks past her guard, who follows. Robin, satis
fied, turns to the shopwoman who is looking curiously at him.
ROBIN: Here, take this. Hands her a coin.

SHERWOOD FOREST. OUTLAWS’ CAMP. NIGHT.
The gang gather around a table with a 3-D representation of the buildings of Locksley. Half-eaten plates of food are in some empty spots.

MUCH: So if Marian succeeds we don’t have to do any of this.
ROBIN: But if she doesn’t, we need a plan. Right. Sighs. We need to trade Daniel and the black diamonds in open space, and that’s here. Puts his finger the middle of the table. So when the Sheriff has the diamonds and we have Daniel back safely... points twice at the middle... then we can strike.
Mark is watching, nibbling meat off a bone.

ALLAN: You can’t just nick ’em back, though. Well, he’ll have the place surrounded, won’t he? Might as well just walk in with your hands in the air saying, “Shoot me.”
LITTLE JOHN: We could destroy them.
ROBIN: We’ll have to.
DJAQ: We need something that burns quickly.
MARK: Pitch.
ALLAN: What about straw?
ROBIN: Straw’s fast but it’s not hot enough.
MARK: Pitch.
LITTLE JOHN: Wood?
ROBIN: Wood’s hot but it’s not quick enough.
MARK: Pitch. Fast burning... and hot.
ROBIN: Smiles, points at Mark. Pitch! Good thinking, Mark.
Little John rubs the top of Mark’s head, smiling.

WILL: I could make a new box. Choose the right wood, something thin. Could line it with pitch.
Mark takes another bite.

Carry the black diamonds in that to the Sheriff and... well... you could shoot it, Robin, flaming arrow.
DJAQ: And the rocks will explode.
ROBIN: Good idea, Will. We’ll test it in the morning.
MARK: Much?
MUCH: Huh? Hm?
MARK: Is this rat?
The gang, save Much, snigger. Will rubs the top of Mark’s head as he passes him to
find wood for the new box.
MUCH: It’s chicken.
MARK: I can’t see any feathers.
WILL: Leans back to Mark. No, and we haven’t seen any squirrels.
More sniggering.

MUCH: Exasperated. Right. Stands. I don’t suppose anyone around here has actually noticed, but I have to do everything you all have to do and keep this larder stocked. So if anyone else would care to run themselves ragged in the forest trying to catch us some massive animal, then you can be the servant!
All laugh.

NOTTINGHAM CASTLE. EDWARD AND MARIAN’S QUARTERS.
Marian writes on a small piece of parchment. She puts her quill aside and reaches for another piece heavy with writing and sizes it up with the
first. She pulls back the edge of the top piece and tips a candle over the lower one, running hot wax along its edge, and then presses the two together.

SHERIFF ’S QUARTERS.
Marian enters the Sheriff ’s room with the doctored parchment.

MARIAN: My lord?
Marian steps inside and the door closes behind her. The Sheriff has his back to the door.

My lord, I beg a favour of you. I have prepared a pass for you to sign. I need your permission to leave the castle.
SHERIFF: Turns around. Why?
MARIAN: Puzzled. You so decreed it.
SHERIFF: No-no-no. Clears throat. I mean, why do you need to leave?
MARIAN: To visit Guy.
SHERIFF: Steps forward to Marian. Gisborne? Oo, well, he’s had a bad day. I don’t advise it, hm? Takes the pass. He should have killed some little boys [inspects pass] but he didn’t. He let them live, showed compassion. Now it’s a mess.
The Sheriff looks at Marian’s clothes and pulls aside her cloak to look, then sniffs her and looks at the pass.

Hm. Walks to his table.
MARIAN: Well, then perhaps now is a good time for me to offer him an apology.
The Sheriff drops the pass on the table, sits down and drums his
fingers on the table.
SHERIFF: At this hour?
Marian takes a deep breath, trying to remain calm.
Points at Marian.
And in your finest silks?
Marian looks down at her clothes nervously.

MARIAN: I hope to make my peace with him.
The Sheriff p
icks up the pass, looks at it, then at Marian.
Please.
The Sheriff stares at her a long moment, then picks up a large ring and sets it on the pass.

SHERIFF: Well, missy... Marian takes a deep breath as the Sheriff pours red wax into the ring.
...
if it were me... puts the spoon back and picks up his seal... I would slap your fickle face. Stamps the wax. Both of them.
The Sheriff sets down the seal and hands her the pass. Marian steps forward to take it, turns and walks calmly out.

SHERWOOD FOREST. OUTLAWS’ CAMP.
MARIAN: Holding up the parchment: This is a pass for the castle gate, but underneath is an order to send Daniel back to the castle so the Sheriff can question him tonight.
ROBIN: Gisborne won’t release him to us, but he will release him to [produces castle guard helmet] a castle guard.
Allan looks back at Little John and Will standing behind him.

ALLAN: I’ll do it.
Robin agrees with a turn of his head and raised eyebrows and hands Allan the helmet.

MARIAN: Are you aware of the risk? If Guy catches you—
ALLAN: Interrupts. Don’t worry. He’ll be putty in my hands.
MARIAN: You’re a brave man.
ALLAN: Shrugs. Well. Grins slightly.
Marian hands Allan the pass.

MARIAN: I’ll go ahead. I told the Sheriff I’d call on Gisborne so I must show my face there.
Looks at Allan: Good luck.

LOCKSLEY MANOR. A BACK ROOM.
Marian steps into the back room and hands the servant her cloak. Gisborne is being
tted with armour by another servant. Gisborne himself is sizing up an armpiece.
Marian looks at it in wonder as she steps formally into the room. Gisborne notices her and looks up.

MARIAN: Forgive me. Looks down at floor.
GISBORNE: Marian, it’s late. Why so urgent?
MARIAN: I wish to speak to you about a personal matter.
Gisborne slides off the armpiece and hands it to the servant.

GISBORNE: I’ll send for you.
The servant nods and leaves. Gisborne walks over to Marian.

Yeah? What is it?
MARIAN: There is bad blood between us.
GISBORNE: Scoffs. You overestimate yourself. I had feelings for you. I made no bones about that. But now... shakes his head... I feel nothing.
Marian looks disappointed as Robin creeps outside towards the window.

And I have larger concerns, ambitions.
MARIAN: Is there no hope of a reconciliation? I know you are a man capable of compassion.
Gisborne turns his head away and down.

I offer...
Marian hesitates and Gisborne looks up without moving his head as Marian takes a step forward.
...
I offer friendship.
Marian lifts her hand to Gisborne. Robin watches as Gisborne takes her hand, breathing heavily.

Guy?
Marian notices Robin at the window and withdraws her hand. Gisborne sees her staring and grabs back her hand tightly.

GISBORNE: What?
MARIAN: Marian quickly looks back at Gisborne. I don’t know.
GISBORNE: Marian, what is this all about?
MARIAN: It’s about friendship, that’s all.
GISBORNE: No. Steps forward. This isn’t about friendship. Caresses Marian’s cheek. You want your freedom back. That’s what this is all about, and I can’t give that to you.
Marian releases Gisborne’s hand.

You and your father, you’ve made your own bed.
There’s a knock on the door and footsteps as the servant enters the doorway.

SERVANT: Sorry, master. There’s a messenger from the Sheriff.
MARIAN: I should go. Turns and leaves.
Gisborne signs heavily as Robin leaves the window.

STABLES AT LOCKSLEY MANOR.
Marian is ready to lead her horse out of the stable when Robin steps out from behind the next stall.

ROBIN: That looked friendly.
MARIAN: Stops horse. Annoyed: You were spying on me.
ROBIN: I was not spying on you. I was making sure you were safe.
MARIAN: Still annoyed: I was safe. Shouldn’t you be making sure Allan is safe?
Robin has no reply. Marian shakes her head leads out her horse again.
Not looking back:
I’ve played my part.
ROBIN: Confused at her attitude: Marian!

LOCKSLEY MANOR. THE BACK ROOM.
Gisborne looks at the pass.

GISBORNE: This is the Sheriff ’s official seal. Who gave you this?
Allan sits at a table, eating heartily.

ALLAN: Listen, mate, the fact you’re standing there holding that means I’ve stopped Robin, right? I don’t know where it’s from. You know, I start asking too many questions, they’re gonna blow my cover. Tears off a piece of bread.
GISBORNE: You did well to bring this to me.
ALLAN: Yeah. Drinks from a goblet. I know. I think I’ll have a bit more wine. Sets down the goblet.
Gisborne glares at him as Allan tears into a large leg, then Gisborne pours more wine into the goblet.

GISBORNE: So... your plan’s failed. What will Robin do?
ALLAN: Well, if this doesn’t work, it’s a straight-forward swap. Swallows. Diamonds for boy. Robin wouldn’t risk the boy’s life, not for anything.
GISBORNE: How very noble of him. Well, there must be some trick.
ALLAN: Sighs, thinking. What’s it worth?
Gisborne holds up a fat purse and shakes it. Allan thinks.

Pitch... in a box containing the diamonds. Boy runs free, Robin fires a flaming arrow and (pi-shoo!) bye bye diamonds.
Tears off another piece of bread and stuffs it in his mouth.
GISBORNE: Steps forward. What will you tell Hood?
ALLAN: Oh, that’s easy. Just say I was tumbled. You recognized me, we had a ght... swallows... which, obviously, I nearly won...
Allan stuffs bread into his mouth as Gisborne chuckles.

... I left you for near dead fleeing the manor, dispatching guards as I go.
GISBORNE: Good idea.
ALLAN: Mm.
Gisborne suddenly slaps Allan hard.
Sits back up.
What was that for?
GISBORNE: Believability.
Backslaps Allan hard.

SHERWOOD FOREST, NEAR LOCKSLEY.
Robin waits behind a tree for Allan. He hears Allan running towards him.

ROBIN: Allan! Steps out from behind the tree.
Allan runs to Robin.

Shh. Shh.
ALLAN: Removes his guard’s helmet. Quick. Let’s go. Gisborne rumbled me.
ROBIN: How did you get out?
ALLAN: We had a scrap. I knocked him out. Unbelievable. Luckily his guards didn’t hear us, but... we should scarper before he comes to.
ROBIN: Right. Come on. Turns to leave.
ALLAN: Robin. Robin turns back to face Allan. I’m sorry.
ROBIN: Hey. Puts his hand on Allan’s shoulder. It’s not your fault, is it? We’ll tell the others and Marian. It’s Mark’s pitch plan. Come on. 

SHERWOOD FOREST. NEAR THE OUTLAWS’ CAMP. THE NEXT MORNING.
Will sets a rough model of his new box on a boulder as Robin spins the arrow in his hand. Djaq stands behind Robin with the other box and a bow. Much holds a torch and bow. Little John stands to the side with the boys, one of whom holds Will’s bow. Allan stands in the back with his bow. Will walks back to the gang and takes his bow back as Robin lights the arrow from Much’s torch, sets it in his bow, aims and shoots the box squarely in its side. After a brief moment, it
flares and explodes.
ROBIN: Right. Will pats Robin’s shoulder. Let’s go.

LOCKSLEY.
A sergeant is directing other soldiers to their stations around Locksley. A gallows has been set up near the pond and the Sheriff and four nobles are sitting on a dais, their backs to the pond. Marian stands in front to one side, the Smith at the other end, each
flanked by a soldier. Daniel is tied up and his hands shackled, on his knees in front of the Sheriff, who holds the other end of the rope.
SHERIFF: Here, boy.
The Sheriff pulls on the rope and Daniel gets up.

See that? Looks at the gallows. If Robin Hood doesn’t show up, these people here are going to watch you swing. Sit.
The Sheriff pulls the rope again and Daniel falls backward and sits.

Well, I can see the sun... no sign of your saviour.
DANIEL: Assuredly. He’ll come.
Marian smiles faintly.

SHERIFF: Hm? Well, I hope so, hm? For your sake. Stands. Hood! Singsong: Oh, Robin Hood!
The Sheriff steps off the dais and pulls Daniel with him as he walks towards the middle of the village. Robin appears, walking through the villagers, the box under his arm. The soldiers draw their bows at him.

Stay where you are, Hood!
Robin stops and puts both hands around the box. He and the Sheriff are several paces apart in the middle of the village.

My Smith will meet you in the middle, …
The Smith glares at the Sheriff, obviously not expecting this.

… Check the merchandise. If it’s all right, you get the key to the boy.
The Smith walks over to the Sheriff.

ROBIN: No, Sheriff. You can make the exchange. Otherwise your archers there will kill me. And if they do fire upon me, my men will kill you.
Robin slowly turns aside as his gang run forward.

LITTLE JOHN: to the villagers: Out of the way! Clear!
ALLAN/MUCH/DJAQ: Move! Move! Move!
The villagers scatter as the gang burst through them, each with a bow drawn. Marian closes her eyes at the tension.

SHERIFF: Oh, la-di-da-di-da. Right! Let’s get on with it.
The Sheriff smiles and steps forward with Daniel in tow. Robin steps forward with the box.

LITTLE JOHN: Allan, Djaq, take the archers on the left. You two, with me.
The bows shift accordingly. The Sheriff chuckles as he approaches Robin.

MARIAN: Suddenly, from out of nowhere: Stop!
Marian walks quickly to Sheriff.

You cannot release the child to an outlaw.
Marian puts her hands on Daniel’s shoulders.

SHERIFF: Sighs. Somebody find me a box and put this woman inside it!
MARIAN: Release him to me. I’ll see that he gets home safely. To Robin: Locksley, this makes no difference to you. You have my word.
ROBIN: Pretends to think a moment, then nods. I accept these terms.
SHERIFF: Good for you.
The Sheriff tosses the rope “leash” to Marian.

Go on, then.
Marian starts to unwind the rope from Daniel.

Now, [holds up the key to Daniel’s shackles] the black diamonds.
Marian reaches for the key, but the Sheriff pulls it back.

Not yet. Allow me to check the merchandise first.
Robin hands him the box. The Smith opens it to reveal the black diamonds. The Sheriff hands the key to Marian, who immediately and roughly grabs it and unlocks the shackles.
Chuckling:
Oh, so sorry. Pulls a small sack from inside his coat. You are, after all, as Lady Marian pointed out, … The Smith pours the rocks into the sack as Robin winces. a murderous outlaw. Hm?
The Sheriff tosses the sack to the Smith.

MUCH: Still holding a taut bow: The Sheriff ’s guessed our plan!
ALLAN: With a taut bow: Unbelievable.
SHERIFF: Something wrong, Hood?
The Sheriff stares at Robin, then winks and steps away. Robin slides off his hood and turns back to his gang as Marian
 finishes untying Daniel.
Singsong:
Gisborne, all yours.
The church doors open and Gisborne steps out in a full suit of armour. The gang are shocked. Much lowers his bow a bit.

DJAQ: That’s the armour!
Gisborne marches quickly towards the Sheriff, who steps back to his chair, grinning.

SHERIFF: Holds out his arms. Enjoy!
Much is agape at the way things have unfolded. Gisborne makes for Robin.

MUCH: Robin! Steps behind him to pull out Robin’s scimitar.
Robin walks quickly towards the gang and away from Gisborne.

ROBIN: Stay back! My sword!
MUCH: Master!
Much tosses the scimitar to Robin, who turns just in time to duck Gisborne’s
first swing. Robin ducks again, then hits Gisborne’s armour. Robin swings again but Gisborne catches his arm and knocks the scimitar from his hand. Robin twists his arm away and slams himself into Gisborne’s waist but Gisborne knees him in the stomach. The Sheriff cheers. Gisborne pushes a winded Robin to the ground, then kicks him in the ribs. Robin rolls over. Gisborne raises his sword over his head to stab at Robin, but Robin rolls out of the way, leaving Gisborne to stab the ground instead. Gisborne picks up Robin and throws him into a fence. Robin rolls away as Gisborne lumbers through. Robin crawls to a cottage as Marian looks on anxiously. Robin picks up a bench and breaks it over Gisborne’s shoulder. Gisborne turns right back, having felt nothing. Robin drops the bench and runs into the cottage, kicking open the door. Gisborne follows.
The gang watch with bows still drawn. Daniel watches, slightly worried but excited. Robin bursts head
first through the window, rolling as he hits the ground. The Sheriff jumps up, giddy with excitement.
SHERIFF: Oh, fantastic! Look at that!
Gisborne kicks down the wall after Robin. He steps slowly through mess.

GISBORNE: What now, Locksley?
MUCH: Run!
Gisborne picks up Robin and slams him into the wall next to the hole he just made. Robin picks up a board and swings it at Gisborne. Gisborne steps backward and immediately punches Robin, then pushes him through the fence. He goes to retrieve his sword as Robin crawls towards the gang.

Master! Robin!
ROBIN: Don’t touch him! Stay on the archers!
Gisborne takes a swing at Little John, but Little John steps back. Robin crawls on as the gang renew their aim at the archers. Little John drops his bow and starts to charge.

MUCH: No John! Wait!
Robin stands up at a rail fence and ducks aside as Gisborne brings down his sword on the rail. Gisborne pushes Robin down. Robin gets up and runs along the fence to another cottage as Gisborne swings and hits the house, where his sword sinks into the wood, stuck. Robin takes advantage of the moment to run away behind Allan and hop another fence. He runs along another cottage to a haystack and a bucket. Gisborne runs back to the middle of the village to meet him and pushes up his visor.

GISBORNE: Locksley will always be mine!
Robin dives down to pick up the bucket and tosses its black contents on Gisborne.

SHERIFF: What’s he doing?
GISBORNE: Is that the best you can do?
Robin tosses aside the bucket and digs a small bow and arrow out of the haystack.

What now?
Robin slides the pieces together and fi
 ts the arrow.
Playing outlaws with the children?!
Robin puts the tip of the arrow into the
fire as Gisborne slams down his visor with his sword.
Goodbye, Hood.
Robin aims the arrow.

SHERIFF: Peeking though his fingers. Oh, no.
ROBIN: Oh, yes!
Robin smiles and
fires the arrow at Gisborne. The pitch ignites and Gisborne is in fl ames. The gang laugh. Daniel silently cheers. Robin watches Gisborne turn around. The Sheriff rolls his eyes. Gisborne drops his sword, makes for a large washtub and ungracefully falls backwards into it. Robin picks up Gisborne’s sword, jumps in after him, pulls off the helmet and breastplate, and holds the sword to Gisborne’s throat.
ROBIN: Yells to Sheriff: Tell your men to withdraw, Sheriff ! Another exchange: the black diamonds for Gisborne and you have him back!
The Sheriff nods to the Smith to follow him.
to Gisborne:
Well, how long can you hold your breath?
GISBORNE: My lord! Please!
Robin pushes Gisborne’s head under water.

SHERIFF: You, er, you seem to have overestimated Gisborne’s importance to me.
Marian motions to a guard and pushes Daniel to him.

MARIAN: Make sure he’s safe.
Robin lets Gisborne up for air.

ROBIN: to Sheriff: Not even you would let him die.
SHERIFF: Erm, I have everything I could want.
Marian runs behind the Smith, pulls his sword from its sheath and holds it to his ribs.

MARIAN: Sheriff ?
Not realising that Marian is threatening the Smith, but thinking she’s just interfering again:
Oh, no, not again.
Robin pushes Gisborne’s head under again.

MARIAN: Let him live.
SHERIFF: Who?
MARIAN: Guy.
SHERIFF: Looks at Marian and notices the sword, then frowns. Marian, what are you doing?
MARIAN: I am asking you to reconsider.
SHERIFF: You are helping Hood?
MARIAN: Jerks sword. Quite the opposite. I’m reminding you that Sir Guy is your most
loyal servant.
Robin lets Gisborne up for air.

GISBORNE: Oh. My lord! Please!
Robin looks at the Sheriff.

SHERIFF: Let him die!
Robin pushes Gisborne’s head under again.

MARIAN: He’s a noble and a good man. He must be worth more to you than a sack of rocks!
The Sheriff roughly grabs the bag from the Smith.

SHERIFF: I will have those rocks.
The Sheriff and Robin stare down each other.

MARIAN: Then I will kill this man. Jerks sword. Without him are the rocks really any us?
SMITH: Er, no. No they are not. I am the only man west of Jerusalem who can make them work their magic.
The Sheriff thinks as Robin lets Gisborne up for air again.
GISBORNE: Ah! My lord!
SHERIFF: to Gisborne: Shut up!
Robin pushes Gisborne’s head under again. Marian jerks the sword and the Smith whimpers and indicates with his eyes to give back the rocks.

SMITH: My lord, I will get you more rocks!
The Sheriff thinks a moment longer, then tosses the sack towards Robin. Robin lets Gisborne up.

SHERIFF: Quietly to Marian: You will be punished for this, Marian. Be no doubt; you’ll be punished.
Meanwhile Gisborne is sputtering. Marian lets the Smith go. Robin, satis
fied, pulls Gisborne out of the washtub.
ROBIN: Get out!
Gisborne clinbs out and falls to the ground choking. Robin gets out and Gisborne stands up and runs to the manor. Robin picks up the sack and tosses it towards the gang.

Burn these.
Much scampers forward to retrieve the sack as Robin turns to Marian. Much dumps the rocks onto the
fire. Robin walks towards Marian and they silently acknowledge one another as the rocks explode.

LOCKSLEY MANOR. COURTYARD.
Marian follows Gisborne, who is being helped out of the armour by two servants. Gisborne pulls off an armpiece and tosses it into the arms of one of the servants and indicates to them to take the armour into the house. He sees Marian and sighs.

GISBORNE: You saved my life. I’m grateful.
MARIAN: Well, I could not watch you die and do nothing.
GISBORNE: You saved Robin, too.
MARIAN: That was incidental.
GISBORNE: Sternly, darkly: Was it?
Marian frowns.

Marian, I’ve been assuming that since Hood became an outlaw, that you have had nothing further to do with him. Was I wrong to assume that?
MARIAN: No.
GISBORNE: Because if you were associating with an outlaw, the punishment would be more severe than house arrest.
Marian scoffs.

The punishment would be death.
MARIAN: Well, would you prefer me to have let you die?
Gisborne says nothing, but stares as he turns to go into the manor. Marian scoffs and turns to leave.
The Sheriff enters.

SHERIFF: Gisborne— Sees Marian. Stay there!
Marian turns back around as the Smith walks past her to leave.
to the Smith as he chases him:
Wait, wait, wait.
The Smith turns around to face the Sheriff.

Where are you going?
SMITH: I cannot work in this environment.
SHERIFF: My dear friend, we could, er, make an arrangement, increase your fee? Holds up two fingers, then three.
SMITH: In France, they know how to treat an artiste. Leaves.
The Sheriff turns back and roughly grabs Marian’s arm.

SHERIFF: What were you thinking?
MARIAN: Guy is your faithful servant. I was preventing you from making a mistake!
SHERIFF: You do not prevent me from making a mistake! You must be punished. Starts to leave.
MARIAN: Defiantly: I am ready for your punishment.
SHERIFF: Turns back. Yes, but is your father?
MARIAN: You leave him out of this!
SHERIFF: Oh, I will leave him, all right, alone, to rot, in a dungeon until you learn to behave yourself. Leaves.
MARIAN: Shuddering: No. Looks back at Gisborne for some assistance, but he enters the house. Marian looks distressed.

SHERWOOD FOREST. OUTLAWS’ CAMP.
Much, with a pitcher and a cup, walks to the gang, who are assembled in the middle of the camp.

MUCH: A toast!
ROBIN: Holds up his hand. Just hang on. Djaq? Robin hands his cup to Djaq. Will? Will tosses Robin a small sack. Robin opens it, grinning at the boys.
Good work, lads.
Robin holds up four tags and chuckles at Daniel’s awed face.

You are now honorary members of our gang.
Robin hands Daniel and one boy a tag.

You are our eyes and ears in the villages. And any time you need us... Will passes back tags to Mark and the fourth boy. ... you can call on us.
DANIEL: Any time you need us, call on us.
Daniel puts on his tag.

ROBIN: Winks and clicks his tongue. That’s a deal.
Little John raises his cup and starts...

LITTLE JOHN: We are...
The gang join in.

LITTLE JOHN/ROBIN/MUCH/ALLAN/DJAQ/WILL: Robin Hood!
FOUR BOYS: Raising their fists in the air: We are Robin Hood!
All laugh.

END OF EPISODE THREE.

Kikavu ?

Au total, 27 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Phoebe0102 
03.07.2019 vers 23h

ladyMorgan 
16.05.2019 vers 10h

schumi 
26.08.2018 vers 19h

stella 
28.06.2017 vers 07h

naadd 
18.04.2017 vers 16h

loveseries 
11.04.2017 vers 23h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Locksley  (27.08.2018 à 16:48)

Difficile d'accepter qu'Allan ne soit plus dans le bon camp, n'est-ce pas...

Je suis d'accord, c'est un épisode très sympa et les gamins sont touchants. Je me souviens avoir souri quand le petit Mark reproche à Daniel de toujours prendre le rôle de Robin quand ils jouent :-)

schumi  (26.08.2018 à 19:08)
Il y'a des scènes vraiment drôles dans cet épisode. Les petits sont touchants et rappellent les débuts de la bande lol. Le pauvre much en prend encore pour son grade. Le shérif est toujours aussi horrible il n'a aucun respect pour gisborne... Quel manque de loyauté ! Marianne sauve Robin et gisborne: beau score. Mais elle risque de le payer cher. Je crois que je dois me faire une raison: allan est désormais chez les méchants... vraiment dommage.

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Découvre le hors-série de notre magazine HypnoMag, consacré à la série Roswell qui fête ses 20 ans !
HypnoMag | Hors-série 20 ans Roswell

Tentez de gagner une HypnoCard Collector Roswell grâce à notre jeu HypnoChance !
Tirage au sort le 15/10 | Collector Roswell !

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Saison 2 de Perdus dans l'Espace : votre cadeau de Noël !

Saison 2 de Perdus dans l'Espace : votre cadeau de Noël !
Vous guettiez l'annonce de la diffusion de la 2ème saison de Lost in Space / Perdus dans l'Espace ?...

The Bay rend ses conclusions ce soir

The Bay rend ses conclusions ce soir
Si vous suivez la série policière The Bay, diffusée sur France 2 depuis le 16 septembre, vous allez...

Nouveau sondage hoodesque !

Nouveau sondage hoodesque !
Il est plus que temps de baptiser la fille (fictive) de Robin et Marian. Dans notre dernier sondage,...

David Harewood fera sa rentrée aux côtés de Supergirl

David Harewood fera sa rentrée aux côtés de Supergirl
Le 6 octobre, David Harewood sera de retour avec la bondinette à jupette (qui l'a rangée dans son...

France 2 part à la découverte de The Bay le 16 septembre

France 2 part à la découverte de The Bay le 16 septembre
Parmi les programmes de rentrée de France 2, la série britannique The Bay est annoncée pour le lundi...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

quimper, Hier à 20:45

Les quartiers Sherlock et Rizzoli & Isles proposent de nouvelles PDM. N'hésitez pas à passer

pretty31, Hier à 21:26

Les jeux d'Halloween vous attendent sur HypnoClap, et quelques chapeaux de sorcières sont encore disponibles pour "Un bonbon ou une cards ?"

pretty31, Hier à 21:26

qui vous permettra peut être de gagner ... Une HypnoCard ^^

Locksley, Aujourd'hui à 11:26

Dernier jour pour vous inscrire au tirage au sort permettant de gagner une HypnoCard Collector Roswell Bonne chance !

serieserie, Aujourd'hui à 15:31

Sortez votre plus belle Plume! L'HypnoPlume vous attend

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site