VOTE | 101 fans

#201 : Tel Frère, Telle Soeur

Alors que les hors-les-loi ont construit un nouveau campement dans la forêt de Sherwood, ils rencontrent Davina qui se trouve être la soeur du Shérif. Marian, quant à elle, est emmenée de force au château afin d'y être surveillée. Et tandis que Robin souhaite la voir à ses côtés, elle doit choisir entre suivre son bien-aimé dans les bois ou demeurer auprès de son père affaibli.
Le Shérif est très occupé par la mise en marche de sa nouvelle conspiration contre le Roi Richard. L'Ordre des Chevaliers Noirs arrive au château et leur premier but est d'éliminer Robin des Bois. Robin arrivera-t-il à déjouer leur plan et à ramener Marian dans la forêt ?

Popularité


4.67 - 3 votes

Titre VO
Sisterhood

Titre VF
Tel Frère, Telle Soeur

Première diffusion
06.10.2007

Première diffusion en France
21.09.2008

Vidéos

Scène d'ouverture (VO)

Scène d'ouverture (VO)

  

Davina est mortellement touchée (VO)

Davina est mortellement touchée (VO)

  

Allan prisonnier au château (VO)

Allan prisonnier au château (VO)

  

Photos promo

Djaq, Alan et Will sont prêts à en découdre ! (Anjali Jay, Joe Armstrong et Harry Lloyd)

Djaq, Alan et Will sont prêts à en découdre ! (Anjali Jay, Joe Armstrong et Harry Lloyd)

Sir Edward est emmené par les soldats (Michael Elwyn)

Sir Edward est emmené par les soldats (Michael Elwyn)

La soeur du Shérif de Nottingham, Davina (Sara Stewart)

La soeur du Shérif de Nottingham, Davina (Sara Stewart)

Gisborne arrête Marian et son père, et brûle le Manoir de Knighton !

Gisborne arrête Marian et son père, et brûle le Manoir de Knighton !

Le Veilleur de Nuit tente de s'enfuir

Le Veilleur de Nuit tente de s'enfuir

Allan est torturé dans les geôles du Shérif

Allan est torturé dans les geôles du Shérif

Petit Jean, tout sourire (Gordon Kennedy)

Petit Jean, tout sourire (Gordon Kennedy)

Jean en pleine action !

Jean en pleine action !

Vous voulez vraiment affronter Petit Jean ?

Vous voulez vraiment affronter Petit Jean ?

Petit Jean et son fidèle bâton (Gordon Kennedy)

Petit Jean et son fidèle bâton (Gordon Kennedy)

Robin (Jonas Armstrong) examine la bague des Chevaliers Noirs

Robin (Jonas Armstrong) examine la bague des Chevaliers Noirs

Gisborne est pensif (Richard Armitage)

Gisborne est pensif (Richard Armitage)

Robin des Bois (Jonas Armstrong)

Robin des Bois (Jonas Armstrong)

Marian et Robin (Lucy Griffiths et Jonas Armstrong)

Marian et Robin (Lucy Griffiths et Jonas Armstrong)

Davina (Sara Stewart), la soeur de Vaisey

Davina (Sara Stewart), la soeur de Vaisey

Robin va-t-il réussir à s'échapper ?

Robin va-t-il réussir à s'échapper ?

Le Shérif et sa soeur, Davina, se réjouissent de la capture de Robin

Le Shérif et sa soeur, Davina, se réjouissent de la capture de Robin

Will sait aussi tirer à l'arc (Harry Lloyd)

Will sait aussi tirer à l'arc (Harry Lloyd)

Gisborne arrête Sir Edward ! (Richard Armitage et Michael Elwyn)

Gisborne arrête Sir Edward ! (Richard Armitage et Michael Elwyn)

Qui a osé pénétrer dans la forêt de Sherwood ?

Qui a osé pénétrer dans la forêt de Sherwood ?

Marian se prépare à intervenir (Lucy Griffiths)

Marian se prépare à intervenir (Lucy Griffiths)

Robin des Bois est déterminé (Jonas Armstrong)

Robin des Bois est déterminé (Jonas Armstrong)

Le Veilleur de Nuit échappera-t-il à Gisborne ?

Le Veilleur de Nuit échappera-t-il à Gisborne ?

Le Veilleur de Nuit est prêt !

Le Veilleur de Nuit est prêt !

Robin est en fâcheuse posture (Jonas Armstrong)

Robin est en fâcheuse posture (Jonas Armstrong)

Tendre moment pour Robin et Marian (Jonas Armstrong et Lucy Griffiths)

Tendre moment pour Robin et Marian (Jonas Armstrong et Lucy Griffiths)

Un coup vers la gauche, un coup vers la droite !

Un coup vers la gauche, un coup vers la droite !

Le Shérif de Nottingham et son bras droit, Gisborne (Keith Allen et Richard Armitage)

Le Shérif de Nottingham et son bras droit, Gisborne (Keith Allen et Richard Armitage)

Robin des Bois est toujours aussi astucieux ! (Jonas Armstrong)

Robin des Bois est toujours aussi astucieux ! (Jonas Armstrong)

Le destin de Robin est-il au bout des doigts du Shérif ?

Le destin de Robin est-il au bout des doigts du Shérif ?

Davina et ses hommes, dans la forêt de Sherwood (Sara Stewart)

Davina et ses hommes, dans la forêt de Sherwood (Sara Stewart)

Le Shérif (Keith Allen) se réjouit de la capture de Robin

Le Shérif (Keith Allen) se réjouit de la capture de Robin

Jean, Much et Allan sont déterminés (Gordon Kennedy, Sam Troughton et Joe Armstrong)

Jean, Much et Allan sont déterminés (Gordon Kennedy, Sam Troughton et Joe Armstrong)

Encore un grand discours du Shérif ! (Keith Allen)

Encore un grand discours du Shérif ! (Keith Allen)

Will Scarlett (Harry Lloyd)

Will Scarlett (Harry Lloyd)

Gisborne est prêt à frapper son prisonnier, sous les yeux du Shérif et de sa soeur

Gisborne est prêt à frapper son prisonnier, sous les yeux du Shérif et de sa soeur

Plus de détails

Réalisateur : Ciaran Donnelly
Scénariste : Dominic Minghella

Cast secondaire
Sara Stewart ... Davina/Rose
Adrienn Pekar ... la fille de Rose
Marcell Csuka ... le fils de Rose
Peter Geltz ... geôlier

Les hors-la-loi font une rencontre inattendue dans la forêt de Sherwood: Davina, la propre soeur du Shérif se rend au château de Nottingham. Après une altercation avec son escorte, la bande se réfugie dans le tout nouveau campement construit  par Will.

Robin propose à Marian de se joindre aux hors-la-loi et de venir vivre dans la forêt mais elle ne peut se résoudre à abandonner son père. C'est alors que Gisborne débarque chez elle avec une escorte de soldats. Marian exige alors de Robin qu'il n'intervienne pas de peur que son père ne soit tué. Humilié d'avoir été abandonné devant l'autel, Gisborne traîne Marian et Sir Edward de force au château puis il incendie le manoir de Knighton.

À Nottingham, Robin accompagné de Much et d'Allan, essaye de savoir ce que prépare le Shérif. Mais Allan est distrait, il semble de plus en plus préoccupé par son avenir. Alors qu'il joue aux dés dans une auberge afin d'arnaquer les autres clients, Gisborne le fait arrêter. Allan est emmené dans les geôles où il est torturé.

Robin tombe dans un piège tendu par Davina. Il se retrouve prisonnier des Chevaliers Noirs, qui projettent de tuer le Roi Richard après s'être débarrassé du hors-la-loi. Marian revêt son costume de Veilleur de Nuit et crée une diversion qui permet à Robin de se libérer.

La soeur du Shérif n'est pas bien loin, elle tente de retenir le hors-la-loi mais, ce faisant, elle bascule dans la fosse remplie de serpents qu'elle avait préparée à son intention. Le Shérif arrive et Robin l'aide à tirer sa soeur de ce piège mortel. Cependant Davina a été mordue par l'un des ses chers reptiles.

Robin est décidé à tuer le Shérif pour sauver le Roi de son complot mais Davina lui fait alors une révélation lourde de conséquences: si son frère ne meurt pas de cause naturelle, le Prince Jean enverra des troupes pour rayer le Comté de Nottingham de la carte! Robin se résigne à épargner son ennemi, il s'enfuit tandis que Davina meurt dans les bras de son frère.

Marian est effondrée, persuadée que Robin est mort comme l'a clamé haut et fort le Shérif dans la cour du château. Quand il apparaît au détour d'une ruelle de Nottingham, elle se jette dans ses bras, folle de joie. Il lui révèle les sombres projets du Shérif. Marian prend la décision de rester au château pour recueillir des informations pour les hors-la-loi. Elle promet à Robin qu'elle le rejoindra quand le Roi Richard reviendra et alors, ils pourront enfin mener ensemble une vie normale.

Dans les cachots du château, Allan est toujours retenu prisonnier. Ses compagnons ignorent sa capture et les souffrances qu'il endure. Gisborne lui propose alors un marché: il le libère à condition qu'Allan  lui fournisse régulièrement des informations sur les opérations planifiées par Robin. De plus, il sera rémunéré pour ces renseignements. Allan accepte ...

FORÊT DE SHERWOOD:
Une troupe de soldats avec à sa tête, une femme blonde entièrement vêtue de cuir noir, traverse la forêt de Sherwood. Ils sont obligés de s'arrêter quand ils découvrent en travers du chemin le corps de Robin, mort semble-t-il, à demi recouvert de feuilles mortes et une flèche plantée dans un œil. Un des soldats s'approche.
Le soldat: Il est parti rejoindre son Créateur.
Davina: Enlevez-le de là.
Le soldat: Attendez, je regarde s'il n'a pas une bourse.
Il se penche avec l'intention de fouiller le "mort" mais celui-ci ouvre soudain l'œil qu'il lui reste.
Robin: Je te montre ma bourse si tu me montres celles que tu as ici!
Il assène un méchant coup de pied au soldat, arrache la flèche et le cache qui simulaient sa mortelle blessure puis il se relève. Il est aussitôt rejoint par le reste de la bande.
Robin: Ceci est une embuscade!
Davina (nullement impressionnée): Vous m'en direz tant!
Much: Le principe est simple...
Will: ...il y a de pauvres gens qui souffrent de la faim...
Allan: ...alors vous nous dites de que vous avez sur vous...
Djaq: ...sans rien omettre...
Much: ...et nous en prenons un dixième...
Will: ...pour que les pauvres puissent manger...
Petit Jean: ...si vous mentez...
Much: ...ou que vous résistez...
Robin: ...nous, on vous prend tout!
Davina les dévisage en souriant sans faire un seul geste.
Robin (s'impatientant): Bon alors on fait quoi?
La petite troupe de soldats prend la décision d'obtempérer et les hors-la-loi commencent à récolter leurs objets de valeur. Allan récupère la bague que porte Davina. Intrigué par des sifflements provenant d'une grande malle, Robin s'en approche.
Robin: Voyons...qu'est-ce qu'il y a là-dedans?
Davina: Mes petits chéris.
Au moment où Robin veut soulever le couvercle de la malle, Davina sort son fouet et s'en sert contre le hors-la-loi.
Davina (en hurlant): Emparez-vous d'eux!
Son escorte engage le combat. Allan se débarrasse du soldat qui l'agresse en l'assommant avec un sac de pièces. Petit Jean fait preuve d'une extraordinaire maîtrise de son bâton en parvenant, grâce à lui, à dévier les trajectoires de deux poignards lancés dans sa direction. Davina s'approche de Robin.
Robin (avec galanterie): Je ne veux pas vous faire de mal.
Davina (hargneuse): Vous êtes trop chevaleresque!
Elle lui assène un violent coup de pied. Les hors-la-loi combattent au corps à corps les soldats. L'un d'eux parvient à maîtriser Djaq.
Le soldat: Je tiens la fille!
Robin (en criant): C'est bon, il est temps de disparaître! Par ici ma bande, suivez-moi!
Djaq rejette brusquement sa tête en arrière, frappant violemment le soldat qui la maintenait. Sous le choc, il la relâche.
Djaq: La "dame", je préfère!
Une course poursuite s'engage dans la forêt entre les hors-la-loi et Davina et ses hommes. Robin et ses compagnons gravissent une pente et, quand leurs poursuivants arrivent à leur tour au sommet, ils ne voient plus devant eux qu'un étroit défilé entre les rochers mais plus personne à l'horizon...
Un soldat: Où est-ce qu'ils sont allés?
Davina (furieuse): Ils ont dû "rejoindre leur Créateur"! Conduisez-moi à Nottingham, bande d'idiots!
Quelques instants plus tard, le tapis de feuilles mortes du ravin se soulève révélant l'accès au nouveau campement des hors-la-loi. Robin apparaît à l'entrée et jette un coup d'œil alentours.
Robin: La voie est libre!
Il lève ensuite les yeux au ciel, examinant l'ingénieuse porte basculante en branchages recouverte de feuilles mortes qui se trouve au dessus de lui. Un grand sourire illumine son visage lorsqu'il donne une tape amicale à Will.
Robin: Beau travail Will!
Will (modeste): C'est rien du tout.
Much (enthousiaste): Comment ça "rien"? C'est génial! J'adore notre campement!
Ses compagnons approuvent et en cœur, ils poussent un cri de victoire.

*** Générique ***

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
La nuit est tombée. Gisborne examine pensivement un plan-relief représentant l'Europe érigé dans une des salles du château. Le Shérif s'approche de lui.
Le Shérif: Dites-moi que vous préféreriez avoir une femme Gisborne.
Gisborne (incrédule): Pardonnez-moi?
Le Shérif: Dites-moi que vous préféreriez avoir une femme plutôt que tout ça! Le pouvoir! Nous sommes tellement près du but.
Gisborne: Certes.
Le Shérif: Parlant de votre dame et de nos chers pestiférés, il serait temps d'aller chercher notre beauté et son géniteur.
Gisborne: Edward et Marian... (le Shérif acquiesce) … S'ils résistent, puis-je employer la force?
Le Shérif: Anticipez un peu Gisborne! Employez la force dans tous les cas!

CAMPEMENT DES HORS-LA-LOI:
Un violent orage s'est abattu sur la forêt de Sherwood. À l'abri dans leur nouveau campement, les hors-la-loi examinent leur butin.
Robin: Tout va bien Allan?
Allan (en lui tendant un poignard): Ça aurait pu mal tourner.
Robin: Oui... Les soldats étaient bien entraînés.
Allan: La femme était pas mal non plus! Elle a failli t'avoir à un moment.
Robin (en souriant): Ça je crois pas, non! …(il remarque la bague que tient Allan et s'en empare, l'air inquiet) Qu'est-ce que c'est que ça?
Allan: La bague de la matrone.
Robin examine la bague: en métal argenté, elle représente la silhouette d'un faucon.
Robin: Attends... C'est l'emblème du Shérif!
Allan: Hein? Oui et alors? Ben, on a dévalisé une amie du Shérif et voilà!
Robin: C'est plus qu'une amie, ils portent le même emblème!

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Davina rejoint le Shérif de Nottingham.
Le Shérif (admiratif en la découvrant): Oh! Oh! Voilà la plus belle!
Visiblement flattée, elle lui adresse son plus beau sourire.
Davina (le désignant): Et le summum de la réussite!
Tous deux semblent particulièrement complices et heureux de se voir.
Le Shérif: Alors, tu as fait bon voyage?
Davina: Je suis tombée sur une de tes vieilles connaissances.
Le Shérif: Robin! Il n'a pas touché à tes petits chéris?
Davina: Non, mais je tiens à ce qu'on le capture!
Le Shérif: Ne t'inquiète pas, tout est en place! Demain, quand nos amis vont se réunir, ils auront sa mort en spectacle!
Davina: Et le plan? Raconte!
Le Shérif: Toute la garnison, cinq cents hommes!
Davina: Hum... des hommes c'est bien, mais une femme c'est encore mieux!

MANOIR DE KNIGHTON:
Alors que Sir Edward dîne seul au rez-de-chaussée, Marian déguisée en Veilleur de Nuit regagne sa chambre en passant par la fenêtre. Robin l'observe en silence debout dans l'obscurité de la chambre. Elle enlève son masque et son foulard puis sourit.
Marian: Et c'est tout pour le moment, le reste j'attendrai que tu sois parti pour l'enlever!
Robin (en riant): Quel rabat-joie cette Marian! … Qu'est-ce que tu dis de ça?
Il lui tend la bague dérobée à Davina tandis qu'elle allume les bougies de sa chambre.
Marian(en examinant le bijou): L'emblème du Shérif.
Robin: On l'a pris aujourd'hui à une dame qui se rendait à Nottingham. Et elle avait des hommes, ils étaient bien entraînés, comme une unité militaire. Et elle portait l'emblème du Shérif.
Marian: Qu'est-ce que ça signifie?
Robin: Je sais pas! J'espérais que toi ou ton père l'auriez su.
Marian (lui rendant la bague): J'ai l'impression que nous ne sommes pas les bienvenus dans les allées du pouvoir!
Robin (satisfait): Bien! Alors viens rejoindre ma bande!
Marian (en soupirant): Là tu rêves Robin!
Elle se détourne mais il la retient par le bras et la replace face à lui.
Robin: Attends! … Écoute...
Il prend son visage entre ses mains et dépose un baiser sur ses lèvres.
Robin: Tu l'as entendu?
Marian: Quoi donc?
Robin: Ce baiser, il a dit tout un tas de choses.
Marian: Ah oui? Qu'est-ce qu'il a dit alors?
Il l'attire contre lui et elle se blottit dans ses bras.
Robin: Il a dit: "Marian veut venir se joindre à ta bande".
Elle sourit puis hoche négativement la tête.
Marian: Tu crois? Ce n'est pas ce que j'ai entendu... (elle se redresse et le regarde) Moi j'ai entendu une petite voix qui disait: "Abandonne ta maison, abandonne ton père, chasse tout espoir de pouvoir mener un jour une vie normale et prends les armes avec un homme pour qui la résistance consiste à parader avec son arc!"
Robin (contrarié): Là, tu exagères.
Marian: Et tout ça pour quoi? Pour attendre un Roi qui, il faut le dire, ne parviendra peut-être jamais à rentrer.
Robin se met à rire.
Marian (surprise): Pourquoi tu ris?
Robin: Tu y avais déjà pensé, non?
Elle lui sourit en retour. Soudain des hennissements viennent interrompre leur conversation. Tous deux se précipitent à la fenêtre pour découvrir Gisborne qui arrive à Knighton avec une escorte de soldats. Le bras-droit du Shérif met pied à terre et vient frapper violemment à la porte d'entrée du manoir.
Gisborne (en criant): Messire Edward! Marian! Sortez immédiatement!
Aussitôt, Robin saisit une flèche dans son carquois et prend son arc. Pendant ce temps, Gisborne enfonce la porte d'entrée d'un violent coup de pied.
Sir Edward (sidéré): Messire Guy?
Les soldats précèdent Gisborne, ils entrent dans le manoir et menacent le père de Marian de leurs épées. En haut, dans la chambre de Marian, Robin est furieux et encoche la flèche sur son arc.
Robin: Je vais le tuer!
Marian (ironique): Oui, d'abord on tire et ensuite on réfléchit!
Sir Edward proteste, une épée pointée sur sa gorge.
Sir Edward (outré): Je ne vous permettrai pas!
Marian retient Robin, bien décidé à en finir avec Gisborne.
Marian: Qu'est-ce que tu veux? Qu'il tue mon père?
Elle enlève sa veste de Veilleur de Nuit tandis qu'en bas, Gisborne est fou furieux.
Gisborne (en hurlant): Marian!
Marian (à Robin): Si tu as du respect pour moi, reste tranquille!
Gisborne: Marian! Descendez immédiatement ou je mets le feu à cette maison!
Robin fait un pas en avant vers l'escalier mais Marian le retient à nouveau.
Marian (insistante, à Robin): Est-ce que tu me respectes?
Déterminée, elle l'oblige à lui faire face et attend sa réponse.
Robin: Je te respecte, oui.
Il rabaisse son arc et Marian se précipite dans l'escalier.
Marian (inquiète): Père!
Gisborne (furieux): Venez quand je vous appelle!
Marian: Père!
Sir Edward (tentant de la rassurer): Je n'ai rien...
Marian (à Gisborne): Qu'est-ce que vous voulez?
Gisborne: Vous venez au château, le Shérif veut vous tenir à l'œil!
Marian: Non, nous n'irons pas! Mon père est fragile, relâchez...
Gisborne (l'interrompant, hors de lui): Ce n'est pas à vous de me dire ce que je dois faire! ...(puis, aux soldats) Brûlez cette maison!
Marian (l'empoignant et criant): Guy, non! Arrêtez!
Gisborne la repousse violemment, elle reprend alors plus doucement.
Marian: Je vous en prie Messire Guy...
Gisborne (froidement): Mieux que ça!
Sa torche allumée à la main, le soldat qui s'apprêtait à incendier la demeure ne sait plus ce qu'il doit faire.
Le soldat: Messire Guy?
Gisborne l'arrête d'un geste de la main.
Gisborne (méprisant, à Marian): Suppliez!
Marian jette un regard désespéré à son père puis cède.
Marian: De grâce, Messire Guy, je vous en supplie.
Gisborne (froidement, à Marian): C'est beaucoup mieux...
Il se dirige vers le soldat et s'empare de sa torche.
Gisborne: ...mais ce n'est pas encore assez!
Il embrase les rideaux.
Marian (pleurant et hurlant): Non! Non! Ne mettez pas le feu! Non! Ne faites pas ça!
Il l'entraîne de force dehors alors que le feu commence à gagner toute la demeure.
Gisborne: Venez!
Marian et son père sont arrêtés sous les yeux de Robin dissimulé près du manoir.
Un soldat: Allez, au Château! En avant!
Un autre soldat: Allez! Emmenez-les! Dépêchez-vous!
Robin encoche une flèche sur son arc et veut intervenir mais son regard croise celui de Marian qui, l'arrête alors d'un geste discret. Les deux prisonniers avancent, résignés, entre les soldats. Robin repart en courant vers la forêt tandis que le manoir de Knighton se consume.

VILLE DE NOTTINGHAM:
Cachés non loin de l'entrée du château, Robin et Much observent les allées et venues. Alors qu'Allan se tient en retrait. Robin mordille nerveusement ses doigts, les yeux rivés sur les gardes postés devant la porte.
Much: Ils mijotent quelque chose, c'est un bouclage en règle! … Ça ne peut pas être que pour Edward et Marian.
Trois cavaliers tout de noir vêtus, le visage dissimulé par des grandes capes, passent devant les hors-la-loi et se présentent à l'entrée du château.
Robin: Et eux, qui est-ce?
Sans dire un mot, ils présentent aux gardes une bague identique à celle portée par la femme rencontrée la veille dans la forêt.
Allan: Frappe à la porte et va demander au Shérif, ce sera mieux! C'est pas en restant plantés là toute la matinée qu'on risque d'apprendre grand chose.
Much: Qu'est-ce que tu proposes?
Allan: Si tu veux le savoir, je m'apprêtais à aller à la taverne... Quelques nouveaux tours que je voudrais tester, tenez regardez! ...(il leur montre trois gobelets) Trois coupes d'accord?
Robin (avec impatience): Laisse tomber!
Il s'éloigne avec Much dans les rues de Nottingham, Allan les suit en tentant de s'expliquer.
Allan: Comment ça "laisse tomber". Robin! Mais ce n'est pas malhonnête!
Robin: Depuis quand, est-ce qu'on fait des tours de passe-passe dans les tavernes Allan?
Allan: Si c'est Marian qui te met dans des états pareils, fallait pas laisser Gisborne te l'enlever!
Robin (irrité): Fais attention à ce que tu dis.

Marian et Sir Edward sont amenés dans les appartements du Shérif.
Le Shérif: Ah notre indécrottable parlant beau de morale! Et son papa! J'ai cru comprendre que vous aviez négligé de faire ramoner votre cheminée?
Marian: Vous savez parfaitement bien que ça n'a rien à voir!
Le Shérif: Dites-moi, de quel côté êtes-vous? Du mien ou de celui du Roi Richard? Le monde réel ou le vieux monde?
Sir Edward: Du vôtre.
Le Shérif (en ricanant): Ah non, allons, nous savons l'un comme l'autre que c'est faux! Je me trompe?
Sir Edward: Je crois en la Justice. Je crois dans les droits de l'homme libre!
Le Shérif (méprisant): Qui s'intéresse à ce que vous pensez Edward? Hum? J'ai un plan et je ne souffrirai aucune voix dissidente... Donc, vous êtes assignés à résidence ici-même dans ce château jusqu'à ce que je vous trouve une quelconque utilité!
Marian: Monseigneur, Shérif, je me dois de protester!
Le Shérif (furieux): Vous vous devez?
Marian: Le Comte, mon père, est souffrant. Il faut lui permettre de se...
Le Shérif (l'interrompant): Encore un mot de vous petite demoiselle et votre père n'aura plus jamais à se plaindre de ses souffrances!
Alors qu'il quitte la pièce, le Shérif croise Gisborne.
Gisborne: Monseigneur, un autre de nos amis est arrivé au château.
Le Shérif: Bien!
Il s'éloigne, Gisborne veut lui emboîter le pas quand Marian l'interpelle.
Marian: Guy!... Je vous en prie, le château n'est pas un endroit pour un vieillard.
Gisborne (froidement): Vous croyez qu'on peut humilier un homme devant l'autel, un homme comme moi, et s'en sortir comme ça? Vous vous trompez.

Dissimulé dans une ruelle de Nottingham, Robin garde les yeux rivés sur le château tandis que derrière lui Much et Allan commencent à se disputer.
Much: Marian est là-dedans!
Allan (amer): Oui, elle doit se taper une bière avec le Shérif!
Much (énervé): Ah décidément, tu comprends rien toi!
Allan (fâché): Non, je comprends rien et c'est ce que je me tue à vous dire! Tu vois, on risque nos vies pour récolter des sous qu'on donne jusqu'au dernier, c'est quoi ça!
Much: Mais...
Allan (l'interrompant): Je rigole pas là, on devrait en garder pour nous! Si on n'a rien, on va finir par s'affaiblir. Et si on n'a plus de force, comment on va faire pour aider les pauvres?
Much: T'es pas faible jusque-là, ça va?
Allan : Non, mais je pourrais le devenir! Toi tu risques rien bien sûr!
Much: Et pourquoi?
Allan: Parce que tu as toujours été faible.
Robin ne peut s'empêcher de sourire.
Much: Très drôle...ah oui, ça c'est très drôle...(puis, bégayant en cherchant ses mots) Et pourquoi tu... pourquoi tu...
Allan (s'énervant): Pourquoi je "quoi"? Vas-y !
Much (furieux): Pourquoi tu ne vas pas traficoter ailleurs!
Allan (élevant le ton): C'est à dire "traficoter"? Tu veux dire quoi par "traficoter"?
Much: Tu sais parfaitement ce que je veux dire!
Allan: Très bien!
Très énervé, Allan s'éloigne rapidement dans les rues de Nottingham, abandonnant Much, stupéfait.
Much: Qu'est-ce que... Mais qu'est-ce que tu... (il se retourne vers Robin) Maître!
Robin: C'est bon, laisse-le partir. Il a besoin de se calmer... On a oublié les pauvres aujourd'hui, on avait dit qu'on ferait une distribution.
Much: Le Shérif, lui, ne les a pas oubliés! ...(il désigne à Robin une femme brune, attachée à un poteau en plein centre de la place du marché de Nottingham) Regardez-moi ça, la pauvre femme...il ne peut pas se passer un jour sans qu'il cherche à humilier quelqu'un!
Robin acquiesce.
Robin: Pour l'heure, on va tenter la porte ouest, allez viens!

Allan entre dans la taverne de Nottingham, il avise un homme attablé devant quelques pièces et s'installe en face de lui.
Allan: Pas mal... Tu viens de toucher tes gages?
L'homme (méfiant): Ça te regarde?
Allan (très aimable): Je pensais que tu aurais peut-être envie de doubler la mise.
Il lui montre alors ses trois gobelets.

Cachés derrière des paniers, Much et Robin observent toujours les mystérieux visiteurs qui se présentent au fur et à mesure au château.
Robin: En voilà encore un. … Je connais cet homme! Foster de Rotherham.
Much: Et qui est-ce?
Robin: Un sale bonhomme, un intrigant, et surtout un ennemi du Roi! Le jour où Foster et le Shérif se rencontrent est un jour maudit pour l'Angleterre et si tous ces visiteurs sont de la même eau... (il soupire) Retourne au camp et dis aux autres de se tenir prêts. Dis-leur que le château est bouclé et demande à Will de réfléchir à un moyen de franchir ce mur!
Much (inquiet): Où est-ce que vous allez?
Robin (en souriant): Voyons! Si on rentre, on va avoir besoin d'uniformes!
Much acquiesce puis s'éloigne tandis que Robin s'engage dans une ruelle de la ville. Alors que trois soldats passent en patrouillant en colonne, il attrape le dernier et l'entraîne derrière une tenture.
Robin: J'ai rien contre toi, j'ai juste besoin de ton uniforme!

À la taverne, Allan continue ses tours de passe-passe avec ses trois gobelets, récupérant ainsi les pièces des clients crédules.
Allan: Mais sans rigoler, ça me coûte de l'argent à tous les coups!
Un homme désigne l'un des gobelets après qu'Allan les aient mélangés sous ses yeux.
Allan (faussement désolé): Oh non, pas de chance, dommage! ... (il ramasse l'argent gagné) Bon ben merci. (il continue ainsi avec plusieurs autres clients) Alors? Oh raté, pas de chance! On essaie encore un petit coup?

Sa capuche rabattue sur le visage, Robin se rapproche de la femme brune toujours attachée au poteau sur la place du marché de Nottingham. Le visage tuméfié, elle semble avoir été maltraitée.

Dans l'auberge, Allan persiste à se jouer des clients qui perdent les uns après les autres.
Allan (ravi): Ah! Pas de chance!
Alors qu'il ramasse les pièces qu'il a une fois de plus gagnées, les clients se dispersent soudain. Un homme s'assoit en face de lui, Allan engage gaiement la conversation sans relever la tête.
Allan: Un petit pari mon ami?
Stupéfait, il découvre que son nouvel adversaire est en fait Gisborne!
Gisborne: J'te tiens!

Robin engage discrètement la conversation avec la prisonnière de la place du marché en grignotant un morceau de pain.
Robin: C'est l'œuvre du Shérif?
La femme (agressive): Fiche le camp! Écoute, je me passe très bien de ta pitié. Et ton pain rassis, tu peux te le garder. Alors, à moins que tu aies une meilleure idée que ça, fous-moi le camp!
Robin: Bon, et si je te libérais?
La femme (sèchement): Non merci.
Robin: Je suis Robin des Bois.
La femme (radoucie): Vraiment? Non merci... Je subis ce châtiment pour l'éviter à mes enfants, ils ont été pris à voler des restes dans les cuisines du château... (puis, à ses enfants âgés d'une dizaine d'années) Allez vous deux, ouste! ... (les deux enfants détalent) Je dois rester sinon ce sont eux qui vont prendre. C'est pour une journée, c'est tout, alors fais-moi plaisir et va te faire voir!
Robin: Si tu n'as pas de quoi nourrir tes enfants, on peut t'aider avec mes hommes... (il glisse une pièce dans ses mains liées derrière son dos) On fournit régulièrement à manger et quelques sous à ceux qui en ont besoin. Je peux te mettre sur la liste, dis-moi juste comment tu t'appelles.
La femme: Tu crois que parce que tu m'as glissé une petite pièce, je vais te dire comment je m'appelle!
Robin est d'abord sidéré par sa réaction puis il sourit.
Robin: Je dois m'en aller. Peu importe ton nom, soit sur le marché jeudi, mes hommes te trouveront.
Il s'éloigne rapidement mais se retourne quand la femme l'interpelle.
La femme: Hé! … Rose … Mon nom c'est Rose.
Il acquiesce, elle le regarde ensuite s'éloigner en affichant un mystérieux sourire.
Rose (à elle-même): Merci...

Les deux jeunes enfants de Rose sont introduits dans les appartements du Shérif qui les accueille avec bienveillance.
Le Shérif: Ah! Excellents mes petites fripouilles, et maintenant où est Gisborne, hum? Allez dire à Gisborne que le spectacle peut commencer! Bon, excellent!

Dans les geôles, un prisonnier en piteux état se raccroche désespérément à la jambe d'Allan.
Allan (impressionné et agacé): Quoi? Qu'est-ce qu'il y a? Arrête! Mais qu'est-ce que tu veux?
La vision de ce pauvre hère qui semble avoir perdu l'esprit perturbe beaucoup Allan. Gisborne arrive alors, le sourire aux lèvres.
Gisborne: Alors, dis-moi, où sont tes amis?
Allan: Je ne vois pas de quoi vous parlez... (puis enjoué) Oh non, ça va pas recommencer? Vous me prenez pour un des hommes de Robin des Bois, hein? Comment il s'appelle déjà celui qui me ressemble? … Allan! C'est ça! Non, moi c'est Tom. Tom!
Gisborne sourit en entendant le discours d'Allan, il est loin d'être dupe puis il soupire en hochant la tête.
Gisborne: Ne m'insulte pas. Qu'est-ce qu'il t'arrive? Robin t'a jeté dehors? Dépouillé des travailleurs dans une taverne, ce n'est pas le genre de Robin des Bois.
Allan: Je vous ai dit que je ne connais pas Robin des Bois.
Gisborne: Montre-moi un peu de respect, après on pourrait conclure un marché.
Un soldat s'approche de Gisborne.
Le soldat: Messire Guy! Le Shérif vous fait dire que le spectacle va commencer.
Gisborne (aux bourreaux): Torturez-le.
Allan (qui commence à paniquer): Attendez, attendez, c'est bon, j'avoue: je suis Allan de Dale.
Gisborne: Trop tard.
Les bourreaux extraient Allan de sa cellule et l'entraînent de force vers la salle de tortures.
Allan: Je veux bien traiter! Vous avez parlé d'un marché!
Gisborne: Trop tard, il n'y en a plus besoin.

Sur la place du marché de Nottingham, un bourreau affûte soigneusement sa hache. Les portes du château s'ouvrent, deux soldats sortent encadrant les enfants de Rose, ils sont suivis par Le Shérif et Gisborne. Marian veut sortir à son tour mais elle est contrainte de rester au niveau de la herse car deux gardes, leurs hallebardes en main, lui barrent le chemin. Après un roulement de tambour, le Shérif commence son discours à côté de Rose.
Le Shérif: Mon peuple, mon cher peuple! Ces deux jeunes crapules là, se figurent que parce qu'ils sont des enfants, ils peuvent échapper à la Justice! Tss, tss, tss. Ils ont bel et bien commis un crime. Un de mes hommes a jugé bon de les prendre en pitié, eux et leur maman, et l'a autorisée à se faire châtier à leur place. C'était très généreux mais pas très judicieux... Nous devons leur couper les mains...(des murmures de protestation s'élèvent dans la foule) C'est la loi!
Rose (désespérée): Oh non! Pas mes enfants! Non!
Le Shérif: Oh, la compassion maternelle, comme c'est touchant, comme c'est beau... Amenez l'équipement!
Rose (en sanglotant): Non! Je vous en prie Monseigneur, ils ne voulaient pas faire de mal! Pitié! Ne leur coupez pas la main, je vous en prie!
Le Shérif (en hurlant): La ferme!
Alors que les soldats immobilisent les bras des enfants dans les fers cadenassés, le bourreau fait une démonstration avec sa hache en fendant un chou en deux.
Le Shérif (ravi): Allez vite! Coupe, coupe!...(il déplie alors un parchemin et en commence la lecture) Moi, Vaizey, Shérif de Nottingham, condamne par la présente le tout petit Billy et la toute petite Jane et bla et bla et bla... Qu'on leur coupe la main, allez!
Rose se met à hurler de désespoir.
Rose: Sauvez mes enfants quelqu'un!
Robin apparaît sur le toit de la maison en face au château. Marian, ravie, le regarde ajuster son arc et décocher deux flèches qui viennent se ficher dans la table sur laquelle sont attachées les mains des enfants.
Robin: Qu'on touche à ces enfants et j'ai une flèche toute prête pour vous Shérif!
Le Shérif (au bourreau): Faites donc!
Sous les yeux ébahis des habitants de Nottingham, Robin tire une nouvelle flèche qui vient de planter dans le manche de la hache du bourreau, la lui arrachant des mains. Puis, il en tire une autre qui vient couper les liens qui retenaient Rose.
Robin: Rose, les enfants, fuyez !
Rose: Mais ils sont attachés! Aidez-moi!
Marian (inquiète, à elle-même): Non Robin, il ne faut pas descendre...
Pour secourir les enfants, Robin commence à descendre du toit de la maison en s'aidant d'une corde accrochée le long du mur. En arrivant en bas, il se bat contre un premier soldat qu'il maîtrise puis, son poignard entre les dents, il combat à l'épée deux autres gardes. Avisant Rose, il lui lance son poignard.
Robin (à Rose): Les cadenas, vite!
Rose rattrape le poignard de Robin puis Gisborne crie haut et fort:
Gisborne: Allez-y!
Dissimulés dans la foule, une vingtaine de soldats laissent tomber les vêtements qui couvraient leurs uniformes et s'avancent vers Robin en pointant leurs épées. Rapidement encerclé, le hors-la-loi est contraint de se rendre. Marian est aussi contrariée que Rose semble satisfaite.
Robin: Malin! Pas mal le stratagème!
Gisborne: Pose ton arme Robin.
Robin jette son épée à terre tandis que Rose le contemple, le sourire aux lèvres.
Robin (à Rose): Alors, dis-moi, est-ce que ce sont seulement tes enfants?
Rose (avec mépris): Des enfants, brrrr... (elle se rapproche de lui) Maintenant, tu vas me montrer ton visage et je vais te montrer le mien!
Rose rabat la capuche de Robin puis elle commence à enlever le faux nez puis les fausses pommettes qui étaient collés sur son visage. Elle retire ensuite ses fausses dents et sa perruque brune qui laisse alors apparaître sa longue chevelure blonde. Robin reconnaît alors la femme rencontrée dans la forêt de Sherwood.
Le Shérif (à Robin): Est-ce que je t'ai déjà dit que j'avais une sœur Robin?

Dans une salle du château, le Shérif a réuni tous ses mystérieux visiteurs. Tous vêtus de noir et encapuchonnés, ils prennent place en cercle dans des sièges disposés tout autour de la pièce. Théâtral, le Shérif commence son allocution sous les regards attentifs de Davina et de Gisborne.
Le Shérif: Mes frères! Notre heure a sonné, le Roi Richard marche sur Jérusalem. Avant que l'année soit terminée il sera de retour. Donc l'opération Shah Mat doit entrer dans une nouvelle phase. Mobilisez vos hommes, apportez-moi vos dons pour le financement, nous devons être prêts! Le jour où le Roi Richard va accoster sur le sol d'Angleterre, nous devons être présents pour l'accueillir, pour l'embrasser! Oh! Tiens, le Roi est mort!... (les mystérieux invités ricanent) Longue vie au Roi!… Donc, en attendant, voici le divertissement du jour. Mes chers amis, permettez-moi de vous présenter celui qui, de grand seigneur est passé à petit voleur! De noble à gibier de potence! Du sommet au ruisseau! Il est parti "héros" et il est revenu "zéro"!... (il claque des doigts et un grand drap tombe au sol découvrant Robin, suspendu par les mains au plafond de la salle) Robin des Bois! ...(les visiteurs applaudissent) Bienvenue dans ma nouvelle salle Robin! Nous sommes "Les Chevaliers Noirs"! ...(il embrasse sa bague en forme de faucon)
Robin: Pourquoi tant de manières Vaizey? Pourquoi ne pas s'appeler directement "Les Traîtres"? Et votre opération "Shah Mat", ce serait plus simple de dire "Échec et Mat"! Ou mieux encore "À mort le Roi!"
Le Shérif: Oh bravo! Il connaît le persan! Bravo!
Robin: Cet argent, l'impôt que vous avez levé...
Le Shérif: Qu'est-ce que tu croyais, que j'allais m'acheter une nouvelle monte? Tu me connais bien mal Robin des Bois! Moi et mes amis n'avons que faire de l'argent, c'est pour lever une armée de mercenaires. Nous voulons le pouvoir! À nous tous, nous allons gouverner l'Angleterre, nous sommes "La Nouvelle Angleterre"!
Robin: Si c'est vrai, que Dieu nous vienne en aide!
Le Shérif: C'est vrai, il n'y a que Dieu qui puisse t'aider là où tu es! Malheureusement, parce que j'appréciais assez nos petites escarmouches!...(il se tourne vers sa sœur) Davina?
Davina s'approche et claque à son tour des doigts. Des soldats la rejoignent et découvrent une grande trappe juste en dessous de Robin dans laquelle sont entassés des dizaines de serpents.
Davina (avec tendresse): Mes petits chéris...
Robin contemple avec horreur les reptiles qui sifflent à quelques mètres sous ses pieds.
Le Shérif: Mort de morsure...
Il éclate de rire, aussitôt imité par Davina.

Dans un cachot, Allan torse nu et les mains liées dans le dos est en piteux état. Le geôlier s'approche.
Allan: Écoute, il y a bien un moyen de s'arranger, c'est sûr! ...(l'homme le frappe violemment) Un petit pari, ça te dirait? T'es joueur, toi! Tu peux mettre une petite mise...(le geôlier le gifle à nouveau)
Le geôlier: Ça veut dire non.

Dans la salle des Chevaliers Noirs, Robin est toujours en fâcheuse posture.
Le Shérif: Pas à pas Robin, tu vas descendre vers ta mort.
Il retire une cale d'un engrenage, la corde à laquelle est suspendue Robin se détend et le hors-la-loi commence à descendre vers la fosse des serpents.
Le Shérif: Mon ami Messire Guy voudrait te poser une question avant de te présenter ses adieux.
Gisborne s'approche à son tour, l'arc de Robin à la main.
Gisborne: Dis-moi Robin, qui est le Veilleur de Nuit?
Robin: Ça je ne sais pas Gisborne! Ce que je sais, c'est que quand je le verrai, je l'embrasserai pour ce qu'il t'a volé! Parce qu'il prouve que je ne suis pas le seul. Tu vois, il y a plein de gens comme moi et comme le Veilleur de Nuit partout en Angleterre! Ils vont se soulever au nom de la Justice!
Furieux, Gisborne frappe Robin avec son arc alors que, dans le couloir, Marian arrive et commence à se déguiser en Veilleur de Nuit.
Gisborne: Regarde-toi! On t'offre la vie sur un plateau d'argent et tu la refuses! Pourquoi? ...(il le frappe à nouveau) Tu voulais être le "Roi des Pauvres"?... (il continue de le frapper) Tu te figurais qu'ils allaient t'aimer?...( il lui assène un nouveau coup avec l'arc) Qu'ils se prosterneraient devant toi? ...(Gisborne le roue de coups) Crois-moi, tu n'es pas encore mort qu'ils t'ont déjà oublié!
Alors que Robin subit la colère de Gisborne et ne peut retenir des cris de douleurs sous les coups répétés, Marian a fini de se préparer. Elle s'approche en silence des deux gardes postés devant la salle puis les agresse et parvient à les assommer. Les deux soldats tombent bruyamment à terre tandis qu'elle frappe à la porte. Intrigué, Gisborne s'approche et regarde par le trou de la serrure.
Gisborne: Le Veilleur de Nuit!
Le Shérif (stupéfait): Quoi!
Gisborne se précipite hors de la salle et découvre ses deux gardes inanimés par terre. Il s'avance prudemment dans le couloir. Accroché entre deux poutres au plafond derrière lui, le Veilleur de Nuit se laisse soudain tomber et frappe Gisborne qui perd l'équilibre et tombe. Marian jette un regard dans la salle et découvre Robin suspendu au plafond. Elle repart en courant. Gisborne a retrouvé ses esprits, il s'avance dans l'encadrement de la porte et crie aux soldats:
Gisborne: C'est le Veilleur de Nuit! Vite, attrapez-le!
Le Shérif (ravi): Oh, une double exécution, c'est merveilleux!
Il quitte la salle pour suivre Gisborne et les soldats qui arrivent déjà dans la cour. Gisborne s'arrête et cherche des yeux son ennemi. Il aperçoit le Veilleur de Nuit qui s'engouffre dans un corridor et se lance aussitôt à sa poursuite.

Pendant ce temps, Davina s'adresse aux Chevaliers Noirs.
Davina (aimable): Mes amis, je propose que vous regagniez vos quartiers et que nous nous retrouvions dans la soirée!
Elle remet en place la cale dans l'engrenage ce qui a pour effet de stopper net la descente infernale de Robin vers les serpents.
Robin (soulagé): Je vous remercie.
Davina (souriante): Alors beau gosse, à nous!... (il la dévisage, intrigué) Quoi? Je regretterais de t'avoir piégé? La réponse est... non!

Gisborne et deux soldats s'avancent prudemment dans le corridor. Le bras droit du Shérif lève les yeux et découvre le Veilleur de Nuit installé sur une poutre au-dessus d'eux. Il lui présente sa dague recourbée.
Gisborne (hargneux): Ça ne te rappelle rien, le Veilleur de Nuit?
Marian se laisse glisser en arrière et atterrit entre les deux soldats.
Gisborne: Enlève ton masque! Je veux voir ta tête quand tu vas mourir!
Il pointe sa dague vers elle mais elle lui donne un violent coup de pied dans le bras si bien que l'arme lui échappe des mains. Elle le frappe une seconde fois dans le ventre, Gisborne se tord de douleur. Alors que les deux soldats tentent de la maîtriser, elle prend appui sur eux, se retourne dans une pirouette puis les frappe et les assomme. Le Shérif surgit dans son dos et place son poignard contre sa gorge.
Le Shérif: Erreur mon ami, tu aurais dû t'enfuir quand tu le pouvais!
Le Veilleur de Nuit envoie son coude dans le nez du Shérif qui, sous la douleur, lâche prise. Alors que deux autres soldats approchent, Marian saute depuis le rebord de la fenêtre du corridor et atterrit adroitement dans la cour du château.
Le Shérif (furieux, aux soldats): Debout imbéciles! Gisborne, attrapez-le!
Gisborne (en rage): Ne vous inquiétez pas, il est à moi!

Robin est toujours pendu au plafond de la salle des Chevaliers Noirs, en tête à tête avec Davina.
Davina (mielleuse): Qu'est-ce qu'il y a? Oh non, personne ne t'aime?... C'est ça ta vraie faiblesse, tu as besoin d'être aimé par les gens!
Robin: Et d'autres ont besoin d'être aimée par des reptiles.
Davina: J'ai mon frère qui m'aime.
Robin (en souriant): Qu'est-ce que je disais!
Vexée, Davina retire la cale de l'engrenage et Robin reprend sa lente descente vers la fosse aux serpents.
Davina: On dirait que tu vas mourir sans public mon pauvre Robin!
Elle quitte la salle.
Robin (à lui-même): Réfléchis!
Il examine ce qui l'entoure et avise face à lui un portant sur lequel sont entreposées des lances.

Pendant ce temps, dans la cour du château, le Veilleur de Nuit se retrouve face à deux soldats. Marian recule, bientôt rejointe par Gisborne qui cherche à la blesser avec son épée. Elle fait alors la démonstration de son agilité en évitant soigneusement chacun de ses coups puis, elle parvient à lui asséner un coup de pied dans le ventre puis dans le dos. Une fois de plus déséquilibré, Gisborne tombe. Depuis le corridor, le Shérif observe la scène, intrigué.

Suspendu par les mains au plafond, Robin a commencé à se balancer. Petit à petit, il prend de l'élan. Il finit par accrocher le portant avec ses pieds et le fait tomber. Les lances se répandent sur le sol et son arc tombe au bord de la trappe. Coup de chance, l'une des lances a atterri en travers de la fosse. Le hors-la-loi est heureux de poser ses pieds dessus et ainsi de soulager ses bras distendus.

Dans la cour, le Veilleur de Nuit louvoie entre les soldats puis s'engouffre dans une tour.
Le Shérif (perplexe, à lui-même): Qu'est-ce qu'il fait? Pourquoi ne s'enfuit-il pas?
Il comprend alors le plan de Marian et crie à Gisborne.
Le Shérif: Il cherche à créer une diversion.
Gisborne et ses soldats se ruent vers la porte de la tour derrière laquelle a disparu le Veilleur de Nuit.

Dans la salle du château, Robin poursuit ses efforts pour tenter de se libérer. La corde continue de se détendre, le faisant descendre inexorablement vers les serpents, il se retrouve bientôt pendu la tête en bas, accroché par les genoux à la lance. Pour freiner le mouvement, il enroule la corde autour d'une de ses jambes. La situation devient critique, son visage n'est plus qu'à une vingtaine de centimètres des reptiles.

Le Veilleur de Nuit provoque les soldats en courant sur le chemin de ronde du château. Alors qu'il apparaît debout entre deux créneaux au sommet de la tour, le Shérif l'interpelle.
Le Shérif (en hurlant): Tu perds ton temps mon ami! Robin des Bois est mort, ça y est !
Le Veilleur de Nuit quitte la tour et saute dans le chemin de ronde extérieur.

Robin tente une manœuvre de la dernière chance: il fait pression sur la lance qui se tend comme un ressort et propulse son arc en l'air. Celui-ci atterrit dans les mains du hors-la-loi qui avise ensuite une autre lance qui dépasse du bord de la trappe.

Le Veilleur de Nuit est sorti du château. Il court dans une ruelle de Nottingham et dérobe en passant une robe qui séchait sur un fil à linge. À l'abri des regards, Marian enlève son masque et éclate en sanglots.

Robin est parvenu à attraper la lance qui dépassait et à l'encocher sur son arc comme s'il s'agissait d'une flèche! Il tire et la lance vient bloquer le mécanisme, la corde cesse de descendre et Robin se hisse alors péniblement jusqu'en dehors de la fosse. Épuisé mais heureux, il est étendu par terre lorsque le bruit d'un coup de fouet sur le sol près de lui le fait sursauter. Davina s'approche.
Davina: Très impressionnant!
Il tente de se relever mais elle l'en empêche en posant son pied sur lui.
Davina: Tu pensais faire quoi si tu t'étais échappé? Dans toute l'Angleterre, nous avons dix mille soldats! Qu'est-ce que tu projetais, hum? Tu comptais sauver l'Angleterre à toi tout seul?
Robin: Pas à moi tout seul, non. Nous sommes bien cinq ou six!
Davina tente alors de pousser Robin dans la fosse avec son pied mais il attrape sa jambe et la fait basculer. Elle tombe en criant, allongée au milieu de ses chers reptiles. Terrifiée, la sœur du Shérif n'ose plus bouger.
Davina (effrayée): Aide-moi! Au secours, sors-moi de là, vite!
Robin se relève mais ses mains sont toujours ligotées, il se précipite vers une lance et tente avec sa pointe de couper ses liens. Les serpents commencent à ramper sur Davina.
Davina: Sors-moi de là... Au secours, sors-moi de là...
Robin a réussi à couper ses cordes, il se penche au dessus de la fosse et tend son arc en direction de Davina. Le Shérif arrive et découvre la mauvaise posture de sa sœur.
Le Shérif (stupéfait): Davina! … (puis, à Robin) Qu'est-ce que tu as fait? Tu vas sortir ma sœur de là tout de suite!
Robin (à Davina): Surtout ne faites pas de mouv...
Il s'interrompt car Davina vient de pousser un grand cri: un des chers serpents l'a mordu.
Robin: ...mouvement brusque.
Le Shérif (à Robin): Sors-là! Sors-là vite!
Les deux hommes se penchent et tendent chacun une main à Davina qui les saisit. Ensemble, ils la tirent en dehors de la fosse. Le Shérif s'agenouille et prend sa sœur dans ses bras.
Le Shérif (inquiet, à Davina): Il doit y avoir un remède, un contrepoison, quelque chose!
Elle hoche négativement la tête.
Davina (en soupirant): Non...
Robin: Shérif! ...(il encoche une flèche sur son arc et le pointe sur le Shérif) Donnez-moi une seule raison de ne pas vous tuer et mettre un terme à cette trahison!
Le Shérif : Tais-toi l'avorton.
Robin: Alors vous mourrez avec votre sœur.
Davina (faiblement): Tu ne lui as pas dit encore?
Le Shérif hoche négativement la tête. Elle rassemble alors ses forces et déclame avec mépris à Robin.
Davina: Le Prince Jean a fait une promesse au Shérif! S'il apprend que mon frère est mort, d'une mort autre que naturelle, alors le Comté de Nottingham avec tout ce qu'il contient sera à jamais rayé de la carte. La moindre ville, le moindre village seront incendiés. Tous les hommes, toutes les femmes et tous les petits enfants innocents seront tués jusqu'au dernier. Tu tiens vraiment à avoir ça sur la conscience joli garçon?
Perturbé par la révélation de Davina, Robin abaisse son arc puis, après un dernier regard sur ses ennemis, il quitte la pièce.
Le Shérif (inquiet, à Davina): Combien de temps?... (elle hoche négativement la tête) Non, ne meurs pas! Tu es forte, tu es ma sœur, tu es forte!
Davina (faiblement): Je ne suis pas forte! J'étais ce que tu es, pour que tu me remarques, pour que tu ...que tu m'aimes!
Le Shérif : Je t'aime! Je t'aime depuis toujours...
Davina rend l'âme dans les bras de son frère. Profondément affecté, Le Shérif ferme les yeux de sa sœur et la serre contre lui alors que Gisborne entre dans la pièce.
Le Shérif (glacial): Je veux qu'il meure! Gisborne, quoi qu'il en coûte, je veux qu'il meure... qu'il meure...
Il s'effondre sur le corps de sa sœur.

Dans la ville de Nottingham, Marian sort d'une remise où elle s'est changée: elle a troqué son costume de Veilleur de Nuit contre la robe qu'elle a dérobée en quittant le château. Le visage inondé de larmes, elle erre entre les fils à linge de la petite place quand Robin apparaît soudain derrière un drap en souriant. Folle de joie, elle se jette à son cou et il la serre dans ses bras.
Marian (éperdue): Robin!
Robin (en remarquant ses larmes): Qui est mort?
Marian: C'est toi!Le Shérif a dit que tu étais mort!
Enlacés, ils se dirigent vers la sortie de la ville.
Robin (grave): Le Shérif... le Shérif complote de tuer le Roi. Avec ses amis les Chevaliers Noirs, ils sont déjà en train de se partager l'Angleterre. Tu ne peux pas retourner au château!
Marian (alarmée): Il faut prévenir le Roi! Nottingham n'est pas sûr.
Robin: Ce n'est pas seulement Nottingham. Les Chevaliers Noirs... les Chevaliers Noirs sont partout! Ils taxent les pauvres d'Angleterre pour lever une armée de mercenaires.
Marian: On ne peut pas les laisser faire, je dois retourner au château!
Déterminée, elle fait demi-tour et se dirige vers le château. Robin se précipite et la rattrape.
Robin (inquiet): Non, non! C'est trop dangereux!
Marian: Robin, ça peut être utile d'avoir un espion dans la place s'il y a un complot!
Robin (en se fâchant): Non! Pour une fois tu vas m'écouter!
Marian (s'énervant):Et mon père est là-bas Robin! Il faut que j'y aille!
Robin: Marian! Je ne pourrai pas te protéger dans le château.
Elle prend son visage entre ses mains.
Marian: Il y a deux minutes, je te croyais mort et j'aurais donné n'importe quoi pour avoir une chance d'être auprès de toi!
Il prend à son tour son visage entre ses mains.
Robin: Mais alors saisis-là cette chance et viens avec moi!
Marian (doucement): Écoute...
Robin: Quoi?
Elle s'approche davantage et ils échangent un baiser
.
Marian: ...une petite voix qui dit: "D'accord, quand le Roi sera rentré sain et sauf."
Elle se dégage doucement de son étreinte puis elle s'en va en direction du château. Déçu et inquiet, Robin la regarde s'éloigner puis part à son tour. Au détour d'une rue, il se retrouve nez à nez avec Gisborne.
Gisborne: Robin! Tu t'es sauvé sans dire "au revoir"!
Rapidement, le hors-la-loi se retrouve encerclé par les archers de Gisborne.
Gisborne (à ses hommes): Tenez-vous prêts!
Les archers bandent leurs arcs pointés sur Robin.
Robin (ironique): Comment? On ne fait plus d'humiliation publique Gisborne? Plus de sermon? Plus de raclée?
Gisborne: Le Shérif non plus ne veut pas te dire "au revoir", il ne souhaite plus que ta mort.
Les mains levées en signe de reddition, Robin jette un coup d'œil autour de lui sans voir d'issue.
Gisborne (en partant): Rendez-vous en Enfer! Allez-y, tuez-le!
Alors que les premiers archers décochent leurs flèches, Much surgit en poussant de grands cris et s'interpose entre eux et son Maître avec son bouclier. Aussitôt, Petit Jean intervient et attaque d'autres soldats avec son bâton.
Petit Jean: Coquins!
Surpris par cette soudaine intervention, Gisborne se retourne et dégaine son épée. Will arrive à son tour et se débarrasse d'autres archers à coup de hache.
Will (à un soldat): Fais de beaux rêves!
Gisborne (en hurlant): Gardes! ...(une main se pose sur son épaule l'obligeant à se retourner) Quoi?
Il se retrouve face à Djaq qui lui lance de la poudre au visage.
Djaq: Du poivre! Et ouille!
Gisborne est obligé de fermer les yeux, irrités par le poivre. Des larmes commencent à couler les longs de ses joues.
Robin: Tu vois Gisborne, c'est pour ça que je ne t'ai pas dit "au revoir"... parce que je ne voulais pas te voir pleurer!
Il éclate de rire, protégé par les hors-la-loi rassemblés autour de lui.
Much: C'est maintenant qu'on disparaît?
Robin: Oui, c'est maintenant... Par ici ma bande!
Il s'élance, assène en passant un bon coup de pied à Gisborne toujours aveuglé par le poivre, et s'enfuit, les hors-la-loi sur ses talons.

Dans les geôles du château, Allan est ligoté à un poteau, inconscient. Gisborne le réveille en lui lançant un seau d'eau.
Gisborne: Tu t'es bien amusé? Robin était ici, tu es au courant? Il n'a rien fait pour te sauver. Donc je me suis dit que j'allais te donner une chance de t'en sortir.
Allan (épuisé): Je ne vous aiderai pas à tuer Robin... Je ne vous aiderai pas à tuer qui que ce soit.
Gisborne: Oui, et je te respecte pour ça. Alors voyons les choses autrement veux-tu? On fait un échange, il suffit de se mettre d'accord. Un petit renseignement, un petit peu d'argent, et une conversation.
Allan (attentif): Quel genre de conversation?
Gisborne: Oh rien de bien méchant. Si je dois renforcer la garde dans un endroit, tu me le fais savoir. Si je dois changer l'itinéraire d'un convoi... ce genre de conversation. Je ne me fais pas voler, Robin ne se fait pas tuer. Tu nous rendras service à tous les deux... Toi et moi, nous servons de faire-valoir à nos soi-disant supérieurs et ils trouvent ça normal. Qu'est-ce qu'il va se passer quand ils vont s'en aller? Ce sera notre tour! Tu veux aider les pauvres? Commence par t'aider toi-même! … (il place une bourse bien remplie devant le visage d'Allan) Pense un peu à ton avenir! Ton nom ne sera jamais prononcé, tu ne seras jamais impliqué. C'est une histoire entre toi et moi. Tu vas être mes yeux et mes oreilles. Et quand tout cela sera terminé, tu auras de l'argent et tu seras quelqu'un, et tu pourras aider autant de pauvres que le cœur t'en dira!

*** Épilogue ***

Au campement, les hors-la-loi font le point sur la situation.
Much: C'est pas la fin du monde, non? Je veux dire, Marian va bien finalement et on a un camp, voilà!
Will: Much, le Shérif et les Chevaliers Noirs vont tuer le Roi et s'emparer de l'Angleterre!
Much: C'est juste. En fait, c'est la fin du monde!...(puis anxieux, à Robin) En tout cas, si on a appris une chose aujourd'hui, c'est que vous ne devez jamais aller à Nottingham tout seul! Parce que si vous étiez mort, hein? Si vous y étiez resté? Surtout maintenant!
Robin (déterminé): Eh bien si j'y étais resté aujourd'hui Much, ou si je devais y rester demain, vous continueriez sans moi!
Much (désorienté): Mais comment? On est les hommes de Robin des Bois!
Robin: Non! Vous êtes Robin des Bois!
Much (incrédule): Comment?
Robin: Robin des Bois c'est toi! ...(désignant tour à tour chaque membre de la bande) Et c'est toi! Et toi! C'est vous tous!
Much: Mais on n'est pas solide!
Allan arrive au campement, il reste dans l'ombre à l'entrée et écoute la conversation.
Robin (passionné): Écoutez-moi! Écoutez! On n'est pas seulement six hors-la-loi dans une forêt, nous sommes l'âme de l'Angleterre! Et c'est tout cela "Robin des Bois"! Et c'est là les gars, c'est là le seul espoir de ce pays!
Petit Jean (levant son verre): Nous sommes tous Robin des Bois! Avec moi!
Petit Jean tend un verre à Robin tandis qu'Allan rejoint la bande.
Allan (enjoué): Ça va les amis?
Ils remarquent son œil au beurre noir et son visage tuméfié.
Djaq: Qu'est-ce qui t'est arrivé?
Allan: J'ai entourloupé un joueur de trop!
Djaq le dévisage longuement, elle ne semble pas convaincue.
Much (lui tendant un verre):Et voilà, j'en étais sûr! … Nous sommes tous Robin des Bois.
Allan: Euh, qu'est-ce qu'il dit?
Much: Tu le dis et c'est tout!
Tous (en levant leurs verres): Nous sommes tous Robin des Bois!
Allan remarque alors que la bourse que lui a donnée Gisborne est visible à son côté, il se hâte de la recouvrir discrètement avec sa cape.

*** Fin de l'épisode ***

Ce script a été réalisé par Allthingsrobin sur le site Hood Winked.
This transcript was made by Allthingsrobin on
Hood Winked.

 

SHERWOOD FOREST. NEAR THE OUTLAWS' CAMP.
Robin is lying in the road with an arrow through his left eye. Leaves drift over him, blown by the wind. An outrider steps up cautiously to him and nudges Robin’s leg with his foot. Robin doesn’t react.
OUTRIDER : Gone to meet his maker.
A long-haired blonde woman steps down from her horse. Behind her are several more men and a cart.
DAVINA : Get rid of him.
The man kneels down beside Robin.
OUTRIDER : Just seeing if he’s got a purse.
He starts to pat Robin’s body and Robin opens his eye. The guard is shocked.
ROBIN : I’ll show you my purse if you show me yours.
Robin kicks the man in the groin, removes the arrow and the eye patch, then rolls over to his feet. The man scrambles back to his party as the woman and the other men stride forward. Robin stands up as the rest of the gang appear behind him: Will and Allan with drawn bows, Much and Djaq with swords, Little John with his staff.
This is an ambush!
DAVINA : Unsurprised, sarcastically. You don’t say.
MUCH : This is how it goes!
WILL : There’s poor people going hungry.
ALLAN : You tell us what you’ve got...
DJAQ : Be honest with us...
MUCH : And we take one tenth.
WILL : So the poor can eat.
LITTLE JOHN : Lie...
MUCH : Or resist...
ROBIN : And we take it all. Davina smiles in contempt. So what’s it gonna be?!

Allan takes the ring from Davina’s gloved hand and smiles at her. Davina just stares. Little John, Djaq and Will stand in their original places, weapons drawn. Robin steps in front of Davina as Much takes a knife from a man. Robin sweeps his gaze up and down Davina, then hears a rattling sound. He steps behind her to a large red box with a few holes in the top. Davina turns around, watching him.
ROBIN : Playfully Well, what have we got here?
DAVINA : My babies.
Davina snaps her whip at Robin’s hands just as he’s lifting the lid.
to her men
: Get them!
Two men charge Little John as he jumps down the hill to face them. Another goes after Allan. Little John is beaten to his knees. Much dodges his man and then swings a full money bag at the man’s passing shoulder. Allan’s man waves his hands in front of his face menacingly, but Allan also swings a money bag at him. Much then throws his bag at his man, spilling the coins. Little John’s two men draw out their daggers and throw them, but Little John knocks them away with the end of his staff. Davina advances on Robin.
ROBIN : I don’t want to hurt you.
DAVINA : How chivalrous.
Davina kicks Robin in the chest. Allan is dodging kicks. Little John uses his staff to vault his feet into the chests of his two men. Djaq is fighting another man but he grabs her arm and puts his other arm around her neck.
MAN : I’ve got the girl!
Will manages to get his arm around the neck of his man, but his hatchet is on the ground. He deftly flips it onto his foot, then kicks it into the air and catches it.
ROBIN : Time to disappear!
Will knocks down his man with the hatchet.
My gang! This way! He windmills his arm.
Djaq throws an elbow into her captor’s face and he falls. She sheathes her sword.
DJAQ : A woman, you’ll find.
They all scramble up a hill with Davina and her men close at their heels. The gang have the advantage of better conditioning and pull several steps ahead. They crest the hill with the other party trailing, struggling to climb up. When they finally reach the top, the way is empty. Nothing but a carpet of dead leaves between two tall large rock walls.
MAN : Where did they go?
DAVINA : Sarcastically Gone to meet their makers? Frustrated Take me to Nottingham, you idiots!
Davina and her men leave. A large trap door, hidden under the carpet of leaves, opens to reveal the gang underneath. Robin steps out first and looks around, smiles, and motions with his hand for the others to follow.
ROBIN : Come on.
Will steps up next to Robin. Little John hops out, Djaq behind him. Much stops between Will and Robin. Allan steps behind Djaq.
Great work, Will! Claps Will on the shoulder, looking up in amazement.
WILL : Oh, it’s nothing. Looks around at the door to see how it’s holding up.
MUCH : Nothing? Claps Will’s shoulder. Genius! Putting his fist into the air. I love our camp!
All laugh, delighted with success.

OPENING CREDITS

NOTTINGHAM CASTLE. WAR ROOM. NIGHT. THUNDERSTORM.
Thunder crashes. Gisborne is looking at a large, round, 3-D map of Europe. The Sheriff creeps behind him, unheard.
SHERIFF : Tell me... Gisborne flinches, startled ... you would rather have a woman, Gisborne.
GISBORNE : Pardon...
SHERIFF : Tell me you would rather have a woman than all this... power. We are so close.
GISBORNE : Indeed.
SHERIFF : Talking of our lady leper friends, time to go and get the [pokes Gisborne] pretty one and her daddy.
GISBORNE : Edward and Marian? If they resist, shall I use force?
SHERIFF : Get up to speed, Gisborne. Use force anyway.
The Sheriff points to the door and Gisborne leaves.

SHERWOOD FOREST. OUTLAWS' CAMP. NIGHT. THUNDERSTORM.
Allan is going over their haul as Much cleans up after dinner. Robin walks around to Allan.
ROBIN : How are we doing, Allan?
ALLAN : Could have been nasty.
Allan hands Robin a knife. Robin inspects it.
ROBIN : Turns to Allan. Those men were well trained.
ALLAN : The woman wasn’t bad. Nearly had you for a minute there.
ROBIN : Nah, I doubt that. Allan holds up a large silver ring with a large hawk-like bird. Robin sees it. What’s that?
Robin takes the ring from Allan.
ALLAN : Boss lady’s ring.
ROBIN : Holds it up to the light. Hang on. That’s the Sheriff ’s insignia.
ALLAN : So what?
Robin looks up at the lightning and thunder, then at Allan.
Well what ? We robbed a friend of the Sheriff.
ROBIN : But it’s more than a friend if she shares the Sheriff ’s insignia.
Robin holds up the ring again and looks up at the lightning flashing as thunder crashes. Everybody looks up at the omen.

NOTTINGHAM CASTLE. WAR ROOM.
The Sheriff looks up at the storm. Davina enters behind the Sheriff ’s back. The Sheriff hears rattling and knows she has arrived. He turns around, ecstatic to see her.
SHERIFF : Oh! Oh, the glamorous one.
DAVINA : Chuckles. The successful one.
SHERIFF : Ni-ni-ni-ni.
The Sheriff and Davina wave their little fingers at each other as Davina chirrups and plays back.
So, hm... so how was your journey?
DAVINA : Annoyed I ran into an old friend of yours.
SHERIFF : Hood?
DAVINA : Hmm.
SHERIFF : He didn’t hurt your babies?
DAVINA : Glances back at the box in the doorway. No, but I do want him caught. Puts a hand on the Sheriff ’s shoulder and they walk around the table.
SHERIFF : Don’t worry. Everything’s in place. Tomorrow when our friends gather, they gather to watch Hood die.
DAVINA : Smiles Hmm. The plan is...?
SHERIFF : The whole garrison. Five hundred men.
DAVINA : Hmm. Playfully “Men” is good, but a woman is better.

KNIGHTON HALL. INTERIOR. MAIN ROOM.
Sir Edward is sitting downstairs, slurping soup from a spoon and cup.

MARIAN :'S BEDCHAMBER.
Marian, dressed as the Nightwatchman, climbs in through the window and passes Robin shadowed in the doorway, pushes back her hood and removes her mask and face-scarf.
MARIAN : : Playfully And that’s all I’m taking off, until you go away.
Steps aside to light the candles in her room.
ROBIN : Chuckles slightly, then steps into the room You’re a spoilsport, Marian. Glances at the ring in his hand. What do you make of this?
Robin tosses the ring to Marian, who has just lit a candle.
MARIAN : Looking at the ring The Sheriff ’s insignia? Lights another candle as Robin speaks.
ROBIN : We took it off a woman on the way to Nottingham today, and she had men and they were well trained. It was like a military unit. Points at the ring in Marian’s hand. And she’s been granted the Sheriff ’s insignia.
MARIAN : And what does that mean?
ROBIN : Well, I don’t know. Marian blows out the taper. I was hoping you or your father might know.
MARIAN : Steps towards Robin. Crestfallen I get the feeling we’re not too welcome in the corridors of power. Hands the ring back to him.
ROBIN : Good. A bit eagerly Come and join my gang.
Marian’s face falls.
MARIAN : In your dreams. Turns away.
ROBIN : Wait. Robin pulls Marian back to him. Listen.
Robin pulls Marian’s head close and kisses her.
Did you hear it?
MARIAN : What?
ROBIN : That kiss spoke volumes.
MARIAN : Did it. What did it say?
Robin pulls Marian’s head into his chest.
ROBIN : It said, “Marian wants to come and join your gang.”
MARIAN : Scoffs quietly. Sadly Really. That’s not what I heard. What I heard was a little voice saying, [stands up to look at Robin] “Abandon your home, abandon your father, give up any hope of a normal life and take up arms with a man who thinks resistance is about showing off with a bow.”
ROBIN : That’s not fair.
MARIAN : And to do what? To wait for a king who, let’s face it, may or may not make it home. Robin laughs softly. What?
ROBIN : So you have been thinking about it then?
Marian reluctantly smiles in confession as hoofbeats approach. Marian and Robin step quickly to the window and peer out at Gisborne and a company of his men arriving.
Gisborne pounds on the front door. Edward looks up from his soup. Gisborne steps back from the door and looks up at the house in general.
GISBORNE : Sir Edward! Marian! Out now!
In the bedroom, Robin takes an arrow from the quiver on his back as he goes back to the doorway and fetches his bow. He sets the arrow and peers out the window.

MAIN ROOM.
Gisborne kicks in the door and a guard enters, draws his sword and points it at Edward.
EDWARD : Sir Guy?
GISBORNE : Hold him!
The guard grabs Edward and puts the sword to his throat.

MARIAN'S BEDCHAMBER.
ROBIN : I’m gonna kill him. Robin steps back to the door.
MARIAN : Oh, shoot first, think later?
Robin stops in his tracks at the doorway, but still looks angrily down the stairs.

MAIN ROOM.
EDWARD : I will not allow this!

MARIAN'S BEDCHAMBER.
MARIAN : Do you want my father killed?
Marian takes off her Nightwatchman’s cloak as Robin looks downstairs, shaking his head.

MAIN ROOM.
Gisborne stands facing Edward.
GISBORNE : Marian!

MARIAN'S BEDCHAMBER.
MARIAN : Look, if you respect me, you’ll do nothing.
Robin looks back at Marian
.
GISBORNE : From downstairs Marian, you come down now or I will torch your house!
In Marian’s bedroom, Robin again starts to go out the door.
From downstairs
: Answer me!
MARIAN : Do you respect me?
Robin stops, still looking out the door. Marian grabs his arm; Robin turns to face her and she looks at him sternly.
GISBORNE : From downstairs Don’t keep me waiting!
ROBIN : Robin steps back and relaxes a bit. I respect you.

MAIN ROOM.
Marian rushes down the steps.
MARIAN : Father!
GISBORNE : You come when I say!
MARIAN : Father!
EDWARD : I am unhurt.
MARIAN : to Gisborne: What do you want?
GISBORNE : Slowly circling around to face her. You’re coming to the castle. The Sheriff wants you where he can see you.
MARIAN : No, we’re not. My father is frail. Release him!
GISBORNE : Enraged You do not tell me what to do! Points to the guard. Burn the house.
MARIAN : Grabbing Gisborne’s arm Guy, no!
Gisborne throws off her hands. Marian is visibly frightened.
Please, Sir Guy.
GISBORNE : Better.
SOLDIER : With a torch Sir Guy?
Gisborne holds up a hand to him to wait.
GISBORNE : to Marian Beg.
Marian looks at her father, then resolves herself and turns to face Gisborne.
MARIAN : Slowly Sir Guy, please, I beg you.
GISBORNE : Much better. Takes the torch from the soldier and walks to the back of the room. But still not good enough. Lights the curtains with the torch.
MARIAN : NO! No! Don’t burn my house!
Gisborne continues to light a tapestry and a table.
NO! Don’t light my—
Gisborne pushes her out the front door as soldiers escort Edward behind them.

EXTERIOR.
Robin is hiding and watching behind a fence and shrubs. Gisborne mounts his horse as a sergeant shouts.
SERGEANT : Guards, to the castle! Move it!
Robin aims an arrow at Gisborne.
Come on, you vegetables! Get moving! Come on!
Marian sees the arrow, catches Robin’s eye, breaks contact and shakes her head no. Robin reluctantly lowers his bow.
Move out!
Robin disappears as Marian and Edward are led away to Nottingham and the house goes up in flames.

NOTTINGHAM TOWN. EAST GATE.
Robin, hood up, is leaning on the corner of a building, watching the castle gate, chewing on a finger deep in thought. The castle gate is closed with three guards in front of it. Much stands beside Robin. Allan leans on a barrel behind them.
MUCH : Something’s up. That is proper lock-down. Can’t just be for Edward and Marian.
Robin looks up as three horsemen approach, cloaked in black. He watches them approach the gate.
ROBIN : Points at them with his chewed finger, concerned Now who is that?
One of the cloaked men shows the guard his ring with the Sheriff ’s insignia on his finger.
ALLAN : Flustered and bored Oh, why don’t you just knock on the door and ask the Sheriff ?
Robin glares back at Allan.
Well, we’re not going to find out much standing around here all morning, are we?
Robin shakes his head and resumes his watch.
MUCH : to Allan What do you recommend?
The gates open and the horsemen are let through.
ALLAN : Steps to Much Since you ask, I was gonna go to the tavern. I’ve got some new tricks I want to try out. Here, look at this. Pulls apart three brass cups and puts one between each finger and rattles them. Three cups, right?
ROBIN : Come on.
Robin walks away from the gate. Much and Allan follow.
ALLAN : No, no, come on. Robin, this is lovely, honest.
ROBIN : Since when have we been tavern tricksters, Allan?
ALLAN : If you’re gonna get all funny about Marian, why’d you let Gisborne grab her in the first place?
ROBIN : Be careful.
Much looks back at Allan.

NOTTINGHAM CASTLE. SHERIFF'S QUARTERS.
The Sheriff is looking at one of his birdcages. The door opens. Edward and Marian enter
.
SHERIFF : Ah. The sanctimonious old fart... Marian glances at Edward. And her father. Chuckles.
Edward stands tall, Marian sullen. The Sheriff walks over and faces them
.
I gather you’ve been careless with your wood fire. Steps over to the table.
MARIAN : You know full well that is not the case.
Edward leans over to her, silently begging her to be quiet
.
SHERIFF : Sits on the corner of the table Tell me, whose side are you on? Mine or King Richard’s? Hm? The real world... or the old world...
EDWARD : Yours.
SHERIFF : Chuckles Come along. Picks up a skull from the table and takes a tooth from it. We both know that’s not true, don’t we?
EDWARD : Staring straight ahead I believe in justice. I believe in the rights of a free man.
SHERIFF : Sets down the skull and steps over to face him again Who cares what you believe in? Hm? I have a plan. And I will not tolerate dissent. Puts the tooth in his mouth. Chuckles slightly So... steps back... you are under house arrest, here in the castle, until I can find some use for you. Leaves.
MARIAN : Turns towards the door My lord sheriff, I must protest. Steps towards the Sheriff
SHERIFF : Stops You must?
MARIAN : My father is unwell. He must be allowed—
SHERIFF : Interrupting One more word out of you, missy, and your father will never be unwell again!
The Sheriff turns to leave as Gisborne enters.
GISBORNE : My lord, another one of our friends has arrived.
SHERIFF : Good.
The Sheriff and Gisborne leave.
MARIAN : Guy! Gisborne stops and turns around. Please. The castle is no place for an old man.
GISBORNE : Steps towards her You think you can humiliate a man at the altar? A man like me, and get away with it?
Marian looks guilty and hangs her head.
You’re wrong. Glares at her bent head, then leaves.

NOTTINGHAM TOWN. THE CASTLE MAIN GATE.
Robin finds a place to watch the main gate. Allan and Much follow, bickering.
MUCH : Marian’s in there.
ALLAN : Yeah, she’s probably having cakes and ale with the Sheriff.
MUCH : In Allan’s face You just don’t get it, do you?
ALLAN : No, I don’t get anything. That’s what I’m saying. You know, we risk our lives to get money, then we give all of it away. What’s that about?
MUCH : It—
ALLAN : Continuing Now, I’m not being funny. We should get something. If we don’t get anything, we’re gonna get weak. We’ll get demoralised. Then how are we gonna help the poor ?
MUCH : You’re not weak.
ALLAN : No, but I might get weak. Anyway, doesn’t matter to you.
Leans on the wall.
MUCH : Why?
ALLAN : You’ve always been weak.
Robin was watching this last bit and turns back to face the gate, smiling.
MUCH : Very funny. Funny. You know, why don’t you just... just...
ALLAN : In Much’s face Why don’t I just what?
MUCH : Why don’t you just jigger off !
ALLAN : Jigger off ? You what? What does that mean, jigger?
MUCH : Points at Allan You know what it means. Turns to Robin.
ALLAN : Right. Walks off.
MUCH : Satisfied until he notices Allan is gone. What? Where are you going? Turns to Robin. Master?
ROBIN : Just let him go. He needs to cool off.
Much looks after Allan, then joins Robin.
We’ve forgotten about the poor today. We said we’d be here to hand out.
MUCH : Well, the Sheriff ’s not forgotten about them. Look at that.
Near the main gate, in the market area, Rose is tied to post.
Poor woman. Can’t let a day go by without trying to humiliate one of them.
ROBIN : For now, we’ll try the west gate. Come on.
Robin leaves. Much pulls up the hood of his cloak and follows.

 TRIP TO JERUSALEM INN. EXTERIOR.
Allan wanders to the inn, looks up at it, then goes inside.

INTERIOR.
Allan looks around and sees a man fiddling with coins at a table. Allan sits down opposite him.
ALLAN : All right. Just had your wages?
MAN : What’s it to you?
ALLAN : I thought you might fancy doubling your money? Holds up the three cups on his fingertips.

OUTSIDE THE WEST GATE.
Robin and Much peek through a stack of large baskets at the gate
.
ROBIN : There’s another one.
Another man cloaked in black stands at the gate. Robin looks intensely at the man as he shows his ring and looks around.
I know that man. Foster of Rotherham.
MUCH : Who is he?
ROBIN : Staring loathingly at the gate He’s a schemer. And he’s nasty. And he’s an enemy of the King. Glances at Much. The day Foster and the Sheriff get together is a black day for England. And if all those visitors are the same, then... Shakes head and sighs. Sits back. Go back to the camp and tell the others to get ready. And tell them the castle is locked down. And tell Will to think of a way to get over that wall.
MUCH : Turns to go, then realises Robin does not intend to go with him Where are you going ?
ROBIN : Chuckles. Well, if we get in, we’ll need uniforms. Pats the back of Much’s neck.
MUCH : Nods Ah. Leaves.
Robin looks up at the top of the wall, then pulls his hood around his face more and leaves his hiding place
.

NOTTINGHAM TOWN. MARKETPLACE. HIDDEN IN A STALE.
Robin watches three guards go by and ambushes the last one, pulling him into the doorway.
ROBIN : No offence. I need your uniform.

TRIP TO JERUSALEM INN. INTERIOR.
Allan is sitting at the table playing the “shell game” with the patrons.
ALLAN : I’m not being funny. Costs me money every time.
The cups swirl around the table. A man points to the first cup. Allan picks it up and there is no coin.
Oh, shame, shame. Picks up the middle cup and retrieves the coin. Thank you very much.
Another man sits down, holding up a coin. Allan puts it under the middle cup and swirls the cups around. The man taps the first one. Another man holds up a coin and picks the first one. Allan picks up the chosen cup.
Oh, unlucky, unlucky. Another go? Have another go!
The man leaves.

NOTTINGHAM TOWN. MARKETPLACE.
Rose is still tied to the post. Robin watches her from the shadows.

TRIP TO JERUSALEM INN. INTERIOR.
Cups swirl. Again a man picks the first one and it is empty.
ALLAN : Oh-oh-oh!
The cups swirl and a man picks the middle one. Another man picks the first, and then another also picks the first. Allan raises the middle cup.
Oh-oh-oh, unlucky.
Allan raised the first cup to retrieve the coin. Suddenly the patrons scatter, but Allan is busy collecting coins and doesn’t notice them leave, but does realise that another man has just sat down opposite him.
Without looking up. Fancy a bet, mate? Looks up to see Gisborne. His face falls.
GISBORNE : Gotcha.

NOTTINGHAM TOWN. MARKETPLACE.
Robin circles Rose and puts a nut into his mouth.
ROBIN : This the Sheriff ’s work? Takes another nut from his hand and pops it into his mouth, stepping in front of her.
ROSE : Speaking in a slightly Welsh accent Just go away.
Robin stops, a bit surprised at that.
Look, I don’t want any sympathy and I don’t want any manky food thrown at me. So unless you’ve got a better idea, go away.
ROBIN : Circles her again Well, how about I rescue you?
ROSE : Scoffs No thanks.
ROBIN : Stands close to her. Softly I am Robin Hood.
ROSE : Looks at him Really?
Robin takes a step and pops another nut into his mouth.
No thanks. I’m taking the punishment for me children. They were caught stealing scraps from the castle kitchens.
A boy and a girl appear in between tables under the marketplace’s large canopy.
Go on, shoo!
The children scamper off.
I’ve got to stay or they get it. It’s just for a day. So do me a favour and get lost.
ROBIN : Walks to her side If you and your children need extra food, my men and I can help.
Robin slips a coin into her hand behind the post.
Every few days we bring those in need a little food and money. I can add you to our list... if you give me your name. Glances behind him.
ROSE : What? You think because you gave me a coin I’m going to tell you my name?
ROBIN : A flustered sigh. Looks behind him. I have to go. You don’t have to give me your name. As he’s walking away Just be in the market on Thursdays. My men will find you.
ROSE : Hey! Robin steps back a bit. Rose. My name’s Rose.
Robin nods and leaves.
Thank you. Smiles slyly.

NOTTINGHAM CASTLE. SHERIFF'S QUARTERS.
The children enter. The Sheriff claps once.
SHERIFF : Excellent, my tiny tricksters. Bends down to them. Now, where’s Gisborne, hm? Tell Gisborne it’s show time!
The Sheriff wiggles their shoulders and they giggle.
Good. Very good.

DUNGEONS.
Another ragged-looking prisoner is tugging at Allan’s leg.
ALLAN : What? What? What?! What do you want?! Pulls his leg away from the prisoner and steps to the door, and sees Gisborne approaching.
GISBORNE : So tell me, where are your friends?
ALLAN : What are you talking about?
Gisborne turns and takes a few steps away.
Oh, not this again. You think I’m one of Robin Hood’s men, don’t you? The one who looks like me, what’s his name? Erm... Allan, right? No, no, my name’s Tom. Tom!
The Jailer drags another prisoner between Gisborne and Allan.
GISBORNE : Don’t insult me. Steps back to Allan. What’s happened? Robin Hood kick you out, hm? Tricking working men in taverns doesn’t sound very Robin Hood to me.
ALLAN : I told you, I don’t know Robin Hood.
GISBORNE : Show me some respect and maybe we can talk about a deal.
A soldier approaches.
SOLDIER : Sir Guy, Sheriff says it’s show time.
Gisborne raises his eyebrows at Allan, then turns to go.
GISBORNE : to the Jailer: Torture him.
The Jailer gets his keys.
ALLAN : Hang on. Hang on! I admit, all right? I’m Allan A Dale.
The cell door opens.
GISBORNE : Over his shoulder. Too late.
The Jailer grabs Allan.
ALLAN : I want a deal! You said a deal!
GISBORNE : Smiles Too late. No need any more.

NOTTINGHAM TOWN. MARKETPLACE.
A man sharpens a broadaxe. The gates open and the portcullis rises. The children, escorted by two soldiers, the Sheriff and Gisborne come out. Marian follows, last. The townsfolk all stop and form a circle to watch. The guards at the gate cross their halberds in front of Marian and she is forced to stop. The Sheriff addresses the crowd.
SHERIFF : People... my dear people. These two young scallywags here think because they are children they can escape justice. Tuts. They have committed a crime! One of my men saw fit to take pity on them and their mother and allowed her to take a punishment for them. Very generous... misguided. They must lose a hand. Grips his hand.
The townsfolk mutter
.
It is the law.
ROSE : Screams No. No! My children, no!
SHERIFF : Grimaces at the noise. Ah, motherly compassion. Very sweet, charming. Bring out the equipment.
ROSE : Please, they’re children. They meant no harm.
The soldiers bring the children forward.
Please don’t take their hands, please!
SHERIFF : Shut up!
Rose sobs as the executioner puts a cabbage on the block and chops it easily with his broadaxe.
Come along. Chop, chop.
Gisborne smiles slyly. The children’s hands are clamped down as the Sheriff gets out a parchment and reads.
I, Vaizey, Sheriff of Nottingham, hereby pronounce sentence on little tiny Billy and tiny little Jane, blahdi-blah-di-blah. Chop off their hands!
ROSE : Hysterically Somebody save my children!
Robin, from a nearby rooftop, shoots two arrows simultaneously into the block by the children’s hands. The townsfolk cheer. Marian smiles.
ROBIN : Touch those children and there’s an arrow in it for you, Sheriff !
SHERIFF : to the axeman Do it!
The man raises the broadaxe and Robin shoots it out of his hand. Another arrow severs Rose’s bonds.
ROBIN : Rose! Children! Run!
ROSE : They can’t! Help!
Marian suspects it’s a trap.
MARIAN : to herself No, Robin, don’t go down.
Robin climbs down a rope to the ground with his knife clenched in his teeth. He takes out a guard with his scimitar and a kick then runs around a table into the marketplace, kicks another guard, knocks aside the sword of yet another, pushes the last one in the back with his sword hand. He takes the knife out of his mouth
.
ROBIN : to Rose The locks, quickly.
Robin tosses Rose the knife and she catches it
.
GISBORNE : Now!
Several men in cloaks who have been standing around the marketplace, watching, pull off their cloaks and surround Robin with their swords pointed. Robin smiles smugly, thinking he can take on the newcomers as Gisborne smiles slightly. Robin spins around with his scimitar and realises 18 swords are too many. Marian stands, helpless and disappointed. Rose swaggers to Gisborne’s side. The Sheriff follows
.
ROBIN : Clever. Very, very clever.
GISBORNE : Put down your weapon, Hood.
ROBIN : Drops his scimitar with a clatter. to Rose So tell me... are these even your children?
ROSE : Children? Shudders in abhorrence.
Robin shakes his head slightly, realising he’s been tricked
.
Now... steps to face Robin... You show me your face... Davina pulls back his hood ... and I’ll show you mine.
She pulls off some fake skin as Robin stares, then she pulls off her wig and some false teeth to reveal the woman Robin robbed in the forest. She smiles slyly.
SHERIFF : Steps over. Did I tell you I had a sister, Hood?

NOTTINGHAM CASTLE. WAR ROOM.
The Sheriff, facing the window, turns around
.
SHERIFF : Raises his arms. My friends.
Eight men in black cloaks sit around the edge of the round room, each between pillars. A banner, wrapped into a cylinder, hangs from the centre of the ceiling
.
Our time has come. One at a time, crosses his fists over his chest and steps to the centre of the room. King Richard is marching on Jerusalem. By the time the year is out, he will be home. So, Operation Shah Mat must move to the next phase. Arms outstretched, palms up. Mobilise your men. Motions with his hands. Bring me your bids for funding. We must be ready. Wherever King Richard lands on English soil, we must be there to greet him... brings his arms in... to embrace him. Holds up his hands. Oh, oh, the King is dead. The Sheriff chuckles and the others laugh.
Long live the King. So, meanwhile, today’s entertainment. Circling a large trap door in the floor: My friends, allow me to introduce... from high lord to low criminal... from noble to nothing... from rank to skank... from hero to zero...
The Sheriff snaps his fingers and the banner drops from the ceiling revealing Robin, hanging from his bound hands. Robin struggles to get free.
... Robin Hood.
Applause.
Welcome to my new chamber, Hood. We are the Black Knights. Kisses his ring and then holds out the fist.
ROBIN : Oh, why so coy, Vaizey? Why not call yourselves the traitors? And Operation Shah Mat? Why not call it Checkmate, or better still, Kill the King.
SHERIFF : Oh, very good. He knows his Persian. Very clever.
ROBIN : The taxes, the money you’ve raised—
SHERIFF : Interrupting What did you think? Did you think I was going to buy myself a new rug? You don’t know me at all, Hood. Myself and my friends, we have no interest in money. It’s for an army of mercenaries. We want power. Between us, we will run the new England. We are the new England!
ROBIN : Well, then God help us.
SHERIFF : Yes, well, God is the only one that can help you now. Shame... because I really rather enjoyed our little skirmishes.
Davina steps slowly forward.
Davina.
Davina snaps her fingers and four soldiers remove the floor under Robin to reveal snakes rattling and hissing.
DAVINA : Proudly My babies.
Robin is panicked now. The Sheriff looks up sideways at Robin.
SHERIFF : Death by fanging?
The Sheriff and Davina laugh.

NOTTINGHAM CASTLE. DUNGEONS.
Allan is tied to a post.
ALLAN : Listen, listen. We can sort this out?
JAILER : Shut it!
The Jailer punches him in the stomach and circles him.
ALLAN : How about a little bet, eh? You a betting man? How about a little wager?
The Jailer slaps him, then leans an arm on Allan’s shoulder.
JAILER : That’s no, by the way. Leaves.

NOTTINGHAM CASTLE. WAR ROOM.
The Sheriff laces his fingers and bends them back to crack the knuckles.
SHERIFF : Inch by inch, Hood, you’ll be lowered to your death.
The Sheriff pulls a small paddle out of a winch. It rolls a bit, then stops, dropping Robin a bit towards the snakes. The Sheriff turns back to Robin.
My friend, Sir Guy, would like to ask you a question before we say goodbye.
GISBORNE : Steps around with Robin’s bow in his hand Tell me, Hood, who is the Nightwatchman?
ROBIN : Chuckles I don’t know, Gisborne! But I do know I’ll kiss him when I see him for stealing from you!
Gisborne lowers the bow, looks down and away from Robin.
And for showing it’s not just me. You see, there are people like me and the Nightwatchman all over England who will stand up for justice.
Gisborne suddenly punches Robin in the stomach with the bow.

INTERIOR CORRIDOR OUTSIDE THE WAR ROOM.
Marian sneaks in and, out of sight of the guards, pulls her Nightwatchman mask out of her vest and finishes dressing as the Nightwatchman.

WAR ROOM.
Gisborne continues to beat and berate Robin.
GISBORNE : Look at you. A noble life and you threw it away. For what?
Punches Robin with the bow.
So you could be king of the paupers?
Hits Robin with the bow.
Did you think they’d love you?
Punches Robin.
Did you think they’d kneel at your name?
Punches Robin three times.

INTERIOR CORRIDOR.
Marian pulls up her hood.

WAR ROOM.
GISBORNE : Trust me. You’re not dead yet and they’ve forgotten you already.
Gisborne hits Robin.

INTERIOR CORRIDOR.
Marian, outside the door, knocks out the two guards. Gisborne hears the clamour and looks at the door. Marian goes to the door and tries to open it, but it’s locked. She pounds on the door, then puts an ear to it.

WAR ROOM.
Gisborne goes to the door, looks out through the keyhole and sees the Nightwatchman running off. Looks back at the Sheriff.
GISBORNE : The Nightwatchman.
SHERIFF : Shocked What?
Gisborne grabs the key from the wall and unlocks the door as Robin slips another notch.

INTERIOR CORRIDOR.
Gisborne notices the two guards lying on the floor. He looks right and left to look for the Nightwatchman, who out of sight, pressed up against the ceiling. As Gisborne picks a
direction and starts to walk, Marian falls to the floor behind him and kicks him to the floor. She looks in and sees Robin hanging and the Sheriff, then she runs down the corridor. Gisborne pokes his head back in the room.
GISBORNE : The Nightwatchman! Get after him! Runs out.
SHERIFF : A double execution. Very good.
Robin looks down at the Sheriff, half with concern for Marian, half in contempt. Several soldiers run out after Gisborne. The Sheriff follows. Davina watches them go.

THE MAIN DOORS.
Gisborne and the soldiers run outside and stop to look for the Nightwatchman. Not in the courtyard, not past the portcullis, not by a cart in the courtyard, not up on the battlements. Then they hear footsteps past the cloister and they see the Nightwatchman run around the corner out of sight. Gisborne and the soldiers chase her.

WAR ROOM.
DAVINA : My friends, I suggest you retire to your quarters and we reconvene tonight. Smiles.
The Black Knights all get up and leave. Davina puts the paddle back into the winch and looks at Robin, who breathes a sigh of relief
.
ROBIN : Thank you.
DAVINA : Steps towards Robin So, handsome... I almost regret tricking you now. A clue: no.

EXTERIOR CORRIDOR.
Gisborne and the soldiers look down the empty corridor, then slowly advance. Gisborne looks up and points to the soldiers. The Nightwatchman sits on a beam overhead.
Gisborne holds up his small curved dagger
.
GISBORNE : Remember this, Nightwatchman?
Marian flips her legs over her head and drops to the floor. The two soldiers behind her grab her.
Take off your mask. I want to see your face when you die.
Marian kicks away the dagger, kicks Gisborne in the groin and pushes her feet off his doubled-over form to flip backward and out of the grip of the soldiers, whom she kicks. The Sheriff comes up from behind her and puts a knife to her throat.
SHERIFF : Your mistake, my friend. You should have run when you had the chance!
Marian back-punches the Sheriff. He grabs his face and lets her go. Two more soldiers behind him draw their swords. Marian holds out her arms and motions with her hand to come and get her, then she jumps through an opening to the courtyard below.
to the soldiers: Help me up, you idiots! Gisborne! Grabs Gisborne. Get him!
GISBORNE : Don’t worry. Draws his sword. He’s mine!

WAR ROOM.
Robin tries to loosen the rope around his wrists.
DAVINA : Oh, what’s the matter? Does nobody love you? That’s your real weakness, isn’t it? You need people to love you.
ROBIN : It’s better than needing reptiles to love you.
DAVINA : My brother loves me.
ROBIN : Like I said.
Davina, offended, pulls the paddle out of the winch, which drops Robin a bit.
DAVINA : Holds up the paddle. Looks like you’re gonna die without an audience, Hood.
Davina appears to leave, but hides behind a pillar instead. The winch drops Robin again.
ROBIN : Think. Think.
Robin sees a rack of spears in front of him, standing in front of a pillar. His bow is leaning against it.

COURTYARD.
The Nightwatchman runs to the portcullis, but the soldiers there are blocking the way, swords drawn. She turns around to see Gisborne advancing. Gisborne jabs his sword at her, then swings it and she ducks. Marian swings her leg into his groin again, then faces the two soldiers behind him. The Sheriff is watching.

WAR ROOM.
Robin swings on his rope, trying to catch the rack with his feet. They hit the rack and he pulls it towards him, spears clattering down and his bow with them. One of the spears is stretched across the hole in the floor, his bow resting on its end. He smiles as he is lowered to his “bridge” and gets
a foothold.

COURTYARD.
The Nightwatchman cartwheels to the gate, sees the soldiers there and runs to the tower entrance.
SHERIFF : What’s he doing? Why isn’t he running away? Yells to Gisborne He’s creating a distraction!
Gisborne runs after the Nightwatchman with two soldiers.

WAR ROOM.
Robin steps on the spear, then as he is lowered more, gets his knees around it. He is lowered again and he twists his right foot in the rope to hold himself up, his left knee still over the spear. He looks down at the snakes below as he is lowered more.

COURTYARD.
The Nightwatchman runs along the battlements, chased by the two soldiers, and goes to the top of the tower.
SHERIFF : You’re wasting your time, my friend! Robin Hood is already dead! Chuckles once.
Marian stares at the Sheriff a moment, then turns to the outside and jumps down. The Sheriff is puzzled.
Outside the castle walls, the Nightwatchman lands on her feet
.

WAR ROOM.
Robin watches the spear as he is lowered down, pulling on it with his knee. The spear breaks and his bow is launched up. It falls into his waiting bound hands. Robin does a doubletake at the spear tip hanging over the edge near him.

NOTTINGHAM TOWN.
The Nightwatchman runs past a clothesline, grabs a dress from it and heads into a secluded spot to change. She pulls off her hood, mask and face-scarf, and then, as she has time to think about it now, breaks down over the news that Robin is dead.

WAR ROOM.
Robin has managed to get the spear half and load it into his bow. Using a foot to press the bow forward and holding the string with his hands, he aims it at the winch and shoots, wedging the spear’s tip against the barrel and stopping its motion. He pulls himself up on the rope and uses his bow to help him grab the edge of the floor and crawl up. Once safe, he lies there, panting. Davina is still watching, smirking, amazed. Robin looks back at the pit, then sighs
.
ROBIN : Oh, yes. Chuckles with relief.
A whip cracks. He looks up to see Davina and puts his head down, utterly dismayed.
Davina cracks her whip again, walking over to Robin
.
DAVINA : Impressive.
Robin edges away from the pit. Davina puts her foot on his side and pushes him to his back
.
What were you thinking you would do, if you did escape? Between us we have 10 000 men.Robin chuckles.
What was your plan, hm? Were you going to save England single-handed? Points her whip handle at him.
ROBIN : Not single-handed. There’s five or six of us. Tired chuckle.
Davina tries to push Robin into the pit with her foot but he grabs her leg, forcing her to lose her balance. Davina falls into the pit and screams. Robin quickly turns to look down.

Davina is lying still, nervous
.
DAVINA : Help... Help.
Robin quickly crawls over to another spear head and rubs the rope between his hands against it.
Get me out! Get me out!
Snakes crawl over her.
Oh. Oh.
Robin’s rope snaps and he lowers his bow to Davina.
Help. Get me out.
The Sheriff arrives.
SHERIFF : Davina!
DAVINA : Brother!
SHERIFF : What have you done, Hood? You get my sister out of there right now!
ROBIN : Bending over the edge, holding his bow out. Don’t make any sudden— A snake bites Davina and she yelps. The Sheriff puts his hands over his mouth. ... movements.
SHERIFF : Get her out! Get her out!
Davina rolls over and gets to her feet. She grabs the bow and the Sheriff and Robin pull her out. The Sheriff cradles her head in his arms. Robin goes to his quiver by the door and gets an arrow.
There must be a cure... some medicines, yes?
DAVINA : Shakes her head. No.
ROBIN : Fits the arrow into his bow. Sheriff. Draws. Give me one good reason why I shouldn’t kill you now and put an end to your treason.
SHERIFF : Eyes for nothing but Davina. Shut up, Hood.
ROBIN : Then you die with your sister.
DAVINA : You haven’t told him, have you?
The Sheriff shakes his head, mouthing “No.”
Prince John has made the Sheriff a promise. If my brother should die an unnatural death, then the county of Nottingham and everything in it shall be obliterated.
Robin stares, his eyes troubled and his arm pulling the string shakes.
Every town and village will be burned. Every man, every woman, and every innocent little child hanged. Would you really want that on your conscience, pretty boy?
Robin’s eyes wander, then he lowers his bow as Davina winces in pain. Robin quietly turns and leaves.
SHERIFF : How long?
DAVINA : Not long. Shakes her head.
SHERIFF : Don’t die. You’re strong. You’re my strong sister.
DAVINA : I’m not strong. I was being you, so you’d notice me. So you’d... love me.
SHERIFF : I love you. I’ve always loved you. Davina relaxes and dies as a bell tolls. Ahh!
The Sheriff closes her eyes and Gisborne runs in. Gisborne stares at them.
I want him dead. Gisborne.... whatever it takes, I want him dead.
The Sheriff kisses Davina’s cheek as Gisborne leaves.

NOTTINGHAM TOWN.
Marian has had her cry and is leaving her secluded spot in her stolen dress. Robin peers out from behind a sheet hanging on the clothesline. Marian sees him, stares in disbelief for a moment, then smiles and rushes into his arms.
MARIAN : Robin!
ROBIN : Who died?
MARIAN : You did. The Sheriff said you were dead.
Marian and Robin release each other and turn to walk out of town.
ROBIN : The Sheriff. The Sheriff is plotting to kill the King with his friends, the Black Knights. They’re already dividing England between themselves. You can’t go back into the castle.
MARIAN : We must get word to the King: Nottingham is not safe.
ROBIN : It’s not just Nottingham. The Black Knights...
Both stop walking. Robin turns to face Marian.
The Black Knights, they’re everywhere. They’re taxing the poor of England to pay for an army of mercenaries.
Turns around to walk on.
MARIAN : Well, we must stop them. I must go back to the castle.
Marian turns to leave but Robin rushes to her, grabs her arm and pulls her back.
ROBIN : It’s too dangerous!
MARIAN : Robin! Having a spy on the inside when there is a coup being plotted is useful.
ROBIN : No. For once just listen to me!
MARIAN : And my father is in there. Robin, I have to go back.
ROBIN : Marian, I can’t protect you in the castle.
Marian puts her left hand around the back of Robin’s head.
MARIAN : Two minutes ago I thought you were dead and I would have given anything for another chance to be with you.
Robin holds Marian’s head in return.
ROBIN : Well then take that chance, and come with me.
MARIAN : Listen.
ROBIN : What?
Marian kisses Robin.
MARIAN : A little voice saying, “Yes, when the King is home, safe.”
Marian turns and goes back to the castle as Robin anxiously watches her go.

NOTTINGHAM TOWN. MARKETPLACE.
Robin walks towards the castle gate, looking for the gang.
Gisborne jumps in front of him from a table where he had been sitting with his sword
.
GISBORNE : Hood, you left without saying goodbye.
Four of Gisborne’s men appear and fall in behind Robin, arrows ready in their bows. Robin looks around.
to men
: Take aim.
The men draw back their bows. Robin glances behind him and puts up his hands.
ROBIN : What? No more public humiliation, Gisborne? Eh? No more beating and berating ?
GISBORNE : The Sheriff doesn’t want to say goodbye, either. He just wants you dead now.
Robin glances back at the archers.
See you on the dark side. to men: Shoot him.
Gisborne turns to leave as Much runs in yelling with his shield. He jumps in behind Robin, turning to face the archers as Robin turns and ducks. The arrows hit the shield. Gisborne runs forward with his sword as Much tilts down the shield and looks at the arrows, surprised they all hit it. Little John takes out two of the men with his staff.
LITTLE JOHN : So it’s goodnight from me... Will takes out the two others with his broadaxe ... and goodnight from him.
Little John and Will nod at each other.
GISBORNE : Guards!
Much jumps and turns to face Gisborne as Djaq comes up behind Gisborne and taps his shoulder. Gisborne turns around.
What?!
Djaq flings powder in his face.
DJAQ : Pepper. Ouch! Jumps over to join her gang.
ROBIN : You see, Gisborne, that’s why I didn’t say goodbye.
Gisborne is shaking his head and moaning.
Because I didn’t want to see you cry.
Robin laughs as Gisborne looks up with red eyes, swinging wildly with his sword.
MUCH : Time to disappear?
ROBIN : Nods Yeah. My gang, this way. Come on!
Robin pushes Gisborne out of the way with his foot, then runs off through the town, his gang following.

NOTTINGHAM CASTLE. DUNGEONS.
Allan is tied to the post, head down, when he is splashed with a bucket of water.
GISBORNE : Been having fun? Sets down the bucket. Hood was here, did you know? Didn’t try and rescue you.
Allan looks up weakly.
So, I was thinking... one chance to live.
ALLAN : I’m not helping you kill Robin. I’m not helping you kill anyone.
GISBORNE : Yeah, I respect you for that. So let’s look at this another way, shall we? Steps to Allan. An exchange as we go along. A little information, a little money, a conversation.
ALLAN : What sort of conversation?
GISBORNE : Oh, a harmless one. If I need extra guards on a building, you let me know. If I need to reroute a convoy, that sort of conversation. I am not robbed... Robin is not killed. You’d be doing us both a service. Looks down into Allan’s face, then lays a heavy hand on his shoulder and circles behind him. You and I, we’re the ones who make our supposed betters look good. And they take us for granted. But what happens when they move on? Then it’s our turn. You want to help the poor, help yourself first. Holds up a purse on his hand. Make provision for the future. You will never be named. You will never be implicated. This is just between you and me. You be my eyes and my ears. And then when all this is over... holds up the purse by its strings... you will have money and position, and you can help the poor till your heart’s content.
Gisborne continues to hold the purse up as he turns away. Allan leans his head back on the post and closes his eyes, thinking.

SHERWOOD FOREST. OUTLAWS' CAMP.
Much stands in the kitchen. Djaq sits on a suspended bench next to it. Little John squats by the fire. Will, with a cup, and Robin sit opposite them.
MUCH : Well, it’s not the end of the world, is it? I mean, Marian’s all right, basically... a bit excited and we’ve got a camp.
WILL : Much, the Sheriff and the Black Knights are going to kill the King... take over England.
Robin is staring at nothing.
MUCH : Sighs. True. It is the end of the world.
Will briefly sneers at Much while slightly tipping his cup. Much walks over to Robin as Will sips from his cup.
Well, if we have learned one thing today it’s that you’re never going to Nottingham alone again, ever. Because if you had died... especially now—
ROBIN : Interrupting If I had died... today, Much... stands... or if I die tomorrow, you will carry on without me.
MUCH : How? We are Robin Hood’s men.
ROBIN : No. You are Robin Hood.
MUCH : What?
ROBIN : You are Robin Hood. Looks at Djaq. And you are. Looks at Little John. And you are. All of you. Looks back at Will.
MUCH : We’re not though, are we?
ROBIN : Listen to me. Listen. We are not just six outlaws in the forest. Allan approaches.
We are the spirit of England, and that is Robin Hood. And that, lads, that is this country’s only hope.
Allan sighs and enters.
LITTLE JOHN : Raises his cup. We are Robin Hood! Come on.
Little John hands Robin a cup from the table.
ALLAN : Hey up, lads.
Djaq sees Allan’s bruised face.
DJAQ : What happened to you?
ALLAN : Oh, tricked one punter too many.
MUCH : Oh, I could have told you.
Much hands Allan a cup as Djaq looks at Allan suspiciously, with just her eyes.
We are Robin Hood.
ALLAN : What?
MUCH : Just say it.
Allan glances at Robin.
ALL : Raising their cups. We are Robin Hood!
Allan looks down at the purse his raised cloak has exposed and he quickly brings his arm down and around to hide it again, then drinks, nodding.

END OF EPISODE ONE

Kikavu ?

Au total, 27 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Phoebe0102 
03.07.2019 vers 23h

ladyMorgan 
16.05.2019 vers 10h

schumi 
26.08.2018 vers 10h

stella 
28.06.2017 vers 07h

naadd 
18.04.2017 vers 16h

Kiraven 
26.03.2017 vers 20h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Locksley  (27.08.2018 à 16:43)

Très contente de te retrouver pour la 2ème saison schumi !

L'épisode est intéressant car jusqu'ici, on ne savait quasiment rien de Vaisey à part qu'il avait pris la fonction de shérif à la place de Sir Edward. Lui découvrir une soeur est inattendu, voir l'immense tendresse qu'il éprouve pour elle l'est encore plus.

Moi non plus je n'aime pas ces sales bêtes ^^ Quant à Allan... sealed ... je te laisse découvrir la suite !

schumi  (26.08.2018 à 10:12)

Beaucoup mais alors beaucoup trop de serpents dans cet épisode! lol! Je DETESTE ces bêtes là et la scène finale où Davina se fait mordre est difficilement supportable pour moi!

J'ai adoré la scène où le shérif retrouve sa soeur et au début j'ai même pensé que ça pourrait être sa femme... Le shérif était presque touchant! Davina est une vraie sorcière je ne la plains pas mais quelle mort horrible quand même!

Robin assure dans cet épisode où il s'en sort grace à MArianne! Gosborne est vraiment horrible, il est blessé à mort et bien décidé à se venger de Marianne, elle va devoir faire TRES attention!

Pas fan de la tournure de l'intrigue avec Allan! Je ne veux pas que ce soit un traitre moi! ils ne vont pas nous refaire le même coup qu'avec Roy j'espère!

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Découvre le hors-série de notre magazine HypnoMag, consacré à la série Roswell qui fête ses 20 ans !
HypnoMag | Hors-série 20 ans Roswell

Tentez de gagner une HypnoCard Collector Roswell grâce à notre jeu HypnoChance !
Tirage au sort le 15/10 | Collector Roswell !

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Saison 2 de Perdus dans l'Espace : votre cadeau de Noël !

Saison 2 de Perdus dans l'Espace : votre cadeau de Noël !
Vous guettiez l'annonce de la diffusion de la 2ème saison de Lost in Space / Perdus dans l'Espace ?...

The Bay rend ses conclusions ce soir

The Bay rend ses conclusions ce soir
Si vous suivez la série policière The Bay, diffusée sur France 2 depuis le 16 septembre, vous allez...

Nouveau sondage hoodesque !

Nouveau sondage hoodesque !
Il est plus que temps de baptiser la fille (fictive) de Robin et Marian. Dans notre dernier sondage,...

David Harewood fera sa rentrée aux côtés de Supergirl

David Harewood fera sa rentrée aux côtés de Supergirl
Le 6 octobre, David Harewood sera de retour avec la bondinette à jupette (qui l'a rangée dans son...

France 2 part à la découverte de The Bay le 16 septembre

France 2 part à la découverte de The Bay le 16 septembre
Parmi les programmes de rentrée de France 2, la série britannique The Bay est annoncée pour le lundi...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

pretty31, Hier à 21:26

Les jeux d'Halloween vous attendent sur HypnoClap, et quelques chapeaux de sorcières sont encore disponibles pour "Un bonbon ou une cards ?"

pretty31, Hier à 21:26

qui vous permettra peut être de gagner ... Une HypnoCard ^^

Locksley, Aujourd'hui à 11:26

Dernier jour pour vous inscrire au tirage au sort permettant de gagner une HypnoCard Collector Roswell Bonne chance !

serieserie, Aujourd'hui à 15:31

Sortez votre plus belle Plume! L'HypnoPlume vous attend

pretty31, Aujourd'hui à 20:37

Plus que huit chapeaux disponibles pour Un bonbon ou une Cards sur HypnoClap

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site