VOTE | 101 fans

#113 : Audience Royale

Robin ne peut pas accepter l'idée de perdre Marian. Il refuse d'aider le père de la jeune femme à affronter le Shérif et il abandonne Much et la bande. Son monde s'est tout simplement écroulé - il n'y a plus aucune raison de continuer à être Robin des Bois. Cependant, les apparences peuvent parfois être trompeuses. La découverte d'un terrible secret va inciter Robin à revenir sur sa décision et voir le Shérif et Gisborne échouer avant la fin de la journée.

Popularité


4.67 - 3 votes

Titre VO
Clue ? No !

Titre VF
Audience Royale

Première diffusion
30.12.2006

Première diffusion en France
18.01.2008

Vidéos

Une dernière bataille ?

Une dernière bataille ?

  

Au revoir Marian ? (VO)

Au revoir Marian ? (VO)

  

Le Shérif est arrêté (VO)

Le Shérif est arrêté (VO)

  

Robin est de retour ! (VO)

Robin est de retour ! (VO)

  

Photos promo

Le Shérif et Gisborne ont débusqué les hors-la-loi (Keith Allen et Richard Armitage)

Le Shérif et Gisborne ont débusqué les hors-la-loi (Keith Allen et Richard Armitage)

Le sabre de Robin, son arme fétiche avec son arc

Le sabre de Robin, son arme fétiche avec son arc

Much entend bien empêcher le mariage prévu (Sam Troughton)

Much entend bien empêcher le mariage prévu (Sam Troughton)

Marian aurait-elle un doute ? Le Chanoine Bond s'interroge (Timothy Knightley)

Marian aurait-elle un doute ? Le Chanoine Bond s'interroge (Timothy Knightley)

Gisborne (Richard Armitage) accompagne Marian (Lucy Griffiths) jusqu'à la chapelle

Gisborne (Richard Armitage) accompagne Marian (Lucy Griffiths) jusqu'à la chapelle

Marian est en route pour se marier avec Gisborne !

Marian est en route pour se marier avec Gisborne !

Attention, Robin est d'humeur vengeresse ! (Jonas Armtrong)

Attention, Robin est d'humeur vengeresse ! (Jonas Armtrong)

Oups, les futurs mariés semblent en désaccord !

Oups, les futurs mariés semblent en désaccord !

Robin des Bois a livré un dur combat (Jonas Armstrong)

Robin des Bois a livré un dur combat (Jonas Armstrong)

Guy de Gisborne et Lady Marian, face à l'autel (Richard Armitage et Lucy Griffiths)

Guy de Gisborne et Lady Marian, face à l'autel (Richard Armitage et Lucy Griffiths)

Much est prêt à tout pour stopper le mariage en cours ! (Sam Troughton)

Much est prêt à tout pour stopper le mariage en cours ! (Sam Troughton)

Gisborne, abandonné devant l'autel (Richard Armitage)

Gisborne, abandonné devant l'autel (Richard Armitage)

Robin arrive (enfin) à Locksley

Robin arrive (enfin) à Locksley

Plus de détails

Réalisateur : Matthew Evans
Scénariste : Dominic Minghella

Cast secondaire
Simon Green ... Merton
Timothy Knightley ... Chanoine Bond
Lukács Bicskey ...  Roi Richard
Michael Maloney ... Pitts
John Carlisle ... Ian Thornton
Ben O'Brien ... homme de Gisborne

Robin est totalement anéanti par la mort de Marian. Quand il finit par réagir, c'est pour conduire, fou de rage, la bande dans ce qui pourrait être leur dernière bataille. Une énergie surprenante les anime et celle-ci est décuplée lorsque Will et Allan les rejoignent. Sidéré par une telle détermination et par le fait que Robin n'hésite pas à tuer ses hommes, le Shérif renonce au combat et s'enfuit suivi par Gisborne et les soldats survivants.

L'heure des explications a sonné : Petit Jean demande à Will et Allan où ils étaient et c'est le jeune Scarlett qui répond, plein de remords. Quand Allan tente d'ironiser pour détendre l'atmosphère pesante, Much se laisse aller à sa colère et leur apprend que Marian a été poignardée. Incapable d'ajouter un mot de plus, c'est Robin qui finit sa phrase et annonce d'un ton monocorde la mort de la jeune femme.

Les hors-la-loi retournent dans la grotte faire leurs adieux à Marian. Chacun lui rend un dernier hommage en louant ses qualités et Robin confesse qu'il l'aimait mais ne le lui a jamais dit. C'est alors qu'Allan remarque que la jeune femme respire faiblement. Elle est vivante ! Selon Djaq, le produit que lui fait ingérer Pitt a eu un puissant effet anesthésiant faisant croire à sa mort. Robin est fou de joie et verse quelques larmes de soulagement.

Au château, Guy découvre avec effroi que le retour du Roi n'est qu'un mensonge monté de toutes pièces par Vaisey. Le Shérif l'informe qu'il compte ainsi démasquer les seigneurs qui sont restés fidèles à Richard. Inquiet, Gisborne craint que son mariage avec Marian soit remis en cause si elle découvre la vérité, sans parler de la possibilité que Sir Edward fasse partie des nobles suspectés par Vaisey.

La bande raccompagne Marian à Knighton. Quand Gisborne se présente à la porte de la demeure pour parler à sa fiancée, Sir Edward se charge de le recevoir puis de l’éconduire poliment. Le bras-droit du Shérif se retire et les hors-la-loi peuvent ressortir de leurs cachettes. Marian apprend la mort de Pitts et ses espoirs d'échapper au mariage avec Guy s'envolent. Robin s'engage auprès d'elle à trouver une solution mais ses paroles fâchent Edward qui ne veut pas qu'il donne de faux espoir à sa fille. Le seigneur de Knighton voudrait en revanche parler avec le hors-la-loi de la venue du roi mais Robin ne veut plus l'écouter et part brusquement, uniquement préoccupé par les futures noces de la femme qu'il aime.

Réfugié au sommet d'une colline qui domine le village de Locksley, Robin broie du noir. Il a le sentiment que Gisborne lui vole sa vie entière : ses terres, son titre, sa demeure... et l'élue de son cœur. Much le rejoint et tente de le réconforter en lui disant que le retour du Roi pourra tout arranger mais il est des choses auxquelles le souverain ne pourra rien changer... le mariage de Marian... Profondément malheureux, Robin se montre odieux avec son vieux compagnon d'armes qui, blessé, part et le laisse seul.

Marian est à peine rétablie qu'elle demande à son père de la conduire à Locksley. Là, elle s'entretient avec Guy et lui demande sans détour s'il a tenté d'assassiner le roi en Terre Sainte. Guy feint d'être offensé par ses soupçons et il s'enferre dans son mensonge en niant les faits. Il l'assure ensuite de son amour sans faille et l'embrasse. La jeune femme écourte leur étreinte et repart. Gisborne soupire de soulagement pour avoir réussi à la convaincre de sa bonne foi.

Le soir venu, Marian se prépare mentalement pour ses noces. Elle est résignée et tire un dernier trait sur sa vie en jetant son masque de Veilleur de Nuit dans la cheminée. Robin lui rend visite et tente une dernière fois de discuter avec elle mais Marian lui répète qu'elle a donné sa parole - certes sous la contrainte - et qu'elle ne peut se dédire. Alors que Robin repart, anéanti, mais respectant à contrecœur sa décision, la jeune femme le regarde s'éloigner, le cœur brisé.

Pendant ce temps, Sir Edward soutenu par quelques nobles restés fidèles au Roi Richard s'apprête à se soulever contre le Shérif pour assurer la protection du souverain à son retour en Angleterre. Il soupçonne en effet le Vaisey de vouloir assassiner le Roi dès son arrivée au château. Much et les autres hors-la-loi le rejoignent à la réunion secrète organisée en plein milieu de la nuit. Le père de Marian ne peut cacher sa déception en constatant que Robin ne les accompagne pas.

Abattu par le mariage imminent de Marian, Robin a passé la nuit sur la colline qui domine ses terres. Totalement déprimé, il a pris la douloureuse décision d'abandonner les hors-la-loi et de quitter définitivement Locksley.

Marian arrive seule au village. Elle a quitté Knighton en robe de mariée et a fait ses adieux à son père en lui demandant de faire preuve de la plus grande prudence. Gisborne vient l'accueillir et, en constatant l'absence de Sir Edward, il comprend immédiatement qu'il fait parti des fidèles à Richard auxquels le Shérif a tendu un piège. Il n'en souffle pas un mot à sa fiancée et s'en va l'attendre dans l'église.

Much, toujours fidèle à son Maître, ne peut pas envisager de continuer sans lui. Alors qu'il est sur le point d'entrer à Nottingham avec ses compagnons déguisés en pélerins, il décide d'aller le rechercher. En chemin, il croise le Roi et son escorte qui se dirigent vers Nottingham. Much a servi avec Robin dans la garde personnelle du Roi Richard en Terre Sainte, il se rend immédiatement compte que l'homme qu'il a sous les yeux est un imposteur.

A son arrivée au château, celui-ci est accueilli par le Shérif, tout souriant, et par les nobles du comté venus saluer son retour. Dans la Grande Salle, le faux Roi Richard leurre l'assemblée en accusant le Shérif de l'avoir trompé et demande son arrestation. Il instaure aussitôt un tribunal "à la française" visant à recueillir, un par un et en privé, les témoignages de chacun. Le plan est machiavélique car ceux qui choisissent de parler contre le Shérif sont systématiquement éliminés par ce dernier au fur et à mesure qu'ils se présentent.

Alors que, dans l'église de Locksley, Marian se tient devant l'autel aux côtés de Gisborne, Much fait une entrée fracassante. Il lui révèle la conspiration du Shérif destinée à éliminer tous les nobles fidèles au Roi Richard et lui confirme la trahison de Gisborne. Ce dernier tente une nouvelle fois de faire pression sur la jeune femme en lui confiant qu'il est au courant du plan du Shérif mais qu'il s'engage à ce que Sir Edward soit épargné si elle l'épouse dès maintenant.

Consciente du danger de mort encouru par son père et comprenant que Guy lui a menti, Marian prend sa décision: elle décoche une bonne droite à Gisborne et s'enfuit de l'église pour aller sauver les membres de la rébellion. Dehors, Robin la rejoint au galop et tous deux repartent sur son cheval pour Nottingham suivis par Much qui a informé le hors-la-loi de l'imposture en cours.

Abandonné au pied de l'autel, Gisborne affiche une mine sombre. Ses hommes lui proposent de se lancer aux trousses de sa fiancée en fuite mais il refuse. Le visage marqué par le coup qu'il a reçu, il ramasse la bague jetée par Marian.

Alors que Sir Edward est sur le point d'aller témoigner contre le Shérif, Robin, Marian et Much arrivent aux portes de Nottingham. Les hors-la-loi s'élancent au galop d'un côté et Marian part seule en courant de l'autre quand Robin fait soudainement demi-tour. Il arrête sa monture à la hauteur de la jeune femme et se penche vers elle. Les deux jeunes gens échangent un baiser. Quand il se redresse en souriant, Robin peut voir le visage radieux de Marian avant d'éperonner son cheval et de partir rejoindre Much.

Les deux hors-la-loi s'infiltrent dans la château en escaladant les remparts. Ils se faufilent ensuite dans les couloirs et arrivent juste à temps pour sauver Sir Edward d'une mort certaine. Tous trois regagnent la Grande Salle et crient à l'imposture. Le faux Roi Richard est démasqué et Vaisey, furieux, menace de tuer Much qu'il a pris en otage.

Le Shérif n'apprécie pas du tout que son plan machiavélique ait été déjoué. Une fois encore, Robin démontre qu'il est un archer hors-pair en parvenant à suspendre le Shérif par les pieds au plafond de la pièce grâce à une corde nouée à l'une de ses flèches.

Vaisey a une fois encore été humilié, les hors-la-loi sont tous sains et saufs. Robin et Marian ont enfin avoué l'amour qu'ils éprouvent l'un pour l'autre et sont réunis...

 Fin de la Saison 1

[La partie qui précède le générique est exceptionnellement un résumé de l'épisode précédent, Le Retour du Roi (112). L'épisode 113 reprend ensuite directement à la suite des derniers évènements qui s'y sont produits. > lire le script 112]

*** Générique ***

FORÊT DE SHERWOOD:
Le Shérif et ses soldats arrivent au pied de la grotte dans laquelle se trouve toujours Robin, dévasté par la mort de Marian.
Le Shérif: On se ramollit mon ami! La tâche aurait-elle été plus facile, hum, si tu m'avais tenu la main jusqu'à ta petite tanière secrète? Réponse: non.
Dissimulés en hauteur derrière des rochers, Petit et Much observent leurs ennemis en approche.
Much (énervé): Où sont Allan et Will?
Le Shérif: Nous voilà Robin!
Petit Jean adresse un signe de tête à Much puis tous deux se montrent simultanément. Much pointe son arc en direction des soldats.
Much (en hurlant): Halte! Plus un geste ou on tire!
La troupe de soldats s'arrête. Le Shérif commence à regarder alentours à la recherche d'autres hors-la-loi mais n'en voit aucun.
Le Shérif (moqueur): Donc, vous êtes deux en tout!
Much (en criant): Pour la dernière fois!
Le Shérif (à voix basse): Ils pourraient être combien à votre avis Gisborne?
Gisborne: Une douzaine tout au plus... (le Shérif ricane, ravi) … parmi ses proches.
Le sourire qu'il affichait disparaît du visage du Shérif.
Le Shérif: Et des moins proches, combien?
Gisborne: J'en sais rien...
Le Shérif (en criant): Je crains fort qu'on ne se soit pas compris mon ami! Vous n'êtes pas en position de marchander.
Dans la grotte, Djaq rejoint Robin toujours agenouillé auprès de Marian. Elle tient le médecin Pitts sous la menace de son épée.
Djaq: Robin, qu'est-ce que je fais de lui? S'il meurt, tu n'as plus rien contre Gisborne!
Dehors, le Shérif est intrigué par l'attitude de Petit Jean et Much, toujours plantés devant la grotte, bien décidés à en défendre l'accès.
Le Shérif: Attendez! … (puis, à voix basse) Pourquoi est-ce qu'ils ne s'enfuient pas? Pourquoi est-ce qu'ils ne s'enfuient pas?!? Robin doit être là-dedans.
Much (nerveux): Jean, on fait quoi?
Le Shérif (en soupirant): Ah, je m'ennuie là. Tuez-les!
Gisborne: En position! Avancez droit sur eux!
Les archers du Shérif s'alignent face aux deux hors-la-loi.
Much: Jean, je crois qu'on va mourir.
Petit Jean s'accroupit par terre, trempe le bout de ses doigts dans la boue puis trace deux larges traits noirs juste au dessous de ses yeux.
Petit Jean (fermement décidé): C'est un bon jour.
Much (interloqué): Quoi?
Petit Jean: C'est un bon jour pour mourir!
Much (incrédule): Quoi?
Petit Jean: C'est un vieil adage.
Gisborne (à ses hommes): En joue!
Much: Je déteste les vieux adages.
Les archers bandent leurs arcs tandis que Much se tient prêt à riposter avec le sien. Soudain, un soldat s'écroule, tué par une flèche. Le Shérif se redresse et désigne l'entrée de la grotte.
Le Shérif: Là, Locksley! Tirez!
Much se retourne et découvre avec stupéfaction son ami qui sort précipitamment de la grotte son arc à la main. Robin plante une poignée de flèches dans le sol devant lui et commence à tirer à bonne cadence.
Much: Robin!
Le Shérif: Ah! Ma dent! … (il descend de cheval et entreprend de la chercher par terre) Où est ma dent?
Les soldats ripostent. Much commence à tirer à son tour tandis que Robin, tout en tenant ses armes, se laisse rouler jusqu'en bas de la pente. Arrivé en bas, il plante une nouvelle poignée de flèches devant lui et se remet aussitôt en position de tir.
Le Shérif: Gisborne, où est ma dent?
Soudain, alors que le Shérif est à genoux par terre, un de ses archers tombe juste à côté de lui... mort!
Le Shérif (stupéfait): Qu'est-ce que c'est que ça? Robin ne tue pas!
C
'est inhabituel mais Robin tue effectivement! Il a positionné quatre flèches entre les doigts de sa main et les décoche avec une cadence soutenue: chacune fait mouche et cause la mort d'un soldat. Les flèches pleuvent. C'est le moment que choisit Pitts pour sortir de la grotte en agitant un morceau de tissu au-dessus de sa tête. Djaq l'a laissé seul pour rejoindre ses amis en danger.
Pitts: Ne tirez pas! Je viens!
Le médecin descend la pente en courant et vient se placer entre Robin et Gisborne.
Pitts: Hé! C'est moi!
Robin (en colère): Pousse-toi!
Pitts: Messire Guy!
Gisborne (froidement): Tuez cet homme!
Pitts: Mais je vous ai toujours été fidèle!
Gisborne: Fidèle à tes intérêts, oui!... (en hurlant à ses soldats) Tuez cet homme!
Pris de panique, Pitts tente de s'enfuir mais un des archers de Gisborne l'abat d'une flèche dans le dos. Le médecin s'effondre au pied de Robin.
Le Shérif (à Gisborne): Bien joué!
Furieux d'avoir perdu son seul témoin du complot ourdi contre le Roi, Robin ajuste son arc, vise Gisborne et tire. Mais celui-ci a de bons réflexes et se baisse juste à temps pour éviter la flèche. Pendant ce temps, Petit Jean est blessé: une flèche se plante dans son bras mais malgré cela, l'immense hors-la-loi ne sourcille même pas. Les archers du Shérif se réorganisent.
Un soldat: Deuxième ligne! En avant!
De nouveaux soldats arrivent à cheval en renfort. Robin analyse rapidement la situation, jette son arc à terre et sort son épée de son fourreau. Much comprend que Robin est bien décidé à en découdre, il jette à son tour son arc, s'empare de sa propre épée puis il se retourne vers Petit Jean.
Much: C'est un bon jour, on y va!
Il a à peine fini sa phrase que Robin dévale le reste de la pente en hurlant, partant à l'assaut de ses ennemis. Aussitôt Petit Jean, Much et Djaq s'élancent à sa suite en hurlant eux aussi. Le Shérif est sidéré et terrifié par la vision des quatre hors-la-loi qui arrivent en courant l'arme à la main.
Le Shérif (en bégayant): Qu'est-ce que c'est que ça? Du suicide?
Robin arrive le premier au contact des soldats et tue tous ceux qu'il trouve sur son passage.
Much: Pour Robin des Bois! Et pour le Roi Richard!
Aussi déterminé que Robin, Much se bat rageusement sous les yeux ébahis de Gisborne qui semble dépassé par la tournure des évènements. Petit Jean se débarrasse de ses agresseurs à coup de bâton tandis que Djaq combat à l'épée chaque soldat qui se présente face à elle. Déchaînés, les quatre hors-la-loi tuent sans s'arrêter. Alors que Robin arrive face à Gisborne et le dévisage froidement, celui-ci a une nouvelle fois juste le temps de se baisser pour éviter une flèche tirée par … Allan! En effet, Will et lui-même arrivent en renfort et semblent aussi décidés que leurs amis. Le combat fait rage et les soldats continuent de tomber les uns après les autres. Le Shérif panique franchement cette fois.
Le Shérif: Faites quelque chose Gisborne!
Gisborne (à ses hommes): Regroupez-vous!
Le Shérif évite de justesse une nouvelle flèche tirée par Allan. Will progresse au milieu des soldats en se débarrassant au fur et à mesure de ses agresseurs à grands coups de hache.
Le Shérif (affolé): Mais sortez-moi de là!
Allan (en hurlant): Pour Robin des Bois et pour le Roi Richard!
Rien ne semble résister aux six hors-la-loi qui continuent à décimer les soldats.
Gisborne (à ses hommes): Repliez-vous!
Les soldats prennent la fuite, imités par le Shérif et Gisborne qui s'éloignent au grand galop.
Le Shérif: Ces imbéciles m'ont coûté une dent!

Les hors-la-loi se retrouvent alors seuls, les corps des soldats qu'ils ont tués gisent tout autour d'eux. À bout de souffle, épuisés, ils s'effondrent à genoux sur le sol puis se dévisagent les uns les autres. Petit Jean est le premier à reprendre la parole, il se tourne vers Allan et Will.
Petit Jean: Vous étiez où tous les deux?
Allan: Attends que je t'explique. Il y a une femme, une maman, qui a donné naissance à un petit bébé, d'accord...
Will (l'interrompant): On filait avec les sous, avec l'argent de Gisborne. On voulait le cacher à Scarborough.
Les hors-la-loi sont stupéfaits par cet aveu.
Allan (goguenard): Ouais, que voulez-vous que je dise?
Will lui coupe la parole et se tourne vers Robin.
Will (plein de remords): Je suis désolé... sincèrement...
Allan (d'un ton léger): Bon, on est là maintenant! On vous a sauvé la couenne en plus!
Un lourd silence et les regards noirs lancés par Petit Jean et de Much sont les seules réponses qu'il obtient.
Allan: Ben quoi! On s'est excusé!
Much (avec une froide colère): Marian! Gisborne l'a poignardée hier soir!
Allan est stupéfait par cette révélation.
Much: Elle est...
Il n'arrive pas à finir sa phrase, Robin relève alors la tête et la finit pour lui.
Robin: Elle est morte... Marian est morte.
Will et Allan sont sidérés. Robin plante son épée dans le sol, il se relève puis tous le suivent dans la grotte. Ils s'alignent à quelques pas du corps de Marian.
Djaq: Il faut l'enterrer.
Robin: Nous devons la ramener à Knighton, chez son père... Jean, je compte sur toi... Djaq, prépare son corps... Will, tu pourrais lui faire...(il s'interrompt, gagné par l'émotion) … tu pourrais lui faire un cercueil...
Conscient de l'épreuve qu'il traverse, Petit Jean s'approche de Robin et lui tape amicalement sur l'épaule.
Petit Jean: Chut, chut, chut... en temps voulu. Pour l'instant, on dit au revoir.
Will (les joues inondées de larmes): C'était une brave femme, gentille, attentionnée...
Much: Une brave femme! Oh c'était quelqu'un... oui c'était quelqu'un...
Allan: Quelqu'un de bien, ouais.
Petit Jean: Cette fille, je l'aimais bien.
Robin: Nous l'aimions, oui. Et moi, je l'aimais... Oui, je l'aimais et je ne lui ai jamais dit.
Much (en reniflant): Elle le savait. On le savait tous!
Soudainement intrigué, Allan fronce les sourcils et s'avance vers Marian.
Allan: Hé, c'est pas une blague là, je la vois respirer!
Alors que Robin ne bouge pas, persuadé qu'Allan se trompe, Djaq s'approche de Marian suivi par Petit Jean qui l'éclaire avec sa torche. Elle place la lame de son épée tout contre la bouche de la "défunte".
Djaq: Sur la lame! Elle respire!
Allan (triomphant): Hein, qu'est-ce que je vous disais!
Dès l'annonce de Djaq, Robin s'est précipité au chevet de Marian.
Robin (qui a dû mal à y croire): Comment?
Djaq (heureuse et excitée): La potion du docteur! J'ai déjà entendu parler de ça! C'est de la ciguë. Si on en prend trop le corps se paralyse, la respiration s'arrête mais sur quelqu'un de jeune et de fort, le corps se bat! Et on peut revenir à la vie!
Allan (en souriant): Elle était morte!
Djaq: Et elle revit!
Much (en essuyant ses larmes): Ah ça, c'est...
Robin se penche alors vers Marian et tente de la réveiller.
Robin (en effleurant le visage de Marian): Marian... Marian... Marian!
La jeune femme ouvre les yeux et Robin ne peut cacher sa joie tandis que ses compagnons rient, soulagés.
Marian (faiblement): Où étais-je partie?
Robin (ému): Ça, je sais pas ... mais je suis heureux de te revoir ici!
Il ne peut détacher son regard d'elle en versant quelques larmes de joie.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Le Shérif et Gisborne ont regagné l'abri des murs du château. Ils entrent dans les appartements du Shérif.
Gisborne: Il eut été bon d'en finir avec Robin des Bois avant le retour du Roi ... (le Shérif ricane) Quoi?
Le Shérif: Le Roi ne revient pas!
Gisborne (sidéré): Comment ça " Le Roi ne revient pas!".
Le Shérif: Il est quelque part en Terre Sainte, j'ai engagé un imposteur. Réfléchissez un peu! S'il rentrait, est-ce que le vrai Roi, qui vient de passer Dieu sait combien de temps en Terre Sainte, s'arrêterait à Nottingham pour tailler une bavette? Réponse: non!
La révélation du Shérif contrarie fortement Gisborne qui néanmoins veut essayer de comprendre.
Gisborne: Pourquoi?
Le Shérif: Combien de nos amis sont contre nous? Nos pitoyables seigneurs, Merton, Woodvale, Edward. Combien ourdissent des plans, nous font des sourires, nous mentent, rongent leurs freins, acquiescent à tout, tout en se préparant pour le retour de leur Roi, le précieux Richard Cœur de Lion? Combien s'apprêtent, hum, à nous trahir dès que le Roi aura franchi ce seuil?
Gisborne: Je ne sais pas.
Le Shérif: Aucun d'entre eux n'a jamais vu le Roi alors, comme ça nous serons fixés, hum! Les complots vont gentiment remonter à la surface et les rats sortir en couinant de sous les boiseries.
Gisborne (contrarié): Pourquoi ne me l'avez-vous pas dit?
Le Shérif (ironique): Oh... je suis navré, ce n'est pas contre vous, hum? Et vous devriez me remercier, vous épousez cette fille!
Gisborne: Oui, c'est vrai. Mais c'est grâce à un mensonge! Le Roi d'Angleterre ne revient pas vraiment!
Le Shérif: Oh mais c'est ignoble! Je me demande comment vous allez pouvoir survivre à ça?
Gisborne (en soupirant): Et si Edward était parmi eux?
Le Shérif (hurlant, hors de lui): Je le ferais pendre!

FORÊT DE SHERWOOD:
Les hors-la-loi ont fabriqué une civière pour ramener Marian chez son père. Djaq ouvre la marche tandis que ses compagnons se relaient pour porter la blessée.
Robin: Allez, on change!
Will et Allan prennent à l'avant les places de Robin et de Much tandis que Petit Jean continue de porter à lui seul l'arrière du brancard. Alors que Robin s'arrête pour reprendre son souffle, Much lui donne une tape amicale dans le dos et l'encourage à repartir.
Much: Allez!

MANOIR DE KNIGHTON:
Quand ils arrivent chez Marian, c'est encore Petit Jean qui se charge seul de la porter jusque dans son lit à l'étage. Elle semble épuisée. Robin, toujours inquiet, regarde Djaq la border tandis que Sir Edward se penche vers sa fille.
Sir Edward (consterné): Marian ... (puis, désolé) Robin, tout est ma faute!
Robin: Non, c'est celle du Shérif et de Gisborne.
Le père de Marian s'approche de Robin pendant que Djaq soigne le bras blessé de Petit Jean.
Sir Edward: Quand le Roi sera de retour, le Shérif va frapper, vous êtes au courant? Il va tenter d'assassiner le Roi, aidez-moi à l'en empêcher! Le mariage de ma fille doit avoir lieu à Locksley samedi, c'est à ce moment-là que le Shérif va rencontrer le Roi à Nottingham. Peut-être croit-il que je vais assister à la noce avec d'autres et qu'il aura les mains libres pour assassiner le Roi? Mais il nous faut oublier la noce pour être à Nottingham ...(l'air choqué de Robin n'échappe pas à Sir Edward) … Robin!
Robin: Moi! Ne comptez pas dessus!
Sir Edward: Vous, moi et de nombreux nobles demeurés fidèles! Le moment est venu d'agir, de nous lever pour défendre notre Roi! Rejoignez-nous!
Robin (en colère): Qu'est-ce que vous faites de Marian? On ne peut pas laisser Gisborne la mener devant l'autel!
Will: Voilà Gisborne!
Sir Edward: Je vais me débarrasser de lui.
Il descend rapidement l'escalier et arrive en bas au moment où Gisborne frappe à la porte.
Sir Edward: Messire Guy...
Gisborne: Je viens voir Marian, il y a une chose dont j'aimerais lui parler.
Le bruit de la conversation parvient jusqu'aux oreilles des hors-la-loi qui commencent à chercher où se cacher dans la chambre de Marian.
Sir Edward: Elle est indisposée.
Gisborne (surpris): Indisposée?
Sir Edward: Elle dort.
Gisborne (dubitatif): À cette heure-ci?
Sir Edward: Elle est souffrante.
Gisborne(en soupirant, contrarié): Elle n'est pas là...
Sir Edward: Si elle est là!
Gisborne: Je le savais, qu'elle ne tiendrait pas sa promesse! Elle ne peut pas m'échapper.
Sir Edward: Écoutez, je vous assure Messire Guy qu'elle va bien...
Gisborne (l'interrompant, furieux): Oubliez vos "Messire Guy" je vous prie! Où est-elle?
Sir Edward (embarrassé): Elle s'est blessée, j'ignore comment. Peut-être en tombant dans la forêt?
Gisborne (hors de lui en pénétrant dans le manoir): Si jamais vous me mentez!
Sir Edward: Je ne mens pas!
Toujours debout au pied du lit de Marian, Robin entend Gisborne monter rapidement l'escalier, Sir Edward sur ses talons. Gisborne ouvre brusquement la porte de la chambre et découvre Marian alitée et endormie. Much a eu juste le temps de se plaquer contre le mur derrière la porte ouverte.
Sir Edward: Je vous l'ai dit...
Gisborne s'approche du lit et se penche au-dessus de Marian.
Gisborne (charmé): Comme elle est belle ... Marian ...
Elle ouvre les yeux et découvre Gisborne à son chevet.
Gisborne (attentionné): Ce n'est rien, ce n'est que moi ...
Marian remarque alors, derrière Gisborne, Robin dissimulé contre le plafond au-dessus des voilages qui surplombent son lit. Elle referme les yeux.
Gisborne: Elle n'a pas l'air bien, je vais faire venir un médecin.
Sir Edward: C'est inutile, je suis sûr qu'un peu de repos devrait suffire ... Peut-être que l'excitation du mariage ...
Il prend Gisborne par l'épaule et tente de le reconduire vers la sortie.
Gisborne (crédule): C'est vrai ? Elle est excitée par ce mariage ?
Sir Edward: Vous vouliez lui dire quelque chose ?
Alors qu'ils discutent sur le pas de la porte de la chambre, Marian ouvre les yeux et les garde rivés sur Robin, toujours caché au-dessus de son lit.
Gisborne: Oui ... (il renonce puis il ajoute) Dites-lui qui moi aussi …
Troublé, Gisborne ne parvient pas à finir sa phrase, il se retire.
Gisborne: Au revoir.
Sir Edward (aimable): Au revoir Messire Guy !
À peine Gisborne a-t-il quitté le manoir que les hors-la-loi sortent de leurs cachettes: Will s'extrait de la cheminée, Petit Jean sort de sous le lit et Allan se hisse par la fenêtre à l'extérieur de laquelle il s'était suspendu.
Much: "Je vais faire venir un médecin !" Il vient juste d'en tuer un ! Il est ignoble !
Marian (soucieuse): Il en a tué un ?
Much: Oui, Pitts.
Djaq, qui s'était dissimulée dans un grand coffre dans la chambre, toque pour que ses compagnons la fassent sortir. Pendant ce temps Robin, redescendu du plafond, s'approche de Marian.
Much: Nous pensions qu'il allait dénoncer Gisborne, en fait c'était un traître ! Lui aussi il était ignoble, je suis content qu'il soit mort !
Allan: Ouais, mais elle va épouser Gisborne maintenant ! Demain !
Much (désolé): C'est vrai ...
Lisant le désarroi sur le visage de Marian, Robin tente de la rassurer.
Robin: Marian, je vais trouver un autre moyen de te sortir de là.
Sir Edward: Robin, il faut qu'on discute.
Il fait signe au hors-la-loi de le suivre sur le palier, là où Marian ne pourra pas les entendre.
Sir Edward: Avez-vous vraiment un autre moyen de sauver Marian ?
Robin: Je trouverai, je vais réfléchir.
Sir Edward (fermement): Si vous ne pouvez pas la sortir de là, ne lui en parlez pas!
Robin (s'emportant): Une fois que Marian l'aura épousé, on ne pourra plus revenir dessus !
Sir Edward: Quel est votre plan alors ?
Robin (gagné par l'émotion): Edward, je vais réfléchir et je trouverai !
Sir Edward (furieux): Non ! Ça ne suffit pas ! Vous allez faire naître l'espoir chez Marian, un espoir qui va se briser ! Si vous l'aimez un peu, épargnez-lui ça ! Si vous ne pouvez pas la sauver, écoutez la voix de la sagesse, laissez-la partir.
Robin (désespéré, des larmes pleins les yeux): Je vais vous dire ... J'en ai plus qu'assez d'écouter la voix de la sagesse !
Il se dirige rapidement vers la sortie, Sir Edward tente de le rappeler.
Sir Edward: Robin ? J'ai besoin de votre aide ! Robin !
La porte du manoir claque, Robin est parti.

LOCKLEY:
Assis au milieu des herbes hautes dans la colline qui domine Locksley, Robin contemple pensivement son manoir et son village. Il a l'air très sombre. Much le rejoint et s'assoit à ses côtés.
Much: Je savais que je vous trouverais là !
Robin: C'est mon village ...
Much: Vous vous rappelez quand on venait se percher ici. On s'installait et on se disait que c'était le plus bel endroit d'Angleterre.
Robin (déprimé): Gisborne est en train de me voler ma vie.
Much: Oubliez cet homme. Vous savez ce qu'a dit Edward: le Roi est en danger. Et qu'est-ce que Locksley face à l'Angleterre !
Robin: En ce moment, je pense plus à Locksley qu'à l'Angleterre.
Much: Pas à Locksley non, à Marian ! … Nous devons l'oublier ! ...(il croise le regard de Robin)... J'ai dit "nous" ? Je pensais "vous".
Robin: Il doit y avoir un moyen...
Much: Robin, le Roi revient ! Et si nous pouvions empêcher le Shérif de tout faire capoter, l'Angleterre pourrait se redresser !
Robin (désabusé et dubitatif): Vraiment ?
Much (enjoué): Mais oui ! Le Shérif sera mis dehors et vous, réintégré ! En l'espace de quelques jours, je veux dire, vous retrouverez vos terres ! … (Robin reste totalement indifférent à son discours) … Vous serez à Locksley ! Je serai à Bonchurch! C'est pas immense comme domaine mais ça me suffit ! Un homme pourrait facilement y disparaître.
Robin (amer): Je vais te dire une chose: si ce que tu veux c'est disparaître, rien ne t'empêche de commencer tout de suite !
Much (surpris): Vous n'êtes pas sérieux ? ... (il obtient pour seule réponse un sourire narquois de Robin) … Vous savez, un plus petit que moi serait offensé ! Un plus petit que moi serait blessé !
Robin (méprisant): Tu sais, il n'y a pas de plus petit que toi Much ! C'est toi le plus petit. Tout ce qui t'intéresse, c'est d'avoir un toit au-dessus de ta tête et l'estomac bien rempli. Tu ne sais parler que de toutes ces fadaises qui te viennent à l'esprit sans le moindre discernement. Tu es comme la vérole, tu me colles ! Alors je me gratte, mais quoi que je fasse, tu es toujours là !
Profondément blessé par les paroles de Robin, Much le dévisage comme s'il le voyait pour la première fois puis il le frappe violemment sur l'épaule et le déséquilibre.
Much (peiné): Vous dites n'importe quoi !
Much se lève brusquement et s'en va. Robin reste seul, les yeux rivés sur Locksley et soupire.

MANOIR DE KNIGHTON:
Marian descend l'escalier et rejoint son père. Il est étonné de la voir déjà sur pieds et l'aide à descendre les dernières marches et constatant que sa blessure la fait encore souffrir.
Sir Edward: Marian?
Marian: Qu'est-ce que ça donne avec Merton et les autres nobles ?
Sir Edward: Ils sont partants, ils font leurs préparatifs.
Marian: Vous allez prévenir le Roi ?
Sir Edward: Si nous le pouvons, sinon nous le protégerons lorsqu'il arrivera à Nottingham.
Marian: C'est tellement risqué ! Toute action contre le Shérif ... si vous vous faites prendre ...
Sir Edward: Ça fait trop longtemps que j'attends Marian.
Marian: Et Robin ?
Sir Edward: Quoi "Robin" ?
Marian: Eh bien, il a eu en charge la garde rapprochée du Roi, il vous aidera ?
Sir Edward: Il n'en fera rien.
Marian (surprise): Pourquoi ?
Sir Edward: Il veut empêcher ton mariage.
Marian: Il n'a aucune chance ...
Sir Edward: C'est ce que je lui ai dit.
Marian: Croyez-vous que Gisborne soit allé en Terre Sainte, qu'il ait tenté de tuer le Roi et attaqué Robin ?
Sir Edward: Je ne sais plus que croire désormais.
Marian: Pourriez-vous me conduire jusqu'à lui ?
Sir Edward: Robin ?
Marian: Non, Gisborne. Il faut que je lui pose la question.

MANOIR DE LOCKSLEY:
La voiture de Sir Edward arrive à Locksley. Marian en descend et va à la rencontre de Gisborne qui, relativement énervé, vocifère après ses soldats. Pendant ce temps, Robin est toujours assis dans la colline, pensif, les yeux rivés sur son village.
Gisborne: Sortez et passez le pays au peigne fin ! Retrouvez le Veilleur de Nuit, et je le veux avant le coucher du soleil !
Il aperçoit alors Marian.
Gisborne: Marian ...
Marian: Je vais bien.
Il s'excuse alors pour le désordre, conséquence de l'altercation avec les hors-la-loi et le Veilleur de Nuit.
Gisborne: Il y a eu un cambriolage mais pas grand-chose. J'ai pris des mesures de prévention, vous n'avez rien à craindre.
Marian (candide): J'espère que vous n'avez rien perdu de trop grave ?
Gisborne: Je le récupérerai.
Marian entre dans le manoir, Gisborne sur ses talons.
Marian: Messire Guy, je dois vous poser une question délicate.
Gisborne: Vous m'intriguez ...
Marian: Avez-vous tenté d'assassiner le Roi en Terre Sainte ?
Gisborne (faussement surpris): Pardon ?
Marian: Est-il vrai que ... que l'an dernier vous n'étiez pas en quarantaine avec la fièvre mais que vous vous êtes rendu en Terre Sainte et qu'avec d'autres, déguisés en Sarrasins, vous avez tenté d'assassiner le Roi ?
Gisborne: Robin des Bois ...
Marian (incrédule): Que lui voulez-vous ?
Gisborne: Vous avez parlé avec lui ?
Marian: C'est une rumeur qui circule et j'ai besoin d'une réponse. Si c'était vrai, je ne pourrais pas vous épouser.
Gisborne: Des rumeurs Marian ... Vous ne devriez pas écouter n'importe qui!  Le jour du retour du Roi sera un jour de joie pour moi. C'est ce jour-là que je me marie avec vous.
Marian: Je n'en suis pas si sûre ...
Gisborne (compréhensif): Bien, il faut que vous le soyez.
Marian: Mais je ...
Gisborne (l'interrompant): Vous ne voyez pas l'effet ... (puis avec ferveur) ... la passion que j'éprouve pour vous ! … (il se penche et dépose un baiser sur ses lèvres) …  Je n'avais jamais éprouvé cela auparavant !
Déconcertée, Marian veut mettre fin à la conversation et s'en aller.
Marian: Il faut que j'y aille !
Gisborne: Restez !
Marian (fermement): Je dois partir.
Il la retient alors par le bras.
Gisborne: Pas tant ... que vous ne m'aurez pas dit que vous me croyez.
Marian: Je vous crois.
Elle sort de la demeure tandis que Gisborne pousse un grand soupir de soulagement.

MANOIR DE KNIGHTON:
Marian jette son masque de Veilleur de Nuit dans le feu de la cheminée. Elle s'apprête à y ajouter sa cape quand la voix de Robin s'élève derrière elle.
Robin: Comment tu te sens ?
Marian: Je suis allée voir Guy, je l'ai mis à l'épreuve.
Robin: Et laisse-moi deviner. Tu lui as demandé s'il était un traître, il t'as répondu que non et toi tu l'as cru.
Marian: Oui.
Il acquiesce avec un sourire narquois.
Marian: Robin, je crois que tu t'es trompé sur lui.
Robin: Non. Tu peux me croire, je ne me trompe pas du tout.
Marian: Et puis peut-être qu'il n'y a pas une si grande différence que ça entre vous deux. D'ailleurs, n'est-ce pas là ta propre thèse ? C'est bien la vision du monde de Robin des Bois, non ?
Robin (incrédule): Quelle thèse ?
Marian: Qu'un homme en vaut un autre, que les pauvres sont exactement pareils que les riches et qu'ils ont les mêmes droits à la Justice. Pourquoi ne peux-tu pas appliquer tes généreux principes à un homme qui a lui aussi été privé d'une autre façon ? Privé d'amour ...
Robin (mi-sidéré, mi-moqueur): Privé d'amour !
Sans insister plus, il se dirige vers la cheminée où il regarde pensivement se consumer le costume du Veilleur de Nuit. Alors qu'il a le dos tourné, Marian crispe nerveusement ses mains, consciente du côté saugrenu de sa dernière déclaration.
Robin: Le Veilleur de Nuit ?
Marian: Ce sont des adieux Robin. Il est temps pour nous deux de grandir et d'accepter notre sort.
Il se retourne et lui fait face.
Robin: Et tu vas l'épouser ?
Marian: Oui, je vais l'épouser.
Robin (en hochant la tête): Très bien.
Marian (surprise): Pardon ?
Robin: Tu me demandes de grandir, je grandis.
Sans rien ajouter de plus, il se dirige à grands pas vers la porte et sort du manoir.
Marian: Robin, où vas-tu ?
Mais Robin est déjà loin, Marian frappe rageusement une des poutres du manoir.

NOTTINGHAM:
Une réunion secrète se tient dans une maison de la ville. Merton, Woodvale, Sir Edward... tous les nobles restés fidèles au Roi Richard se sont réunis.
Merton: Des armes, il nous faudrait des armes !
Sir Edward: Nous allons faire en sorte que tous nos hommes soient armés sous leurs capes. Je vais faire mon possible pour alerter la garde personnelle.
Merton: J'ai tout de même quelques appréhensions. Si jamais le Shérif avait le projet de...
Sir Edward (l'interrompant): N'oubliez pas, le Shérif va tenter d'assassiner le Roi demain et nous aurons la garde personnelle du Roi de notre côté. Et non seulement ça, mais nous aurons le droit de notre côté ! La Justice ! Messieurs, nous avons attendu notre heure trop longtemps !
On frappe discrètement à la porte. Les conjurés sursautent et dégainent leurs armes tandis que l'un d'entre eux va entrebâiller la porte d'entrée. Much entre le premier, suivi par les autres hors-la-loi. Il se retrouve directement sous la menace de l'épée de Merton et se hâte de se présenter.
Much: Nous sommes les hommes de Robin, venus pour protéger le Roi !
Sir Edward (reconnaissant Much): Faites-les entrer, c'est vrai! Ce sont les hommes de Robin, nous pouvons leur faire confiance. Much a servi le Roi à Antioche ... (puis, chaleureux) Bienvenue Much ! Robin n'est pas avec vous ?
Much (embarrassé): Robin est ... Robin n'est pas lui-même.
Petit Jean: Il n'y a pas de Robin.
Sir Edward acquiesce tristement.

LOCKSLEY:
Le jour se lève. Robin a visiblement passé la nuit sur la colline qui domine le village. Adossé à un arbre, il semble prostré tandis qu'en bas, les villageois s'activent en vue du mariage. Thornton toussote discrètement avant d'aborder Gisborne.
Thornton: Hum, Maître, pour votre famille ...
Gisborne: Je n'ai pas de famille.
Embarrassé, le majordome commence à se retirer mais Gisborne le retient.
Gisborne: Thornton ! Tu es marié ?
Thornton: Hélas, ma femme est morte Messire.
Gisborne: Est-ce qu'elle te comprenait ?
Thornton: Euh, je crois que oui Messire ... (puis, ému) Oh oui !
Gisborne: C'est ça le secret: être compris.
Thornton: En effet Messire.
Gisborne (d'une voix caverneuse): J'ai commis des crimes.
Thornton (étonné): Vraiment ?
Gisborne: Des crimes affreux ... mais en m'unissant à Marian par les liens du mariage, je vais me laver de tous ces crimes ... son cœur innocent va purifier le mien.

MANOIR DE KNIGHTON:
Sir Edward se tient debout à côté de la voiture décorée pour le mariage, envoyée par Gisborne. Marian, vêtue de sa robe de mariée, le rejoint sous les applaudissements des domestiques.
Marian: Soyez prudent.
Sir Edward: Je le serai.
Après un dernier regard échangé entre le père et la fille, la voiture démarre et emporte Marian.

LOCKSLEY:
La voiture arrive au village où doivent être célébrées les noces. Gisborne vient accueillir Marian tandis que, dans la colline, Robin est toujours prostré.
Gisborne (ému):J'espère que ... Les décorations sur l'église, j'espère qu'elles vous plaisent ...
Marian: Tout à fait.
Gisborne: J'espère que moi je vous plais.
Marian: Vous ne devriez pas être là.
Gisborne (sur la défensive): Qui devrait y être alors ?
Marian: Vous devriez être dans l'église en train de m'attendre.
Gisborne (embarrassé): Oh ... pardonnez-moi, je l'ignorais.
Marian: N'êtes-vous jamais allé à un mariage ?
Gisborne: Non.
Marian: Allez m'attendre à l'intérieur.
Il se dirige vers l'église mais se retourne en chemin.
Gisborne: Marian, j'ai souvent rêvé de ce jour ...
Marian: Allez-y !
Gisborne: Messire Edward ?
Marian: Oh, certaines affaires l'ont retenu, il vous demande de l'excuser.
Comprenant que Sir Edward fait partie des opposants au Shérif, Gisborne ne peut retenir un soupir.
Marian: Qu'y a-t-il ?
Gisborne: Non, rien.
Il entre dans l'église. Les cloches tintent, après une courte hésitation Marian s'avance à son tour. Adossé à un arbre, Robin n'a toujours pas bougé.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Sir Edward entre à cheval dans la cour du château. Les hors-la-loi déguisés en pèlerins le suivent.
Will: C'est étrange, la bande sans Robin...
Much (grognon): C'est très bien! Il en a décidé ainsi, c'est très bien !
Much s'arrête brutalement sous la herse.
Allan (surpris): Qu'est-ce qu'il t'arrive ?
Much: Je dois faire quelque chose. Il faut que je trouve Robin!
Sans rien ajouter de plus, il part en courant laissant ses compagnons stupéfaits.
Petit Jean: Allez, c'est à nous de rentrer.
Il adresse un signe de tête aux autres hors-la-loi puis ils pénètrent ensemble dans la cour. Pendant ce temps, Much franchit l'enceinte de Nottingham et court aussi vite qu'il le peut en direction de Locksley. Alors qu'il s'arrête un instant pour reprendre son souffle, il aperçoit une petite troupe de chevaliers qui se dirige vers la ville. Immédiatement, il reconnaît les étendards aux armoiries du Roi Richard.
Much (ému, à lui-même): Sa Majesté ! ... (puis fou de joie, il va à leur rencontre en faisant de grands gestes) Hé ! Votre Majesté! Bienvenue chez vous !
Mais l'escorte du Roi le bouscule sans ménagement et le fait tomber.
Much: Hé, c'est moi Much ! Je vous ai servi dans la Garde Royale ! Votre Ma ...
Il s'interrompt soudain, sidéré, en dévisageant le Roi qui passe devant lui. Alors que la troupe s'éloigne, Much se relève, perturbé.
Much (à lui-même en regardant les remparts de Nottingham au loin): Oh, Edward ! ... (puis, en se tournant dans la direction de Locksley) Marian !
Alors que Much hésite sur la direction à prendre, le Roi et son escorte entrent dans Nottingham.
La foule: Vive Richard ! Vive le Roi ! … Vive le Roi Richard!
Rassemblés sur les marches de la cour du château, le Shérif et les nobles sont venus accueillir le Roi. Alors que celui-ci s'arrête devant eux, ils s'inclinent tous respectueusement.
Le Shérif: Votre Majesté. Soyez le bienvenu dans le Comté de Nottingham, sur les Terres Royales.
Le Roi: Nous sommes heureux de fouler à nouveau le sol anglais.
Le Shérif (en souriant): Je suis sûr que Nous le sommes.
Le Roi parcourt l'estrade installée dans la Grande Salle du château sous les applaudissements. Le Shérif, Merton, Edward, les hors-la-loi... tous sont présents.
Le Roi: Mes bons et loyaux sujets, Nous rentrons sain et sauf de Terre Sainte et Nous vous savons gré de votre chaleureux accueil. Cependant, il en est certains dans cette salle qui n'ont pas toujours été loyaux .... (des murmures se font entendre) ... qui complotent contre Notre autorité, qui ne comprennent pas la Loi et l'Ordre. Nous devons les faire taire sur le champ .... (un grand silence suit la déclaration du Roi qui se retourne soudain en criant) Qu'on arrête le Shérif Vaizey!
Le Shérif (outré): Moi?
Les conjurés se regardent, surpris mais heureux.
Le Roi: Mettez-le au cachot!
Le Shérif (en se débattant entre les deux soldats qui l'arrêtent): Moi, espèce de crétin malotru ! Moi ! Mais ce sont eux qu'ils faut arrêter ! Arrêtez-les tous !
Merton et Edward échangent un regard complice, ravis.

LOCKSLEY:
Sa voilette rabattue sur son visage, Marian entre lentement dans l'église sous les pétales de fleurs que lui lancent les villageois. Debout devant l'autel, Gisborne l'attend. Dans la colline, Robin se relève. Il ramasse son sac, son arc et son carquois et, après un dernier regard sur Locksley, il se dirige vers sa monture.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Installé dans le trône préparé à son intention, le Roi s'adresse à l'assemblée venue célébrer son retour.
Le Roi: Mes chers sujets, nous devons juger le Shérif d'après la Loi. Dans une affaire de ce genre, nous écouterons nos témoins "à la française".
Allan (à voix basse): "Témoins à la française", c'est quoi ?
Le héraut: Walter, Seigneur de Merton !
L'ami de Sir Edward s'avance vers le Roi, il s'agenouille et baise respectueusement sa bague.

LOCKSLEY:
Agenouillés devant l'autel, Gisborne et Marian écoutent le discours du prêtre qui doit les unir.
Le prêtre: Marian ... [le prêtre poursuit en latin]

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Merton est sorti seul de la Grande Salle, il écoute les instructions qui lui sont données dans le couloir attenant.
Le héraut: Walter, Seigneur de Merton, prenez à main gauche pour témoigner en faveur du Shérif, prenez à main droite pour témoigner contre le Shérif.
Sans hésiter, Merton ouvre la porte de la pièce qui se trouve sur sa droite. Attablé à un bureau, un moine dont la capuche est rabattue sur le visage, attend la plume à la main de recueillir son témoignage.
Le moine: Voulez-vous témoigner contre le Shérif ?
Merton: Oui, je le veux.
Le moine relève la tête et Merton se rend compte avec stupeur qu'il s'agit du Shérif qui affiche un large sourire.
Le Shérif: God Save The King !
Avant que Merton n'ait eu le temps de se remettre de sa surprise, le Shérif sort son poignard de sous sa coume [vêtement de couleur le plus souvent foncé des moines] et le tue.

LOCKSLEY:
Much arrive en courant au village. Il s'empare de la corde qui pend devant la porte de l'église et commence à sonner les cloches à tout rompre en criant.
Much: Arrêtez ce mariage ! Arrêtez ce mariage ! Arrêtez ce mariage, ce n'est pas le Roi !
Robin, qui commençait à partir en tenant son cheval par la bride, s'arrête soudain et tend l'oreille, intrigué par le vacarme qui semble provenir de Locksley.
Much: Le Roi est un imposteur ! Le Roi n'est pas à Nottingham !
Gisborne reste impassible tandis que Marian se retourne vers Much. Un soldat tente d'empoigner le hors-la-loi et de lui faire lâcher sa corde.
Le soldat: Viens par ici !
Le prêtre (étonné): Que le Roi soit à Nottingham ou non, cela n'a aucune incidence sur ce mariage !
Marian (à Gisborne): Est-ce que vous le saviez ?
Gisborne: Le prêtre a raison, je ne vois pas ce que cela change à notre bonheur.
Marian: Vous m'avez trompé ! Sur quoi m'avez-vous menti encore ?
Much (ceinturé par deux soldats): Il est allé en Terre Sainte ! Il a tenté d'assassiner le Roi !
Gisborne: J'ai mal agi mais vous allez laver tous mes pêchés.
Marian: Si ce n'est pas le Roi ...
Gisborne
: C'est une ruse montée par le Shérif pour débusquer tous ses ennemis.
Marian (inquiète): Mais que va-t-il leur arriver ? ... (elle obtient un regard glacial de Gisborne pour seule réponse et comprend soudain) ... Oh mon père ! Il faut que j'aille à Nottingham !
Elle se relève précipitamment et veut sortir de l'église mais Gisborne est plus rapide. Il se relève et la retient par le bras.
Gisborne: Votre père ne craint rien, j'ai pris des dispositions ! Lui seul sera épargné. Vous voyez, mon influence vous profite déjà. En tant que mon beau-père il est protégé ... (il resserre son étreinte sur le bras de Marian et répète avec hargne) "En tant que mon beau-père" j'ai dit !
Marian (froidement): Vous êtes cruel !
Much (en criant): C'est une erreur !
Le prêtre: Il vous faut un motif légal pour faire objection sinon faites silence !
Much: J'ai un motif moral !
Gisborne (hors de lui): Emmenez-le !
Les deux soldats commencent à traîner Much hors de l'église.
Much: Cet homme est un traître et un menteur ! C'est légal ça !
Gisborne lève les yeux au ciel, très énervé par les déclarations de Much.
Much: Et elle, son cœur appartient à un autre homme ! Elle vous le dira elle-même.
Gisborne est interloqué alors que Marian, sous son voile, a les larmes aux yeux.
Much (suppliant): Marian, Marian, dites-leur Marian ...
Gisborne (hautain): Oui Marian dites-leur ... (puis, en chuchotant) Pensez à votre père.
Les yeux humides, elle se retourne vers Much.
Marian: Non, c'est faux. Je suis désolée ... Je sais que tu veux bien faire mais mon cœur est bien ici.
Gisborne (au prêtre): Reprenez !
Much (outré): Comment ! Mais je ne comprends pas !
Les soldats l'entraînent loin de l'église.
Le soldat: Par ici ! On se calme !
Much (en criant): Il y a quelque chose qui ne va pas!
Le prêtre (à Gisborne): Vous avez une bague ?
Gisborne sort une bague sertie d'une grosse pierre de sa poche.
Much (en hurlant): Il a besoin de vous ! Marian !
Marian est très perturbée par ce qu'elle a entendu, elle a toujours les larmes aux yeux quand Gisborne lui passe la bague au doigt.
Gisborne: Sage décision. Un jour, vous me remercierez.
Les soldats jettent Much dans l'étang de Locksley. Marian contemple la bague à son doigt puis, lentement elle la retire pour l'enfiler à son annulaire droit.
Le prêtre (étonné): Non, la main gauche ! L'anneau se porte à la main gauche !
Marian (en criant): Non, la droite c'est mieux !
Elle arrache la voilette qui cachait son visage et envoie une bonne droite dans le visage de Gisborne qui tombe à la renverse. Marian sort alors en courant de l'église en regardant autour d'elle. Son visage s'illumine en voyant arriver Robin sur son cheval au grand galop.
Robin: Voulez-vous prendre cet homme, et ce cheval, comme moyens de vous sortir d'ici ?
Marian (radieuse): Oui je le veux !
Elle s'élance aussitôt dans sa direction. Much s'extrait péniblement de l'étang tandis que Robin arrête sa monture vers Marian.
Much (essoufflé): Maître ! Le Roi ! … Ce n'est pas le Roi ! … C'est un imposteur !
Robin: Un imposteur alors ? Je le savais ! ... (puis, soucieux) Qui y est allé ?
Much: Tout le monde!  Les nôtres ...
Marian (l'interrompant, inquiète): Robin ! Mon père ! Il est à la tête de la rébellion !
Robin tend la main à Marian et l'aide à se hisser derrière lui sur son cheval. Ils s'élancent tous deux au galop en direction de Nottingham suivi par Much. En sortant de Locksley, Marian arrache son voile de mariée et le lance au gré du vent.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Les auditions "à la française" se poursuivent.
Le héraut: Edward de Knighton, ancien shérif de Nottingham !
Allan (en lui tapant sur l'épaule): Racontez-lui tout Edward !
Sir Edward: Comptez sur moi.

LOCKSLEY:
Deux soldats rejoignent Gisborne resté debout seul au pied de l'autel.
Un soldat: On peut vous la ramener Messire !
Gisborne se penche et ramasse la bague que Marian a jetée par terre en s'enfuyant de l'église. Son visage est marqué sous l'œil suite au coup de poing qu'elle lui a donné.
Gisborne (sombre): Non, laissez-la y aller.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Sir Edward s'agenouille à son tour devant le Roi et baise respectueusement la bague qu'il lui présente puis il se dirige vers le couloir emprunté précédemment par Merton.
Le héraut: Monseigneur Knighton, prenez à main gauche pour témoigner en faveur du Shérif, prenez à main droite pour témoigner contre le Shérif.

Robin, Marian et Much s'arrêtent devant les portes gardées de la ville de Nottingham.
Robin: On ne doit pas être vus ensemble.
Much: On ne rentrera pas de toute façon !
Marian: J'essaie la poterne de l'est.
Robin: J'essaie vers l'ouest !
Elle descend de la monture de Robin et commence à courir vers le mur est, tandis que les hors-la-loi s'élancent à cheval dans la direction opposée. Soudain elle entend la voix de Robin derrière elle.
Robin: Marian !
Elle se retourne aussitôt et revient à sa rencontre le sourire aux lèvres.
Marian: Robin !
Robin arrête son cheval et se penche doucement vers Marian. Tous deux échangent alors un baiser. Il se redresse ensuite en souriant et contemple son visage radieux. Après un dernier regard, Robin fait faire demi-tour à sa monture et s'élance au galop vers la poterne ouest tandis que Marian, ravie, repart vers l'est.

Sir Edward arpente le couloir qui le conduit tout droit vers le piège mortel du Shérif. Pendant ce temps, les deux hors-la-loi sont arrivés au pied du château. Robin avise une corde.
Robin (en lui lançant son arc): Much !
Il accroche la corde à l'une de ses flèches puis Much lui rend son arc.
Much (pas rassuré): Il faut grimper ? … Vous savez l'escalade, moi je ...
Robin ne prend pas le temps de lui répondre et tire en direction des créneaux. Sir Edward est arrivé au bout du couloir et, comme Merton avant lui, il oblique à droite. Dans la petite pièce, le faux moine repose sa traditionnelle question.
Le Shérif (le visage masqué par sa capuche de moine): Voulez-vous témoigner contre le Shérif ?
Deux flèches se plantent dans le bureau, clouant par la même occasion les larges manches de la coule du moine sur le meuble. Le Shérif redresse brusquement la tête pour découvrir Robin, hilare, debout devant lui.
Robin (en riant): Réponse: non !
Alors que le Shérif se débat rageusement pour se libérer, Robin, Much et Sir Edward courent vers la Grande Salle. Much ouvre brusquement la porte et entre le premier.
Much: C'est un piège!  C'est un piège! ... (il saute sur l'estrade et désigne le Roi) Cet homme n'est pas le Roi !Arrêtez cet imposteur !
Petit Jean (sidéré): Quoi !
Allan: J'étais sûr que c'était une blague !
Le Roi (désignant Much): Saisissez-le !
Much (à ses compagnons): Fuyez ! Allez !
Alors qu'ils tentent tous de gagner la sortie de la Grande Salle, Robin entre à son tour en courant, son arc dans une main, la corde dans l'autre.
Robin: J'arrive !
Des gardes armés de hallebardes font face aux hors-la-loi.
Allan
: Mais en fait, ce n'est pas drôle !
Petit Jean (en renonçant à se mesurer aux soldats trop nombreux): Non.
En les rejoignant, Robin comprend instantanément qu'il leur faut trouver une autre issue. Il assomme d'un coup d'arc un soldat derrière lui, dégageant ainsi l'accès à l'escalier qui permet de sortir de la Grande Salle. Il fait ensuite signe à ses compagnons.
Robin: Allez, on s'en va !
Les hors-la-loi passent les premiers et Robin ferme la marche.
Allan: Je nous voyais déjà au chômage !
Will: C'est bon de te retrouver !
Robin (avec un large sourire): C'est bon de vous retrouver
Il s'engage en courant derrière eux dans l'escalier mais s'arrête net, interpellé par le Shérif.
Le Shérif: Robin ! Tu vas trop vite mon bon ami ! ... (Robin se retourne et découvre que le Shérif tient Much sous la menace de son poignard) ... Navré de te couper en plein élan Locksley, mais tu sais bien comment ça se passe ... Mains en l'air, vous autres ! ... Tu m'as gâché mon petit jeu Locksley !
Robin lance une extrémité de sa corde à Petit Jean qui se tient tout en haut de la salle, derrière la balustrade.
Robin: Jean ! Attrape !
C'est Allan qui attrape la corde le premier au moment où deux soldats surgissent derrière lui. Pendant que Petit Jean les maîtrise, Allan entreprend d'enrouler la corde autour des deux hommes. Simultanément, Robin tire en direction du plafond une flèche à laquelle il a attaché l'autre extrémité de la corde. La flèche rebondit plusieurs fois à travers la salle avant de venir se ficher dans la sandale du Shérif, entre deux orteils. Incrédule, il regarde son pied et Much en profite pour se dégager et s'enfuir. Les hors-la-loi font alors basculer les deux soldats ligotés du haut de la balustrade et le Shérif se retrouve aussitôt pendu par le pied au plafond de la salle. Sir Edward et Marian, qui vient de le rejoindre, sont admiratifs et ravis. Robin finit de gravir l'escalier pour rejoindre ses amis tout en gardant le Shérif sous la menace de son arc.
Robin: Que personne ne bouge !
Alors que le Shérif vocifère la tête en bas, Robin ajoute, très satisfait.
Robin: Je crois que nous pouvons dire sans crainte, que l'audience avec le Roi est suspendue !
Marian le regarde en souriant.
Robin (radieux): Allez, venez les gars, on rentre à la maison !
Il adresse alors un clin d'œil à Marian, radieuse elle aussi, puis disparaît à la suite du reste de la bande.
Le Shérif: Revenez ! Descendez-moi de là, espèce de crétin malotru !
Les hors-la-loi descendent les escaliers du château puis, dans un parfait ensemble, sautent de joie en poussant un grand cri de victoire.

*** Fin de l'épisode ***

***** FIN DE LA SAISON 1 *****

Ce script a été réalisé par Allthingsrobin sur le site Hood Winked.
This transcript was made by Allthingsrobin on
Hood Winked.

 

Recap of Episode Twelve

OPENING CREDITS

SHERWOOD FOREST. CAVE. EXTERIOR.
The Sheriff and Gisborne, on horseback, several guards and Gisborne’s men arrive outside the cave.
SHERIFF: Calls out: You’re getting slack, my friend !
Little John and Much scramble from the cave entrance to behind two large boulders, unseen.
Could it have been easier for me, hm ? If you’d led me by the hand to your little hidey-hole ?

INTERIOR.
Robin is listening, kneeling by Marian, staring at the wall, intense with rage.

EXTERIOR.
SHERIFF: A clue: no.
MUCH: Muttering: Allan. Where are Allan and Will ?
Much slams arrow points into the ground behind a boulder and sets onein his bow as Little John watches the Sheriff ’s advance.
LITTLE JOHN: to Much: Now.
Little John and Much stand up, in view of the oncoming party. Much points an arrow at the Sheriff.
MUCH: Yelling at the Sheriff: Stand !
SHERIFF: Unconcerned, feigned slight surprise: Oh.
MUCH: Stand or we shoot !
The Sheriff and Gisborne stop. The Sheriff looks around for more of Robin Hood’s men.
SHERIFF: Er, there are two of you !
MUCH: Last warning !
SHERIFF: Quietly to Gisborne, still looking at Much: How many do you think there could be of them ?
GISBORNE: A dozen or so at the most... The Sheriff chuckles. ... of the inner circle.
SHERIFF: Suddenly serious. And how many of the outer circle ?
GISBORNE: I don’t know.
SHERIFF: to Much: You seem to misunderstand me, my friend !

INTERIOR.
Djaq pushes Pitts up against the wall, her sword at his throat.

EXTERIOR.
SHERIFF: You do not have a bargaining position.

INTERIOR.
DJAQ: Robin, what do I do with him ? If he dies you have nothing against Gisborne.
Robin is still entranced with rage.

EXTERIOR.
SHERIFF: Quietly. Wait ! Why are they not running ? Why are they not running ? Hood must be in there.
MUCH: John ? Now what ?
Little John glances at Much.
SHERIFF: Bored now. Kill them ! Motions advance with his arm.
GISBORNE: Positions !
The soldiers line up in front of the Sheriff and Gisborne.
MUCH: John, I think we’re gonna die.
Little John bends down to the ground as the soldiers and archers line up.
LITTLE JOHN: A good day. Rubs black earth under his eyes.
MUCH: What ?
LITTLE JOHN: Gruffly: A good day to die.
MUCH: What ?
LITTLE JOHN: It’s a saying.
GISBORNE: Take aim !
MUCH: I hate sayings.
Little John and Much stand ready. The archers pull back their bowstrings. A pause, then an arrow flies from behind Much and Little John and hits a soldier squarely in the chest in front of the Sheriff.
SHERIFF: Pointing: There’s Hood ! Shoot !
Robin bursts out of the cave and slams several arrow points into the ground.
MUCH: Quietly chastising Robin: Robin.
Robin nocks an arrow and has another one tucked in between his fingers, ready to be nocked quickly. He shoots one and the Sheriff ducks. Robin shoots the other as the archers shoot back, forcing Much to duck an arrow.
SHERIFF: Sits back up, hand over his mouth. Ah ! My tooth !
Robin shoots at Gisborne, who has to duck as the soldiers retreat. Robin grabs his arrows from the ground and rolls down the hill as more arrows fly past him. Much shoots down an archer.
Where’s my tooth ?
Robin stops near Much and Little John and slams the arrow points into the ground, keeping three in his hand. The Sheriff is on his hands and knees, looking for the tooth just knocked out of his mouth by his quick duck.
Gisborne, where’s my tooth ?
Robin shoots an arrow. A soldier falls right in front of the Sheriff on the ground.
What is this ? Hood does not kill.
Robin has four arrows set, one nocked on the string, three more between each of his fingers. He shoots them in rapid succession as Djaq and Pitts duck the archers’ arrows coming in at them. An archer and four soldiers go down.
PITTS: Waving a bandage. Do not shoot !
Much barely ducks an arrow flying past his head. Pitts runs down the hill past Robin, Much and Little John, and right into Robin’s line of fire.
Sir Guy, it’s me !
ROBIN: Move !
PITTS: Sir Guy ?
GISBORNE: Kill him !
PITTS: I have always served you well !
GISBORNE: You’ve served your purpose. Kill him !
Pitts turns to run away but is shot in the back and falls face down. Robin is stunned for a brief second, then regains his composure and draws.
SHERIFF: Pointing at Gisborne. You’re learning.
Robin fires at Gisborne, who ducks the arrow. Little John’s upper sleeve is pierced by an arrow.
GISBORNE: Second line forward !
The mounted soldiers advance. Robin throws down his bow, draws his scimitar and runs forward. Much and Little John hear the ring of the scimitar and glance back at Robin.
MUCH: Draws sword and looks at Little John. It is a good day.
Robin charges. Little John, Much and Djaq follow, yelling.
LITTLE JOHN: Come on then !
The Sheriff stands behind his horse, frightened and confused.
SHERIFF: What is this ? Is this suicide ?
The Sheriff ducks behind his horse as the gang yell and charge.
MUCH: We fight for Robin Hood and King Richard !
Robin engages a soldier. Much engages two. Robin is hacking at the soldiers, showing no mercy. Little John swings his staff and knocks down soldiers. Robin clears his path to Gisborne on his horse. They stare at one another, Robin with rage in his eyes.
Suddenly an arrow flies at Gisborne’s head. Gisborne has to duck. It’s from Allan’s bow. Robin looks back to see Allan and Will running to join in. Robin turns around and takes out more soldiers
.
MUCH: Allan !
SHERIFF: Do something, Gisborne !
GISBORNE: Regroup !
Allan takes a shot at the Sheriff but he ducks. The arrow hits a soldier instead.
SHERIFF: Get me out of here.
Will charges, yelling, and fights off the soldiers with his axes.
ALLAN: (I fight for)... Robin Hood and King Richard ! Joins the fray with his sword.
All the gang are stabbing, slicing, et cetera, and showing no mercy. The Sheriff is running wildly trying to find an escape.
GISBORNE: Move back !
The gang keep attacking and all the soldiers run off. Little John wildly pulls the arrow out of his sleeve. The Sheriff and Gisborne gallop off.
SHERIFF: Those blithering idiots cost me my tooth ! Slaps Gisborne’s shoulder.
The gang spin around, watching their opponents riding or running off. Battle over, they catch their breath. Much falls to his knees and sits on his heels. Robin slowly goes down to one knee, leaning on his scimitar, hanging his head.
LITTLE JOHN: Where were you two ?
Will is silent.
ALLAN: I can explain.
Little John turns to Allan.
It’s a woman, a mother, was giving birth to this newborn babe, right ?
WILL: Simply, guiltily. We were going to take the haul. Gisborne’s money.
Little John looks at Will.
We we gonna take it to Scarborough.
Robin looks up weakly at Will.
ALLAN: Yeah... what can I say ?
WILL: Sorry !
Much stands up with a look of disbelief. Sincerely: Really.
Robin hangs his head.
ALLAN: Well, we’re here now. Saved your bacon, actually.
Little John looks at Will. Much stares sombrely at Allan, as does Djaq. Allan doesn’t understand why everybody is silent.
What ?
Little John looks at Allan.
We said sorry.
MUCH: Marian. Gisborne stabbed her last night.
Allan is surprised.
And she’s...
ROBIN: Looks up. Quietly: She’s dead.
Allan looks at Will, who stares, stunned, at Robin.
Marian’s dead.
Robin lifts his scimitar slightly and drives the point into the ground, then stands and leaves it there as he heads back to the cave.

INTERIOR.
Marian lies on the rock “bed.” Little John enters first with a torch. The others gather nearby.
DJAQ: We need to bury her.
ROBIN: Voice all but breaking. Quietly: We must take her to Knighton Hall, to her father. Long pause. John, I want you to... trying not to break down. Djaq, prepare her body. Takes a step towards Marian. Will, I need you to make... Sighs. I need you to make a coffin.
LITTLE JOHN: Sh-sh-sh-sh. Shh. Takes a step forward to Robin. In good time. First, we say goodbye.
WILL: With his determined look but a soft voice. She was a good woman. Kind and considerate.
MUCH: Good ? Steps forward next to Robin. Oh, she was... Nods. She was... Nods.
ALLAN: Steps forward next to Much. She was all right... Yeah.
LITTLE JOHN: Her we liked.
ROBIN: Her we loved. Her I loved. I loved her and I never told her.
MUCH: Well, she knew. Sniffs. We all knew.
Allan frowns at Marian, then steps forward, staring at her.
ALLAN: I’m not being funny, right ? She’s breathing !
Will steps forward. Robin stares, not daring to hope. Djaq holds her sword under Marian’s nose, and sees her breath.
DJAQ: On the blade. She is breathing.
ALLAN: Eh ? Told ya !
ROBIN: Goes to Marian. What ?
DJAQ: Unbuttons Marian’s coat. The physician’s draught. I have heard of this before. Hemlock ! Too much and the body freezes. Opening Marian’s eyes, one at a time, to check her pupils: The breathing stops. But if one is young and strong, body fights back. Comes back from the dead !
ALLAN: She died ?
DJAQ: And came back !
MUCH: Oh, that is...
All are happy and relieved.
ROBIN: Marian ? Marian ? Rubbing her cheek. Marian ?
Marian opens her eyes. Robin laughs in relief.
MARIAN: Where have I been ?
ROBIN: Quietly: I don’t know... but I’m glad you’re back ! Laughs again.
Marian looks weakly and confused at Robin.

NOTTINGHAM CASTLE. SHERIFF’S QUARTERS.
The doors open and the Sheriff and Gisborne enter.
GISBORNE: It would have been nice to have dealt with Hood before the King returns.
The Sheriff laughs.
What ?
SHERIFF: The King is not coming.
Cups water from a bowl in his hands and sucks in the water.
GISBORNE: What do you mean the King is not coming ?
SHERIFF: Spits the water back into the bowl. He is in the Holy Land. Spits again. I have arranged an impostor. Think about it. Is the real King, who spent God-knows-how-long fighting in the Holy Land, going to stop off in Nottingham on his way home for a chat ? A clue: no! Sits.
GISBORNE: Why ?
SHERIFF: How many of our friends are against us ? Hm ? Our pathetic lords. Merton, Woodvale, Edward, hm ? How many of them are scheming ? Smiling at us ? Lying ? Biding their time ? Nodding their heads ? All the while preparing for the return of their King, the precious Richard the Lion-Hearted. Preparing, hm ? To turn against us the minute he walks through that door.
GISBORNE: I don’t know.
SHERIFF: None of them have ever seen the King. So, this way we find out, hm ? The plots bubble to the surface. The rats come scurrying out of the woodwork.
GISBORNE: Why didn’t you tell me ?
SHERIFF: Not at all apologetic: Oh, sorry. Nothing personal, hm ?
Anyway, you should thank me. You get to marry the girl.
GISBORNE: Yeah, but based on a lie. The King is not really coming.
SHERIFF: Oh, isn’t that despicable, hm ? I don’t know how could you possibly live with yourself.
GISBORNE: Looks down. What if Edward is one of them ?
SHERIFF: Slams his hand on the table. Roars: I will hang him !

SHERWOOD FOREST. HEADING TOWARDS KNIGHTON.
The gang have fashioned a stretcher suspended from two tent poles and are carrying Marian home. Djaq leads the way. Robin and Much carry the forward poles. Little John holds up both rear poles. Marian is pale and rests fitfully.
LITTLE JOHN: Swap !
Allan and Will take the forward poles, replacing Robin and Much.

KNIGHTON. INTERIOR. MARIAN’S BEDCHAMBER.
Little John carries Marian into her room. Djaq and Robin follow, then Edward, Allan and Much. Will watches the garden from the window over the stairs. Little John gently places Marian on her bed and Djaq, from the near side, pulls up the covers. Robin stands at the foot, staring and worried. Edward stands over Marian on the far side of the bed.
EDWARD: Robin, this is my fault.
ROBIN: No. It was the Sheriff and Gisborne’s.
EDWARD: Stepping to Robin. When the King returns, the Sheriff will make his move. You know that. He will try to kill the King. Help me stop him.
Robin turns his head away.
My daughter’s wedding takes place in Locksley on Saturday.
Much is listening. Little John takes off his coat.
At the same time, the Sheriff will meet the King in Nottingham. Maybe he’s thinking I and others will attend the wedding and leave him free to assassinate the King.
Djaq looks at Little John’s arm where the arrow grazed him. Little John shakes his head, implying it’s nothing.
But we must forget the wedding. We must be in Nottingham.
ROBIN: We ? Shakes his head slightly. I don’t think so.
EDWARD: You, me and a number of loyal nobles.
Robin looks at Marian.
Now is the time to act, to stand up and defend our king. Join us.
ROBIN: Slightly angry: What about Marian ? She cannot be left to meet Gisborne at the altar.
Will enters.
WILL: Whispers: Gisborne !
Edward looks at Will, then Robin.
EDWARD: I’ll get rid of him. Goes downstairs.
Allan looks out the window to see Gisborne dismounting. From downstairs, a knock is heard. Marian stirs. Much looks wildly around for a place to hide. Robin is still standing at the foot of the bed, staring seriously at Marian.
Heard from downstairs: (The door opens
.
EDWARD: Sir Guy ?
GISBORNE: I’ve come to see Marian. There’s something I need to speak to her about.
EDWARD: She’s indisposed.)

MAIN ROOM.
Gisborne is standing at the door.
GISBORNE: Indisposed ?
EDWARD: Sleeping.
GISBORNE: He knows Edward is hiding something: At this hour ?
EDWARD: She is... unwell.
GISBORNE: She’s not here.
EDWARD: She is here.
GISBORNE: Looks down, sighs. I knew it. I knew she would not keep her promise. She cannot run from me.
EDWARD: Protesting. Sir Guy, I assure you that—
GISBORNE: Interrupts: Do not “Sir Guy” me. Steps inside. Where is she ?
EDWARD: She’s been injured. I do not know how. Perhaps a fall in the woods.
GISBORNE: Pushes Edward aside. Don’t lie to me ! Goes upstairs.
EDWARD: I am not lying ! Closes the front door and follows Gisborne upstairs.

MARIAN’S BEDCHAMBER.
Robin stands still as footsteps come up the stairs. The bedchamber door opens and Much quickly steps behind it, hidden.
GISBORNE: Sees Marian in the bed. Ah.
EDWARD: I told you.
Gisborne steps to Marian’s bedside. Edward looks around for the others and sees Robin pressed against the ceiling over Marian’s bed. Gisborne leans over Marian.
GISBORNE: She looks pale. Marian ?
Marian opens her eyes, sees Gisborne, and then Robin and frowns slightly.
Sh-shh. It’s all right. It’s only me.
Marian’s eyes flicker from Robin to Gisborne, then close.
She is unwell. I will send for a physician.
EDWARD: No need. I’m sure rest and recuperation...
Edward pushes Little John’s foot further under the bed with his.
Perhaps the excitement of the wedding. Reaches out to Gisborne’s shoulder.
Gisborne stands and follows Edward a few steps back as Marian opens her eyes
.
GISBORNE: Is that true ? The wedding excites her ?
Marian stares at Robin.
EDWARD: You wanted to tell her something ?
GISBORNE: Yes.
Robin and Marian both look at Gisborne.
Tell her I am also... pauses, shakes head. Goodbye. Leaves abruptly.
Marian looks at Robin.

EDWARD: Goodbye, Sir Guy. Follows Gisborne out and closes the door behind them.
Much breathes a sigh of relief. Little John crawls out from under the bed. Will jumps down from inside the chimney. Allan pulls himself up on the windowsill outside.
MUCH: Walks across the room. “I will send for a physician.” He just killed one.
Robin drops down from the ceiling.
He is revolting.
Allan crawls in the window.
MARIAN: Weakly: Killed one ?
MUCH: Yes. Pitts.
A knock is heard in the room. Much looks behind him. Allan and Will open the trunk along the wall to reveal Djaq as Robin walks around the foot of the bed and sits at Marian’s side.
We thought he would denounce Gisborne, but he was a traitor. He was also revolting. I’m glad he is dead.
Marian frowns.
ALLAN: Yeah, but she’s got to marry Gisborne now. Tomorrow.
MUCH: True.
Edward opens the door and enters.
ROBIN: Marian, I will find another way out of this.
EDWARD: Slowly: Robin, I need to speak to you.

OUTSIDE MARIAN’S BEDCHAMBER.
Robin and Edward step onto the landing outside. Robin leans on and looks out the window.
EDWARD: Do you really have another way out for Marian ?
ROBIN: Quickly, a bit desperate, turns to Edward. I will think of something.
EDWARD: If you cannot stop it, then do not speak of it.
ROBIN: Desperately: Once Marian is married, it can never be undone.
EDWARD: Then what is your plan ?
ROBIN: Sighs and hangs his head, then looks at Edward. Quietly: Edward, I will think of something.
EDWARD: No! That is not good enough.
Robin turns to look out the window, frustrated.
You will raise Marian’s hopes. You will raise her hopes only to see them dashed. If you care about her, spare her that. If you cannot save her, I beg you, do the right thing. Let her go.
ROBIN: Chuckles. Turns to Edward: You know something ? Looks through the door at Marian. I am sick of doing the right thing.
Robin looks like he is about ready to cry, then goes downstairs.
EDWARD: Calling after him: Robin ? I need your help. The front door closes below. Robin !

LOCKSLEY.
Robin sits on the hillside overlooking the village, his arms around his knees. Much walks up behind him.
MUCH: I knew you’d be here.
ROBIN: It is my village.
Much sits nearby, a bit downhill from Robin, facing the village.
MUCH: Smiling: Remember the times we used to sit up here ? Sit up here and say there was no finer place in England. Sighs, contented.
ROBIN: Quietly: Gisborne is stealing my life.
MUCH: Pauses before answering. Then you must let him. Looks at Robin. You heard Edward. The King is in danger, and what is Locksley if England can’t be saved ?
ROBIN: At this moment I care more about Locksley than England.
MUCH: It isn’t Locksley, is it ? It’s Marian. Silence. We must let her go. Robin quietly glares at Much. I say we. I mean you.
ROBIN: There must be a way.
MUCH: Robin, the King is coming back. And if we can stop the Sheriff from messing things up, then England will be right again.
ROBIN: Nods subtly, staring at Locksley. Will it ?
MUCH: Eagerly: Yes. The Sheriff will be out. You’ll be in. We’re talking days, surely. I mean, you’ll have your lands back. You’ll be in Locksley. I’ll be in Bonchurch.
Robin closes his eyes.
It’s not a huge estate, but it’s big enough. Robin smiles a bit. A man could easily get lost on it, easily. Sighs.
ROBIN: Smirking. You know something ? If you want to get lost... why don’t you start practising now ?
MUCH: Looks at Robin. You don’t mean that.
Robin chuckles. Much scoots up the hill to sit even with Robin.
Playfully
: You know a smaller man would be offended. A smaller man would wounded.
ROBIN: You see, there is no smaller man, Much.
Much glares at Robin. Robin looks down at Locksley.
You are the smaller man. All you care about is the roof over your head, the food in your belly... You speak every facile thought that comes into your head. Looks at Much. You’re like a pox on my skin. I keep scratching... but you never go away.
Much stares, face falling, then shoves Robin’s shoulder, hard. Robin falls over and slowly sits back up.
MUCH: You go away.
Much stands and storms off. Robin stares at Locksley for a moment, then hangs his head.

KNIGHTON HALL. INTERIOR. MAIN ROOM.
Marian gingerly makes her way downstairs. Edward turns around from the table where he was preparing a tray for her.
EDWARD: Marian ?
MARIAN: What is happening with Merton and the other nobles ?
EDWARD: They are ready, making preparations.
Edward grabs a chair for Marian.
MARIAN: Will you get word to the King ?
EDWARD: If we can. I not, we will protect him as he arrives in Nottingham.
Marian sits down.
MARIAN: It is so dangerous. Any move against the Sheriff, if you were to be caught...
EDWARD: I have waited too long, Marian.
MARIAN: And Robin ?
EDWARD: What of him ?
MARIAN: Well, he used to be in charge of the King’s private guard. He will assist you.
EDWARD: I think not.
MARIAN: Why ?
EDWARD: He wants to stop you wedding.
MARIAN: Quietly: He cannot.
EDWARD: I have told him.
Edward brings the tray over and sets it by Marian.
MARIAN: Do you believe Gisborne went to the Holy Land ? Tried to kill the King ? Attacked Robin ?
EDWARD: Shakes his head. I do not know what to believe any more.
MARIAN: Thinks. Will you take me to him ?
EDWARD: Robin ?
MARIAN: No, Gisborne. I need to ask him.

LOCKSLEY.
Gisborne’s coach arrives. Robin, still up on the hillside, looks up at the sound and then retreats into his depression.

LOCKSLEY MANOR. COURTYARD.
Gisborne is giving instructions to his men in the main room.
GISBORNE: Get out and scour the country for the Nightwatchman !
Marian gets out of the coach and walks through the tunnel towards the front door. Edward sits inside and waits.
I want him found by sunset !
Gisborne follows his servants carrying the broken door out of the main room and sees Marian.
Marian.
MARIAN: I am quite well. Steps towards him.
GISBORNE: Er, a robbery. A small thing. Hangs the axe on a beam. But I’ve taken extra precautions. You’re entirely safe.

MAIN ROOM.
MARIAN: Enters the manor. I hope you have not lost anything important.
GISBORNE: Darkly: I’ll get it back.
Marian turns around as Gisborne enters.
MARIAN: Sir Guy, I must ask you a difficult question.
GISBORNE: I’m intrigued.
MARIAN: Did you try and kill the King in the Holy Land ?
GISBORNE: Smiles slightly, then his face falls a bit. Pardon ?
MARIAN: Is it true ? That last year you were not in quarantine with a fever... Gisborne turns away and takes a few steps ... but that you travelled to the Holy Land, you and others dressed as Saracens and tried to kill the King ?
GISBORNE: Robin Hood.
MARIAN: What of him ?
GISBORNE: Turns to Marian. Been talking to him ?
MARIAN: This is a rumour which has been circulating and I need an answer. I could not marry you if it were true.
GISBORNE: Sighs. Rumours, Marian. Circles her. You need to be more careful [intensely in her ear] who you listen to.
Marian is amazed.
The day the King returns is a day of joy for me. It is the day that I marry you.
MARIAN: I am not sure.
GISBORNE: Well, you must be sure.
MARIAN: But—
GISBORNE: Interrupts: Have you not seen what to do to me ? My passion for you ?
Gisborne leans in and kisses Marian.
I have never felt like this before.
MARIAN: I must go.
GISBORNE: Stay.
MARIAN: I must go.
GISBORNE: Catches Marian’s arm. Not until you tell me you believe me.
MARIAN: Flatly: I believe you. Smiles slightly and leaves.
Gisborne looks up, gives a small sigh, then sits and sighs deeply, leaning back
.

KNIGHTON HALL. INTERIOR. MAIN ROOM.
Marian drops her Nightwatchman’s mask into the fireplace, then drops her cloak in front of it. Robin appears in the rear open doorway.
ROBIN: How are you feeling ?
Marian looks up, surprised. Robin leans on a post with wide, sad eyes.
MARIAN: I’ve been to see Guy. I’ve challenged him.
ROBIN: And let me guess. Steps towards Marian. You asked him if he was a traitor, he said he wasn’t, and you believed him.
MARIAN: Yes.
Robin nods once and leans on the post at the foot of the stairs and looks out the open front door.
Robin, I think you’ve been wrong about him.
ROBIN: No. Trust me. I’ve been right about him.
MARIAN: Maybe the difference between you and him is not so huge.
Robin’s eyes drift away.
And isn’t that your thesis ? Isn’t that the Robin Hood world view ?
ROBIN: What thesis ?
MARIAN: That one man is much like another. That the poor are no different from the wealthy and just as deserving. Why can’t you apply your charitable principles to somebody who’s been deprived in a different way ? Deprived of love.
ROBIN: Raises eyebrows in disbelief: Deprived of love. Robin crosses to fireplace as Marian reveals her frustration and takes a step to the post by the stairs. Robin notices the mask in the fire. The Nightwatchman.
MARIAN: Turns to face Robin. This is goodbye, Robin. Robin sighs and turns around.
It’s time for us both to grow up and accept our lot in life.
ROBIN: Turns to face Marian. Are you marrying him ?
MARIAN: I am marrying him.
ROBIN: Defeated. Very well.
MARIAN: Surprised: Pardon ?
ROBIN: Walking past Marian: You said grow up, and I’m growing up.
Robin passes her and leaves the house through the back door.
MARIAN: Frowns. Robin, where are you going ?
Robin doesn’t answer and continues on his way. Marian slams her hand into the post in frustration. She expected Robin to keep fighting for her.

MERTON HALL. INTERIOR. NIGHT.
MERTON: Arms. What about weapons ?
EDWARD: We will make sure all our men are armed under their cloaks. I will alert the King’s private guard as best I can.
MERTON: I am anxious. What if the Sheriff is planning to—
EDWARD: Interrupts: Remember, the Sheriff will try to kill the King tomorrow. We will have the King’s private guard on our side. And not just that. We will have right on our side. Justice.
Merton nods.
My lords, we’ve been biding our time for too long.
A knock sounds on the door. Merton goes over, draws his sword and points it at the door. The door opens to reveal Much, Will, Little John and Allan.
MUCH: We are Robin Hood’s men, here to protect the King.
EDWARD: Let them in. They are Robin’s men. We can trust them.
Much served the King in Antioch. Steps aside. Welcome, Much. Robin is not with you?
MUCH: Robin is... by himself.
LITTLE JOHN: There is no Robin.

LOCKSLEY. THE NEXT MORNING.
Robin has spent the night on the hillside with his back to a tree.
Birds are chirping. Robin sits looking at the village, utterly depressed.
Meanwhile, the villagers are gladly preparing for the wedding. Gisborne steps out of the church, walking along the pond and watching the hubbub. Thornton approaches him
.
THORNTON: Clears his throat. Oh, Master ? About your family.
GISBORNE: I have no family, Thornton.
Thornton hides his surprise and turns to leave.
Thornton... Thornton turns back. Are you married ?
THORNTON: Alas, my wife has died, sir.
GISBORNE: Did she understand you ?
THORNTON: Thinks. I... smiles... think so, sir. Yes. Chuckles.
GISBORNE: That is the thing, isn’t it ? To be understood.
THORNTON: Oh, yes indeed, sir.
GISBORNE: Looks at his reflection in the pond. Sighs. I have committed crimes.
THORNTON: Really ?
GISBORNE: Looks at Thornton. Heinous crimes. Thornton stares at him.
But by taking Marian in holy wedlock... I will wash away those crimes.

KNIGHTON HALL. EXTERIOR.
Marian unhappily steps out of the house in her wedding attire.
(Overdub of Gisborne’s words to Thornton:
GISBORNE: Her pure heart... will cleanse mine.)
Marian walks to Edward, standing by the coach.
MARIAN: Be careful.
EDWARD: I will.
Marian steps into the coach.

LOCKSLEY.
Marian’s coach arrives. Gisborne walks over to meet it. Marian gets out and looks around as Robin slouches on his tree, watching.
GISBORNE: I hope the decorations... the church... I hope they please you.
MARIAN: They do.
GISBORNE: I hope I please you.
MARIAN: You should not be here.
GISBORNE: Darkly: Who should be here ?
MARIAN: You should be inside the church, waiting for me. Steps past Gisborne towards the church.
GISBORNE: Turns around to walk with her. Forgive me. I was unaware.
MARIAN: Have you never been to a wedding before ?
GISBORNE: No.
MARIAN: Well, wait inside for me.
Marian stops. Gisborne takes a few more steps towards the church, then turns back.
GISBORNE: Marian, I have dreamed of this day.
MARIAN: Quietly: Go.
GISBORNE: Realising her father is not with her: Sir Edward ?
MARIAN: He was needed on business. He sends his apologies.
Gisborne scoffs and gives her a dark look.
What ?
GISBORNE: Looks at Marian darkly. Nothing.
Gisborne enters the church as the bells start ringing. Marian steps slowly towards the church as Robin watches.

NOTTINGHAM CASTLE. THE MAIN GATE.
The nobles enter, Edward on horseback. The gang follow in cloaks, like monks.
WILL: This is strange. The gang without Robin.
MUCH: Annoyed. It’s fine. He’s made his decision. It’s fine. Stops.
ALLAN: What are you doing ?
MUCH: Shakes his head and pulls off his hood. There’s something I have to do. I must find Robin. Runs back through the town.
LITTLE JOHN: Come on. It’s up to us. Follows Edward in.

THE APPROACH TO NOTTINGHAM.
Much runs away from town, runs, runs. He runs up a hill and stops, out of breath. He sees the King’s company approaching.
MUCH: to himself: His Majesty. Smiles. Hey ! Whoa ! Your Majesty, welcome home ! Runs up to the guards, waving his arms. Wait !
The lead soldier pushes Much to the ground.
I’m Much ! I fought in the King’s guard. I’m— sees the King. Your Ma—
Much realises it’s not King Richard as he rides past. Much sits and thinks for a moment, then gets to his feet.
Edward. Looks towards Nottingham. Marian. Looks towards Locksley.

NOTTINGHAM TOWN.
The King’s party rides through the street to cheers by the townsfolk.

NOTTINGHAM CASTLE. COURTYARD.
The Sheriff has a smug look. The King enters the courtyard, stops and removes his face mail.
SHERIFF: Your Majesty.
He and all the nobles bow, as do the gang in the back.
Welcome to Nottinghamshire, the King’s own county.
KING RICHARD: We are glad to be back on English soil.
SHERIFF: I’m sure we are. Smiles revealing a jewel in his new fake tooth.

NOTTINGHAM CASTLE. THE GREAT HALL.
The King steps onto the long table, set up like a catwalk in the centre of the room. The nobles applaud.
KING RICHARD: Walking along on the table: My loyal subjects. We have survived the Holy Land and we are grateful for your warm welcome. However, there are those amongst us who are disloyal ...Crowd “oh”s ... who would plot against authority, who do not understand law and order.
The nobles and the gang are unsure what to make of this.
We must quash them now. Pauses.
The Sheriff looks around to see the others’ reactions.
Arrest Sheriff Vaizey ! Points at the Sheriff.
SHERIFF: Feigning surprise well: Me ?
KING RICHARD: Take him to the dungeons.
Edward and Merton can’t believe it.
SHERIFF: Me ? Me ?
Two soldiers each grab an arm of the Sheriff.
Blithering oaf ! Me ? Arrest them ! Arrest all of them ! You idiotic buffoon !
Little John and Allan laugh.

LOCKSLEY. CHURCH. INTERIOR.
Marian walks solemnly towards the open doors of the church as the villagers toss rose petals at her. Gisborne is already kneeling at the altar.
On the hillside, Robin stands, slings his bundle over his shoulder, picks up his bow and quiver, and walks towards his horse, looking back at the church
.

NOTTINGHAM CASTLE. THE GREAT HALL.
King Richard sits back in the Sheriff ’s tall chair.
KING RICHARD: Good subjects. We must judge the Sheriff according to law. In such a case... we shall hear French evidence.
ALLAN: French evidence ? What ?
KING’S GUARDSMAN: Walter, Lord of Merton.
Merton sighs, looks at Edward, nods, and goes to the King. He kneels and kisses the King’s ring.

LOCKSLEY. CHURCH. INTERIOR.
Canon Bond is officiating in Latin. Marian and Gisborne are kneeling at his feet
.
[This is what we understand, feel free to correct: Marian, vis saber hanc personam Guy Crispin Gisborne, ut sit tua legitima maritum ut cum eas vivas lux tantei ordinationem in sancto matrimonio...]

NOTTINGHAM CASTLE. INTERIOR CORRIDOR.
Merton walks down the corridor.
(Overdub of King’s guardsman’s instructions to Merton as he walks uncertainly:
KING’S GUARDSMAN: Walter, Lord of Merton, go left, à gauche, to give evidence for the Sheriff. Go right, à droit, to give evidence against the Sheriff.)
Merton reaches the end, looks to his right, and enters.
In a small room, the Sheriff, disguised and hidden in a brown cloak, sits at a small table
.
SHERIFF: In a gruff voice: Do you wish to give evidence against the Sheriff ?
MERTON: Boldly: I do.
SHERIFF: Gruff voice: Good. Looks up at Merton. Normal voice: God save the King.
The Sheriff, disguised as a scribe, pulls a dagger as Merton realises he’s been tricked. The Sheriff stabs Merton.

LOCKSLEY. CHURCH. INTERIOR.
Much runs to the door and starts ringing the bell wildly.
MUCH: Stop the wedding ! Stop the wedding !
Everybody in the church turns back to look at him.
Robin, walking along the road out of Locksley leading his horse, hears the bell and stops, puzzled by Much’s outcry.

Stop the wedding ! It’s not the King ! The King is an imposter ! The King is not in Nottingham !
Gisborne’s men grab Much and stop him from ringing the bell.
CANON BOND: Whether the King is in Nottingham or not, that has no bearing on a wedding.
MARIAN: to Gisborne: Did you know this ?
GISBORNE: The priest is right. This makes no difference. Our happiness—
MARIAN: Interrupts: You lied to me ! What else have you lied about ?
Gisborne says nothing but stares straight ahead.
MUCH: Still yelling: He went to the Holy Land ! Points at Gisborne. He tried to kill the King !
GISBORNE: Still looking ahead. I have done wrong, but you will wash away my sins.
MARIAN: If it is not the King...
GISBORNE: It is a ruse by the Sheriff to flush out his enemies.
MARIAN: What will happen to them ?
Gisborne gives her a dark look.
My father ! I must go to Nottingham ! She hurriedly tries to stand up, but Gisborne grabs her by the arm.
GISBORNE: Your father will be safe, I have made provision. He alone will be spared. You see ? My influence, it benefits you. As my father-in-law he is protected. Emphasises: As my father-in-law !
MARIAN: You are cruel !
MUCH: This is wrong !
CANON BOND: You must have legal grounds to object or remain silent.
MUCH: I have moral grounds !
GISBORNE: to his men: Get him out of here !
MUCH: While being dragged off: This man is a traitor ! And a liar ! Is that legal ? And... points at Marian... her heart belongs to another !
Marian is distressed. She is trying to think what to do. She is torn between an opportunity to stop the wedding and a chance to save her father by marrying Gisborne. Gisborne’s men stop leading Much away.
A bit quieter: Let her tell you that.
Marian is still wrestling with her decision.
Marian, my lady. Tell them.
GISBORNE: Yes, Marian. Looks out at the audience. Tell them. Softly: Remember your father.
Marian realises she must go through with the wedding if she is to save her father.
MARIAN: Looking at Much: It is not true. I am sorry. I know you mean well. But my heart belongs here.
GISBORNE: to priest: Get on with it !
MUCH: What ?!
Gisborne’s men continue to drag him away.
I don’t understand ! This is surely some mistake !
CANON BOND: You have a ring ?
MUCH: He needs you ! MARIAN !!!
GISBORNE: Putting ring on Marian’s finger: Wise decision. In time you will thank me.
Much yells as he is pushed into the lake. Marian, resolved, slowly pulls the ring off her left hand, and puts it on her right ring finger.
CANON BOND: No, the left hand.
MARIAN: No.
CANON BOND: The ring must go on the left hand.
MARIAN: No. Removes the veil from in front of her face. The right is better.
Marian punches Gisborne just below the eye.

CHURCH. EXTERIOR.
Marian runs out of the church, wildly looking around for Robin, whom she knows must be there. Robin comes into the village galloping on his horse. Marian smiles at the sight of him.
ROBIN: Do you take this man, and this horse, as your route out of here ?
MARIAN: I do !
Marian runs, smiling broadly, weaving her way through the people and tables to the main path and to Robin as Much crawls out of the lake.
MUCH: Master ! The King ! It’s not the King ! He’s an imposter !
ROBIN: A trap ! I knew it ! Who’s there ?
MUCH: Everyone ! The gang !
MARIAN: Robin, my father. He leads the rebellion.
Robin pulls Marian up behind him on his horse and turns to gallop to Nottingham. Marian takes the veil off her head and lets it fly behind them. Much rides another horse behind them.

NOTTINGHAM CASTLE. THE GREAT HALL.
KING’S GUARDSMAN: Former Sheriff, Edward of Knighton !
ALLAN: Tell it how it is, Edward ! Slaps him on the shoulder.
EDWARD: I will.
Edward steps forward. Little John shakes his head.

LOCKSLEY. CHURCH. INTERIOR.
GISBORNE’S MAN: Running in to Gisborne: We can catch her for you, sir.
Gisborne bends down to pick up the ring from the floor.
GISBORNE: No. Let her go. His look is dark.

NOTTINGHAM CASTLE. THE GREAT HALL.
Edward kneels and kisses the King’s ring, then steps towards the hallway.
KING’S GUARDSMAN: Lord Knighton, go left, à gauche, to give evidence for the Sheriff. Go right, à droit, to give evidence against the Sheriff.
The doors close behind him.

NOTTINGHAM TOWN. EXTERIOR. MAIN GATE.
Robin and Marian, on one horse, and Much, on another, arrive. They stop in front of the gate. Two soldiers stand guard.
ROBIN: We can’t be seen together.
MUCH: We’d never get in anyway.
MARIAN: I’ll try the east gate. She dismounts.
ROBIN: We’ll try the west.
Robin and Much gallop off left to the west gate. Marian starts running to the right to the east gate.
ROBIN: Marian !
MARIAN: Turning around. Robin !
Robin gallops back in front of the south gate. Marian runs back to him. Robin leans down from the horse and gives Marian a long kiss. He straightens up, smiling, as does she. Robin rides off again. Marian lovingly watches him go, then runs off again herself.

NOTTINGHAM CASTLE. INTERIOR CORRIDOR.
Edward walks down the hallway. Meanwhile, the Sheriff is waiting, the hood over his face, tapping his quill impatiently on the table.

NOTTINGHAM CASTLE. EXTERIOR. BEHIND THE INN.
Robin and Much run in. Robin finds a coil of rope hanging on the side of a cart.
ROBIN: Much.
Much looks at him. Robin tosses his bow to Much and then ties the rope around an arrow. Much realises what the plan is.
MUCH: Climbing. Robin takes his bow back. You know I hate climbing.
Robin adjusts the knot on the arrow and shoots the arrow up.

NOTTINGHAM CASTLE. INTERIOR CORRIDOR.
Edward reaches the end of the hallway. He pauses, looks to his right, then goes right.

THE SMALL ROOM.
The Sheriff, disguised, points his quill at the visitor.
SHERIFF: In a gruff voice: Do you wish to give evidence against the Sheriff ?
Two arrows in quick succession pierce the table in front of him. The Sheriff pops his head up, surprised.
ROBIN: Laughing: A clue: No !
Robin turns and leaves the room. The Sheriff makes to follow, but his sleeves are pinned to the table by the arrows. He frustratingly grabs the arrows, but can’t work them loose.
SHERIFF: Help ! Help !

INTERIOR CORRIDOR.
Robin, Much and Edward run away, back to the Great Hall.

THE GREAT HALL.
The doors open on the lower level and Much runs in through the doors by the fireplace and jumps up on the table in front of the King’s throne.
MUCH: It’s a trap ! It’s a trap! Points at the King. This is not the King !
MAN: Arrest that impostor !
ALLAN: I knew this smellt funny.
KING: Pointing at Much: Get him !
MUCH: to gang: Run !
Allan, Little John, Will and Djaq scramble away as Robin enters the Hall through the same door with the rope over his shoulder and bow in hand.
ALLAN: It’s not funny !
Allan, Little John, Will and Djaq must stop as a group of soldiers enter the lower level below the balcony.
LITTLE JOHN: No !
Robin runs in behind them, then, seeing they are trapped, turns around and knocks out a guard behind him with his bow, and beckons to the group to run up the stairs.
ROBIN: Shall we ?
ALLAN: I thought we were out of a job.
WILL: Good to have you back.
ROBIN: Smiles. It’s good to be back.
Robin runs up the stairs after them, but the Sheriff calls out.
SHERIFF: Robin !
Robin stops, frustrated, on the landing halfway up the stairs.
Not so fast, my friend !
Robin impatiently looks back at the Sheriff, who has Much bent over with a dagger to his throat.
Sorry to burst your bubble, Hood ! But... The Sheriff pulls Much up to standing by his collar. ... I’m sure you know how this goes, hm ? Hands up.
The Sheriff chuckles as Robin calmly grabs the end of the rope and looks up to see where Little John is.
Spoilt my game, Hood. Tut-tut.
ROBIN: John ! Catch !
Robin throws the coil of rope up, holding an end for himself, and Allan catches the rope next to John on the landing at the top of the stairs. Two soldiers enter through the doors there. As Robin grabs an arrow from his quiver and fits the knot over its tip, Little John throws his cloak over the two soldiers and Allan loops the rope over them. Robin aims at the ceiling, fires, and two loud ricochets are heard as the Sheriff drops his guard on Much. Marian rushes in to her father’s side, then the arrow falls down, piercing the Sheriff ’s sandal between his toes. Much realises this first, as the Sheriff is still following the arrow’s path. The Sheriff sees Much looking down, looks down himself at his shoe, and looks anxiously back up at Much. Much smiles and runs. Little John and Will push the captured soldiers through the bannister, who in turn pull the Sheriff up by his foot.
ROBIN: With his bow pointed at the Sheriff: Everybody still, if you please !
Allan smiles at the top of the stairs and glances back at Will.
I think we can safely say... an audience with the King has been suspended !
The Sheriff is furious, Edward and Marian are smiling slightly, and the gang are laughing. The Sheriff is roaring with anger.
Come on, lads ! Let’s go home.
He winks to Marian, who smiles more brightly.
SHERIFF: Come back ! Get me down from here, you blithering oafs !

COURTYARD.
Robin and the gang walk down the outside steps. Robin looks back at them all proudly. They take a few more steps, then they all throw a fist in the air and cheer.

END OF EPISODE THIRTEEN.

Kikavu ?

Au total, 28 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Phoebe0102 
03.07.2019 vers 23h

ladyMorgan 
16.05.2019 vers 10h

schumi 
24.08.2018 vers 09h

stella 
24.06.2017 vers 10h

naadd 
18.04.2017 vers 16h

loveseries 
09.04.2017 vers 03h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Locksley  (24.08.2018 à 09:57)

Tu n'es pas la seule à avoir eu envie de baffer Robin pour ce qu'il a dit à Much, ou lui jeter un seau d'eau froide à la figure pour le réveiller wink Much est une crême, les amis comme ça sont rares.
Au moins, on a notre happy end pour cette saison !

schumi  (24.08.2018 à 09:26)
C'est Marianne qui n'est pas morte bien sûr ! Satanée écriture intuitive...
schumi  (24.08.2018 à 09:25)
Youpi ème n'est pas morte!!!!! Je suis soulagée j'aime beaucoup ce personnage. Et ravie du retour de Will et allan ça n'aurait pas été pareil sans eux... j'adore allan : EUH sérieusement je la vois respirer moi lol. Robin est dévasté quand Marianne choisit de se marier quand même. Il est tellement injuste avec much... cette scène sur la coline j'en aurais pleuré pour much. J'avais envie de baffer Robin lol. Heureusement tout s'arrange à la fin mais pas sûre que gisborne apprecie....

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Découvre le hors-série de notre magazine HypnoMag, consacré à la série Roswell qui fête ses 20 ans !
HypnoMag | Hors-série 20 ans Roswell

Tentez de gagner une HypnoCard Collector Roswell grâce à notre jeu HypnoChance !
Tirage au sort le 15/10 | Collector Roswell !

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Saison 2 de Perdus dans l'Espace : votre cadeau de Noël !

Saison 2 de Perdus dans l'Espace : votre cadeau de Noël !
Vous guettiez l'annonce de la diffusion de la 2ème saison de Lost in Space / Perdus dans l'Espace ?...

The Bay rend ses conclusions ce soir

The Bay rend ses conclusions ce soir
Si vous suivez la série policière The Bay, diffusée sur France 2 depuis le 16 septembre, vous allez...

Nouveau sondage hoodesque !

Nouveau sondage hoodesque !
Il est plus que temps de baptiser la fille (fictive) de Robin et Marian. Dans notre dernier sondage,...

David Harewood fera sa rentrée aux côtés de Supergirl

David Harewood fera sa rentrée aux côtés de Supergirl
Le 6 octobre, David Harewood sera de retour avec la bondinette à jupette (qui l'a rangée dans son...

France 2 part à la découverte de The Bay le 16 septembre

France 2 part à la découverte de The Bay le 16 septembre
Parmi les programmes de rentrée de France 2, la série britannique The Bay est annoncée pour le lundi...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

quimper, Hier à 20:45

Les quartiers Sherlock et Rizzoli & Isles proposent de nouvelles PDM. N'hésitez pas à passer

pretty31, Hier à 21:26

Les jeux d'Halloween vous attendent sur HypnoClap, et quelques chapeaux de sorcières sont encore disponibles pour "Un bonbon ou une cards ?"

pretty31, Hier à 21:26

qui vous permettra peut être de gagner ... Une HypnoCard ^^

Locksley, Aujourd'hui à 11:26

Dernier jour pour vous inscrire au tirage au sort permettant de gagner une HypnoCard Collector Roswell Bonne chance !

serieserie, Aujourd'hui à 15:31

Sortez votre plus belle Plume! L'HypnoPlume vous attend

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site